Suncor Énergie déclare un dividende

CALGARY, ALBERTA–(Marketwired – 14 nov. 2017) – Le Conseil d’administration de Suncor a approuvé un dividende trimestriel de 0,32 $ par action sur ses actions ordinaires, payable le 22 décembre 2017 aux actionnaires inscrits à la fermeture des bureaux le 1 décembre 2017.

Suncor Énergie est la plus importante société énergétique intégrée du Canada. Les activités de Suncor sont reliées notamment au développement et à la valorisation des sables pétrolifères, à la production pétrolière et gazière classique et extracôtière, au raffinage du pétrole et à la commercialisation des produits sous la marque Petro-Canada. À titre de membre des indices de durabilité Dow Jones, FTSE4Good et CDP, Suncor exploite les ressources pétrolières de façon responsable, ainsi qu’un portefeuille croissant de sources d’énergie renouvelable. Suncor est inscrite à l’indice boursier UN Global Compact 100 et sur la liste de Corporate Knight’s Global 100. Les actions ordinaires de Suncor (symbole : SU) sont inscrites à la Bourse de Toronto et à la Bourse de New York.

Pour plus d’information à propos de Suncor, visitez notre site Web à suncor.com ou suivez-nous sur Twitter @SuncorEnergy ou ensemble.suncor.com.

Demandes des investisseurs :
800-558-9071
invest@suncor.com

Demandes des médias :
403-296-4000
media@suncor.com

La Société financière IGM Inc. annonce des initiatives visant à améliorer son efficacité opérationnelle

WINNIPEG, MANITOBA–(Marketwired – 14 nov. 2017) – La Société financière IGM Inc. (TSX:IGM) a annoncé aujourd’hui qu’elle a mis en œuvre un certain nombre de mesures visant à améliorer son efficacité opérationnelle. Au quatrième trimestre, la Société inscrira une charge non récurrente en lien avec ces activités d’environ 118 millions de dollars après impôts, ou 160 millions avant impôts, ce qui correspond à 0,49 $ l’action après impôts.

« Notre Société est un chef de file des services financiers et, à ce titre, nous continuons de prendre les décisions qui s’imposent pour que toutes les entités de notre groupe demeurent à l’avant-garde de notre secteur d’activité, de dire Jeff Carney, président et chef de la direction de la Société financière IGM Inc. Ces initiatives nous permettront de réaliser des gains d’efficacité et des économies, et la marge de manœuvre ainsi dégagée sera réinvestie dans l’amélioration de nos outils technologiques et la numérisation de nos activités. »

Au nombre de ces mesures, la Société a décidé d’abandonner la conception d’un nouveau système de comptabilité des fonds d’investissement. Après avoir procédé à un examen complet de la situation, elle opte plutôt pour une mise à niveau de son système existant, ce qui lui fera réaliser des économies substantielles, entre autres avantages. Du fait de cette décision, et d’autres décisions connexes liées à la technologie, la Société inscrira une charge sans effet de trésorerie d’environ 74 millions de dollars après impôts reflétant les frais capitalisés de conception de systèmes.

« Compte tenu des progrès rapides de la technologie, nous avons décidé de réorienter nos choix en nous éloignant de la conception interne de solutions sur mesure pour privilégier plutôt les solutions plus modernes offertes par les fournisseurs externes et qui sont les meilleures du secteur financier, explique Mike Dibden, chef de l’exploitation de la Société financière IGM Inc. Ce changement de cap prend acte des progrès récents, qui nous permettent d’envisager le recours à des solutions nouvelles et moins coûteuses pour nos fonds, dans l’immédiat et à long terme. »

La Société a aussi annoncé d’autres initiatives pour gagner en efficacité :

  • l’expansion du modèle de services partagés d’IGM, qui vise non seulement l’intégration déjà annoncée des fonctions de gestion des placements du Groupe Investors et de Mackenzie, mais aussi l’intégration des fonctions de marketing, de ressources humaines, de service à la clientèle et d’autres fonctions opérationnelles de ces deux sociétés;
  • l’optimisation du travail des spécialistes des produits et des placements du Groupe Investors de manière à réinvestir dans la formation et le perfectionnement de notre réseau de conseillers;
  • un programme exceptionnel et non récurrent de départs volontaires à la retraite; et
  • la simplification de la structure hiérarchique de la Société pour accélérer la prise de décision et donner plus de latitude au personnel.

Des charges de restructuration et autres charges d’environ 44 millions de dollars après impôts sont prévues pour ces activités et ont trait à des indemnités de cessation d’emploi et à d’autres coûts.

À la suite de la mise en œuvre de ces initiatives, la Société s’attend à une augmentation de 5 pour cent des charges autres que les commissions pour 2018 par rapport à 2017. Au cours des années à venir, la Société réinvestira dans la numérisation de ses activités et devrait ainsi pouvoir procurer des avantages et des gains d’efficience supplémentaires à ses clients, à ses conseillers, à ses employés et à ses actionnaires.

Déclarations prospectives

Certaines déclarations contenues dans le présent communiqué, à l’exception des énoncés de faits historiques, sont de nature prospective; elles sont fondées sur des hypothèses et sont l’expression des attentes actuelles de la Société financière IGM. Les déclarations prospectives sont fournies afin d’aider le lecteur à comprendre la situation financière et les résultats d’exploitation de la Société à certaines dates et pour les périodes closes à certaines dates et de présenter de l’information au sujet des attentes et des projets actuels de la direction, et ces déclarations pourraient ne pas se prêter à d’autres fins. Les déclarations de cette nature peuvent porter, notamment, sur les opérations, les activités, la situation financière, les résultats financiers attendus, le rendement, les prévisions, les possibilités, les priorités, les cibles, les buts, les objectifs continus, les stratégies et les perspectives de la Société, de même que les perspectives économiques en Amérique du Nord et à l’échelle mondiale, pour l’exercice en cours et les périodes à venir. Les déclarations prospectives comprennent des énoncés de nature prévisionnelle, dépendent de conditions ou d’événements futurs ou s’y rapportent, comprennent des termes tels que « s’attendre à », « anticiper », « planifier », « croire », « estimer », « chercher à », « avoir l’intention de », « viser », « projeter » et « prévoir », ainsi que les formes négatives de ces termes et d’autres expressions semblables, ou se caractérisent par l’emploi de la forme future ou conditionnelle de verbes tels que « être », « devoir » et « pouvoir ».

Les déclarations prospectives sont fondées sur des facteurs ou des hypothèses significatifs ayant permis de tirer la conclusion ou d’effectuer la prévision ou la projection dont il est question. Ces facteurs et hypothèses comprennent les perceptions des tendances historiques, des conditions actuelles et de l’évolution future prévue ainsi que d’autres facteurs considérés comme appropriés dans les circonstances. Bien que la Société considère ces hypothèses comme étant raisonnables en fonction de l’information dont dispose actuellement la direction, elles pourraient se révéler inexactes.

Les déclarations prospectives sont exposées à des risques et à des incertitudes intrinsèques, tant généraux que particuliers, qui font en sorte que des prédictions, des prévisions, des projections, des attentes et des conclusions pourraient se révéler inexactes, que des hypothèses pourraient être incorrectes et que des objectifs ou des buts et priorités stratégiques pourraient ne pas être réalisés.

Divers facteurs significatifs, qui sont indépendants de la volonté de la Société et de ses filiales dans bien des cas, touchent les opérations, le rendement et les résultats de la Société et de ses filiales ainsi que leurs activités. En raison de ces facteurs, les résultats réels peuvent différer sensiblement des attentes actuelles à l’égard des événements ou des résultats estimés ou attendus. Ces facteurs comprennent, notamment, l’incidence ou les conséquences imprévues de la conjoncture économique, de la situation politique et des marchés en Amérique du Nord et dans le monde, des taux d’intérêt et des taux de change, des marchés boursiers et financiers mondiaux, de la gestion des risques de liquidité des marchés et de financement et des changements de méthodes comptables ayant trait à la présentation de l’information financière (y compris les incertitudes liées aux hypothèses et aux estimations comptables critiques), l’incidence de l’application de changements comptables futurs, des risques d’exploitation et liés à la réputation, de la concurrence, des changements liés aux technologies, à la réglementation gouvernementale, à la législation et aux lois fiscales, des décisions judiciaires ou réglementaires imprévues, des catastrophes, de la capacité de la Société à effectuer des transactions stratégiques, à intégrer les entreprises acquises et à mettre en œuvre d’autres stratégies de croissance ainsi que du succès obtenu par la Société et ses filiales pour ce qui est de prévoir ou de gérer les facteurs susmentionnés.

Le lecteur est prié de noter que la liste des facteurs précités ne comprend pas tous les facteurs susceptibles d’avoir une incidence sur les déclarations prospectives de la Société. Le lecteur est également prié d’examiner attentivement ces facteurs ainsi que d’autres facteurs, incertitudes et événements éventuels et de ne pas se fier indûment aux déclarations prospectives.

À moins que la loi en vigueur au Canada ne l’exige expressément, la Société n’est pas tenue de mettre à jour les déclarations prospectives pour tenir compte d’événements ou de circonstances survenus après la date à laquelle ces déclarations ont été formulées ou encore d’événements imprévus, à la lumière de nouveaux renseignements, d’événements ou de résultats futurs ou autrement.

Pour obtenir de plus amples renseignements au sujet des risques et des incertitudes associés aux activités de la Société et des facteurs et hypothèses significatifs sur lesquels les renseignements contenus dans les déclarations prospectives sont fondés, se reporter aux documents d’information de cette dernière. Ces documents ont été déposés auprès des autorités canadiennes en valeurs mobilières et sont accessibles à l’adresse www.sedar.com.

À propos de la Société financière IGM Inc.

La Société financière IGM Inc. est l’une des principales sociétés de services financiers personnels et l’un des plus grands gestionnaires et placeurs de fonds communs de placement et d’autres produits de gestion d’actif du Canada, et gère un actif total de plus de 154 milliards de dollars canadiens au 31 octobre 2017. Elle exerce principalement ses activités par l’entremise du Groupe Investors, de Placements Mackenzie et d’Investment Planning Counsel.

MEMBRE DU GROUPE DE SOCIÉTÉS DE LA CORPORATION FINANCIÈRE POWER

Relations avec les médias :
Alida Alepian
Capital-Image
514-739-1188, poste 239
aalepian@capital-image.com

Allan Hiebert
204-956-8535
media.relations@igmfinancial.com

Relations avec les investisseurs :
Paul Hancock
204-956-8103
investor.relations@igmfinancial.com

Osisko augmente sa facilité de crédit à 350 millions de dollars

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 14 nov. 2017) – Redevances Aurifères Osisko Ltée (la « Société » ou « Osisko ») (TSX:OR)(NYSE:OR) a le plaisir d’annoncer qu’elle a modifié sa facilité de crédit renouvelable (la « facilité »), augmentant le montant de 150 millions de dollars à 350 millions de dollars, en plus de compter sur une marge supplémentaire non engagée d’un maximum de 100 millions de dollars, pour un montant disponible total d’un maximum de 450 millions de dollars. La facilité doit être utilisée aux fins générales de la Société et pour des investissements dans l’industrie minérale, incluant l’acquisition de redevances, de flux de métaux et d’autres intérêts.

La Banque Nationale du Canada continue d’agir à titre d’agent administratif et de prêteur, et le syndicat d’institutions financières inclut la Banque de Montréal, la Banque Scotia, la Banque CIBC, la Banque Royale du Canada, la Banque TD et Exportation et Développement Canada. Financière Banque Nationale inc. a agi à titre de seul arrangeur principal et teneur de livre, et la Banque de Montréal à titre d’agent de la documentation.

Sean Roosen, président du conseil d’administration et chef de la direction d’Osisko, a commenté : « Nous sommes très heureux de compter sur la Banque Nationale du Canada et sur la Banque de Montréal à titre de solides partenaires financiers, et nous saluons l’arrivée de nos nouveaux prêteurs, dans le cadre de l’exécution de notre plan stratégique visant à fournir un solide rendement à nos actionnaires et parties prenantes. Les projets qui s’inscrivent dans notre modèle accélérateur et les actifs générateurs de flux de trésorerie à court terme fournissent à notre Société un profil de croissance unique dans le secteur des redevances. »

Elif Lévesque, chef de la direction financière et vice-présidente aux finances, a noté : « La facilité de crédit modifiée, combinée à notre trésorerie actuelle (incluant le financement de débentures convertibles de 300 millions de dollars ayant une échéance de 5 ans récemment clôturé), fournit des liquidités s’élevant à 700 millions de dollars, et nous permet de financer des opportunités de croissance. »

La facilité est garantie par les actifs de la Société et compte un terme initial de quatre ans.

À propos de Redevances Aurifères Osisko Ltée

Redevances Aurifères Osisko Ltée est une société de redevances intermédiaire de métaux précieux axée sur les Amériques ayant débuté ses activités en juin 2014. Osisko détient un portefeuille concentré en Amérique du Nord qui se compose de plus de 131 redevances, flux de métaux et conventions d’achat de la production de métaux précieux. Le portefeuille d’Osisko se compose de cinq principaux actifs, y compris une redevance de 5 % en rendement net de fonderie sur la mine Canadian Malartic, la plus importante mine aurifère au Canada. Osisko détient également un portefeuille de participations dans des sociétés de ressources publiques, incluant des participations de 15,6 % dans Minière Osisko inc., de 12,8 % dans Métaux Osisko inc., de 13,3 % dans Ressources Falco ltée et de 32,8 % dans Barkerville Gold Mines Ltd.

Le siège social d’Osisko est situé au 1100, avenue des Canadiens-de-Montréal, bureau 300, Montréal (Québec) H3B 2S2.

