Bombardier annonce l’élection des membres de son conseil d’administration et rend hommage à Laurent Beaudoin, son ancien chef de la direction et président du conseil d’administration

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 3 mai 2018) – Bombardier (TSX:BBD.A)(TSX:BBD.B)(OTCQX:BDRBF) a annoncé aujourd’hui que tous les candidats figurant dans la circulaire de sollicitation de procurations de la direction du 5 mars 2018 ont été élus administrateurs de Bombardier lors de son assemblée annuelle ayant eu lieu plus tôt aujourd’hui à Montréal. Les résultats détaillés du scrutin pour l’élection des administrateurs se trouvent ci-dessous.

Élection des administrateurs

À l’issue d’un scrutin, chacun des 14 candidats suivants proposés par la direction a été élu administrateur de Bombardier :

Candidat Nombre de votes pour En % Nombre d’abstentions En %
Pierre Beaudoin 3 480 057 215 96,34 % 132 395 073 3,66 %
Alain Bellemare 3 564 605 604 98,68 % 47 853 068 1,32 %
Joanne Bissonnette 3 496 743 978 96,80 % 115 714 684 3,20 %
J. R. André Bombardier 3 492 357 288 96,68 % 120 089 519 3,32 %
Martha Finn Brooks 3 576 525 315 99,01 % 35 933 347 0,99 %
Jean-Louis Fontaine 3 494 288 435 96,73 % 118 169 787 3,27 %
Diane Giard 3 598 065 524 99,60 % 14 393 148 0,40 %
August W. Henningsen 3 576 108 245 98,99 % 36 350 427 1,01 %
Pierre Marcouiller 3 579 687 088 99,09 % 32 771 584 0,91 %
Douglas R. Oberhelman 3 595 711 727 99,54 % 16 746 945 0,46 %
Vikram Pandit (administrateur principal) 3 559 473 512 98,53 % 52 985 160 1,47 %
Carlos E. Represas 3 537 405 100 97,92 % 75 053 572 2,08 %
Antony N. Tyler 3 588 620 319 99,34 % 23 838 343 0,66 %
Beatrice Weder di Mauro 3 588 462 865 99,34 % 23 995 807 0,66 %

Laurent Beaudoin prend sa retraite après 55 ans chez Bombardier

La journée d’aujourd’hui a également été marquée par le départ à la retraite du président émérite du conseil d’administration de Bombardier, Laurent Beaudoin, qui a décidé de ne pas se représenter pour siéger au conseil. M. Beaudoin s’est joint à l’entreprise en 1963, alors que Bombardier était un fabricant de motoneiges basé à Valcourt, au Québec. Sous son leadership, à titre de président et chef de la direction et plus tard à titre de président du conseil, Bombardier a été inscrite en bourse et s’est diversifiée dans les secteurs du transport sur rail et de l’aéronautique pour devenir un chef de file mondial de la mobilité.

« La contribution exceptionnelle de Laurent Beaudoin est une source d’inspiration et de fierté pour nous tous chez Bombardier. Voir un leader local devenir un chef de file mondial présent dans plus de 100 pays, est vraiment remarquable, a déclaré Alain Bellemare, président et chef de la direction de Bombardier Inc. C’est grâce à Laurent Beaudoin que Bombardier, le Québec et le Canada sont aujourd’hui reconnus dans le monde entier comme leaders des industries du transport sur rail et de l’aéronautique ».

Pendant le mandat de M. Beaudoin, l’entreprise a réalisé d’incroyables succès, y compris en 1974, le contrat du métro de Montréal; en 1982, le contrat du métro de New York, surnommé le « contrat du siècle »; en 1989, le lancement du programme Canadair Regional Jet (CRJ), qui est devenu le programme d’avions régionaux le plus populaire au monde; et en 1993, le lancement de la gamme d’avions Global Express. Avec l’acquisition d’entreprises comme ANF-Industrie, Canadair, Short Brothers, Learjet, Adtranz et de Havilland, M. Beaudoin a fait de Bombardier le leader mondial dans la fabrication de matériel de transport sur rail et d’avions civils. Largement reconnu comme l’un des meilleurs au monde, le vaste portefeuille de produits de Bombardier est une concrétisation de l’héritage de Laurent Beaudoin.

À propos de Bombardier

Avec plus de 69 500 employés répartis entre quatre secteurs d’activité, Bombardier est un leader mondial de l’industrie du transport, créant des avions et des trains novateurs qui changent la donne sur leur marché. Nos produits et nos services offrent des expériences de transport de calibre international qui établissent de nouvelles normes en matière de confort des passagers, d’efficacité énergétique, de fiabilité et de sécurité.

Avec son siège social situé à Montréal, au Canada, Bombardier possède des installations de production et d’ingénierie dans 28 pays, couvrant les secteurs Transport, Avions d’affaires, Avions commerciaux et Aérostructures et Services d’ingénierie. Les actions de Bombardier se négocient à la Bourse de Toronto (BBD). Pour l’exercice clos le 31 décembre 2017, nos revenus ont été de 16,2 milliards $ US. Vous trouverez nouvelles et information à l’adresse bombardier.com ou en nous suivant sur Twitter : @Bombardier.

Bombardier, CRJ et Global Express sont des marques de commerce de Bombardier Inc. ou de ses filiales.

