La Banque Scotia annonce le paiement d’un dividende sur ses actions en circulation

TORONTO, ONTARIO–(Marketwired – 29 nov. 2016) – La Banque Scotia a annoncé aujourd’hui les dividendes sur ses actions en circulation pour le trimestre se terminant le 31 janvier 2017. Ces dividendes seront payables le 27 janvier 2017 aux porteurs d’actions inscrits à la fermeture des bureaux le 3 janvier 2017, comme suit :

Actions ordinaires

  • Dividende no 590 de 0,74 $ par action;

Actions privilégiées à dividende non cumulatif

  • Série 16, dividende no 37 de 0,328125 $ par action;
  • Série 17, dividende no 36 de 0,350000 $ par action;
  • Série 18, dividende no 35 de 0,209375 $ par action;
  • Série 19, dividende no 15 de 0,161438 $ par action;
  • Série 20, dividende no 35 de 0,225625 $ par action;
  • Série 21, dividende no 13 de 0,138938 $ par action;
  • Série 22, dividende no 33 de 0,239375 $ par action;
  • Série 23, dividende no 12 de 0,150813 $ par action;
  • Série 30, dividende no 27 de 0,113750 $ par action;
  • Série 31, dividende no 7 de 0,095813 $ par action;
  • Série 32, dividende no 25 de 0,128938 $ par action;
  • Série 33, dividende no 4 de 0,118025 $ par action;
  • Série 34, dividende no 4 de 0,343750 $ par action;
  • Série 36, dividende no 3 de 0,343750 $ par action;
  • Série 38, dividende no 1 de 0,441800 $ par action.

Conformément aux dispositions du Régime de dividendes et d’achat d’actions (le «Régime») de la Banque, les porteurs d’actions peuvent opter pour le paiement de leur dividende sous forme d’actions ordinaires au lieu d’une remise en espèces. Pour le moment et jusqu’à ce qu’elle en décide autrement, la Banque a mis fin aux émissions de nouvelles actions ordinaires aux termes du Régime. Les achats d’actions ordinaires aux termes du Régime seront effectués au cours moyen (selon la définition qui en est faite dans le Régime) du marché secondaire par la Société de fiducie Computershare du Canada, à titre d’agent du Régime. Tous les frais de courtage et d’administration en lien avec ces achats seront acquittés par la Banque.

Banque Scotia
Jake Lawrence
Relations avec les investisseurs
(416) 866-5712
jake.lawrence@scotiabank.com

Banque Scotia
Rick Roth
Relations publiques, Affaires de la société et
Affaires gouvernementales
(416) 933-1795
rick.roth@scotiabank.com

La Banque Scotia communique ses résultats du quatrième trimestre et de l’exercice 2016

TORONTO, ONTARIO–(Marketwired – 29 nov. 2016) –

Les états financiers consolidés annuels audités de l’exercice 2016 de la Banque Scotia et le rapport de gestion s’y rattachant sont accessibles au www.banquescotia.com, ainsi que le rapport d’informations financières supplémentaires et le rapport sur les fonds propres réglementaires, qui comprennent les informations financières du quatrième trimestre. Tous les montants sont exprimés en dollars canadiens et se fondent sur nos états financiers consolidés annuels audités et le rapport de gestion s’y rattachant pour l’exercice clos le 31 octobre 2016, ainsi que les notes connexes, préparés selon les Normes internationales d’information financière (IFRS), à moins d’indication contraire.
Pour de plus amples renseignements sur la Banque, notamment sa notice annuelle, il y a lieu de consulter le site Web de SEDAR au www.sedar.com et la section EDGAR du site Web de la SEC au www.sec.gov.

Faits saillants de l’exercice 2016 – données présentées (comparaison avec l’exercice 2015)

  • Bénéfice net de 7 368 millions de dollars, contre 7 213 millions de dollars
  • Bénéfice dilué par action de 5,77 $, contre 5,67 $
  • Rendement des capitaux propres (« RCP ») de 13,8 %, contre 14,6 %
  • Dividende annuel de 2,88 $ par action, contre 2,72 $, en hausse de 6 %

Faits saillants de l’exercice 2016 après ajustement pour exclure la charge de restructuration(1) du deuxième trimestre de 2016 (comparaison avec l’exercice 2015)

  • Bénéfice net de 7 646 millions de dollars, contre 7 213 millions de dollars, en hausse de 6 %
  • Bénéfice dilué par action de 6,00 $, contre 5,67 $, en hausse de 6 %
  • RCP de 14,3 %, contre 14,6 %

Faits saillants du quatrième trimestre – données présentées (comparaison avec le quatrième trimestre de 2015)

  • Bénéfice net de 2 011 millions de dollars, contre 1 843 millions de dollars, en hausse de 9 %
  • Bénéfice dilué par action de 1,57 $, contre 1,45 $, en hausse de 8 %
  • RCP de 14,7 %, contre 14,2 %

Résultats de l’exercice 2016 par rapport aux objectifs à moyen terme :

Les résultats de la Banque par rapport à ses objectifs financiers et d’exploitation à moyen terme sont présentés ci-après (la performance de 2016 ajustée pour exclure l’incidence de la charge de restructuration(1) du deuxième trimestre de 2016 est présentée entre parenthèses) :

  1. Afficher un RCP de plus de 14 %. Pour l’ensemble de l’exercice, la Banque Scotia a affiché un RCP de 13,8 % (14,3 %).
  2. Générer une croissance du bénéfice dilué par action de 5 % à 10 %. D’un exercice à l’autre, la croissance du bénéfice par action s’est établie à 2 % (6 %).
  3. Maintenir un levier d’exploitation positif. La Banque Scotia a affiché un levier négatif de 1,9 % (levier positif de 1,0 %.)
  4. Maintenir de solides ratios de fonds propres. La situation de capital de la Banque Scotia demeure solide, comme en témoigne son ratio des actions ordinaires et assimilées de T1 attribuables aux actionnaires ordinaires de 11,0 %.

(1) Il y a lieu de se reporter à la rubrique « Mesures non conformes aux PCGR ».

Pour 2016, la Banque Scotia a affiché un bénéfice net de 7 368 millions de dollars, par rapport à 7 213 millions de dollars en 2015. Le bénéfice dilué par action s’est fixé à 5,77 $, ce qui représente une hausse de 2 % par rapport à l’exercice précédent. Après ajustement pour exclure la charge de restructuration du deuxième trimestre de 278 millions de dollars après impôt (378 millions de dollars avant impôt), le bénéfice net a atteint 7 646 millions de dollars et le bénéfice dilué par action a progressé de 6 % en regard de l’exercice précédent pour atteindre 6,00 $.

Pour le quatrième trimestre clos le 31 octobre 2016, la Banque Scotia a dégagé un bénéfice net de 2 011 millions de dollars, par rapport à 1 843 millions de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent. Le bénéfice dilué par action s’est établi à 1,57 $, en hausse de 8 % par rapport à celui de 1,45 $ à l’exercice précédent. Le rendement des capitaux propres s’est établi à 14,7 %. Un dividende trimestriel de 0,74 $ par action ordinaire a été annoncé.

« Pour 2016, nos services aux particuliers et aux entreprises ainsi que nos services de gestion de patrimoine au Canada et dans nos marchés clés de l’Alliance du Pacifique ont de nouveau affiché de très bons résultats, ce qui a contribué à la robuste croissance du bénéfice » a déclaré Brian Porter, président et chef de la direction. « Nos excellents résultats ont été obtenus grâce aux efforts axés sur le plan stratégique de la Banque, notamment sous forme d’investissement dans nos capacités numériques afin d’offrir une expérience client des plus agréables et d’améliorer l’efficience d’exploitation. »

« Le Réseau canadien a connu une autre excellente année en matière de performance d’exploitation et de croissance du bénéfice. Nous poursuivons notre prestation de conseils, de services et de produits prisés auprès de notre clientèle de plus de 10 millions de particuliers et entreprises. L’importance accordée à approfondir nos relations avec la clientèle et à élargir notre bassin de clients s’est traduite par une amélioration de la composition de nos actifs et dépôts et la réalisation d’un rendement accru pour les actionnaires. »

« Les Opérations internationales ont affiché d’excellents résultats, comme en témoigne le bénéfice annuel, qui a franchi la barre des 2 milliards de dollars pour la première fois. Nos excellents résultats s’expliquent par la croissance à deux chiffres des dépôts et des actifs encore une fois observée dans la région phare de l’Alliance du Pacifique, jumelée à notre performance accrue aux Antilles et en Amérique centrale. Bien que la croissance ait ralenti dans certains marchés, nous continuons d’approfondir nos relations avec la clientèle afin de nous emparer de parts de marché rentables et d’accroître notre bénéfice. »

« Les Services bancaires et marchés mondiaux ont affiché un deuxième semestre convaincant, clôturant l’exercice avec un bénéfice de 461 millions de dollars au quatrième trimestre, ce qui traduit une meilleure performance des titres à revenu fixe et des services bancaires aux sociétés. »

« Nous avons accru de 6 % le rendement revenant aux actionnaires au cours de l’exercice par le biais de deux majorations de dividendes en 2016. Notre excellente situation de capital, établie à 11,0 % nous permettra de continuer à investir adéquatement afin de réaliser notre plan stratégique, notamment l’amélioration de notre expérience client et de notre efficacité. »

« En 2016, nous avons fait de réels progrès à l’égard de notre plan stratégique, lequel s’articule autour de la livraison d’une solide performance financière et d’un positionnement favorable au succès à long terme de la Banque. Dans l’avenir, nous continuerons sur cette lancée en bâtissant une Banque encore meilleure pour nos actionnaires, notre clientèle et nos employés. »

Mesures non conformes aux PCGR

Pour évaluer sa performance, la Banque a recours à diverses mesures financières. Certaines d’entre elles ne sont pas calculées selon les principes comptables généralement reconnus (les « PCGR »), lesquels s’appuient sur les Normes internationales d’information financière (les « IFRS »), ni définies par les PCGR. Ces mesures n’ont aucune signification normalisée qui assurerait qu’elles sont cohérentes et comparables à celles du même nom utilisées par d’autres sociétés. La Banque est d’avis que certaines mesures non conformes aux PCGR sont utiles afin de déterminer la performance de la Banque en continu sous-jacente et permettent aux lecteurs de mieux apprécier comment la Banque évalue la performance. Ces mesures non conformes aux PCGR sont utilisées dans le présent communiqué de presse et sont définies à la rubrique « Mesures non conformes aux PCGR » du rapport annuel 2016 de la Banque.

Incidence de la charge de restructuration de 2016

Le tableau suivant présente l’incidence de la charge de restructuration de 378 millions de dollars avant impôt (278 millions de dollars après impôt)(1) engagée en 2016.

Pour l’exercice clos le 31 octobre 2016 (en millions de dollars) Montant
présenté
Incidence
de la
charge de
restructuration
Montant ajusté
pour exclure
la charge de
restructuration
Bénéfice net (en millions de dollars) 7 368 $ 278 $ 7 646 $
Bénéfice dilué par action 5,77 $ 0,23 $ 6,00 $
Rendement des capitaux propres 13,8 % 0,5 % 14,3 %
Ratio de productivité 55,2 % (1,5) % 53,7 %
Levier d’exploitation (1,9) % 2,9 % 1,0 %
(1) Montant calculé selon les taux d’impôt prévus par la loi des divers territoires.

Bénéfice dilué ajusté par action

Le bénéfice dilué ajusté par action est calculé comme suit :

Aux dates indiquées et pour les trimestres clos à ces dates Pour les exercices clos les
(non audité) 31 octobre 2016 31 juillet 2016 31 octobre 2015 31 octobre 2016 Bénéfice dilué ajusté par action 31 octobre 2015 Bénéfice dilué ajusté par action
Bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires (dilué) 1 925 $ 1 879 $ 1 775 $ 7 070 $ 5,77 $ 6 983 $ 5,67 $
Charge de restructuration 278 0,23
Bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires (dilué), après ajustement pour exclure la charge de restructuration 1 925 1 879 1 775 7 348 6,00 6 983 5,67
Amortissement d’immobilisations incorporelles, à l’exclusion des logiciels 18 18 18 76 0,05 65 0,05
Bénéfice net ajusté attribuable aux actionnaires ordinaires (dilué) 1 943 $ 1 897 $ 1 793 $ 7 424 $ 6,05 $ 7 048 $ 5,72
Nombre moyen pondéré dilué d’actions ordinaires en circulation (en millions) 1 226 1 222 1 227 1 226 1 232
Bénéfice dilué ajusté par action(1) (en dollars) 1,58 $ 1,55 $ 1,46 $ 6,05 $ 5,72 $
(1) Le bénéfice dilué ajusté par action est exprimé en dollars et il est fondé sur le nombre d’actions en circulation.

Actifs liés aux activités bancaires principales

Les actifs liés aux activités bancaires principales représentent les actifs moyens, exclusion faite des acceptations bancaires et des actifs détenus à des fins de transaction moyens au sein des Services bancaires et marchés mondiaux.

Marge sur activités bancaires principales

Ce ratio représente les revenus d’intérêts nets divisés par les actifs liés aux activités bancaires principales moyens.

Faits saillants financiers

Aux dates indiquées et pour les trimestres clos à ces dates Pour les exercices clos les
31 octobre 31 juillet 31 octobre 31 octobre 31 octobre
(non audité) 2016 2016 2015 2016 2015
Résultats d’exploitation (en millions de dollars)
Revenus d’intérêts nets 3 653 3 602 3 371 14 292 13 092
Revenus autres que d’intérêts 3 098 3 038 2 754 12 058 10 957
Total des revenus 6 751 6 640 6 125 26 350 24 049
Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances 550 571 551 2 412 1 942
Charges autres que d’intérêts 3 650 3 505 3 286 14 540 13 041
Charge d’impôt sur le résultat 540 605 445 2 030 1 853
Bénéfice net 2 011 1 959 1 843 7 368 7 213
Bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires 1 908 1 860 1 754 6 987 6 897
Performance d’exploitation
Bénéfice de base par action (en dollars) 1,58 1,55 1,46 5,80 5,70
Bénéfice dilué par action (en dollars) 1,57 1,54 1,45 5,77 5,67
Bénéfice dilué ajusté par action (en dollars)(1) 1,58 1,55 1,46 6,05 5,72
Rendement des capitaux propres (en pourcentage) 14,7 14,8 14,2 13,8 14,6
Ratio de productivité (en pourcentage)(2) 54,1 52,8 53,6 55,2 54,2
Marge sur activités bancaires principales (en pourcentage)(1), (2) 2,40 2,38 2,35 2,38 2,39
Données tirées de l’état de la situation financière (en millions de dollars)
Trésorerie et dépôts auprès d’autres institutions financières 46 344 69 774 73 927
Actifs détenus à des fins de transaction 108 561 103 861 99 140
Prêts 480 164 472 800 458 628
Total des actifs 896 266 906 844 856 497
Dépôts 611 877 631 344 600 919
Capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires 52 657 50 761 49 085
Actions privilégiées 3 594 3 094 2 934
Actifs sous administration 472 817 464 930 453 926
Actifs sous gestion 192 702 187 864 179 007
Mesures du capital et de la liquidité
Ratio des actions ordinaires et assimilées de T1 (CET1) (en pourcentage) 11,0 10,5 10,3
Ratio de T1 (en pourcentage) 12,4 11,8 11,5
Ratio total des fonds propres (en pourcentage) 14,6 14,1 13,4
Ratio de levier (en pourcentage) 4,5 4,2 4,2
Actifs pondérés en fonction du risque – CET1 (en millions de dollars)(3) 364 048 357 657 357 995
Ratio de liquidité à court terme (en pourcentage) 127 125 124
Qualité du crédit
Montant net des prêts douteux (en millions de dollars)(4) 2 446 2 491 2 085
Compte de correction de valeur pour pertes sur créances (en millions de dollars) 4 626 4 542 4 197
Montant net des prêts douteux en pourcentage des prêts et des acceptations(4) 0,49 0,51 0,44
Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances en pourcentage de la moyenne du montant net des prêts et des acceptations 0,45 0,47 0,47 0,50 0,43
Données sur les actions ordinaires
Cours des actions (en dollars) (TSX) 72,08 66,33 61,49
Actions en circulation (en millions)
Nombre moyen – de base 1 206 1 203 1 205 1 204 1 210
Nombre moyen – dilué 1 226 1 222 1 227 1 226 1 232
Clôture de la période 1 208 1 205 1 203
Dividendes par action (en dollars) 0,74 0,72 0,70 2,88 2,72
Rendement de l’action (en pourcentage)(5) 4,3 4,5 4,8 4,7 4,4
Capitalisation boursière (en millions de dollars) (TSX) 87 065 79 906 73 969
Valeur comptable par action ordinaire (en dollars) 43,59 42,14 40,80
Ratio de la valeur de marché à la valeur comptable 1,7 1,6 1,5
Ratio cours-bénéfice (quatre derniers trimestres) 12,4 11,7 10,8
Autres données
Effectif 88 901 88 783 89 214
Succursales et bureaux 3 113 3 126 3 177
(1) Se reporter à la rubrique « Mesures non conformes aux PCGR » du présent communiqué de presse pour un complément d’information sur ces mesures.
(2) Au cours de l’exercice, la mise en équivalence fiscale a été exclue du calcul. Les montants des périodes antérieures ont été retraités.
(3) Les facteurs scalaires appliqués pour calculer le ratio des actions ordinaires et assimilées de T1, le ratio de T1 et le ratio total des fonds propres aux fins du calcul des actifs pondérés en fonction des risques pour ajustement de l’évaluation du crédit s’établissaient à 0,64, à 0,71 et à 0,77, respectivement au 31 octobre 2016.
(4) Exclut les prêts acquis aux termes de la garantie de la Federal Deposit Insurance Corporation (la « FDIC ») relativement à l’acquisition de R-G Premier Bank of Puerto Rico.
(5) D’après la moyenne des cours les plus hauts et les plus bas de l’action ordinaire pour la période.