Énoncés prospectifs

Certains énoncés compris dans ce communiqué peuvent être considérés comme des « énoncés prospectifs ». Tous les énoncés dans ce communiqué qui ne sont pas des faits historiques et qui font référence à des événements futurs, des développements ou des performances qu’Osisko prévoit, y compris les attentes de la direction concernant la croissance d’Osisko, la réalisation des occasions d’affaires et des opportunités, et les exigences de capital supplémentaire, sont des énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs sont des énoncés qui ne sont pas des faits historiques et qui peuvent généralement, mais pas forcément, être identifiés par l’emploi de mots comme « prévoit », « planifie », « anticipe », « croit », « a l’intention », « estime », « projette », « potentiel », « échéancier », et autres expressions semblables ou des variations (incluant les variantes négatives), ou des énoncés à l’effet que des événements ou des conditions « se produiront », « pourraient » ou « devraient » se produire, incluant notamment, mais sans s’y limiter, le rendement des actifs d’Osisko, la satisfaction des toutes les conditions requises à l’utilisation de la facilité, la réalisation des bénéfices anticipés de la facilité, incluant l’acquisition de redevances, de flux de métaux et d’autres intérêts. Bien qu’Osisko soit d’avis que les attentes exprimées dans ces énoncés prospectifs se fondent sur des hypothèses raisonnables, ces énoncés comportent des risques connus et inconnus, des incertitudes et d’autres facteurs et ne garantissent pas les résultats futurs, et les résultats réels pourraient différer sensiblement des résultats prévus dans les énoncés prospectifs.
Parmi les facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des résultats prévus dans les énoncés prospectifs, citons notamment les fluctuations des prix des commodités qui sous-tendent les redevances détenus par Osisko; les fluctuations de la valeur du dollar canadien par rapport au dollar américain; les changements réglementaires dans les gouvernements nationaux et locaux, y compris l’octroi des permis et les et les politiques fiscales; la règlementation et les développements politiques ou économiques dans les juridictions où sont situées les propriétés dans lesquelles Osisko détient une redevance, un flux ou autre intérêt ou par l’entremise desquelles ils sont détenus; les risques liés aux exploitants des propriétés dans lesquelles Osisko détient une redevance ou un flux; les opportunités d’affaires qui deviennent disponibles, ou sont poursuivis par Osisko; la disponibilité continue de capital et de financement et le marché ou les conditions économiques générales; les litiges concernant tout titre, permis ou licence liés à des intérêts sur l’une des propriétés dans laquelle Osisko détient une redevance, un flux ou un autre droit; une issue défavorable d’un litige relié à une quelconque propriété dans laquelle Osisko détient une redevance, un flux ou un droit; des difficultés relatives au développement, à l’obtention de permis, aux l’infrastructure, à l’exploitation ou aux aspects techniques sur l’une des propriétés dans laquelle Osisko détient une redevance, un flux ou un autre droit; des différences dans la cadence et l’échéancier de production par rapport aux estimations de ressources ou aux prévisions de production faites par les exploitants des propriétés dans laquelle Osisko détient une redevance, un flux ou un autre droit; les risques et les dangers liés à l’exploration, au développement et à l’exploitation minière sur l’une des propriétés dans laquelle Osisko détient une redevance, un flux ou d’autres intérêts, y compris, mais sans s’y limiter, les conditions géologiques inhabituelles ou imprévues et métallurgiques, des affaissement ou des effondrements de terrains, les inondations et autres catastrophes naturelles ou des troubles civils ou d’autres risques non assurés.
Les énoncés prospectifs figurant dans ce communiqué de presse sont basées sur des hypothèses jugées raisonnables par la direction incluant notamment: l’exploitation continue des propriétés dans laquelle Osisko détient une redevance, un flux ou d’autres intérêts par les propriétaires ou les opérateurs de ces propriétés de manière conforme aux pratiques antérieures; l’exactitude des énoncés publiques et de la divulgation faites par les propriétaires ou les opérateurs de ces propriétés sous-jacentes; l’absence de changement défavorable important dans le prix des commodités qui sous-tendent le portefeuille d’actifs; aucun changement défavorable à l’égard d’une propriété à l’égard de laquelle Osisko détient une redevance, un flux ou autre intérêt; l’exactitude de la divulgation publique des attentes relatives au développement de propriétés sous-jacentes qui ne sont pas encore en production; et l’absence d’autres facteurs qui pourraient entraîner que les actions, événements ou résultats réels diffèrent de ceux prévus, estimés ou attendus.

Pour plus de détails au sujet de ces facteurs et hypothèses ainsi que des autres facteurs et hypothèses qui sous-tendent les énoncés prospectifs émis dans le présent communiqué, se reporter à la section intitulée « Facteurs de risque » de la plus récente notice annuelle d’Osisko déposée auprès des commissions en valeurs mobilières canadiennes, et disponibles en versions électroniques sous le profil de l’émetteur d’Osisko sur SEDAR, au www.sedar.com, et auprès de la Securities and Exchange Commission (« SEC ») aux États-Unis, sur EDGAR, au www.sec.gov. L’information prospective présentée dans le présent communiqué reflète les attentes de la Société au moment de l’émission du présent communiqué et est sujette à changement après cette date. La Société décline toute intention ou obligation de mettre à jour ou de réviser tout énoncé prospectif, que ce soit à la suite de nouvelles informations, d’événements futurs ou autrement, à l’exception de ce qui est exigé par la loi.

Redevances Aurifères Osisko Ltée
Vincent Metcalfe
Vice-président, Relations aux investisseurs
(514) 940-0670
vmetcalfe@osiskogr.com

Joseph de la Plante
Vice-président, Développement corporatif
(514) 940-0670
jdelaplante@osiskogr.com

Neptune annonce ses résultats pour le deuxième trimestre

LAVAL, QUÉBEC–(Marketwired – 14 nov. 2017) –

Faits saillants financiers et opérationnels du deuxième trimestre, pour la période de trois mois close le 30 septembre 2017, comparativement à la période de trois mois close le 31 août 20161

  • La vente des activités de production et de distribution d’huile de krill en vrac a été conclue. Les installations de Sherbrooke seront utilisées dans la nouvelle orientation commerciale.
  • Grâce à la vente, la dette du secteur nutraceutique a été réduite de 21,7 millions de dollars à 7,0 millions de dollars et la trésorerie est passée de 4,5 millions à 34,3 millions de dollars au 30 septembre 2017.
  • Les produits se sont élevés à 6,8 millions de dollars, une baisse par rapport aux 11,6 millions de dollars de l’exercice précédent attribuable à la vente des activités d’huile de krill, mais une hausse de 4,0 % par rapport au premier trimestre de 2018.
  • Un gain de 23,9 millions de dollars a été tiré de la vente des activités d’huile de krill.
  • Le bénéfice net a été de 20,0 millions de dollars, comparativement à une perte nette de 0,7 million de dollars à l’exercice précédent.
  • La perte d’exploitation non conforme aux IFRS2 a été de 0,2 million de dollars, comparativement à un BAIIA ajusté2 de 0,8 million de dollars à l’exercice précédent.
  • Les membres de l’unité d’affaires du cannabis ont été nommés : Michel Timperio, président; Melody Harwood, chef des affaires scientifiques et réglementaires; et Eric Krudener, directeur du développement de marque et de produit.

Faits saillants des suites du trimestre

  • Le conseil d’administration a approuvé un investissement de 5 millions de dollars visant à convertir l’usine pour la production d’huile de cannabis.
  • La Société tiendra une rencontre de mise à jour intitulée La route vers le cannabis, à New York, le 28 novembre 2017.
1 Pour le secteur nutraceutique de Neptune.
2 Voir les sections « Mise en garde concernant les mesures financières non conformes aux IFRS » et « Rapprochement du revenu net (perte nette) et du BAIIA ajusté ou de la perte d’exploitation non conforme aux IFRS » ci-après.

Neptune Technologies & Bioressources inc. (« Neptune » ou la « Société ») (NASDAQ:NEPT)(TSX:NEPT) a annoncé aujourd’hui ses résultats financiers et opérationnels pour les périodes de trois et six mois closes le 30 septembre 2017. Tous les montants sont en dollars canadiens.

Secteur nutraceutique

« Le deuxième trimestre de l’exercice 2018 et les semaines qui ont suivi ont été sous le signe de la transformation : nous nous sommes retirés du marché de la production d’huile de krill avec succès, avons redressé considérablement notre bilan et nous sommes lancés sur le marché très rentable du cannabis légal, qui a déjà une bonne taille et recèle un excellent potentiel de croissance, indique M. Hamilton, président et chef de la direction de Neptune. Nous avons notamment nommé des gestionnaires, amorcé des discussions en vue de partenariats d’approvisionnement, commencé à interagir avec la clientèle et travaillé à l’ingénierie et à la conception. Notre conseil d’administration vient par ailleurs de donner un coup d’envoi essentiel au processus en autorisant des dépenses d’investissement de 5 millions de dollars. Les fonds serviront à adapter notre usine de Sherbrooke pour l’extraction d’huile de cannabis au lieu de l’huile de krill. Nous présenterons notre plan en détail, et plus encore, lors de notre rencontre de mise à jour qui se tiendra à New York vers la fin du mois. »

« En parallèle, nos solutions d’entreprise et nos ingrédients, comme MaxSimil, continuent à générer de bons résultats. Au deuxième trimestre, les produits du secteur nutraceutique, après rajustement relatif à la vente des activités de production d’huile de krill, ont grimpé de 10 % comparativement au premier trimestre. Notre objectif pour les solutions d’entreprise est toujours le même, soit d’atteindre, une croissance annuelle des produits dans les deux chiffres. En général, nous sommes enthousiastes à l’idée de ce que l’avenir nous réserve et sommes certains que notre expertise en matière de technologie, de réglementation et d’extraction saura distinguer Neptune de la concurrence et en faire un acteur de premier plan, tant sur le marché des produits nutraceutiques, où elle est déjà présente, que sur celui de l’huile de cannabis, qui est dans sa mire », conclut M. Hamilton.

« Le produit réalisé à la vente des activités d’huile de krill a grandement solidifié notre bilan et allégé notre dette. Compte tenu de l’investissement en capital annoncé pour le secteur du cannabis, des investissements prévus pour bien démarrer les activités correspondantes, du remboursement d’une partie de notre dette et d’autres hypothèses opérationnelles, nous prévoyons que la position de trésorerie du secteur nutraceutique sera de 23 à 24 millions de dollars à la fin de l’exercice, le 31 mars 2018, fournissant une marge de manœuvre financière amplement suffisante pour exécuter notre plan d’affaires », souligne Mario Paradis, vice-président et chef de la direction financière.

Résultats des activités du secteur nutraceutique

Comme elle l’a annoncé précédemment, Neptune a fait la transition vers une nouvelle date de fin d’exercice le 31 mars 2017. Les résultats financiers des périodes de trois et six mois closes le 30 septembre 2016 ne sont pas inclus dans les présents états financiers pour les raisons suivantes : i) les périodes de trois et six mois closes le 31 août 2016 sont raisonnablement comparables à celles s’étant terminé le 30 septembre 2017; ii) aucun facteur important, saisonnier ou autre, n’a d’incidence sur la comparabilité des renseignements de ces périodes par rapport à celle des renseignements des périodes de trois et six mois closes le 30 septembre 2016; iii) il aurait été trop complexe ou trop coûteux de compiler cette information.

Résultats du deuxième trimestre

  • Les produits du secteur nutraceutique ont atteint 6,8 millions de dollars pour la période de trois mois close le 30 septembre 2017, comparativement à 11,6 millions de dollars pour la période de trois mois close le 31 août 2016.
  • Le bénéfice net a été de 20,0 millions de dollars pour le trimestre, comparativement à une perte nette de 0,7 million de dollars de dollars à l’exercice précédent.
  • La perte d’exploitation non conforme aux IFRS1 a été de 0,2 million de dollars pour le trimestre, comparativement à un BAIIA ajusté1 de 0,8 million de dollars à l’exercice précédent.

La diminution du BAIIA ajusté1 au deuxième trimestre dans le secteur nutraceutique est principalement attribuable à la baisse des ventes et de la marge brute après la conclusion de la transaction avec Aker BioMarine. Le bénéfice net comprend un gain de 23,9 millions de dollars tiré de la vente d’actifs et une perte de valeur des stocks de 1,7 million de dollars.

Résultats financiers depuis le début de l’exercice

  • Les produits du secteur nutraceutique ont atteint 13,3 millions de dollars pour la période de six mois close le 30 septembre 2017, comparativement à 22,8 millions de dollars pour la période de six mois close le 31 août 2016.
  • Le bénéfice net a été de 18,9 millions de dollars pour la période de six mois close le 30 septembre 2017, comparativement à une perte nette de 1,9 million de dollars à l’exercice précédent.
  • Le BAIIA ajusté1 a été de 0,5 million de dollars pour la période de six mois close le 30 septembre 2017, comparativement à 1,9 million de dollars à l’exercice précédent.

La diminution du BAIIA ajusté1 depuis le début de l’exercice est principalement attribuable à la baisse des ventes et de la marge brute après la conclusion de la transaction avec Aker BioMarine. Le bénéfice net comprend un gain de 23,9 millions de dollars tiré de la vente d’actifs et une perte de valeur des stocks de 1,7 million de dollars.

Résultats consolidés (y compris Acasti Pharma)

Résultats du deuxième trimestre

  • Les produits consolidés ont totalisé 6,8 millions de dollars pour la période de trois mois close le 30 septembre 2017, comparativement à 11,6 millions de dollars pour la période de trois mois close le 31 août 2016.
  • Le bénéfice net a été de 16,1 millions de dollars pour le trimestre, comparativement à une perte nette de 2,4 millions de dollars à l’exercice précédent.
  • La perte d’exploitation non conforme aux IFRS1 a été de 3,6 millions de dollars pour le trimestre, comparativement à 0,9 million de dollars à l’exercice précédent.

Sur une base consolidée, les résultats du trimestre comprennent une perte d’exploitation non conforme aux IFRS1 de 3,4 millions de dollars et une perte nette de 4,5 millions de dollars pour la filiale de Neptune, Acasti, qui participe activement à des études cliniques et à la recherche et au développement. Pour la période de trois mois close le 31 août 2016, Acasti a enregistré une perte d’exploitation non conforme aux IFRS1 de 1,6 million de dollars et une perte nette de 2,3 millions de dollars.

