CAE publie les résultats du deuxième trimestre de l’exercice financier 2017

MONTRÉAL, CANADA–(Marketwired – 10 nov. 2016) – (NYSE:CAE)(TSX:CAE) – CAE publie aujourd’hui ses résultats et annonce des produits des activités ordinaires de 635,5 millions $ au deuxième trimestre de l’exercice 2017, comparativement à 616,8 millions $ l’an dernier. Le résultat net des activités poursuivies attribuable aux détenteurs d’instruments de capitaux propres s’est élevé à 48,3 millions $ (0,18 $ par action) au deuxième trimestre, comparativement à 75,3 millions $ (0,28 $ par action) l’an dernier. Le résultat net avant les éléments particuliers(3) était de 55,5 millions $ (0,21 $ par action) au deuxième trimestre, comparativement à 47,7 millions $ (0,18 $ par action) l’an dernier.

« Nous avons eu de bons résultats au cours du deuxième trimestre et nous sommes sur la bonne voie pour atteindre nos perspectives de croissance pour l’exercice au complet », a déclaré Marc Parent, président et chef de la direction de CAE. « Je suis heureux des progrès accomplis dans l’exécution de notre stratégie de croissance dans nos trois secteurs d’activités. Notamment dans le secteur Civil, nous avons enregistré un taux d’utilisation plus élevé des centres de formation, une croissance stable du résultat opérationnel et des prises de commandes solides, ce qui témoigne de notre position forte et des possibilités d’affaires au sein d’un important marché. Nos clients peuvent compter sur CAE en tant que partenaire de choix pour la formation et continuent d’être réceptifs à l’égard de nos solutions uniques. Pour l’ensemble des secteurs de CAE, nous avons reçu 747 millions $ en commandes au cours du trimestre pour un nouveau carnet de commandes record de 6,5 milliards $. »

Sommaire des résultats consolidés

(montants en millions) T2-2017 T1-2017 T4-2016 T3-2016 T2-2016
Produits des activités ordinaires $ 635,5 651,6 722,5 616,3 616,8
Résultat opérationnel sectoriel (ROS) total(4) $ 85,8 92,1 116,6 86,6 80,0
Résultat opérationnel(5) $ 76,2 89,0 99,8 84,6 77,6
En % des produits des activités ordinaires % 12,0 13,7 13,8 13,7 12,6
Coûts de restructuration, d’intégration et d’acquisition (montant net après impôt) $ 7,2 2,2 11,6 1,5 1,8
Élément fiscal non récurrent $ 29,4
Résultat net $ 48,9 69,3 59,7 56,9 69,2
Résultat net attribuable aux détenteurs d’instruments de capitaux propres de la Société :
Activités poursuivies $ 48,3 68,7 61,2 57,9 75,3
Activités abandonnées $ 0,1 (0,1 ) (2,4 ) (0,2 ) (6,5 )
Résultat net avant les éléments particuliers $ 55,5 70,9 72,8 59,4 47,7
Carnet de commandes total $ 6 535,0 6 527,6 6 372,6 6 367,2 6 382,0

Solutions de formation pour l’aviation civile (Civil)

Les produits des activités ordinaires du secteur Civil se chiffrent à 354,7 millions $ au deuxième trimestre, en baisse de 3 % comparativement à la même période l’an dernier, et le résultat opérationnel sectoriel est de 54,2 millions $ (15,3 % des produits des activités ordinaires), en hausse de 8 % par rapport au deuxième trimestre l’an dernier. Le deuxième trimestre inclut l’incidence d’un changement au niveau de la comptabilisation des produits des activités ordinaires découlant de la standardisation de certains types de simulateurs d’avions commerciaux. Les produits des activités ordinaires et le résultat opérationnel sectoriel du secteur Civil, si ajustés(6)(7) en fonction de l’incidence de ce changement, auraient été de 370,0 millions $ et de 58,1 millions $ respectivement. Le taux d’utilisation(8) de nos centres de formation civile est de 70 % ce trimestre.

Au cours du trimestre, le secteur Civil a signé une série de contrats portant sur des solutions de formation d’une valeur de 457,6 millions $, y compris la vente de 12 simulateurs de vol (FFS). Après la clôture du trimestre, le secteur Civil a vendu cinq autres simulateurs de vol à un important transporteur chinois, ce qui porte à 26 le nombre de simulateurs de vol dont CAE a annoncé la vente depuis le début de l’exercice 2017. Le secteur Civil a également signé des accords de formation à long terme avec des clients, notamment une société de gestion d’avions d’affaires TAG Aviation, un important exploitant européen d’avions d’affaires dont l’identité demeure confidentielle et des compagnies aériennes commerciales, soit Air Georgian et Japan Airlines.

Le ratio des commandes/ventes(9) du secteur Civil s’est établi à 1,29 ce trimestre et à 1,22 pour les 12 derniers mois. Le carnet de commandes du secteur Civil a atteint un nouveau record, soit 3,3 milliards $ à la fin du trimestre.

Sommaire des résultats – Solutions de formation pour l’aviation civile

(en millions, sauf les marges opérationnelles, les unités NES et les FFS déployés) T2-2017 T1-2017 T4-2016 T3-2016 T2-2016
Produits des activités ordinaires $ 354,7 371,6 393,0 334,7 365,2
Résultat opérationnel sectoriel $ 54,2 63,8 75,0 55,3 50,1
Marges opérationnelles % 15,3 17,2 19,1 16,5 13,7
Carnet de commandes total $ 3 337,6 3 221,6 3 078,6 3 085,6 3 003,1
Unités NES(10) 210 209 205 205 202
FFS déployés 269 269 261 258 259

Défense et sécurité (Défense)

Les produits des activités ordinaires du secteur Défense se chiffrent à 253,2 millions $ au deuxième trimestre, en hausse de 12 % par rapport à la même période l’an dernier, et le résultat opérationnel sectoriel est de 29,0 millions $ (11,5 % des produits des activités ordinaires), en hausse de 2 % comparativement au deuxième trimestre l’an dernier.

Les principaux contrats obtenus par le secteur Défense ce trimestre incluent des systèmes d’entraînement et des services de soutien sur une série de plateformes ayant une longue durée de vie, notamment les avions télépilotés MQ-1 Predator et MQ-9 Reaper, et les avions de ravitaillement KC-135 de la U.S. Air Force. Les commandes incluent également des solutions d’entraînement destinées à la U.S. Navy sur l’hélicoptère MH-60R/S et l’avion de transport léger T-44C. Au total, le secteur Défense a reçu des commandes d’une valeur de 261,5 millions $ ce trimestre, ce qui représente un ratio des commandes/ventes de 1,03. Pour les 12 derniers mois, il a été de 0,95. Le carnet de commandes du secteur Défense se chiffre à 3,2 milliards$ à la fin du trimestre.

Sommaire des résultats – Défense et sécurité

(en millions, sauf les marges opérationnelles) T2-2017 T1-2017 T4-2016 T3-2016 T2-2016
Produits des activités ordinaires $ 253,2 257,3 293,7 253,3 226,2
Résultat opérationnel sectoriel $ 29,0 28,4 38,1 29,7 28,4
Marges opérationnelles % 11,5 11,0 13,0 11,7 12,6
Carnet de commandes total $ 3 197,4 3 306,0 3 294,0 3 281,6 3 378,9

Santé

Les produits des activités ordinaires du secteur Santé se chiffrent à 27,6 millions $ au deuxième trimestre, comparativement à 25,4 millions $ à la même période l’an dernier, et le résultat opérationnel sectoriel est de 2,6 millions $ comparativement à 1,5 million $ au deuxième trimestre l’an dernier.

Le deuxième trimestre a été caractérisé par l’utilisation marquée des solutions de CAE dans le secteur clinique. Le secteur Santé a vendu ses solutions de formation à un important fabricant de dispositifs médicaux aux États-Unis, et a également amorcé une collaboration avec un autre fabricant de dispositifs médicaux pour promouvoir la formation à l’échographie au chevet du patient pour l’évaluation et le diagnostic. Plus récemment, le simulateur d’échographie Vimedix de CAE Santé a été utilisé dans le cadre du processus d’examen menant à l’obtention du diplôme européen d’échocardiographie pour les médecins dans le cadre du congrès annuel de la European Society of Intensive Care Medicine.

Sommaire des résultats – Santé

(en millions, sauf les marges opérationnelles) T2-2017 T1-2017 T4-2016 T3-2016 T2-2016
Produits des activités ordinaires $ 27,6 22,7 35,8 28,3 25,4
Résultat opérationnel sectoriel $ 2,6 (0,1 ) 3,5 1,6 1,5
Marges opérationnelles % 9,4 9,8 5,7 5,9

Autres points saillants financiers

Les éléments particuliers de 7,2 millions $ (montant net après impôt) ce trimestre tiennent compte de la restructuration, complétée ce trimestre, liée au programme d’amélioration des processus qui a été mis en place l’an dernier, ainsi que des coûts de restructuration, d’intégration et d’acquisition liés à l’acquisition de Lockheed Martin Commercial Flight Training (LMCFT).

Les flux de trésorerie disponibles(11) provenant des activités poursuivies se chiffrent à 27,3 millions $ ce trimestre, comparativement à 101,7 millions $ au deuxième trimestre l’an dernier. Les flux de trésorerie disponibles pour le premier semestre de l’exercice atteignent 42,8 millions $, comparativement à 40,5 millions $ pour la même période l’an dernier.

Pour ce trimestre, l’impôt sur le résultat s’est chiffré à 9,5 millions $, ce qui représente un taux d’imposition effectif de 16 %, comparativement à 21 % au deuxième trimestre l’an dernier, abstraction faite des éléments fiscaux non récurrents. La baisse du taux d’impôt ce trimestre est essentiellement attribuable au changement dans la composition des revenus provenant de différentes juridictions.

Les dépenses d’investissement en immobilisations liées à la croissance et à la maintenance(12) ont totalisé 58,8 millions $ ce trimestre.

La dette nette(13) a clôturé le deuxième trimestre à 922,7 millions $, pour un ratio de la dette nette sur le capital(14) de 32,1 %. À la clôture du dernier trimestre, la dette nette était de 880,3 millions $ et le ratio de la dette nette sur le capital était de 31,6 %.

Le rendement du capital utilisé(15) (RCU) a atteint 10,7 % au deuxième trimestre, comparativement à 11,0 % l’an dernier.

CAE versera un dividende de 8 cents par action le 30 décembre 2016 aux actionnaires qui seront inscrits au registre le 15 décembre 2016.

Au cours du trimestre clos le 30 septembre 2016, CAE a racheté et annulé 829 100 actions ordinaires aux termes d’une offre publique de rachat dans le cours normal des activités, au prix moyen pondéré de 17,20 $ l’action ordinaire, pour une contrepartie totale de 14,3 millions $.

Incidence de la standardisation de certains types de simulateurs sur la comptabilisation des produits des activités ordinaires

Le programme d’amélioration des processus de CAE entraîne la standardisation de certains types de simulateurs d’avions commerciaux. Pour les simulateurs standardisés, la méthode de comptabilisation en fonction de l’avancement des travaux n’est plus utilisée et ainsi, l’entreprise comptabilise les revenus une fois ces simulateurs terminés, et ce, depuis le début de l’exercice 2017. Pour faciliter la comparaison des résultats, la direction a fourni l’incidence trimestrielle de ce changement sur les produits des activités ordinaires du groupe Civil (Produits des activités ordinaires ajustés(6) – Civil), le résultat opérationnel sectoriel du groupe Civil (Résultat opérationnel sectoriel ajusté(7) – Civil), et le résultat par action (Résultat par action avant les éléments particuliers et ajusté en fonction de l’incidence de la standardisation des simulateurs sur la comptabilisation des produits des activités ordinaires(16)).

Il s’agit d’une mesure hors PCGR. Nous calculons l’incidence du changement sur la comptabilisation des produits des activités ordinaires découlant de la standardisation de certains types de simulateurs en ajustant la comptabilisation des produits des activités ordinaires – Civil, le résultat opérationnel sectoriel – Civil et le résultat par action une fois ces simulateurs terminés comparativement aux mêmes données qui auraient autrement été comptabilisées selon la méthode de l’avancement des travaux.

Incidence sur les produits des activités ordinaires et le résultat opérationnel sectoriel – Civil
(montants en millions) T2-2017 Incidence de la standardisation des simulateurs sur la comptabilisation des produits des activités ordinaires T2-2017
ajusté
T2-2016
Civil
Produits des activités ordinaires $ 354,7 15,3 370,0 365,2
Résultat opérationnel sectoriel $ 54,2 3,9 58,1 50,1
Incidence sur le résultat par action T2-2017 T2-2016
RPA des activités poursuivies attribuable aux détenteurs d’instruments de capitaux propres de la Société $ 0,18 0,28
Éléments particuliers* $ 0,03 (0,10 )
RPA avant les éléments particuliers $ 0,21 0,18
Incidence de la standardisation des simulateurs sur la comptabilisation des produits des activités ordinaires $ 0,01
RPA avant les éléments particuliers et ajusté en fonction de l’incidence de la standardisation des simulateurs sur la comptabilisation des produits des activités ordinaires $ 0,22 0,18

*Les éléments particuliers incluent les coûts de restructuration, d’intégration et d’acquisition, après impôt, et les éléments fiscaux non récurrents.

Perspectives de la direction pour l’exercice 2017 demeurent inchangées

CAE prévoit toujours enregistrer une croissance des revenus et du résultat opérationnel dans tous les secteurs au cours de l’exercice 2017. Cette croissance proviendra principalement du secteur Civil, qui devrait atteindre un taux annuel plus élevé d’utilisation de ses centres de formation et une croissance du résultat opérationnel légèrement au-dessus de 10 %. CAE continue de prévoir une croissance modeste dans le secteur Défense et une croissance à deux chiffres du côté de Santé. CAE s’attend à ce que le niveau des dépenses d’investissement en immobilisations au cours de l’exercice 2017 demeure relativement stable par rapport à l’exercice précédent (117,8 millions $), à l’exception de l’ajout d’environ 100 millions $ en investissement en capital pour le programme d’entraînement en vol sur appareils à voilure fixe de la U.S. Army. Ce programme devrait être prêt pour la formation d’ici la fin de l’exercice financier. Les attentes de la direction sont fondées sur les conditions du marché qui sont positives et sur l’accueil réservé par les clients à l’égard des solutions de formation de CAE ainsi que sur les importantes hypothèses formulées dans ce communiqué, dans le rapport de gestion du deuxième trimestre et dans le rapport de gestion de l’exercice 2016 de CAE.

Information détaillée

Nous recommandons fortement aux lecteurs de consulter le rapport de gestion ainsi que les états financiers consolidés intérimaires de CAE qui sont disponibles sur notre site Web à www.cae.com/investisseurs pour obtenir un exposé plus complet de nos résultats sectoriels.

Les états financiers consolidés intérimaires et le rapport de gestion de CAE pour le trimestre clos le 30 septembre 2016 ont été déposés auprès des commissions canadiennes de valeurs mobilières sur SEDAR (www.sedar.com) et sont disponibles sur notre site Web (www.cae.com). Ces documents ont également été déposés auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis et sont disponibles sur son site Web (www.sec.gov).

Conférence téléphonique sur les résultats du T2 de l’EX17

Marc Parent, président et chef de la direction de CAE; Sonya Branco, vice-présidente, Finances, et chef de la direction financière; et Andrew Arnovitz, vice-président, Stratégie et Relations avec les investisseurs, tiendront une conférence téléphonique qui sera axée sur les résultats aujourd’hui à 13 h (HE). La conférence est destinée aux analystes, aux investisseurs institutionnels et aux médias. Le numéro à composer pour entendre cette téléconférence est le + 1-877-586-3392 ou +1-416-981-9024. Une diffusion audio en direct sera accessible au public sur le site Web de CAE à www.cae.com.

CAE est un chef de file mondial en formation dans les domaines de l’aviation civile, de la défense et sécurité, et de la santé. Appuyés par 70 ans d’innovations, nous participons à la définition des normes mondiales en formation. Nos solutions innovatrices, qui vont de la formation virtuelle à l’entraînement en vol, rendent le transport aérien plus sécuritaire, gardent nos forces de défense prêtes pour leurs missions et améliorent la sécurité des patients. Nous avons la plus vaste présence mondiale de l’industrie, avec 8 000 employés, 160 emplacements et centres de formation dans plus de 35 pays. Nous assurons chaque année la formation de plus de 120 000 membres d’équipage du secteur civil et du secteur de la défense et de milliers de professionnels de la santé dans le monde.

Mise en garde concernant les contraintes liées au communiqué sommaire des résultats

Ce communiqué sommaire des résultats renferme des renseignements limités qui visent à aider le lecteur à évaluer le rendement de CAE, mais ces renseignements ne devraient pas être utilisés par les lecteurs qui ne connaissent pas CAE et ne devraient en aucun cas remplacer les états financiers, les notes annexes aux états financiers et le rapport de gestion de CAE.