Résultats financiers du groupe

Comparaison du quatrième trimestre de 2016 et du quatrième trimestre de 2015

Bénéfice net

Le bénéfice net s’est établi à 2 011 millions de dollars, ce qui représente une hausse de 168 millions de dollars ou de 9 %. La forte croissance des actifs et les revenus tirés des marchés des capitaux plus élevés ont été contrebalancés en partie par une hausse des charges autres que d’intérêts et de l’impôt sur le résultat.

Revenus d’intérêts nets

Les revenus d’intérêts nets se sont établis à 3 653 millions de dollars, en hausse de 282 millions de dollars ou de 8 %. L’augmentation des revenus d’intérêts nets s’explique essentiellement par la croissance des prêts aux particuliers et aux entreprises des Opérations internationales, des cartes de crédit, des prêts automobiles et des prêts hypothécaires à l’habitation du Réseau canadien et des prêts aux sociétés des Services bancaires et marchés mondiaux.

La marge sur activités bancaires principales s’est fixée à 2,40 %, en hausse de 5 points de base à la suite de la progression des marges dans tous les secteurs d’activité, atténuée par un apport moindre des activités de gestion de l’actif et du passif dans le secteur Autres.

Revenus autres que d’intérêts

Les revenus autres que d’intérêts se sont établis à 3 098 millions de dollars, ce qui représente une poussée de 344 millions de dollars ou de 12 %. Cette hausse est attribuable aux augmentations des frais bancaires, des revenus tirés des activités de la gestion de patrimoine et revenus provenant des activités de transaction, des commissions de placement et autres honoraires de services-conseils, ainsi que du revenu net découlant de participations dans des sociétés associées. Les profits découlant de la vente de biens immobiliers ont été largement contrebalancés par un fléchissement des profits nets sur les titres de placement.

Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances

La dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances a totalisé 550 millions de dollars, en baisse de 1 million de dollars. La hausse de la dotation au compte de correction de valeur collectif à l’égard des prêts productifs de 60 millions de dollars de l’exercice précédent a été contrée avant tout par des dotations plus élevées dans le Réseau canadien et les Opérations internationales.

Charges autres que d’intérêts

Les charges autres que d’intérêts se sont établies à 3 650 millions de dollars, après un bond de 364 millions de dollars ou de 11 %. Une réduction des coûts des prestations de retraite, compensée en partie par les coûts de réorganisation liés aux services partagés du Réseau canadien, avait profité aux résultats de l’exercice précédent. Cette hausse est attribuable surtout à une meilleure performance et à la rémunération fondée sur des actions, aux acquisitions, de même qu’aux investissements soutenus dans les activités, y compris les dépenses en technologies et les honoraires. Ces facteurs ont été contrebalancés en partie par l’incidence favorable de la conversion des devises et les économies découlant des initiatives de réduction des coûts.

Le ratio de productivité s’est établi à 54,1 %, par rapport à 53,6 %.

Impôt sur le résultat

Le taux d’impôt s’est établi à 21,2 %, comparativement à 19,4 %, en raison principalement de la baisse des revenus exonérés d’impôt.

Comparaison du quatrième trimestre de 2016 et du troisième trimestre de 2016

Bénéfice net

Le bénéfice net s’est établi à 2 011 millions de dollars, du fait d’une hausse de 52 millions de dollars ou de 3 %. La hausse des revenus, la baisse de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances et le recul de l’impôt sur le bénéfice ont été contrés en partie par les charges autres que d’intérêts plus élevées.

Revenus d’intérêts nets

Les revenus d’intérêts nets ont augmenté de 51 millions de dollars, ou de 1 %, pour s’établir à 3 653 millions de dollars. La hausse s’explique par la croissance des actifs principalement liée aux prêts hypothécaires à l’habitation et aux prêts automobiles dans le Réseau canadien et aux prêts aux particuliers des Opérations internationales.

La marge sur activités bancaires principales s’est établie à 2,40 %, ce qui représente une montée de 2 points de base du fait des marges plus élevées du Réseau canadien et des Services bancaires et marchés mondiaux.

Revenus autres que d’intérêts

Les revenus autres que d’intérêts se sont chiffrés à 3 098 millions de dollars, en hausse de 60 millions de dollars ou de 2 %. L’essor des revenus tirés des activités bancaires et de gestion de patrimoine et des apports des sociétés associées a été contré en partie par des commissions de placement et des honoraires de services-conseils moindres. Les profits sur la vente de biens immobiliers ont été contrebalancés par un recul des profits nets sur les titres de placement.

Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances

La dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances a totalisé 550 millions de dollars en baisse par rapport à 571 millions de dollars, ce qui s’explique avant tout par une réduction des dotations dans les Opérations internationales.

Charges autres que d’intérêts

Les charges autres que d’intérêts ont affiché une hausse de 145 millions de dollars ou de 4 % attribuable surtout aux investissements continus dans les activités, y compris les coûts liés à la technologie et les honoraires ainsi qu’à la hausse des charges de commercialisation saisonnières.

Le ratio de productivité s’est fixé à 54,1 %, comparativement à 52,8 %.

Impôt sur le résultat

Le taux d’impôt effectif s’est établi à 21,2 %, en regard de 23,6 %, ce qui s’explique avant tout par le fait que l’impôt avait été plus élevé dans certains territoires étrangers au cours du trimestre précédent.

Dividende sur les actions ordinaires

Dans le cadre de sa réunion, le conseil d’administration a approuvé un dividende trimestriel de 0,74 $ par action ordinaire. Ce dividende trimestriel sera versé le 27 janvier 2017 aux actionnaires inscrits le 3 janvier 2017.

Ratios de fonds propres

La Banque maintient toujours des niveaux de fonds propres élevés et de haute qualité qui la placent en bonne position pour une croissance future. Le ratio des actions ordinaires et assimilées de T1 selon l’approche tout compris de Bâle III s’établissait à 11,0 % au 31 octobre 2016. La hausse du ratio des actions ordinaires et assimilées de T1 par rapport à 2015 est attribuable avant tout à la forte autogénération de capital et à la gestion prudente de la croissance des actifs au cours de l’exercice.

Le ratio de T1 et le ratio total des fonds propres selon l’approche tout compris de Bâle III de la Banque s’établissaient à 12,4 % et à 14,6 %, respectivement, au 31 octobre 2016. Le ratio de T1 et le ratio total des fonds propres ont également profité des émissions de capitaux au cours de l’exercice.

Les ratios de fonds propres de la Banque continuent de dépasser largement les exigences du BSIF en matière de ratios de conservation des fonds propres minimums pour 2016 (incluant le supplément de 1 % applicable aux BISi) de 8 %, de 9,5 % et de 11,5 %, respectivement, pour les actions ordinaires et assimilées de T1, les fonds propres de T1 et le total des fonds propres.

Données par secteurs d’exploitation

Réseau canadien

Pour les trimestres clos les Pour les exercices clos les
(non audité) (en millions de dollars)
(sur une base de mise en équivalence fiscale)
(1)
31 octobre
2016
31 juillet
2016
31 octobre
2015
31 octobre
2016
31 octobre
2015
Résultat sectoriel
Revenus d’intérêts nets 1 798 $ 1 770 $ 1 657 $ 7 024 $ 6 415 $
Revenus autres que d’intérêts(2) 1 314 1 273 1 215 5 164 4 832
Total des revenus 3 112 3 043 2 872 12 188 11 247
Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances 217 217 180 832 687
Charges autres que d’intérêts 1 612 1 567 1 553 6 324 6 014
Charge d’impôt sur le résultat 329 329 302 1 296 1 202
Bénéfice net 954 $ 930 $ 837 $ 3 736 $ 3 344 $
Bénéfice net attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle dans des filiales $ $ $ $ $
Bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de la Banque 954 $ 930 $ 837 $ 3 736 $ 3 344 $
Autres mesures
Rendement des capitaux propres 22,4 % 21,9 % 20,2 % 22,0 % 21,0 %
Actifs sous administration (en milliards de dollars) 318 $ 316 $ 310 $ 318 $ 310 $
Actifs sous gestion (en milliards de dollars) 145 $ 145 $ 135 $ 145 $ 135 $
Actifs moyens (en milliards de dollars) 313 $ 310 $ 304 $ 309 $ 300 $
Passifs moyens (en milliards de dollars) 237 $ 233 $ 224 $ 232 $ 218 $
(1) Les résultats sont présentés sur une base de mise en équivalence fiscale. Se reporter à la rubrique « Survol des secteurs d’activité » du rapport annuel de l’exercice 2016.
(2) Comprend un revenu net découlant des participations dans des sociétés associées de 25 $pour le trimestre clos le 31 octobre 2016 (20 $au 31 juillet 2016; 15 $au 31 octobre 2015) et de 78 $pour l’exercice clos le 31 octobre 2016 (66 $au 31 octobre 2015).

Comparaison du quatrième trimestre de 2016 et du quatrième trimestre de 2015

Bénéfice net

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres s’est élevé à 954 millions de dollars, en hausse de 117 millions de dollars ou de 14 %. Les facteurs qui expliquent cette majoration comprennent notamment une hausse de la marge nette sur intérêts, une excellente croissance des actifs et des dépôts, l’incidence du portefeuille de cartes de crédit acquis auprès de JPMorgan Chase Bank (l’« acquisition ») et une augmentation des revenus autres que d’intérêts. Ils ont été partiellement annulés par l’accroissement des charges autres que d’intérêts et de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances.

Actifs moyens

Les actifs moyens ont progressé de 9 milliards de dollars ou de 3 %, pour se fixer à 313 milliards de dollars. Abstraction faite de la liquidation graduelle des portefeuilles de prêts hypothécaires montés par des courtiers de Tangerine et de prêts hypothécaires génériques, les actifs ont augmenté de 13 milliards de dollars ou de 4 %. Cette augmentation s’explique par la hausse de 5 milliards de dollars ou de 7 % des prêts aux particuliers, surtout dans le secteur des prêts automobiles à la consommation et des prêts sur cartes de crédit, par le rehaussement de 5 milliards de dollars ou de 3 % des prêts hypothécaires à l’habitation et par la progression de 3 milliards de dollars ou de 7 % des prêts et acceptations aux entreprises.

Passifs moyens

Les passifs moyens ont augmenté de 13 milliards de dollars ou de 6 %, ce qui a compris une forte croissance de 7 milliards de dollars ou de 11 % au titre des dépôts d’épargne de particuliers et de 1 milliard de dollars ou de 8 % des comptes de chèques. Les comptes d’opérations bancaires de petites entreprises et d’entreprises ont quant à eux affiché une croissance de 2 milliards de dollars ou de 4 % alors que les dépôts liés à la gestion de patrimoine ont progressé de 3 milliards de dollars, ou de 20 %. Ces facteurs ont été neutralisés en partie par le repli de 1 milliard de dollars, ou de 2 %, des CPG dont la marge est faible.

Actifs sous administration (« ASA ») et actifs sous gestion (« ASG »)

Les ASG ont augmenté de 10 milliards de dollars ou de 7 % grâce aux ventes nettes et à l’appréciation des marchés. Les ASA ont crû de 8 milliards de dollars ou de 3 % du fait de l’appréciation des marchés.

Revenus d’intérêts nets

Les revenus d’intérêts nets se sont établis à 1 798 millions de dollars, ce qui représente une hausse de 141 millions de dollars ou de 9 %. La hausse traduit une augmentation de 13 points de base de la marge d’intérêts nets, qui s’est établie à 2,39 %, et l’excellente croissance des actifs et des dépôts. La hausse de la marge est essentiellement attribuable à la croissance des cartes de crédit à marges plus élevées, à l’élargissement de la marge sur les dépôts, à la liquidation graduelle des prêts hypothécaires de Tangerine dont les écarts sont moins élevés et à l’incidence de l’acquisition.

Revenus autres que d’intérêts

Les revenus autres que d’intérêts se sont chiffrés à 1 314 millions de dollars, ce qui représente une hausse de 99 millions de dollars ou de 8 % du fait surtout de la croissance des revenus sur cartes, des honoraires liés aux fonds communs de placement plus élevés et des profits sur la vente de biens immobiliers. Ces hausses ont été neutralisées en partie par la diminution des commissions de courtage.

Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances

La dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances a totalisé 217 millions de dollars, ce qui représente une majoration de 37 millions de dollars ou de 21 % attribuable à l’augmentation des dotations au titre des portefeuilles de prêts aux particuliers découlant de la croissance des produits dont les écarts sont relativement plus élevés. Le ratio de dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances s’est accru de 4 points de base pour s’établir à 28 points de base.

Charges autres que d’intérêts

Les charges autres que d’intérêts se sont établies à 1 612 millions de dollars, en hausse de 59 millions de dollars ou de 4 %. La moitié de la hausse est attribuable à l’incidence de l’acquisition alors que le reste s’explique par l’augmentation des dépenses liées aux technologies et aux projets ainsi qu’aux investissements stratégiques, ces facteurs ayant été neutralisés en partie par les avantages découlant des initiatives de réduction des coûts.

Impôt

Le taux d’impôt effectif s’est établi à 25,6 %, en comparaison de 26,5 %, du fait principalement de l’incidence fiscale liée aux profits sur la vente de biens immobiliers.

Comparaison du quatrième trimestre de 2016 et du troisième trimestre de 2016

Bénéfice net

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a augmenté de 24 millions de dollars ou de 3 %, en raison surtout de la croissance des actifs et des dépôts et de la hausse des revenus autres que d’intérêts, contrées en partie par une augmentation des charges autres que d’intérêts.

Actifs moyens

Les actifs moyens ont progressé de 3 milliards de dollars ou de 1 %. Abstraction faite de la liquidation graduelle des portefeuilles de Tangerine et de prêts hypothécaires génériques, les actifs ont augmenté de 4 milliards de dollars ou de 1 %, ce qui reflète en grande partie la hausse de 3 milliards de dollars ou de 2 % des prêts hypothécaires à l’habitation et de 1 milliard de dollars ou de 1 % des prêts aux particuliers, soit essentiellement des prêts automobiles à la consommation.

Passifs moyens

Les passifs moyens ont augmenté de 4 milliards de dollars ou de 2 %, ce qui reflète essentiellement une forte hausse de 3 milliards de dollars ou de 4 % des comptes d’épargne de particuliers et de 2 milliards de dollars ou de 4 % des comptes d’opérations bancaires de petites entreprises et d’entreprises. Cette augmentation a été contrebalancée en partie par une baisse de 1 milliard de dollars ou de 2 % des CPG à faibles marges.

Actifs sous administration (« ASA ») et actifs sous gestion (« ASG »)

Les ASG se sont appréciés de 1 milliard de dollars ou de 1 % du fait de ventes nettes plus élevées alors que les ASA sont demeurés stables.