Résultats financiers depuis le début de l’exercice

  • Les produits consolidés ont atteint 13,3 millions de dollars pour la période de six mois close le 30 septembre 2017, comparativement à 22,8 millions de dollars pour la période de six mois close le 31 août 2016.
  • Le bénéfice net a été de 12,8 millions de dollars pour la période de six mois close le 30 septembre 2017, comparativement à une perte nette de 6,2 millions de dollars à l’exercice précédent.
  • La perte d’exploitation non conforme aux IFRS1 pour la période de six mois close le 30 septembre 2017 a été de 5,1 millions de dollars, comparativement à 2,0 millions de dollars à l’exercice précédent.

Sur une base consolidée, les résultats de la période de six mois close le 30 septembre 2017 comprennent une perte d’exploitation non conforme aux IFRS1 de 5,5 millions de dollars et une perte nette de 7,3 millions de dollars pour la filiale de Neptune, Acasti, qui participe activement à des études cliniques et à la recherche et au développement. Pour la période de six mois close le 31 août 2016, Acasti a enregistré une perte d’exploitation non conforme aux IFRS1 de 3,9 millions de dollars et une perte nette de 5,5 millions de dollars.

La trésorerie et les équivalents de trésorerie consolidés, y compris une tranche de 2,4 millions de dollars de placements à court terme soumis à des restrictions, s’élevaient à 39,6 millions de dollars au 30 septembre 2017, dont 34,3 millions de dollars sont attribuables au secteur nutraceutique et 5,3 millions de dollars à Acasti. Acasti a réuni des fonds supplémentaires au cours de la période de treize mois close le 31 mars 2017 et se penche sur la création de partenariats stratégiques. Elle prévoit aussi amasser d’autres fonds à plus long terme, mais rien ne garantit qu’elle pourra trouver le financement nécessaire ou créer des collaborations stratégiques, ni quand. Pour ces raisons, il s’ensuit une incertitude réelle entourant la capacité d’Acasti à poursuivre son exploitation et, par conséquent, à réaliser ses actifs et à s’acquitter de ses dettes dans le cours normal de ses activités.

1 Voir les sections « Mise en garde concernant les mesures financières non conformes aux IFRS » et « Rapprochement du revenu net (perte nette) et du BAIIA ajusté ou de la perte d’exploitation non conforme aux IFRS » ci-après.

Mise en garde concernant les mesures financières non conformes aux IFRS

La Société utilise une mesure financière ajustée, le bénéfice avant les intérêts, l’impôt et les amortissements (BAIIA) ajusté, qu’elle appelle la perte d’exploitation non conforme aux IFRS lorsqu’elle-même ou un segment enregistre une perte, pour évaluer sa performance d’exploitation. Cette mesure financière non conforme aux IFRS est issue directement des états financiers de la Société et est présentée de manière uniforme d’une période à l’autre. La Société utilise cette mesure afin d’évaluer sa performance financière historique et future, ainsi que sa performance par rapport à ses concurrents. Cette mesure aide également la Société à planifier et à faire des projections pour les périodes futures ainsi qu’à prendre des décisions opérationnelles et stratégiques. La Société est d’avis qu’en rendant cette information disponible aux investisseurs, en plus des mesures conformes aux IFRS, elle permet à ceux-ci de voir ses résultats du point de vue de la direction, et ainsi de mieux comprendre sa performance financière passée et future.

La réglementation sur les valeurs mobilières exige que les sociétés avertissent les lecteurs du fait que les résultats et d’autres mesures établis selon un autre référentiel que les IFRS n’ont pas de définition normalisée et qu’il est peu probable qu’ils se prêtent aux comparaisons avec des mesures semblables utilisées par d’autres sociétés. Par conséquent, ces mesures ne doivent pas être considérées de manière isolée. La Société utilise le BAIIA ajusté (ou perte d’exploitation non conforme aux IFRS en cas de perte) pour mesurer sa performance d’une période à l’autre sans les variations découlant de certains ajustements qui pourraient éventuellement fausser l’analyse des tendances de sa performance d’exploitation, et parce qu’elle estime que cette mesure fournit de l’information pertinente sur sa situation financière et ses résultats d’exploitation. La méthode de calcul du BAIIA ajusté (ou de la perte d’exploitation non conforme aux IFRS) de Neptune peut différer de celle utilisée par d’autres sociétés.

Neptune calcule son BAIIA ajusté consolidé (ou sa perte d’exploitation non conforme aux IFRS) en ajoutant au bénéfice net (à la perte nette) les charges financières, les amortissements, la dépréciation et l’impôt sur le résultat et en soustrayant les produits financiers. D’autres éléments, comme les recouvrements d’assurances liés à l’explosion de l’usine, les règlements de redevances, le gain net sur vente d’actifs, les droits juridiques connexes aux règlements de redevances, les crédits d’impôt recouvrables d’exercices précédents et les coûts d’acquisition, sont sans incidence sur la performance d’exploitation de la Société et sont donc exclus du calcul puisqu’ils peuvent varier de manière importante d’une période à l’autre. Les produits financiers et charges financières incluent le profit (la perte) de change et la variation de la juste valeur des dérivés. Neptune exclut du calcul de son BAIIA ajusté (ou de sa perte d’exploitation non conforme aux IFRS) l’incidence de certaines transactions non monétaires comptabilisées, comme la rémunération à base d’actions. La Société juge qu’il est utile d’exclure cet élément puisqu’il constitue une charge hors trésorerie. Le fait d’exclure cet élément ne veut pas dire qu’il est non récurrent.

Conférence téléphonique

Neptune tiendra une conférence téléphonique le 14 novembre 2017, à 17 h (HNE) pour parler de ses résultats du deuxième trimestre, pour les périodes de trois et six mois closes le 30 septembre 2017.

Date : Mardi 14 novembre 2017
Heure : 17 h (HNE)
Numéro à composer : 1 877 223-4471 (Canada et États-Unis)
1 647 788-4922 (hors Canada et États-Unis)
Webdiffusion : Une webdiffusion audio en direct incluant une présentation des résultats sera accessible à http://neptunecorp.com/fr/investisseurs/evenements-et-presentations/

Un enregistrement pourra être écouté deux heures après la conférence et jusqu’au 14 décembre 2017. Pour ce faire, composez le 1 416 621-4642 ou le 1 800 585-8367 (sans frais), puis entrez le numéro de la conférence : 90228278. De plus, la téléconférence et la présentation afférente seront immédiatement accessibles dans la section Investisseurs du site Web de Neptune, sous l’onglet Événements et présentations.

À propos de Neptune Technologies & Bioressources inc.

Neptune est une société de produits de mieux-être, forte de plus de 50 ans d’expérience combinée dans l’industrie. La Société met au point des solutions clé en main offertes sous diverses formes uniques et propose des ingrédients spécialisés tels que MaxSimil®, une plate-forme brevetée qui améliore l’absorption des nutraceutiques à base de lipides, et une gamme d’autres huiles marines et de graines. Neptune vend également de l’huile de krill de première qualité directement aux consommateurs, en ligne au www.oceano3.com. La Société mise sur son expertise scientifique, technologique et innovatrice pour travailler au développement d’extractions uniques dans des segments à croissance potentielle élevée comme ceux du secteur du cannabis thérapeutique.

Neptune cherche aussi à tirer parti des possibilités offertes par le marché des médicaments sur ordonnance grâce à sa filiale détenue à 34 %, Acasti Pharma Inc. (« Acasti »). Acasti se consacre à la recherche, au développement et à la commercialisation de produits thérapeutiques à base de phospholipides oméga-3 destinés au traitement de l’hypertriglycéridémie majeure.

Le siège social de la Société est situé à Laval, au Québec.

Énoncés prospectifs

Les énoncés contenus dans le présent communiqué ne portant pas sur des faits courants ou passés constituent des « énoncés prospectifs » au sens de la législation en valeurs mobilières américaine et de la législation en valeurs mobilières canadienne. Ces énoncés prospectifs comportent des risques et incertitudes, connus et inconnus, et sont assujettis à d’autres facteurs inconnus qui pourraient faire en sorte que les résultats réels de Neptune diffèrent de manière importante des résultats passés ou des résultats futurs dont il est question, expressément ou implicitement, dans ces énoncés prospectifs. Outre les énoncés qui décrivent explicitement de tels risques et incertitudes, il y a lieu de préciser que les énoncés qui contiennent des termes tels que « croire », « être d’avis », « prévoir », « avoir l’intention », « s’attendre à », « entendre » ou « planifie » ainsi que l’utilisation du futur dans ces énoncés dénotent la nature incertaine et prospective de ceux-ci. Il est recommandé aux lecteurs de ne pas se fier indûment à ces énoncés prospectifs, qui sont à jour à la date du présent communiqué seulement.

Les énoncés prospectifs qui figurent dans le présent communiqué sont présentés sous réserve de la présente mise en garde et de la Mise en garde concernant l’information prospective figurant à la notice annuelle la plus récente de Neptune (la « notice annuelle ») et dans le rapport annuel (S.E.C. Form 40-F) le plus récent de Neptune, disponibles sur SEDAR, à www.sedar.com, sur EDGAR, à www.sec.gov/edgar.shtml et dans la section Investisseurs du site Web de Neptune, à www.neptunecorp.com. Tous les énoncés prospectifs ci-inclus sont à jour à la date des présentes. Neptune ne s’engage pas à mettre à jour les énoncés prospectifs à la suite de nouveaux renseignements ou d’événements futurs ou pour quelque autre raison que ce soit, sauf dans la mesure exigée par la loi. De plus, les énoncés prospectifs qui figurent dans le présent communiqué comportent généralement d’autres risques et incertitudes qui sont décrits de temps à autre dans les documents publics de Neptune déposés auprès de la Securities and Exchange Commission et des commissions des valeurs mobilières canadiennes. Des renseignements supplémentaires au sujet de ces hypothèses, risques et incertitudes figurent à la rubrique Facteurs de risque de la notice annuelle et dans le rapport de gestion pour la période de six mois terminée le 30 septembre 2017 sous la rubrique risques et incertitudes.

Ni NASDAQ ni la Bourse de Toronto n’acceptent quelque responsabilité que ce soit quant à la véracité ou à l’exactitude du présent communiqué.

