Suncor Énergie annonce une réduction supplémentaire de sa dette

CALGARY, ALBERTA–(Marketwired – 22 nov. 2017) – Conformément à ce qui a été annoncé plus tôt aujourd’hui, Suncor a conclu la vente d’une participation de 49 pour cent dans le projet d’agrandissement du Parc de stockage Est pour un produit global de 503 millions $. Suncor affecte le produit de cette vente, de même que le produit du placement de billets non garantis de premier rang émis plus tôt ce mois-ci d’un capital global de 750 millions $ US à 4,000 pour cent venant à échéance en 2047, au rachat anticipé de billets non garantis de premier rang en circulation de 600 millions $US à 6,05 pour cent et de billets non garantis de premier rang à moyen terme de 700 millions $ CA à 5,80 pour cent, venant à échéance dans les deux cas en 2018 (collectivement, les « Billets »).

Suncor a avisé du remboursement The Bank of New York Mellon et la Société de fiducie Computershare du Canada (collectivement, les « Fiduciaires ») et un avis de rachat a été envoyé aux détenteurs des Billets le 15 novembre 2017. La date de rachat sera le 15 décembre 2017 et le prix de rachat sera payé conformément aux actes régissant les Billets.

Au moment du rachat des Billets, Suncor aura remboursé toute sa dette à long terme en cours due en 2018.

Le présent communiqué ne constitue pas un avis de rachat des Billets. Les détenteurs inscrits des Billets doivent se reporter à l’avis de rachat qu’ils recevront de leur Fiduciaire respectif.

Suncor Énergie est la plus importante société énergétique intégrée du Canada. Les activités de Suncor sont reliées notamment au développement et à la valorisation des sables pétrolifères, à la production pétrolière et gazière extracôtière, au raffinage du pétrole et à la commercialisation des produits sous la marque Petro-Canada. À titre de membre des indices de durabilité Dow Jones, FTSE4Good et CDP, Suncor exploite les ressources pétrolières de façon responsable, ainsi qu’un portefeuille croissant de sources d’énergie renouvelable. Suncor est inscrite à l’indice boursier UN Global Compact 100. Les actions ordinaires de Suncor (symbole : SU) sont inscrites à la Bourse de Toronto et à la Bourse de New York.

Pour plus d’information à propos de Suncor, visitez notre site Web à suncor.com ou suivez-nous sur Twitter @SuncorEnergy.

Demandes des investisseurs :
800-558-9071
invest@suncor.com

Demandes des médias :
403-296-4000
media@suncor.com

Rogers Sugar Inc. déclare un dividende aux actionnaires

MONTRÉAL, CANADA–(Marketwired – 22 nov. 2017) –

LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ DE PRESSE NE DOIT PAS ÊTRE DISTRIBUÉ AUX AGENCES DE DISSÉMINATION DES ÉTATS-UNIS NI ÊTRE PUBLIÉ AUX ÉTATS-UNIS

Rogers Sugar Inc. (TSX:RSI) annonce que son Conseil d’administration a autorisé la déclaration d’un dividende trimestriel de 0.09$ par action, à être payé, le ou avant le 19 janvier 2018, aux actionnaires inscrits au 30 décembre 2017. Il s’agit d’un dividende admissible pour fins fiscales.

Mme Manon Lacroix
Vice-présidente des finances
Lantic Inc.
(514) 940-4350
www.lantic.ca
www.rogerssugarinc.com

Rogers Sugar Inc. : Résultats du quatrième trimestre de l’exercice 2017

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 22 nov. 2017) – Rogers Sugar Inc. (TSX:RSI)

Au cours du trimestre, Rogers Sugar Inc. (la « Société ») s’est dotée d’une nouvelle plateforme de croissance par voie de l’acquisition d’une société d’embouteillage de sirop d’érable. Le 5 août 2017, la Société a acquis auprès de Corporation Financière Champlain Inc. la totalité de L.B. Maple Treat Corporation (« LBMT ») pour environ 160,3 millions de dollars, outre les ajustements à la clôture d’environ 9,2 millions de dollars. LBMT est l’une des plus importantes sociétés d’embouteillage et de distribution de sirop d’érable de marque et de marque maison à l’échelle mondiale. LBMT, dont le siège social est situé à Granby, au Québec, exploite trois usines d’embouteillage situées dans le cœur de la zone de récolte acéricole mondiale (Québec et Vermont). L’acquisition de LBMT, un des chefs de file du secteur, permet la diversification de la Société au sein du vaste marché en pleine croissance du sirop d’érable, un édulcorant naturel. En plus de favoriser la croissance interne, la transaction se traduit également par des gains au chapitre des ventes et des services administratifs.

Quelques mois seulement après être devenue propriétaire-exploitant d’une entreprise acéricole, la Société est heureuse d’annoncer que, le 18 novembre 2017, elle a acquis la totalité de 9020-2292 Québec Inc. (« Decacer »), société exploitée sous le nom « Decacer », en contrepartie de 40,0 millions de dollars, sous réserve des ajustements postérieurs à la clôture. Decacer exploite une usine d’embouteillage à Dégelis, au Québec. Cette acquisition, conjuguée à la précédente visant LBMT, procure à la Société une solide plateforme qui lui permet d’élargir ses activités d’exploitation liées au sirop d’érable et d’augmenter sa gamme de produits, notamment une technologie de déshydratation du sirop d’érable unique en son genre, en plus d’accroître le potentiel de synergies opérationnelles supplémentaires. L’acquisition a été financée au moyen d’un prélèvement sur la facilité de crédit renouvelable existante de 275,0 millions de dollars de la Société.

Par suite de l’acquisition de LBMT et de Decacer, la Société compte désormais deux secteurs opérationnels : le secteur du sucre et le secteur des produits de l’érable.

Secteur du sucre

La quantité totale de sucre livrée par la Société au quatrième trimestre de l’exercice 2017 a baissé d’environ 3 800 tonnes métriques en regard de la période correspondante de l’exercice précédent, mais a enregistré une nette amélioration, d’environ 19 200 tonnes métriques, d’un exercice à l’autre.

Le secteur des produits industriels a affiché un recul d’environ 5 700 tonnes métriques pour le quatrième trimestre et 5 400 tonnes métriques pour l’exercice entier. Les faibles résultats du quatrième trimestre sont imputables essentiellement au calendrier et, dans une moindre mesure, au fléchissement de la demande de la part des clients existants. Le secteur des produits industriels a connu une amélioration des volumes depuis le deuxième trimestre de l’exercice 2016, laquelle s’est toutefois résorbée durant le second semestre de l’exercice à l’étude.

Le volume total des produits de consommation a baissé d’environ 400 tonnes métriques pour le trimestre à l’étude par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent, tandis que le volume pour les 12 mois de l’exercice 2017 a augmenté d’environ 600 tonnes métriques en regard de l’exercice 2016. La variation pour le trimestre à l’étude et l’exercice entier est attribuable principalement au calendrier des promotions à l’intention de clients de détail.

En regard de l’exercice précédent, le volume des produits liquides en fin d’exercice affichait une augmentation d’environ 5 900 tonnes métriques pour le quatrième trimestre et 17 800 tonnes métriques pour l’exercice au complet. L’augmentation s’explique principalement par la mise en œuvre à la fin d’octobre 2016 d’un nouveau contrat à long terme conclu avec un acquéreur substituable de SMHTF situé dans l’Ouest canadien. En revanche, une partie de la variation positive a été annulée par de légers fléchissements temporaires du volume dans l’Est canadien par suite de la concurrence sur le marché des SMHTF et du saccharose liquide.