Mise en garde concernant les énoncés prospectifs

Certaines déclarations énoncées dans ce communiqué sont des déclarations de nature prospective. Cela inclut, sans s’y limiter, toute déclaration liée à notre orientation financière pour l’exercice 2017 (y compris les produits des activités ordinaires, les investissements en capital et les marges) et toute autre déclaration qui ne sont pas des faits historiques. Les énoncés prospectifs contiennent normalement des verbes au futur ou au conditionnel comme anticiper, croire, prévoir, s’attendre à et envisager. Toutes ces déclarations sont des déclarations prospectives au sens des dispositions d’exonération des lois canadiennes applicables sur les valeurs mobilières et au sens de la loi américaine Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Les déclarations prospectives, de par leur nature, sont assujetties à des risques et incertitudes inhérents, et sont fondées sur diverses hypothèses, tant générales que spécifiques, qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des attentes formulées dans les énoncés prospectifs et que nos perspectives, objectifs, plans et priorités stratégiques ne soient pas atteints. Ainsi, nous ne pouvons pas garantir que les énoncés prospectifs se concrétiseront et nous vous avisons de ne pas vous fier outre mesure à ces énoncés prospectifs. Les déclarations prospectives contenues dans le présent communiqué représentent nos attentes en date du 10 novembre 2016 et, par conséquent, peuvent changer après cette date. Sauf dans la mesure prévue par les lois canadiennes sur les valeurs mobilières, nous ne nous engageons pas à mettre à jour ou à réviser l’un ou l’autre des énoncés prospectifs, que ce soit à la lumière de nouveaux renseignements, d’événements futurs ou d’autres facteurs.
Sauf indication contraire, ces déclarations ne tiennent pas compte de l’incidence potentielle d’éventuels éléments exceptionnels non récurrents ou autres, ni des cessions, monétisations, fusions, acquisitions, autres regroupements d’entreprises ou autres transactions qui pourraient être annoncés ou survenir après le 10 novembre 2016. Les répercussions financières de ces transactions et de ces éléments exceptionnels peuvent être complexes et dépendent des faits propres à chacun d’eux. Nous ne pouvons donc pas décrire les répercussions prévues de façon significative ou de la même façon que nous présentons les risques connus qui touchent notre entreprise. Les énoncés prospectifs présentés dans ce communiqué visent à aider les investisseurs et d’autres parties à comprendre certains éléments clés de nos résultats financiers prévus pour l’exercice 2017 et à obtenir une meilleure compréhension de notre environnement opérationnel prévu. Les lecteurs sont avisés que ces renseignements peuvent ne pas convenir à d’autres fins. La valeur des investissements en capital prévus qui devraient être effectués par CAE au cours de l’exercice 2017 laisse croire qu’ils le seront conformément à notre plan annuel actuel. Toutefois, nous ne pouvons assurer que de tels niveaux d’investissement seront maintenus de sorte que la valeur des investissements en capital actuels effectués par CAE durant cette période pourrait différer considérablement de nos attentes actuelles.

Importantes hypothèses

Un certain nombre d’hypothèses économiques, opérationnelles, financières et du marché ont été formulées par CAE dans l’élaboration de ses énoncés prospectifs pour l’exercice 2017 qui figurent dans ce communiqué, y compris, mais sans se limiter à certaines hypothèses économiques et du marché comme : croissance économique modeste et taux d’intérêt qui demeurent inchangés au cours de l’exercice 2017; un niveau soutenu de concurrence dans les marchés Civil, Défense et Santé; aucun changement des réglementations qui touchent notre entreprise ayant des conséquences importantes financières, opérationnelles ou concurrentielles; et un marché de la défense relativement stable.

Hypothèses concernant nos activités

Un certain nombre d’hypothèses concernant les activités de CAE ont également été formulées dans l’élaboration de ses énoncés prospectifs pour l’exercice 2017 qui figurent dans ce communiqué, y compris, mais sans se limiter aux facteurs suivants : gains de productivité et d’efficacité en vue de réduire les coûts de fabrication et les temps de cycle de CAE; conservation de la part de marché de CAE dans le secteur de la vente de simulateurs civils en raison de la concurrence au niveau des prix provenant des nouveaux arrivants dans le marché; et niveau d’utilisation plus élevé du réseau de centres de formation civile.

Les hypothèses suivantes, bien qu’elles soient jugées raisonnables par CAE le 10 novembre 2016, peuvent s’avérer inexactes. Ainsi, nos résultats actuels peuvent différer considérablement des attentes établies dans ce communiqué.

Risques importants

Les facteurs de risque importants qui pourraient faire en sorte que nos hypothèses et nos estimations soient inexactes et que les résultats ou événements actuels diffèrent considérablement de ceux exprimés dans nos énoncés prospectifs, y compris notre orientation financière pour l’exercice 2017, sont mentionnés dans le rapport de gestion pour l’exercice clos le 31 mars 2016 déposé par CAE auprès des Autorités canadiennes en valeurs mobilières (disponibles à www.sedar.com) et auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis (disponibles à www.sec.gov). Le rapport de gestion de l’exercice 2016 est également disponible à www.cae.com. L’élaboration de nos énoncés prospectifs, y compris notre capacité à atteindre nos objectifs pour l’exercice 2017, dépend essentiellement du rendement de notre entreprise qui est assujetti à plusieurs risques. Ainsi, les lecteurs sont informés que les risques divulgués pourraient avoir une incidence défavorable importante sur nos énoncés prospectifs. Nous devons souligner le fait que la liste des facteurs de risque n’est pas exhaustive et d’autres facteurs pourraient également avoir des répercussions défavorables sur nos résultats.

Mesures hors PCGR et autres mesures financières

Le présent communiqué comprend des mesures hors PCGR et d’autres mesures financières. Les mesures hors PCGR fournissent une information complémentaire utile et peuvent ne pas avoir une signification normalisée établie conformément aux PCGR. Le lecteur doit se garder de les confondre avec les mesures du rendement établies conformément aux PCGR, de les substituer à celles-ci ou de les comparer aux mesures similaires qu’utilisent d’autres sociétés. La direction croit que la présentation de certaines mesures hors PCGR fournit aux lecteurs une meilleure compréhension de nos résultats et des tendances tout en leur fournissant des renseignements additionnels sur nos résultats financiers et opérationnels.

(1) Le résultat par action avant les éléments particuliers est une mesure hors PCGR qui est obtenue en éliminant l’incidence des coûts de restructuration, d’intégration et d’acquisition et des éléments fiscaux non récurrents du résultat par action dilué des activités poursuivies attribuable aux détenteurs d’instruments de capitaux propres de la Société. L’incidence par action correspond aux coûts de restructuration, d’intégration et d’acquisition après impôt et aux éléments fiscaux non récurrents, divisés par le nombre moyen dilué d’actions. Nous calculons cette mesure parce que nous estimons qu’elle est un meilleur indicateur de notre performance opérationnelle par action et facilite la comparaison d’une période à l’autre.

(2) Le carnet de commandes total est une mesure hors PCGR qui inclut les commandes engagées, le carnet de commandes des coentreprises et les commandes non financées. Les commandes engagées sont les commandes que nous avons reçues, mais que nous n’avons pas encore exécutées. Le carnet de commandes des coentreprises est constitué de commandes engagées qui représentent la valeur prévue de notre quote-part des commandes reçues par nos coentreprises, mais qui n’ont pas encore été exécutées. Les commandes non financées sont des commandes fermes du secteur Défense et sécurité que nous avons reçues, mais que nous n’avons pas encore exécutées et pour lesquelles l’autorisation de financement n’a pas encore été obtenue. Nous tenons compte des options négociées non exercées dont la probabilité d’exercice est, à notre avis, élevée, mais pas des contrats à exécution indéterminée et à quantité indéterminée.

(3) Le résultat net avant les éléments particuliers est une mesure hors PCGR que nous utilisons comme mesure de rechange de nos résultats opérationnels. Il correspond à notre résultat net des activités poursuivies attribuable aux détenteurs d’instruments de capitaux propres de la Société majoré des coûts de restructuration, d’intégration et d’acquisition après impôt et des éléments fiscaux non récurrents. Nous calculons cette mesure parce que nous estimons qu’elle est un meilleur indicateur de notre performance opérationnelle et facilite la comparaison d’une période à l’autre.

(4) Le résultat opérationnel sectoriel total est une mesure hors PCGR qui correspond à la somme de la principale valeur considérée pour mesurer le résultat financier individuel des secteurs opérationnels. Le résultat opérationnel sectoriel donne une indication de la rentabilité individuelle des secteurs puisqu’il exclut l’incidence des éléments qui ne se rapportent pas directement à leur performance. Le résultat opérationnel sectoriel total correspond au résultat opérationnel, abstraction faite de l’incidence des coûts de restructuration, d’intégration et d’acquisition.

(5) Le résultat opérationnel est une mesure hors PCGR qui nous indique quel résultat nous avons obtenu avant la prise en compte des effets de certaines décisions financières, structures fiscales et activités abandonnées. Nous en suivons l’évolution, car nous trouvons qu’il permet de comparer plus facilement nos résultats avec ceux de périodes antérieures et avec ceux d’entreprises et de secteurs d’activité où la structure de capital et la réglementation fiscale sont différentes des nôtres.

(6) Les produits des activités ordinaires ajustés – Civil sont une mesure hors PCGR que nous présentons pour faciliter la comparaison des résultats qui tiennent compte de l’incidence du changement au niveau de la comptabilisation des produits des activités ordinaires découlant de la standardisation de certains types de simulateurs. Nous arrivons à ce calcul en prenant nos produits des activités – Civil et en procédant à un ajustement en fonction de l’incidence de la comptabilisation des produits des activités ordinaires une fois ces simulateurs terminés comparativement aux produits des activités ordinaires qui auraient autrement été comptabilisés selon la méthode de l’avancement des travaux.

(7) Le résultat opérationnel sectoriel ajusté – Civil est une mesure hors PCGR que nous présentons pour faciliter la comparaison des résultats qui tiennent compte de l’incidence du changement au niveau de la comptabilisation des produits des activités ordinaires découlant de la standardisation de certains types de simulateurs. Nous arrivons à ce calcul en prenant notre résultat opérationnel sectoriel – Civil et en procédant à un ajustement en fonction de l’incidence de comptabilisation du résultat opérationnel sectoriel une fois ces simulateurs terminés comparativement au résultat opérationnel sectoriel qui aurait autrement été comptabilisé selon la méthode de l’avancement des travaux.

(8) Le taux d’utilisation est une mesure opérationnelle que nous utilisons pour évaluer la performance de notre réseau de simulateurs pour la formation civile. Il correspond au nombre d’heures de formation vendues sur nos simulateurs pour la période, divisé par la capacité de formation pratique disponible pour cette même période.

(9) Le ratio valeur comptable des commandes/ventes correspond au total des commandes divisé par le total des produits des activités ordinaires de la période.

(10) Le nombre équivalent de simulateurs (NES) est une mesure opérationnelle qui nous indique le nombre moyen de simulateurs de vol qui étaient en état de dégager des résultats au cours de la période.

(11) Les flux de trésorerie disponibles sont une mesure hors PCGR qui nous indique les sommes dont nous disposons pour investir dans les occasions de croissance, rembourser notre dette et nous acquitter de nos obligations courantes. C’est un indicateur de notre santé financière et de notre liquidité. Ils correspondent aux flux de trésorerie nets liés aux activités opérationnelles poursuivies, dont sont soustraits les dépenses d’investissement en immobilisations liées à la maintenance, les autres actifs sans lien avec la croissance et les dividendes versés et auxquels sont ajoutés le produit de la cession d’immobilisations corporelles, les dividendes reçus des participations mises en équivalence et le produit des participations mises en équivalence, déduction faite des paiements.

(12) Les dépenses d’investissement en immobilisations liées à la maintenance sont une mesure hors PCGR que nous utilisons pour calculer les investissements devant être réalisés pour maintenir les niveaux courants d’activité économique. Les dépenses d’investissement en immobilisations liées à la croissance sont une mesure hors PCGR que nous utilisons pour calculer les investissements devant être réalisés pour accroître les niveaux courants d’activité économique.

(13) La dette nette est une mesure hors PCGR qui nous indique à combien se monte notre dette une fois pris en compte les actifs liquides tels que la trésorerie et les équivalents de trésorerie. Elle nous indique quelle est globalement notre situation financière. Elle correspond à la différence entre le montant de la dette à long terme, partie courante comprise, et le montant de la trésorerie et des équivalents de trésorerie.

(14) Le ratio de la dette nette sur le capital total représente la dette nette, divisée par la somme du total des capitaux propres et de la dette nette.

(15) Le rendement du capital utilisé (RCU) est une mesure hors PCGR que nous utilisons pour évaluer la rentabilité de notre capital investi. Nous calculons ce ratio sur une période de quatre trimestres consécutifs en divisant le résultat net attribuable aux détenteurs d’instruments de capitaux propres de la Société, en excluant les charges financières nettes, après impôt, par le montant moyen du capital utilisé.

(16) Le résultat par action avant les éléments particuliers et ajusté en fonction de l’incidence de la standardisation des simulateurs sur la comptabilisation des produits des activités ordinaires est une mesure hors PCGR qui est obtenue en éliminant l’incidence des coûts de restructuration, d’intégration et d’acquisition, des éléments fiscaux non récurrents et de la standardisation de certains types de simulateurs sur le résultat par action dilué des activités poursuivies attribuable aux détenteurs d’instruments de capitaux propres de la Société. L’incidence par action correspond aux coûts de restructuration, d’intégration et d’acquisition après impôt, aux éléments fiscaux non récurrents ainsi qu’à la comptabilisation du résultat net une fois ces simulateurs terminés comparativement au résultat net qui aurait autrement été comptabilisé selon la méthode de l’avancement des travaux, divisés par le nombre moyen dilué d’actions. Nous calculons cette mesure parce que nous estimons qu’elle facilite la comparaison d’une période à l’autre.

Pour un rapprochement détaillé de ces mesures ainsi que d’autres mesures hors PCGR et autres mesures financières surveillées par CAE, veuillez vous reporter au rapport de gestion de CAE déposé auprès des Autorités canadiennes en valeurs mobilières qui est disponible sur notre site Web (www.cae.com) et sur celui de SEDAR (www.sedar.com).

État consolidé de la situation financière

30 septembre 31 mars
(montants en millions de dollars canadiens) 2016 2016
Actif
Trésorerie et équivalents de trésorerie 343,3 $ 485,6 $
Créances clients et autres débiteurs 546,9 500,0
Contrats en cours : actifs 302,5 339,1
Stocks 400,4 278,3
Acomptes 75,1 86,3
Impôt sur le résultat à recouvrer 29,8 34,5
Actifs financiers dérivés 21,0 24,2
Actifs détenus en vue de la vente 1,7 1,6
Total de l’actif courant 1 720,7 $ 1 749,6 $
Immobilisations corporelles 1 550,6 1 473,1
Immobilisations incorporelles 941,0 929,2
Participations mises en équivalence 368,6 345,1
Actifs d’impôt différé 51,3 46,8
Actifs financiers dérivés 20,7 19,8
Autres actifs 459,3 433,1
Total de l’actif 5 112,2 $ 4 996,7 $
Passif et capitaux propres
Dettes fournisseurs et charges à payer 757,0 $ 832,8 $
Provisions 42,0 30,0
Impôt sur le résultat à payer 7,3 11,3
Contrats en cours : passifs 224,4 174,7
Partie courante de la dette à long terme 47,1 119,3
Passifs financiers dérivés 18,9 24,7
Passifs détenus en vue de la vente 0,4 0,1
Total du passif courant 1 097,1 $ 1 192,9 $
Provisions 29,0 10,2
Dette à long terme 1 218,9 1 153,6
Obligations relatives aux redevances 131,6 135,3
Obligations au titre des avantages du personnel 237,3 168,0
Profits différés et autres passifs non courants 237,8 172,7
Passifs d’impôt différé 202,7 213,1
Passifs financiers dérivés 6,3 10,6
Total du passif 3 160,7 $ 3 056,4 $
Capitaux propres
Capital-actions 612,2 $ 601,7 $
Surplus d’apport 19,0 18,3
Cumul des autres éléments du résultat global 214,6 220,7
Résultats non distribués 1 049,4 1 048,0
Capitaux propres attribuables aux détenteurs d’instruments de capitaux propres de la Société 1 895,2 $ 1 888,7 $
Participations ne donnant pas le contrôle 56,3 51,6
Total des capitaux propres 1 951,5 $ 1 940,3 $
Total du passif et des capitaux propres 5 112,2 $ 4 996,7 $

État consolidé du résultat net

Trimestres clos les Semestres clos les
30 septembre 30 septembre
(montants en millions de dollars canadiens, sauf les montants par action) 2016 2015 2016 2015
Activités poursuivies
Produits des activités ordinaires 635,5 $ 616,8 $ 1 287,1 $ 1 173,8 $
Coût des ventes 448,6 457,6 910,2 857,0
Marge brute 186,9 $ 159,2 $ 376,9 $ 316,8 $
Frais de recherche et de développement 25,9 20,3 50,9 41,1
Frais de vente, généraux et d’administration 84,3 69,3 164,9 141,1
Autres pertes (profits) – montant net 3,7 (2,0 ) 6,4 (6,7 )
Quote-part après impôt du résultat net des participations mises en équivalence (12,8 ) (8,4 ) (23,2 ) (19,9 )
Coûts de restructuration, d’intégration et d’acquisition 9,6 2,4 12,7 10,1
Résultat opérationnel 76,2 $ 77,6 $ 165,2 $ 151,1 $
Produits financiers (2,8 ) (2,3 ) (5,1 ) (4,3 )
Charges financières 20,7 21,4 42,7 42,1
Charges financières – montant net 17,9 $ 19,1 $ 37,6 $ 37,8 $
Résultat avant impôt sur le résultat 58,3 $ 58,5 $ 127,6 $ 113,3 $
Charge (recouvrement) d’impôt sur le résultat 9,5 (17,2 ) 9,4 (7,4 )
Résultat des activités poursuivies 48,8 $ 75,7 $ 118,2 $ 120,7 $
Activités abandonnées
Résultat des activités abandonnées 0,1 (6,5 ) (7,0 )
Résultat net 48,9 $ 69,2 $ 118,2 $ 113,7 $
Attribuable aux :
Détenteurs d’instruments de capitaux propres de la Société 48,4 $ 68,8 $ 117,0 $ 113,2 $
Participations ne donnant pas le contrôle 0,5 0,4 1,2 0,5
48,9 $ 69,2 $ 118,2 $ 113,7 $
Résultat par action des activités poursuivies et abandonnées attribuable aux détenteurs d’instruments de capitaux propres de la Société
De base et dilué – activités poursuivies 0,18 $ 0,28 $ 0,43 $ 0,45 $
De base et dilué – activités abandonnées (0,02 ) (0,03 )
0,18 $ 0,26 $ 0,43 $ 0,42 $