Rapprochement du revenu net (perte nette) et de la perte d’exploitation non conforme aux IFRS1
(en milliers de dollars)
Période de trois mois terminée le 30 septembre 2017
Nutraceutique Cardiovasculaire Éliminations intersectorielles Total
$ $ $ $
Total des produits 6 795 6 795
Marge brute 408 408
Charges de recherche et de développement (375 ) (3 385 ) 581 (3 179 )
Crédits d’impôts de recherche et de développement et subventions 30 36 66
Frais de vente, généraux et charges administratives (2 976 ) (1 037 ) (4 013 )
Autre produit – gain net sur vente d’actifs 23 871 23 871
Revenu (perte) provenant des opérations 20 958 (4 386 ) 581 17 153
Charges financières nettes (908 ) (120 ) (1 ) (1 029 )
Impôt sur le résultat (7 ) (7 )
Revenu net (perte nette) 20 043 (4 506 ) 580 16 117
Calcul du BAIIA ajusté1(perte d’exploitation non conforme aux IFRS)1
Revenu net (perte nette) 20 043 (4 506 ) 580 16 117
Ajuster (déduire):
Amortissement et dépréciation 809 667 (581 ) 895
Charges financières 915 159 1 074
Produits financiers (9 ) (14 ) (23 )
Changement dans la juste valeur des actifs et passifs financiers dérivés 2 (25 ) 1 (22 )
Rémunération à base d’actions 221 295 516
Impôt sur le résultat 7 7
Dépréciation sur les stocks 1 719 1 719
Autre produit – gain net sur vente d’actifs (23 871 ) (23 871 )
Perte d’exploitation non conforme aux IFRS1 (164 ) (3 424 ) (3 588 )
1 Voir la section « Mise en garde concernant les mesures financières non conformes aux IFRS ».
Rapprochement de la perte nette et du BAIIA ajusté1ou de la perte d’exploitation non conforme aux IFRS1
(en milliers de dollars)
Période de trois mois terminée le 31 août 2016
Nutraceutique Cardiovasculaire Éliminations intersectorielles Total
$ $ $ $
Total des produits 11 587 4 11 591
Marge brute 2 587 4 2 591
Charges de recherche et de développement (366 ) (1 621 ) 581 (1 406 )
Crédits d’impôts de recherche et de développement et subventions 10 23 33
Frais de vente, généraux et charges administratives (2 496 ) (856 ) (3 352 )
Perte provenant des opérations (265 ) (2 450 ) 581 (2 134 )
Produits financiers nets (charges financières nettes) (395 ) 120 (2 ) (277 )
Impôt sur le résultat (8 ) (8 )
Perte nette (668 ) (2 330 ) 579 (2 419 )
Calcul du BAIIA ajusté1(perte d’exploitation non conforme aux IFRS)1
Perte nette (668 ) (2 330 ) 579 (2 419 )
Ajuster (déduire):
Amortissement et dépréciation 767 614 (581 ) 800
Charges financières 683 2 (38 ) 647
Produits financiers (320 ) (57 ) 38 (339 )
Changement dans la juste valeur des actifs et passifs financiers dérivés 32 (65 ) 2 (31 )
Rémunération à base d’actions 253 210 463
Impôt sur le résultat 8 8
Frais d’acquisition 14 14
BAIIA ajusté1(perte d’exploitation non conforme aux IFRS)1 769 (1 626 ) (857 )
1 Voir la section « Mise en garde concernant les mesures financières non conformes aux IFRS ».
Rapprochement du revenu net (perte nette) et du BAIIA ajusté1ou de la perte d’exploitation non conforme aux IFRS1
(en milliers de dollars)
Période de six mois terminée le 30 septembre 2017
Nutraceutique Cardiovasculaire Éliminations intersectorielles Total
$ $ $ $
Total des produits 13 326 13 326
Marge brute 2 851 2 851
Charges de recherche et de développement (787 ) (5 391 ) 1 161 (5 017 )
Crédits d’impôts de recherche et de développement et subventions 50 60 110
Frais de vente, généraux et charges administratives (5 797 ) (1 853 ) (7 650 )
Autre produit – gain net sur vente d’actifs 23 871 23 871
Revenu (perte) provenant des opérations 20 188 (7 184 ) 1 161 14 165
Charges financières nettes (1 323 ) (100 ) (5 ) (1 428 )
Impôt sur le résultat 13 13
Revenu net (perte nette) 18 878 (7 284 ) 1 156 12 750
Total des actifs 99 408 19 758 (11 294 ) 107 872
Trésorerie, équivalents de trésorerie et placements à court terme réservés 34 271 5 329 39 600
Fonds de roulement2 32 885 2 461 1 35 347
Calcul du BAIIA ajusté1(perte d’exploitation non conforme aux IFRS)1
Revenu net (perte nette) 18 878 (7 284 ) 1 156 12 750
Ajuster (déduire):
Amortissement et dépréciation 1 748 1 335 (1 161 ) 1 922
Charges financières 1 496 289 1 785
Produits financiers (17 ) (30 ) (47 )
Changement dans la juste valeur des actifs et passifs financiers dérivés (156 ) (159 ) 5 (310 )
Rémunération à base d’actions 582 331 913
Impôt sur le résultat (13 ) (13 )
Dépréciation sur les stocks 1 719 1 719
Autre produit – gain net sur vente d’actifs (23 871 ) (23 871 )
Frais légaux liés au règlement de redevances 91 91
BAIIA ajusté1(perte d’exploitation non conforme aux IFRS)1 457 (5 518 ) (5 061 )
1 Voir la section « Mise en garde concernant les mesures financières non conformes aux IFRS ».
2 Le fonds de roulement est présenté à titre d’information seulement et représente une mesure de la santé financière à court terme de la Société surtout utilisée par le milieu financier. On obtient le fonds de roulement en retranchant les passifs courants des actifs courants. Comme il n’y a pas de méthode normalisée par les IFRS, le résultat peut ne pas être comparable à des mesures du même type présentées par d’autres sociétés ouvertes.
Rapprochement de la perte nette et du BAIIA ajusté1ou de la perte d’exploitation non conforme aux IFRS1
(en milliers de dollars)
Période de six mois terminée le 31 août 2016
Nutraceutique Cardiovasculaire Éliminations intersectorielles Total
$ $ $ $
Total des produits 22 841 7 22 848
Marge brute 6 104 7 6 111
Charges de recherche et de développement (770 ) (4 040 ) 1 161 (3 649 )
Crédits d’impôts de recherche et de développement et subventions 19 47 66
Frais de vente, généraux et charges administratives (5 686 ) (1 423 ) (7 109 )
Perte provenant des opérations (333 ) (5 409 ) 1 161 (4 581 )
Charges financières nettes (1 285 ) (75 ) (3 ) (1 363 )
Impôt sur le résultat (300 ) (300 )
Perte nette (1 918 ) (5 484 ) 1 158 (6 244 )
Total des actifs 87 681 23 552 (13 865 ) 97 368
Trésorerie, équivalents de trésorerie et placements à court terme réservés 7 125 8 124 15 249
Fonds de roulement2 14 074 6 047 20 121
Calcul du BAIIA ajusté1(perte d’exploitation non conforme aux IFRS)1
Perte nette (1 918 ) (5 484 ) 1 158 (6 244 )
Ajuster (déduire):
Amortissement et dépréciation 1 532 1 223 (1 161 ) 1 594
Charges financières 1 251 279 (83 ) 1 447
Produits financiers (1 ) (106 ) 83 (24 )
Changement dans la juste valeur des actifs et passifs financiers dérivés 35 (98 ) 3 (60 )
Rémunération à base d’actions 670 275 945
Impôt sur le résultat 300 300
Frais d’acquisition 38 38
BAIIA ajusté1(perte d’exploitation non conforme aux IFRS)1 1 907 (3 911 ) (2 004 )
1 Voir la section « Mise en garde concernant les mesures financières non conformes aux IFRS ».
2 Le fonds de roulement est présenté à titre d’information seulement et représente une mesure de la santé financière à court terme de la Société surtout utilisée par le milieu financier. On obtient le fonds de roulement en retranchant les passifs courants des actifs courants. Comme il n’y a pas de méthode normalisée par les IFRS, le résultat peut ne pas être comparable à des mesures du même type présentées par d’autres sociétés ouvertes.
Personnes-ressources
Neptune Solutions Bien-être
Mario Paradis
Vice-président et chef de la direction, Neptune
1 450 687-2262, poste 236
m.paradis@neptunecorp.com

Relations avec les investisseurs (Canada)
Pierre Boucher
Maison Brison
1 514 731-0000
pierre@maisonbrison.com

Relations avec les investisseurs (Etats-Unis)
Ed McGregor/Jody Burfening
LHA
1 212 838-3777
emcgregor@lhai.com

Vior et Iluka débutent le forage de cibles sélectionnées sur le projet Foothills à St-Urbain, Québec

QUÉBEC, QUÉBEC–(Marketwired – 14 nov. 2017) – SOCIÉTÉ D’EXPLORATION MINIÈRE VIOR INC. (TSX CROISSANCE:VIO)(FRANCFORT:VL51) (« Vior »), en partenariat avec ILUKA EXPLORATION (CANADA) LTD, une filiale à part entière d’ILUKA RESOURCES LTD (ASX:ILU) (« Iluka »), a le plaisir d’annoncer qu’un programme de forage d’exploration comportant quatre sondages pour un total de 1 200 mètres de forage a été entrepris sur des cibles géophysiques et géologiques sélectionnées sur sa propriété Foothills, située près de St-Urbain, à 100 km à l’est de la ville de Québec.

Le projet Foothills est constitué de 840 claims désignés sur carte couvrant une superficie de 473 kilomètres carrés. Il couvre des roches des complexes anorthositiques de St-Urbain et du Lac Malbaie, où des traînées kilométriques de blocs d’ilménite enrichis en rutile ont été identifiées. Des blocs d’ilménite contenant des quantités visuellement importantes de rutile ont livré des résultats d’analyse avec des valeurs en bioxyde de titane (TiO2) variant de 42,1 % à 57,6 %, pour une valeur moyenne de 52,5 %. Plusieurs vastes zones minéralisées en titane ont été découvertes par prospection sur le terrain dans des secteurs en bordure d’anomalies magnétiques générées dans le cadre du levé magnétique héliporté à haute résolution réalisé à l’hiver 2015 et 2016.

Le programme de forage en cours sur la propriété Foothills a pour but de vérifier des cibles magnétiques et gravimétriques coïncidentes au sein de l’anorthosite de St-Urbain; l’une des cibles de forage est caractérisée par la présence, à proximité, d’un regroupement d’indices d’ilménite massive. D’autres forages d’exploration sont aussi prévus sur la propriété Foothills en 2018.

Levé gravimétrique au sol

Un levé gravimétrique au sol de 80 kilomètres linéaires est en cours dans la partie ouest du projet Foothills, au sein du complexe anorthositique du Lac Malbaie. Ce secteur est caractérisé par la présence de blocs d’ilménite enrichis en rutile orientés le long d’une traînée glaciaire. La méthode gravimétrique est un outil d’exploration de choix, qui permet de relever la signature de la minéralisation en ilménite massive dans les roches anorthositiques. Les anomalies gravimétriques feront l’objet d’un suivi sur le terrain à l’été 2018.

Conformément aux modalités de l’entente d’option entre Vior et Iluka (dans sa version modifiée), Iluka a maintenant honoré ses obligations quant au financement de dépenses d’un montant initial de 500 000 $. Par conséquent, Iluka pourra désormais mettre sur pied, en tout temps, une coentreprise non constituée en société avec Vior, où les participations initiales des deux partenaires seront de 51 % pour Iluka et 49 % pour Vior. En démarrant la coentreprise, Iluka deviendra également détenteur d’une participation enregistrée de 51 % dans les claims d’exploration visés dans le cadre de l’entente d’option. Iluka peut acquérir une participation additionnelle de 39 % dans le projet, en finançant des dépenses d’exploration d’un montant supplémentaire de 2 200 000 $ d’ici le 8 mars 2019.

Dans l’industrie, la majeure partie du rutile et de l’ilménite est transformée en pigments non toxiques de bioxyde de titane utilisés pour la fabrication de peinture, plastique, papier, textile, cosmétiques et céramique. Le rutile est aussi utilisé dans la fabrication de titane métal pour l’industrie aéronautique et spatiale, les implants chirurgicaux, ainsi que pour les véhicules moteurs et les stations de désalinisation (source : site Web de Geoscience Australia).

À propos de Vior

Vior est une société junior qui a pour stratégie corporative de générer, d’explorer et de développer des projets de qualité dans les meilleurs secteurs reconnus et accessibles. Au fil des ans, l’équipe de Vior a su démontrer sa capacité à découvrir de nombreux dépôts aurifères et autres prospects sur ses propriétés.

Le contenu technique divulgué dans ce communiqué a été préparé et approuvé par M. Marc L’Heureux, géologue et personne qualifiée de la Société aux fins du Règlement 43-101.

Site Web : www.vior.ca

SEDAR : Société d’exploration minière Vior inc.

La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de règlementation (au sens attribué à ce terme dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n’assument aucune responsabilité quant à la pertinence ou à l’exactitude du présent communiqué.

Vior Inc.
Mark Fedosiewich
Président et chef de la direction
613-898-5052
mfedosiewich@vior.ca

Vior Inc.
Marc L’Heureux
Vice-président Exploration
450-746-1771
mlheureux@vior.ca
www.vior.ca

Osisko obtient 301 g/t Au sur 6,2 mètres à Lynx

TORONTO, ONTARIO–(Marketwired – 14 nov. 2017) – Minière Osisko inc. (TSX:OSK) (« Osisko » ou la « Société ») a le plaisir de publier de nouveaux résultats issus du programme de forage en cours sur le projet aurifère du Lac Windfall, entièrement détenu par la Société et situé dans le canton d’Urban, dans la région de l’Abitibi au Québec. Le programme de forage de 800 000 mètres combine du forage de définition, du forage d’expansion et du forage d’exploration dans et autour du gîte aurifère principal de Windfall et du gîte adjacent de Lynx (situé immédiatement au nord-est de Windfall). Les nouveaux résultats d’analyse significatifs de 44 intervalles dans 30 sondages ciblant le forage d’expansion et intercalaire dans le gîte Lynx sont présentés dans le tableau ci-dessous.

Les nouveaux résultats comprennent notamment : 301 g/t Au sur 6,2 mètres dans le sondage OSK-W-17-909; 79,4 g/t Au sur 2,6 mètres dans le sondage OSK-W-17-928; et 19,0 g/t Au sur 6,8 mètres dans le sondage OSK-W-17-1111. Les cartes montrant l’emplacement des sondages et les résultats d’analyse complets sont disponibles à l’adresse : www.miniereosisko.com.

Sondage De
(m)
À
(m)
Intervalle
(m)
Au (g/t) non coupé Au (g/t)
coupé à
100 g/t
Zone Couloir
OSK-W-17-895 179,1 181,3 2,2 24,3 Lynx 1 Lynx
incluant 179,1 180,0 0,9 54,0
209,0 211,0 2,0 17,5 Lynx 2 Lynx
incluant 209,0 210,0 1,0 34,4
OSK-W-17-902 233,5 236,0 2,5 3,95 Lynx HW Lynx
281,1 283,1 2,0 4,56 Lynx 1 Lynx
incluant 281,1 282,1 1,0 9,07
OSK-W-17-909 912,0 918,2 6,2 301 53,7 Lynx 1 Lynx
incluant 913,6 914,9 1,3 1230 100
922,0 928,0 6,0 10,7 Lynx 1 Lynx
933,0 935,0 2,0 4,97 Lynx 1 Lynx
OSK-W-17-928 341,7 344,3 2,6 79,4 14,2 Lynx 1 Lynx
incluant 341,7 342,0 0,3 665 100
OSK-W-17-941 188,3 190,5 2,2 13,4 Lynx HW Lynx
incluant 189,3 189,6 0,3 85,1
197,7 200,0 2,3 5,77 Lynx 1 Lynx
incluant 198,7 199,0 0,3 39,1
OSK-W-17-948 475,0 477,0 2,0 4,39 Lynx 1 Lynx
incluant 475,0 475,5 0,5 17,3
593,6 596,0 2,4 4,62 Lynx HW Lynx
OSK-W-17-949 403,5 406,5 3,0 3,97 Veine Lynx
OSK-W-17-950 1131,0 1133,0 2,0 4,49 VNCR Lynx
incluant 1132,0 1132,4 0,4 21,7
1211,3 1215,5 4,2 6,52 Lynx 4 Lynx
OSK-W-17-958 1076,0 1078,0 2,0 9,51 Lynx 4 Lynx
incluant 1077,0 1078,0 1,0 18,9
OSK-W-17-967 259,0 261,0 2,0 10,9 VNCR Lynx
incluant 259,0 260,0 1,0 21,4
OSK-W-17-970 524,0 526,0 2,0 7,51 Lynx HW Lynx
incluant 524,9 525,5 0,6 15,0
OSK-W-17-972 224,5 226,5 2,0 5,23 VQT Lynx
incluant 224,5 225,0 0,5 20,5
OSK-W-17-981 828,9 831,0 2,1 6,21 Lynx HW Lynx
incluant 830,0 831,0 1,0 12,5
890,0 892,0 2,0 5,23 Lynx 4 Lynx
incluant 890,5 890,9 0,4 24,5
OSK-W-17-986 263,0 265,0 2,0 6,74 Lynx 2 Lynx
incluant 263,0 264,0 1,0 13,1
OSK-W-17-987 132,7 135,0 2,3 4,97 Lynx HW Lynx
incluant 134,0 135,0 1,0 11,4
OSK-W-17-991 1149,0 1151,0 2,0 5,11 Lynx 1 Lynx
OSK-W-17-1007 238,6 240,6 2,0 6,54 Lynx 1 Lynx
incluant 238,6 240,0 1,4 9,31
340,0 342,2 2,2 10,5 VNCR Lynx
OSK-W-17-1058 190,0 193,1 3,1 8,50 Lynx 2 Lynx
incluant 190,0 190,3 0,3 15,4
incluant 192,8 193,1 0,3 64,5
OSK-W-17-1064 326,0 328,0 2,0 8,92 Lynx 1 Lynx
OSK-W-17-1072 884,0 886,3 2,3 3,73 Lynx 4 Lynx
OSK-W-17-1072-W3 1095,0 1097,0 2,0 11,3 Lynx 4 Lynx
incluant 1095,0 1096,0 1,0 20,6
OSK-W-17-1073 409,0 411,0 2,0 8,65 Lynx 4 Lynx
470,5 473,0 2,5 3,61 Veine Lynx
incluant 470,5 471,2 0,7 12,7
OSK-W-17-1085 254,8 257,0 2,2 4,83 Lynx 1 Lynx
272,0 276,0 4,0 4,45 Lynx 2 Lynx
OSK-W-17-1098 249,9 252,3 2,4 13,7 Lynx 3 Lynx
incluant 250,6 251,4 0,8 34,7
OSK-W-17-1104 578,2 581,0 2,8 6,79 Lynx HW Lynx
incluant 578,2 578,6 0,4 46,4
978,0 980,0 2,0 10,3 Lynx 5 Lynx
incluant 978,6 979,3 0,7 29,3
OSK-W-17-1111 278,7 285,5 6,8 19,0 Lynx 2 Lynx
incluant 281,0 284,5 3,5 32,6
OSK-W-17-1128 486,9 489,0 2,1 36,1 28,6 Lynx 2 Lynx
incluant 487,6 488,0 0,4 139 100
OSK-W-17-1136 56,0 58,0 2,0 5,40 Lynx 2 Lynx
incluant 56,6 57,0 0,4 26,2
OSK-W-17-1143 67,5 69,6 2,1 27,9 Lynx 2 Lynx
incluant 67,5 68,2 0,7 83,3
73,0 75,0 2,0 10,6 Lynx 2 Lynx
OSK-W-17-1190 762,3 764,4 2,1 6,03 Lynx 5 Lynx
798,0 804,0 6,0 4,09 Lynx 5 Lynx