Les exportations ont fléchi d’environ 3 600 tonnes métriques pour le trimestre à l’étude, en raison principalement du calendrier des livraisons liées au contingent spécifique attribué au Canada par les États-Unis, du fait que les ventes ont été effectuées surtout au cours du premier semestre de l’exercice à l’étude alors qu’en 2016, les ventes étaient réparties assez uniformément tout au long de l’exercice. La faiblesse des exportations s’explique également par la réduction des ventes occasionnelles assorties de droits de premier niveau aux États-Unis en regard de la période correspondante de l’exercice précédent. Pour l’exercice au complet, les exportations ont augmenté d’environ 6 200 tonnes métriques comparativement à l’exercice précédent. Les exportations ont également tiré parti du volume additionnel attribuable à la mise en œuvre d’un contrat triennal avec un client du Mexique au début de l’exercice. Le volume supplémentaire acheminé au Mexique a été quelque peu neutralisé par une légère réduction des ventes assorties de droits de premier niveau aux États-Unis en regard de l’exercice précédent.

Compte tenu de l’évaluation à la valeur de marché de tous les instruments financiers dérivés et dérivés incorporés dans des instruments non financiers à la clôture de chaque période de présentation de l’information financière, notre résultat comptable ne donne pas une idée complète des facteurs et des tendances qui influent sur l’entreprise. Comme pour les périodes antérieures, nous avons calculé la marge brute ajustée et le bénéfice ajusté, qui rendent compte de la performance de la Société durant la période visée, sans tenir compte de l’incidence de l’évaluation à la valeur de marché des instruments financiers dérivés et des dérivés incorporés dans des instruments non financiers. Le bénéfice avant les intérêts et la charge d’impôt sur le résultat (« BAII ») du secteur du sucre comprend des pertes liées à l’évaluation à la valeur de marché de 5,6 millions de dollars pour le quatrième trimestre et de 26,1 millions de dollars depuis le début de l’exercice, lesquelles ont été prises en compte pour établir le BAII ajusté et la marge brute ajustée. Se reporter à la rubrique « Mesures non conformes aux PCGR » dans le rapport de gestion.

La marge brute ajustée pour le trimestre considéré s’est établie à 24,6 millions de dollars en regard de 29,6 millions de dollars pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent, soit une baisse de 5,0 millions de dollars. Plusieurs facteurs expliquent cette baisse. L’apport à la marge brute ajustée de l’usine de betteraves de Taber a été négatif du fait de la hausse des coûts des matières premières, de l’augmentation des charges de maintenance, de la diminution des produits tirés des sous-produits imputable au calendrier et des honoraires des experts-conseils embauchés à l’égard d’un projet exploratoire visant la réduction des émissions atmosphériques. Ces éléments attribuables à l’usine de Taber rendent compte de plus de la moitié de la variation défavorable d’un trimestre à l’autre. De plus, la raffinerie de Montréal a été touchée par certaines inefficacités sur le plan de l’exploitation durant le trimestre à l’étude, en raison de fournitures de fonctionnement défectueuses utilisées dans le processus de raffinage. Ces inefficacités, conjuguées au fléchissement du volume de ventes et au produit hors trésorerie non récurrent de 0,6 million de dollars comptabilisé au trimestre correspondant de l’exercice précédent au titre des améliorations des régimes de retraite, ont eu une incidence défavorable sur la marge brute ajustée. De ce fait, le taux de la marge brute ajustée du trimestre considéré s’est établi à 134,18 $ la tonne métrique en regard de 158,22 $ la tonne métrique pour l’exercice 2016, en baisse de 24,04 $ la tonne métrique.

Pour l’exercice entier, la marge brute ajustée s’est améliorée par rapport à celle de l’exercice précédent et s’est chiffrée à 99,8 millions de dollars, en hausse de 3,7 millions de dollars par rapport à l’exercice 2016. La marge brute ajustée de l’exercice précédent comprend une charge de retraite hors trésorerie de 1,8 million de dollars à l’égard des engagements d’améliorations futures visant un des régimes de retraite à prestations définies de la Société à la suite de la signature de la convention collective avec les employés syndiqués de l’usine de Montréal. Compte non tenu de cet ajustement, la marge brute ajustée de la Société aurait été supérieure de 1,9 million de dollars à celle de l’exercice précédent. Les avantages découlant de la hausse du volume de ventes et des produits tirés des sous-produits ont été en partie neutralisés par les inefficacités et les coûts supplémentaires engagés au quatrième trimestre de l’exercice considéré. La variation favorable a été également comprimée par les coûts additionnels de 0,8 million de dollars engagés au cours de l’exercice 2016 du fait d’un arrêt de travail de six jours à la raffinerie de Montréal.

Le taux de la marge brute ajustée par tonne métrique pour l’exercice considéré s’est établi à 143,76 $, contre 142,43 $ pour l’exercice précédent. Compte non tenu de la charge de retraite hors trésorerie, le taux de la marge brute ajustée de l’exercice 2016 se serait établi à 145,10 $ la tonne métrique, donnant lieu à une baisse de 1,34 $ la tonne métrique pour l’exercice 2017.

Les charges administratives et de vente pour le quatrième trimestre de l’exercice 2017 ont augmenté de 1,7 million de dollars par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent, du fait d’une charge de 1,9 million de dollars imputable à l’acquisition de LBMT. Les charges administratives et de vente de l’exercice entier ont augmenté de 4,0 millions de dollars par rapport à celles de l’exercice précédent. Au cours de l’exercice 2016, la Société a mené à terme la liquidation du régime des salariés par le biais du règlement et du transfert des passifs au titre des prestations définies à une société d’assurance. Le processus de règlement a donné lieu au renversement d’un montant hors trésorerie de 1,2 million de dollars comptabilisé en réduction des charges administratives et de vente relativement au déficit comptabilisé au 1er octobre 2016. Compte non tenu de l’incidence du règlement du régime des salariés, les charges administratives et de vente ont augmenté de 2,8 millions de dollars par rapport à celles de la période correspondante de l’exercice précédent. L’accroissement des charges administratives et de vente tient aux coûts d’acquisition de 2,5 millions de dollars comptabilisés durant l’exercice écoulé et à une hausse de la charge au titre des avantages du personnel engagée durant le premier semestre de l’exercice considéré, ces facteurs ayant été légèrement contrebalancés par la réduction des charges liées à l’arrêt de travail survenu au cours de l’exercice 2016.

Le résultat ajusté des activités d’exploitation pour le quatrième trimestre s’est établi à 14,8 millions de dollars, en baisse de 6,9 millions de dollars par rapport au trimestre correspondant de l’exercice précédent. Le recul tient surtout aux charges d’exploitation supplémentaires à l’usine de Taber et à la raffinerie de Montréal, à la contraction du volume de ventes ainsi qu’à l’augmentation des charges administratives et de vente, comme il est expliqué plus haut. Pour l’exercice entier, le résultat ajusté des activités d’exploitation a légèrement fléchi en regard de celui de l’exercice précédent et s’est chiffré à 66,2 millions de dollars. L’incidence favorable du volume de ventes additionnel et de la hausse des produits tirés des sous-produits a été contrebalancée par les coûts supplémentaires engagés dans les usines durant le dernier trimestre de l’exercice à l’étude ainsi que par l’augmentation des charges administratives et de vente, comme il est expliqué plus haut.

Secteur des produits de l’érable

Les produits d’environ 26,7 millions de dollars rendent compte des deux mois d’exploitation de ce secteur, depuis son acquisition, le 5 août 2017.

La marge brute de 3,6 millions de dollars pour le trimestre à l’étude et l’exercice entier ne rend pas compte de la marge économique qu’a dégagée le secteur des produits de l’érable, puisqu’elle tient compte d’un profit de 0,2 million de dollars au titre de l’évaluation à la valeur de marché des instruments financiers dérivés à l’égard des contrats de change. Le profit lié à l’évaluation à la valeur de marché a été déduit du calcul du BAIIA ajusté et de la marge brute ajustée. Se reporter à la rubrique « Mesures non conformes aux PCGR » dans le rapport de gestion.