Simon Letendre
Conseiller principal,
Relations avec les médias et affaires publiques
Bombardier Inc.
+514 861 9481

Patrick Ghoche
Vice-président,
Relations avec les investisseurs
Bombardier Inc.
+514 861 5727

Bombardier présente ses résultats du premier trimestre de 2018, annonce la vente de sa propriété de Downsview et envisage un nouveau centre d’excellence pour ses avions Global

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 3 mai 2018) – Bombardier (TSX:BBD.A)(TSX:BBD.B)(OTCQX:BDRBF) a présenté aujourd’hui ses résultats du premier trimestre de 2018, marqués par une forte croissance des revenus. Les revenus consolidés ont atteint 4,0 milliards $, en hausse de 12 % sur ceux du trimestre correspondant de l’exercice précédent, ce qui témoigne surtout de l’accélération de grands projets chez Transport et de l’amélioration des conditions de marché chez Avions d’affaires.

« Nous continuons à tenir nos engagements financiers et à faire de solides progrès dans l’exécution de nos programmes en croissance et dans nos initiatives stratégiques, a dit Alain Bellemare, président et chef de la direction, Bombardier Inc. Nous avons atteint avec succès le milieu de notre plan de redressement avec un bilan renforcé et des efforts clairement axés sur l’exécution et la croissance. »

L’élan soutenu des commandes chez Transport a porté à 1,0 le ratio de nouvelles commandes sur revenus pour le trimestre, tandis que le carnet de commandes de ce secteur d’activité a augmenté pour atteindre 35,7 milliards $. Le carnet de commandes d’Avions d’affaires a aussi augmenté pour atteindre 14,3 milliards $ au cours du premier trimestre. Après la fin du trimestre, Avions commerciaux a annoncé avoir signé une entente d’achat avec Ethiopian Airlines visant jusqu’à 15 avions Q400 et une autre avec American Airlines visant jusqu’à 30 avions CRJ900, ce qui porte les carnets de commandes d’avions CRJ Series et Q400 à respectivement plus de 50 avions chacun.

La marge RAII de Bombardier a progressé de 80 points de base pour atteindre 5 % pour la première fois depuis le lancement du plan de redressement de l’entreprise. Cette hausse a été alimentée par une forte croissance des revenus, incluant une croissance des activités du marché de l’après-vente, et par des améliorations opérationnelles. Le RAIIA et le RAII avant éléments spéciaux ont été respectivement de 265 millions $ et de 201 millions $ pour le trimestre, reflétant une rentabilité en nette amélioration.

L’utilisation des flux de trésorerie disponibles de 721 millions $ est conforme au plan de Bombardier, alors que les activités des principaux projets ferroviaires continuent de s’intensifier et que nous préparons l’avion Global 7000 pour qu’il soit certifié et mis en service plus tard cette année. Les investissements dans le fonds de roulement au cours du premier trimestre ont totalisé 594 millions $ et étaient principalement attribuables aux stocks et aux actifs sur contrat, alors que nous nous préparons en vue d’une accélération des livraisons plus tard cette année. L’entreprise demeure en bonne voie d’atteindre son objectif de flux de trésorerie disponibles neutres pour l’exercice.

Bombardier a aussi annoncé avoir conclu un accord définitif pour vendre sa propriété de Downsview pour un produit brut d’environ 635 millions $ à l’Office d’investissement des régimes de pensions du secteur public (Investissements PSP), sous réserve des conditions de clôture habituelles. L’opération devrait être conclue au cours du deuxième trimestre de 2018, augmentant la trésorerie de plus de 550 millions $, montant net des coûts de l’opération et autres coûts associés. De plus, en vertu d’une entente avec Investissements PSP, Bombardier continuera ses activités sur le site de Downsview pendant une période maximale de trois ans après la conclusion de la vente, avec deux options d’extension d’un an chacune.

Parallèlement, Bombardier a aussi signé une lettre d’entente avec l’Autorité aéroportuaire du Grand Toronto (GTAA) pour un bail à long terme d’une propriété d’environ 38 acres adjacente à l’Aéroport international Pearson de Toronto sur lequel Bombardier prévoit établir un nouveau centre d’excellence et une usine d’assemblage final pour ses jets d’affaires Global. Plus d’information sur ces nouvelles installations en location seront dévoilées ultérieurement.

« Dans le cadre du plan de redressement de cinq ans de Bombardier, nous avons passé en revue nos installations à l’échelle mondiale afin de nous assurer que nos activités d’exploitation sont aussi les plus efficaces et les plus rentables, condition nécessaire pour appuyer nos objectifs de croissance, a dit M. Bellemare. Aujourd’hui, nous utilisons seulement environ 10 pour cent d’un site de 150 hectares situé à Downsview alors que nous supportons la totalité du coût d’exploitation d’une piste d’atterrissage d’environ 2000 mètres. Nous sommes donc très heureux d’avoir conclu des ententes avec Investissements PSP et GTAA. Ensemble, ils nous permettent de monétiser un actif sous-utilisé, mieux rationaliser et optimiser nos activités liées aux avions d’affaires et d’appuyer davantage le développement économique et la croissance de l’emploi dans la Région du grand Toronto. »

