Minière Osisko émet une mise à jour sur ses travaux d’exploration en Ontario

TORONTO, ONTARIO–(Marketwired – 13 fév. 2018) – Minière Osisko inc. (TSX:OSK) (« Osisko » ou la « Société ») a le plaisir d’émettre une mise à jour sur les progrès réalisés en exploration sur le projet aurifère Garrison, entièrement détenu par la Société et situé dans le canton de Garrison en Ontario.

Osisko réalise des travaux de forage d’exploration et de définition à Garrison depuis 20 mois, soit depuis le début de l’année 2016. À la fin du mois de janvier 2018, Osisko avait complété 85 000 mètres de nouveaux forages en complément des 108 000 mètres de forage déjà réalisés à Garrison par les détenteurs antérieurs. La Société a réévalué les résultats de forage antérieurs dans la zone Jonpol, a poursuivi la délimitation des ressources dans la zone Garrcon, et a considérablement augmenté l’étendue de la zone 903 avec du forage d’exploration dans la partie sud-ouest de la propriété. Le dénoyage et la cartographie géologique des fosses d’échantillonnage en vrac à Garrcon ont été effectués en 2017. L’interprétation du modèle géologique, notamment les contrôles sur la minéralisation, est en cours pour les zones Garrcon et 903.

Budget d’exploration pour 2018 : 3 millions de dollars

Le budget d’exploration d’Osisko pour la propriété Garrison en 2018 totalise environ 3 millions de dollars. Ceci comprend des travaux d’estimation des ressources, de nouveaux travaux de forage intercalaire axés sur les ressources, des essais métallurgiques et du forage d’exploration sur la propriété Garrison.

Garrison : mise à jour de l’estimation des ressources attendue en juillet 2018

Osisko prévoit déposer une mise à jour de l’estimation des ressources pour le projet Garrison en juillet 2018.

La propriété Garrison englobe trois zones minéralisées montrant des styles bien différents : la zone Garrcon est encaissée dans des sédiments du Temiskaming, dans l’éponte inférieure de la zone de faille Porcupine-Destor (ZFPD); la zone Jonpol présente, sur 1,7 km, de la minéralisation contrôlée par la structure le long de la zone de cisaillement Munro encaissée dans des volcanites mafiques à ultramafiques; tandis que la zone 903 est encaissée dans des dykes de syénite recoupant des roches ultramafiques le long de la ZFPD. Les zones Jonpol et 903 demeurent ouvertes au sud-ouest et au nord-ouest respectivement. Les zones Garrcon, Jonpol et 903 seront toutes trois incluses dans la mise à jour des ressources en 2018.

Cessions de propriétés

Au cours de l’année 2017, Osisko a vendu les projets d’exploration Catharine, DeSantis et Swayze à d’autres sociétés minières.

Le président et chef de la direction d’Osisko, John Burzynski, a émis ces commentaires : « Bien que nous ayons mis l’accent principal sur notre projet Windfall au Québec, Osisko a poursuivi ses efforts sur le projet Garrison dans le but de mettre à jour les ressources et d’améliorer notre compréhension du potentiel des zones Garrcon, Jonpol et 903. Nous avons réussi, grâce aux travaux de forage réalisés en 2017, à augmenter sensiblement les dimensions de la zone 903. Notre mise à jour de l’estimation des ressources à venir en juillet inclura les trois zones (Garrcon, Jonpol et 903) et nous continuerons d’évaluer les extensions de la minéralisation connue avec du forage d’exploration en 2018. »

Personne qualifiée

Le contenu scientifique et technique du présent communiqué a été révisé, préparé et approuvé par M. Gernot Wober, géo., VP Exploration Canada pour Minière Osisko inc., et personne qualifiée en vertu du Règlement 43-101 sur l’information concernant les projets miniers (le « Règlement 43-101 »).