Revenus d’intérêts nets

Les revenus d’intérêts nets ont augmenté de 28 millions de dollars ou de 2 %, du fait surtout de la croissance des actifs et des dépôts et d’une légère hausse de la marge nette sur intérêts.

Revenus autres que d’intérêts

Les revenus autres que d’intérêts ont affiché un accroissement de 41 millions de dollars ou de 3 %, en raison surtout de la hausse des revenus sur cartes, de la croissance en ce qui a trait aux services bancaires aux entreprises, aux honoraires liés aux fonds communs de placement et aux commissions de courtage, ainsi que des profits sur la vente de biens immobiliers.

Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances

La dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances, établie à 217 millions de dollars, est demeurée stable par rapport au trimestre précédent. La hausse des portefeuilles de prêts aux particuliers, attribuable à la croissance des produits affichant un écart relativement plus élevé, a été annulée par une réduction du portefeuille de prêts aux entreprises. Le ratio de dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances a reculé de un point de base pour s’établir à 28 points de base.

Charges autres que d’intérêts

Les charges autres que d’intérêts ont affiché une hausse de 45 millions de dollars ou de 3 %, du fait surtout des dépenses liées aux technologies, aux projets et à la publicité engagées pour soutenir la croissance des activités, contrebalancées en partie par les avantages découlant des mesures de réduction des coûts.

Impôt

Le taux d’impôt effectif a diminué légèrement pour s’établir à 25,6 %, en regard de 26,1 %.

Opérations internationales

Pour les trimestres clos les Pour les exercices clos les
(non audité) (en millions de dollars)
(sur une base de mise en équivalence fiscale)
(1)
31 octobre
2016
31 juillet
2016
31 octobre
2015
31 octobre
2016
31 octobre
2015
Résultat sectoriel
Revenus d’intérêts nets 1 615 $ 1 596 $ 1 510 $ 6 359 $ 5 706 $
Revenus autres que d’intérêts(2) 883 828 847 3 482 3 137
Total des revenus 2 498 2 424 2 357 9 841 8 843
Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances 294 316 284 1 281 1 128
Charges autres que d’intérêts 1 413 1 345 1 373 5 523 5 095
Charge d’impôt sur le résultat 172 174 136 707 568
Bénéfice net 619 $ 589 $ 564 $ 2 330 $ 2 052 $
Bénéfice net attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle dans des filiales 72 $ 62 $ 60 $ 251 $ 199 $
Bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de la Banque 547 $ 527 $ 504 $ 2 079 $ 1 853 $
Autres mesures
Rendement des capitaux propres 13,5 % 12,8 % 13,1 % 12,8 % 13,0 %
Actifs moyens (en milliards de dollars) 142 $ 140 $ 135 $ 143 $ 128 $
Passifs moyens (en milliards de dollars) 109 $ 108 $ 99 $ 109 $ 94 $
(1) Les résultats sont présentés sur une base de mise en équivalence fiscale. Se reporter à la rubrique « Survol des secteurs d’activité » du rapport annuel de l’exercice 2016.
(2) Comprend un revenu net découlant des participations dans des sociétés associées de 130 $pour le trimestre clos le 31 octobre 2016 (110 $au 31 juillet 2016; 112 $au 31 octobre 2015) et de 473 $pour l’exercice clos le 31 octobre 2016 (476 $au 31 octobre 2015).

Comparaison du quatrième trimestre de 2016 et du quatrième trimestre de 2015

Bénéfice net

Les Opérations internationales ont dégagé un bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de 547 millions de dollars, en hausse de 43 millions de dollars ou de 9 % du fait de revenus élevés attribuables à la forte croissance des prêts, des dépôts et des frais en Amérique latine, de l’apport plus élevé des sociétés associées, des acquisitions et d’un contrôle rigoureux des coûts, contrés en partie par l’incidence défavorable de la conversion des devises.

Actifs moyens

Les actifs moyens ont totalisé 142 milliards de dollars, en hausse de 7 milliards de dollars ou de 5 %, ce qui s’explique par de robustes croissances de 8 % et de 2 % respectivement des prêts aux particuliers et aux entreprises, particulièrement en Amérique latine.

Passifs moyens

Les passifs moyens se sont accrus de 10 milliards de dollars ou de 10 % pour s’élever à 109 milliards de dollars, surtout en raison d’une croissance de 14 % des dépôts, ce qui comprend une hausse de 8 % des dépôts à vue et des dépôts d’épargne, contrebalancée en partie par une diminution des titres pris en pension.

Revenus d’intérêts nets

Les revenus d’intérêts nets ont progressé de 105 millions de dollars, traduisant la croissance marquée des volumes et les marges nettes sur intérêts plus élevées. La croissance des prêts aux particuliers a été de 8 % et celles des prêts aux entreprises, de 2 %, ou de 11 % et de 4 % respectivement après ajustement pour exclure l’incidence de la conversion des devises. La croissance des prêts aux particuliers est attribuable à des hausses de 13 % en Amérique latine et de 7 % aux Antilles et en Amérique centrale, les acquisitions ayant représenté 2 % de la hausse totale de ces prêts. La croissance des prêts aux entreprises découle de la hausse de 6 % en Amérique latine. La marge nette sur intérêts a augmenté de 7 points de base pour s’établir à 4,77 %, ce qui s’explique par un élargissement des marges en Amérique latine.

Revenus autres que d’intérêts

Les revenus autres que d’intérêts ont progressé de 36 millions de dollars ou de 4 %, pour se fixer à 883 millions de dollars sous l’effet de l’accroissement des frais et des commissions et de la hausse du revenu net découlant des participations dans des sociétés associées. Ces facteurs ont été contrebalancés en partie par le recul des revenus provenant des activités de transactions et l’incidence défavorable de la conversion des devises. Les revenus nets tirés des frais et des commissions ont augmenté de 55 millions de dollars ou de 9 % pour s’établir à 671 millions de dollars par suite essentiellement de la croissance des frais tirés des transactions et des revenus sur cartes en Amérique latine et aux Antilles ainsi que des acquisitions. Le revenu net découlant de participations dans des sociétés associées a augmenté de 18 millions de dollars, ce qui traduit les apports plus élevés de Thanachart Bank et de Bank of Xi’an.

Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances

La dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances s’est élevée à 294 millions de dollars, en hausse de 10 millions de dollars ou de 3 %. Le ratio de dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances s’est amélioré de 2 points de base et s’est fixé à 1,15 %, en raison surtout de la stabilité des dotations au titre des prêts aux particuliers. La hausse des dotations est attribuable en totalité à la hausse du portefeuille de prêts aux entreprises.

Charges autres que d’intérêts

Les charges autres que d’intérêts ont affiché une hausse de 40 millions de dollars ou de 3 % sous l’effet des acquisitions et de l’inflation, atténuées par l’incidence favorable de la conversion des devises et les gains découlant des programmes de gestion des dépenses.

Impôt

Le taux d’impôt effectif a augmenté pour s’établir à 21,7 %, comparativement à 19,4 %, du fait de la diminution des avantages fiscaux au Mexique, contrée en partie par une augmentation des avantages fiscaux au Pérou.

Comparaison du quatrième trimestre de 2016 et du troisième trimestre de 2016

Bénéfice net

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a progressé de 20 millions de dollars ou de 4 % pour s’établir à 547 millions de dollars du fait de la forte croissance des prêts aux particuliers, de la hausse des frais, d’une majoration des apports des sociétés associées et d’une diminution de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances, atténuées par des charges saisonnières plus élevées.

Actifs moyens

Les actifs moyens ont totalisé 142 milliards de dollars, en hausse de 2 milliards de dollars ou de 2 %, du fait surtout d’une robuste croissance des prêts aux particuliers, particulièrement en ce qui a trait aux cartes de crédit, aux prêts hypothécaires à l’habitation et aux prêts personnels en Amérique latine. Une forte croissance de 4 % des prêts aux entreprises au Mexique et au Pérou a été constatée après ajustement pour exclure l’incidence de la conversion des devises, alors que des reculs ont été observés aux Antilles et dans les autres pays d’Amérique latine, ce qui a donné lieu à un repli de 1 % des prêts aux entreprises.

Passifs moyens

Les passifs moyens ont augmenté de 1 milliard de dollars pour s’établir à 109 milliards de dollars, essentiellement du fait de la croissance de 4 % des dépôts, ce qui comprend des hausses de 2 % des dépôts à vue et des dépôts d’épargne et de 7 % des dépôts à terme.

Revenus d’intérêts nets

Les revenus d’intérêts nets ont progressé de 19 millions de dollars ou de 1 % pour s’établir à 1 615 millions de dollars, traduisant ainsi la croissance marquée des actifs, contrebalancée en partie par une légère diminution des marges. La croissance des prêts aux particuliers de 4 % découle d’une forte croissance en Amérique latine. La marge nette sur intérêts a reculé de 2 points de base, pour s’établir à 4,77 %, essentiellement en raison de la réduction des marges aux Antilles et en Amérique centrale, contrebalancée en grande partie par l’élargissement des marges en Amérique latine.

Revenus autres que d’intérêts

Les revenus autres que d’intérêts ont augmenté de 55 millions de dollars ou de 7 % pour se chiffrer à 883 millions de dollars sous l’effet de la hausse des revenus tirés des frais et des commissions et de l’apport plus élevé des participations dans des sociétés associées. Les revenus nets tirés des frais et des commissions ont bondi de 41 millions de dollars ou de 6 % pour se fixer à 671 millions de dollars, ce qui s’explique essentiellement par l’augmentation saisonnière des frais en Amérique latine, particulièrement au Chili au Mexique. Le revenu net découlant de participations dans des sociétés associées s’est accru de 19 %, en raison surtout de l’augmentation de l’apport de Thanachart Bank. Les autres revenus autres que d’intérêts ont reculé de 6 millions de dollars ou de 8 % pour s’établir à 82 millions de dollars, en raison notamment des faibles revenus provenant des activités de transaction sur devises en Amérique latine.

Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances

La dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances a totalisé 294 millions de dollars, ce qui représente une baisse de 22 millions de dollars ou de 7 %, en raison surtout de la diminution des dotations au titre des prêts aux entreprises aux Antilles et en Amérique centrale, en raison des niveaux élevés au trimestre précédent. Le ratio de dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances s’est amélioré de 11 points de base, pour se fixer à 1,15 %.

Charges autres que d’intérêts

Les charges autres que d’intérêts se sont établies à 1 413 millions de dollars, ce qui représente une hausse de 68 millions de dollars ou de 5 %, du fait surtout de la hausse des dépenses en matière de technologies, de la croissance des volumes d’affaires et des campagnes de marketing saisonnières en Amérique latine.

Impôt

Le taux d’impôt effectif a reculé à 21,7 % par rapport à 22,7 % au trimestre précédent, surtout du fait des avantages fiscaux plus élevés au Pérou et en Colombie.

Services bancaires et marchés mondiaux

Pour les trimestres clos les Pour les exercices clos les
(non audité) (en millions de dollars)
(sur une base de mise en équivalence fiscale)
(1)
31 octobre
2016
31 juillet
2016
31 octobre
2015
31 octobre
2016
31 octobre
2015
Résultat sectoriel
Revenus d’intérêts nets 345 $ 337 $ 273 $ 1 293 $ 1 071 $
Revenus autres que d’intérêts 830 814 656 3 139 2 953
Total des revenus 1 175 1 151 929 4 432 4 024
Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances 39 38 27 249 67
Charges autres que d’intérêts 533 507 450 2 040 1 846
Charge d’impôt sur le résultat 142 185 127 572 558
Bénéfice net 461 $ 421 $ 325 $ 1 571 $ 1 553 $
Bénéfice net attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle dans des filiales $ $ $ $ $
Bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de la Banque 461 $ 421 $ 325 $ 1 571 $ 1 553 $
Autres mesures
Rendement des capitaux propres 15,5 % 13,7 % 10,5 % 12,6 % 13,0 %
Actifs moyens (en milliards de dollars) 351 $ 341 $ 341 $ 351 $ 342 $
Passifs moyens (en milliards de dollars) 273 $ 264 $ 242 $ 270 $ 240 $
(1) Les résultats sont présentés sur une base de mise en équivalence fiscale. Se reporter à la rubrique « Survol des secteurs d’activité » du rapport annuel de l’exercice 2016.

Comparaison du quatrième trimestre de 2016 et du quatrième trimestre de 2015

Bénéfice net

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres s’est élevé à 461 millions de dollars, ce qui représente une poussée de 136 millions de dollars ou de 42 %. La hausse s’explique essentiellement par une augmentation des apports des titres à revenu fixe, des services bancaires aux entreprises et des métaux précieux, de même que par l’incidence favorable de la conversion des devises. Ces facteurs ont été contrés en partie par la hausse de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances.

Actifs moyens

Les actifs moyens ont progressé de 10 milliards de dollars ou de 3 %, pour s’établir à 351 milliards de dollars. Après ajustement pour exclure l’incidence de la conversion des devises, les actifs ont augmenté de 16 milliards de dollars ou de 5 % sous l’effet de l’essor des prêts et acceptations aux sociétés de 8 milliards de dollars et de la hausse des actifs détenus à des fins de transaction de 8 milliards de dollars.

Passifs moyens

Les passifs moyens se sont fixés à 273 milliards de dollars, ce qui constitue une accentuation de 31 milliards de dollars ou de 13 %. Après ajustement pour exclure l’incidence de la conversion des devises, les passifs moyens ont cru de 34 milliards de dollars ou de 14 %, ce qui s’explique essentiellement par des croissances de 18 milliards de dollars de dépôts et de 16 milliards de dollars des titres mis en pension.

Revenus d’intérêts nets

Les revenus d’intérêts nets se sont établis à 345 millions de dollars, ce qui représente un bond de 72 millions de dollars ou de 26 %. Cette augmentation s’explique en grande partie par la croissance des commissions de montage de prêts et par la hausse des volumes des prêts et des dépôts au Canada, aux États-Unis et en Europe, neutralisées en partie par la baisse des volumes en Asie. La marge nette sur intérêts a augmenté de 18 points de base pour s’établir à 1,78 %.

Revenus autres que d’intérêts

Les revenus autres que d’intérêts se sont chiffrés à 830 millions de dollars, en hausse de 174 millions de dollars ou de 27 % du fait surtout de l’accroissement des revenus tirés des transactions sur titres à revenu fixe, de la hausse des commissions de placement et des honoraires de services-conseils et de l’augmentation des commissions de crédit.

Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances

La dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances a affiché une hausse de 12 millions de dollars pour s’établir à 39 millions de dollars. L’augmentation est attribuable à la hausse des dotations en Asie et aux États-Unis, neutralisée en partie par la baisse des dotations au Canada. Le ratio de dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances s’est établi à 19 points de base, en hausse de 5 points de base.

Charges autres que d’intérêts

Les charges autres que d’intérêts, qui se sont établies à 533 millions de dollars, ont cru de 83 millions de dollars ou de 18 %. Cette situation est attribuable à la hausse de la rémunération liée à la performance et de la rémunération fondée sur des actions ainsi que des frais liés à la technologie, à la conformité et à la réglementation, contrebalancée en partie par la baisse des salaires.

Impôt

Le taux d’impôt effectif pour le trimestre s’est établi à 23,4 %, par rapport à 28,1 %. Ce recul s’explique surtout par le fait que l’impôt à l’étranger avait été plus élevé à l’exercice précédent.

Comparaison du quatrième trimestre de 2016 et du troisième trimestre de 2016

Bénéfice net

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a augmenté de 40 millions de dollars ou de 10 % en raison principalement des bons résultats au chapitre des titres à revenu fixe et des services bancaires aux sociétés, atténués par une diminution des apports des marchandises et des services bancaires d’investissement.

Actifs moyens

Les actifs moyens se sont accrus de 10 milliards de dollars ou de 3 % en raison surtout de la progression des actifs détenus à des fins de transaction.

Passifs moyens

Les passifs moyens ont augmenté de 9 milliards de dollars ou de 3 %, du fait de la croissance des titres mis en pension et des dépôts.

Revenus d’intérêts nets

Les revenus d’intérêts nets ont augmenté de 8 millions de dollars ou de 2 %. Cette augmentation s’explique en grande partie par la croissance des commissions de montage de prêts et la hausse des volumes des prêts au Canada et en Europe, de même que par l’accroissement des intérêts sur les dépôts.