PRINCIPAUX RÉSULTATS

RÉSULTATS DU TRIMESTRE
Trimestres clos les 31 mars 2018 2017
retraité(4)
Écart
Revenus 4 028 $ 3 605 $ 12 %
RAII 201 $ 150 $ 34 %
Marge RAII 5,0 % 4,2 % 80 pdb
RAII avant éléments spéciaux 201 $ 173 $ 16 %
Marge RAII avant éléments spéciaux 5,0 % 4,8 % 20 pdb
RAIIA avant éléments spéciaux 265 $ 251 $ 6 %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux(1) 6,6 % 7,0 % (40) pdb
Résultat net 44 $ 6 $ 633 %
RPA dilué (en dollars) 0,01 $ 0,00 $ 0,01 $
Résultat net ajusté(1) 35 $ 38 $ (8 )%
RPA ajusté (en dollars)(1) 0,01 $ 0,01 $ $
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles 250 $ 276 $ (9 )%
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles (471 ) $ (317 ) $ (49 )%
Utilisation des flux de trésorerie disponibles (721 ) $ (593 ) $ (22 )%
Aux 31 mars 2018 31 décembre 2017
Sources de financement disponibles à court terme(5)(6) 4 041 $ 4 225 $ (4 )%

Tous les montants de ce communiqué de presse sont exprimés en dollars américains, à moins d’indication contraire.

Les montants des tableaux sont en millions, sauf les montants par action, à moins d’indication contraire.

RÉSULTATS ET FAITS SAILLANTS SECTORIELS

Avions d’affaires

Résultats du trimestre
Trimestres clos les 31 mars 2018 2017
retraité
Écart
Revenus 1 110 $ 1 022 $ 9 %
Livraisons d’avions (en unités) 31 29 2
RAII 97 $ 79 $ 23 %
Marge RAII 8,7 % 7,7 % 100 pdb
RAII avant éléments spéciaux 98 $ 82 $ 20 %
Marge RAII avant éléments spéciaux 8,8 % 8,0 % 80 pdb
RAIIA avant éléments spéciaux 114 $ 102 $ 12 %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux 10,3 % 10,0 % 30 pdb
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles 188 $ 208 $ (10 )%
Aux 31 mars
2018
31 décembre
2017
retraité
Carnet de commandes (en milliards de dollars) 14,3 $ 14,2 $ 1 %
  • Au cours du premier trimestre de 2018, Avions d’affaires a renoué avec la croissance, ses revenus, en hausse de 9 % pour atteindre 1,1 milliard $, reflétant la livraison de 31 avions et l’augmentation des activités sur le marché de l’après-vente.
  • Le RAII avant éléments spéciaux a aussi poursuivi sa croissance, en hausse de 16 millions $ sur douze mois, tandis que la marge RAII avant éléments spéciaux atteignait 8,8 %. Cette hausse de 20 % de la rentabilité a été générée par une combinaison plus favorable de ventes d’avions et de services après-vente, et par une gestion rigoureuse des coûts.
  • L’intensification des prises de commandes dans les dernières semaines de l’exercice 2017 s’est maintenue au cours du premier trimestre, portant le carnet de commandes à 14,3 milliards $.
  • L’avion Global 7000 a continué d’afficher d’excellentes performances et de présenter un degré élevé de fiabilité en vue de sa mise en service prévue au second semestre de 2018. Le 15 avril 2018, Bombardier a révélé que le biréacteur d’affaires Global 7000 atteint désormais une autonomie exceptionnelle de 7700 milles marins, permettant plus de liaisons que tout autre avion d’affaires. L’avion Global 7000 est maintenant le biréacteur d’affaires le plus grand et à la plus grande autonomie jamais construit, pouvant parcourir 300 milles marins de plus que ce que nous avions promis initialement.
  • Au premier trimestre, Avions d’affaires a continué à élargir son portefeuille d’activités sur le marché de l’après-vente, dévoilant une gamme de nouveaux produits pour installation en rattrapage afin de répondre à la demande du marché en matière de mise à niveau des cabines et des postes de pilotage, ainsi que pour permettre aux 4700 biréacteurs de l’importante flotte en service de Bombardier de se conformer aux exigences réglementaires.

Avions commerciaux

Résultats du trimestre
Trimestres clos les 31 mars 2018 2017
retraité
Écart
Revenus 463 $ 525 $ (12 )%
Livraisons d’avions (en unités) 13 15 (2 )
Commandes nettes (en unités) 4 11 (7 )
Ratio de nouvelles commandes sur livraisons 0,3 0,7 (0,4 )
RAII (73 ) $ (57 ) $ (28 )%
Marge RAII (15,8 )% (10,9 )% (490) pdb
RAII avant éléments spéciaux (73 ) $ (56 ) $ (30 )%
Marge RAII avant éléments spéciaux (15,8 )% (10,7 )% (510) pdb
RAIIA avant éléments spéciaux (72 ) $ (38 ) $ (89 )%
Marge RAIIA avant éléments spéciaux (15,6 )% (7,2 )% (840) pdb
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles 16 $ 75 $ (79 )%
Aux 31 mars
2018
31 décembre
2017
Carnet de commandes (en unités) 424 433 (9 )
  • L’accélération de la cadence de production des avions C Series se poursuit avec 5 livraisons au cours du premier trimestre. Il y a présentement 31 avions C Series exploités par Swiss International Air Lines (SWISS), Air Baltic Corporation AS (airBaltic) et Korean Air Lines.
  • Nous avons reçu presque toutes les approbations des organismes de réglementation pour le partenariat annoncé avec Airbus concernant les avions C Series. La clôture de l’opération est actuellement prévue d’ici la fin du deuxième trimestre de 2018, soit avant ce qui était initialement prévu. La participation de Bombardier dans SCACS ayant récemment atteint 65 %, la Société devrait détenir environ 33 % de cette entité à la suite de la clôture de l’opération avec Airbus.
  • Nous avons également livré 6 avions CRJ Series et 2 avions Q400 au cours du trimestre conformément à la réduction de notre cadence de production pour l’exercice.
  • Après la fin du trimestre, nous avons annoncé la conclusion d’ententes d’achat avec Ethiopian Airlines visant jusqu’à 15 avions Q400 et avec American Airlines visant jusqu’à 30 avions CRJ900, ce qui porte les carnets de commandes à plus de 50 avions chacun.