État consolidé du résultat global

Trimestres clos les Semestres clos les
30 septembre 30 septembre
(montants en millions de dollars canadiens) 2016 2015 2016 2015
Résultat net 48,9 $ 69,2 $ 118,2 $ 113,7 $
Éléments pouvant être reclassés en résultat net
Différences de conversion
Différence de conversion nette liée aux états financiers des établissements à l’étranger 25,0 $ 128,1 $ (7,8 ) $ 126,9 $
Montant net des pertes sur certaines dettes à long terme libellées en monnaies étrangères et désignées à titre de couvertures d’investissements nets dans des établissements à l’étranger

(4,2

)

(39,4

)

(5,5

)

(30,7

)
Reclassements au résultat net ou à l’actif non financier désigné (0,2 ) (12,1 ) (1,3 ) (16,1 )
Impôt sur le résultat (0,1 ) (4,8 ) 2,5 (4,2 )
20,5 $ 71,8 $ (12,1 ) $ 75,9 $
Variation nette des couvertures de flux de trésorerie
Partie efficace des variations de la juste valeur des couvertures de flux de trésorerie (4,4 ) $ (38,1 ) $ 1,8 $ (36,8 ) $
Reclassements au résultat net 5,8 17,0 8,3 22,3
Impôt sur le résultat (0,4 ) 5,8 (2,7 ) 4,0
1,0 $ (15,3 ) $ 7,4 $ (10,5 ) $
Variation nette des instruments financiers disponibles à la vente
Variation nette de la juste valeur de l’actif financier disponible à la vente $ $ (0,1 ) $ 0,1 $
$ $ (0,1 ) $ 0,1 $
Quote-part des autres éléments du résultat global liés aux participations mises en équivalence
Quote-part des autres éléments du résultat global liés aux participations mises en équivalence 3,7 $ 15,2 $ (1,7 ) $ 9,9 $
3,7 $ 15,2 $ (1,7 ) $ 9,9 $
Éléments ne pouvant jamais être reclassés en résultat net
Réévaluations des régimes à prestations définies
Réévaluations des régimes à prestations définies (2,1 ) $ (13,4 ) $ (62,5 ) $ 25,5 $
Impôt sur le résultat 0,6 3,5 16,8 (7,1 )
(1,5 ) $ (9,9 ) $ (45,7 ) $ 18,4 $
Autres éléments du résultat global 23,7 $ 61,8 $ (52,2 ) $ 93,8 $
Total du résultat global 72,6 $ 131,0 $ 66,0 $ 207,5 $
Attribuable aux :
Détenteurs d’instruments de capitaux propres de la Société 71,9 $ 125,3 $ 65,2 $ 201,4 $
Participations ne donnant pas le contrôle 0,7 5,7 0,8 6,1
72,6 $ 131,0 $ 66,0 $ 207,5 $
Total du résultat global attribuable aux détenteurs d’instruments
de capitaux propres de la Société :
Activités poursuivies 71,8 $ 137,9 $ 65,2 $ 213,0 $
Activités abandonnées 0,1 (12,6 ) (11,6 )
71,9 $ 125,3 $ 65,2 $ 201,4 $

État consolidé des variations des capitaux propres

Attribuable aux détenteurs d’instruments de capitaux propres de la Société
Actions ordinaires
Semestre clos le 30 septembre 2016(montants en millions de dollars canadiens,sauf les nombres d’actions) Nombre
d’actions
Valeur
attribuée
Surplus
d’apport
Cumul
des
autres
éléments
du
résultat
global
Résultats
non
distribués
Total Participations
ne donnant
pas le contrôle
Total
des
capitaux

propres
Soldes à l’ouverture de la période 269 634 816 601,7 $ 18,3 $ 220,7 $ 1 048,0 $ 1 888,7 $ 51,6 $ 1 940,3 $
Résultat net $ $ $ 117,0 $ 117,0 $ 1,2 $ 118,2 $
Autres éléments du résultat global :
Différences de conversion (11,7 ) (11,7 ) (0,4 ) (12,1 )
Variation nette des couvertures de flux de trésorerie 7,4 7,4 7,4
Variation nette des instruments financiers disponibles à la vente (0,1 ) (0,1 ) (0,1 )
Quote-part des autres éléments du résultat global liés aux participations mises en équivalence (1,7 ) (1,7 ) (1,7 )
Réévaluations des régimes à prestations définies (45,7 ) (45,7 ) (45,7 )
Total du résultat global $ $ (6,1 ) $ 71,3 $ 65,2 $ 0,8 $ 66,0 $
Options sur actions exercées 860 460 10,5 10,5 10,5
Achat facultatif au comptant 1 637
Actions ordinaires rachetées et annulées (2 024 400 ) (4,6 ) (28,2 ) (32,8 ) (32,8 )
Transfert sur exercice d’options sur actions 2,2 (2,2 )
Paiements fondés sur des actions 2,9 2,9 2,9
Accroissement des participations ne donnant pas le contrôle 3,9 3,9
Dividendes en actions 138 084 2,4 (2,4 )
Dividendes en trésorerie (39,3 ) (39,3 ) (39,3 )
Soldes à la clôture de la période 268 610 597 612,2 $ 19,0 $ 214,6 $ 1 049,4 $ 1 895,2 $ 56,3 $ 1 951,5 $
Attribuable aux détenteurs d’instruments de capitaux propres de la Société
Actions ordinaires
Semestre clos le 30 septembre 2015 (montants en millions de dollars canadiens,
sauf les nombres d’actions)
Nombre
d’actions
Valeur
attribuée
Surplus
d’apport
Cumul
des
autres
éléments
du
résultat
global
Résultats
non
distribués
Total Participations
ne donnant
pas le
contrôle
Total
des
capitaux
propres
Soldes à l’ouverture de la période 266 903 070 559,0 $ 19,1 $ 177,3 $ 879,8 $ 1 635,2 $ 51,2 $ 1 686,4 $
Résultat net $ $ $ 113,2 $ 113,2 $ 0,5 $ 113,7 $
Autres éléments du résultat global :
Différences de conversion 70,3 70,3 5,6 75,9
Variation nette des couvertures de flux de trésorerie (10,5 ) (10,5 ) (10,5 )
Variation nette des instruments financiers disponibles à la vente 0,1 0,1 0,1
Quote-part des autres éléments du résultat global liés aux participations mises en équivalence 9,9 9,9 9,9
Réévaluations des régimes à prestations définies 18,4 18,4 18,4
Total du résultat global $ $ 69,8 $ 131,6 $ 201,4 $ 6,1 $ 207,5 $
Options sur actions exercées 1 340 630 12,4 12,4 12,4
Achat facultatif au comptant 1 983
Transfert sur exercice d’options sur actions 3,7 (3,7 )
Paiements fondés sur des actions 2,2 2,2 2,2
Dividendes en actions 1 006 993 14,5 (14,5 )
Dividendes en trésorerie (25,0 ) (25,0 ) (25,0 )
Soldes à la clôture de la période 269 252 676 589,6 $ 17,6 $ 247,1 $ 971,9 $ 1 826,2 $ 57,3 $ 1 883,5 $

Le solde des résultats non distribués et du cumul des autres éléments du résultat global au 30 septembre 2016 s’est élevé à 1 264,0 millions $ (1 219,0 millions $ en 2015).

Tableau consolidé des flux de trésorerie

Semestres clos les 30 septembre
(montants en millions de dollars canadiens) 2016 2015
Activités opérationnelles
Résultat des activités poursuivies 118,2 $ 120,7 $
Ajustements pour :
Dotation aux amortissements des immobilisations corporelles 62,3 58,5
Dotation aux amortissements des immobilisations incorporelles et d’autres actifs 42,9 45,0
Quote-part après impôt du résultat net des participations mises en équivalence (23,2 ) (19,9 )
Impôt sur le résultat différé 0,2 6,4
Crédits d’impôt à l’investissement (9,7 ) (35,3 )
Rémunération fondée sur des actions 3,3 2,0
Régimes de retraite à prestations définies 6,7 6,9
Dotation aux amortissements des autres passifs non courants (36,3 ) (20,2 )
Autres 29,5 (23,7 )
Variation du fonds de roulement hors trésorerie (83,2 ) (60,5 )
Flux de trésorerie nets liés aux activités opérationnelles 110,7 $ 79,9 $
Activités d’investissement
Regroupements d’entreprises, déduction faite de la trésorerie et des équivalents de trésorerie acquis (10,9 ) $ 13,6 $
Produit de la disposition des activités abandonnées 29,2
Dépenses d’investissement en immobilisations corporelles (113,5 ) (48,8 )
Produit de la cession d’immobilisations corporelles 2,3 1,5
Frais de développement inscrits à l’actif (14,9 ) (15,4 )
Système de gestion intégré (ERP) et autres logiciels (5,0 ) (6,1 )
(Paiements nets versés aux) produit net tiré des participations mises en équivalence (8,8 ) 0,3
Dividendes reçus des participations mises en équivalence 2,8 14,4
Autres 4,5 (3,1 )
Flux de trésorerie nets liés aux activités d’investissement (143,5 ) $ (14,4 ) $
Activités de financement
Produit tiré des prélèvements aux termes des facilités de crédit non garanties renouvelables 343,5 $ 299,4 $
Remboursement sur l’encours des facilités de crédit non garanties renouvelables (308,5 ) (314,0 )
Produit tiré de la dette à long terme 14,8 14,6
Remboursement sur la dette à long terme (87,0 ) (13,5 )
Remboursement sur des contrats de location-financement (9,3 ) (7,0 )
Dividendes versés (39,3 ) (25,0 )
Émission d’actions ordinaires 10,5 12,4
Rachat d’actions ordinaires (32,8 )
Flux de trésorerie nets liés aux activités de financement (108,1 ) $ (33,1 ) $
Incidence des fluctuations des taux de change sur la trésorerie et les équivalents de trésorerie (1,4 ) $ 14,4 $
(Diminution) augmentation nette de la trésorerie et des équivalents de trésorerie (142,3 ) $ 46,8 $
Trésorerie et équivalents de trésorerie à l’ouverture de la période 485,6 330,2
Trésorerie et équivalents de trésorerie à la clôture de la période 343,3 $ 377,0 $
Information supplémentaire :
Dividendes reçus 2,8 $ 14,4 $
Intérêts payés 34,8 25,9
Intérêts reçus 4,2 3,8
Impôt sur le résultat payé 16,8 9,6
Personnes-ressources :
Relations avec les investisseurs :
Andrew Arnovitz, vice-président, Stratégie et Relations
avec les investisseurs
1-514-734-5760
andrew.arnovitz@cae.com

Médias :
Hélène V. Gagnon, vice-présidente,
Affaires publiques et Communications mondiales
1-514-340-5536
helene.v.gagnon@cae.com

AVIS AUX MÉDIAS: Célébrez la prochaine génération d’artistes canadiens à la 14e exposition annuelle 1res Oeuvres! de BMO

MONTRÉAL, QUEBEC–(Marketwired – 10 nov. 2016) – BMO Groupe financier vous invite au 14e vernissage de l’exposition 1res Œuvres! de BMO le mercredi 16 novembre.

Les 13 œuvres primées du concours annuel 1res Œuvres!, un concours invitation destiné aux étudiants en arts visuels, seront exposées à la Justina M. Barnicke Gallery de l’Université de Toronto. Joignez-vous à BMO pour célébrer le travail extraordinaire de ces artistes étudiants finissants d’institutions postsecondaires de partout au Canada.

Quoi? Vernissage de l’exposition 1res Œuvres! de BMO

Qui? Lauréats du concours annuel 1res Œuvres! 2016, un concours invitation destiné aux étudiants en arts visuels

Quand? Le mercredi 16 novembre 2016, de 19 h à 21 h, heure de l’Est

(l’exposition s’ouvre au public du 17 novembre au 17 décembre 2016)

Où? Justina M. Barnicke Gallery

7, Hart House Circle, Université de Toronto

Les médias présents pourront photographier et interviewer les artistes et les membres du comité de sélection du concours.

Pour voir les œuvres gagnantes sur le site Internet de BMO Groupe financier, rendez-vous à l’adresse suivante : http://1resOeuvres.bmo.com.

À propos de BMO Groupe financier

Fondé en 1817, BMO Groupe financier est un fournisseur de services financiers hautement diversifiés établi en Amérique du Nord. Fort d’un actif total de 692 milliards de dollars au 31 juillet 2016 et d’un effectif de plus de 45 000 employés, BMO offre à plus de 12 millions de clients une vaste gamme de produits et de services dans les domaines des services bancaires de détail, de la gestion de patrimoine et des services de banque d’affaires, par l’intermédiaire de trois groupes d’exploitation : les Services bancaires Particuliers et entreprises, la Gestion de patrimoine et BMO Marchés des capitaux.

Les représentants des médias sont priés de confirmer leur présence auprès de :

1res Œuvres! de BMO

Daniel French, Touchwood PR, Daniel@touchwoodpr.com, 416-593-0777, poste 205.

Valérie Doucet
514-877-8224
valerie.doucet@bmo.com

Le programme des Employeurs de choix Aon — Petites et moyennes organisations au Canada 2017 récompense 40 leaders pour l’excellence dans leur milieu de travail

TORONTO, ON–(Marketwired – 10 novembre 2016) – Aon Hewitt, l’organisation de solutions en gestion des talents, de la retraite et de la santé d’Aon plc (NYSE: AON), a publié aujourd’hui les résultats de son programme des Employeurs de choix Aon au Canada 2017, qui conclut que 40 petites et moyennes organisations donnent l’exemple sur le plan de la mobilisation des employés, de la mise en pratique d’un leadership efficace, de la création d’une culture de performance et de l’optimisation de leur marque employeur. Les résultats sont fondés sur les opinions émises par près de 680 000 employés dans environ 200 organisations canadiennes.

Les organisations faisant partie cette année de la liste des Employeurs de choix Aon — Petites et moyennes organisations au Canada se distinguent non seulement parce qu’elles ont été nommées Employeurs de choix — la principale référence au Canada pour évaluer la qualité et le rendement des employeurs quant à l’excellence du milieu de travail — mais également parce qu’elles ont obtenu des résultats exceptionnels par rapport à leurs homologues canadiens.

“ Les propriétaires des petites et moyennes organisations comprennent le lien entre la mobilisation des employés et le succès dans les affaires ”, a déclaré Todd Mathers, associé, Talent, rémunération et rendement chez Aon Hewitt. “ Les employés mobilisés veulent demeurer au sein de l’organisation afin de participer à son succès. Ils connaissent la direction prise par celle-ci, ils ont confiance en leurs leaders et leurs principaux besoins sont comblés. Ils effectuent un travail qui leur convient et sont appréciés pour ce qu’ils font. ”

En moyenne, moins des deux tiers des employés canadiens sont mobilisés et sont déterminés à rester en poste et à contribuer au succès de leur employeur, mais le niveau de mobilisation moyen est de plus de 86 % pour les petites et moyennes organisations de niveau platine et de 78 % pour les petites et moyennes organisations de niveau or. Alors que les plus petites organisations mettent souvent davantage l’accent sur leur croissance et la fidélisation de la clientèle, le rendement et la productivité des employés figurent parmi les quelques moyens d’améliorer la réussite organisationnelle, en servant de différenciateur concurrentiel et en assurant la viabilité de l’organisation à plus long terme.

L’Autorité canadienne pour les enregistrements Internet, ou ACEI, figure sur la liste des Employeurs de choix Aon — Petites et moyennes organisations au Canada depuis trois ans. Établie à Ottawa, l’ACEI gère le registre de noms de domaine .CA au nom de tous les Canadiens. “ L’ACEI œuvre dans un secteur axé sur le savoir et notre réussite repose sur notre capacité d’attirer et de retenir des employés aptes à relever les défis de notre travail ”, a affirmé Byron Holland, président-directeur général de l’Autorité canadienne pour les enregistrements Internet. “ Nous avons bâti une organisation qui a réussi à recruter certains des meilleurs cerveaux en technologie au Canada et nous veillons à ce que nos employés aient la liberté et les ressources nécessaires pour donner le meilleur d’eux-mêmes. Nous ne réussirons pas à bâtir un meilleur Internet sans avoir tout d’abord formé la meilleure équipe possible. ”

Risque. Réassurance. Ressources humaines.

Nos recherches ont montré que les employés des Employeurs de choix Aon sont beaucoup plus portés à croire que leurs leaders sont ouverts et honnêtes dans leurs communications (79 %, comparativement à la moyenne canadienne de 64 %) et qu’ils agissent en accord avec les valeurs de l’organisation (82 %, comparativement à 67 %). Le programme Employeurs de choix Aon met l’accent sur le développement de leaders qui peuvent mobiliser des équipes, crée des occasions de croissance pour les leaders et, plus important encore, a une vision claire des comportements recherchés chez les leaders.