Revenus autres que d’intérêts

Les revenus autres que d’intérêts ont progressé de 16 millions de dollars ou de 2 %. La progression est attribuable essentiellement à l’accroissement des revenus tirés des transactions sur titres à revenu fixe, neutralisé en partie par le recul des honoraires de services-conseils et des commissions de placement.

Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances

La dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances s’est établie à 39 millions de dollars pour le trimestre à l’étude, en hausse de 1 million de dollars du fait des dotations plus élevées en Asie et au Canada, annulées par une réduction des dotations aux États-Unis et en Europe. Le ratio de dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances est demeuré stable à 19 points de base.

Charges autres que d’intérêts

Les charges autres que d’intérêts se sont accrues de 26 millions de dollars ou de 5 % en raison essentiellement de la hausse de la rémunération liée à la performance et de la rémunération fondée sur des actions ainsi que des frais liés à la conformité et à la technologie, contrebalancée en partie par la baisse des salaires.

Impôt

Pour le trimestre, le taux d’impôt effectif a diminué pour atteindre 23,4 % par rapport à 30,5 %, ce qui s’explique surtout par le fait que l’impôt à l’étranger avait été plus élevé au trimestre précédent.

Autres(1)

Pour les trimestres clos les Pour les exercices clos les
(non audité) (en millions de dollars)
(sur une base de mise en équivalence fiscale)
(2)
31 octobre
2016
31 juillet
2016
31 octobre
2015
31 octobre
2016
31 octobre
2015
Résultat sectoriel
Revenus d’intérêts nets(3) (105) $ (101) $ (69) $ (384) $ (100) $
Revenus autres que d’intérêts(4) 71 123 36 273 35
Total des revenus (34) 22 (33) (111) (65)
Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances 60 50 60
Charges autres que d’intérêts(5) 92 86 (90) 653 86
Charge d’impôt sur le résultat(3) (103) (83) (120) (545) (475)
Bénéfice net (23) $ 19 $ 117 $ (269) $ 264 $
Bénéfice net attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle $ $ $ $ $
Bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de la Banque (23) $ 19 $ 117 $ (269) $ 264 $
Autres mesures
Actifs moyens (en milliards de dollars) 113 $ 117 $ 101 $ 111 $ 91 $
Passifs moyens (en milliards de dollars) 244 $ 249 $ 263 $ 247 $ 257 $
(1) Comprend les résultats provenant de tous les autres secteurs d’exploitation de moindre envergure ainsi que les ajustements du siège social, tels que l’élimination de la majoration des revenus exonérés d’impôt incluse dans les revenus d’intérêts nets, dans les revenus autres que d’intérêts et dans la charge d’impôt sur le résultat, ainsi que les écarts entre les montants réels des coûts engagés et de ceux imputés aux secteurs d’exploitation.
(2) Les résultats sont présentés sur une base de mise en équivalence fiscale. Se reporter à la rubrique « Survol des secteurs d’activité » du rapport annuel de l’exercice 2016.
(3) Comprend l’élimination de la majoration des revenus exonérés d’impôt incluse dans les revenus d’intérêts nets, dans les revenus autres que d’intérêts et dans la charge d’impôt sur le résultat pour les trimestres clos le 31 octobre 2016 (47 $), le 31 juillet 2016 (50 $), le 31 octobre 2015 (73 $), ainsi que pour les exercices clos les 31 octobre 2016 (299 $) et 31 octobre 2015 (390 $), pour parvenir aux montants présentés dans l’état consolidé du résultat net.
(4) Comprend un revenu net découlant des participations dans des sociétés associées de (38) $pour le trimestre clos le 31 octobre 2016 ((33) $au 31 juillet 2016; (31) $au 31 octobre 2015) et de (137) $pour l’exercice clos le 31 octobre 2016 ((137) $au 31 octobre 2015).
(5) Comprend la charge de restructuration de 378 $comptabilisée au deuxième trimestre de 2016.

Le secteur Autres regroupe la Trésorerie du Groupe, les secteurs d’exploitation de moindre envergure, les postes d’élimination des secteurs d’activité et d’autres éléments du siège social qui ne sont pas attribués à un secteur en particulier.

La majoration des revenus exonérés d’impôt est éliminée des revenus d’intérêts nets, des revenus autres que d’intérêts et de l’impôt sur le résultat de chaque période. Ce montant est pris en compte dans les résultats des secteurs, qui sont comptabilisés sur une base de mise en équivalence fiscale. L’élimination s’est établie à 47 millions de dollars pour le quatrième trimestre, comparativement à 73 millions de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent et à 50 millions de dollars pour le trimestre précédent.

Le revenu net découlant de participations dans des sociétés associées et la charge d’impôt sur le résultat de chaque période tiennent compte des ajustements de normalisation fiscale liés à la majoration des revenus des sociétés associées. Ces ajustements normalisent le taux d’impôt effectif des secteurs afin de donner une meilleure image de l’apport des sociétés associées aux résultats sectoriels.

Comparaison du quatrième trimestre de 2016 et du quatrième trimestre de 2015

La perte nette attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres s’est chiffrée à 23 millions de dollars pour le trimestre considéré, contre un bénéfice net de 117 millions de dollars pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent.

Le résultat net de l’exercice précédent tenait compte d’éléments largement compensatoires, à savoir une baisse de 204 millions de dollars avant impôt (151 millions de dollars après impôt) de l’obligation au titre des prestations de retraite constituées par suite des changements apportés au régime de retraite principal de la Banque, une augmentation de 60 millions de dollars avant impôt (44 millions de dollars après impôt) du compte de correction de valeur pour pertes sur créances collectif à l’égard des prêts productifs et des coûts de restructuration de 61 millions de dollars avant impôt (45 millions de dollars après impôt) liés à l’exploitation des services partagés du Réseau canadien.

Après ajustement pour exclure l’incidence de ces éléments, le bénéfice s’est replié de 78 millions de dollars. La diminution de l’apport des activités de gestion de l’actif et du passif, la hausse des charges et de l’impôt et le recul des profits nets sur les titres de placement ont été atténués par des profits sur la vente de biens immobiliers et par l’incidence favorable de la conversion des devises.

Comparaison du quatrième trimestre de 2016 et du troisième trimestre de 2016

La perte nette attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres s’est établie à 23 millions de dollars, par rapport à un bénéfice net de 19 millions de dollars. La baisse est le fait de l’incidence de la conversion des devises et de l’impôt plus élevé de même que d’un recul des profits nets sur les titres de placement, ce qui a été contré en partie par les profits sur la vente de biens immobiliers.

État consolidé de la situation financière

Aux
(non audité) (en millions de dollars) 31 octobre 2016 31 juillet 2016 31 octobre 2015
Actifs
Trésorerie et dépôts auprès d’autres institutions financières 46 344 $ 69 774 $ 73 927 $
Métaux précieux 8 442 10 243 10 550
Actifs détenus à des fins de transaction
Titres 87 287 81 625 78 380
Prêts 19 421 20 278 18 341
Autres 1 853 1 958 2 419
108 561 103 861 99 140
Instruments financiers désignés comme étant à la juste valeur par le biais du résultat net 221 228 320
Titres pris en pension et titres empruntés 92 129 92 266 87 312
Instruments financiers dérivés 41 657 43 990 41 003
Titres de placement 72 919 69 914 43 216
Prêts
Prêts hypothécaires à l’habitation 222 888 219 460 217 498
Prêts personnels et sur cartes de crédit 99 502 98 062 91 477
Prêts aux entreprises et aux administrations publiques 162 400 159 820 153 850
484 790 477 342 462 825
Compte de correction de valeur pour pertes sur créances 4 626 4 542 4 197
480 164 472 800 458 628
Autres
Engagements de clients en contrepartie d’acceptations 11 978 10 409 10 296
Immobilisations corporelles 2 520 2 441 2 286
Participations dans des sociétés associées 4 299 4 199 4 033
Goodwill et autres immobilisations incorporelles 12 141 11 693 11 449
Actifs d’impôt différé 2 021 2 135 2 034
Autres actifs 12 870 12 891 12 303
45 829 43 768 42 401
Total des actifs 896 266 $ 906 844 $ 856 497 $
Passifs
Dépôts
Particuliers 199 302 $ 195 840 $ 190 044 $
Entreprises et administrations publiques 372 303 387 099 375 144
Autres institutions financières 40 272 48 405 35 731
611 877 631 344 600 919
Instruments financiers désignés comme étant à la juste valeur par le biais du résultat net 1 459 1 643 1 486
Autres
Acceptations 11 978 10 409 10 296
Obligations relatives aux titres vendus à découvert 23 312 20 869 20 212
Instruments financiers dérivés 42 387 46 428 45 270
Obligations relatives aux titres mis en pension et aux titres prêtés 97 083 93 990 77 015
Débentures subordonnées 7 633 7 598 6 182
Autres passifs 42 716 39 259 41 638
255 109 218 553 200 613
Total des passifs 838 445 851 540 803 018
Capitaux propres
Capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires
Actions ordinaires 15 513 15 314 15 141
Résultats non distribués 34 752 33 750 31 316
Cumul des autres éléments du résultat global 2 240 1 531 2 455
Autres réserves 152 166 173
Total des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires 52 657 50 761 49 085
Actions privilégiées 3 594 3 094 2 934
Total des capitaux propres attribuables aux détenteurs de titres de capitaux propres de la Banque 56 251 53 855 52 019
Participations ne donnant pas le contrôle dans des filiales 1 570 1 449 1 460
Total des capitaux propres 57 821 55 304 53 479
Total des passifs et des capitaux propres 896 266 $ 906 844 $ 856 497 $

État consolidé du résultat net

Pour les trimestres clos les Pour les exercices clos les
(non audité) (en millions de dollars) 31 octobre 2016 31 juillet 2016 31 octobre 2015 31 octobre 2016 31 octobre 2015
Revenus
Revenus d’intérêts
Prêts 5 220 $ 5 146 $ 4 849 $ 20 419 $ 18 912 $
Titres 334 333 225 1 237 922
Titres pris en pension et titres empruntés 46 35 41 158 161
Dépôts auprès d’autres institutions financières 99 106 72 394 292
5 699 5 620 5 187 22 208 20 287
Charges d’intérêts
Dépôts 1 786 1 750 1 508 6 793 6 070
Débentures subordonnées 57 57 49 232 187
Autres 203 211 259 891 938
2 046 2 018 1 816 7 916 7 195
Revenus d’intérêts nets 3 653 3 602 3 371 14 292 13 092
Revenus autres que d’intérêts
Services bancaires 957 918 873 3 669 3 360
Services de gestion de patrimoine 837 818 809 3 282 3 269
Commissions de placement et autres honoraires de services-conseils 170 202 109 594 525
Opérations de change à des fins autres que de transaction 136 131 122 540 492
Revenus provenant des activités de transaction 377 381 277 1 403 1 185
Profit net sur la vente de titres de placement 96 143 182 534 639
Revenu net découlant de participations dans des sociétés associées 117 97 96 414 405
Revenus d’assurance, déduction faite des sinistres 150 153 147 603 556
Autres 258 195 139 1 019 526
3 098 3 038 2 754 12 058 10 957
Total des revenus 6 751 6 640 6 125 26 350 24 049
Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances 550 571 551 2 412 1 942
6 201 6 069 5 574 23 938 22 107
Charges autres que d’intérêts
Salaires et avantages du personnel 1 747 1 754 1 544 7 025 6 681
Locaux et technologie 600 548 564 2 238 2 086
Amortissements des immobilisations corporelles et incorporelles 183 173 157 684 584
Communications 111 106 110 442 434
Publicité et prospection 184 152 184 617 592
Honoraires 214 169 161 693 548
Taxe d’affaires et taxe sur le capital 97 96 88 403 361
Autres 514 507 478 2 438 1 755
3 650 3 505 3 286 14 540 13 041
Bénéfice avant impôt sur le résultat 2 551 2 564 2 288 9 398 9 066
Charge d’impôt sur le résultat 540 605 445 2 030 1 853
Bénéfice net 2 011 $ 1 959 $ 1 843 $ 7 368 $ 7 213 $
Bénéfice net attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle dans des filiales 72 $ 62 $ 60 $ 251 $ 199 $
Bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de la Banque 1 939 $ 1 897 $ 1 783 $ 7 117 $ 7 014 $
Actionnaires privilégiés 31 37 29 130 117
Actionnaires ordinaires 1 908 $ 1 860 $ 1 754 $ 6 987 $ 6 897 $
Bénéfice par action ordinaire (en dollars)
De base 1,58 $ 1,55 $ 1,46 $ 5,80 $ 5,70 $
Dilué 1,57 $ 1,54 $ 1,45 $ 5,77 $ 5,67 $
Dividende par action ordinaire (en dollars) 0,74 $ 0,72 $ 0,70 $ 2,88 $ 2,72 $

État consolidé du résultat global

Pour les trimestres clos les Pour les exercices clos les
(non audité) (en millions de dollars) 31 octobre 2016 31 juillet 2016 31 octobre 2015 31 octobre 2016 31 octobre 2015
Bénéfice net 2 011 $ 1 959 $ 1 843 $ 7 368 $ 7 213 $
Autres éléments du résultat global
Éléments qui seront reclassés ultérieurement dans le bénéfice net
Variation nette des profits (pertes) de change latents :
Profits (pertes) de change latents, montant net 1 176 1 324 (311) 614 3 145
Profits (pertes) sur les couvertures d’investissements nets dans des établissements à l’étranger, montant net (434) (475) 45 (300) (1 677)
Charge (économie) d’impôt sur le résultat
Profits (pertes) de change latents, montant net 6 10 1 (3) 46
Profits (pertes) sur les couvertures d’investissements nets dans des établissements à l’étranger, montant net (115) (125) 10 (79) (433)
851 964 (277) 396 1 855
Variation nette des profits (pertes) latents sur les titres disponibles à la vente :
Profits (pertes) latents sur les titres disponibles à la vente, montant net (111) 385 (134) 308 386
Reclassement du montant net des (profits) pertes dans le bénéfice net(1) 49 (339) (176) (549) (966)
Charge (économie) d’impôt sur le résultat
Profits (pertes) latents sur les titres disponibles à la vente, montant net (32) 101 24 82 161
Reclassement du montant net des (profits) pertes dans le bénéfice net 13 (87) (26) (151) (261)
(43) 32 (308) (172) (480)
Variation nette des profits (pertes) sur les instruments dérivés désignés comme couvertures de flux de trésorerie :
Profits (pertes) sur les instruments dérivés désignés comme couvertures de flux de trésorerie, montant net (279) 360 (23) (7) 1 519
Reclassement du montant net des (profits) pertes 29 (252) 176 357 (1 444)
Charge (économie) d’impôt sur le résultat
Profits (pertes) sur les instruments dérivés désignés comme couvertures de flux de trésorerie, montant net (73) 101 (19) 9 450
Reclassement du montant net des (profits) pertes 7 (72) 61 83 (430)
(184) 79 111 258 55
Autres éléments du résultat global provenant des participations dans des sociétés associées 8 (7) (3) 31 (9)
Éléments qui ne seront pas reclassés ultérieurement dans le bénéfice net
Variation nette à la réévaluation de l’actif et du passif au titre des régimes d’avantages du personnel :
Gains (pertes) actuariels sur les régimes d’avantages du personnel 190 (528) 332 (972) (3)
Charge (économie) d’impôt sur le résultat 51 (141) 81 (256) (2)
139 (387) 251 (716) (1)
Variation nette de la juste valeur découlant de l’évolution du risque de crédit propre à la Banque quant aux passifs financiers désignés comme étant à la juste valeur
Variation de la juste valeur découlant de l’évolution du risque de crédit propre à la Banque quant aux passifs financiers désignés comme étant à la juste valeur (4) (4) 12 (23) 20
Charge (économie) d’impôt sur le résultat (1) (1) 3 (7) 5
(3) (3) 9 (16) 15
Autres éléments du résultat global provenant des participations dans des sociétés associées (10) 1
Autres éléments du résultat global 768 678 (217) (229) 1 436
Résultat global 2 779 $ 2 637 $ 1 626 $ 7 139 $ 8 649 $
Résultat global attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle 131 $ 34 $ 61 $ 237 $ 124 $
Résultat global attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de la Banque 2 648 $ 2 603 $ 1 565 $ 6 902 $ 8 525 $
Actionnaires privilégiés 31 37 29 130 117
Actionnaires ordinaires 2 617 $ 2 566 $ 1 536 $ 6 772 $ 8 408 $
(1) Comprend des montants ayant trait à des couvertures admissibles.