À propos du projet Garrison

Le projet Garrison est constitué de 214 claims miniers, 25 baux miniers et 87 claims conférés par lettres patentes, couvrant une superficie totale d’environ 8 000 hectares. Des estimations de ressources pour les deux zones, Garrcon et Jonpol, sont décrites dans un rapport technique préparé conformément au Règlement 43-101 par un détenteur antérieur, Northern Gold Mining Inc. (intitulé « Technical Report on the Golden Bear Project – Garrison Property: Larder Lake Mining Division – Garrison Township, Ontario, Canada ») daté du 30 décembre 2013 avec une date d’effet au 30 décembre 2013 (le « rapport technique Garrison »). Le rapport technique Garrison a été préparé par A.C.A. Howe International Limited pour Northern Gold Mining Inc. (une filiale à part entière d’Osisko) et est disponible sur le site web d’Osisko à l’adresse www.miniereosisko.com et sur SEDAR sous le profil de l’émetteur de Northern Gold Mining Inc. à l’adresse www.sedar.com.

Les estimations de ressources ont été effectuées par A.C.A. Howe International Limited conformément aux normes de l’ICM. Les estimations pour la zone Garrcon font état de 15,1 millions de tonnes à une teneur moyenne de 1,07 g/t Au (521 000 oz) en ressources mesurées, 14,1 millions de tonnes à une teneur moyenne de 1,16 g/t Au (526 000 oz) en ressources indiquées, et 1,7 million de tonnes à une teneur moyenne de 0,72 g/t Au (39 000 oz) en ressources présumées. Des ressources souterraines potentielles de 5,1 millions de tonnes à une teneur moyenne de 3,49 g/t Au (577 000 oz) dans la catégorie présumée ont aussi été définies. Les ressources ont été présentées selon un seuil de coupure de 0,4 g/t Au pour le matériel exploitable par fosse et de 1,5 g/t pour le matériel exploitable par des méthodes en vrac souterraines, en tenant compte d’un prix de l’or à 1 250 $ US/oz.

À la zone Jonpol, les ressources ont été estimées à 0,87 million de tonnes à une teneur moyenne de 5,34 g/t Au (150 000 oz) dans la catégorie indiquée, et 1,07 million de tonnes à une teneur moyenne de 5,56 g/t Au (192 000 oz) en ressources présumées. Les ressources ont été présentées selon un seuil de coupure de 3,0 g/t Au en supposant un scénario d’extraction souterraine et en tenant compte d’un prix de l’or à 1 250 $ US/oz.

Le lecteur est mis en garde que les ressources présumées comportent une grande part d’incertitude quant à leur existence et à savoir si elles pourront être exploitées économiquement. L’on ne doit pas supposer que des ressources présumées seront éventuellement converties, en tout ou en partie, à une catégorie supérieure. Les ressources minérales ne sont pas des réserves minérales puisque leur viabilité économique n’a pas été démontrée.

Zone Garrcon

La zone Garrcon plonge faiblement vers l’est, dans l’éponte inférieure de la zone de faille de Porcupine-Destor; la majeure partie des ressources se trouve dans la partie ouest de la zone, où les données de forage sont plus denses. La zone minéralisée est exposée en surface et pourrait potentiellement être exploitée dans une fosse à ciel ouvert; le ratio de découverture global est estimé à 1,8:1. Il existe un potentiel additionnel pour des ressources souterraines sous la fosse et dans l’axe de plongée vers l’est de la zone, qui demeure ouverte à l’exploration latéralement et dans l’axe de pendage.

Le puits Garrcon a été foncé en 1935 et 1936 par la société Consolidated Mining and Smelting Co. of Canada (« Cominco ») et les zones Shaft et Sud ont été vérifiées pour la présence de minéralisation à haute teneur en or. Cominco a excavé environ 1 430 mètres de galeries et de travers-bancs pour exploiter des filons souterrains. Des travaux de forage au diamant réalisés par Cominco et Minerais Lac Ltée vers le milieu et la fin des années 1980 ont permis d’identifier de la minéralisation à basse teneur sur de vastes étendues. En 2006-2007, ValGold Resources Ltd a réalisé un nouveau programme de forage en vue de confirmer la présence de ces zones. De 2009 à 2013, Northern Gold Mining Inc. a complété 97 000 mètres de forage au diamant, ce qui a permis de délimiter les ressources actuelles.