Remarques :

1. L’épaisseur réelle est estimée à 65-80% des longueurs présentées sont dans l’axe du forage. Voir la section « Contrôle de la qualité » ci-dessous.
2. Définitions : HW = éponte supérieure; VNCR = veine à texture crustiforme; VQT = veine de quartz-tourmaline.
Sondage Azimut
(°)
Pendage
(°)
Longueur
(m)
UTM E UTM N Section
OSK-W-17-895 332 -50 444 453349 5434937 3475
OSK-W-17-902 331 -50 468 453390 5434852 3475
OSK-W-17-909 131 -55 1119 453683 5435677 4125
OSK-W-17-928 333 -64 465 453433 5434905 3550
OSK-W-17-941 330 -49 444 453434 5434969 3575
OSK-W-17-948 144 -52 633 453406 5435465 3800
OSK-W-17-949 333 -55 423 453434 5434969 3575
OSK-W-17-950 131 -59 1269 453676 5435684 4125
OSK-W-17-958 143 -55 1212 453359 5435439 3725
OSK-W-17-967 337 -62 333 453176 5434908 3300
OSK-W-17-970 143 -51 714 453406 5435465 3800
OSK-W-17-972 333 -60 291 453176 5434910 3325
OSK-W-17-981 133 -62 1110 453606 5435603 4025
OSK-W-17-986 328 -66 360 453447 5435019 3600
OSK-W-17-987 339 -60 327 453224 5434909 3350
OSK-W-17-991 128 -58 1378 453980 5435994 4550
OSK-W-17-1007 334 -68 378 453477 5435045 3650
OSK-W-17-1058 332 -50 318 453201 5434911 3350
OSK-W-17-1064 330 -74 441 453460 5435020 3625
OSK-W-17-1072 144 -57 1086 453612 5435535 4000
OSK-W-17-1072-W3 144 -57 1110 453612 5435535 4000
OSK-W-17-1073 144 -51 603 452755 5434982 3000
OSK-W-17-1085 339 -68 447 453460 5435020 3625
OSK-W-17-1098 129 -48 425 453253 5435282 3575
OSK-W-17-1104 142 -50 1059 453383 5435455 3775
OSK-W-17-1111 335 -50 307 453275 5434899 3400
OSK-W-17-1128 129 -53 1419 453272 5435392 3625
OSK-W-17-1136 331 -45 156 453105 5434948 3275
OSK-W-17-1143 331 -46 159 453250 5435004 3425
OSK-W-17-1190 151 -49 1179 452905 5435152 3200

OSK-W-17-895 a obtenu des teneurs de 24,3 g/t Au sur 2,2 mètres dans la zone Lynx 1 et 17,5 g/t Au sur 2,0 mètres dans la zone Lynx 2. La minéralisation contient jusqu’à 15 % de pyrite disséminée et en filonnets avec localement de l’or visible dans des veines de quartz et des intrusions felsiques à texture porphyrique et bréchique fortement silicifiées.

OSK-W-17-902 a recoupé deux intervalles minéralisés : 3,95 g/t Au sur 2,5 mètres et 4,56 g/t Au sur 2,0 mètres. La minéralisation contient jusqu’à 5 % de pyrite disséminée et un peu de pyrite en filonnets associée à des veines de quartz dans l’éponte supérieure de Lynx et la zone Lynx 1.

OSK-W-17-909 a recoupé trois intervalles minéralisés très rapprochés dans la zone Lynx 1 : 301 g/t Au sur 6,2 mètres, 10,7 g/t Au sur 6,0 mètres et 4,97 g/t Au sur 2,0 mètres. La minéralisation contient jusqu’à 15 % de pyrite en filonnets, jusqu’à 5 % de pyrite en amas, 1 % de galène et localement de l’or visible. Les intervalles se trouvent au contact entre un gabbro et une rhyolite et sont caractérisés par une forte altération en silice, séricite et fuchsite, dans un secteur connu sous le nom de « Northern Lights ».

OSK-W-17-928 a livré une teneur de 79,4 g/t Au sur 2,6 mètres dans la zone Lynx 1. De l’or visible est localement observé au contact entre un dyke porphyrique felsique et un gabbro. La minéralisation se compose de 4 % de pyrite en filonnets et 10 % de veines de quartz-tourmaline dans une zone d’altération modérée en silice.

OSK-W-17-941 a recoupé deux intervalles minéralisés : 13,4 g/t Au sur 2,2 mètres et 5,77 g/t Au sur 2,3 mètres. Le premier intervalle, associé à l’éponte supérieure de Lynx, se compose de rhyolite séricitisée et fortement silicifiée avec des traces de pyrite en filonnets et des veines de tourmaline ptygmatiques. La minéralisation dans le deuxième intervalle, associée à la zone Lynx 1, est similaire mais se trouve au contact avec un gabbro.

OSK-W-17-948 a obtenu des teneurs de 4,39 g/t Au sur 2,0 mètres et 4,62 g/t Au sur 2,4 mètres. Le premier intervalle est associé à la zone Lynx 1 et contient 1 % de pyrite en filonnets et 2 % de veines de pyrite-quartz dans un dyke felsique bréchique silicifié et séricitisé. Le deuxième intervalle est associé à l’éponte supérieure de Lynx. La minéralisation se trouve au contact silicifié, séricitisé et chloritisé entre une rhyolite et un gabbro, et contient 3 % de pyrite en filonnets et 1 % de veines de pyrite-tourmaline-quartz.

OSK-W-17-949 a recoupé une veine de quartz-carbonate dans le couloir Lynx qui a livré une teneur de 3,97 g/t Au sur 3,0 mètres. La minéralisation se compose de traces de pyrite disséminée.

OSK-W-17-950 a obtenu des teneurs de 4,49 g/t Au sur 2,0 mètres et 6,52 g/t Au sur 4,2 mètres. Le premier intervalle est associé à une veine de quartz-tourmaline à texture crustiforme avec localement de l’or visible, encaissée dans un gabbro. Le deuxième intervalle, associé à Lynx 4, contient jusqu’à 4 % de filonnets de pyrite-tourmaline associés à des injections pénétratives de silice dans un dyke porphyrique felsique. Cette intersection permet de prolonger la zone Lynx 4 de 300 mètres au nord-est et en profondeur, dans l’axe de plongée, du sondage OSK-W-17-1169 (21,2 g/t Au sur 4,3 mètres, résultat publiés le 12 octobre 2017).

OSK-W-17-958 a rencontré la zone Lynx 4 avec une teneur de 9,51 g/t Au sur 2,0 mètres. La minéralisation se compose de traces de pyrite disséminée au sein d’une rhyolite séricitisée.

OSK-W-17-967 a livré une teneur de 10,9 g/t Au sur 2,0 mètres dans une veine à texture crustiforme. La minéralisation se compose de traces de pyrite disséminée et est encaissée dans un gabbro chloritisé.

OSK-W-17-970 a obtenu une teneur de 7,51 g/t Au sur 2,0 mètres dans l’éponte supérieure de Lynx. La minéralisation se compose de 3 % de pyrite avec de la fuchsite dans une andésite silicifiée. L’andésite se trouve entre un dyke felsique à texture bréchique et une intrusion porphyrique felsique à gros phénocristaux de quartz.

OSK-W-17-972 a obtenu une teneur de 5,23 g/t Au sur 2,0 mètres. La minéralisation se compose de 2 % de pyrite et 30 % de veines de quartz-tourmaline au sein d’un gabbro.

OSK-W-17-981 a recoupé un intervalle titrant 6,21 g/t Au sur 2,1 mètres dans l’éponte supérieure de Lynx et un autre titrant 5,23 g/t Au sur 2,0 mètres dans la zone Lynx 4. Dans l’éponte supérieure de Lynx, la minéralisation se compose de 3 % de pyrite disséminée et des traces de pyrite en filonnets dans une andésite fortement séricitisée. La minéralisation dans la zone Lynx 4 contient jusqu’à 5 % de filonnets encaissés dans un gabbro.

OSK-W-17-986 a obtenu une teneur de 6,74 g/t Au sur 2,0 mètres dans la zone Lynx 2. La minéralisation se compose de 1 % de pyrite en fragments et des traces de pyrite disséminée dans une intrusion felsique bréchique silicifiée.

OSK-W-17-987 a obtenu une teneur de 4,97 g/t Au sur 2,3 mètres dans l’éponte supérieure de Lynx. La minéralisation se compose de traces de pyrite disséminée avec localement des injections pénétratives de silicet et des veines de carbonate, le tout encaissé dans un gabbro séricitisé et fortement chloritisé.

OSK-W-17-991 a rencontré la zone Lynx 1 avec un intervalle titrant 5,11 g/t Au sur 2,0 mètres. La minéralisation se compose de 3 % de pyrite en filonnets au contact entre un gabbro chloritisé et une intrusion felsique bréchique. L’intervalle permet de prolonger la zone Lynx 1 de 120 mètres an nord-est du sondage OSK-W-17-929 (18,0 g/t Au sur 2,0 mètres, résultats publiés le 3 octobre 2017).

OSK-W-17-1007 a recoupé deux intervalles minéralisés : 6,54 g/t Au sur 2,0 mètres dans la zone Lynx 1 et 10,5 g/t Au sur 2,2 mètres dans une veine à texture crustiforme. La minéralisation dans la zone Lynx 1 se compose de 10 % de pyrite en filonnets dans une andésite chloritisée et séricitisée au contact avec une intrusion felsique bréchique. La veine à texture crustiforme est située dans la zone Lynx 3 et contient 5 % de pyrite disséminée, 5 % de filonnets de pyrite-tourmaline et 1 % de veines de quartz à texture crustiforme dans un gabbro chloritisé.

OSK-W-17-1058 a obtenu une teneur de 8,50 g/t Au sur 3,1 mètres dans la zone Lynx 2. La minéralisation est associée à une veine décimétrique à texture crustiforme contenant localement de l’or visible, 1 % de pyrite, de la sphalérite disséminée et des veines de tourmaline. L’intervalle est encaissé dans une rhyolite fortement silicifiée.

OSK-W-17-1064 a rencontré la zone Lynx 1 avec un intervalle titrant 8,92 g/t Au sur 2,0 mètres. La minéralisation se compose de 3 % de pyrite disséminée et d’une veine à texture crustiforme dans un gabbro altéré en fuchsite et montrant des injections pénétratives de silice.

OSK-W-17-1072 a obtenu une teneur de 3,73 g/t Au sur 2,3 mètres dans la zone Lynx 4. De l’or visible est localement observé dans une veine de quartz centimétrique. La minéralisation comprend également jusqu’à 4 % de filonnets de pyrite-tourmaline dans une rhyolite modérément séricitisée.

OSK-W-17-1072-W3 a obtenu une teneur de 11,3 g/t Au sur 2,0 mètres dans la zone Lynx 4. La minéralisation se compose de 8 % de pyrite en filonnets associée à des veinules de carbonate interstitielles, le tout encaissé dans une rhyolite chloritisée et légèrement séricitisée.

OSK-W-17-1073 a recoupé deux intervalles minéralisés : 8,65 g/t Au sur 2,0 mètres et 3,61 g/t Au sur 2,5 mètres dans l’extension sud-ouest de la zone Lynx 4, près de la zone principale. Le premier intervalle est encaissé dans une rhyolite et contient 20 % de pyrite avec des injections de silice. Le deuxième intervalle est encaissé dans une andésite et contient 10 % de pyrite disséminée et des veines de quartz-carbonate. Ces intervalles se trouvent à 200 mètres au sud-ouest du sondage OSK-W-17-1109 (16,9 g/t Au sur 4,0 mètres, résultat publiés le 12 octobre 2017).