Aérostructures et Services d’ingénierie

Résultats du trimestre
Trimestres clos les 31 mars 2018 2017
retraité
Écart
Revenus 446 $ 398 $ 12 %
RAII 46 $ 15 $ 207 %
Marge RAII 10,3 % 3,8 % 650 pdb
RAII avant éléments spéciaux 47 $ 15 $ 213 %
Marge RAII avant éléments spéciaux 10,5 % 3,8 % 670 pdb
RAIIA avant éléments spéciaux 60 $ 31 $ 94 %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux 13,5 % 7,8 % 570 pdb
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles 10 $ 8 $ 25 %

Transport

Résultats du trimestre
Trimestres clos les 31 mars 2018 2017
retraité
Écart
Revenus 2 355 $ 1 952 $ 21 %
Nouvelles commandes (en milliards de dollars) 2,3 $ 2,2 $ 5 %
Ratio de nouvelles commandes sur revenus 1,0 1,1 (0,1 )
RAII 191 $ 164 $ 16 %
Marge RAII 8,1 % 8,4 % (30) pdb
RAII avant éléments spéciaux 189 $ 183 $ 3 %
Marge RAII avant éléments spéciaux 8,0 % 9,4 % (140) pdb
RAIIA avant éléments spéciaux 214 $ 207 $ 3 %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux 9,1 % 10,6 % (150) pdb
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles 25 $ 6 $ 317 %
Aux 31 mars
2018
31 décembre
2017
retraité
Carnet de commandes (en milliards de dollars) 35,7 $ 35,1 $ 2 %
  • Les revenus ont continué à progresser au premier trimestre, enregistrant une hausse de 21 % sur douze mois (soit 10 % compte non tenu de l’incidence des taux de change) pour atteindre 2,4 milliards $, en raison de l’accélération de projets clés. Les revenus ont augmenté dans tous les segments, soit ceux du matériel roulant et des systèmes, des services et de la signalisation.
  • La phase principale d’accélération des projets initiée au milieu de l’année 2017 s’est poursuivie dans les premiers mois de 2018, établissant un fonds de roulement pour soutenir l’augmentation de la production afin de respecter une accélération des livraisons prévue plus tard au cours de l’exercice.
  • Le RAII avant éléments spéciaux s’est élevé à 189 millions $ au premier trimestre, continuant d’afficher une marge correspondant ou supérieure à 8,0 %.
  • À l’appui de la croissance à venir, nos nouvelles commandes ont totalisé 2,3 milliards $ au premier trimestre, portant le ratio de nouvelles commandes sur revenus à 1,0 pour le trimestre et notre carnet de commandes à 35,7 milliards $. Des contrats ont été conclus dans toutes les régions, y compris en Europe, en Amérique du Nord et en Asie-Pacifique et comprennent des extensions importantes de contrats et l’exercice d’options par les clients. De plus, la majorité des nouvelles commandes sont venues appuyer notre stratégie qui consiste à réutiliser des technologies existantes, augmentant notre capacité à tirer parti des investissements récents et à accroître nos marges.

À propos de Bombardier

Avec plus de 69 500 employés répartis entre quatre secteurs d’activité, Bombardier est un leader mondial de l’industrie du transport, créant des avions et des trains novateurs qui changent la donne sur leur marché. Nos produits et nos services offrent des expériences de transport de calibre international qui établissent de nouvelles normes en matière de confort des passagers, d’efficacité énergétique, de fiabilité et de sécurité.

Avec son siège social situé à Montréal, au Canada, Bombardier a des installations de production et d’ingénierie dans 28 pays, couvrant les secteurs Transport, Avions d’affaires, Avions commerciaux et Aérostructures et Services d’ingénierie. Les actions de Bombardier se négocient à la Bourse de Toronto (BBD). Pour l’exercice clos le 31 décembre 2017, nos revenus ont été de 16,2 milliards $. Vous trouverez nouvelles et information à l’adresse bombardier.com ou en nous suivant sur Twitter : @Bombardier.

Bombardier, CRJ900, CRJ Series, C Series, Global, Global 7000 et Q400 sont des marques de commerce de Bombardier Inc. ou de ses filiales.