Depuis l’acquisition effectuée par Lantic le 5 août 2017, la marge brute ajustée pour le trimestre à l’étude et, par conséquent, pour l’exercice entier, s’est établie à 3,4 millions de dollars, soit un pourcentage de la marge brute ajustée de 12,8 %. Cependant, le coût des ventes inclut un montant de 0,7 million de dollars imputable à la majoration de la valeur des stocks de produits finis à la date d’acquisition. Selon les IFRS, tous les stocks de produits finis à l’acquisition sont évalués en fonction du prix de vente estimatif, déduction faite de la somme des frais de vente et d’une marge raisonnable sur la vente pour l’acquéreur. Cela donne lieu à des marges de vente moins élevées lorsque sont vendus les stocks acquis. Au 30 septembre 2017, les stocks de produits finis existants à la date d’acquisition avaient été complètement écoulés. Compte non tenu de cet ajustement découlant de la répartition du coût d’acquisition de LBMT aux fins comptables, la marge brute ajustée se serait chiffrée à 4,1 millions de dollars, soit 15,4 % des produits.

Les charges administratives et de vente de 1,9 million de dollars tiennent compte de l’amortissement des immobilisations incorporelles de 0,4 million de dollars, d’honoraires d’experts-conseils de 0,2 million de dollars découlant de l’acquisition et de coûts non récurrents de 0,2 million de dollars.

Les frais de distribution se sont établis à 0,7 million de dollars depuis la date d’acquisition.

Outre l’incidence de l’ajustement à la valeur de marché des instruments dérivés, l’acquisition de LBMT par Lantic a entraîné des charges qui ne rendent pas compte de la performance économique liée aux activités d’exploitation de LBMT. De plus, certains éléments hors trésorerie et certaines charges non récurrentes ont eu une incidence défavorable sur le résultat des activités d’exploitation. C’est pourquoi la direction estime que les résultats financiers du secteur des produits de l’érable fournissent une information plus pertinente aux dirigeants, aux investisseurs, aux analystes et aux autres parties intéressées après ajustement au titre des éléments susmentionnés. Se reporter à la rubrique « Mesures non conformes aux PCGR » dans le rapport de gestion. Le BAII ajusté de LBMT s’entend du bénéfice avant les intérêts, la charge d’impôt et la dotation aux amortissements du secteur des produits de l’érable, ajusté afin de tenir compte de l’ajustement total du coût des ventes au titre du secteur visé et des charges non récurrentes.

Le résultat des activités d’exploitation doit donc être ajusté au titre des éléments suivants :

30 septembre 2017
Résultat des activités d’exploitation 948 $
Ajustement total du coût des ventes (164 )
Résultat ajusté des activités d’exploitation 784
Charges non récurrentes :
Coûts d’acquisition engagés 211
Autres éléments non récurrents 195
Majoration des stocks au titre des produits finis 670
Dotation aux amortissements 491
BAIIA ajusté de LBMT1) 2 351 $

1) Se reporter à la rubrique « Mesures non conformes aux PCGR ».

Données consolidées

La marge brute ajustée pour le trimestre à l’étude s’est établie à 28,0 millions de dollars, contre 29,6 millions de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent. Au cours du trimestre, l’apport de LBMT à la marge brute ajustée s’est chiffré à 3,4 millions de dollars. En revanche, l’avantage découlant de l’acquisition a été plus que contrebalancé par la réduction touchant le secteur du sucre, comme il est expliqué plus haut. Pour l’exercice entier, la marge brute ajustée s’est établie à 103,3 millions de dollars, en hausse de 7,1 millions de dollars. Le volume de ventes supplémentaire provenant du secteur du sucre ainsi que l’apport de LBMT à la marge ajustée depuis la date d’acquisition expliquent en grande partie l’augmentation d’un exercice à l’autre.

Le BAII ajusté pour le quatrième trimestre de l’exercice 2017 s’est chiffré à 15,5 millions de dollars, contre 21,7 millions de dollars, en baisse de 6,2 millions de dollars. Outre la diminution de la marge brute ajustée, les charges administratives et de vente ainsi que les frais de distribution ont augmenté en regard du trimestre correspondant, du fait surtout des charges administratives et de vente et des frais de distribution de 2,6 millions de dollars provenant de LBMT depuis le 5 août 2017. De plus, la Société a engagé des coûts d’acquisition de 1,9 million de dollars relativement à LBMT durant le trimestre écoulé. Compte non tenu des coûts d’acquisition, le BAII ajusté s’est établi à 17,4 millions de dollars, en regard de 21,7 millions de dollars pour la période correspondante de l’exercice, soit une baisse de 4,3 millions de dollars.

Depuis le début de l’exercice, le BAII ajusté s’est établi à 67,0 millions de dollars, en hausse de 0,4 million de dollars comparativement à celui de l’exercice 2016. En revanche, compte non tenu des coûts d’acquisition de 2,5 millions de dollars, le BAII ajusté s’est établi à 69,5 millions de dollars, soit une progression de 2,9 millions de dollars par rapport à l’exercice précédent.

L’acquisition de LBMT a été financée en partie par l’émission des débentures convertibles subordonnées non garanties de sixième série à 5,0 % (les « débentures de sixième série ») de 57,5 millions de dollars. En outre, un montant d’environ 48,7 millions de dollars a été financé au moyen d’un prélèvement sur la facilité de crédit renouvelable. Les débentures de sixième série ont été émises le 28 juillet 2017 et arriveront à échéance le 31 décembre 2024.

Les charges financières nettes ont augmenté de 1,0 million de dollars pour le trimestre à l’étude et de 0,8 million de dollars pour l’exercice entier par rapport aux périodes correspondantes de l’exercice précédent, compte non tenu de l’amortissement du solde transitoire pour l’exercice 2017 et de la variation nette de la juste valeur des swaps de taux d’intérêt pour l’exercice 2016, en raison de l’accroissement des emprunts sur la facilité de crédit renouvelable, de l’émission des débentures de sixième série, de la hausse des taux d’intérêt durant le quatrième trimestre de l’exercice 2017 et des intérêts supplémentaires que LBMT doit verser à la Fédération des producteurs acéricoles du Québec (« FPAQ ») à l’égard des achats de sirop. Ces variations défavorables ont été quelque peu compensées par le remboursement lié aux débentures de quatrième série au troisième trimestre de l’exercice à l’étude.

Les flux de trésorerie disponibles pour le quatrième trimestre de 2017 se sont chiffrés à 6,6 millions de dollars, comparativement à 14,7 millions de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent, soit une baisse de 8,1 millions de dollars. La baisse s’explique principalement par la réduction de 5,4 millions de dollars du BAIIA ajusté (se reporter à la rubrique « Mesures non conformes aux PCGR » dans le rapport de gestion) et l’accroissement des dépenses en immobilisations, déduction faite de celles liées à l’excellence d’exploitation de 1,1 million de dollars. De plus, la charge d’impôt et les intérêts payés ont augmenté de 1,1 million de dollars et de 0,9 million de dollars, respectivement. Enfin, les frais de financement différés du trimestre à l’étude ont crû de 0,5 million de dollars par rapport à ceux de la période correspondante de l’exercice précédent.

Les flux de trésorerie disponibles pour l’exercice 2017 ont reculé de 4,2 millions de dollars en regard de l’exercice précédent, surtout en raison de l’accroissement de 7,6 millions de dollars de la charge d’impôt et de l’augmentation de 1,2 million de dollars des intérêts payés, outre les paiements supplémentaires de 0,5 million de dollars au titre des frais de financement différés. La variation négative des flux de trésorerie disponibles a été quelque peu compensée par l’augmentation de 1,7 million de dollars du BAIIA ajusté (se reporter à la rubrique « Mesures non conformes aux PCGR » dans le rapport de gestion), la baisse de 1,9 million de dollars des cotisations aux régimes de retraite et la diminution des dépenses en immobilisations, déduction faite des dépenses en immobilisations au titre de l’excellence d’exploitation de 0,4 million de dollars. Enfin, l’apport positif aux flux de trésorerie disponibles de 1,2 million de dollars découlant de l’émission d’actions du fait de l’exercice d’options sur actions, en comparaison d’un rachat d’actions au cours de l’exercice précédent, a également réduit la variation négative.