En 2014, Northern Gold Mining Inc. a obtenu un permis d’exploitation minière provisoire lui permettant d’extraire jusqu’à 150 000 tonnes. Northern Gold Mining Inc. a extrait 73 534 tonnes sèches qui ont été traitées à l’usine Holt située à proximité, où 3 516,3 oz d’or ont été récupérées à partir d’un matériel d’alimentation à 1,55 g/t, pour un taux de récupération de 95,9 %.

Zone Jonpol

La zone Jonpol est située le long de la zone de faille Munro, une faille subsidiaire orientée vers l’ouest et enracinée du côté nord de la faille de Porcupine-Destor. Encaissée dans une zone de cisaillement de quelques dizaines de mètres de large dans des volcanites mafiques altérées, la zone se compose de quatre zones minéralisées à haute teneur en or (JP, JD, RP et Est) réparties sur une distance latérale de 1,7 kilomètre. La minéralisation aurifère est encaissée dans des veines de quartz-carbonates, dans des roches mafiques et ultramafiques, et est associée à une altération intense en albite et/ou séricite avec de la minéralisation en pyrite.

En 1997, un échantillon en vrac de 49 087 tonnes a été extrait dans la partie centrale de la zone JP par Hillsborough Resources Limited. Le minerai présentait une teneur moyenne de 6,7 g/t et le traitement a produit 9 476 onces d’or. De 1985 à 2013, plus de 130 000 mètres de forage ont été complétés sur la propriété par les détenteurs antérieurs. Des travaux de développement ont été effectués dans la zone JP, notamment le creusage d’un puits de 184 mètres et l’excavation d’une rampe jusqu’au niveau 150 mètres, ainsi que des travaux d’abattage sur six sous-niveaux. Les infrastructures au site Jonpol ont fait l’objet de travaux de réhabilitation vers la fin des années 1990 et le site a été fermé en 2001, mais la rampe et le puits ont été préservés.

Zone 903

Cette troisième zone minéralisée présente à Garrison n’a pas été incluse dans l’estimation de ressources publiée par les détenteurs antérieurs en 2013. La minéralisation dans la zone 903 a initialement été découverte en 1945 par Wright-Hargreaves Mines Ltd. En 1988, Minerais Lac a acquis les claims couvrant la zone 903 actuelle et a réalisé 17 sondages totalisant 4 823 mètres. Une option sur la propriété a été accordée à Jonpol et T&H Resources en 1990 mais la propriété est revenue à Minerais Lac en 1991. Northern Gold a acquis les claims d’une filiale de Barrick Gold en 2013 et y a réalisé des travaux d’exploration en surface ainsi que six sondages.

À propos de Minière Osisko inc.

Osisko est une société d’exploration minière axée sur l’acquisition, l’exploration et la mise en valeur de propriétés de ressources de métaux précieux au Canada. Osisko détient 100 % du gîte aurifère à haute teneur du Lac Windfall, situé entre les villes de Val-d’Or et Chibougamau au Québec, ainsi qu’une participation indivise de 100 % dans un important groupe de claims dans les secteurs avoisinants d’Urban Barry et de Quévillon (plus de 3 300 kilomètres carrés), en plus d’une participation de 100 % dans le projet Marban, situé au cœur du prolifique district minier aurifère de l’Abitibi au Québec. Osisko détient aussi des propriétés dans le district minier de Larder Lake, dans le nord-est de l’Ontario, qui couvrent notamment les gîtes Jonpol et Garrcon sur la propriété Garrison, l’ancienne mine Buffonta et la propriété minière Gold Pike. La Société détient aussi des participations et des options visant plusieurs autres propriétés dans le nord du Québec et de l’Ontario. Osisko demeure bien financée avec environ 190 millions de dollars en trésorerie et en placements à la fin du quatrième trimestre de 2017.