État consolidé des variations des capitaux propres

Cumul des autres éléments du résultat global Participations ne donnant
pas le contrôle
(non audité) (en millions de dollars) Actions ordinaires Résultats
non
distribués(1)
Écarts de
conversion
Titres
disponibles
à la vente
Couvertures
des flux de
trésorerie
Autres(2) Autres
réserves(3)
Total des
capitaux propres attribuables aux actionnaires
ordinaires
Actions
privilégiées
Total des
capitaux propres attribuables aux actionnaires
ordinaires et
privilégiés
Participations
ne donnant
pas le contrôle
dans des
filiales
Détenteurs
d’instruments de
fonds propres –
composante
capitaux propres
Total
Solde au 1er novembre 2015 15 141 $ 31 316 $ 2 633 $ 194 $ 7 $ (379) $ 173 $ 49 085 $ 2 934 $ 52 019 $ 1 460 $ $ 53 479 $
Bénéfice net 6 987 6 987 130 7 117 251 7 368
Autres éléments du résultat global 422 (180) 257 (714) (215) (215) (14) (229)
Total du résultat global $ 6 987 $ 422 $ (180) $ 257 $ (714) $ $ 6 772 $ 130 $ 6 902 $ 237 $ $ 7 139 $
Actions émises 391 (28) 363 1 350 1 713 1 713
Actions rachetées (19) (61) (80) (690) (770) (770)
Dividendes versés sur les actions ordinaires (3 468) (3 468) (3 468) (3 468)
Dividendes versés sur les actions privilégiées (130) (130) (130)
Distributions aux participations ne donnant pas le contrôle (116) (116)
Paiements fondés sur des actions 7 7 7 7
Autres (22) (22) (22) (11) (4) (33)
Solde au 31 octobre 2016 15 513 $ 34 752 $ 3 055 $ 14 $ 264 $ (1 093) $ 152 $ 52 657 $ 3 594 $ 56 251 $ 1 570 $ $ 57 821 $
Solde au 1er novembre 2014 15 231 $ 28 609 $ 700 $ 664 $ (48) $ (367) $ 176 $ 44 965 $ 2 934 $ 47 899 $ 1 312 $ $ 49 211 $
Bénéfice net 6 897 6 897 117 7 014 199 7 213
Autres éléments du résultat global 1 933 (470) 55 (7) 1 511 1 511 (75) 1 436
Total du résultat global $ 6 897 $ 1 933 $ (470) $ 55 $ (7) $ $ 8 408 $ 117 $ 8 525 $ 124 $ $ 8 649 $
Actions émises 104 (17) 87 87 87
Actions rachetées (194) (761) (955) (955) (955)
Dividendes versés sur les actions ordinaires (3 289) (3 289) (3 289) (3 289)
Dividendes versés sur les actions privilégiées (117) (117) (117)
Distributions aux participations ne donnant pas le contrôle (86) (86)
Paiements fondés sur des actions 14 14 14 14
Autres (140)(5) (5)(6) (145) (145) 110 (4) (35)
Solde au 31 octobre 2015 15 141 $ 31 316 $ 2 633 $ 194 $ 7 $ (379) $ 173 $ 49 085 $ 2 934 $ 52 019 $ 1 460 $ $ 53 479 $
Solde au 1er novembre 2013 14 516 $ 25 315 $ (173) $ 705 $ (42) $ 55 $ 193 $ 40 569 $ 4 084 $ 44 653 $ 1 155 $ 743 $ 46 551 $
Ajustement d’ouverture(7) (247) (157) (404) (404) (17) (743) (1 164)
Solde retraité 14 516 25 068 (173) 705 (42) (102) 193 40 165 4 084 44 249 1 138 45 387
Bénéfice net 6 916 6 916 155 7 071 227 7 298
Autres éléments du résultat global 873 (41) (6) (265) 561 561 22 583
Total du résultat global $ 6 916 $ 873 $ (41) $ (6) $ (265) $ $ 7 477 $ 155 $ 7 632 $ 249 $ $ 7 881 $
Actions émises 771 3 (34) 740 740 740
Actions rachetées/remboursées (56) (264) (320) (1 150) (1 470) (1 470)
Dividendes versés sur les actions ordinaires (3 110) (3 110) (3 110) (3 110)
Dividendes versés sur les actions privilégiées (155) (155) (155)
Distributions aux participations ne donnant pas le contrôle (76) (76)
Paiements fondés sur des actions 30 30 30 30
Autres (4) (13) (8) (17) (17) 1 (4) (16)
Solde au 31 octobre 2014 15 231 $ 28 609 $ 700 $ 664 $ (48) $ (367) $ 176 $ 44 965 $ 2 934 $ 47 899 $ 1 312 $ $ 49 211 $
(1) Comprend des résultats non distribués de 63 $(61 $en 2015; 52 $en 2014) liés à une société associée étrangère, qui est soumise à des restrictions réglementaires locales.
(2) Comprend la quote-part des sociétés associées, les avantages du personnel et le risque de crédit propre à la Banque.
(3) Représente des montants liés aux paiements fondés sur des actions.
(4) Comprend les variations des participations ne donnant pas le contrôle découlant des regroupements d’entreprises et autres.
(5) Comprend des ajustements rétrospectifs attribuables en grande partie à la conversion des devises du compte de correction de valeur pour pertes sur créances au titre des périodes antérieures à 2013 (152 $).
(6) Représente des ajustements rétrospectifs pour refléter l’adoption des dispositions de l’IFRS 9 sur le risque de crédit propre à l’entité relativement aux passifs financiers désignés comme étant à la juste valeur par le biais du résultat net.
(7) Certains montants des périodes antérieures ont été ajustés rétrospectivement afin de refléter l’adoption de normes IFRS nouvelles et modifiées (IFRS 10 et IAS 19) en 2014.
(8) Comprend l’incidence des composantes alternatives DAA ayant fait l’objet d’une renonciation volontaire par certains employés, qui ont conservé les options sur actions correspondantes.

Tableau consolidé des flux de trésorerie

(non audité) (en millions de dollars) Pour les trimestres clos les Pour les exercices clos les
Rentrées (sorties) nettes de trésorerie 31 octobre
2016
31 octobre
2015
31 octobre
2016
31 octobre
2015
Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation
Bénéfice net 2 011 $ 1 843 $ 7 368 $ 7 213 $
Ajustements pour :
Revenus d’intérêts nets (3 653) (3 371) (14 292) (13 092)
Amortissements des immobilisations corporelles et incorporelles 183 157 684 584
Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances 550 551 2 412 1 942
Charges dont le paiement est fondé sur des actions et réglé en titres de capitaux propres 2 7 14
Profit net sur la vente de titres de placement (96) (182) (534) (639)
Profit net sur la sortie d’entreprises (116)
Revenu net découlant de participations dans des sociétés associées (117) (96) (414) (405)
Charge d’impôt sur le résultat 540 445 2 030 1 853
Charge de restructuration 378
Variations des actifs et des passifs d’exploitation
Actifs détenus à des fins de transaction (3 830) 4 238 (10 044) 20 302
Titres pris en pension et titres empruntés 1 239 99 (5 363) 13 991
Prêts (3 615) (9 265) (20 355) (22 942)
Dépôts (26 509) (807) 6 702 13 915
Obligations relatives aux titres vendus à découvert 2 528 (3 162) 4 007 (8 101)
Obligations relatives aux titres mis en pension et aux titres prêtés 1 844 (516) 20 865 (18 982)
Instruments financiers dérivés, montant net (2 331) 2 687 (3 806) 2 442
Autres, montant net 2 305 (3 402) 1 856 4 707
Dividendes perçus 135 217 873 1 147
Intérêts reçus 5 480 4 846 21 099 19 145
Intérêts versés (1 875) (1 644) (7 787) (7 262)
Impôt sur le résultat payé 47 (352) (1 471) (1 985)
Rentrées (sorties) nettes de trésorerie liées aux activités d’exploitation (25 164) (7 712) 4 099 13 847
Flux de trésorerie liés aux activités d’investissement
Dépôts portant intérêt auprès d’autres institutions financières 23 659 8 640 28 447 (8 448)
Achat de titres de placement (16 306) (11 310) (94 441) (44 684)
Produit de la vente et de la venue à échéance de titres de placement 14 305 8 836 65 069 41 649
Acquisition/vente de filiales, de sociétés associées ou d’unités d’exploitation, déduction faite de la trésorerie acquise (1 050) (701)
Immobilisations corporelles, déduction faite des sorties (54) (145) (348) (282)
Autres, montant net (306) (406) (431) (1 053)
Rentrées (sorties) nettes de trésorerie liées aux activités d’investissement 21 298 5 615 (2 754) (13 519)
Flux de trésorerie liés aux activités de financement
Produit tiré de l’émission de débentures subordonnées 12 2 465 1 248
Remboursement de débentures subordonnées (12) (1 035) (18)
Produit de l’émission d’actions ordinaires 199 22 391 101
Produit de l’émission d’actions privilégiées 500 1 350
Rachat d’actions privilégiées (690)
Actions ordinaires rachetées aux fins d’annulation (311) (80) (955)
Dividendes versés en trésorerie (924) (870) (3 598) (3 406)
Distributions aux participations ne donnant pas le contrôle (11) (12) (116) (86)
Autres, montant net 3 381 3 112 117 3 379
Rentrées (sorties) nettes de trésorerie liées aux activités de financement 3 145 1 941 (1 196) 263
Effet des variations des cours de change sur la trésorerie et les équivalents de trésorerie 121 (39) (18) 305
Variation nette de la trésorerie et des équivalents de trésorerie (600) (195) 131 896
Trésorerie et équivalents de trésorerie à l’ouverture de l’exercice(1) 7 455 6 919 6 724 5 828
Trésorerie et équivalents de trésorerie à la clôture de l’exercice(1) 6 855 $ 6 724 $ 6 855 $ 6 724 $
(1) Représente la trésorerie et les dépôts sans intérêt auprès d’autres institutions financières.

Base d’établissement

Les présents états financiers consolidés non audités ont été établis selon IFRS publiées par l’International Accounting Standards Board (IASB) et selon les exigences comptables fixées par le BSIF conformément à l’article 308 de la Loi sur les banques, excepté pour certaines informations requises. Par conséquent, ils doivent être lus parallèlement aux états financiers consolidés audités de la Banque pour l’exercice clos le 31 octobre 2016, qui pourront être consultés aujourd’hui à l’adresse banquescotia.com.

Énoncés prospectifs

Les communications publiques de la Banque comprennent souvent des énoncés prospectifs verbaux et écrits. Le présent document renferme ce genre d’énoncés, qui peuvent également être intégrés à d’autres documents déposés auprès des organismes de réglementation des valeurs mobilières du Canada ou de la Securities and Exchange Commission des États-Unis, ou à d’autres communications. De tels énoncés sont formulés aux termes des règles d’exonération de la loi américaine intitulée Private Securities Litigation Reform Act of 1995 et de toute loi pertinente sur les valeurs mobilières en vigueur au Canada. Les énoncés prospectifs peuvent comprendre, notamment, les énoncés formulés dans le présent document, le rapport de gestion de la Banque figurant dans son rapport annuel 2016 à la rubrique « Survol-perspectives », à la rubrique « Perspectives » se rapportant à la performance financière du groupe et à la rubrique « Perspectives » de chaque secteur d’exploitation, ainsi que dans tout autre énoncé concernant les objectifs de la Banque, les stratégies qu’elle emploie pour les atteindre, le contexte réglementaire dans lequel la Banque exerce ses activités, ses résultats financiers prévisionnels (y compris ceux relevant du domaine de la gestion du risque) et les perspectives à l’égard des activités de la Banque et de l’économie du Canada, des États-Unis et du monde entier. On reconnaît habituellement les énoncés prospectifs à l’emploi de termes ou d’expressions comme « croire », « prévoir », « s’attendre à », « avoir l’intention de », « estimer », « projeter », « pourrait augmenter » et « pourrait fluctuer » et autres expressions similaires ainsi que par la conjugaison des verbes au futur et au conditionnel comme « devrait» et « pourrait ».

De par leur nature, les énoncés prospectifs comportent de nombreuses hypothèses, des incertitudes et des risques inhérents, tant généraux que spécifiques, ainsi que le risque que les prédictions et autres énoncés prospectifs se révèlent inexacts. La Banque conseille aux lecteurs de ne pas se fier indûment à ces énoncés étant donné que les résultats réels pourraient différer sensiblement des estimations et intentions exprimées dans ces énoncés prospectifs en raison d’un certain nombre de facteurs importants dont plusieurs sont indépendants de sa volonté et dont l’incidence peut être difficile à prévoir. Ces facteurs sont notamment la conjoncture économique et financière au Canada et dans le monde; les variations des taux d’intérêt et des cours du change; la liquidité et le financement; une volatilité importante et les interruptions des marchés; le défaut de tiers de respecter leurs obligations envers la Banque et envers les sociétés membres de son groupe; les changements apportés à la politique monétaire; les modifications apportées aux lois et à la réglementation au Canada et ailleurs, notamment les changements apportés aux lois fiscales et aux lignes directrices relatives au capital au titre des risques, aux directives de présentation de l’information et aux directives réglementaires en matière de liquidité, ou les interprétations qui en sont faites; les changements aux notations de crédit attribuées à la Banque; le risque d’exploitation (y compris les technologies) et le risque lié aux infrastructures; et le risque de réputation; le risque que les modèles de gestion du risque de la Banque ne tiennent pas compte de tous les facteurs pertinents; l’exactitude et l’exhaustivité de l’information que la Banque reçoit sur sa clientèle et ses contreparties; la mise au point et le lancement de nouveaux produits et services en temps opportun sur des marchés réceptifs; la capacité de la Banque à étendre ses canaux de distribution existants, à en mettre sur pied de nouveaux et à en tirer des revenus; la capacité de la Banque à mener à terme ses acquisitions et ses autres stratégies de croissance et à intégrer les établissements acquis; les principales estimations comptables et l’incidence des modifications des conventions et des méthodes comptables utilisées par la Banque, comme il est indiqué dans les états financiers annuels de la Banque (se reporter à la rubrique « Contrôles et méthodes comptables – Principales estimations comptables » figurant dans le rapport annuel 2016 de la Banque), compte tenu des ajouts figurant dans le présent document;
l’activité sur les marchés financiers mondiaux; la capacité de la Banque à recruter et à conserver des dirigeants clés; le recours aux tiers qui fournissent les composantes de l’infrastructure commerciale de la Banque; les changements imprévus aux habitudes de dépenses et d’épargne des consommateurs; les changements technologiques; la fraude ou d’autres comportements criminels perpétrés en interne ou par des tiers, notamment par l’utilisation inédite de nouvelles technologies pour commettre des fraudes à l’endroit de la Banque ou de ses clients; le risque accru de cybercriminalité, qui peut comprendre le vol d’actifs, l’accès non autorisé à de l’information confidentielle ou des perturbations des activités; la lutte contre le blanchiment d’argent; les regroupements au sein du secteur des services financiers au Canada et à l’échelle mondiale; la présence de nouveaux concurrents et des concurrents établis, y compris dans le secteur des services bancaires par Internet et appareils mobiles; les procédures judiciaires et réglementaires; les catastrophes naturelles, y compris, sans toutefois s’y limiter, les tremblements de terre et les ouragans ainsi que les perturbations des infrastructures publiques, notamment les réseaux de transports, de communications, d’électricité et d’eau; l’incidence éventuelle de conflits internationaux et autres événements, y compris les activités terroristes et les guerres; les incidences de maladies ou d’épidémies sur les économies locales, nationales ou internationales; de même que la capacité de la Banque à prévoir et à gérer les risques que comportent ces facteurs. Une grande partie des activités de la Banque consiste à consentir des prêts ou à affecter autrement ses ressources à certains secteurs, entreprises ou pays. Tout événement imprévu touchant ces emprunteurs, secteurs ou pays risque d’avoir une incidence défavorable importante sur les résultats financiers de la Banque, sur ses activités, sur sa situation financière ou sur sa liquidité. Ces facteurs, et d’autres encore, peuvent faire en sorte que la performance réelle de la Banque soit, dans une mesure importante, différente de celle envisagée par les énoncés prospectifs. Pour plus de renseignements, il y a lieu de se reporter à la rubrique « Gestion du risque » du rapport annuel 2016 de la Banque.