Perspectives

Pour l’exercice 2018, nous nous attendons à ce que le secteur des produits industriels affiche un faible recul, alors que le volume des produits de consommation devrait être comparable à celui de l’exercice 2017.

Le secteur des produits liquides devrait continuer à dégager de solides résultats, puisqu’il profitera d’une certaine croissance attribuable aux clients existants, qu’il récupérera une partie du volume perdu durant l’exercice 2017 et qu’il tirera parti des activités d’approvisionnement visant un embouteilleur de grande envergure de l’Ouest canadien sur un exercice complet. C’est pourquoi nous prévoyons que le volume du secteur des produits liquides dépassera celui de l’exercice 2017 d’environ 10 000 tonnes métriques.

Le volume total des ventes à l’exportation devrait croître légèrement en raison des livraisons additionnelles vers le Mexique.

Dans l’ensemble, nous nous attendons à un accroissement du volume de l’ordre de 5 000 tonnes métriques.

Pour l’exercice 2018, la Société tirera parti des activités d’exploitation de LBMT sur un exercice complet. Comme il a été expliqué dans le prospectus simplifié daté du 21 juillet 2017, nous prévoyons que le BAIIA ajusté de LBMT (se reporter à la rubrique « Mesures non conformes aux PCGR » dans le rapport de gestion) s’établisse à environ 18,4 millions de dollars, du fait d’une amplification du volume de vente et des marges de vente connexes, outre certains gains au chapitre de l’efficience opérationnelle, pour un total d’environ 2,9 millions de dollars. Pour l’exercice 2019, nous prévoyons d’autres gains liés à l’intégration des activités d’environ 2,1 millions de dollars, qui devraient se matérialiser intégralement d’ici la fin de l’exercice 2019. Par conséquent, le BAIIA ajusté de LBMT pour l’exercice 2019 devrait s’établir à environ 20,5 millions de dollars, sous réserve de la réalisation de tous les gains prévisionnels liés à l’intégration des activités.

Le 20 novembre 2017, la Société a annoncé l’acquisition de Decacer en contrepartie de 40,0 millions de dollars, sous réserve des ajustements postérieurs à la clôture. Le BAIIA ajusté pro forma annuel de Decacer (se reporter à la rubrique « Mesures non conformes aux PCGR » dans le rapport de gestion) est estimé à 5,1 millions de dollars. Cette acquisition, conjuguée à la précédente visant LBMT, procure à la Société une solide plateforme qui lui permet d’élargir ses activités d’exploitation liées au sirop d’érable et d’augmenter sa gamme de produits, notamment une technologie de déshydratation du sirop d’érable unique en son genre, en plus d’accroître le potentiel de synergies opérationnelles supplémentaires.

Nous nous attendons à ce que les coûts liés à l’énergie augmentent d’environ 1,5 million de dollars pour l’exercice 2018 en raison de l’entrée en vigueur le 1er janvier 2017 de la taxe sur le carbone en Alberta. L’actuelle taxe sur le carbone s’élève à 1,011 $ le gigajoule et passera à 1,517 $ le gigajoule le 1er janvier 2018.

Les dépenses en immobilisations pour l’exercice 2018 devraient augmenter par rapport à celles de l’exercice écoulé, car la Société entend consacrer environ 6,0 millions de dollars aux projets d’investissement en immobilisations au titre de l’excellence d’exploitation. La Société évalue actuellement divers scénarios visant à respecter intégralement les normes en matière d’émissions atmosphériques pour la récolte de betteraves de 2019. En vue d’atteindre cet objectif, la Société s’attend à engager d’importantes dépenses en immobilisations pour ce projet à compter du premier semestre de l’exercice 2018. Les estimations initiales de l’investissement net requis pour corriger la non-conformité se situent dans une fourchette de l’ordre de 15 millions de dollars à 25 millions de dollars.

La récolte et la campagne de coupe de betteraves ont commencé vers la fin du mois de septembre. Les conditions de production au cours de l’exercice écoulé ayant été idéales, la récolte est abondante et le rendement par acre est excellent. Si les conditions actuelles se maintiennent, sans enjeu lié à l’entreposage des betteraves, nous nous attendons à ce que la récolte actuelle produise environ 120 000 tonnes métriques de sucre raffiné, soit un volume de production comparable à celui de l’exercice 2017, malgré la réduction de 1 000 acres de la surface de culture de betterave.

Nous prévoyons que le total des charges liées aux régimes de retraite fléchira d’environ 2,4 millions de dollars pour l’exercice 2018 en raison de la hausse des taux d’actualisation, outre l’aval par l’Alberta Treasury Board and Finance de la modification visant le régime horaire de l’Alberta.

Du fait de l’acquisition de LBMT et de Decacer, outre l’augmentation prévue des taux d’intérêt au cours de l’exercice 2018, nous nous attendons à une hausse des intérêts débiteurs par rapport à ceux de l’exercice écoulé.

Les négociations avec les employés syndiqués de la raffinerie de Vancouver portant sur le renouvellement de la convention collective expirant à la fin de février 2018 débuteront au début de la nouvelle année civile 2018.

AU NOM DU CONSEIL D’ADMINISTRATION,
Dallas H. Ross, président du conseil d’administration
Vancouver (Colombie-Britannique) – Le 22 novembre 2017
Madame Manon Lacroix
Vice-présidente, finances, et secrétaire
514-940-4350
514-527-1610 (FAX)
www.rogerssugarinc.com
www.Lantic.ca

Exploration Midland annonce la clôture d’un placement privé

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 22 nov. 2017) – Exploration Midland inc. (« Midland ») (TSX CROISSANCE:MD) est heureuse d’annoncer la clôture d’un placement privé sans l’intermédiaire d’un courtier auprès d’investisseurs qualifiés ainsi qu’auprès d’administrateurs et dirigeants de Midland (les « initiés ») et de membres de la famille, amis très proches et proches partenaires des initiés, par l’émission de 1 692 854 actions ordinaires accréditives (les « actions accréditives ») à un prix de 1,35 $ chacune, pour un produit brut total de 2 285 354 $. Les titres émis dans le cadre du placement privé sont soumis à une période de détention de quatre mois expirant le 23 mars 2018.

Midland utilisera le produit du placement privé afin de financer les travaux d’exploration sur des propriétés au Québec.

Les initiés ont souscrit un total de 97 500 actions accréditives, faisant en sorte que le placement privé est une « opération avec une personne apparentée » au sens du Règlement 61-101 sur les mesures de protection des porteurs minoritaires lors d’opérations particulièresRèglement 61-101 »).

La participation des initiés est dispensée de l’obligation d’établir une évaluation officielle et de l’approbation des porteurs minoritaires prévues au Règlement 61-101 en vertu de la dispense prévue aux paragraphes 5.5(a) et 5.7(1)(a) du Règlement 61-101, puisque ni la juste valeur marchande du placement privé ni la contrepartie payée par les initiés excède 25% de la capitalisation boursière de Midland.

Suite à la réalisation du placement privé, il y a 58 854 411 actions ordinaires de Midland émises et en circulation.

Le présent placement privé a été effectué en vertu des dispenses de prospectus des lois sur les valeurs mobilières applicables et est assujetti au consentement définitif de la Bourse de croissance TSX. Des honoraires d’intermédiation égale à 33 745 $ ont été versés à des tierces parties sans lien de dépendance à l’égard de Midland.