Le rapport de gestion et les états financiers intérimaires consolidés sont disponibles à l’adresse ri.bombardier.com.

ins : information non significative
pdb : point de base
(1) Mesures financières non conformes aux PCGR. Voir la mise en garde relative aux mesures non conformes aux PCGR à la fin du présent communiqué de presse.
(2) Marge désigne le RAII avant éléments spéciaux ou la marge RAII avant éléments spéciaux. Mesures financières non conformes aux PCGR. Voir la mise en garde relative aux mesures non conformes aux PCGR à la fin du présent communiqué de presse.
(3) Se reporter à la mise en garde liée aux énoncés prospectifs et à la rubrique Prévisions et énoncés prospectifs de chaque secteur isolable dans le Rapport financier 2016 pour des détails sur les hypothèses sur lesquelles reposent les prévisions.
(4) En raison de l’adoption de l’IFRS 15, Produits des activités ordinaires tirés de contrats conclus avec des clients. Se reporter à la rubrique Nouveautés en comptabilité et en présentation de l’information financière de la section Autres du rapport de gestion de la Société pour des détails sur le retraitement des chiffres de la période comparative.
(5) Définies comme Trésorerie et équivalents de trésorerie plus le montant disponible en vertu des facilités de crédit renouvelables.
(6) À la suite de la clôture prévue de notre partenariat C Series avec Airbus, les actifs et passifs du programme d’avions C Series sont présentés dans les actifs détenus en vue de la vente. Se reporter à la rubrique Partenariat stratégique de la section Avions commerciaux, ainsi qu’à la Note 11 – Trésorerie et équivalents de trésorerie et à la Note 19 – Actifs détenus en vue de la vente des états financiers consolidés de la Société, pour plus de détails sur l’opération et le traitement comptable au 31 mars 2018.

MISE EN GARDE RELATIVE AUX MESURES NON CONFORMES AUX PCGR

Le présent communiqué de presse repose sur les résultats établis selon les normes internationales d’information financière (IFRS). Toute référence aux principes comptables généralement reconnus (PCGR) signifie IFRS, sauf indication contraire. Il repose également sur des mesures non conformes aux PCGR, dont le RAIIA, le RAII avant éléments spéciaux et le RAIIA avant éléments spéciaux, le résultat net ajusté, le résultat par action ajusté et les flux de trésorerie disponibles. Ces mesures non définies par les PCGR découlent directement des états financiers consolidés mais n’ont pas un sens normalisé prescrit par les IFRS; par conséquent, d’autres entreprises utilisant ces termes peuvent les définir différemment. La direction croit que fournir certaines mesures de performance non conformes aux PCGR, en plus des mesures IFRS, donnent aux utilisateurs de notre rapport financier une meilleure compréhension de nos résultats et tendances connexes, et accroît la transparence et la clarté des résultats de base de notre entreprise. Se reporter à la rubrique Mesures financières non conformes aux PCGR et à la rubrique Liquidités et sources de financement de la section Sommaire et à la rubrique Analyse des résultats des sections de chaque secteur d’activité du rapport de gestion de la Société pour la définition de ces indicateurs et pour le rapprochement avec les mesures les plus comparables des IFRS.

Rapprochement des résultats sectoriels et des résultats consolidés
Trimestres clos les 31 mars
2018 2017
retraité(1)
Revenus
Avions d’affaires 1 110 $ 1 022 $
Avions commerciaux 463 525
Aérostructures et Services d’ingénierie 446 398
Transport 2 355 1 952
Siège social et élimination (346 ) (292 )
4 028 $ 3 605 $
RAII avant éléments spéciaux(2)
Avions d’affaires 98 $ 82 $
Avions commerciaux (73 ) (56 )
Aérostructures et Services d’ingénierie 47 15
Transport 189 183
Siège social et élimination (60 ) (51 )
201 $ 173 $
Éléments spéciaux
Avions d’affaires 1 $ 3 $
Avions commerciaux 1
Aérostructures et Services d’ingénierie 1
Transport (2 ) 19
Siège social et élimination
$ 23 $
RAII
Avions d’affaires 97 $ 79 $
Avions commerciaux (73 ) (57 )
Aérostructures et Services d’ingénierie 46 15
Transport 191 164
Siège social et élimination (60 ) (51 )
201 $ 150 $
Rapprochement du RAIIA avant éléments spéciaux et du RAIIA, par rapport au RAII
Trimestres clos les 31 mars
2018 2017
retraité
RAII 201 $ 150 $
Amortissement 62 78
Charges de dépréciation des immobilisations corporelles 2
RAIIA 265 228
Éléments spéciaux(3) 23
RAIIA avant éléments spéciaux 265 $ 251 $
(1) En raison de l’adoption de l’IFRS 15, Produits des activités ordinaires tirés de contrats conclus avec des clients. Se reporter à la rubrique Nouveautés en comptabilité et en présentation de l’information financière de la section Autres du rapport de gestion de la Société pour des détails sur le retraitement des chiffres de la période comparative.
(2) Mesure financière non conforme aux PCGR. Voir la mise en garde relative aux mesures non conformes aux PCGR ci-dessus.
(3) Se reporter à la rubrique Résultats opérationnels consolidés du rapport de gestion de la Société pour des détails sur les éléments spéciaux.
Rapprochement du résultat net ajusté et du résultat net et calcul du RPA ajusté
Trimestres clos les 31 mars
2017
2018 (par action)
(par action) retraité(1)
Résultat net 44 $ 6 $
Ajustements du RAII liés aux éléments spéciaux(2) $ 23 0,01 $
Ajustements de la charge nette de financement liés à ce qui suit :
Variation nette des provisions découlant des fluctuations de taux d’intérêt et du gain net sur certains instruments financiers (26 ) (0,01 ) (8 ) (0,01 )
Désactualisation des obligations nettes au titre des avantages de retraite 19 0,01 19 0,01
Incidence fiscale des éléments spéciaux(2) et des autres éléments d’ajustement (2 ) 0,00 (2 ) 0,00
Résultat net ajusté 35 38
Résultat net attribuable à la participation ne donnant pas le contrôle (6 )
Dividendes sur actions privilégiées, incluant les impôts (7 ) (6 )
Incidence dilutive de l’option de conversion de la Caisse (4 )
Résultat net ajusté attribuable aux détenteurs d’instruments de capitaux propres de Bombardier Inc. 22 $ 28 $
Nombre moyen pondéré dilué d’actions ordinaires (en milliers) 2 370 351 2 246 152
RPA ajusté (en dollars) 0,01 $ 0,01 $
Rapprochement du RPA ajusté et du RPA dilué (en dollars)
Trimestres clos les 31 mars
2018 2017
retraité
RPA dilué 0,01 $ 0,00 $
Incidence des éléments spéciaux(2) et des autres éléments d’ajustement 0,01
RPA ajusté 0,01 $ 0,01 $
Rapprochement de l’utilisation des flux de trésorerie disponibles et des flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles
Trimestres clos les 31 mars
2018 2017
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles (471 ) $ (317 ) $
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles (250 ) (276 )
Utilisation des flux de trésorerie disponibles (721 ) $ (593 ) $
(1) En raison de l’adoption de l’IFRS 15, Produits des activités ordinaires tirés de contrats conclus avec des clients. Se reporter à la rubrique Nouveautés en comptabilité et en présentation de l’information financière de la section Autres du rapport de gestion de la Société pour des détails sur le retraitement des chiffres de la période comparative.
(2) Se reporter à la rubrique Résultats opérationnels consolidés du rapport de gestion de la Société pour des détails sur les éléments spéciaux.