Mise en garde à l’égard des renseignements prospectifs

Le présent communiqué contient des « renseignements prospectifs » au sens attribué à ce terme par les lois canadiennes applicables sur les valeurs mobilières, qui sont basés sur les attentes, les estimations, les projections et les interprétations en date du présent communiqué. Les renseignements dans le présent communiqué portant sur les délais prévus et la capacité d’Osisko (le cas échéant) de préparer une évaluation économique préliminaire et une première estimation de ressources pour le gîte Windfall; les délais et la capacité d’Osisko (le cas échéant) de préparer une étude de faisabilité pour le gîte Windfall; le budget d’exploration d’Osisko pour 2018; l’avancement des gîtes Windfall et Lynx par l’entremise des travaux de forage et d’exploration; l’expansion des zones minéralisées connues et la découverte du nouveau gîte Lynx et des zones Wolf et Bobcat; la suite des travaux d’exploration et de forage sur les gîtes Windfall et Lynx et toute extension des zones minéralisées; l’avancement continu et le taux d’avancement de la rampe d’exploration; les délais prévus et la capacité d’Osisko (le cas échéant) d’obtenir les permis pour la rampe d’exploration vers Lynx; la possibilité que le projet aurifère du Lac Windfall soit l’un des projets à l’étape des ressources avec les plus hautes teneurs en or au Canada; l’importance des résultats du programme de forage en cours sur le projet aurifère du Lac Windfall; les délais prévus et la capacité d’Osisko (le cas échéant) de procéder à d’autres acquisitions de propriétés à Lebel-sur-Quévillon; les avantages liés à l’usine de traitement potentielle à Lebel-sur-Quévillon; les délais prévus et la capacité d’Osisko (le cas échéant) de préparer une première estimation de ressources pour le gîte Osborne-Bell; les travaux d’exploration prévus sur les découvertes à Fox et Black Dog; les travaux d’exploration proposés sur le bloc Urban Barry; les travaux d’exploration proposés sur le bloc Quévillon; le maintien d’une cadence soutenue dans nos travaux en 2018; notre capacité à préserver et à créer davantage de valeur pour nos actionnaires; la capacité d’Osisko (le cas échéant) de développer un camp minier; le type de forage inclus dans le programme de forage; la minéralisation potentielle; la capacité de mettre en valeur toute minéralisation d’une façon économique; la capacité de réaliser toute activité d’exploration proposée et les résultats de ces activités; ainsi que tout autre renseignement dans les présentes qui n’est pas un fait historique, pourraient constituer des « renseignements prospectifs ».
Tout énoncé qui implique des discussions à l’égard de prévisions, d’attentes, d’interprétations, d’opinions, de plans, de projections, d’objectifs, d’hypothèses, d’événements ou de rendements futurs (utilisant souvent, mais pas forcément, des expressions comme « s’attend » ou « ne s’attend pas », « est prévu », « interprété », « de l’avis de la direction », « anticipe » ou « n’anticipe pas », « planifie », « budget », « échéancier », « prévisions », « estime », « est d’avis », « a l’intention », ou des variations de ces expressions ou des énoncés indiquant que certaines actions, certains événements ou certains résultats « pourraient » ou « devraient » se produire, « se produiront » ou « seront atteints ») n’est pas un énoncé de faits historiques et pourrait constituer des renseignements prospectifs et a pour but d’identifier des renseignements prospectifs. Ces renseignements prospectifs reposent sur des hypothèses raisonnables et des estimations faites par la direction d’Osisko au moment où elles ont été formulées. Ces renseignements prospectifs impliquent des risques connus et inconnus, des incertitudes et d’autres facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels, le rendement ou les réalisations soient sensiblement différents des résultats, du rendement ou des réalisations explicitement ou implicitement indiqués par de tels renseignements prospectifs.
Ces facteurs comprennent notamment les risques associés à la capacité des activités d’exploration de prédire la minéralisation avec exactitude; les erreurs dans la modélisation géologique de la direction; les délais dans l’obtention des résultats d’analyse; la densité de forage insuffisante; la capacité d’Osisko (le cas échéant) de réaliser d’autres activités d’exploration incluant du forage; la participation dans le projet aurifère du Lac Windfall et le gîte aurifère d’Osborne-Bell; les résultats des activités d’exploration; les risques liés aux activités minières; la conjoncture économique mondiale; les prix des métaux; la dilution; les risques environnementaux; et les actions communautaires et non gouvernementales. Bien que les renseignements prospectifs contenus dans le présent communiqué soient basés sur des hypothèses considérées raisonnables de l’avis de la direction au moment de leur publication, Osisko ne peut garantir aux actionnaires et aux acheteurs éventuels de titres de la Société que les résultats réels seront conformes aux renseignements prospectifs, puisqu’il pourrait y avoir d’autres facteurs qui auraient pour effet que les résultats ne soient pas tels qu’anticipés, estimés ou prévus, et ni Osisko ni aucune autre personne n’assume la responsabilité pour la précision ou le caractère exhaustif des renseignements prospectifs. Osisko n’entreprend et n’assume aucune obligation d’actualiser ou de réviser tout énoncé prospectif ou tout renseignement prospectif contenu dans les présentes en vue de refléter de nouveaux événements ou de nouvelles circonstances, sauf si requis par la loi.