À propos de Midland

Midland mise sur l’excellent potentiel minéral du Québec pour faire la découverte de nouveaux gisements d’or, d’éléments du groupe du platine, de métaux usuels et de terres rares de classe mondiale. Midland est fière de compter sur des partenaires renommés tels que Mines Agnico Eagle ltée, Teck Resources Limited, IAMGOLD Corporation, Minière Osisko inc., Altius Resources Inc., SOQUEM INC., Japan Oil, Gas and Metals National Corporation, NioBay Metals Inc. et Mines Abcourt inc. Midland préfère travailler en partenariat et entend conclure rapidement des ententes à cet égard en ce qui concerne ses propriétés nouvellement acquises. La direction évalue actuellement d’autres opportunités et projets afin d’améliorer le portfolio de la Société et créer une valeur ajoutée pour les actionnaires.

La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de réglementation (au sens attribué à ce terme dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n’assument aucune responsabilité quant à la pertinence ou à l’exactitude du présent communiqué.

Ce communiqué de presse renferme certains énoncés prospectifs qui comprennent des éléments de risque et d’incertitude et nul ne peut garantir que ces énoncés se révéleront exacts. Il s’ensuit que les résultats réels et les évènements futurs pourraient différer considérablement de ceux anticipés par de tels énoncés. Ces risques et incertitudes sont décrits dans le rapport annuel et lors de dépôts par Midland auprès des autorités réglementaires.

Gino Roger, Président et Chef de la direction
450 420-5977
450 420-5978 (FAX)
info@midlandexploration.com
www.explorationmidland.com

La Première Nation de Fort McKay et la Première Nation crie Mikisew concluent l’achat d’une participation de 49 pour cent dans le projet d’agrandissement du Parc de stockage Est de Suncor

CALGARY, ALBERTA–(Marketwired – 22 nov. 2017) – Suncor, la Première Nation de Fort McKay et la Première Nation crie Mikisew ont annoncé aujourd’hui la conclusion de l’acquisition par la Première Nation de Fort McKay et la Première Nation crie Mikisew d’une participation de 49 pour cent dans le projet d’agrandissement du Parc de stockage Est de Suncor pour un montant total de 503 millions $.

Les deux Premières Nations ont financé l’acquisition de façon autonome grâce à l’émission de billets garantis de premier rang de 545 M$ au taux de 4,136 pour cent, venant à échéance le 31 décembre 2041. L’offre a été structurée et commercialisée par RBC Marchés des Capitaux.

« La transaction représente le plus important investissement commercial à ce jour par une Première Nation au Canada. En plus d’illustrer le formidable potentiel des partenariats entre les Premières Nations et l’industrie, elle sert de modèle en ce qui a trait à la façon dont les Premières Nations peuvent atteindre un plus haut degré d’autodétermination grâce à l’autonomie financière, déclare Jim Boucher, chef de la Première Nation de Fort McKay. Cette transaction est fondée sur la confiance et la collaboration entre Fort McKay et Suncor; c’est un exemple de la façon dont les Premières Nations et les sociétés d’exploitation des ressources naturelles peuvent trouver des moyens de se soutenir les unes les autres dans le but d’en retirer des avantages mutuels et durables. »

« Nous sommes ravis de voir ce partenariat se concrétiser. C’est avec une immense fierté que nous prenons part à cette transaction marquante. Cela nous a permis de collaborer dans le cadre d’un vrai partenariat et de démontrer les possibilités de réussite de futurs modèles commerciaux entre les Premières Nations et l’industrie à l’échelle du pays, mentionne Archie Waquan, chef de la Première Nation crie Mikisew. Les avantages économiques retirés de cette transaction aideront notre Nation à développer les capacités au sein de nos entreprises, à élaborer les infrastructures dans notre communauté, à financer des programmes socio-économiques et à nous donner les moyens d’aider à payer pour les études et la formation de nos jeunes. Ils seront ressentis dans notre communauté pour les générations à venir. »

Le Parc de stockage Est est une installation de stockage, de mélange et de refroidissement de bitume et de diluant située à environ 30 kilomètres au nord de Fort McMurray, en Alberta. Il est principalement destiné à desservir la production de bitume du projet d’exploitation minière des sables pétrolifères de Fort Hills. Les revenus tirés des ententes à long terme de services de terminal avec les partenaires des sables pétrolifères de Fort Hills soutiennent le financement. Suncor est l’exploitant du Parc de stockage Est.

« Aujourd’hui, nous avons conclu une transaction historique pour le développement énergétique au Canada. Ce partenariat unique s’inscrit dans le cadre d’un parcours qui démontre comment l’esprit de créativité et de collaboration peut donner lieu à une occasion mutuellement bénéfique, et a changé la façon dont Suncor perçoit la participation de nos voisins autochtones au développement énergétique, indique Mark Little, président, Amont, à Suncor. Grâce à ce partenariat, nous avons beaucoup appris sur la collaboration permettant de créer quelque chose d’important et je suis heureux de continuer à collaborer dans le cadre de cet investissement conjoint avec la Première Nation de Fort McKay et la Première Nation crie Mikisew au cours des nombreuses années à venir. »

« À titre de chef de file nord-américain en matière de mobilisation de capitaux et de services consultatifs pour les projets d’infrastructure énergétique, RBC Marché des Capitaux est fière d’agir comme unique agent pour cette transaction financière novatrice, déclare Mark Saar, directeur du financement des projets en Amérique du Nord à RBC. Le partenariat industriel de Suncor avec la Première Nation de Fort McKay et la Première Nation crie Mikisew témoigne des possibilités de collaboration et de réussite dans le secteur énergétique au Canada. »

« Nous apprécions la transaction du Parc de stockage Est en raison de ses solides fondamentaux en matière de crédit et d’économie, en plus du fait qu’il s’agit d’une transaction économique novatrice entre les Premières Nations et l’industrie des sables pétrolifères, en particulier avec Suncor. Les fondamentaux du crédit de la transaction sont soutenus par des flux de trésorerie découlant de contrats d’achat ferme avec de solides contreparties. Ces contrats d’achat ferme éliminent les risques liés au prix des marchandises, au volume et aux frais d’exploitation et de maintenance », mentionne John Braive, vice-président du conseil de Gestion d’actifs CIBC et titulaire d’obligations de la société en commandite du Parc de stockage Est.

La Première Nation de Fort McKay est composée de plus de 800 membres dont environ 400 vivent dans la région de Fort McKay, une collectivité située à environ 65 km au nord de Fort McMurray. En tant que Première Nation, la Première Nation de Fort McKay est un chef de file en matière de collaboration avec l’industrie et elle possède une longue feuille de route témoignant de relations solides établies avec différentes entreprises minières œuvrant à proximité de ses terres. La Première Nation de Fort McKay s’est employée à maximiser sa participation à l’économie afin de créer une croissance et un développement durables à long terme. La Première Nation de Fort McKay croit que la préservation de son mode de vie traditionnel est compatible avec la mise en valeur continue et responsable des sables pétrolifères. Cette philosophie permet à la Première Nation de Fort McKay d’améliorer les conditions sociales et économiques de sa communauté grâce à des partenariats efficaces conclus avec l’industrie et les gouvernements. Nous sommes reconnus pour nos bonnes relations avec les entreprises de mise en valeur des sables pétrolifères des environs. La Première Nation de Fort McKay tente de trouver un équilibre entre la mise en valeur des ressources et la protection de la santé des résidents de sa communauté et de l’environnement.