ÉNONCÉS PROSPECTIFS

Le présent rapport de gestion contient des énoncés prospectifs, qui peuvent comprendre, sans s’y limiter, des déclarations portant sur nos objectifs, nos prévisions, nos cibles, nos buts, nos priorités, nos marchés et nos stratégies, notre situation financière, nos croyances, nos perspectives, nos plans, nos attentes, nos anticipations, nos estimations et nos intentions; les perspectives de l’économie générale et les perspectives commerciales, les perspectives et les tendances d’une industrie; la croissance prévue de la demande de produits et de services; le développement de produits, y compris la conception, les caractéristiques, la capacité et la performance projetées; les dates prévues ou fixées de la mise en service de produits et de services, des commandes, des livraisons, des essais, des délais, des certifications et de l’exécution des projets en général; notre position en regard de la concurrence; l’incidence prévue du cadre législatif et réglementaire et des procédures judiciaires sur notre entreprise et nos activités; les liquidités disponibles et l’examen continu des solutions de rechange stratégiques et financières; la clôture et l’échéancier prévu de l’opération avec Airbus SE (Airbus) décrite aux présentes ainsi que l’obtention des approbations des organismes de réglementation et autres approbations nécessaires dans le cadre de cette opération et l’échéancier prévu pour l’obtention de celles-ci; la gouvernance, le financement et les liquidités de la Société en commandite Avions C Series (SCACS); l’incidence et les avantages escomptés de l’opération avec Airbus décrite aux présentes sur nos activités, notre infrastructure, nos capacités, notre développement, notre croissance et autres occasions, notre présence et notre dimension géographiques, notre empreinte, notre situation financière, notre accès à des capitaux et notre stratégie générale; et l’incidence de cette opération sur notre bilan et notre situation financière.

Les énoncés prospectifs se reconnaissent habituellement à l’emploi de termes comme « pouvoir », « prévoir », « devoir », « avoir l’intention de », « estimer », « planifier », « entrevoir », « croire », « continuer », « maintenir » ou « aligner », la forme négative de ces termes, leurs variations ou une terminologie semblable lorsqu’il est question de Bombardier et de SCACS. Les énoncés prospectifs sont présentés dans le but d’assister les investisseurs et autres dans la compréhension de certains éléments clés de nos objectifs, priorités stratégiques, attentes et plans actuels, ainsi que pour leur permettre d’avoir une meilleure compréhension de nos activités et de l’environnement dans lequel nous prévoyons exercer nos activités. Le lecteur est prévenu que de telles informations pourraient ne pas convenir à d’autres fins.

De par leur nature, les énoncés prospectifs exigent que la direction formule des hypothèses et ils sont assujettis à d’importants risques et incertitudes, connus et inconnus, de sorte que nos résultats réels de périodes futures pourraient différer de façon importante des résultats prévus décrits dans les énoncés prospectifs. Bien que la direction juge ces hypothèses raisonnables et appropriées selon l’information à sa disposition, il existe un risque qu’elles ne soient pas exactes. Les hypothèses sur lesquelles reposent les énoncés prospectifs figurant dans le présent communiqué de presse relativement à l’opération avec Airbus décrite aux présentes comprennent les hypothèses importantes suivantes : le respect de toutes les conditions de clôture et la réalisation de l’opération dans les délais prévus, y compris la réception des approbations des organismes de réglementation et des autres approbations; le respect et l’exécution par chacune des parties de ses obligations aux termes de l’accord relatif à l’opération et aux accords commerciaux futurs et l’absence d’inefficacités importantes et d’autres problèmes connexes; la réalisation des avantages et des synergies prévues de l’opération selon l’échéancier prévu; notre capacité à maintenir notre plan de financement actuel de SCACS et à assurer le financement, le cas échéant, des besoins en trésorerie; le caractère adéquat de la planification et de la gestion de la trésorerie et du financement du projet; et l’exactitude de notre évaluation des facteurs de croissance prévus et des tendances sectorielles. Pour en savoir davantage sur les hypothèses sur lesquelles reposent les énoncés prospectifs figurant dans le présent rapport de gestion, voir les rubriques Priorités stratégiques et Prévisions et énoncés prospectifs des sections Sommaire, Avions d’affaires, Avions commerciaux, Aérostructures et Services d’ingénierie et Transport du rapport de gestion de notre rapport financier pour l’exercice clos le 31 décembre 2017.