OSK-W-17-1085 a recoupé les zones Lynx 1 et Lynx 2 : 4,83 g/t Au sur 2,2 mètres et 4,45 g/t Au sur 4,0 mètres, respectivement. Les deux intervalles sont encaissés dans une intrusion bréchique altérée en silice et contiennent jusqu’à 3 % de pyrite disséminée, 2 % de pyrite en amas et 1 % de veines de quartz-tourmaline.

OSK-W-17-1098 a obtenu une teneur de 13,7 g/t Au sur 2,4 mètres dans la zone Lynx 3. La minéralisation contient jusqu’à 3 % de pyrite en filonnets avec des veines de quartz-carbonate encaissées dans une intrusion felsique bréchique modérément silicifiée et séricitisée.

OSK-W-17-1104 a recoupé deux intervalles minéralisés : 6,79 g/t Au sur 2,8 mètres dans l’éponte supérieure de Lynx et 10,3 g/t Au sur 2,0 mètres dans la zone Lynx 5. Le premier intervalle est encaissé dans un gabbro séricitisé et fuchsitisé et contient 1 % de pyrite disséminée et 1 % de pyrite en filonnets. Le deuxième intervalle contient 5 % de pyrite et des injections de silice, au contact entre une andésite et une rhyolite. La zone Lynx 5 est ainsi prolongée de 120 mètres au nord-est du sondage OSK-W-17-907 (25,9 g/t Au sur 2,1 mètres, résultats publiés le 30 octobre 2017).

OSK-W-17-1111 a obtenu une teneur de 19,0 g/t Au sur 6,8 mètres dans la zone Lynx 2. L’intervalle se compose de rhyolite séricitisée contenant 10 % de pyrite en filonnets et des injections pénétratives de silice.

OSK-W-17-1128 a obtenu une teneur de 36,1 g/t Au sur 2,1 mètres dans la zone Lynx 2. La minéralisation contient jusqu’à 2 % de pyrite en filonnets au contact fortement silicifié et séricitisé entre un dyke porphyrique felsique et un gabbro.

OSK-W-17-1136 a livré une teneur de 5,40 g/t Au sur 2,0 mètres dans la zone Lynx 2. La minéralisation se compose de 15 % de pyrite avec des injections de silice, au sein d’une intrusion felsique bréchique fortement silicifiée.

OSK-W-17-1143 a recoupé deux intervalles minéralisés : 27,9 g/t Au sur 2,1 mètres et 10,6 g/t Au sur 2,0 mètres. Le premier intervalle contient localement de l’or visible et 30 % de pyrite en filonnets au contact entre un gabbro et une rhyolite. Le deuxième intervalle contient des traces de pyrite disséminée au sein d’une intrusion felsique bréchique séricitisée. Les deux intervalles sont associés à la zone Lynx 2.

OSK-W-17-1190 a obtenu des teneurs de 6,03 g/t Au sur 2,1 mètres et 4,09 g/t Au sur 6,0 mètres. Le premier intervalle contient jusqu’à 20 % de pyrite disséminée et une veine centimétrique de quartz fumé dans une andésite. Le deuxième intervalle, dans une andésite séricitisée, contient jusqu’à 20 % de pyrite disséminée à localement semi-massive (50 %). Ces intervalles se trouvent à 500 mètres au sud-ouest du sondage OSK-W-17-907 (30,2 g/t Au sur 2,0 mètres, résultat publiés le 18 septembre 2017) dans l’extension générale vers le haut dans l’axe de plongée de la zone Lynx 5, bien que la géométrie de la zone reste à déterminer.

Personne qualifiée

Le contenu scientifique et technique du présent communiqué a été révisé, préparé et approuvé par M. Louis Grenier, M.Sc.A., géo. (OGQ 800), chef de projet sur le projet aurifère du Lac Windfall et « personne qualifiée » en vertu du Règlement 43-101 sur l’information concernant les projets miniers (le « Règlement 43-101 »).

Contrôle de la qualité et protocoles de présentation

L’épaisseur réelle des intervalles publiés est estimée à 65-80 % des longueurs présentées dans l’axe de forage pour la plupart des zones. Les résultats d’analyse n’ont pas été coupés, sauf indication contraire. Les intersections se trouvent à l’intérieur des limites géologiques des principales zones minéralisées, mais n’ont pas été corrélées à des domaines filoniens individuels pour l’instant. Les intervalles présentés comprennent des teneurs moyennes pondérées d’au moins 3,0 g/t Au diluées sur des longueurs d’au moins 2,0 mètres dans l’axe de forage. Tous les résultats d’analyse de carottes de forage de calibre NQ ont été obtenus soit par pyroanalyse avec tamisage métallique sur des fractions de 1 kilogramme ou par pyroanalyse standard avec fini par absorption atomique ou fini gravimétrique sur des fractions de 50 grammes soit aux laboratoires d’ALS à Val-d’Or (Québec), à Thunder Bay ou à Sudbury (Ontario) ou à Vancouver (Colombie-Britannique), soit aux laboratoires de Bureau Veritas à Timmins (Ontario). La méthode d’analyse par tamisage métallique sur une fraction de 1 kilogramme est privilégiée par le géologue lorsque l’échantillon contient de l’or grossier ou présente un pourcentage plus élevé de pyrite que les sections avoisinantes. Quelques échantillons ont aussi été analysés pour plusieurs éléments incluant l’argent, par la méthode Aqua Regia-ICP-AES d’ALS Laboratories. La conception du programme de forage, le programme d’assurance-qualité/contrôle de la qualité (« AQ/CQ ») et l’interprétation des résultats sont effectués par des personnes qualifiées appliquant un programme d’AQ/CQ conforme au Règlement 43-101 et aux meilleures pratiques de l’industrie. Des échantillons de référence et des blancs sont insérés à tous les 20 échantillons dans le cadre du programme d’AQ/CQ par la Société et par le laboratoire. Environ 5 % des pulpes d’échantillons sont expédiés à d’autres laboratoires pour des analyses de vérification.

À propos du gîte aurifère du Lac Windfall

Le gîte aurifère du Lac Windfall est situé entre Val-d’Or et Chibougamau, dans la région de l’Abitibi au Québec (Canada). Les ressources minérales définies par les détenteurs antérieurs sont estimées à 2 762 000 tonnes à 8,42 g/t Au (748 000 onces) dans la catégorie indiquée et à 3 512 000 tonnes à 7,62 g/t Au (860 000 onces) dans la catégorie présumée (tiré d’un rapport technique daté du 10 juin 2015, intitulé « Preliminary Economic Assessment of the Windfall Lake Gold Property, Quebec, Canada » avec une date d’effet au 28 avril 2015, préparé conformément au Règlement 43-101). Le gîte aurifère du Lac Windfall est actuellement l’un des projets à l’étape des ressources avec les plus hautes teneurs en or au Canada. La majeure partie de la minéralisation se trouve dans la zone Principale, orientée sud-ouest/nord-est et formée d’un empilement de lentilles minéralisées, qui mesure environ 600 mètres de large par au moins 1 400 mètres de long. Le gîte est bien défini de la surface jusqu’à une profondeur de 500 mètres et demeure ouvert latéralement et en profondeur. De la minéralisation a été identifiée à seulement 30 mètres sous la surface dans certains secteurs et jusqu’à 870 mètres de profondeur dans d’autres secteurs; il existe donc un grand potentiel d’étendre la zone de minéralisation connue vers la surface et en profondeur dans l’axe de plongée.

À propos de Minière Osisko inc.

Osisko est une société d’exploration minière axée sur l’acquisition, l’exploration et la mise en valeur de propriétés de ressources de métaux précieux au Canada. Osisko détient 100 % du gîte aurifère à haute teneur du Lac Windfall, situé entre les villes de Val-d’Or et Chibougamau au Québec, ainsi qu’une participation indivise de 100 % dans un important groupe de claims dans les secteurs avoisinants d’Urban-Barry et de Quévillion (plus de 3 300 kilomètres carrés), en plus d’une participation de 100 % dans le projet Marban, situé au cœur du prolifique district minier aurifère de l’Abitibi au Québec. Osisko détient aussi des propriétés dans le district minier de Larder Lake, dans le nord-est de l’Ontario, qui couvrent notamment les gîtes Jonpol et Garrcon sur la propriété Garrison, l’ancienne mine Buffonta et la propriété minière Gold Pike. La Société détient aussi des participations et des options visant plusieurs autres propriétés dans le nord du Québec et de l’Ontario. Osisko demeure bien financée avec environ 220 millions de dollars en trésorerie et en placements.

Mise en garde à l’égard des renseignements prospectifs

Le présent communiqué contient des « renseignements prospectifs » au sens attribué à ce terme par les lois canadiennes applicables sur les valeurs mobilières, qui sont basés sur les attentes, les estimations, les projections et les interprétations en date du présent communiqué. Les renseignements dans le présent communiqué portant sur le fait que le gîte aurifère du Lac Windfall est actuellement l’un des projets à l’étape des ressources avec les plus hautes teneurs en or au Canada; le programme de forage actuel de 800 000 mètres; l’importance des nouveaux résultats du programme de forage en cours sur le projet aurifère du Lac Windfall; l’importance des résultats d’analyse présentés dans le présent communiqué de presse; le type de forage inclus dans le programme de forage (du forage de définition, du forage d’expansion au nord-est du gîte principal et sur le gîte Lynx adjacent, et du forage d’exploration sur le gîte principal et sur l’ensemble du projet Urban-Barry); la minéralisation potentielle; le potentiel de prolonger la minéralisation vers le haut et vers le bas dans l’axe de plongée ainsi qu’en profondeur au gîte aurifère du Lac Windfall; la capacité de mettre en valeur toute minéralisation d’une façon économique; la capacité de réaliser toute activité d’exploration proposée et les résultats de ces activités, y compris la continuité ou l’extension de toute minéralisation; ainsi que tout autre renseignement dans les présentes qui n’est pas un fait historique, pourraient constituer des « renseignements prospectifs ».
Tout énoncé qui implique des discussions à l’égard de prévisions, d’attentes, d’interprétations, d’opinions, de plans, de projections, d’objectifs, d’hypothèses, d’événements ou de rendements futurs (utilisant souvent, mais pas forcément, des expressions comme « s’attend » ou « ne s’attend pas », « est prévu », « interprété », « de l’avis de la direction », « anticipe » ou « n’anticipe pas », « planifie », « budget », « échéancier », « prévisions », « estime », « est d’avis », « a l’intention », ou des variations de ces expressions ou des énoncés indiquant que certaines actions, certains événements ou certains résultats « pourraient » ou « devraient » se produire, « se produiront » ou « seront atteints ») n’est pas un énoncé de faits historiques et pourrait constituer des renseignements prospectifs et a pour but d’identifier des renseignements prospectifs. Ces renseignements prospectifs reposent sur des hypothèses raisonnables et des estimations faites par la direction d’Osisko au moment où elles ont été formulées, mais impliquent des risques connus et inconnus, des incertitudes et d’autres facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels, le rendement ou les réalisations d’Osisko soient sensiblement différents des résultats, du rendement ou des réalisations futurs explicitement ou implicitement indiqués par de tels renseignements prospectifs.
Ces facteurs comprennent notamment les risques associés à la capacité des activités d’exploration (incluant les résultats de forage) de prédire la minéralisation avec exactitude; les erreurs dans la modélisation géologique de la direction; la capacité d’Osisko de réaliser d’autres activités d’exploration incluant du forage; la participation dans le projet aurifère du Lac Windfall; la capacité de la Société d’obtenir les autorisations requises et de clôturer les transactions selon les modalités annoncées; les résultats des activités d’exploration; les risques liés aux activités minières; la conjoncture économique mondiale; les prix des métaux; la dilution; les risques environnementaux; et les actions communautaires et non gouvernementales. Bien que les renseignements prospectifs contenus dans le présent communiqué soient basés sur des hypothèses considérées raisonnables de l’avis de la direction au moment de leur publication, Osisko ne peut garantir aux actionnaires et aux acheteurs éventuels de titres de la Société que les résultats réels seront conformes aux renseignements prospectifs, puisqu’il pourrait y avoir d’autres facteurs qui auraient pour effet que les résultats ne soient pas tels qu’anticipés, estimés ou prévus, et ni Osisko ni aucune autre personne n’assume la responsabilité pour la précision ou le caractère exhaustif des renseignements prospectifs. Osisko n’entreprend et n’assume aucune obligation d’actualiser ou de réviser tout énoncé prospectif ou tout renseignement prospectif contenu dans les présentes en vue de refléter de nouveaux événements ou de nouvelles circonstances, sauf si requis par la loi.

Minière Osisko inc.
John Burzynski
Président et chef de la direction
(416) 363-8653

Les résultats du premier trimestre de l’exercice financier 2018 d’H2O Innovation montrent une croissance organique soutenue dynamisée par un modèle d’affaires solide

QUÉBEC, QUÉBEC–(Marketwired – 14 nov. 2017) – H2O Innovation inc. (TSX CROISSANCE:HEO)

Faits saillants

  • Par souci de clarté et afin d’établir une comparaison équitable, les chiffres du premier trimestre de l’exercice 2018 devraient être comparés aux chiffres non ajustés du premier trimestre de l’exercice 2017, comprenant les opérations d’Utility Partners pour une période complète de trois mois;
  • Croissance soutenue des revenus de 13,8 %, pour atteindre 22,6 M $, contre 19,9 M $ pour la période correspondante de l’exercice précédent;
  • Revenus de nature récurrente, provenant des piliers d’affaires de produits de spécialités et services (« SP&S ») et opération et maintenance (« O&M »), représentent 63,9 % des revenus totaux;
  • Carnet de commandes consolidé des projets de traitement d’eau et d’eaux usées (« Projets ») et des contrats d’O&M à 105,3 M $ au 30 septembre 2017, comparativement à 98,5 M $ pour la période se terminant le 30 septembre 2016;
  • BAIIA ajusté1 est stable à 0,6 M $ pour le premier trimestre de l’exercice financier 2018 et pour la période correspondante de l’exercice financier 2017;
  • Perte nette de (1 089 875 $), comparativement à (1 082 086 $) pour le premier trimestre de l’exercice financier précédent.