La Première Nation crie Mikisew a signé le Traité n° 8 en 1899. Les Cris Mikisew habitent dans le nord-est de l’Alberta depuis des temps immémoriaux. Le delta de l’Athabasca, qui est au centre de nos terres traditionnelles, est un écosystème international unique que nous chérissons. Il assure la majeure partie de notre subsistance. Lorsque le commerce des fourrures a commencé dans l’Ouest et a établi un fort de traite dans la région, les Cris Mikisew étaient de ceux qui faisaient le commerce des fourrures. Les terres traditionnelles de la Première Nation crie Mikisew s’étendent sur la majorité du secteur où les dépôts des sables pétrolifères de l’Athabasca ont été découverts. La Première Nation crie Mikisew partage ce territoire avec quatre autres Premières Nations qui composent le Conseil tribal d’Athabasca. Pour le moment, la plupart des membres habitent à Fort McMurray, Edmonton, Fort Smith, les T.N.-O. et Fort Chipewyan. Notre Nation comprend la population la plus nombreuse des cinq Nations du Conseil tribal d’Athabasca.

Suncor Énergie est la plus importante société énergétique intégrée du Canada. Les activités de Suncor sont reliées notamment au développement et à la valorisation des sables pétrolifères, à la production pétrolière et gazière extracôtière, au raffinage du pétrole et à la commercialisation des produits sous la marque Petro-Canada. À titre de membre des indices de durabilité Dow Jones, FTSE4Good et CDP, Suncor exploite les ressources pétrolières de façon responsable, ainsi qu’un portefeuille croissant de sources d’énergie renouvelable. Suncor est inscrite à l’indice boursier UN Global Compact 100. Les actions ordinaires de Suncor (symbole : SU) sont inscrites à la Bourse de Toronto et à la Bourse de New York.

Suncor collabore avec les communautés autochtones à l’échelle du Canada pour accroître leur participation au développement énergétique. L’une des façons d’y arriver est d’offrir des occasions de développement commercial. Suncor a travaillé avec plus de 150 communautés autochtones, y compris dans la Municipalité régionale de Wood Buffalo, où sont situées ses activités d’exploitation des sables pétrolifères, et dans le domaine des produits et services des ventes au détail et ventes en gros par le biais de notre marque Petro-Canada. En 2016, Suncor a dépensé 455 millions $ en biens et services auprès d’entreprises autochtones, amenant le total à près de 3,9 milliards $ depuis 1999. Vingt-six stations-service de la marque Petro-Canada appartiennent à des communautés des Premières Nations, un projet éolien est en partenariat financier avec une communauté des Premières Nations et Suncor agit comme partenaire financier dans PetroNor, un distributeur-grossiste des Cris de la baie James.

Pour plus d’information à propos de la Première Nation de Fort McKay, visitez notre site Web à fortmckay.com, suivez-nous sur Twitter @Fortmckay, ou consultez la présentation de notre communauté.

Pour plus d’information à propos de la Première Nation crie Mikisew visitez notre site Web ou suivez-nous sur Twitter @mikisewcreeFN.

Pour plus d’information à propos de Suncor, visitez notre site Web à suncor.com, suivez-nous sur Twitter @SuncorEnergy ou ensemble.suncor.com.

Première Nation de Fort McKay
Jauvonne Kitto
Directrice administrative
403-710-4479
jkitto@fortmckay.com

Première Nation crie Mikisew
Demandes des médias :
780-697-3740

Demandes des médias pour Suncor :
403-296-4000
media@suncor.com

Demandes des investisseurs pour Suncor :
Suncor
800-558-9071
invest@suncor.com

DIAGNOS annonce une deuxième entente concernant sa plateforme Cardio avec une société pharmaceutique multinationale et le départ d’un administrateur

BROSSARD, QUÉBEC–(Marketwired – 22 nov. 2017) – DIAGNOS inc. (« DIAGNOS », la « Société » ou « nous ») (TSX CROISSANCE:ADK)(OTCQB:DGNOF), un leader dans le dépistage précoce de problèmes graves de santé grâce à sa technologie d’intelligence artificielle FLAIRE, annonce aujourd’hui un deuxième projet Cardio avec l’une des plus importantes sociétés pharmaceutiques au monde portant sur le suivi des patients traités pour hypertension et la démission du Dr Netan Choudhry, administrateur depuis 2016.

Durant une période d’un an, à l’aide de notre technologie non réfractive d’intelligence artificielle (« IA »), nous suivrons l’évolution de deux maladies chroniques auprès de 500 patients, soit la rétinopathie diabétique et les risques reliés aux maladies cardiovasculaires ; un premier dépistage effectué au début du projet et un second après douze mois. « Nous fournirons un support médical selon les règles de l’art et agirons avec la plus grande minutie afin de déceler et de prévenir la cécité causée par la rétinopathie diabétique. De plus, nous pourrons évaluer les risques cardiovasculaires en nous servant de la même image rétinienne », indique le docteur Hadi Chakor, chef médical de DIAGNOS.

« Dans un environnement en évolution constante, notre plateforme d’IA nous permet d’innover et aussi d’offrir un nouvel outil aux médecins pour qu’ils puissent suivre étroitement les effets des médicaments chez leurs patients. Le projet commencera ce mois-ci, bien que l’application Cardio ne soit pas encore entièrement opérationnelle. Notre client croit que nous sommes en bonne voie d’offrir un nouveau test non réfractif, basé sur l’analyse rétinienne, qui modifiera dans le futur les soins de santé entourant les maladies chroniques », explique M. André Larente, président et directeur général de DIAGNOS.

Le Dr Choudhry a démissionné de son poste d’administrateur afin de se consacrer à d’autres champs d’intérêt. « Au nom de tous les membres du conseil d’administration et des employés de la Société, je remercie le Dr Choudhry pour son soutien et sa contribution depuis qu’il s’est joint à DIAGNOS en 2016. Nous lui souhaitons bon succès dans ses entreprises actuelles et futures », souligne M. Georges Hébert, président du conseil d’administration de DIAGNOS. La Société pourra compter sur l’expertise du Dr Hadi Chakor, chef médical de DIAGNOS, dans notre engagement de fournir des produits et services de santé de qualité.

À propos de DIAGNOS et de ses technologies

Fondée en 1998, DIAGNOS est une société canadienne publique qui a pour mission de commercialiser des technologies combinant la formation d’images contextuelles, le texte et l’exploration de données traditionnelles. DIAGNOS a élaboré ses propres technologies d’intelligence artificielle (IA), CARA et FLAIRE. FLAIRE est un moteur d’IA puissant ayant la capacité d’analyser des bases de données à la fois volumineuses et complexes. En combinant une méthodologie d’apprentissage profond et nos algorithmes exclusifs, nous sommes en mesure de déployer rapidement de nouvelles solutions dans le secteur de la santé.

Pour en savoir plus sur DIAGNOS, visitez www.diagnos.ca et www.sedar.com.

Ce communiqué contient des renseignements prévisionnels. Nous ne pouvons garantir que les renseignements prévisionnels mentionnés s’avéreront exacts, puisqu’il pourrait y avoir un écart important entre les résultats réels ou les événements futurs et ceux qui sont mentionnés dans le présent communiqué. DIAGNOS décline toute intention ou obligation de publier la révision ou la mise à jour des renseignements prévisionnels, quels qu’ils soient, conséquemment à de nouvelles informations, de futurs événements ou pour tout autre motif. Les renseignements prévisionnels contenus dans le présent communiqué doivent être expressément lus sous réserve de la présente mise en garde.

La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de réglementation (au sens attribué à ce terme dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n’assument aucune responsabilité quant à la pertinence ou à l’exactitude du présent communiqué.

DIAGNOS inc.
M. André Larente
Président
450 678-8882, poste 224
alarente@diagnos.ca
www.diagnos.ca

Ressources Robex inc. publie ses résultats financiers pour le troisième trimestre de 2017 et annonce que ses passifs ont diminués de 5,4 millions $ au cours du troisième trimestre 2017

QUÉBEC, QUÉBEC–(Marketwired – 22 nov. 2017) – Ressources Robex Inc. (« Robex » et/ou « la Société ») (TSX CROISSANCE:RBX)(FRANCFORT:RB4) est heureuse de publier aujourd’hui ses résultats financiers et opérationnels pour le trimestre terminé le 30 septembre 2017.