Les hypothèses économiques importantes sous-jacentes aux énoncés prospectifs figurant dans le présent document sont présentées dans le rapport annuel 2016 à la rubrique « Survol-perspectives », compte tenu des ajouts figurant dans le présent document, ainsi qu’aux rubriques « Perspectives » de chaque secteur d’exploitation. Ces rubriques « Perspectives » sont fondées sur les opinions de la Banque et leur réalisation est incertaine. Le lecteur est prié de tenir compte des facteurs susmentionnés à la lecture de ces rubriques. La liste des facteurs énoncés ci-dessus n’est pas une liste exhaustive de tous les facteurs de risques et autres facteurs potentiels pouvant avoir une incidence négative sur les résultats de la Banque. Lorsqu’ils se fient à des énoncés prospectifs pour prendre des décisions à l’égard de la Banque et de ses titres, les investisseurs et les autres personnes doivent se pencher diligemment sur ces facteurs, ainsi que sur d’autres incertitudes et éventualités. La Banque ne s’engage pas à mettre à jour les énoncés prospectifs verbaux ou écrits qui peuvent être faits de temps à autre par elle ou en son nom.

Le lecteur trouvera d’autres renseignements sur la Banque, y compris sa notice annuelle, sur le site Web de SEDAR, au www.sedar.com, ainsi que dans la section EDGAR du site Web de la SEC, au www.sec.gov.

Le 29 novembre 2016

Information à l’intention des actionnaires et des investisseurs

Service de dépôt direct

Les actionnaires qui le désirent peuvent faire déposer les dividendes qui leur sont distribués directement dans leurs comptes tenus par des institutions financières membres de l’Association canadienne des paiements. Pour ce faire, il suffit d’écrire à l’Agent des transferts.

Régime de dividendes et d’achat d’actions

Le régime de réinvestissement de dividendes et d’achat d’actions de la Banque Scotia permet aux actionnaires ordinaires et privilégiés d’acquérir d’autres actions ordinaires en réinvestissant leurs dividendes en trésorerie sans avoir à acquitter de frais de courtage ou d’administration. Les actionnaires admissibles ont également la possibilité d’affecter, au cours de chaque exercice, une somme ne dépassant pas 20 000 $ à l’achat d’actions ordinaires supplémentaires de la Banque. Tous les frais liés à la gestion du régime sont à la charge de la Banque. Pour obtenir des renseignements supplémentaires sur le régime, il suffit de communiquer avec l’Agent des transferts.

Dates de paiement des dividendes pour 2017

Dates de clôture des registres et de paiement des dividendes déclarés sur les actions ordinaires et privilégiées, sous réserve de l’approbation du conseil d’administration.

Date de clôture des registres Date de paiement
3 janvier 27 janvier
4 avril 26 avril
4 juillet 27 juillet
3 octobre 27 octobre

Date d’assemblée annuelle pour l’exercice 2016

Les actionnaires sont invités à assister à la 185e assemblée annuelle des actionnaires ordinaires qui se tiendra le 4 avril 2017 au ScotiaBank Centre, Scotia Plaza, situé au 40, rue King Ouest, 2e étage, à Toronto, en Ontario, et qui débutera à 9 h (heure locale). Le 7 février 2017, à la fermeture des bureaux, est la date de clôture des registres à laquelle il sera déterminé quels sont les actionnaires ayant le droit de recevoir un avis de convocation à l’assemblée générale annuelle et de voter à cette assemblée.

Envoi de documents en plusieurs exemplaires

Si vos portefeuilles d’actions sont inscrits sous plus d’un nom ou plus d’une adresse, vous recevrez plusieurs exemplaires. Pour éviter l’envoi des documents en plusieurs exemplaires, veuillez écrire à l’agent des transferts afin de regrouper les comptes.

Offre de rachat dans le cours normal des activités

Un exemplaire de l’avis d’intention visant le lancement de l’offre de rachat dans le cours normal des activités peut être obtenu sans frais en communiquant avec le Secrétariat au 416-866-3672.

Site Web

Pour obtenir des renseignements concernant la Banque Scotia et ses services, visitez notre site Web, au www.banquescotia.com.

Conférence téléphonique et diffusion sur le Web

La conférence téléphonique sur les résultats trimestriels aura lieu le 29 novembre 2016 à 8 h (heure normale de l’Est) et devrait durer environ une heure. Les parties intéressées sont invitées à accéder à la conférence directement, en mode écoute seulement, par téléphone, sans frais, au 416-847-6330 ou au 1-866-530-1553 (veuillez téléphoner 5 à 15 minutes à l’avance). Une diffusion audio sur le Web avec les diaporamas afférents sera accessible par l’intermédiaire de la page Relations avec les investisseurs, au www.banquescotia.com. Une période de questions suivra la présentation des résultats par la haute direction de la Banque Scotia.

Une transmission différée par téléphone de la conférence téléphonique sera disponible du 29 novembre 2016 au 14 décembre 2016, en composant le 647-436-0148 ou le 1-888-203-1112 (sans frais en Amérique du Nord) et en saisissant le code d’identification 3242919, suivi du carré (#). La diffusion audio sur le Web sera disponible sur le site Web de la Banque pendant trois mois.

Coordonnées

Investisseurs :
Banque Scotia
Scotia Plaza
44, rue King Ouest
Toronto (Ontario) Canada M5H 1H1
Téléphone : 416-775-0798
Télécopieur : 416-866-7867
Courriel : investor.relations@scotiabank.com
Médias :
Pour s’adresser au service Relations publiques, Affaires de la société :
Scotia Plaza
44, rue King Ouest
Toronto (Ontario) Canada M5H 1H1
Téléphone : 416-866-6806
Télécopieur : 416-866-4988
Courriel : corporate.communications@scotiabank.com
Actionnaires :
Pour obtenir des renseignements sur un changement d’inscription d’actions, un changement d’adresse, les dividendes, les transferts successoraux ou la perte de certificats d’actions, ou pour demander que cessent des envois multiples, veuillez vous adresser à l’Agent de transfert de la Banque :
Société de fiducie Computershare du Canada
100, avenue University, 8e étage
Toronto (Ontario) Canada M5J 2Y1
Téléphone : 1-877-982-8767
Télécopieur : 1-888-453-0330
Courriel : service@computershare.com

Coagent de transfert (États-Unis)
Computershare Trust Company N.A.
250 Royall Street
Canton, MA 02021 U.S.A.
Téléphone : 1-800-962-4284

Pour toute autre demande de renseignements, les actionnaires sont priés de contacter les Affaires financières :
Banque Scotia
Scotia Plaza
44, rue King Ouest
Toronto (Ontario) Canada M5H 1H1
Téléphone : 416-866-4790
Télécopieur : 416-866-4048
Courriel : corporate.secretary@scotiabank.com

Quarterly Reports available in English

The Bank publishes its statements and Annual Report in both English and French, and makes every effort to provide them to Shareholders in the language of their choice. If you would prefer to receive shareholder communications in English, please contact Public, Corporate and Government Affairs, The Bank of Nova Scotia, Scotia Plaza, 44 King Street West, Toronto, Ontario, Canada, M5H 1H1. Please supply the mailing label you received, if possible, so we may adjust our records.

La Banque de Nouvelle-Ecosse
Jake Lawrence
Relations avec les investisseurs
(416) 866-5712

La Banque de Nouvelle-Ecosse
Heather Armstrong
Relations publiques, Affaires de la société et
Affaires gouvernementales
(416) 933-3250

CAE célèbre l’obtention de son certificat de francisation de l’Office québécois de la langue française

MONTRÉAL, CANADA–(Marketwired – 28 nov. 2016) – (NYSE:CAE)(TSX:CAE) – CAE a annoncé aujourd’hui l’octroi de son certificat de francisation par l’Office québécois de la langue française (OQLF), lors d’une célébration en présence de M. Luc Fortin, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, de M. Robert Vézina, président-directeur général de l’OQLF, de M. Marc Parent, président et chef de la direction de CAE, des représentants de la haute direction, de représentants syndicaux, ainsi que des employés de CAE.

« Nous sommes fiers d’avoir obtenu notre certificat de francisation qui témoigne de l’engagement de CAE et de ses employés envers le français au travail au Québec », a déclaré Marc Parent. « L’aéronautique est un secteur où la langue d’usage est bien souvent l’anglais, et l’obtention de notre certificat de francisation n’aurait pas pu être possible sans une excellente collaboration entre les différents groupes d’employés ayant travaillé ensemble à la réalisation de ce projet. »

L’octroi du certificat de francisation atteste que CAE, située à Montréal, se conforme aux exigences de la Charte de la langue française au Québec. La certification confirme que CAE fait une utilisation généralisée et durable du français au travail et reconnaît les bonnes pratiques linguistiques mises en place au sein de l’entreprise.

Des photos de la célébration sont disponibles sur cae.com/photos.

À propos de CAE

CAE est un chef de file mondial en formation dans les domaines de l’aviation civile, de la défense et sécurité, et de la santé. Appuyés par 70 ans d’innovations, nous participons à la définition des normes mondiales en formation. Nos solutions innovatrices, qui vont de la formation virtuelle à l’entraînement en vol, rendent le transport aérien plus sécuritaire, gardent nos forces de défense prêtes pour leurs missions et améliorent la sécurité des patients. Nous avons la plus vaste présence mondiale de l’industrie, avec 8 000 employés, 160 emplacements et centres de formation dans plus de 35 pays. Nous assurons chaque année la formation de plus de 120 000 membres d’équipage du secteur civil et du secteur de la défense et de milliers de professionnels de la santé dans le monde. www.cae.com

Suivez-nous sur Twitter @CAE_Inc

Pour voir la photo associée à ce communiqué, veuillez consulter le lien suivant : http://file.marketwire.com/release/1708024_CAE_IMG_7965.JPG

Personnes-ressources à CAE :
Hélène V. Gagnon, vice-présidente,
Affaires publiques et Communications mondiales,
+1-514-340-5536
helene.v.gagnon@cae.com

Relations avec les investisseurs :
Andrew Arnovitz, vice-président,
Stratégie et Relations avec les investisseurs,
+1-514-734-5760
andrew.arnovitz@cae.com

Sage s’inspire de la Tournée Sage Summit pour rencontrer les bâtisseurs du monde

LONDRES, ROYAUME UNI–(Marketwired – Nov 28, 2016) – Sage, le chef de file des systèmes de comptabilité, paie et paiement intégrés, a annoncé le lancement de la Tournée Sage Summit, un tournée de présentation qui transporte l’enthousiasme de Sage Summit à Paris, Barcelone, Melbourne, Berlin, Johannesburg, Singapour, Londres, Atlanta et Toronto.

Il s’agit de la plus récente évolution du plus grand évènement du monde pour les entrepreneurs — Sage Summit — qui se tenait normalement aux États-Unis. Richard Branson, Gwyneth Paltrow et Ashton Kutcher ont été les conférenciers de marque invités l’an dernier à Chicago. Ils ont assisté au lancement du bot clavardeur comptable Pegg de Sage, ainsi qu’à la formation d’un partenariat avec les magnats de la technologie, tels que Salesforce et Microsoft.

La nouvelle Tournée Sage Summit adoptera le modèle des Sage Summit précédents, notamment un contenu sur mesure pour les partenaires et les comptables qui sera abordé la première journée, ainsi que des séances de technologie et produit de pointe pour les bâtisseurs du monde au cours de la seconde journée.

De plus, Sage fera part de son engagement à transformer des vies et créer des occasions durables dans les communautés locales au cours de chaque évènement, en investissant du temps, de l’argent, de l’expertise et la technologie par le biais de Sage Foundation.

À chaque arrêt de la Tournée Sage Summit, Sage Foundation travaillera avec la communauté d’entrepreneurs et de bâtisseurs pour passer ensemble à l’action. Défi 1 $ million de Sage Foundation donnera la chance aux délégués de soutenir l’investissement de Sage dans les partenariats et bénévolats caritatifs locaux, et d’en savoir plus sur la raison pour laquelle Sage croit que sa façon de faire va dans la bonne direction.

Le premier évènement qui se tiendra à Paris, le 28 et 29 novembre comportera les points saillants de la part des chefs de file de premier plan et des directeurs de Sage. Les participants feront l’expérience de la technologie impressionnante de Sage, de même que bénéficier de possibilités de participer à des séances de mentorat, et d’être inspirés par les experts en affaires et de réseauter avec des paires.

Santiago Solanas, Directeur de marketing chez Sage a déclaré : «Les petites et moyennes entreprises font tourner les deux tiers de l’économie mondiale et elles constituent la pierre angulaire économique pour la stabilité et la croissance d’un pays. Comptant plus de 70 millions à l’échelle mondiale et reflétant un portrait des affaires en constante évolution, quelle que soit la situation géographique, elles ont besoin d’un allié pour réussir. Elles ont besoin de quelqu’un pour les aider à vulgariser ce constat, et nous croyons que Sage peut jouer ce rôle.»

« En inspirant Sage Summit aux bâtisseurs du monder entier, nous offrons aux clients et partenaires du monde l’occasion de profiter des idées, de l’inspiration et l’intuition.»

Jeremy Corner, Directeur général, Blue Eyed Sun a affirmé : «J’aime participer à Sage Summit. On y trouve un paquet de conférenciers inspirants, discours informatifs, nouvelles idées, nouvelles technologies et des occasions étonnantes de réseautage. Chaque fois que je viens à Sage Summit, j’apprends quelque chose de nouveau pour améliorer mon entreprise. Il me tarde d’y retourner l’an prochain. Ne le ratez pas!»

Pour en savoir davantage sur Paris, ainsi que les prochains arrêts de la Tournée Sage Summit, allez à sagesummit.com

À propos de Sage
Sage est le chef de file du marché des systèmes de comptabilité, paie et paiement intégrés, et il soutient l’ambition des entrepreneurs et des bâtisseurs. Aujourd’hui, les bâtisseurs évaluent le succès dans de solides relations, partenariats et communautés. C’est la raison pour laquelle Sage contribue à stimuler les bâtisseurs d’aujourd’hui en leur offrant le logiciel en nuage le plus intelligent et le plus flexible, le soutien et les conseils pour tout gérer, et ce, des finances aux communautés. Plus de 13 000 collègues de Sage dans 23 pays travaillent quotidiennement avec une communauté globale prospère comptant plus de 3 millions d’entrepreneurs, propriétaires d’entreprise, gens de métier, comptables, partenaires et développeurs pour soutenir le succès des bâtisseurs à travers le monde. Et en tant que société introduite à l’indice FTSE 100, nous sommes animés par la passion dans notre façon de mener à bien nos activités, soit d’épauler nos communautés locales par le biais de Sage Foundation.

Sage est le chef de file du marché des systèmes de comptabilité, paie et paiement intégrés, basés sur le nuage et il soutient l’ambition des entrepreneurs et des bâtisseurs du monde entier. Car si les bâtisseurs sont prospères, alors nous le sommes tous.

Pour en savoir plus, veuillez vous rendre à www.sage.com

Press Contact:
Betty Tian
Public Relations Manager
Sage
Office: +1 604-207-3611
Mobile: +1 604-376-7398

FedEx Express Canada : L’achat de cadeaux des Fêtes en ligne est la nouvelle norme cette année

MISSISSAUGA, ONTARIO–(Marketwired – 24 nov. 2016) –

Note aux rédacteurs : Un infographique est associé à ce communiqué de presse.

Selon les résultats d’un récent sondage, davantage de Canadiens profitent de la commodité du commerce électronique, 68 % des répondants étant d’avis qu’il s’agit du moyen le plus rapide et pratique de faire leurs achats des Fêtes. Mené auprès de 1 522 Canadiens, le sondage a aussi révélé que 69 % d’entre eux croient que le magasinage en ligne offre un plus grand choix de cadeaux.

Les résultats de ce cinquième sondage annuel d’opinion publique sur le magasinage en ligne de FedEx Express Canada, une filiale de FedEx Corp. (NYSE:FDX), laissent entendre que la montée du commerce électronique a modifié l’approche des Canadiens envers l’achat de cadeaux, les répondants étant 16 % plus nombreux à planifier leurs emplettes des Fêtes en ligne que ceux qui avaient répondu au sondage en 2014. En effet, 61 % des répondants planifient faire leurs emplettes sur le web pendant les Fêtes et 14 % affirment qu’il s’agira de leur première fois. Cette hausse des intentions est attribuée à la commodité de ce mode d’achat, notamment la capacité de comparer les prix et d’expédier directement au domicile du consommateur.