Lauréate de niveau or pour la première fois, Sentry Investissements est une organisation familiale de services financiers indépendante. “ Nous sommes enchantés d’avoir été reconnus comme “employeur de choix” au Canada. Nous allons fièrement célébrer cet accomplissement avec nos employés parce qu’ils ont joué un rôle essentiel pour bâtir notre organisation et créer une culture de l’excellence chez Sentry ”, a souligné Sean Driscoll, chef de la direction, Sentry Investissements. “ Nous avons certains des meilleurs employés dans le domaine des placements. Il est très gratifiant de savoir qu’ils sont mobilisés et qu’ils apprécient nos efforts pour créer un environnement de travail positif et enrichissant dans lequel nous pouvons croître et réussir ensemble. ”

Employeurs de choix Aon — Petites et moyennes organisations au Canada 2017

Lauréats de niveau platine  
Addenda Capital Inc. Jayman BUILT Group of Companies
Assomption Vie Medgate Inc.
BlueShore Financial Mitsubishi
Autorité canadienne pour les enregistrements Internet National Leasing
CBCI Telecom Canada Inc. NorWest Co-op Community Health
College of Physicians & Surgeons of Alberta Nulogy
DevFacto Technologies OPTIMUS – SBR Inc.
DLGL ltée RLB LLP
Financière des professionnels Ryan
GEF Seniors Housing Solutions 2 GO Inc.
Grantek Solvera Solutions
Habanero Consulting Group The Berkeley Retirement Residences
Innovation Place Trisura
ISL Engineering and Land Services Vigilant
Lauréats de niveau or  
Boa-Franc s.e.n.c. Intelex Technologies Inc.
Bosa Properties Kindred Credit Union
Cimpl Inc. Le Groupe financier LGM
Cornerstone Credit Union Sentry Investissements
Banque HomEquity Teshmont Consultants LP
Idea Exchange La Souveraine, Compagnie d’assurance générale

Pour obtenir la liste des lauréats du programme Employeurs de choix Aon au Canada (organisations comptant plus de 400 employés), lisez le communiqué de presse. Les listes des Employeurs de choix Aon et des Employeurs de choix Aon — Petites et moyennes organisations sont également publiées dans le numéro de décembre du magazine Canadian Business et dans PROFITguide.com, et paraîtront dans l’édition du 7 décembre prochain de La Presse.

À propos du programme des Employeurs de choix Aon au Canada
La méthodologie de l’étude des Employeurs de choix Aon au Canada s’inspire des résultats obtenus et des meilleures pratiques définies au cours des 20 dernières années dans le cadre du programme Employeurs de choix Aon et des études sur la mobilisation des employés effectuées dans le monde entier. Elle s’appuie sur des données recueillies dans plus de 150 marchés, auprès de plus de 5 000 organisations œuvrant dans 68 secteurs d’activité et comptant plus de 735 000 employés, y compris plus de 600 organisations canadiennes de toute taille. En appliquant les normes rigoureuses développées dans le cadre du programme mondial Employeurs de choix Aon, le sondage de chaque participant évalue la mobilisation, le leadership, la culture de performance et la marque employeur par rapport à la base de données canadienne d’Aon Hewitt et aux opinions des employés canadiens. Les organisations qui se classent dans les 25 % supérieurs de la base de données canadienne obtiennent le niveau platine, alors que celles qui se classent dans le premier tiers obtiennent le niveau or.

À propos d’Aon
Aon plc (NYSE: AON) est le principal fournisseur mondial de services de gestion des risques, de courtage d’assurance et de réassurance, de consultation et d’impartition en capital humain. Par l’entremise de plus de 72 000 employés dans le monde, Aon s’unit pour aider ses clients dans plus de 120 pays à atteindre les résultats escomptés au moyen de solutions innovatrices et efficaces visant la gestion des risques et des effectifs. Pour en apprendre davantage sur nos capacités et découvrir comment nous générons des résultats pour les clients, visitez le site : http://aon.mediaroom.com/ (en anglais).

Suivez Aon Hewitt sur Twitter : @AonHewittCA

Pour obtenir de l’information au sujet d’Aon plc et pour vous inscrire aux avis d’actualités, visitez le site : aon.mediaroom.com

Relations avec les médias :
Rosa Damonte
rosa.damonte@aonhewitt.com
(1 416 402-2177)

ou
Alexandre Daudelin
alexandre.daudelin@aonhewitt.com
(1 514 467-9330)

Les Employeurs de choix au Canada se démarquent par la mobilisation de leurs employés et obtiennent des résultats supérieurs pour les indicateurs clés de l’excellence du milieu de travail

TORONTO, ON–(Marketwired – 10 novembre 2016) – Aon Hewitt, l’organisation de solutions en gestion des talents, de la retraite et de la santé d’Aon plc (NYSE: AON), a dévoilé aujourd’hui les résultats de son programme des Employeurs de choix Aon au Canada 2017, qui conclut que 79 organisations, dont 39 grandes organisations comptant plus de 400 employés, se démarquent sur le plan de la mobilisation des employés, de la mise en pratique d’un leadership efficace, de la création d’une culture de performance et de l’optimisation de leur marque employeur. Ces résultats sont fondés sur les opinions émises par près de 680 000 employés dans environ 200 organisations canadiennes.

À l’échelle mondiale, les employés ont mieux classé les Employeurs de choix Aon au Canada que la moyenne mondiale en matière de collaboration (77 % par rapport à 66 %), de responsabilisation (78 % par rapport à 68 %), de soutien d’idées nouvelles (66 % par rapport à 55 %), de formation continue (68 % par rapport à 57 %) et de développement de carrière (65 % par rapport à 54 %).

Les organisations faisant partie de la liste cette année se sont démarquées non seulement parce qu’elles ont été nommées Employeurs de choix Aon au Canada — la principale référence au pays pour évaluer la qualité et le rendement des employeurs quant à l’excellence du milieu de travail — mais également parce qu’elles ont obtenu des résultats exceptionnels par rapport à leurs homologues canadiens.

” Il est évident que le fait d’être reconnu comme Employeur de choix Aon est un indicateur important de la réussite organisationnelle et de la qualité des résultats d’affaires “, a déclaré Neil Crawford, associé et Leader de la pratique Talent au Canada pour Aon Hewitt. ” Selon nos recherches à l’échelle mondiale, les Employeurs de choix Aon connaissent des bénéfices d’exploitation et une croissance des ventes supérieurs à la moyenne. De plus, ils enregistrent un taux de roulement du personnel inférieur d’un tiers et plus de promotions internes que leurs homologues. À un niveau plus granulaire, il est facile d’en comprendre la cause : des employés très mobilisés entretiennent des relations productives avec les clients de manière plus efficace et plus efficiente, et créent une culture de travail positive que toutes les parties prenantes — aussi bien les autres employés que les clients et les fournisseurs — peuvent ressentir et apprécier. “

Parmi les Employeurs de choix Aon au Canada niveau platine, 80 % des employés en moyenne sont mobilisés, parlent de façon positive de leur employeur, sont déterminés à rester en poste et sont prêts à se dépasser pour contribuer au succès de l’organisation. Seulement sept pour cent des employés se décrivent comme démobilisés, par rapport à la moyenne canadienne de 15 %. Une mobilisation élevée — et ce qui est tout aussi important, un taux très faible d’employés démobilisés, — est essentielle, puisque des employés démobilisés sont près de deux fois plus enclins à quitter une organisation que leurs collègues mobilisés.

Le programme Employeurs de choix Aon au Canada, qui en est à sa 18année d’existence, a reconnu plusieurs organisations qui se fixent depuis longtemps des objectifs élevés en matière d’excellence en milieu de travail. D’ailleurs, les lauréats de cette année comprennent 44 organisations qui figurent sur la liste des Employeurs de choix Aon depuis plus de cinq ans — dont 13 qui obtiennent cet honneur depuis plus de dix ans.

L’accent sur le développement professionnel et le bien-être personnel de ses employés a permis aux Hôtels Marriott du Canada de figurer sur la liste des Employeurs de choix Aon au Canada pendant de nombreuses années. ” Nous sommes honorés de faire partie des Employeurs de choix Aon 2017 au Canada pour la 12année consécutive “, a déclaré Don Cleary, président des Hôtels Marriott du Canada. ” Nos employés sont vraiment notre actif le plus important et le plus précieux, et nous sommes déterminés à favoriser leur développement professionnel et leur bien-être personnel. Nous nous efforçons de respecter le principe établi par notre fondateur, J. Willard Marriott, de toujours prendre soin de nos employés, qui à leur tour prendront toujours soin de nos clients. Cette reconnaissance démontre que Marriott a toujours cet engagement à cœur. Je suis très fier de notre organisation et de notre équipe d’employés au Canada. ” Sa société mère, Marriott International Inc., est également le seul employeur à détenir le titre d’Employeur de choix Aon mondial.

Notre programme révèle également que les Employeurs de choix Aon qui connaissent une forte croissance sont plus susceptibles que la moyenne (+16 %) de se concentrer sur l’efficacité de l’organisation et des RH et sont deux fois plus enclins (56 %) à se concentrer sur la culture organisationnelle que les organisations à croissance moyenne (28 %). Les Employeurs de choix sont également davantage axés sur leurs clients et comprennent bien leurs besoins — et la façon dont l’organisation peut y répondre. Les Employeurs de choix Aon écoutent leurs clients et ont des conversations plus pertinentes avec eux, ce qui entraîne un taux de satisfaction de la clientèle supérieur à la moyenne.

Le Groupe Co-operators, une coopérative d’assurance nationale, fait partie des Employeurs de choix Aon depuis 14 ans. ” La forte mobilisation de nos effectifs est extrêmement importante pour nous. Nous constatons que des employés très motivés, passionnés et prêts à se surpasser pour nous aider à atteindre nos objectifs accomplissent un travail de qualité supérieure “, a déclaré Kathy Bardswick, présidente et chef de la direction du Groupe Co-operators. ” En tant que coopérative, nous avons une culture particulière, fondée sur nos valeurs coopératives, ce qui se reflète dans notre engagement envers l’apprentissage et le développement, notre esprit de collaboration et notre soutien aux communautés canadiennes. Les sondages confidentiels auprès des employés nous fournissent chaque année de l’information très pertinente qui nous permet d’identifier nos forces et de déterminer les aspects que nous pouvons améliorer en tant qu’employeur. “

Les Employeurs de choix Aon au Canada 2017
La liste des lauréats du programme Employeurs de choix Aon au Canada est publiée dans le numéro de décembre du magazine Canadian Business, dans PROFITguide.com, et paraîtra dans l’édition de La Presse du 7 décembre prochain.

Lauréats de niveau platine  
   
Groupe Aecon Inc. Financement agricole Canada
Allstate du Canada, compagnie d’assurance Federal Express Canada Ltée
ATB Financial Intact Corporation financière
Bennett Jones LLP Keg Restaurants ltée
Birchwood Automotive Group Libro Credit Union
CAPREIT Voyages Maritime
CIMA+ Partenaire de génie *Les hôtels Marriott du Canada (*Employeur de choix Aon mondial)
Cintas Canada Limitée MNP S.E.N.C.R., s.r.l.
Clark Builders Mouvement Desjardins
Cossette Communication Inc. OpenRoad Auto Group ltée
Davis Automotive Group ltée PCL Constructors inc.
Groupe Dilawri Sécurité Polygon Inc. (Viking, Fireflex, SCS)
Edward Jones SAP Canada Inc.
EllisDon Corporation Stikeman Elliott S.E.N.C.R.L., s.r.l.
Banque Équitable Groupe Co-operators limitée
 
Lauréats de niveau or  
Banque Nationale LoyaltyOne
BBA inc. Purdys Chocolatier
Brookfield Residential Properties inc. Skyline Group of Companies
Colliers International Groupe Banque TD
Gowling WLG (Canada) S.E.N.C.R.L., s.r.l.  

Pour obtenir la liste des lauréats au programme Employeurs de choix Aon — petites et moyennes organisations au Canada 2017, téléchargez le communiqué de presse.

À propos du programme des Employeurs de choix Aon au Canada
La méthodologie de l’étude des Employeurs de choix Aon au Canada s’inspire des résultats obtenus et des meilleures pratiques définies au cours des 20 dernières années dans le cadre du programme Employeurs de choix Aon et des études sur la mobilisation des employés effectuées dans le monde entier. Elle s’appuie sur des données recueillies dans plus de 150 marchés, auprès de plus de 5 000 organisations œuvrant dans 68 secteurs d’activité et comptant plus de 735 000 employés, y compris plus de 600 organisations canadiennes de toute taille. En appliquant les normes rigoureuses développées dans le cadre du programme mondial Employeurs de choix Aon, le sondage de chaque participant évalue la mobilisation, le leadership, la culture de performance et la marque employeur par rapport à la base de données canadienne d’Aon Hewitt et aux opinions des employés canadiens. Les organisations qui se classent dans les 25 % supérieurs de la base de données canadienne obtiennent le niveau platine, alors que celles qui se classent dans le premier tiers obtiennent le niveau or.

À propos d’Aon
Aon plc
(NYSE: AON) est le principal fournisseur mondial de services de gestion des risques, de courtage d’assurance et de réassurance, de consultation et d’impartition en capital humain. Par l’entremise de plus de 72 000 employés dans le monde, Aon s’unit pour aider ses clients dans plus de 120 pays à atteindre les résultats escomptés au moyen de solutions innovatrices et efficaces visant la gestion des risques et des effectifs. Pour en apprendre davantage sur nos capacités et découvrir comment nous générons des résultats pour les clients, visitez le site : http://aon.mediaroom.com/ (en anglais).

Suivez Aon Hewitt sur Twitter : @AonHewittCA
Pour obtenir de l’information au sujet d’Aon plc et pour vous inscrire aux avis d’actualités, visitez le site : aon.mediaroom.com

Pièce jointe disponible: http://www.marketwire.com/library/MwGo/2016/11/10/11G121508/2017AonBestEmployersinCanada_Infographic_Fr-eaeafe2ec178b82d830e10edc4bbf383.pdf

Relations avec les médias
Rosa Damonte
rosa.damonte@aonhewitt.com
(1 416 402-2177)

ou

Alexandre Daudelin
alexandre.daudelin@aonhewitt.com
(1 514 467-9330)

Le niveau de la dette canadienne a augmenté au T3 et devrait continuer à s’élever

TORONTO, ON–(Marketwired – 10 novembre 2016) – Le solde des dettes non hypothécaires a atteint 21 686 $ à la fin du troisième trimestre de 2016, selon le dernier Rapport sur les données du secteur de TransUnion (NYSE: TRU). La société anticipe que cette augmentation continuera à se produire au cours des deux prochaines années.

Les consommateurs canadiens ont vu leur niveau d’endettement moyen non hypothécaire augmenter de 2,3 % entre le T3 2015 ($ 21 195) et le T3 2016 (21 686 $). Les provinces de l’Ontario (+ 2,6 %) et du Québec (+ 3,6 %) ont vu la plus forte augmentation annuelle de leur dette. TransUnion prévoit une légère augmentation des niveaux de dette non hypothécaires à 21 747 $ avant la fin de 2017; avec une amélioration des perspectives économiques, ce chiffre pourrait atteindre 22 000 $ à la fin 2018.

” Les Canadiens ont continué à augmenter leur endettement au troisième trimestre, avec des soldes en augmentation pour la plupart des types de prêt, a déclaré Jason Wang, directeur des recherches et des analyses au Canada pour de TransUnion. Les perspectives gouvernementales récentes prédisant une conjoncture économique faible peuvent avoir conduit certains consommateurs à croire que les faibles taux d’intérêt seront encore longtemps en place, ce qui pourrait résulter en des niveaux d’endettement encore plus élevés en raison des faibles coûts d’emprunt attendus. À la vue des dernières données recueillies, il nous paraît particulièrement important que les bailleurs de fonds continuent à surveiller et à tester la sensibilité de leurs portefeuilles pour s’assurer de pouvoir maintenir un rendement stable le jour où les taux d’intérêt finiront par remonter. “

L’évaluation des facteurs de stress est essentielle, car une étude récente de TransUnion a révélé que 700 000 Canadiens ne seront peut-être pas capables de faire face à une hausse supplémentaire d’¼ de point des taux d’intérêt. Jusqu’à un million de consommateurs pourraient être affectés par une hausse des taux d’un pour cent.

 
Performances régionale de crédit au troisième trimestre 2016
                 
Géographie   Niveau d’endettement moyen non hypothécaire par consommateur   Niveau d’endettement annuel par consommateur Variation   Taux de défaut de paiement (DP) supérieur à 90 jours   Changement annuel du taux de DP
Canada   21 686 $   2,31 %   2,70 %   3,04 %
Alberta   27 663 $   0,46 %   3,13 %   13,39 %
Colombie-Britannique   23 363 $   1,25 %   2,59 %   – 0,41 %
Ontario   21 620 $   2,64 %   2,73 %   -1,18 %
Québec   17 969 $   3,57 %   2,12 %   4,94 %
Saskatchewan   24 217 $   1,92 %   3,46 %   11,92 %
                 

Alors que les niveaux d’endettement ont augmenté, les taux de délinquance graves (90 jours ou plus en souffrance) n’ont que légèrement augmenté, passant de 2,62 % au 3e trimestre 2015 à 2,70 % au 3e trimestre 2016. Le taux de délinquance est resté inférieur au taux de délinquance moyen au troisième trimestre observé entre 2012 et 2014 (2,85 %).

Les plus fortes augmentations du taux de délinquance annuel ont été enregistrées en Alberta (+ 13,4 %) et en Saskatchewan (+ 11,9 %), tandis que l’Ontario (-1,2 %) et la Colombie-Britannique (-0,4 %) ont connu un modeste déclin. TransUnion s’attend à une amélioration du taux de délinquance canadien moyen et à le voir passer à 2,63 % d’ici fin 2017, soit une baisse de 2,2 %.