Ces résultats sont tout à fait encourageants car le passif de la société a nettement diminué au cours des trois derniers mois et après seulement neuf mois de production commerciale, la mine est désormais devenue incontestablement un producteur d’or à très bas coûts.

À moins d’indication contraire, tous les montants sont présentés en dollars canadiens.

Faits saillants du troisième trimestre de 2017

  • Flux de trésorerie net lié aux activités opérationnelles1 de 5,7 millions $ correspondant à 0,010 $ par action2
  • Diminution du passif de la Société d’un montant de 5,4 millions $ au cours du troisième trimestre de 2017
  • 9 197 onces d’or vendues, pour un montant de 14,8 millions $
  • Le coût comptant total2 (total cash cost) est de 585 $ par once vendue et le coût de maintien tout inclus2 (all-in sustaining cost) est de 784 $ par once vendue, en constante diminution.
  • Le résultat net ajusté attribuable aux actionnaires2 est de 2,8 millions $ correspondant à 0,005 $ par action2

Exploitation minière : Nampala, Mali

Troisièmes trimestres
terminés les 30 septembre
Périodes de neuf mois
terminés les 30 septembre
2017 2016 2017 2016
Données d’exploitation
Minerai extrait (tonnes) 325 524 172 690 972 299 440 958
Minerai traité (tonnes) 404 038 181 834 1 145 956 422 252
Stérile extrait (tonnes) 307 107 432 189 1 531 361 1 054 377
Ratio de découverture opérationnel 0,9 2,5 1,6 2,4
Teneur traitée (g/t) 0,80 0,78 0,84 0,82
Récupération (%) 83,5 % 83,0 % 84,5 % 83,1 %
Onces d’or produites 9 163 3 638 25 898 7 081
Onces d’or vendues 9 197 3 755 25 732 7 081
Données financières
(les montants ci-dessous ont été arrondis au millier de dollars près)
Produits – Ventes d’or 14 786 000 42 399 000
Charges d’exploitation minière 4 899 000 14 558 000
Variation du passif environnemental 6 000 9 000 17 000 (9 000 )
Redevances minières 479 000 37 000 1 137 000 70 000
Charges administratives 1 195 000 190 000 3 484 000 528 000
Amortissement des immobilisations corporelles et incorporelles 1 999 000 172 000 5 536 000 363 000
Résultat opérationnel sectoriel 6 208 000 (408 000 ) 17 667 000 (952 000 )
Statistiques3
(les montants ci-dessous sont exprimés en dollars canadiens)
Valeur moyenne (par once) 1 608 1 648
Coût comptant d’exploitation (par tonne traitée)4 13 13
Coût comptant total (par once vendue)4 585 611
Coût de maintien tout inclus (par once vendue)4 784 846
Charges administratives (par once vendue) 130 135
Amortissement des immobilisations (par once vendue) 217 215

Robex continue de diminuer ses coûts comptants et ses coûts de maintien à la mine de Nampala, au Mali. Après neuf mois de production commerciale, la mine se classe déjà parmi les meilleurs en termes de production d’or à bas coûts. Des collaborateurs hautement qualifiés, des procédures et des indicateurs de gestion bien établis et une rigueur exemplaire au travail permettent à la société d’améliorer de jours en jours la rentabilité de l’opération de la mine de Nampala.

Cela permet de présenter un passif nettement diminué au 30 septembre 2017 par rapport au 30 juin dernier (diminution de plus de 5 millions $). Robex est fière de ses avancements et entend continuer sur cette lancée.

La quantité de minerai traitée quotidiennement au cours d’octobre et novembre 2017 est en constante augmentation

L’usine de Nampala a traité 159 000 tonnes de minerai au cours du mois d’octobre pour une moyenne de 5 130 tonnes par jour. En novembre, certaines productions quotidiennes ont atteint des pointes à près de 7 000 tonnes par jour. Ces résultats sont extrêmement prometteurs et permettent d’envisager un dernier trimestre de 2017 encore plus performant.

Le rapport de gestion et les états financiers consolidés de ROBEX sont disponibles sur le site web de la Société dans la section Investisseurs à l’adresse : Robexgold.com. Ces rapports et d’autres documents produits par la Société sont également disponibles à l’adresse : Sedar.com.

Les renseignements techniques présentés dans ce communiqué ont été validées par M. Antoine Berton, ing., Ph.D., métallurgiste de Soutex, firme de consultants en métallurgie et traitement du minerai présente en permanence sur le site de Nampala.

Le présent communiqué comporte des énoncés pouvant être considérés comme des « renseignements prévisionnels » ou des « énoncés prospectifs » en termes de droit des sûretés. Ces renseignements prévisionnels sous-tendent des incertitudes et des risques, dont certains échappent au contrôle de Robex. Les réalisations et les résultats finaux peuvent différer considérablement des prévisions formulées implicitement ou explicitement. Ces écarts peuvent être attribuables à de nombreux facteurs, notamment à l’instabilité du prix des métaux sur le marché, aux conséquences de la fluctuation du taux de change et des taux d’intérêt, à une évaluation inexacte des ressources, aux risques en matière d’environnement (durcissement de la réglementation), à des situations géologiques imprévues, à des conditions d’exploitation défavorables, aux risques politiques inhérents à l’exploitation minière dans les pays en développement, à un changement de politiques gouvernementales ou de règlements (lois et politiques), à une incapacité d’obtenir les permis et les approbations nécessaires auprès des organismes gouvernementaux ou à tout autre risque lié à l’exploitation et au développement miniers. Rien ne garantit que les circonstances prévues dans ces énoncés prospectifs surviendront, voire qu’elles profiteront à Robex le cas échéant. Les renseignements prévisionnels sont fondés sur les estimations et les opinions de l’équipe de direction de Robex au moment de leur publication. Robex ne s’engage aucunement à rendre publics des mises à jour ou des changements concernant ces énoncés prospectifs à la lumière de nouveaux renseignements ou évènements, ou pour tout autre motif, sauf si les lois en matière de valeurs mobilières l’exigent. La Bourse de croissance TSX ou le fournisseur de services de réglementation (tel que défini dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n’assume aucune responsabilité quant à l’authenticité ou à la précision de ce communiqué.

1 Les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles excluent les variations des éléments hors trésorerie du fond de roulement.
2 Les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles par action, le coût comptant total, le coût de maintien tout inclus et le résultat net ajusté attribuable aux actionnaires sont des mesures financières non conformes aux IFRS pour lesquelles il n’existe pas de définition normalisée en vertu des IFRS. Se reporter à la section « Mesures non conformes aux IFRS » du rapport de gestion à la page 34.
3 Les statistiques se rapportent entièrement aux opérations minières de la mine de Nampala. La mine n’étant pas en exploitation commerciale en 2016, le comparatif ne s’applique pas pour cette période.
4 Le coût comptant d’exploitation, le coût comptant total et le coût de maintien tout inclus sont des mesures financières non conformes aux IFRS pour lesquelles il n’existe pas de définition normalisée en vertu des IFRS. Se reporter à la section « Mesures non conformes aux IFRS » du rapport de gestion à la page 34.
Communications Financières Renmark Inc.
Bettina Filippone
Montréal : (514) 939-3989
Toronto : (416) 644-2020
bfilippone@renmarkfinancial.com
www.renmarkfinancial.com

Ressources Robex Inc.
Guillaume Emond, CPA, CMA, VP Admin, ou
Augustin Rousselet, CFO et COO
Siège social : (581) 741-7421
info@robexgold.com
www.robexgold.com

RAPPEL/Rogers Sugar Inc. : Appel conférence – résultats du 4e trimestre 2017

VANCOUVER, COLOMBIE-BRITANNIQUE–(Marketwired – 22 novembre 2017) – Rogers Sugar Inc. (RSI) (TSX: RSI) tiendra une téléconférence pour discuter des résultats de son quatrième trimestre 2017 mercredi le 22 novembre 2017 à 17h30 (heure de l’Est).