En ce qui a trait spécifiquement à l’opération avec Airbus faisant l’objet des présentes, certains facteurs, qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent considérablement de ceux prévus dans les énoncés prospectifs, comprennent ce qui suit, sans s’y limiter : les risques associés à la non-réception des approbations des organismes de réglementation ou d’autres approbations ou au retard dans la réception de celles-ci ou au non-respect des conditions rattachées à la réalisation de l’opération ou au retard dans le respect de celles-ci et l’incertitude concernant le temps requis pour mener à bien l’opération; les changements touchant les modalités de l’opération; le défaut de l’une des parties de respecter et d’exécuter ses obligations aux termes de l’accord relatif à l’opération et aux accords commerciaux futurs et/ou des inefficacités importantes et d’autres problèmes connexes; l’incidence de l’annonce de l’opération sur nos relations avec les tiers, notamment les contreparties commerciales, les employés et les concurrents, ainsi que sur les relations stratégiques, les résultats d’exploitation et les entreprises en général; la non-réalisation des avantages ou des synergies prévus de l’opération ou le fait qu’ils ne soient pas réalisés selon l’échéancier prévu; notre capacité à maintenir notre plan de financement actuel de SCACS et à assurer le financement, le cas échéant, des besoins en trésorerie; le caractère inadéquat de la planification et de la gestion de la trésorerie et du financement du projet.
Parmi les autres facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent de manière importante des résultats prévus dans les énoncés prospectifs, notons, sans s’y limiter, les risques liés à la conjoncture économique, à notre contexte commercial (tels les risques liés au Brexit, à la situation financière de l’industrie du transport aérien, des clients d’avions d’affaires et de l’industrie du transport sur rail; à la politique commerciale (y compris les modifications potentielles à l’Accord de libre-échange nord-américain actuel entre le Canada, les É.-U. et le Mexique qui fait l’objet de discussions, ou son abrogation), à l’accroissement de la concurrence; à l’instabilité politique et à des cas de force majeure ou catastrophes naturelles), à l’exploitation (tels les risques liés au développement de nouveaux produits et services; au développement de nouvelles activités; à la certification et à l’homologation de produits et services; aux engagements à prix et à terme fixes et à la production et à l’exécution de projets; aux pressions sur les flux de trésorerie et sur les dépenses en immobilisations exercées par les fluctuations liées aux cycles de projet et au caractère saisonnier; à notre capacité de mettre en œuvre et de réaliser avec succès notre stratégie et notre plan de transformation; aux partenaires commerciaux; aux pertes découlant de sinistres et de garanties sur la performance des produits; aux procédures réglementaires et judiciaires; aux risques liés à l’environnement et à la santé et sécurité; à notre dépendance à l’égard de certains clients et fournisseurs; aux ressources humaines; à la fiabilité des systèmes informatiques; à la fiabilité des droits relatifs à la propriété intellectuelle; et au caractère adéquat de la couverture d’assurance), au financement (tels les risques liés aux liquidités et à l’accès aux marchés financiers; aux régimes d’avantages de retraite; à l’exposition au risque de crédit; aux obligations importantes au titre des paiements de la dette et des intérêts; à certaines clauses restrictives de conventions d’emprunt; et à certains seuils minimums de liquidités; à l’aide au financement en faveur de certains clients; et à la dépendance à l’égard de l’aide gouvernementale), au marché (tels les risques liés aux fluctuations des taux de change et des taux d’intérêt; à la diminution de la valeur résiduelle; à l’augmentation des prix des produits de base; et aux fluctuations du taux d’inflation). Pour plus de détails, se reporter à la rubrique Risques et incertitudes dans la section Autres du rapport de gestion de notre rapport financier pour l’exercice clos le 31 décembre 2017.

Le lecteur est prévenu que la présente liste de facteurs pouvant influer sur la croissance, les résultats et le rendement futurs n’est pas exhaustive et qu’il ne faudrait pas se fier indûment aux énoncés prospectifs. D’autres risques et incertitudes que nous ne connaissons pas ou que nous considérons comme non importants à l’heure actuelle pourraient également faire en sorte que les résultats ou les événements réels diffèrent considérablement de ceux exprimés explicitement ou implicitement dans ces énoncés prospectifs. En outre, rien ne garantit que l’opération proposée avec Airbus se concrétisera ni que les avantages stratégiques prévus et les synergies attendues sur le plan de l’exploitation, de la concurrence et des coûts seront réalisés en totalité ou en partie, voire qu’ils se réaliseront. Les énoncés prospectifs décrits aux présentes reflètent les attentes de la direction à la date du présent communiqué de presse et pourraient subir des modifications après cette date. À moins d’y être tenus selon les lois sur les valeurs mobilières applicables, nous nions expressément toute intention ou obligation de mettre à jour ou de réviser tout énoncé prospectif, que ce soit à la lumière de nouveaux renseignements, d’événements futurs ou autrement. Les énoncés prospectifs contenus dans le présent rapport de gestion sont formulés expressément sous réserve de cette mise en garde.