« Nous constatons chaque année une hausse notable du magasinage en ligne dans le réseau FedEx et en particulier pendant les Fêtes, alors que le nombre de colis qui y transitent ne cesse d’augmenter, explique Lisa Lisson, présidente de FedEx Express Canada. Le commerce électronique est maintenant la nouvelle norme, et les Canadiens qui se tournent vers le magasinage en ligne à la fois pour leurs achats de tous les jours et ceux des Fêtes ont besoin de solutions d’expédition sur lesquelles ils peuvent compter. »

La croissance rapide du cybercommerce en fait une option attrayante pour les Canadiens de tous âges et de tous les coins du pays. Voici quelques résultats ciblés du sondage :

  • 67 % des représentants de la génération X affirment qu’ils feront leurs achats des Fêtes en ligne cette année, comparativement à 59 % en 2015.
  • 43 % des baby-boomers planifient magasiner en ligne cette année, alors qu’ils n’étaient que 36 % à l’affirmer en 2015.
  • Un peu plus des trois quarts des milléniaux (76 %) indiquent pour leur part vouloir faire leurs emplettes en ligne cette année, soit une légère augmentation par rapport aux 63 % qui manifestaient le même désir en 2015.
  • Trois Manitobains sur quatre (75 %) pensent acheter leurs cadeaux des Fêtes en ligne cette année, soit le plus haut pourcentage au Canada.
  • Deux résidents de Colombie-Britannique sur trois (67 %) et près des deux tiers des Ontariens (63 %) planifient magasiner leurs cadeaux en ligne cette année.
  • Près du quart des Québécois (22 %) se joignent à ceux et celles qui feront cette année leurs achats des Fêtes en ligne.

« Alors que nous nous préparons à la frénésie du temps des Fêtes, nous voulons faciliter la vie à nos clients et leur éviter tout le stress possible, » poursuit Lisa Lisson. Les Canadiens peuvent compter sur le vaste réseau mondial de FedEx pour transformer les Fêtes de cette année en un moment inoubliable. »

FedEx s’attend à une période des Fêtes très occupée partout dans le monde, et prévoit expédier plus de 25 millions de colis au cours des trois derniers lundis précédant Noël, soit environ le double du volume quotidien moyen de FedEx. L’entreprise a travaillé en étroite collaboration avec ses clients pour préparer son réseau mondial à la pointe de volume prévue entre le Vendredi fou (25 novembre) et le 24 décembre. Voici quelques-unes des mesures prévues :

  • L’ajout de plus de 30 nouveaux avions au sein de la flotte aérienne mondiale de FedEx Express.
  • Une augmentation de 50 000 nouveaux postes sur une main-d’œuvre totale de 400 000 personnes.
  • L’assistance de l’équipe météo de FedEx, composée de 15 météorologistes chevronnés qui travaillent au sein de l’un des plus grands services de météorologie de l’industrie du transport de fret express.

À propos du sondage sur le magasinage en ligne de FedEx Express Canada

Un sondage en ligne a été effectué entre les 12 et 13 octobre 2016 auprès d’un échantillon représentatif de 1 522 adultes canadiens, choisis au hasard, inscrits au Forum Angus Reid. La marge d’erreur – qui mesure la variabilité d’échantillonnage – est de +/- 2,5 %, 19 fois sur 20. Les résultats ont été statistiquement pondérés conformément aux données du recensement sur la scolarité, l’âge, le sexe, et la région (et au Québec, selon la langue), de façon à assurer un échantillonnage représentatif de la population adulte du Canada. Les écarts dans les totaux ou entre les totaux sont dus à l’arrondissement.

À propos de FedEx Express

FedEx Express est le plus important transporteur express mondial, offrant des services de livraison rapides et fiables dans plus de 220 pays et territoires. FedEx Express utilise un réseau aérien et terrestre international pour accélérer la livraison des envois urgents, à heure et à date définies, assortie d’une garantie de remboursement.

À propos de FedEx Corp.

FedEx Corp. (NYSE:FDX) offre à ses clients et aux entreprises du monde entier un large éventail de services de transport, de commerce électronique et de services aux entreprises. La compagnie, qui a des revenus annuels de 58 milliards de dollars, fournit des applications commerciales intégrées aux entreprises par l’entremise de ses sociétés en exploitation gérées en collaboration, qui font face à la concurrence de façon collective sous le nom bien connu de FedEx. Citée régulièrement comme l’un des employeurs les plus admirés et respectés au monde, FedEx exige des 400 000 membres de son équipe qu’ils restent absolument et totalement concentrés sur la sécurité, sur le respect des normes éthiques et professionnelles les plus élevées et sur les besoins de leurs clients et de leurs collectivités. Pour obtenir plus de renseignements sur la manière dont FedEx fait le lien entre les gens et les possibilités partout dans le monde, visitez about.fedex.com.

Pour voir l’infographique associé à ce communiqué, veuillez visiter le lien suivant : http://media3.marketwire.com/docs/1077638_FedExFrench.pdf

Sara Stratton
High Road
416-644-2258
sara.stratton@highroad.com

James Anderson
Relations avec les médias
FedEx Express Canada
905-212-5372
jcanderson@fedex.com

Ratification par les membres de la nouvelle convention collective entre TELUS et le STT

VANCOUVER, COLOMBIE-BRITANNIQUE–(Marketwired – 23 nov. 2016) – (TSX:T)(NYSE:TU) – À la suite d’une série de réunions de ratification, les membres du Syndicat des travailleurs en télécommunications (STT), Section locale 1944 des Métallos ont accepté la nouvelle convention collective négociée entre TELUS et le STT. Plus de 68 pour cent des membres de l’équipe TELUS qui ont voté lors des réunions de ratification partout au Canada ont voté en faveur du nouveau contrat.

La nouvelle convention, qui régit environ 10 500 membres de l’équipe TELUS à l’échelle nationale, entrera en vigueur le 27 novembre 2016 et prendra fin le 31 décembre 2021.

« Notre équipe se réjouit de ce résultat positif, qui représente les intérêts fondamentaux de TELUS, des membres de notre équipe et de nos clients, a déclaré Darren Entwistle, président et chef de la direction de TELUS. La ratification de cette convention nous permet de poursuivre notre stratégie en matière de croissance et de maintenir le cap sur notre priorité absolue qui consiste à accorder la priorité aux clients. »

À propos de TELUS

TELUS (TSX:T)(NYSE:TU) est la société de télécommunication nationale connaissant la croissance la plus rapide au Canada, grâce à des produits d’exploitation annuels de 12,6 milliards de dollars et à plus de 12,5 millions de connexions clients, dont 8,4 millions d’abonnés des services sans fil, 1,6 million d’abonnés des services Internet haute vitesse, 1,4 million de lignes d’accès au réseau résidentiel et 1 million d’abonnés des services TELUS TV. TELUS offre une gamme complète de produits et de services de communication, notamment des services sans fil, de transmission de données, de protocole Internet (IP), des services vocaux, de télévision, de divertissement et vidéo, et est le fournisseur de services TI le plus important au Canada dans le domaine des soins de santé.

Fidèles à leur philosophie communautaire « Nous donnons où nous vivons », TELUS et les membres de son équipe, actuels et retraités, ont versé 440 millions de dollars à des organismes caritatifs et sans but lucratif, et offert plus de 6,8 millions d’heures de bénévolat au service des communautés locales depuis 2000. Créés en 2005 par Darren Entwistle, président et chef de la direction de TELUS, les douze comités d’investissement communautaire de TELUS au Canada et ses cinq comités à l’étranger dirigent les actions de soutien aux organismes de bienfaisance locaux. Ils ont remis au-delà de 54 millions de dollars en appui à plus de 4 900 projets locaux contribuant à enrichir la vie de plus de 2 millions d’enfants et de jeunes chaque année. TELUS a eu l’insigne honneur d’être désignée l’entreprise philanthropique la plus remarquable au monde en 2010 par l’Association of Fundraising Professionals, devenant ainsi la première entreprise canadienne à recevoir cette prestigieuse marque de reconnaissance internationale.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur TELUS, veuillez consulter le site www.telus.com.

Personne-ressource pour les relations avec les médias :
Shawn Hall
604 619-7913
shawn.hall@telus.com

Personne-ressource pour les relations avec les investisseurs
Paul Carpino
647 837-8100
ir@telus.com

Kate & Mim-Mim, Slugterra et L.M. Montgomery’s Anne of Green Gables récipiendaires du Prix-Shaw Rocket 2016

OTTAWA, ONTARIO–(Marketwired – 23 nov. 2016) – Les enfants se sont prononcés ! Après une campagne d’un mois durant laquelle des milliers d’enfants de partout au pays ont voté pour leur émission préférée, les trois gagnants de la onzième édition du Prix Shaw-Rocket ont été sélectionnés.

Destiné aux émissions jeunesse qui offrent la meilleure expérience globale de divertissement télévisuel pour les enfants et les jeunes, le Prix Shaw-Rocket 2016 a été remis à trois émissions canadiennes : Kate & Mim-Mim produite par DHX Media, Slugterra produite par DHX Media et L.M. Montgomery’s Anne of Green Gables produite par Breakthrough Entertainment. Chaque récipiendaire a reçu une bourse de 25 000 $ de la part du Fonds Rocket de Shaw.

« Au nom du Fonds Rocket de Shaw, nous souhaitons présenter nos félicitations aux trois gagnants du Prix Shaw-Rocket 2016, a déclaré Agnes Augustin, Présidente et directrice générale du Fonds Rocket de Shaw. Les trois émissions qui ont remporté les honneurs ce soir sont une vitrine de l’envergure inouïe du talent, de la créativité et de l’ingéniosité des producteurs canadiens de programmation jeunesse et, plus important encore, les plus impressionnants pour les enfants qui ont voté. »

« Les gagnants du Prix Shaw-Rocket de cette année sont un témoignage des émissions remarquables qui sont produites par des Canadiens, a déclaré Jay Mehr, Président de Shaw Communications. Le Fonds Rocket de Shaw représente l’engagement permanent de Shaw d’investir dans le développement de la programmation jeunesse canadienne de qualité, et nous souhaitons féliciter les trois récipiendaires pour leur programmation innovatrice et créatrice. »

Les trois prix ont été présentés par l’honorable Mélanie Joly, Ministre du Patrimoine canadien, lors de la soirée du Gala du Prix Shaw-Rocket animé par Soma Bhatia, vedette de Degrassi: Next Class et de Poltergeist.

« Alors que le Canada s’apprête à célébrer le 150e anniversaire de la Confédération, je ne pourrais être plus fière de souligner ce qui se fait de mieux en programmation canadienne pour la jeunesse, a déclaré la Ministre Joly. Le Fonds Rocket de Shaw présente le meilleur de ce que notre pays peut offrir et le talent des professionnels de l’industrie de la télévision canadienne. Cette année, l’accent mis sur la meilleure expérience numérique tombe à point et illustre combien nos émissions jeunesse sont innovatrices et uniques. Félicitations aux gagnants de cette année ! »

Renseignements supplémentaires à propos des émissions gagnantes :

  • Meilleure expérience préscolaire (0 à 5 ans) – Kate & Mim-Mim
    Kate & Mim-Mim (DHX Media) donne vie à un monde où les seules limites sont l’imagination d’une petite fille. Kate est une fougueuse fillette de cinq ans qui, avec son lapin jouet et meilleur ami Mim-Mim, voyage dans un monde imaginaire, où Mim-Mim devient un compagnon de jeu plus grand que nature ! Chaque fois que Kate a un problème, elle s’envole pour Mimiloo où ils rencontrent leurs amis et ont des aventures amusantes, et où elle trouve toujours une solution intelligente à son casse-tête !
  • Meilleure expérience enfants (6 à 12 ans) – Slugterra
    Slugterra (DHX Media), c’est l’histoire d’un adolescent de 15 ans, Eli Shaneis, qui est déterminé à succéder à son père et à devenir le plus grand héros de « slug-slinging » de Slugterra. Il ne peut y arriver qu’en recueillant, formant et défiant de petites créatures appelées limaces.
  • Meilleure expérience jeunes/famille (13 à 17 ans) – L.M. Montgomery’s Anne of Green Gables
    L.M. Montgomery’s Anne of Green Gables (Breakthrough Entertainment) est une adaptation du roman canadien du même nom. L’histoire se déroule à la fin des années 1870 sur la magnifique Île-du-Prince-Édouard. Anne Shirley est envoyée par erreur chez Matthew et Marilla Cuthbert, un frère et une sœur d’âge moyen qui avaient l’intention d’adopter un garçon pour les aider aux travaux de la ferme. Anne doit faire son chemin avec les Cuthbert, à l’école et dans la ville d’Avonlea pour s’assurer de n’être jamais renvoyée à l’orphelinat.

SÉLECTION DES GAGNANTS :

Les finalistes des trois catégories du Prix Shaw-Rocket 2016 ont été sélectionnés par un jury international d’experts de l’industrie, composé des personnes suivantes :

  • Julien Borde, Directeur du service VSDA, France Télévisions.
  • Jules Borkent, Vice-président principal, Acquisitions mondiales et programmation internationale, Nickelodeon, Viacom International Media.
  • Adina Pitt, Vice-présidente, acquisitions de contenu et de coproductions, Cartoon Network et Boomerang.
  • Alice Webb, Directrice, BBC Childrens et BBC North. BBC.

Lorsque la liste a été affinée à trois finalistes par catégorie, les enfants de partout au Canada ont choisi leur émission préférée en votant en ligne, au cours des mois d’octobre et de novembre, pour chaque contenu numérique et de télévision. Tous les enfants qui ont voté ont été inscrits à un tirage pour courir la chance de gagner l’une des quatre bourses d’études d’une valeur de 2500 $.

Pour de plus amples renseignements à propos du Fonds Rocket de Shaw et du Prix Shaw-Rocky, visitez www.rocketfund.ca.

À propos du Fonds Rocket de Shaw

Le Fonds Shaw-Rocket est un organisme indépendant sans but lucratif qui se consacre à l’investissement dans le contenu canadien de qualité destiné aux enfants, aux jeunes et à la famille par des subventions et d’autres initiatives favorisant la croissance de l’industrie de la production, telles que le réputé Prix Shaw-Rocket. Le Fonds Shaw-Rocket bénéficie de l’appui de Shaw Communications, de Shaw Pay per View Ltd., une division de Shaw Cablesystems, et de Shaw Direct.

À propos de Shaw Communications

Shaw est un fournisseur de connectivité optimisée. Shaw fournit aux consommateurs des services d’Internet à large bande, de Wi-Fi, de télévision, de téléphonie numérique et des services sans fil par le truchement de WIND Mobile. Les services réseau de Shaw Affaires fournissent aux entreprises des services d’Internet, de transmission de données, de Wi-Fi, de téléphonie, de télévision et de repérage de flottes de véhicules. Les services d’infrastructure de Shaw Affaires fournissent des services gérés, d’hébergement en colocation et de nuage par le biais de ViaWest.

Shaw est inscrite aux bourses de Toronto et de New York et figure à l’indice S&P/TSX 60 (TSX:SJR.B)(TSX:SJR.PR.A)(TSX:SJR.PR.B)(NYSE:SJR)(TSX CROISSANCE:SJR.A). Pour en savoir davantage à propos de Shaw, visitez www.shaw.ca.

Fonds Rocket de Shaw
Lisa Amato
Directrice des communications stratégiques
(416) 642-6330
lisa@rocketfund.ca

Shaw Communications Inc.
Chethan Lakshman
Vice-président, Communications et Relations publiques
(403) 930-8448
chethan.lakshman@sjrb.ca

La Banque Scotia arrive première parmi les banques canadiennes pour ses fonctionnalités numériques de vente en 2016

TORONTO, ON–(Marketwired – 22 novembre 2016) – La Banque Scotia a obtenu la meilleure note parmi les banques canadiennes pour ses fonctionnalités numériques de vente dans le rapport 2016 Canadian Bank Digital Sales Functionality Benchmark de Forrester Research. Cette firme de recherche et de services-conseils qui exerce une grande influence dans le domaine technologique a classé la Banque Scotia au premier rang de son palmarès cette année, alors qu’elle occupait le cinquième rang l’an dernier.

Ce rapport de Forrester évalue le contenu et les fonctionnalités de vente de comptes bancaires des sites Web publics et applications mobiles des cinq plus grandes banques canadiennes de détail. Dans le rapport de cette année, la Banque Scotia est reconnue pour fournir un contenu riche auquel les clients ont accès rapidement, diriger les clients vers le bon compte-chèques et offrir un processus numérique de demande rapide et simple qui permet aux clients d’ouvrir un compte en temps réel.