L’appel sera présidé par M. John Holliday, Chef de la direction et Mme Manon Lacroix, Vice- Présidente, Finances.

Si vous désirez participer, veuillez composer le 1-877-223-4471. Un enregistrement de la téléconférence sera accessible peu de temps après, en composant le 1-800-585-8367, code d’accès 97204826#. Cet enregistrement sera disponible jusqu’au 29 novembre 2017.

Manon Lacroix
Vice-Présidente, Finances
(514) 940-4350
www.rogerssugarinc.com

Isabelle Marcoux intronisée au Temple de la renommée du Réseau des femmes exécutives (WXN)

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 22 nov. 2017) –

Note aux rédacteurs : Une photo est associée à ce communiqué de presse.

Transcontinental inc. (TSX:TCL.A)(TSX:TCL.B) est fière d’annoncer que la présidente de sonconseil d’administration, madame Isabelle Marcoux, sera intronisée demain, à Toronto, au Temple de la renommée du Réseau des femmes exécutives (WXN). Cet honneur fait suite à ses trois nominations attribuées en carrière par WXN – en 2010, 2012 et 2016 – à titre de l’une des 100 Canadiennes les plus influentes. À la lumière des remarquables réalisations professionnelles et philanthropiques d’Isabelle Marcoux, le comité consultatif de WXN a choisi cette année de célébrer son parcours des plus inspirants en lui remettant ce prix hautement mérité.

« Je suis sincèrement honorée de joindre les rangs du Temple de la renommée du Réseau des femmes exécutives (WXN), a dit Isabelle Marcoux, présidente du conseil de Transcontinental inc. Je suis fière de veiller à assurer l’essor de TC Transcontinental, une entreprise performante et responsable qui se distingue par ses valeurs. Cette reconnaissance rejaillit sur l’ensemble de TC Transcontinental. Par ailleurs, je vise au quotidien à porter plus loin les causes qui me tiennent à cœur. Cet honneur témoigne de mon engagement soutenu envers l’avancement des femmes à titre de dirigeantes et membres de conseils d’administration. Je tiens d’ailleurs à remercier WXN qui met en lumière chaque année les femmes canadiennes qui se démarquent. »

Sherri Stevens, présidente et chef de la direction de PhaseNyne, la société mère du Réseau des femmes exécutives (WXN), du Conseil canadien pour la diversité administrative – CCDA, et du Stevens Resource Group – SRG, a ajouté : « Les prix Top 100 : Les Canadiennes les plus influentes reconnaissent les leaders qui sont instigatrices de changements positifs et qui nous rappellent l’importance de renforcer le pouvoir des femmes au sein des milieux de travail et des communautés. Isabelle Marcoux fait partie de ces dirigeantes d’action et c’est un grand honneur pour nous d’inscrire son nom au sein de notre Temple de la renommée. Nous sommes fiers des mesures prises par les femmes et les organisations qui les soutiennent et nous sommes ravis d’avoir atteint un jalon majeur avec plus de 1000 femmes honorées depuis le lancement des prix en 2003. »

En plus de son rôle de présidente du conseil de Transcontinental inc., Isabelle Marcoux siège aux conseils d’administration de George Weston limitée, de Rogers Communications Inc. et de Power Corporation du Canada. Elle est également membre du conseil de la Fondation de l’Hôpital de Montréal pour enfants. Au-delà de ses accomplissements professionnels, Isabelle Marcoux est très engagée dans la communauté, particulièrement auprès de Centraide du Grand Montréal, et agira d’ailleurs, dès 2018, à titre de présidente du Cercle des grands donateurs de cet organisme. Elle a également été coprésidente de la campagne Centraide du Grand Montréal 2016. La biographie complète de madame Marcoux se trouve ici.

Profil de TC Transcontinental

Premier imprimeur au Canada œuvrant dans les domaines de l’impression, de l’emballage souple, de l’édition et des médias numériques, TC Transcontinental a pour mission de créer des produits et services permettant aux entreprises d’attirer, de joindre et de fidéliser leur clientèle cible.

Le respect, le travail d’équipe, la performance et l’innovation sont les valeurs fortes de la Société et de ses employés. La Société s’est d’ailleurs engagée auprès de ses parties prenantes à agir de manière responsable dans la poursuite de ses activités d’affaires et philanthropiques.

Transcontinental inc. (TSX:TCL.A)(TSX:TCL.B), connue sous la marque TC Transcontinental, compte plus de 7000 employés au Canada et aux États-Unis, et ses revenus ont été de 2,0 milliards de dollars canadiens en 2016. Site www.tc.tc

Pour voir la photo associée à ce communiqué, veuillez visiter le lien suivant : http://media3.marketwire.com/docs/1105146.jpg.

Médias : Nathalie St-Jean
Conseillère principale aux communications d’entreprise
TC Transcontinental
Téléphone : 514 954-3581
nathalie.st-jean@tc.tc
www.tc.tc

Communauté financière : Shirley Chenny
Conseillère aux relations avec les investisseurs
TC Transcontinental
Telephone: 514 954-4166
shirley.chenny@tc.tc
www.tc.tc

La Journée des investisseurs TransCanada 2017 sera diffusée par webémission

CALGARY, ALBERTA–(Marketwired – 22 nov. 2017) – TransCanada Corporation (TSX:TRP)(NYSE:TRP) (« TransCanada ») tiendra sa Journée annuelle des investisseurs le mardi 28 novembre à Toronto.

Les cadres supérieurs de TransCanada fourniront une mise à jour sur les opérations de TransCanada, ainsi que sur son évolution récente et ses perspectives stratégiques.

L’événement sera diffusé en direct sur le Web à partir de 8 h (HNE) (6 h HNR). Les parties intéressées peuvent assister à cette diffusion sur le site Web de TransCanada, rubrique Centre des investisseurs, à l’adresse https://www.transcanada.com/en/investors/events/. Une copie de la présentation et de la webémission, qui sera archivée et accessible pour relecture, sera également disponible sur le site Web.

Forte de plus de 65 années d’expérience, la société TransCanada est l’un des chefs de file dans les secteurs du développement responsable et de l’exploitation fiable d’infrastructures énergétiques en Amérique du Nord, incluant des gazoducs et des oléoducs, ainsi que des installations de production d’énergie électrique et de stockage de gaz. TransCanada exploite l’un des plus grands réseaux de transport de gaz naturel qui s’étend sur plus de 91 500 kilomètres (56 900 mi), exploitant presque tous les grands bassins d’approvisionnement gazier d’Amérique du Nord. TransCanada est le plus important fournisseur de services de stockage de gaz et de services connexes du continent avec une capacité de stockage de gaz de 18,4 milliards de mètres cubes (653 milliards de pieds cubes). Grande productrice d’électricité indépendante, la société TransCanada possède environ 6 200 mégawatts de production d’énergie au Canada et aux États-Unis, ou en détient une participation. TransCanada est également le promoteur et l’exploitant de l’un des principaux réseaux de transport par pipeline acheminant des liquides en Amérique du Nord, d’une longueur d’environ 4 800 kilomètres (3000 miles), reliant les sources croissantes d’approvisionnement pétrolier à l’échelle du continent aux marchés et raffineries clés. Les actions ordinaires de TransCanada se négocient sous le symbole TRP aux bourses de Toronto et de New York. Consultez le site TransCanada.com pour en apprendre davantage ou suivez-nous sur les réseaux sociaux et 3BL Media.

Personnes-ressources auprès des médias :
Mark Cooper / Grady Semmens
403 920-7859 ou 800 608-7859

Personnes-ressources de TransCanada auprès des analystes
et investisseurs :
David Moneta / Stuart Kampel
403 920-7911 ou 800 361-6522