John Burzynski
Président et chef de la direction
(416) 363-8653

Goodfood Market Corp. annonce une nomination au sein de son équipe de direction

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 13 fév. 2018) – Goodfood Market Corp. (« Marché Goodfood » ou la « Société ») (TSX:FOOD) a annoncé aujourd’hui que Philippe Adam se joindra à son équipe de direction à titre de chef des finances à compter du 23 mars 2018. Cette nomination permettra dorénavant à Neil Cuggy, président et chef de l’exploitation, de concentrer ses efforts sur l’atteinte des objectifs d’exploitation, des objectifs stratégiques et des objectifs de croissance de la Société.

« Nous sommes ravis d’accueillir Philippe à titre de nouveau chef des finances », a déclaré Jonathan Ferrari, chef de la direction de Marché Goodfood. « Il compte de nombreuses années d’expérience dans les domaines de la comptabilité et du financement des sociétés, en plus de posséder un grand sens des affaires. C’est un ajout important au sein de l’équipe de direction de Marché Goodfood. »

Philippe possède plus de 15 années d’expérience en opérations, en finance corporative et en comptabilité. Il a occupé des postes de direction au sein de la Corporation Financière Champlain, une société d’investissement canadienne, depuis 2013, et a dirigé l’exécution de nombreuses opérations d’acquisition en plus d’agir comme membre du conseil d’administration de plusieurs sociétés de portefeuille. De 2013 à 2016, il a été chef des finances de Solutions de vérification Garda, un chef de file dans le domaine des services de vérifications pré-emploi, qui a été vendue à un acquéreur stratégique en 2016. Philippe a été banquier d’affaires à la Financière Banque Nationale et a occupé le poste de directeur au sein du groupe de financement des sociétés, couvrant à la fois les entreprises publiques et privées. M. Adam a travaillé pendant plusieurs années auprès de Deloitte s.r.l. et pour un fond d’investissement canadien. Il a travaillé sur différentes opérations stratégiques au fil des ans, notamment des fusions et acquisitions, des transactions transfrontalières ainsi que des opérations de financement par actions et par emprunt.

Philippe détient un baccalauréat en commerce de l’Université Laval et un diplôme d’études supérieures en comptabilité des HEC. Il est membre de l’Institut Canadien des Comptables Agréés (CA) et possède le titre d’expert en évaluation d’entreprise (EEE), pour lequel il a remporté la médaille d’or du Canada en 2009.

À propos de Marché Goodfood

Marché Goodfood est le chef de file canadien de repas prêts à cuisiner. La Société livre chaque semaine à ses abonnés tous les ingrédients frais nécessaires à la préparation de repas délicieux. L’objectif de l’entreprise est de simplifier la préparation cuisine, en laissant aux utilisateurs tout le plaisir : cuisiner, partager avec les amis et la famille et savourer. Les abonnés sélectionnent en ligne leurs recettes favorites parmi une large sélection de repas originaux. La Société prépare ensuite un panier personnalisé d’ingrédients frais et effectue la livraison chez l’abonné. Les recettes sont faciles à suivre et présentées étape par étape. Les bureaux-chef de la Société se situent à Montréal, Canada. En date du 30 novembre 2017, Marché Goodfood comptait 45 000 abonnés. www.marchegoodfood.ca