Tous les montants sont en dollars canadiens à moins d’indication contraire.

H2O Innovation inc. (« H2O Innovation » ou la « Société ») (TSX CROISSANCE:HEO)(ALTERNEXT:MNEMO:ALHEO)(OTCQX:HEOFF) fait connaître aujourd’hui ses résultats du premier trimestre de l’exercice financier 2018 terminé le 30 septembre 2017. Les revenus du premier trimestre de l’exercice financier 2018 totalisent 22,6 M $, en hausse de 2,7 M $ ou 13,8 %, comparativement à 19,9 M $ pour le trimestre correspondant de l’exercice financier 2017. Notre carnet de commandes consolidé au 30 septembre 2017 s’élevait à 105,3 M $, comparativement à 98,5 M $ l’an dernier, contribuant à offrir une excellente visibilité sur la reconnaissance des revenus pour les trimestres à venir.

Les revenus provenant des projets de traitement d’eau et d’eaux usées (« Projets ») ont atteint 8,2 M $, contre 5,4 M $ pour la période correspondante de l’exercice financier précédent, ce qui représente une augmentation de 51,9 %. Cette hausse s’explique par un plus grand nombre de projets atteignant la phase de reconnaissance des revenus. Le créneau actuel des Projets demeure très riche en opportunités et les prochains trimestres devraient être bien occupés avec un carnet de commandes de 54,7 M $ au 30 septembre 2017.

Du côté des SP&S, les revenus ont atteint 6,0 M $, contre 5,9 M $ au trimestre correspondant de l’exercice précédent, ce qui représente une augmentation de 1,1 %. Cette augmentation des revenus provenant des SP&S est le résultat direct des investissements effectués dans les fonctions d’exploitation et de vente visant à supporter et à alimenter la croissance de cette ligne d’affaires. « Avec le lancement de la saison acéricole, nous prévoyons que les revenus provenant des SP&S augmenteront au cours des prochains trimestres, ce qui devrait faire augmenter la marge bénéficiaire brute », a déclaré Frédéric Dugré, président et chef de la direction d’H2O Innovation.

Pour les revenus provenant des activités d’O&M, un ajustement a été fait au cours de l’audit pour l’année financière 2017. La date effective de l’acquisition d’Utility Partners a été considérée le 26 juillet 2016 plutôt que le 1 juillet 2016, tel qu’initialement divulgué dans les états financiers consolidés intermédiaires résumés au 30 septembre 2016. Par conséquent, les chiffres correspondants pour le premier trimestre terminé le 30 septembre 2016 ont été redressés afin de refléter cet ajustement et seulement deux mois d’opération pour la division Utility Partners ont été constatés. L’impact de cet ajustement sur les résultats de la période terminée le 30 septembre 2016 se résume comme suit : une diminution des revenus de 2 384 712 $, une diminution du coût des marchandises vendues de 2 212 400 $, une diminution des frais administratifs de 172 312 $ et une diminution de l’amortissement des actifs incorporels liés à l’acquisition d’Utility Partners de 132 927 $. L’impact net est une diminution de la perte nette et des bénéfices non répartis de 132 927 $. La perte de base par action a diminué, de (0,028 $) à (0,024 $), alors que la perte diluée par action est passée de (0,027 $) à (0,024 $). La rentabilité de la Société n’a pas été affectée proportionnellement, créant ainsi une distorsion quant aux résultats d’opérations, notamment en ce qui concerne la marge bénéficiaire brute et le ratio de BAIIA ajusté sur les revenus. Bien que ces chiffres aient été ajustés dans période correspondante, la direction a choisi de présenter les chiffres ajustés et non ajustés dans le Rapport de Gestion, comme si la transaction avait eu lieu le 1er juillet 2016, afin de donner une image plus juste des résultats.

Les revenus provenant des activités d’O&M sont de nature récurrente et se sont élevés à 8,4 M $, contre 8,5 M $ au trimestre correspondant de l’année précédente, représentant une baisse de 1,1 %. Sans l’impact du taux de change et considérant trois mois de revenus, le pilier d’affaires d’O&M démontre une croissance organique de 2,4 % depuis l’année dernière, si comparé en dollar américain. Comme ces revenus sont récurrents, cette croissance continuera à influencer positivement les trimestres à venir. Le carnet de commandes provenant des contrats d’O&M a totalisé 50,6 M $ au 30 septembre 2017, et consiste en des contrats à long terme, principalement avec des municipalités, contenant des options de renouvellement pluriannuelles.

« Un an après l’acquisition d’UP, qui nous a permis de solidifier notre troisième pilier d’affaires d’O&M, nous pouvons affirmer que notre modèle d’affaires se concrétise vraiment. Mis ensemble, nos trois piliers d’affaires continuent de croître, de s’améliorer et de proposer à nos clients une offre intégrée unique. Notre modèle d’affaires génère de multiples synergies entre les trois piliers et nous permet d’augmenter le ratio des revenus récurrents. Stimulé par l’attribution d’un projet phare de réutilisation d’eau de 40 MGD pour la ville de San Diego combiné à 100% de renouvellements de nos contrats d’O&M, notre carnet de commandes consolidé s’élevant à 105,3 M $ nous fournit une excellente visibilité des revenus pour l’exercice financier en cours. Nous continuons à aspirer à de nouvelles innovations pour les trois piliers d’affaires, ce qui nous permet de garantir de nouvelles ventes, d’accroître la rétention de la clientèle et de recruter de nouveaux distributeurs pour nos gammes de produits de spécialité. Dans l’ensemble, notre entreprise n’a jamais été aussi bien équilibrée, prévisible et en position de croissance », a ajouté Frédéric Dugré, président et chef de la direction d’H2O Innovation.

Au cours de ce premier trimestre de l’exercice 2018, la Société a généré une marge bénéficiaire brute avant amortissements de 19,7 %, contre la marge bénéficiaire brute avant amortissements de 22,5 % générée au premier trimestre de l’exercice 2017. Cette baisse s’explique par la combinaison des revenus qui a été modifiée avec l’augmentation des revenus provenant du pilier d’affaires de Projets. Les activités de Projets et d’O&M génèrent habituellement une marge bénéficiaire brute moins élevée. Par conséquent, avoir 63,9 % des revenus provenant de ces deux piliers exerce une pression sur la marge brute globale de la Société.

Le ratio des charges d’exploitation, frais de vente et frais administratifs (« SG&A ») par rapport aux revenus de la Société s’est élevé à 17,7 % pour ce trimestre, en baisse comparativement à 19,6 % pour le trimestre correspondant de l’exercice financier précédent. Cette diminution en pourcentage des SG&A sur les revenus est principalement attribuable à l’augmentation globale des revenus, sans affecter de façon proportionnelle les frais de vente, les charges d’exploitation et les frais administratifs. Le niveau global des SG&A fût relativement stable au cours des premiers trimestres de l’exercice financier 2017 et de l’exercice financier 2018.

Le BAIIA ajusté de la Société est stable à 0,6 M $ pour le premier trimestre de l’exercice financier 2018 et pour la période correspondante de l’exercice financier 2017. Le ratio de BAIIA ajusté sur les revenus est de 2,6 %, comparativement à 3,2 % pour le trimestre correspondant de l’exercice financier 2017. Le volume plus élevé de projets exécutés, la marge bénéficiaire brute inférieure des Projets par rapport à l’exercice précédent ainsi que les revenus provenant des activités d’O&M ont eu un impact sur le BAIIA ajusté.

La perte nette s’élevait à (1 089 875 $) ou (0,027 $) par action pour le premier trimestre de l’exercice financier 2018, contre (1 082 086 $) ou (0,028 $) de perte de base par action pour le premier trimestre de l’exercice financier 2017. Cette augmentation est principalement attribuable à la combinaison des produits avec plus de revenus provenant des piliers d’affaires de Projets et d’O&M, exerçant une pression sur la marge bénéficiaire brute ainsi qu’à l’impact net de la fraude externe perpétrée par l’entremise de la plateforme bancaire en ligne de la Société.

Les activités opérationnelles, après les éléments du fond de roulement, ont utilisé 3,0 M $ de liquidités pour la période terminée le 30 septembre 2017, contre 1,7 M $ pour la période correspondante terminée le 30 septembre 2016. L’impact de la perte nette fût atténuée par l’augmentation des charges d’amortissement, mais aussi par la variation significative des éléments de fonds de roulement, tels qu’un volume d’activités plus important pour ce trimestre, comparativement au premier trimestre de l’exercice financier 2017, une augmentation des stocks visant à satisfaire la demande croissante ainsi qu’un décalage au niveau des phases de production des Projets, ce qui affecte les échéanciers de facturation. Les activités opérationnelles ont également été affectées négativement par la fraude externe perpétrée par l’entremise de la plateforme bancaire en ligne de la Société, durant le premier trimestre de l’exercice financier 2018. De l’investissement dans les immobilisations corporelles a aussi été réalisé, totalisant 0,4 M $, dont 0,1 M $ ont été réalisés pour soutenir directement certaines usines d’O&M.

RÉSULTATS CONSOLIDÉS
Principales données financières
Périodes de trois mois
terminées les 30 septembre
(non auditées)
2017 2016
(ajustés)
2016
(non ajustés)
$ $ $
Revenus 22 617 998 17 484 150 19 868 862
Bénéfice brut avant amortissements 4 454 386 4 291 226 4 463 537
Marge bénéficiaire brute 19,7 % 24,5 % 22,5 %
Charges d’exploitation 877 385 438 404 438 404
Frais de vente 1 638 213 1 595 891 1 595 891
Frais administratifs 1 477 610 1 688 419 1 860 730
Frais de recherche et développement – nets 8 515 81 372 81 372
Perte nette (1 089 875 ) (949 159 ) (1 082 086 )
Perte de base par action (0,027 ) (0,024 ) (0,028 )
Perte dilué(e) par action (0,027 ) (0,024 ) (0,027 )
BAIIA ajusté 588 063 629 015 629 015
BAIIA ajusté sur les revenus 2,6 % 3,6 % 3,2 %

Conférence téléphonique d’H2O Innovation

Frédéric Dugré, président et chef de la direction ainsi que Marc Blanchet, chef de la direction financière, tiendront une conférence téléphonique pour discuter plus amplement des résultats financiers du premier trimestre 2018, à 10h00 (heure de l’Est), le mardi 14 novembre 2017.

Pour joindre la conférence, veuillez composer le 1 (877) 223-4471 ou 1 (647) 788-4922, de cinq à dix minutes avant le début de la conférence. Les diapositives accompagnant la conférence téléphonique seront disponibles sur la page Présentations Corporatives de la section Investisseurs du site web de la Société.

Le rapport financier du premier trimestre est disponible sur www.h2oinnovation.com. Des informations additionnelles sur la Société sont disponibles sur SEDAR (www.sedar.com).

Énoncés prospectifs

Certains énoncés figurant dans le présent communiqué de presse relatifs aux activités de H2O Innovation ainsi que dans d’autres communications publiées par la Société décrivant de manière plus générale les objectifs, projections, estimations, attentes ou prévisions de la direction peuvent constituer des énoncés prospectifs au sens de la législation sur les valeurs mobilières. Les énoncés prospectifs concernent l’analyse et toute autre information basée sur la prévision de résultats, de rendement et de réalisations futurs et l’estimation de montants qu’il est actuellement impossible de déterminer. Les énoncés prospectifs peuvent être identifiés par l’utilisation des termes tels que « prévoir », « si », « croire », « continuer », « pourrait », « évaluer », « s’attendre à », « avoir l’intention de », « peut », « planifier », « potentiel », « prédire », « projeter », « devrait » ou « devoir » ou d’autres expressions similaires ainsi que les termes habituellement utilisés au futur et au conditionnel, notamment au regard de certaines hypothèses sur l’avenir d’une entreprise émergente. Ces énoncés prospectifs, formulés d’après les attentions actuelles de la direction, sont assujettis à certains risques et incertitudes, connus ou non, qui peuvent faire en sorte que les résultats, le rendement et les réalisations actuels et futurs de la Société diffèrent substantiellement des résultats indiqués par ces énoncés prospectifs. Le détail de ces risques et incertitudes est disponible sur SEDAR (www.sedar.com) dans la notice annuelle de la Société datée du 26 septembre 2017. À moins que la législation applicable en matière de valeurs mobilières l’exige, H2O Innovation décline toute obligation de réviser ou de mettre à jour les énoncés prospectifs figurant dans le présent rapport de gestion ou dans toute autre communication par suite de nouvelles informations, d’événements futurs ou de tout autre changement.

À propos de H2O Innovation

H2O Innovation conçoit et fournit des systèmes sur mesure ainsi que des solutions intégrées de traitement d’eau utilisant les technologies de filtration membranaire pour les marchés municipaux, industriels, de l’énergie et des ressources naturelles. Les activités de la Société reposent sur trois piliers principaux, soit i) les projets de traitement d’eau et d’eaux usées ; ii) les produits de spécialité et services, comprenant une gamme complète de produits chimiques de spécialité, de consommables, de produits spécialisés pour l’industrie du traitement de l’eau et de systèmes de contrôle et de surveillance ; iii) ainsi que des services d’opération et de maintenance des systèmes de traitement d’eau et d’eaux usées. Pour plus de renseignements, visitez : www.h2oinnovation.com.

La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de réglementation (au sens attribué à ce terme dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) ainsi que la Bourse Alternext n’assument aucune responsabilité quant à la pertinence ou à l’exactitude du présent communiqué.