 
TransUnion prévoit une augmentation graduelle des niveaux d’endettement et une baisse du taux de délinquance
             
    T4 2016   T4 2017   T4 2018
Solde moyenpar consommateur   21 729 $   21 747 $   21 985 $
Taux de défaut de paiement (DP) supérieur à 90 jours   2,69 %   2,63 %   2,56 %
             

D’un point de vue produit, le solde moyen des cartes de crédit par consommateur a légèrement augmenté, passant à 3 954 $(+2,0 %) l’an dernier, alors que les taux de délinquance ont augmenté de 24 points de base à 2,26 %. Les prêts par tranche continuent à être un produit de crédit populaire, avec un solde, passant de 6,8 % l’an dernier à 24 782 $ à partir du troisième trimestre 2016. Il s’agit d’une augmentation de 2 200 $ en seulement deux ans. Au cours de la même période, les taux de délinquance graves pour les prêts par tranche ont chuté, passant de 3,76 % au 3e trimestre 2014 à 3,30 % au 3e trimestre 2016.

” Les niveaux de délinquance restent faibles dans l’ensemble, s’agissant d’un élément essentiel lorsque l’on considère le crédit canadien dans son ensemble, a déclaré M. Wang. C’est un signe que les Canadiens sont largement en mesure de gérer leurs dettes et d’effectuer leurs paiements à temps chaque mois. Toutefois, nous continuerons à surveiller cette tendance en recherchant des signes potentiels de difficultés à gérer leur niveau d’endettement de la part des consommateurs. “

Les coopératives de crédit présentent des bilans solides

Le dernier rapport de TransUnion s’est également intéressé au marché des coopératives de crédit et à la compétitivité des prêts émis par les coopératives de crédit face au reste de l’industrie du prêt. À partir du troisième trimestre 2016, les coopératives de crédit ont enregistré des taux de délinquance beaucoup plus faibles dans tous les domaines.

 
Les prêts émis par les coopératives de crédit présentent des taux de délinquance inférieurs à ceux souscrits par d’autres prêteurs
             
Plus de 90 jours après la date prévue au troisième trimestre 2016   Souscrit par tous les prêteurs   Souscrit par les coopératives de crédit   Différence
Cartes de crédit   2,26 %   1,92 %   – 15 %
Lignes de crédit   0,81 %   0,25 %   – 69 %
Prêts à tempérament   3,30 %   0,70 %   – 79 %
             

” Avec une part de marché globale de l’ordre de 7 à 11 %, les coopératives de crédit jouent un rôle important dans le crédit aux consommateur et contribuent à fournir aux Canadiens une source importante de liquidité. Ces taux de délinquance inférieurs démontrent clairement des pratiques de prêt prudentes de la part des coopératives de crédit et les liens étroits qu’ils entretiennent avec leurs membres, a déclaré M. Wang. Dans le même temps, les coopératives de crédit auraient intérêt à réévaluer l’équilibre entre leurs objectifs de croissance et leur appétit pour le risque, car ces taux de délinquance faible peuvent indiquer des occasions d’étendre leurs activités de prêt tout en maintenant des niveaux de risques acceptables dans l’ensemble. “

 
Part des coopératives de crédit dans le marché des prêts globaux
             
Soldes des prêts de consommation au T3 2016   Tous les prêteurs   Coopératives de crédit   Part des coopératives de crédit
Cartes de crédit   89,6 milliards $   6,2 milliards $   7,0 %
Lignes de crédit   197,0 milliards $   22,2 milliards $   11,0 %
Prêts à tempérament   132,0 milliards $   13,0 milliards $   10,2 %
             

De plus amples informations relativement au rapport de TransUnion sur l’industrie canadienne au troisième trimestre sont disponibles ici.

À propos du rapport de TransUnion sur l’industrie canadienne

Le rapport TransUnion sur l’industrie canadienne est une solution de fond prenant en compte la totalité de la population. Chaque trimestre, ce rapport fournit des informations statistiques basées sur les informations contenues dans la base de données de TransUnion sur le crédit à la consommation et prend en compte pratiquement chaque dossier de crédit actif en notre possession. Chaque fichier contient des centaines de variables de crédit qui illustrent l’utilisation et les performances des crédits à la consommation. En s’appuyant sur le rapport abrégé sur l’industrie, les institutions de tous les secteurs peuvent analyser les dynamiques de marché au cours de cycles complets d’entreprise pour comprendre le comportement des consommateurs au fil du temps et à travers différents lieux géographiques au Canada. Les entreprises peuvent accéder à davantage d’informations et s’abonner au rapport abrégé sur l’industrie au http://www.transunioninsights.ca/fr/IIR/

À propos de TransUnion (NYSE: TRU)
L’information constitue un outil puissant. Chez TransUnion, nous comprenons cela. Nous nous engageons à trouver des moyens novateurs pour permettre aux individus de prendre des décisions meilleures et plus éclairées grâce aux informations que nous leur fournissons. Nous aidons à découvrir les histoires uniques, les tendances et les idées derrière chaque donnée, à l’aide d’informations historiques ainsi que d’autres sources de données. Cela permet à des marchés et à des entreprises de tous types de mieux gérer les risques et aux consommateurs de mieux gérer leur crédit et la divulgation de leurs renseignements personnels et d’identité. Aujourd’hui, TransUnion touche des consommateurs et des entreprises dans plus de 30 pays à travers le monde sur les cinq continents. Basée à Burlington en Ontario, TransUnion fournit des services et une assistance au niveau local partout au Canada. Grâce à la puissance des technologies de l’information, TransUnion s’efforce de créer des économies et des familles plus fortes ainsi que des collectivités plus sûres dans le monde entier. Nous appelons cela ” l’information pour faire le bien “.

Personne-ressource
Dave Blumberg

TransUnion
Courriel dblumbe@transunion.com
Téléphone 312-972-6646

Avis aux médias : Infrastructure Canada

CALGARY, ALBERTA–(Marketwired – 9 nov. 2016) – Les représentants des médias sont invités à participer à une annonce importante en matière d’infrastructure, en présence de Darshan Singh Kang, député de Calgary Skyview, au nom de l’honorable Amarjeet Sohi, ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, et de Druh Farrell, conseillère municipale du quartier 7 de la Ville de Calgary.

Date : le jeudi 10 novembre 2016
Heure : 10 h
Lieu : Place Poppy
1111 Memorial Drive NW
Calgary (Alberta)
(du côté nord de la rivière, à l’angle de
Memorial Drive et de 10 St. NW)

Suivez-nous sur Twitter à @INFC_fra

Brook Simpson
Attaché de presse
Cabinet du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités
613-219-0149
Brook.Simpson@canada.ca

Kyle Ferguson
Attaché de presse
Ministère de l’Environnement et des Parcs de l’Alberta
780-217-3909
Kyle.Ferguson@gov.ab.ca

La ligne médias de la Ville de Calgary
Approvisionnement et ressources en eau
403-828-2954, option no 3 et no 1
UEPMedia@calgary.ca
Calgary.ca/mediainquiry

Infrastructure Canada
613-960-9251
Sans frais : 1-877-250-7154
infc.media-medias.infc@canada.ca

Osisko annonce un dividende pour le quatrième trimestre

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 9 nov. 2016) – Redevances Aurifères Osisko Ltée (TSX:OR)(NYSE:OR) (« Osisko » ou la « Société ») a le plaisir d’annoncer le dividende du quatrième trimestre 2016 de 0,04 $ CAD par action. Le dividende sera payé le 16 janvier 2017 aux actionnaires inscrits aux registres en date du 31 décembre 2016 à la fermeture des bureaux. Pour les actionnaires résidant aux États-Unis, le dollar américain équivalent sera déterminé en fonction du taux de change à midi publié par la Banque du Canada le 30 décembre 2016. Ce versement de dividende est considéré comme un dividende déterminé, tel que défini par la Loi de l’impôt sur le revenu (Canada).

La Société souhaite aussi rappeler à ses actionnaires canadiens qu’elle a mis en place un régime de réinvestissement des dividendes (le « régime »). Les actionnaires qui sont résidents du Canada peuvent adhérer au régime, lequel est applicable sur le dividende à être payé le 16 janvier 2016 aux actionnaires inscrits aux registres en date du 31 décembre 2016. La Société émettra des actions ordinaires à un escompte de 3% sur le cours moyen pondéré des actions ordinaires à la Bourse de Toronto au cours des cinq (5) jours précédant la date de paiement du dividende. La participation au régime est facultative et n’affecte pas les dividendes versés en espèces aux actionnaires, à moins qu’ils ne choisissent de participer au régime. Les dividendes trimestriels seront uniquement versés lorsqu’ils seront déclarés par le conseil d’administration de la Société.

Le texte intégral du régime de même qu’un formulaire d’adhésion sont disponibles sur le site web de la Société à http://osiskogr.com/dividendes/prid/. Les actionnaires devraient lire attentivement le texte intégral du régime avant de prendre toute décision concernant leur participation au régime.

Un actionnaire non inscrit qui souhaite adhérer au régime doit communiquer avec son conseiller financier, courtier en valeurs mobilières, courtier en placement, sa banque ou avec toute autre institution financière détenant ses actions ordinaires pour se renseigner sur la date limite d’inscription applicable et demander l’adhésion au régime. Pour plus d’information concernant l’adhésion ou d’autres demandes de renseignements, communiquez avec l’agent au 1-800-387-0825 (sans frais au Canada) ou par courriel à inquiries@canstockta.com.

Il est entendu que le fait que des dividendes soient investis aux termes du régime ne libère pas les participants de leur responsabilité quant aux impôts à payer sur ces montants. Les actionnaires devraient consulter leur conseiller en fiscalité pour obtenir de l’information sur les incidences fiscales en lien avec la participation au régime compte tenu des circonstances particulières.

Le présent communiqué de presse ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’une offre d’achat de titres.

À propos de Redevances Aurifères Osisko Ltée

Redevances Aurifères Osisko est une société de redevances intermédiaire de métaux précieux axée sur les Amériques ayant débuté ses activités en juin 2014. La Société détient plus de 50 redevances, incluant une redevance de 5 % NSR sur la mine Canadian Malartic (Canada) et une redevance de 2,0-3,5 % NSR sur la mine Éléonore (Canada). En plus de ses droits de redevances, Osisko détient un portefeuille d’investissements. La Société maintient une solide position financière, avec des liquidités de 393 millions $ en date du 30 septembre 2016, et a distribué des dividendes à ses actionnaires au cours des huit derniers trimestres.

Le siège social d’Osisko est situé au 1100, avenue des Canadiens-de-Montréal, bureau 300, Montréal, Québec, H3B 2S2.

Énoncés prospectifs

Le présent communiqué contient certains énoncés prospectifs à l’égard d’Osisko qui ne comportent aucune garantie de performance. Compte tenu de leur nature, ces énoncés prospectifs obligent la Société à faire certaines hypothèses et comportent nécessairement des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des résultats prévus ou attendus. Dans ce communiqué de presse, ces énoncés prospectifs incluent de l’information relative au fait que les conditions requises pour le paiement du dividende seront remplies et que ce dividende continuera d’être un « dividende déterminé », tel que défini par la Loi de l’impôt sur le revenu (Canada). Des mots tels que « peut », « serait de nature à », « sera », « serait », « pourrait », « s’attend à », « croit », « prévoit », « anticipe », « à l’intention de », « évalue », « estime », « continue », ou leur forme négative ou toute autre terminologie semblable, ainsi que les termes habituellement utilisés au futur et au conditionnel, identifient des énoncés prospectifs. L’information contenue dans les énoncés prospectifs est fondée sur des facteurs ou des hypothèses importants ayant permis de tirer une conclusion ou d’effectuer une prévision ou une projection, notamment que la situation financière de la Société demeurera favorable. La Société considère les facteurs et hypothèses comme étant raisonnables compte tenu de l’information disponible, mais elle met le lecteur en garde, à l’égard d’événements futurs dont plusieurs sont hors du contrôle de la Société, que ces facteurs et hypothèses pourraient se révéler inexacts puisqu’ils sont soumis à des risques et à des incertitudes qui touchent la Société et ses activités.

Pour plus de détails au sujet de ces facteurs et hypothèses ainsi que des autres facteurs et hypothèses qui sous-tendent les énoncés prospectifs émis dans le présent communiqué, veuillez vous référer à la plus récente notice annuelle de la Société déposée sur SEDAR et EDGAR. L’information prospective présentée dans le présent communiqué reflète les attentes de la Société au moment de l’émission du présent communiqué et est sujette à changement après cette date. La Société décline toute intention ou obligation de mettre à jour ou de réviser tout énoncé prospectif, que ce soit à la suite de nouvelles informations, d’événements futurs ou autrement, à l’exception de ce qui est exigé par la loi.

Redevances Aurifères Osisko Ltée
Joseph de la Plante
Vice-président, développement corporatif
(514) 940-0670
jdelaplante@osiskogr.com

Redevances Aurifères Osisko Ltée
Vincent Metcalfe
Vice-président, relations aux investisseurs
(514) 940-0670
vmetcalfe@osiskogr.com

Redevances Aurifères Osisko publie ses résultats du troisième trimestre 2016

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 9 nov. 2016) – Redevances Aurifères Osisko Ltée (la « Société » ou « Osisko ») (TSX:OR)(NYSE:OR) annonce aujourd’hui un bénéfice net pour le troisième trimestre de 17,7 millions de dollars (0,17 $ par action de base).

Faits saillants du troisième trimestre 2016

  • Nombre record d’onces d’or gagnées, à 9 902, une augmentation de 20 % comparativement au T3 2015;
  • Produits records de 17,6 millions de dollars, une hausse de 50 % comparativement au T3 2015;
  • Flux de trésorerie nets liés aux activités d’exploitation de 15,0 millions de dollars;
  • Bénéfice net de 17,7 millions de dollars ou 0,17 $ par action de base;
  • Trésorerie et équivalents de trésorerie de 392,7 millions de dollars au 30 septembre 2016;
  • Le 6 juillet 2016, les négociations sur les titres d’Osisko ont débuté à la Bourse de New York sous le symbole « OR »;
  • Osisko a annoncé la clôture d’une entente d’acquisition de participation en exploration avec Minière Osisko inc. visant à rationaliser ses opérations;
  • Déclaration d’un neuvième dividende trimestriel de 0,04 $/action et
  • Le 17 octobre 2016, Osisko a annoncé l’approbation de la Bourse de Toronto (le « TSX ») pour une offre publique de rachat dans le cours normal des activités visant le rachat de jusqu’à 5,3 millions d’actions ordinaires.

Sean Roosen, président du conseil d’administration et chef de la direction, a commenté les résultats du troisième trimestre :

« Notre équipe continue son travail visant à augmenter l’exposition de la Société à des actifs générant des flux de trésorerie complémentaires à nos redevances aurifères phares sur les mines Canadian Malartic et Éléonore. Nous supportons également le développement de projets d’envergure détenus par des sociétés associées et prévoyons que nos investissements fourniront de solides retours à nos actionnaires via la valeur augmentée du portefeuille et les flux de trésorerie issus des flux et redevances sur ces actifs. Durant le trimestre, nous avons continué à concentrer nos activités sur le secteur des redevances/flux par la négociation d’une entente d’acquisition de participation pour nos propriétés d’exploration dans les régions de la Baie James et de la Fosse du Labrador. Nos efforts visant à optimiser nos opérations devraient augmenter nos flux de trésorerie à court terme. »

Résultats du troisième trimestre 2016

Les produits ont augmenté au troisième trimestre de 2016 en raison de l’augmentation des redevances en nature gagnées et vendues. Les redevances aurifères gagnées de la mine Canadian Malartic ont diminué de 629 onces ou 8 % (les ventes ont diminué de 178 onces comparativement au T3 2015), mais la diminution de la mine Canadian Malartic a été plus que compensée par les redevances en or reçues en vertu des redevances en rendement net de fonderie (« NSR ») sur les mines Éléonore, Island Gold et Vezza. La Société a gagné et vendu 1 570 onces d’or de la mine Éléonore, comparativement à aucune au troisième trimestre de 2015. La Société a gagné et vendu 430 onces d’or en vertu de sa redevance NSR sur la mine Island Gold, et 267 onces d’or en vertu de sa redevance NSR sur la mine Vezza au troisième trimestre de 2016 comparativement à aucune au troisième trimestre de 2015. Ces redevances ont été acquises au quatrième trimestre 2015. Le prix de vente moyen de l’or en dollars canadiens était également plus élevé au troisième trimestre de 2016, à 1 743 $ comparativement à 1 485 $ au troisième trimestre de 2015.

Au troisième trimestre de 2016, le bénéfice d’exploitation s’est établi à 10,4 millions de dollars comparativement à 7,1 millions de dollars au troisième trimestre de 2015. L’augmentation du bénéfice d’exploitation net au troisième trimestre de 2016 est principalement le résultat des produits plus élevés générés de la vente d’or et d’argent et de la diminution des frais de développement des affaires, en partie compensés par l’épuisement des droits de redevances et la hausse des charges générales et administratives (« G&A »). L’augmentation des charges G&A s’explique principalement par l’augmentation des honoraires juridiques et les frais liés à l’inscription à la Bourse de New York, en partie compensés par la diminution des charges de rémunération fondée sur des actions. La baisse du prix de clôture de l’action entre les deuxième et troisième trimestres de 2016 (de 16,89 $ à 14,36 $) a généré une charge de rémunération fondée sur des actions plus faible pour les unités d’actions différées et les unités d’actions avec restrictions au troisième trimestre de 2016. La diminution des frais de développement des affaires est principalement attribuable à la diminution de la rémunération fondée sur des actions.

L’augmentation du bénéfice net au troisième trimestre de 2016 est principalement le résultat de l’augmentation du bénéfice d’exploitation et des gains nets sur placements de 10,0 millions de dollars (comparativement à des pertes nettes sur placements de 0,9 million de dollars au troisième trimestre de 2015), en partie compensés par une diminution du gain de change, un montant plus élevé pour la quote-part de la perte d’entreprises associées, une hausse des charges financières et une augmentation de la charge d’impôts différés.