” À la Banque Scotia, nous innovons et investissons continuellement dans la technologie pour transformer l’expérience bancaire de nos clients, explique Mike Henry vice-président à la direction, Paiements, dépôts et crédit non garanti – Particuliers à la Banque Scotia. Nous croyons que cette reconnaissance démontre que la Banque Scotia a l’impulsion nécessaire pour devenir un chef de file à titre de banque numérique. L’an dernier, nous avons annoncé la création de l’Usine numérique, avons mis en place des équipes spécialisées utilisant la méthode ” agile ” pour améliorer l’expérience client, avons été les premiers à proposer l’ouverture de compte en ligne pour les clients des services aux particuliers et aux petites entreprises, et avons lancé des outils numériques simples et sûrs qui permettent à nos clients d’effectuer leurs opérations bancaires quand et où ils le souhaitent. ”

Dans son rapport, Forrester souligne expressément que la Banque Scotia est la plus efficace parmi les cinq sociétés évaluées pour ce qui est de la phase de ” découverte “, c’est-à-dire l’étape qui détermine si le site présente le contenu de façon à ce qu’il soit facilement assimilable et compréhensible. Le rapport mentionne également le contenu éducatif de la Banque Scotia, qui offre aux clients des liens vers des conseils bancaires, notamment pour réduire leurs frais, épargner automatiquement et faire fructifier leur argent.

” Nous croyons que cette reconnaissance de Forrester démontre que notre investissement dans la technologie permet aux clients de se renseigner plus facilement sur les solutions numériques qui répondent le mieux à leurs besoins, ajoute M. Henry. Nous sommes fiers que les nouveaux outils bancaires et de paiement de la Banque Scotia plaisent aux clients, et nous sommes ravis que notre engagement à offrir une excellente expérience à ces derniers nous ait valu cette reconnaissance de la part de l’une des firmes de recherche et de services-conseils les plus influentes au monde. “

Plus tôt cette année, dans son rapport 2016 Canadian Mobile Banking Functionality Benchmark, Forrester a classé la Banque Scotia ex æquo en première place pour ses fonctionnalités de services bancaires mobiles au Canada pour une deuxième année consécutive. Cette reconnaissance s’ajoutait à plusieurs autres qu’elle a reçues au cours des derniers mois en matière d’innovation numérique. Par exemple, la Banque Scotia a été nommée meilleure banque au chapitre des services numériques aux particuliers en Amérique du Nord par le magazine Global Finance, et elle est la seule banque canadienne inscrite à son palmarès final des meilleures banques numériques de 2015. Enfin, elle s’est classée en première place, ex aequo, parmi les cinq grandes banques dans 8 des 13 catégories de l’édition 2015 des Prix des Meilleurs services bancaires Ipsos, dont le prix ” Excellence du service en succursale “.

À propos de la Banque Scotia

La Banque Scotia est la banque internationale du Canada et un leader parmi les fournisseurs de services financiers en Amérique du Nord, en Amérique latine, dans les Antilles, en Amérique centrale et en Asie-Pacifique. Elle s’est donné pour mission d’aider ses 23 millions de clients à améliorer leur situation au moyen de conseils et d’une vaste gamme de produits et de services, dont des services bancaires aux particuliers, aux entreprises et aux sociétés, des services bancaires privés, d’investissement et de gestion de patrimoine ainsi que des services liés aux marchés des capitaux. Au 31 juillet 2016, l’effectif de la Banque Scotia s’élevait à plus de 88 000 employés et son actif à 907 milliards de dollars. Les actions de la Banque Scotia sont cotées en bourse à Toronto (TSX: BNS) et à New York (NYSE: BNS). Les communiqués de la Banque Scotia sont diffusés par Marketwired. Pour en savoir davantage, veuillez consulter www.banquescotia.com et suivre le fil @ScotiabankViews sur Twitter.

Relations avec les médias seulement :

Heather Armstrong
Relations publiques, Affaires de la société et Affaires gouvernementales
Banque Scotia
(416) 933-3250
heather.armstrong@scotiabank.com

Les Canadiens et les Canadiennes se sentent plus vulnérables face aux fraudeurs et aux voleurs d’identité en cette période des Fêtes

TORONTO, ONTARIO–(Marketwired – 22 nov. 2016) – Selon une récente étude d’Equifax Canada (NYSE:EFX) sur les habitudes de dépenses en ligne et dans les magasins des consommateurs, à l’approche du temps des fêtes, deux Canadiens sur trois (64 %) disent se sentir vulnérables à la fraude et au vol d’identité, une hausse d’environ 10 % par rapport à il y a un an.

« Les fraudeurs et les voleurs d’identité sont des plus actifs à ce temps-ci de l’année parce que la plupart d’entre nous passons plus de temps à magasiner pour les cadeaux des fêtes et que durant cette période mouvementée, les criminels comptent sur le fait que nous baissons la garde. » fait remarquer John Russo, chef de la protection de la vie privée à Equifax Canada. « Nous magasinons en ligne ou nous sortons nos cartes de crédit ou tout autre information d’identification personnelle de nos portefeuilles dans les magasins, ce qui fait de nous devenons une cible de choix pour le voleurs d’identité. »

DISSIPER LES MYTHES ET LA PERCEPTION DES CONSOMMATEURS

Les détaillants ont été montrés du doigt, car 87 % des consommateurs conviennent que les détaillants doivent faire plus pour protéger les données personnelles de leurs clients. Plus de la moitié des personnes interrogées (56 %) croient également qu’il est fort probable que les gens qui magasinent en ligne pour la plupart de leurs achats seront victimes de vol d’identité et 49 % ont dit ne pas se sentir à l’aise d’utiliser les applications mobiles des détaillants pour faire des achats. La plupart des gens reconnaissant maintenant que tout le monde peut être victime de vol d’identité. Un Canadien sur cinq, cependant, croit toujours que le vol d’identité est quelque chose qui arrive aux autres, pas à lui.

« Les fraudeurs ne font pas de discrimination, ils s’attaquent à toute personne qui pose en proie facile. » ajoute Me Russo. « Nous devons également dissiper un autre mythe; bien qu’il soit vrai que la plupart des sociétés émettrices de cartes de crédit absorberont les coûts de toutes les transactions frauduleuses que vous trouvez sur votre relevé, qui protège les consommateurs contre les personnes qui demandent des cartes de crédit en leur nom pour lesquelles ils n’ont pas fait de demande ou qui redirige leur courrier à une autre adresse? Sur une courte période de temps, les fraudeurs peuvent occasionner d’importants dommages à la réputation de solvabilité d’une personne de même qu’à sa santé financière, et le nettoyage pourrait prendre beaucoup de temps. C’est pourquoi nous encourageons les gens à être vigilants et à vérifier leur dossier de crédit régulièrement. »

LES CONSOMMATEURS EN FONT PLUS POUR PROTÉGER LEURS DONNÉES

Pour apaiser leurs craintes contre le vol d’identité ou la fraude, 72 % de Canadiens et de Canadiennes ont dit redoubler d’efforts pour protéger leurs données personnelles. Et, en effet, ils le font en prenant ces mesures et ils ont :

Fait moins de partage sur soi dans les médias sociaux 87 %
Utilisé un produit anti-virus à jour dans leur ordinateur 81 %
Vérifié à deux fois leurs relevés de carte de crédit 79 %
Moins magasiné en ligne 56 %
Évité l’utilisation de Wi-Fi publics 47 %
Utilisé de l’argent plus souvent 46 %
Mis à jour leur mots de passe de sécurité 43 %
Utilisé un produit contre le vol d’identité 30 %
Vérifié leur dossier de crédit 28 %

PLUS SOUCIEUX DE LEUR BUDGET EN CETTE PÉRIODE DES FÊTES

Faire une liste et la vérifier à deux fois, les deux tiers (66 %) des Canadiens et des Canadiennes prépareront un budget pour leur magasinage des fêtes. Les femmes seront plus portées à faire un budget que les hommes dans une proportion de 70 % et de 62 % respectivement. Les ménages qui ont des enfants de moins de 18 ans ont beaucoup plus tendance à s’endetter sur leur carte de crédit durant la période des fêtes (39 %) et ils regrettent souvent plusieurs de leurs achats du temps des fêtes après qu’ils reçoivent leur facture de carte de crédit (27 %).

L’Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC), qui coordonne des initiatives de littératie financière à l’échelle du pays, est une excellence ressource sur comment faire un budget et le respecter. L’ACFC offre aussi des conseils sur comment vous protéger contre la fraude d’identité.

Si une personne croit être ou sait qu’elle est victime de vol d’identité, elle devrait contacter la police et Equifax Canada sas frais à : 1-800-465-7166

Le sondage en ligne commandé par Equifax Canada le mois dernier a interrogé 1 571 Canadiens et Canadiennes âgés entre 18-65 ans. Un échantillon probabiliste de même taille aurait une marge d’erreur de ± 2,5, 19 fois sur 20.

Pour en apprendre davantage sur les outils qui aident à prévenir la fraude et le vol d’identité, prière de visiter www.equifax.ca

À propos d’Equifax

Equifax favorise l’avenir financier des personnes et des entreprises partout dans le monde. En utilisant la force combinée des données uniques fiables, de la technologie et des analyses novatrices, Equifax est passée de simple société de crédit à la consommation à un important fournisseur d’aperçus et de connaissances qui aident les clients à prendre des décisions éclairées. La société structure, assimile et analyse les données de plus de 820 millions de consommateurs et de plus de 91 millions d’entreprises dans le monde et ses bases de données comprennent les données d’employés fournies par plus de
6 600 employeurs.

Equifax, dont le siège social est à Atlanta en Géorgie a des investissements ou des exploitations dans 21 pays en Amérique du Nord, en Amérique centrale, en Amérique du Sud, en Europe et dans la région Asie-Pacifique. Elle est membre de l’indice Standard & Poor’s (S&P) 500®. Les actions ordinaires de l’entreprise se négocient à la Bourse de New York sous le symbole EFX. Equifax compte quelque 9 400 employés à travers le monde.

Parmi ses accomplissements notables, l’entreprise a été classée 13e sur la liste de l’American Banker FinTech Forward (2015); nommée fournisseur technologique supérieur sur la liste des 100 de FinTech (2004-2015); nommée une des lauréates du InformationWeek Elite 100 (2014-2015); reconnue comme étant l’un des 20 meilleurs employeurs par l’Atlanta Journal Constitution (2013-2015); nommée une des entreprises les plus admirées dans le monde par Fortune (2011-2015); nommée comme étant l’une des 100 entreprises les plus innovantes dans le monde par Forbes (2015). Pour plus d’information, visitez www.equifax.com.

Andrew Findlater
SELECT Public Relations
afindlater@selectpr.ca
416-659-1197

Tom Carroll
Equifax Canada
MediaRelationsCanada@equifax.com
416-227-5290

Rapport National sur l’Emploi en France d’ADP(R) : le secteur privé français a enregistré la création de 1 600 emplois en octobre 2016

NANTERRE, FRANCE–(Marketwired – Nov 22, 2016) –  Selon les résultats du Rapport National sur l’Emploi en France d’ADP® du mois d’octobre, le secteur privé français a créé 1 600 postes entre les mois de septembre et octobre. Diffusé largement et gratuitement auprès du public sur une base mensuelle, le Rapport National sur l’Emploi en France d’ADP® est publié par ADP Research Institute® en collaboration avec Moody’s Analytics.

Le rapport est établi à partir des effectifs déclarés des entreprises, et mesure l’évolution mensuelle de l’emploi dans le secteur privé non agricole, corrigée des variations saisonnières. Il apporte une indication mensuelle des tendances du marché du travail fondées sur des données réelles de l’emploi, et diffère des rapports liés à la mesure du chômage qui montrent le nombre de personnes à la recherche d’un emploi. Les deux indicateurs devraient, toutes choses égales par ailleurs, aller dans des directions opposées. Toutefois, les tendances peuvent aller dans le même sens, en particulier lorsque s’opèrent des changements, conduisant à plus d’entrants sur le marché du travail que de création d’emplois, et ce, pour des raisons diverses : tendances démographiques, mouvements cycliques ou changements politiques tels que modification de l’âge de la retraite.

Principaux résultats du rapport d’octobre 2016

Consultez l’infographie du Rapport National sur l’Emploi en France d’ADP® à l’adresse www.rapport-emploi-adp.fr

Total de l’emploi dans le secteur privé non agricole en France1 : 1 600

Instantané sectoriel 

  • Fabrication industrielle – 1 500 
  • Commerce 100 
  • Services financiers 1 400 
  • Services aux entreprises – 1 800 
  • Transports 200 
  • Immobilier 0

« L’emploi en France a augmenté de 1 600 postes en octobre, ce qui reflète la tendance positive observée ces deux dernières années », a déclaré Ahu Yildirmaz, Vice-présidente et Directrice de l’Institut de Recherche d’ADP. « Nous avons constaté les plus fortes hausses dans le secteur des services financiers, qui ont contribué à l’amélioration de la situation de l’emploi en France dans son ensemble, tandis que les industries manufacturières continuent à perdre des emplois. »

Pour consulter le graphique 1 sur l’évolution de l’emploi dans le secteur privé non agricole, cliquez ici: http://media.marketwire.com/attachments/201611/MOD-63306_Graphique1EvolutiondutotaldelemploienFranceOct2016.jpg

Pour consulter le graphique 2 sur l’évolution de l’emploi dans le secteur privé non agricole par secteurs d’activité, cliquez ici: http://media.marketwire.com/attachments/201611/63307_Graphique2EvolutionparsecteurdelemploienFranceOct2016.jpg 

Pour plus d’informations sur le Rapport National sur l’Emploi en France d’ADP®, des données supplémentaires, ainsi que le calendrier des futures publications, ou pour vous abonner à nos alertes mensuelles par e-mail et à nos flux RSS, veuillez visiter l’adresse www.rapport-emploi-adp.fr

Le Rapport National sur l’Emploi en France d’ADP® du mois de novembre 2016 sera publié le 20 décembre à 13 heures (CET).

À propos du Rapport National sur l’Emploi en France d’ADP® :

Le Rapport National sur l’emploi d’ADP® est une évaluation mensuelle de l’évolution de l’ensemble de l’emploi dans le secteur privé non agricole en France. Il s’appuie sur des statistiques d’effectifs déclarés d’un échantillon de clients français d’ADP, agrégés par établissement (non identifiables). Ce rapport, qui mesure les effectifs en réunissant près de 1,3 millions de travailleurs français, est produit par ADP Research Institute®, une entité du groupe ADP spécialisée dans l’élaboration et la publication d’études sur les tendances sur l’emploi et les stratégies liées aux ressources humaines et à la Gestion du Capital Humain en collaboration avec Moody’s Analytics, Inc.

ADP publie chaque mois son Rapport National sur l’Emploi dans le cadre d’un engagement constant visant à proposer davantage de visibilité sur le marché du travail en France, et à fournir aux entreprises, administrations publiques et autres une source d’informations crédibles et précieuses. Le Rapport National sur l’emploi d’ADP® est largement et gratuitement diffusé auprès du public sur une base mensuelle.

Pour le détail des résultats et du modèle statistique utilisés pour les produire, veuillez consulter la rubrique « Rapport national sur l’emploi en France d’ADP® : Méthodologie de développement » à l’adresse www.rapport-emploi-adp.fr/

A propos d’ADP :

De puissantes technologies avec une touche d’humanité. Les entreprises du monde entier, quel que soit leur secteur ou leur taille, tirent parti des solutions basées sur le Cloud et des connaissances des experts d’ADP, afin de les aider à libérer le potentiel de leurs collaborateurs. Ressources humaines, gestion des temps et des activités, paie, conformité : travaillons ensemble pour construire une meilleure performance collective.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.fr.adp.com

1 Incluant 16 secteurs (cf. méthodologie du rapport)

Contacts presse ADP:
Christine Sauvaget
ADP, LLC
+33 1 55 63 42 27
christine.sauvaget@adp.com

Service de presse ADP
Rumeur Publique
Jérôme Broun
Tél : 01 55 75 52 34
Sophie Noël
Tél : 01 55 74 52 13
Yohan Bisson
Tél : 01 55 74 52 06
E-mail : adp@rumeurpublique.fr