Le programme d’avions Global 7000 et Global 8000 est présentement à la phase de développement et est susceptible de changements, notamment en ce qui a trait à la stratégie de gamme, à la marque, à la capacité, aux performances, à la conception et aux systèmes de circuits. Toutes les spécifications et les données sont approximatives, peuvent changer sans préavis et sont assujetties à certaines règles d’exploitation, hypothèses et autres conditions. Le présent document ne constitue ni une offre, ni un engagement, ni une déclaration, ni une garantie d’aucune sorte.

Simon Letendre
Conseiller principal,
Relations avec les médias et affaires publiques
Bombardier Inc.

Patrick Ghoche
Vice-président,
Relations avec les investisseurs
Bombardier Inc.

Bombardier signe un contrat avec American Airlines pour l’achat ferme de 15 avions CRJ900

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 3 mai 2018) –

Note aux éditeurs : Une photo est associée à ce communiqué de presse.

Bombardier Avions commerciaux a annoncé aujourd’hui que American Airlines, Inc. (« American ») a signé une commande ferme de 15 biréacteurs régionaux CRJ900 neufs. Le contrat d’achat est également assorti d’une option d’achat de 15 avions CRJ900 supplémentaires. Selon le prix courant de l’avion CRJ900, la valeur de ce contrat d’achat ferme s’élève à environ 719 millions de dollars américains.

À la livraison, American bénéficiera de la toute dernière amélioration apportée aux biréacteurs régionaux de la CRJ Series, soit la cabine Atmosphère qui offre une expérience améliorée aux passagers et qui peut loger un plus grand nombre de valises à roulettes surdimensionnées que n’importe quel autre avion de la même catégorie.

« Nous sommes heureux de la confiance continue démontrée par American envers Bombardier et l’avion CRJ900 », indique Fred Cromer, président, Bombardier Avions commerciaux. « Cette commande témoigne de l’exceptionnelle valeur de la CRJ Series pour le marché régional nord-américain. Grâce à ses caractéristiques d’économie exceptionnelles et au nouvel aménagement de sa cabine, le biréacteur CRJ900 continue d’offrir des possibilités de croissance des revenus uniques, tout en offrant les caractéristiques de cabine les plus modernes, pour un biréacteur régional, qui répondent aux tendances et aux exigences d’aujourd’hui. »

American a choisi PSA Airlines pour exploiter les 15 avions CRJ900 configurés en deux classes et comprenant 76 sièges, dont 12 sièges de première classe.

La compagnie aérienne prévoit prendre livraison du premier avion doté du nouvel intérieur au cours du deuxième trimestre de 2019.

À propos de la cabine Atmosphère

La nouvelle cabine Atmosphère hausse la barre en matière d’expérience des passagers dans le segment de marché des biréacteurs régionaux. Au nombre des principales caractéristiques du nouvel intérieur, il a une aire de séjour améliorée, la capacité de ranger les valises les roulettes d’abord, des toilettes plus spacieuses et un plus grand nombre de solutions de connexion. Tous ces éléments sont intégrés à une allure et à des choix de matériaux contemporains. En fait, la conception de la cabine Atmosphère permet à chaque passager de transporter et de ranger une valise à roulettes surdimensionnée dans les compartiments à bagages de la cabine de l’avion, ce qui réduit la quantité de bagages à enregistrer au comptoir ou à la porte d’embarquement. Pour en savoir plus, visitez le site : DiscoverAtmosphere.com

À propos de Bombardier

Comptant plus de 69 500 employés répartis entre quatre secteurs d’activité, Bombardier est un leader mondial de l’industrie du transport, créant des avions et des trains novateurs qui changent la donne sur leur marché. Nos produits et nos services offrent des expériences de transport de calibre international qui établissent de nouvelles normes de confort des passagers, d’efficacité énergétique, de fiabilité et de sécurité.

Avec son siège social situé à Montréal, au Canada, Bombardier possède des installations de production et d’ingénierie dans 28 pays, couvrant les secteurs Transport, Avions d’affaires, Avions commerciaux et Aérostructures et Services d’ingénierie. Les actions de Bombardier se négocient à la Bourse de Toronto (BBD). Au cours de l’exercice terminé le 31 décembre 2017, nous avons réalisé un chiffre d’affaires de 16,2 milliards de dollars américains. Vous trouverez nouvelles et information à l’adresse www.bombardier.com ou en nous suivant sur Twitter @Bombardier.

Notes aux rédacteurs

Une image de l’avion CRJ900 arborant les couleurs d’American Airlines est affichée avec le présent communiqué de presse à l’adresse www.bombardier.com

Pour en savoir plus sur les avions CRJ900, rendez-vous sur http://news.commercialaircraft.bombardier.com/media-kit/.

Pour obtenir de plus amples renseignements au sujet de la nouvelle cabine Atmosphère de la CRJ Series, visitez http://discoveratmosphere.com

Suivez @BBD_Aircraft sur Twitter pour obtenir les dernières nouvelles et mises à jour de Bombardier Avions commerciaux.

Pour recevoir nos communiqués de presse, visitez la section Fils RSS du site Web de Bombardier.

Bombardier, CRJ900 et CRJ Series sont des marques de commerce de Bombardier Inc. ou de ses filiales.

Pour voir la photo associée à ce communiqué de presse, veuillez visiter le lien suivant : http://media3.marketwire.com/docs/AA%20Picture.jpg

Nathalie Siphengphet
Chef, Communications et affaires publiques
Bombardier Avions commerciaux
+1 450-476-5792
nathalie.siphengphet@aero.bombardier.com