Les flux de trésorerie nets générés par les activités d’exploitation avant les variations des éléments du fonds de roulement ont augmenté au troisième trimestre de 2016, principalement en raison des produits plus élevés comparativement à la même période en 2015.

Concentration des activités d’affaires sur les redevances et les flux

Le 5 octobre 2016, Osisko a annoncé la clôture d’une transaction d’entente d’acquisition de participation avec Minière Osisko inc. (« Minière Osisko »). Selon les termes de l’entente, Minière Osisko peut acquérir 100 % de la participation d’Osisko dans 28 propriétés d’exploration situées dans les régions de la Baie-James (à l’exception du projet de cuivre-zinc Coulon et de quatre autres propriétés d’exploration) et de la Fosse du Labrador (les « propriétés ») après avoir engagé un montant total de 32,0 millions de dollars en dépenses sur une période de sept ans; Minière Osisko aura acquis une participation de 50 % après avoir engagé des dépenses totalisant 19,2 millions de dollars sur une période de quatre ans. Ces propriétés ont été acquises par la transaction avec Virginia en 2015.

Osisko conservera une redevance variable de 1,5 % à 3,5 % NSR sur les métaux précieux et une redevance de 2,0 % NSR sur les autres métaux et minéraux produits sur les propriétés. De plus, les nouvelles propriétés acquises par Minière Osisko dans une région déterminée durant une période de sept ans seront assujetties à une entente de redevances en faveur d’Osisko selon des termes similaires.

Osisko s’engage à ne participer à aucune activité d’exploration et s’engage à ne pas faire concurrence à Minière Osisko dans les régions prévues par l’entente, à l’exception de la poursuite des activités sur son projet de cuivre-zinc Coulon détenu par Osisko et d’autres actionnaires institutionnels québécois, et sur quatre autres propriétés d’exploration.

Dans le cadre de la transaction, l’équipe d’exploration d’Osisko basée à Québec et le bail du bureau de Québec ont été transférés à Minière Osisko. La transaction s’appliquant aux propriétés demeure sujette à l’approbation de tierces parties, le cas échéant.

À la suite de cette transaction, la Société s’attend à une réduction annuelle d’environ 3,0 millions de dollars de ses dépenses d’exploration et d’évaluation, capitalisées dans les actifs d’exploration et d’évaluation conformément aux conventions comptables de la Société, et de 4,0 à 5,0 millions de dollars de ses dépenses à l’état des résultats.

La société continuera à évaluer ses alternatives stratégiques concernant les propriétés d’exploration Guerrero et pour le projet Coulon.

Portefeuille de droits de redevances

Le tableau ci-dessous présente les onces d’or et d’argent gagnées en vertu des droits de redevances d’Osisko sur des propriétés en production :

Redevances gagnées (en onces)

Pour les trois mois terminés
le 30 septembre
Pour les neuf mois terminés
le 30 septembre
2016 2015 2016 2015
Or
Canadian Malartic 7 635 8 264 21 999 22 136
Éléonore 1 570 5 225
Island Gold 430 1 081
Vezza 267 488
9 902 8 264 28 793 22 136
Argent
Canadian Malartic 9 153 7 780 25 129 22 744
Vezza 81 81
9 234 7 780 25 210 22 744

En plus des redevances en nature, la Société a aussi gagné des redevances en trésorerie de 0,1 million de dollars au troisième trimestre de 2016 et de 0,3 million de dollars pour les neuf premiers mois de l’année 2016 (comparativement à des montants nuls aux périodes correspondantes en 2015), et des dividendes en vertu de son placement dans Labrador Iron Ore Royalty Company (« LIORC ») d’un montant de 1,6 million de dollars au troisième trimestre de 2016 et de 4,7 millions de dollars pour les neuf premiers mois de l’année 2016 (comparativement à 1,6 million et 4,3 millions de dollars respectivement en 2015).

Canadian Malartic

Osisko détient une redevance de 5 % NSR sur la mine Canadian Malartic, détenue et opérée par Mines Agnico Eagle ltée (« Agnico ») et Yamana Gold Inc. (« Yamana ») (conjointement les « partenaires »).

Au troisième trimestre de 2016, les partenaires ont indiqué que la production à la mine Canadian Malartic s’était établie à 152 855 onces d’or, comparativement à 153 206 onces d’or au troisième trimestre de 2015. Pour les neuf premiers mois de 2016, la production à la mine Canadian Malartic s’est établie à 445 086 onces d’or comparativement à 425 874 onces d’or à la période correspondante en 2015.

Durant le troisième trimestre de 2016, les partenaires ont indiqué que l’usine Canadian Malartic avait traité une moyenne de 53 989 tonnes par jour (« tpj »), comparativement à une moyenne de 53 703 tpj à la même période en 2015. Dans les neuf premiers mois de 2016, l’usine Canadian Malartic a traité une moyenne de 53 928 tpj, comparativement à une moyenne de 52 139 tpj à la période correspondante en 2015.

Production annuelle prévue

En février 2016, les partenaires ont indiqué que les niveaux ciblés pour la production d’or annuelle de la mine Canadian Malartic s’établissaient entre 560 000 et 580 000 onces en 2016, entre 590 000 et 600 000 onces en 2017 et 610 000 onces en 2018. Les partenaires ont indiqué que l’objectif pour 2016 avait été légèrement réduit puisque le débit de traitement prévu serait d’environ 53 000 tpj.

Agrandissement de la fosse

Les partenaires ont indiqué qu’à la suite des audiences publiques tenues par le Bureau des audiences publiques sur l’environnement (le « BAPE ») du Québec en juin et juillet 2016, le processus d’obtention des permis pour le projet d’agrandissement de la fosse Canadian Malartic et la déviation de la Route 117 avait franchi une étape importante avec le dépôt du rapport du BAPE le 5 octobre 2016. Le rapport conclut que le projet est acceptable et formule plusieurs recommandations visant à améliorer l’acceptabilité sociale. La prochaine étape implique la révision du rapport par le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et la présentation de sa décision au Conseil des ministres pour approbation. Aucune date n’a été fixée pour l’approbation à venir, mais les partenaires anticipent une annonce en ce sens dans la première moitié de l’année 2017. Osisko s’attend à ce que l’agrandissement de la fosse Canadian Malartic permette d’accéder à du minerai à plus haute teneur et ajouterait plus de 2,0 millions d’onces d’or sur la durée de vie de la mine Canadian Malartic.

Zones Odyssey

Les zones Odyssey sont situées du côté est de la propriété Canadian Malartic, à environ 1,5 kilomètre à l’est de la limite actuelle de la fosse Canadian Malartic. Le projet Odyssey se compose de plusieurs corps minéralisés regroupés en deux zones allongées – Odyssey Nord et Odyssey Sud – orientées est-sud-est et fortement inclinées vers le sud. Odyssey Nord a été suivie de 600 à 1300 mètres de profondeur sous la surface, sur une étendue latérale d’environ 1,5 kilomètre. Odyssey Sud a présentement une étendue latérale de 0,5 kilomètre et se situe entre 200 et 550 mètres sous la surface.

Les partenaires ont indiqué qu’au troisième trimestre de 2016, 56 sondages (40 019 mètres) avaient été forés dans le cadre du projet Odyssey, portant le total pour l’année en cours à 113 sondages totalisant 89 774 mètres de forage. Les travaux de forage se poursuivront jusqu’à la fin de l’année et par la suite, et une estimation de ressources minérales présumées pour le gîte Odyssey Nord est attendue au début de l’année 2017.

Les partenaires ont augmenté le budget d’exploration 2016 sur Odyssey à 95 000 mètres de forages pour un budget total de 13,5 millions de dollars pour l’année 2016.

Osisko est titulaire d’une redevance de 3 % NSR sur la zone Odyssey Nord et d’une redevance de 5 % NSR sur la zone Odyssey Sud.

Pour des informations plus détaillées, le lecteur est prié de consulter les communiqués d’Agnico Eagle et de Yamana déposés sur SEDAR (www.sedar.com) et EDGAR (www.sec.gov).

Éléonore

Osisko détient une redevance escalatoire de 2,0 % à 3,5 % NSR sur la mine Éléonore exploitée par Goldcorp Inc. (« Goldcorp »).

Goldcorp a indiqué que la production au troisième trimestre totalisait 68 000 onces comparativement à 87 000 onces produites au troisième trimestre de 2015. La production d’or était en baisse comparativement au troisième trimestre de 2015, en raison d’une diminution du tonnage et des teneurs. La diminution du tonnage traité au troisième trimestre de 2016 (458 000 tonnes comparativement à 536 000 tonnes au troisième trimestre de 2015) découle du fait que l’usine n’a traité que du minerai extrait de la mine, tandis qu’à la période comparative en 2015, le matériel entrant à l’usine comportait une proportion importante de minerai provenant des stocks accumulés en surface. La teneur plus basse au troisième trimestre de 2016 (5,22 g/t Au comparativement à 5,78 g/t Au au troisième trimestre de 2015) est conforme à ce qui était prévu dans le plan d’exploitation minière.

Goldcorp a indiqué que la production d’or pour les neuf mois terminés le 30 septembre 2016 totalisait 209 000 onces comparativement à 163 000 onces pour les neuf mois terminés le 30 septembre 2015, reflétant le fait que le rodage et l’accroissement de la production se poursuivent à Éléonore et que des gains de productivité ont été enregistrés. En tout, 1 289 000 tonnes ont été traitées au cours des neuf premiers mois de 2016, comparativement à 1 190 000 tonnes à la période correspondante en 2015. La teneur d’alimentation moyenne pour les neuf premiers mois de 2016 était de 5,48 g/t Au comparativement à 5,19 g/t Au pour les neuf premiers mois de 2015.

Goldcorp a indiqué qu’à la fin du troisième trimestre de 2016, la construction du puits de production, y compris le système de manutention du minerai au niveau 690 mètres, avait été complétée, que le puits avait été mis en service, et que le hissage avait commencé au début d’octobre 2016. Une augmentation des niveaux de production, des gains d’efficience au niveau du développement, et une réduction des coûts d’exploitation sont anticipés maintenant que le puits de production est en fonction.

Goldcorp a indiqué que la production minière pour les neuf mois terminés le 30 septembre 2016 était conforme à la moyenne annuelle prévue, soit entre 4 700 et 5 000 tpj de minerai extrait dans quatre horizons de production. Maintenant que le puits de production est terminé, la mine continuera d’accroître la production de minerai conformément au plan d’exploitation minière pendant que deux nouveaux horizons de production sont préparés pour 2018. L’accroissement de la production jusqu’au taux de 7 000 tpj devrait être complété dans la première moitié de l’année 2018.

Production annuelle prévue

En février 2016, Goldcorp a indiqué qu’en suivant un calendrier d’accroissement prudent, Éléonore devrait produire entre 250 000 et 280 000 onces d’or en 2016.

Exploration et évaluation

Goldcorp a indiqué que l’exploration à Éléonore, depuis l’acquisition du projet, visait d’abord à délimiter les extensions de la minéralisation connue, qui a jusqu’à présent été suivie jusqu’à une profondeur verticale de 1 500 mètres mais qui demeure ouverte en profondeur dans l’axe de plongée. L’exploration à la mine continue de vérifier les opportunités à l’intérieur de l’empreinte de la mine, en profitant d’une meilleure connaissance de la géométrie des corps minéralisés acquise durant les premières années d’exploitation minière. De plus, trois secteurs prioritaires pour l’exploration ont été définis à l’intérieur d’un rayon de 10 kilomètres autour de la mine. Une traînée de blocs erratiques orientée nord-est/sud-ouest contient des blocs visiblement minéralisés, dont certains ont livré des teneurs aurifères fortement anomales à partir d’échantillons choisis. Des levés géophysiques au sol sont en cours afin de mieux définir la source possible dans le socle rocheux, et pour sélectionner les meilleurs secteurs à vérifier en tranchée et/ou en forage, travaux qui sont prévus au premier trimestre de 2017. Les cibles du Vieux Camp et Mayappo représentent une minéralisation de cuivre-or encaissée dans une diorite, similaire au gisement qui a été exploité à la mine à ciel ouvert de Troilus. Localement, des valeurs significatives en or ont été obtenues d’échantillons choisis prélevés en affleurement aux deux sites. De plus, la cartographie et les données de tranchées historiques suggèrent une bonne continuité de l’altération et de la minéralisation dans le secteur du Vieux Camp. Les renseignements disponibles sur ces cibles sont en cours d’évaluation et de réinterprétation, en préparation pour un programme de travaux de terrain prévu en 2017.

Réserves et ressources

Goldcorp a publié en octobre 2016 une mise à jour de l’estimation des réserves et des ressources minérales en date du 30 juin 2016 pour la mine Éléonore. Ainsi, les réserves minérales aurifères prouvées et probables totalisaient 4,57 millions d’onces au 30 juin 2016, comparativement à 5,35 millions d’onces au 31 décembre 2015. La diminution reflète principalement l’épuisement et le reclassement de réserves de 2015 en ressources. Durant l’année, beaucoup d’efforts ont été mis sur l’augmentation de la densité de forage et l’optimisation du plan d’exploitation minière et de la conception des chantiers d’abattage. Les renseignements recueillis ont permis à Éléonore de concevoir des chantiers plus petits et à plus haute teneur, bien que cela signifie que la séquence d’exploitation sera plus rapide et qu’une quantité additionnelle de développement sera nécessaire. Le plan d’exploitation minière révisé associé à l’estimation de réserves du 30 juin 2016 devrait mener à une diminution de la dilution, une augmentation de la teneur du minerai extrait, et une augmentation de la production annuelle moyenne comparativement au plan d’exploitation antérieur. Les prochains travaux de forage et révisions de la conception minière auront pour but premier de reconvertir les ressources en réserves. Osisko s’attend à ce que le plan d’exploitation minière révisé permette d’accroître les redevances à court terme puisque le plan d’exploitation minière révisé a pour effet d’accélérer la production d’or.

L’inventaire de réserves et de ressources en date du 30 juin 2016 est présenté dans le tableau ci-dessous :

Estimations de réserves et de ressources
Catégorie Tonnes
(M)
Teneur
(g/t Au)
Au
(M oz)
Réserves prouvées et probables 23,44 6,07 4,57
Ressources mesurées et indiquées (1) 5,14 5,66 0,93
Ressources présumées 9,73 7,52 2,35
(1) Excluant les réserves prouvées et probables.

Pour des informations plus détaillées, le lecteur est prié de consulter les communiqués et les rapports de gestion de Goldcorp pour l’exercice terminé le 31 décembre 2015 et pour les trois et neuf mois terminés le 30 septembre 2016, tous déposés sur SEDAR (www.sedar.com) et sur EDGAR (www.sec.gov).

Island Gold

Osisko détient une redevance de 1,7 % – 2,55 % NSR sur la mine Island Gold exploitée par Mines Rochmont inc. (« Mines Richmont »).

Mines Richmont a annoncé que la mine Island Gold avait produit 14 031 onces d’or durant le troisième trimestre, conformément au plan d’exploitation qui prévoyait un ralentissement de la production en raison du temps d’arrêt requis pour la mise à niveau des installations électriques prévue à la mine et à l’usine. La mise à niveau des installations électriques de la mine et de l’usine permettra de soutenir les scénarios de croissance de la production qui sont présentement sous évaluation. Au cours du troisième trimestre, la mine affichait une teneur d’alimentation plus élevée que prévue à l’usine, soit 7,70 g/t Au. Mines Richmont a aussi indiqué que la productivité souterraine affichait une moyenne de 890 tpj au troisième trimestre, en excluant les 16 jours d’arrêt pour la mise à niveau des installations électriques, tandis que l’usine a traité en moyenne 878 tpj, en excluant les 25 jours d’arrêt pour la mise à niveau des installations électriques. Mines Richmont s’attend à de meilleurs résultats au niveau du rendement et des teneurs au quatrième trimestre puisque le développement a débuté dans le minerai à plus haute teneur du troisième horizon minier.

Mines Richmont a indiqué que la production d’or pour les neuf mois terminés le 30 septembre 2016 s’établissait à 59 237 onces.

Production annuelle prévue

Le 12 septembre 2016, Mines Richmont a indiqué que ses objectifs de production pour 2016 à la mine Island Gold avaient augmenté entre 75 000 et 80 000 onces d’or, par rapport aux objectifs initiaux qui se situaient entre 62 000 et 67 000 onces d’or en raison de la solide performance des six premiers mois de l’année et suivant la fin de l’arrêt de 25 jours pour la mise à niveau des installations électriques survenue en août 2016. Le 13 octobre 2016, Mines Richmont a indiqué qu’elle s’attendait toujours à atteindre ou à dépasser les objectifs révisés pour l’année à la mine Island Gold.

Évaluation économique préliminaire d’expansion en cours

Le 1er novembre 2016, Mines Richmont a fourni une mise à jour sur la progression d’une évaluation économique préliminaire (« l’EEP ») d’un scénario d’expansion pour sa mine Island Gold. L’EEP du scénario d’expansion devrait être publiée au cours du premier semestre de 2017 pour incorporer les estimations des ressources de l’année 2016, et tiendra compte d’un potentiel d’accroissement des taux d’extraction et de traitement de minerai à 1 100 tonnes par jour à partir de 2018, le tout avec un investissement en capital minimal. Pour les besoins de l’EEP du scénario d’expansion, il ne sera tenu compte que des parties les plus continues des ressources comprises entre les niveaux 450 mètres et 1 000 mètres.