Source : H2O Innovation inc.

www.h2oinnovation.com

1 La définition du bénéfice ajusté avant intérêts, impôts et amortissements (BAIIA ajusté) ne tient pas compte des charges financières – nettes, des charges de rémunération à base d’actions, de la perte nette liée à une fraude bancaire, de la perte (du gain) de change non réalisée et des coûts d’acquisition et d’intégration de la Société. Le lecteur peut donc faire le rapprochement entre le BAIIA ajusté la perte nette. La définition du BAIIA ajusté utilisée par la Société peut différer de celles utilisées par d’autres sociétés.
H2O Innovation inc.
Marc Blanchet
+1 418-688-0170
marc.blanchet@h2oinnovation.com
www.h2oinnovation.com

Rachat d’actions privilégiées de catégorie A à dividende non cumulatif, série 11

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 14 nov. 2017) – La Banque Laurentienne du Canada (TSX:LB) annonce qu’elle procédera au rachat, le 15 décembre 2017, de la totalité de ses actions privilégiées de catégorie A à dividende non cumulatif, série 11 alors en circulation. Ces actions privilégiées seront rachetées à un prix de rachat de 25,00 $ par action, plus les dividendes déclarés et non versés.

Tout propriétaire véritable qui n’est pas le porteur inscrit de ces actions doit communiquer avec l’institution financière, le courtier ou tout autre intermédiaire par l’entremise duquel il détient celles-ci afin de confirmer la procédure par laquelle il recevra le produit du rachat. L’avis de rachat ainsi que les directives s’y rapportant seront envoyés à tous les actionnaires inscrits.

À propos de la Banque Laurentienne

La Banque Laurentienne du Canada est une institution financière dont les activités s’étendent principalement au Canada. Fondée en 1846, elle a pour mission d’aider ses clients à améliorer leur santé financière et est guidée par ses valeurs de proximité, de simplicité et d’honnêteté.

Elle sert un million et demi de clients partout au pays et emploie plus de 3 500 personnes, ce qui fait d’elle un acteur important dans plusieurs segments de marché. La Banque répond aux besoins des particuliers par l’intermédiaire de son réseau de succursales au Québec. Elle se démarque également par son savoir-faire auprès des petites et moyennes entreprises et des promoteurs immobiliers, grâce à ses équipes spécialisées situées partout au Canada. Sa filiale B2B Banque est quant à elle un des principaux fournisseurs canadiens de produits et services bancaires et de comptes d’investissement par l’entremise de conseillers financiers et de courtiers. Valeurs mobilières Banque Laurentienne offre des services de courtage de plein exercice à une clientèle d’investisseurs institutionnels et particuliers.

La Banque gère un actif au bilan de plus de 45 milliards $, de même que des actifs administrés de plus de 31 milliards $.

Hélène Soulard
Vice-présidente adjointe
Communications
Bureau : 514-284-4500, poste 8232
Cellulaire : 514-926-3295
helene.soulard@banquelaurentienne.ca

Bombardier signe une lettre d’intention avec EgyptAir qui couvrirait jusqu’à 24 avions CS300

DUBAÏ, ÉMIRATS ARABES UNIS–(Marketwired – 14 nov. 2017) –

Note aux rédacteurs : Une photo est associée à ce communiqué de presse.

Bombardier Avions commerciaux a annoncé aujourd’hui, au Salon de l’aéronautique de Dubaï, la signature d’une lettre d’intention avec la compagnie EgyptAir Holding Company, basée au Caire, pour l’acquisition d’un maximum de 24 avions CS300. Cette transaction porte sur 12 avions CS300 et des droits d’achat de 12 avions supplémentaires.

Selon le prix affiché de l’avion de ligne CS300, le montant d’une commande ferme s’élève à environ 1,1 milliard $ US. Si EgyptAir exerçait également ses droits d’achat de 12 avions CS300, la valeur du contrat s’élèverait à près de 2,2 milliards $ US.

En présence de Son Excellence Sherif Fathi, ministre égyptien de l’Aviation civile, un point de presse a été tenu aujourd’hui au Salon de l’aéronautique de Dubaï, pendant lequel Safwat Musallam, président et chef de la direction d’EgyptAir, et Fred Cromer, président de Bombardier Avions commerciaux, ont célébré la signature de la lettre d’intention qui ouvre un nouveau chapitre dans les relations entre les deux entreprises.

« Nous sommes heureux du nouveau partenariat conclu avec Bombardier dans le cadre de notre stratégie de modernisation de notre flotte. Ayant fait une évaluation détaillée de notre flotte, nous avons réalisé que l’avion CS300 était parfaitement adapté à nos plans d’affaires et à notre stratégie de croissance », a affirmé Safwat Musallam.

« Nous avons sélectionné l’avion C Series en raison de son excellente autonomie, parfaitement adaptée pour desservir aux niveaux national et régional les villes arabes voisines, le Moyen-Orient et plusieurs destinations européennes; et cela en plus des caractéristiques économiques hors du commun de l’avion CS300 et de sa cabine exceptionnelle. Nous sommes impatients d’élargir notre réseau avec les avions CS300 et nous sommes contents de voir que le partenariat annoncé avec Airbus apportera un soutien additionnel au programme C Series. »

« Nous sommes ravis qu’EgyptAir ait choisi l’avion CS300 pour renouveler sa flotte, a déclaré Fred Cromer. Dans ses prévisions de marché sur 20 ans, Bombardier prévoit pour la région une demande de 450 avions dans le segment des avions de 60 à 150 places, et cette lettre d’intention confirme la nécessité pour les compagnies aériennes du Moyen-Orient de pouvoir bénéficier d’avions de taille adéquate. Nous avons la certitude que nos petits avions monocouloirs C Series sont parfaitement adaptés aux environnements à température élevée de la région et qu’ils présenteront des performances et offriront des avantages économiques importants permettant d’accroître la rentabilité des compagnies aériennes. »

À propos d’EgyptAir

Basée au Caire, EgyptAir est la compagnie aérienne nationale d’Égypte. Établie le 7 mai 1932, elle a été la première ligne aérienne au Moyen-Orient et en Afrique et la septième du monde à se joindre à l’AITA. Son réseau comprend plus de 70 destinations et couvre environ 60 pays afin de répondre aux besoins de la clientèle. EgyptAir est un membre du réseau Star Alliance depuis juillet 2008.

Vous trouverez plus de nouvelles et d’information à l’adresse www.egyptair.com ainsi que sur les pages officielles d’EgyptAir dans les médias sociaux.

À propos des avions C Series

Les avions C Series sont les seuls avions optimisés pour le segment de marché des aéronefs de 100 à 150 places, grâce à leur proposition économique et à leur performance exceptionnelles, créant ainsi de nouvelles possibilités pour l’exploitation des avions monocouloirs. Les avions C Series sont fabriqués par la Société en commandite Avions C Series, une filiale du secteur Bombardier Avions commerciaux de Bombardier Inc.

Composée de l’avion CS100 et de l’avion CS300 de plus grande capacité, la famille d’avions C Series constitue une fusion de la performance et de la technologie. Le résultat? Des avions qui offrent des performances et des caractéristiques économiques inégalées dans le segment de marché des avions de 100 à 150 places et des coûts par passager de 18 pour cent inférieurs, ce qui en fait les candidats idéaux pour compléter des flottes d’avions monocouloirs de plus grande capacité. Les compagnies aériennes peuvent maintenant exploiter des liaisons auparavant non rentables ni même possibles. L’augmentation de la distance franchissable de plus de 20 pour cent sur des aéroports en haute altitude et au climat chaud, comme Denver, Mexico ou Lhassa, est maintenant confirmée.

Bombardier a établi une nouvelle norme en matière de conception et de polyvalence de la cabine, afin de garantir une expérience passager incomparable. Dotés de sièges, de porte-bagages supérieurs et de hublots plus grands, les avions monocouloirs C Series procurent une sensation d’espace digne des avions à large fuselage, offrant aux passagers un confort inégalé.

Les avions CS100 et CS300 ont en commun plus de 99 pour cent de leurs pièces et possèdent une qualification de type commune. Le moteur révolutionnaire PurePowerMD PW1500G de Pratt & Whitney, combiné à l’aérodynamique évoluée de l’avion, permet une réduction de la consommation de carburant, du bruit et des émissions, faisant des avions C Series les avions les plus conviviaux pour les collectivités.

À propos de Bombardier

Bombardier est le plus important constructeur d’avions et de trains au monde. Regardant vers l’avenir tout en repoussant les limites du présent, Bombardier fait évoluer la mobilité à l’échelle mondiale en répondant à la demande de moyens de transport plus efficaces, durables et agréables. C’est à notre vaste éventail de véhicules et de services et, surtout, à nos employés que nous devons notre position de chef de file mondial.

Le siège social de Bombardier est situé à Montréal, au Canada. Nos actions (BBD) se négocient à la Bourse de Toronto. Au cours de l’exercice terminé le 31 décembre 2016, nous avons réalisé un chiffre d’affaires de 16,3 milliards de dollars. Pour vous renseigner davantage, consultez le site www.bombardier.com ou suivez-nous sur Twitter à @Bombardier.

Notes aux rédacteurs

Des images des avions CS300 sont affichées avec le présent communiqué de presse à l’adresse www.bombardier.com

Vous trouverez un document d’information sur l’avion CS300 dans l’espace média de BAC.

Pour en savoir plus sur EgyptAir, consultez le site Web www.egyptair.com.

Suivez @BBD_Aircraft sur Twitter pour obtenir les nouvelles et les mises à jour les plus récentes de Bombardier Avions commerciaux

Pour recevoir nos communiqués de presse, visitez la section Fils RSS du site Web de Bombardier.

Bombardier, CS100, CS300 et C Series sont des marques de commerce de Bombardier Inc. ou de ses filiales.

Pour voir la photo associée à ce communiqué, veuillez consulter le lien suivant : http://media3.marketwire.com/docs/EgyptAir_2017DubaiAirshow.jpg

Nathalie Siphengphet
Conseillère principale,
Affaires publiques et relations avec les médias
Bombardier Avions commerciaux
+1 450 476-5792
nathalie.siphengphet@aero.bombardier.com/www.bombardier.com

Bombardier double la capacité de son centre de service de Londres-Biggin Hill avec l’ajout d’un nouveau hangar

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 14 nov. 2017) –

Note aux rédacteurs : Une photo est associée à ce communiqué de presse.

Bombardier Avions d’affaires a l’honneur d’annoncer que son centre de service de l’aéroport de Londres-Biggin Hill a doublé sa capacité avec l’ajout d’un nouveau hangar et de plus de 70 techniciens, assurant aux clients de la région un soutien de maintenance étendu. Le nouveau hangar sera opérationnel d’ici la fin de 2017 et les effectifs de l’établissement croîtront jusqu’à un total d’environ 115 employés d’ici le milieu de 2018.

Avec la forte demande de services d’équipementier d’origine en Europe, le hangar supplémentaire sera affecté aux interventions de révision générale, y compris les inspections à 96 mois et à 120 mois. Après cette expansion, le centre de Bombardier à l’aéroport de Londres-Biggin Hill pourra assurer l’entretien de deux fois plus d’avions, y compris la maintenance programmée ou non programmée, les modifications et les installations avioniques pour les avions Learjet, Challenger et Global de Bombardier.

« La satisfaction de la clientèle est une priorité absolue chez Bombardier. Le nouveau hangar et les techniciens supplémentaires offriront à nos clients la tranquillité d’esprit et un niveau de soutien exceptionnel pour tous leurs besoins de maintenance. Bombardier est celle qui connaît le mieux ses avions, ce qui explique pourquoi nos services de maintenance connaissent une forte demande dans cette région », indique Jean-Christophe Gallagher, vice-président et directeur général de l’Expérience client de Bombardier Avions d’affaires.

Depuis son inauguration plus tôt cette année, l’établissement de Bombardier à l’aéroport de Londres-Biggin Hill a soutenu plus de 40 interventions de maintenance, dont l’installation en rattrapage d’un système Internet haute vitesse à bande Ka avec routeur de données air-sol Rockwell Collins. Ce hangar supplémentaire procurera aux clients de la région un soutien de maintenance étendu, renforçant l’engagement de Bombardier à l’égard de l’aéroport de Biggin Hill.

« Cette expansion témoigne également de l’engagement de Bombardier à faire croître l’aviation d’affaires au Royaume-Uni et à renforcer ses relations à long terme avec l’aéroport de Londres-Biggin Hill. Nous tenons à élargir notre réseau mondial de soutien de la clientèle et à veiller à offrir des produits après-vente qui ajoutent de la valeur durant tout le cycle de vie de nos avions », a ajouté M. Gallagher.

À propos de Bombardier

Bombardier est le leader mondial de la fabrication d’avions et de trains. Regardant vers l’avenir tout en repoussant les limites du présent, Bombardier fait évoluer la mobilité en répondant à la demande mondiale en moyens de transport plus efficaces, plus durables et plus agréables. Notre leadership résulte d’un vaste éventail de véhicules, de services et, surtout, de nos employés.

Le siège social de Bombardier est situé à Montréal, au Canada et nos actions (BBD) se négocient à la Bourse de Toronto. Pour l’exercice clos le 31 décembre 2016, nos revenus ont totalisé 16,3 milliards $. Vous trouverez nouvelles et information à l’adresse bombardier.com ou en nous suivant sur Twitter : @Bombardier.

Notes aux rédacteurs

Suivez @Bombardierjets sur Twitter pour obtenir les dernières nouvelles et mises à jour de Bombardier Avions d’affaires.

Pour recevoir nos communiqués de presse, visitez la section des fils RSS de notre site Web.

Bombardier, Learjet, Challenger et Global sont des marques de commerce de Bombardier Inc. ou de ses filiales.

Pour voir la photo associée à ce communiqué, veuillez consulter le lien suivant : http://media3.marketwire.com/docs/1104761.jpg

Anna Cristofaro
Bombardier Avions d’affaires
+1 514-855-8678
anna.cristofaro@aero.bombardier.com
www.bombardier.com