Informations prospectives

Le présent communiqué de presse contient de l’« information prospective » au sens attribué à ce terme dans les lois canadiennes sur les valeurs mobilières applicables. Ces informations prospectives comprennent, notamment, des renseignements sur nos objectifs et les stratégies pour les atteindre, de même que des renseignements sur nos opinions, nos projets, nos attentes, nos prévisions, nos estimations et nos intentions. Ces informations prospectives peuvent souvent (mais pas toujours) être décelées par l’emploi d’expressions comme « peut », « pourrait », « devrait », « prévoit », « a l’intention de », « estime », « projette », « croit » ou « continue » et d’autres expressions semblables ou toutes les formes négatives de ces expressions, y compris les renvois à des hypothèses. Les informations prospectives sont fournies dans le but d’aider le lecteur à comprendre la Société et son entreprise, ses activités, ses perspectives et les risques auxquels elle est confrontée à un moment précis dans le temps, dans un certain contexte historique et compte tenu de développements futurs, et, par conséquent, le lecteur est avisé que les informations prospectives pourraient ne pas être appropriées à d’autres fins. Les informations prospectives sont fondées sur un certain nombre d’hypothèses et sont soumises à un certain nombre de risques et d’incertitudes, dont la plupart sont indépendants de notre volonté et peuvent faire en sorte que les résultats réels diffèrent de façon marquée de ceux qui sont divulgués, de façon expresse ou implicite, dans ces informations prospectives.
Ces risques et ces incertitudes comprennent notamment les facteurs de risque suivants, qui sont décrits plus en détail à la rubrique « Facteurs de risque » de la notice annuelle de la Société pour l’exercice clos le 31 août 2017, laquelle est disponible sur SEDAR au www.sedar.com : des antécédents d’exploitation limités, des flux de trésorerie d’exploitation négatifs, le secteur de l’alimentation, le contrôle de la qualité et les préoccupations en matière de santé, les questions de santé publique, les rappels de produits, l’atteinte à la réputation de Goodfood, la perturbation des transports, la responsabilité du fait du produit, la propriété et la protection des droits de propriété intellectuelle, le secteur en évolution, la dépendance envers un seul centre de distribution, les activités de syndicalisation, la dépendance envers la direction, les facteurs qui pourraient empêcher l’atteinte des objectifs de croissance, la concurrence, la disponibilité et la qualité des matières premières, la gamme limitée de produits, la réglementation en matière d’environnement et de santé et sécurité au travail, la perturbation et l’atteinte à la sécurité des systèmes en ligne, la dépendance à l’égard de centres de données, la conformité aux licences de logiciels libres, les besoins futurs en capitaux, les risques d’exploitation et la couverture d’assurance, la gestion de la croissance, les conflits d’intérêts, les litiges et les événements catastrophiques. Bien que les informations prospectives que contient le présent communiqué soient fondées sur ce que nous croyons être des hypothèses raisonnables, les lecteurs sont priés de ne pas se fier indûment à ces informations prospectives puisque les résultats réels pourraient différer de ces informations prospectives. Pour préparer les informations prospectives, certaines hypothèses ont été formulées en ce qui concerne la disponibilité des ressources en capital, le rendement de l’entreprise, les conditions du marché et la demande des clients. Par conséquent, toutes les informations prospectives que contiennent les présentes sont données sous réserve des mises en garde susmentionnées, et rien ne garantit que les résultats ou les événements auxquels nous nous attendons se réaliseront ou que, même s’ils se réalisent en grande partie, qu’ils auront les effets prévus sur nos activités, notre situation financière ou nos résultats d’exploitation. Sauf avis contraire ou à moins que le contexte n’indique un sens différent, les informations prospectives qui figurent dans le présent communiqué sont fournies en date des présentes et, nous ne nous engageons pas à mettre à jour ou à modifier ces informations prospectives, que ce soit par suite d’événements futurs, de nouveaux renseignements ou d’autres facteurs, sauf dans la mesure où la loi l’exige.

Jonathan Ferrari
Chef de la direction
1(855) 515-5191
IR@makegoodfood.ca