Exploration et évaluation

Le 7 juillet 2016, Mine Richmont a annoncé qu’à la lumière des résultats positifs enregistrés lors de la première phase du programme de forage d’exploration, une deuxième phase stratégique de forage d’exploration avait été lancée à la mine Island Gold. Mines Richmont a indiqué que la première phase du programme de forage d’exploration, lancée en septembre 2015, avait atteint ses objectifs, ce qui justifiait le lancement de la deuxième phase d’un programme ambitieux allant jusqu’à 142 000 mètres et qui se déroulerait pendant les 18 à 24 prochains mois. Le principal objectif de la deuxième phase du programme est d’étendre latéralement l’inventaire des ressources, principalement à l’est du gisement principal, dans le but de prolonger la durée de vie de la mine au-dessus du niveau 1 000 mètres, ce qui pourrait soutenir les scénarios d’expansion potentielle en cours d’étude, et aussi d’identifier la prochaine ressource présumée de plus d’un million d’onces à teneur élevée en profondeur, entre les niveaux 1 000 et 1 500 mètres.

Le 12 septembre 2016, Mines Richmont a annoncé une augmentation des dépenses d’exploration prévues pour 2016, de 14,4 millions à 16,0 millions de dollars, afin de réaliser 22 000 mètres de forage supplémentaire en vue de délimiter de nouvelles ressources dans le quatrième horizon minier situé entre les niveaux 860 et 1 000 meters, de façon à pouvoir les intégrer au plan d’exploitation minière à court ou moyen terme.

Pour des informations plus détaillées, le lecteur est prié de consulter les communiqués de Mines Richmont déposés sur SEDAR (www.sedar.com).

Projet Lamaque

Osisko détient une redevance de 1,7 % sur la propriété Lamaque située en Abitibi et détenue par Integra Gold Corp. (« Integra »).

Le 27 juillet 2016, Integra a annoncé qu’elle avait mandaté une firme pour construire la rampe d’exploration pour le gîte Triangle sur le projet aurifère Lamaque Sud à Val-d’Or, Québec. Integra a indiqué que le programme d’exploration souterraine avait pour but de réaliser des trous de forage rapprochés dans les parties supérieures du gîte Triangle (zones C1 et C2), ainsi que du forage d’exploration afin de continuer à accroître l’inventaire de ressources. Le programme d’exploration souterraine proposé comprendra également l’échantillonnage en vrac de plus de 20 000 tonnes de roche minéralisée en or, nécessaire pour effectuer la réconciliation du contenu en or versus les estimations de ressources, ainsi que pour permettre de réaliser des essais métallurgiques détaillés. Integra a indiqué que ces travaux devraient s’échelonner sur une période de 12 à 15 mois. La société dispose de ressources financières suffisantes pour assurer le financement du programme de travaux jusqu’à la fin, et détient déjà tous les permis nécessaires.

Le 13 octobre 2016, Integra a annoncé de nouveaux résultats d’analyse dans le cadre de son programme de forage 2016 sur le gîte Triangle et a indiqué que les résultats continuaient de confirmer la continuité de la zone aurifère; les forages intercalaires obtenant généralement des intervalles plus larges et à teneur beaucoup plus élevée qu’anticipé.

Le 3 août 2016, Integra a annoncé le début d’un trou pilote de 2 000 mètres sur la cible profonde Lamaque, située sur la propriété Lamaque. Lorsque le trou pilote aura été complété (au quatrième trimestre de 2016 selon les prévisions), la cible sera vérifiée au moyen d’au moins 15 trous déviés à partir du trou pilote à différents intervalles. Integra prévoit, pour l’ensemble du programme incluant les déviations, un total de 10 000 mètres de forage.

Pour des informations plus détaillées, le lecteur est prié de consulter les communiqués d’Integra déposés sur SEDAR (www.sedar.com).

Projet aurifère Cariboo

La Société est titulaire d’une redevance de 1,5 % NSR sur le projet aurifère Cariboo, détenu par Barkerville Gold Mines (« Barkerville »), une entreprise associée d’Osisko, et situé en Colombie-Britannique, Canada.

Le projet aurifère Cariboo couvre une superficie de 2 119 kilomètres carrés de terrains répartis sur une distance latérale de 60 kilomètres qui comprend plusieurs anciennes mines du district aurifère de Cariboo, une région historiquement profitable, bien que sous-explorée, du centre-sud de la Colombie-Britannique. Selon des estimations historiques, la production d’or historique de la région de Cariboo s’élève à environ 4,5 millions d’onces. Barkerville effectue un programme de forage de 20 000 mètres à Island Mountain et a effectué des demandes afin de modifier les permis miniers actuels afin de permettre le redémarrage des activités minières au début de 2017.

Osisko et Barkerville ont aussi convenu de négocier une entente de flux d’or (l’« entente de flux d’or ») suite à l’achèvement d’une étude de faisabilité par Barkerville sur le projet aurifère Cariboo. Suite à une période de négociation de 60 jours, si Osisko et Barkerville n’ont pas conclu d’entente de flux d’or, Barkerville devra soit accorder un droit à Osisko d’acquérir une redevance additionnelle de 0,75 % NSR pour une contrepartie de 12,5 millions de dollars, soit faire un paiement de 12,5 millions de dollars à Osisko.

Pour des informations plus détaillées, le lecteur est prié de consulter les communiqués de Barkerville deposés sur SEDAR (www.sedar.com).

Projet Hermosa

Osisko a acquis, pour la somme de 10,0 millions de dollars, une redevance de 1 % NSR sur tous les minerais de sulfures de plomb/zinc/argent produits sur le projet Hermosa détenu par Arizona Mining Inc. (« Arizona Mining »). Le projet Hermosa est situé dans le comté de Santa Cruz en Arizona.

Le 31 octobre 2016, Arizona Mining a publié une mise à jour de l’estimation des ressources minérales pour le gîte Taylor situé sur son projet Hermosa, détenu à 100 %. Le gîte Taylor renferme maintenant 31,1 millions de tonnes en ressources minérales indiquées à une teneur en équivalent zinc (« éq.Zn ») de 10,9 %, en plus de 82,7 millions de tonnes en ressources minérales présumées à une teneur de 11,1 % éq.Zn, estimées conformément aux dispositions du Règlement 43-101 selon un seuil de coupure de 4 % éq.Zn. Le gîte Taylor demeure ouvert au nord, à l’ouest et au sud, sur des terrains contrôlés par Arizona Mining, et les travaux de forage ont déjà débuté en vue de vérifier les limites des ressources. Arizona Mining a complété des essais métallurgiques sur des carottes de forage du gîte Taylor, qui laissent entrevoir des taux de récupération de 92,9 % Pb, 85,5 % Zn et 91 % Ag, en utilisant des technologies de traitement de flottation par mousse, couramment utilisées dans l’industrie.

Pour des informations plus détaillées sur les ressources, le lecteur est prié de consulter les communiqués d’Arizona Mining déposés sur SEDAR (www.sedar.com).

Projet Horne 5

Osisko a octroyé un prêt de 10,0 millions de dollars à Ressources Falco ltée (« Falco »), le prêt ayant une échéance de 18 mois et portant intérêt à un taux de 7 %. En vertu des modalités du financement, Falco et Osisko devront négocier, d’ici la fin du mois d’octobre 2017, les termes, les conditions et la structure d’une entente de flux d’argent et/ou d’or (« l’entente de flux ») par laquelle Osisko pourrait fournir à Falco une partie du capital de développement requis pour construire le projet Horne 5. Dans ce cas, le montant en capital du prêt et les intérêts cumulés seront déduits du dépôt du flux. À la date d’échéance, si Falco et Osisko n’ont pas conclu d’entente de flux, le montant en capital du prêt sera converti en une redevance de 1 % NSR sur le projet Horne 5 et les intérêts cumulés seront payés en espèces.

Le 6 septembre 2016, Falco a annoncé qu’elle conservait sa pleine participation dans le projet Horne 5 puisque Glencore Canada Corporation avait choisi de ne pas exercer son droit de rachat. Glencore Canada Corporation conserve une redevance de 2 % NSR sur tous les métaux produits et possède un droit de premier refus sur l’achat ou l’usinage à forfait d’une partie ou de la totalité des concentrés et autres minéraux produits.

Le 3 octobre 2016, Falco a annoncé une mise à jour de l’estimation des ressources minérales sur son projet Horne 5, détenu à 100 %. La mise à jour de l’estimation des ressources intègre et combine maintenant la base de données historiques récemment compilée des échantillons en rainures souterrains, de nouveaux paramètres économiques conformes à l’ÉÉP récemment publiée par Falco, notamment une baisse du seuil de coupure NSR, de nouveaux résultats des travaux de forage réalisés en 2016, et des hypothèses révisées sur les prix des métaux. L’estimation des ressources mesurées, indiquées et présumées a été mise à jour pour le gîte Horne 5, qui contient maintenant 6 zones à haute teneur. Falco a annoncé que cette mise à jour de l’estimation des ressources avait permis d’augmenter les ressources mesurées et indiquées en équivalent or de 32 %.

Selon un seuil de coupure de 55 $ NSR/tonne, le gîte Horne 5 renfermerait maintenant :

  • Des ressources mesurées de 736 000 onces d’équivalent or (« oz éq.Au »), incluant 475 410 oz Au contenues dans 9,4 millions de tonnes à une teneur moyenne de 2,45 g/t éq.Au (1,58 g/t Au; 16,33 g/t Ag; 0,18 % Cu; 0,81 % Zn);
  • Des ressources indiquées de 6 336 000 oz éq.Au, incluant 4 088 383 oz Au contenues dans 81,7 millions de tonnes à une teneur moyenne de 2,41 g/t éq.Au (1,56 g/t Au; 14,19 g/t Ag; 0,18 % Cu; 0,86 % Zn);
  • Des ressources présumées de 1 710 000 oz éq.Au, incluant 1 053 061 oz Au contenues dans 22,3 millions de tonnes à une teneur moyenne de 2,39 g/t éq.Au (1,47 g/t Au; 22,98 g/t Ag; 0,2 % Cu; 0,68 % Zn).
  • Les ressources mesurées et indiquées représentent 81 % des ressources totales en éq.Au contenu (oz) et les ressources mesurées représentent 10 % des ressources mesurées et indiquées en éq.Au contenu (oz).

Un rapport technique conforme au Règlement 43-101 a été déposé sur SEDAR le 7 novembre 2016. Falco a aussi indiqué qu’elle prévoyait réaliser 20 000 mètres de forage sur les cibles d’exploration dans le secteur Horne 5 Ouest et Quémont Extension en 2016.

Le 2 novembre 2016, Falco a annoncé un placement par voie de prise ferme de 32,5 millions de dollars et un placement privé parallèle d’un montant maximal additionnel de 25 millions de dollars avec des investisseurs stratégiques. Osisko va acquérir jusqu’à 3,0 millions de dollars en actions accréditives dans le cadre des transactions par voie de prise ferme.

Pour des informations plus détaillées, le lecteur est prié de consulter les communiqués de Falco déposés sur SEDAR (www.sedar.com). Pour des informations plus détaillées sur l’ÉÉP, le lecteur est prié de consulter le rapport technique (Règlement 43-101) de Falco intitulé « Preliminary Economic Assessment of the Horne 5 Project », daté du 28 avril 2016 et déposé sur SEDAR.

Projet Windfall

La Société détient une redevance de 1,5 % NSR sur la propriété Windfall détenue par Minière Osisko.

Le 5 octobre 2016, Osisko a exercé son option visant à acquérir une redevance de 1 % NSR sur la propriété Windfall pour la somme de 5,0 millions de dollars. Osisko détenait déjà une redevance de 0,5 % NSR sur la propriété Windfall. Par conséquent, la redevance sur la propriété Windfall s’élève maintenant à 1,5 % NSR.

En avril 2016, Minière Osisko a indiqué qu’un programme de forage de 55 000 mètres avait débuté en octobre 2015 à Windfall. Le programme a par la suite été augmenté à 100 000 mètres en juin, puis à 150 000 mètres en septembre 2016. Le 19 septembre 2016, Minière Osisko a indiqué qu’au cours des semaines précédentes, les efforts de l’équipe d’exploration et de la société en général étaient désormais axés sur le projet Windfall. L’équipe d’exploration a obtenu beaucoup de succès en découvrant de nouvelles extensions aux zones déjà connues et en définissant de nouvelles zones minéralisées parallèles, comme la zone Wolf récemment annoncée, au sein des principaux corridors minéralisés. Minière Osisko a annoncé que selon toute attente, la Société devrait continuer d’augmenter l’étendue de la Zone Principale en poursuivant les travaux de forage, particulièrement vers l’est-nord-est et en profondeur.

Pour des informations plus détaillées, le lecteur est prié de consulter les communiqués de Minière Osisko ainsi que le profil de Minière Osisko sur SEDAR (www.sedar.com).

Projet Marban

Osisko est titulaire d’une redevance de 0,425 % NSR sur le projet aurifère Marban, détenue par Minière Osisko, et est en droit de recevoir un paiement de 4,25 millions de dollars suivant une décision d’aller en production.

Minière Osisko a publié en juin 2016 une mise à jour de l’estimation des ressources sur son projet aurifère Marban, détenu en propriété exclusive et situé près de la ville de Malartic au Québec. Cette mise à jour est le résultat de 92 900 mètres de forage intercalaire et de nouvelles analyses de carottes de forages historiques, travaux réalisés depuis la dernière estimation de ressources publiée pour les gîtes Marban et Norlartic. Ce nouvel estimé a permis d’accroître l’inventaire de ressources aurifères et d’en convertir la majeure partie en ressources de catégories mesurée et indiquée (« M+I ») à l’intérieur d’un modèle de fosse.

Minière Osisko a souligné les faits saillants suivants à propos de la mise à jour des estimations de ressources sur Marban :

  • Les ressources M+I dans la fosse (total des gîtes Marban et Norlartic) s’établissent maintenant à 1,48 million d’onces d’or contenues dans 37,0 millions de tonnes à une teneur avant dilution de 1,24 g/t Au, en plus des ressources présumées dans la fosse de 0,13 million d’onces d’or contenues dans 3,6 millions de donnes à une teneur avant dilution de 1,15 g/t Au. Les ressources restreintes à la fosse sont basées sur un modèle de fosse optimisé dans Whittle selon un prix de l’or à 1 250 $ US l’once et à une teneur de coupure externe calculée de 0,4 g/t Au.
  • À un seuil de coupure plus élevé de 1,0 g/t Au, les ressources M+I dans la fosse s’élèvent à 1,04 million d’onces d’or contenues dans 16,5 millions de tonnes à une teneur avant dilution de 1,97 g/t Au, ce qui représente 70 % de l’ensemble des onces provenant des ressources M+I restreintes à la fosse.
  • Le nouvel inventaire de ressources minérales M+I globales est actuellement de 1,83 million d’onces d’or contenues dans 47,6 millions de tonnes à une teneur moyenne de 1,20 g/t Au et l’inventaire de ressources minérales présumées globales est de 0,41 million d’onces d’or contenues dans 12,2 millions de tonnes à une teneur moyenne de 1,03 g/t Au (basé sur une teneur de coupure de 0,40 g/t Au).
  • Les gîtes Marban et Norlartic sont tous deux ouverts en profondeur et des forages supplémentaires sont planifiés pour vérifier la possibilité d’ajouter des ressources qui pourraient être exploitées par des méthodes souterraines.

Pour des informations plus détaillées, le lecteur est prié de consulter les communiqués de Minière Osisko ainsi que le profil de Minière Osisko sur SEDAR (www.sedar.com).

Redevances – Sommaire des actifs en exploitation et des actifs avancés, mais non en exploitation

Le tableau suivant illustre les droits de redevances clés de la Société dans des projets en production ou à un stade avancé :

Actif Exploitant Droits(1) Produits Juridiction Étape
Canadian Malartic Agnico/Yamana Redevance de 5,0 % NSR Au Québec Production
Éléonore Goldcorp Redevance de 2,0 à 3,5 % NSR Au Québec Production
Island Gold(2) Mines Richmont Redevance de 1,7 à 2,55 % NSR Au Ontario Production
Bloc Hewfran(2) Ressources Metanor Redevance de 1,7 % NSR Au Québec Production
Vezza Ressources Nottaway inc. Redevance de 5 % NSR et de 40 % NPI Au Québec Production
Horne 5 Falco Flux d’or/d’argent ou redevance de 1 % NSR Au, Ag, Cu Québec Exploration
Lamaque(2) Integra Gold Redevance de 1,7 % NSR Au Québec Exploration
Cariboo Barkerville Redevance de 1,5 % NSR Au Colombie-Britannique Exploration
Windfall Minière Osisko Redevance de 1,5 % NSR Au Québec Exploration
Marban Minière Osisko Redevance de 0,425 % NSR Au Québec Exploration
Hermosa Arizona Mining Redevance de 1 % NSR Zn, Pb, Ag Arizona, É.U. Exploration
Pandora Agnico/Yamana Redevance de 2 % NSR Au Québec Exploration
Malartic – Odyssey Nord Agnico/Yamana Redevance de 3 % NSR Au Québec Exploration
Malartic – Odyssey Sud Agnico/Yamana Redevance de 5 % NSR Au Québec Exploration
Upper Beaver Agnico/Yamana Redevance de 2 % NSR Au, Cu Ontario Exploration
Hammond Reef Agnico/Yamana Redevance de 2 % NSR Au Ontario Exploration
Camp de Kirkland Lake Agnico/Yamana Redevance de 2 % NSR Au, Cu Ontario Exploration
Copperwood Highland Copper Redevance de 3 % NSR(3) Ag, Cu Michigan, É.U. Exploration
Propriétés Baie-James Minière Osisko Redevance de 1,5 à 3,5 % NSR(4) Au, Ag Québec Exploration
Propriétés Baie-James Minière Osisko Redevance de 2,0 % NSR(4) Autres que
Au, Ag
Québec Exploration

Options de redevances – Sommaire des actifs avancés mais non en exploitation

Actif Exploitant Droits Coût de
l’option
Produits Juridiction Étape
Neita Unigold Redevance
de 2 % NSR
2,0
millions $
Au République
dominicaine
Exploration
Yellowknife
City Gold
TerraX Redevance
de 3 % NSR
4,0
millions $
Au Territoires
du Nord-Ouest
Exploration
(1) En 2015, la Société a acquis un portefeuille de 28 redevances canadiennes détenu par Teck Resources Limited (« Teck ») pour une contrepartie de 24,2 millions de dollars en espèces.
(2) Après la vente d’un intérêt de 15% sur les redevances acquises de Teck à la CDPQ.
(3) Redevance de 3,0% NSR sur le projet Copperwood. Suivant la clôture de l’acquisition du projet White Pine, Highland Copper accordera à Osisko une redevance de 1,5% NSR sur tous les métaux produits sur le projet White Pine, et la redevance d’Osisko sur le projet Copperwood sera alors réduite à 1,5%.
(4) Le 4 octobre 2016, Osisko a conclu une entente d’acquisition de participation en exploration avec Minière Osisko en vertu de laquelle Minière Osisko peut acquérir 100% de la participation d’Osisko dans 28 propriétés d’exploration situées dans les régions de la Baie-James et de la Fosse du Labrador (à l’exception du projet de cuivre-zinc Coulon et de quatre autres propriétés d’exploration) après avoir investi un montant total de 32,0 millions de dollars sur une période de sept ans; Minière Osisko aura acquis une participation de 50% après avoir engagé des dépenses totalisant 19,2 millions de dollars sur une période de quatre ans. Osisko conservera une redevance variable de 1,5% à 3,5% NSR sur les métaux précieux et une redevance de 2,0% NSR sur les autres métaux et minéraux produits sur les propriétés. Les nouvelles propriétés acquises par Minière Osisko dans une région déterminée durant une période de sept ans seront assujetties à une entente de redevances en faveur d’Osisko selon des termes similaires. La transaction s’appliquant aux propriétés demeure sujette à l’approbation de tierces parties, le cas échéant.

Portefeuille de placements

Les actifs de la Société comprennent un portefeuille d’actions de sociétés cotées en bourse. Osisko investit, et a l’intention de continuer à investir, de temps à autre, dans diverses sociétés dans le secteur de l’industrie minière à des fins d’investissement, et avec l’objectif d’améliorer sa capacité à acquérir des intérêts dans des actifs d’exploration, des redevances ou des flux de revenus futurs. En plus des objectifs de placements, dans certains cas, la Société peut décider de jouer un rôle plus actif, en fournissant du personnel de gestion, un soutien technique et/ou administratif ainsi qu’en nommant des individus au conseil d’administration des sociétés dans lesquelles elle investit.

Osisko pourrait, de temps en temps et sans préavis, sauf si requis par la loi, accroître ou réduire ses placements à sa discrétion.

Minière Osisko inc.

Au 30 septembre 2016, Osisko détenait une participation de 13,9 % dans Minière Osisko.

En juillet 2016, Minière Osisko a clôturé un placement privé d’actions accréditives d’un montant de 25,0 millions de dollars et en septembre 2016, Minière Osisko a clôturé un placement privé d’actions ordinaires d’un montant de 32,3 millions de dollars.

Pour des informations plus détaillées, le lecteur est prié de consulter les communiqués de Minière Osisko et le profil de Minière Osisko sur SEDAR (www.sedar.com).

Labrador Iron Ore Royalty Corporation

Osisko détient une participation de 9,8 % dans LIORC. La Société considère cet investissement comme une opportunité de diversification de ses actifs et des matières premières auxquelles elle est exposée par rapport à son portefeuille actuel de redevances. LIORC est entièrement axée sur les opérations de la Compagnie minière IOC (« IOC ») par le biais des éléments suivants :

  • Une redevance brute de 7 % sur les mines de fer d’IOC;
  • Des droits de commercialisation de 0,10 $ par tonne sur tous les produits vendus par IOC; et
  • Une participation directe de 15 % dans IOC.

IOC est un grand producteur canadien de minerai de fer détenu par Rio Tinto (59 %), Mitsubishi Corporation (26 %) et LIORC. La mine, située à Terre-Neuve-et-Labrador au Canada, produit et traite du concentré de minerai de fer et des boulettes depuis 1954.

Le 4 août 2016, LIORC a indiqué que les perspectives pour le reste de l’année semblaient prometteuses, puisque IOC s’attend toujours à produire près de 21 millions de tonnes de concentré et à en utiliser 11 millions de tonnes pour produire 10 millions de tonnes de boulettes, ce qui laisserait environ 10 millions de tonnes de concentré disponible pour la vente. IOC s’attend à pouvoir vendre la totalité des boulettes et du concentré produits. Les prix pour le minerai de fer et en particulier la prime pour les boulettes sont présentement très fermes suivant les creux atteints à la fin de l’année dernière. Bien que les prévisions quant à la direction que prendront les prix soient mitigées, l’optimisme semble être revenu sur les marchés. Avec l’augmentation prévue de la production de concentré et en supposant que les prix demeureront aux niveaux actuels et que le dollar canadien ne prendra pas trop de vigueur par rapport au dollar américain, les résultats pour le reste de l’année devraient être positifs pour LIORC.

Historiquement, LIORC a distribué ses revenus, nets de ses dépenses limitées d’opérations, aux actionnaires. La Société a acquis sa prise de participation dans LIORC pour 105,7 millions de dollars et a reçu à ce jour 10,5 millions de dollars en dividendes, incluant 6,3 millions de dollars en 2016 (4,7 millions de dollars pour les neuf premiers mois).

Pour des informations plus détaillées, le lecteur est prié de consulter les communiqués de LIORC déposés sur SEDAR (www.sedar.com) et les communiqués de Rio Tinto et LIORC disponibles sur leur site web respectif (www.riotinto.com et www.labradorironore.com).

Position financière

Au 30 septembre 2016, la trésorerie et les équivalents de trésorerie de la Société s’élevaient à 392,7 millions de dollars comparativement à 258,5 millions de dollars au 31 décembre 2015.

De plus, la Société a accès à un montant allant jusqu’à 200 millions de dollars en espèces en vertu de sa facilité de crédit renouvelable, dans le but d’acquérir des redevances et flux de métaux.

Dividende trimestriel

Le 9 novembre 2016, le conseil d’administration a annoncé un dividende trimestriel de 0,04 $ par action ordinaire, payable le 16 janvier 2017 aux actionnaires inscrits aux registres à la fermeture des bureaux le 31 décembre 2016.

La Société a mis en place un régime de réinvestissement des dividendes (« RRD ») qui permet aux actionnaires canadiens de réinvestir leurs dividendes en espèces dans des actions ordinaires additionnelles La Société émettra des actions ordinaires à un escompte de 3% sur le cours moyen pondéré des actions ordinaires à la Bourse de Toronto au cours des cinq (5) jours précédant la date de paiement du dividende. Les actionnaires qui souhaitent participer au RRD n’ont pas à payer de commissions, de frais de services ou de frais de courtage.

Inscription à la Bourse de New York

Le 6 juillet 2016, les négociations sur les actions ordinaires de Redevances Aurifères Osisko ont débuté à la Bourse de New York (« NYSE ») sous le symbole « OR ». Osisko est toujours inscrite sur la Bourse de Toronto (« TSX ») sous le symbole « OR ».

L’inscription du titre d’Osisko à une place boursière américaine offre à nos actionnaires existants basés aux États-Unis une plus grande capacité de transiger les titres de la Société et permet à la Société d’accroître sa base d’actionnaires aux États-Unis.

Offre publique de rachat dans le cours normal des activités

La Société recherche constamment des façons de soutenir la valeur de ses actions ordinaires sur les marchés.

Le 17 octobre 2016, Osisko a annoncé que le TSX avait approuvé l’avis d’intention de la Société de procéder à une offre publique de rachat dans le cours normal des activités (le « programme de rachat »). Selon les termes du programme de rachat, Osisko peut acquérir jusqu’à 5 330 217 de ses actions ordinaires émises de temps à autre conformément aux procédures du TSX pour une offre publique de rachat dans le cours normal des activités.

En date du 9 novembre 2016, la Société n’avait fait l’acquisition d’aucune action ordinaire dans le cadre du programme de rachat.

Changements à la haute direction

En août 2016, John Burzynski, vice-président principal, développement des affaires, et Robert Wares, géologue en chef, ont démissionné de la Société afin de concentrer leurs efforts sur Minière Osisko. M. Burzynski demeurera administrateur de la Société.

M. André Gaumond, vice-président principal, développement du Nord-du-Québec, a annoncé sa retraite au début du mois de novembre. La Société continuera néanmoins de bénéficier de ses relations et connaissances puisqu’il demeurera sur le conseil d’administration. M. Gaumond est le fondateur de Mines Virginia et l’un des plus importants actionnaires individuels de la Société.

La Société a le plaisir d’annoncer les nominations de Vincent Metcalfe et Frédéric Ruel respectivement aux postes de vice-président, relations aux investisseurs, et vice-président et contrôleur corporatif. Ils ont contribué au développement de Redevances Aurifères Osisko et vont continuer de contribuer activement à la croissance de la Société.

M. Paul Archer, anciennement vice-président, exploration du Nord, assumera dorénavant le rôle de géologue en chef de la Société. M. Archer a joint Osisko lors de la transaction de Mines Virginia en février 2015 et était membre de l’équipe qui a fait la découverte d’Éléonore.

Perspectives

Les perspectives d’Osisko pour 2016 reposent sur les prévisions publiques disponibles, en particulier les prévisions pour la mine Canadian Malartic telles qu’elles sont publiées par Yamana et Agnico Eagle, celles pour la mine Éléonore publiées par Goldcorp, et les prévisions pour la mine Island Gold publiées par Mines Richmont. En ce qui concerne les redevances sur des propriétés pour lesquelles aucune information publique n’est disponible, Osisko obtient des prévisions internes de la part des exploitants.

La production attribuable à la Société en vertu de redevances pour 2016 est toujours estimée entre 28 000 et 29 000 onces d’or provenant de la mine Canadian Malartic, entre 5 500 et 6 200 onces d’or provenant de la mine Éléonore, et entre 1 000 et 2 000 onces provenant d’autres redevances.

À la suite de l’entente d’acquisition de participation conclue avec Minière Osisko, la Société s’attend à réduire considérablement ses dépenses d’exploration et d’évaluation à compter du 1er octobre 2016. Les dépenses engagées en 2016 sont maintenant estimées à 7,8 millions de dollars (4,8 millions de dollars déduction faite des crédits d’impôts estimatifs), comparativement au montant initialement prévu de 10,3 millions de dollars pour 2016 (8,3 millions de dollars déduction faite des crédits d’impôt d’exploration estimatifs) dont environ 3,8 millions de dollars financés par des institutions du Québec et d’autres partenaires. Au 30 septembre 2016, 7,4 millions de dollars avaient été dépensés en activités d’exploration et d’évaluation (en excluant la variation des comptes débiteurs).

Conférence téléphonique portant sur les résultats du troisième trimestre 2016

Osisko tiendra une conférence téléphonique le jeudi 10 novembre 2016 à 11h00 HNE, durant laquelle la haute direction commentera les résultats financiers et fera le bilan des activités de la Société.

Les personnes intéressées à participer à la conférence téléphonique sont priées de composer le 1-(647)-788-4922 (appels internationaux), ou le 1-(877)-223-4471 (sans frais en Amérique du Nord) au moins cinq à dix minutes avant le début de la conférence. Un téléphoniste redirigera les participants à la conférence téléphonique.

Il sera possible d’écouter l’enregistrement de la conférence à partir du 10 novembre 2016 à 14h00 HNE jusqu’à 23h59 HNE le 17 novembre 2016 en composant le 1-(800)-585-8367 (sans frais en Amérique du Nord) ou le 1-(416)-621-4642, puis le code d’accès 5673354.

À propos de Redevances Aurifères Osisko Ltée

Redevances Aurifères Osisko est une société de redevances intermédiaire de métaux précieux axée sur les Amériques ayant débuté ses activités en juin 2014. La Société détient plus de 50 redevances, incluant une redevance de 5 % NSR sur la mine Canadian Malartic (Canada) et une redevance de 2,0-3,5 % NSR sur la mine Éléonore (Canada). En plus de ses droits de redevances, Osisko détient un portefeuille d’investissements. La Société maintient une solide position financière, avec des liquidités de 393 millions $ en date du 30 septembre 2016, et a distribué des dividendes à ses actionnaires au cours des huit derniers trimestres.

Le siège social d’Osisko est situé au 1100, avenue des Canadiens-de-Montréal, bureau 300, Montréal, Québec, H3B 2S2.

Énoncés prospectifs

Certains énoncés compris dans ce communiqué peuvent être considérés comme des « énoncés prospectifs ». Tous les énoncés dans ce communiqué qui ne sont pas des faits historiques et qui font référence à des événements futurs, des développements ou des performances qu’Osisko prévoit, y compris les attentes de la direction concernant la croissance d’Osisko, les résultats d’exploitation, les estimations des recettes futures, les exigences de capital supplémentaire, l’estimation des réserves minières et des ressources minérales, les estimations de production, les coûts de production et des revenus, la demande future et les prix des produits de base, les perspectives et occasions d’affaires sont des énoncés prospectifs. En outre, les énoncés prospectifs (y compris les données figurant dans les tableaux) sur les réserves et les ressources et les onces d’or équivalent sont des énoncés prospectifs, car ils impliquent l’évaluation implicite, fondée sur certaines estimations et hypothèses et aucune assurance ne peut être donnée que les estimations seront réalisées. Les énoncés prospectifs sont des énoncés qui ne sont pas des faits historiques et qui peuvent généralement, mais pas forcément, être identifiés par l’emploi de mots comme « prévoit », « planifie », « anticipe », « croit », « a l’intention », « estime », « projette », « potentiel », « échéancier », et autres expressions semblables ou des variations (incluant les variantes négatives), ou des énoncés à l’effet que des événements ou des conditions « se produiront », « pourraient » ou « devraient » se produire, incluant notamment le rendement des actifs d’Osisko, la réalisation des avantages découlant de son portefeuille d’investissements et de la transaction avec Minière Osisko, le choix d’alternatives stratégiques concernant les projets Guerrero et Coulon, l’atteinte des prévisions de production et d’opérations publiées par Osisko et les opérateurs des propriétés dans lesquelles Osisko détient une redevance ou un intérêt, le dépôt dans les délais attendus de la décision du cabinet du ministre en lien avec l’agrandissement de la fosse à Canadian Malartic, la réalisation dans les délais de la phase d’accroissement de production par l’opérateur à Éléonore et la réalisation des bénéfices anticipés du plan minier révisé à Éléonore, la conclusion d’un accord de flux de métaux avec Falco et des résultats positifs en matière de travaux d’exploration menés actuellement et planifiés par les opérateurs des propriétés sur lesquelles Osisko détient une redevance ou un intérêt, la livraison dans les délais de l’étude d’évaluation préliminaire de Mines Richmont, la réalisation de la clôture du financement de Falco dans les délais.

Bien qu’Osisko soit d’avis que les attentes exprimées dans ces énoncés prospectifs se fondent sur des hypothèses raisonnables, ces énoncés comportent des risques connus et inconnus, des incertitudes et d’autres facteurs et ne garantissent pas les résultats futurs, et les résultats réels pourraient différer sensiblement des résultats prévus dans les énoncés prospectifs. Parmi les facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des résultats prévus dans les énoncés prospectifs, citons notamment les fluctuations des prix des commodités qui sous-tendent les redevances détenues par Osisko (or et argent); les fluctuations de la valeur du dollar canadien par rapport au dollar américain; les changements réglementaires dans les gouvernements nationaux et locaux, y compris l’octroi des permis et les et les politiques fiscales; la règlementation et les développements politiques ou économiques dans les juridictions où sont situées les propriétés dans lesquelles Osisko détient une redevance ou autre intérêt ou par l’entremise desquelles ils sont détenus; les risques liés aux exploitants des propriétés dans lesquelles Osisko détient une redevance; les opportunités d’affaires qui deviennent disponibles, ou sont poursuivis par Osisko; la disponibilité continue de capital et de financement et le marché ou les conditions économiques générales; les litiges concernant tout titre, permis ou licence liés à des intérêts sur l’une des propriétés dans laquelle Osisko détient une redevance ou un autre droit; des difficultés relatives au développement, à l’obtention de permis, aux l’infrastructure, à l’exploitation ou aux aspects techniques sur l’une des propriétés dans laquelle Osisko détient une redevance ou un autre droit; des différences dans la cadence et l’échéancier de production par rapport aux estimations de ressources ou aux prévisions de production faites par les exploitants des propriétés dans laquelle Osisko détient une redevance ou un autre droit; les risques et les dangers liés à l’exploration, au développement et à l’exploitation minière sur l’une des propriétés dans laquelle Osisko détient une redevance ou d’autres intérêts, y compris, mais sans s’y limiter, les conditions géologiques inhabituelles ou imprévues et métallurgiques, des affaissement ou des effondrements de terrains, les inondations et autres catastrophes naturelles ou des troubles civils ou d’autres risques non assurés.

Les énoncés prospectifs figurant dans ce communiqué de presse sont basées sur des hypothèses jugées raisonnables par la direction incluant notamment: l’exploitation continue des propriétés dans laquelle Osisko détient une redevance ou d’autres intérêts par les propriétaires ou les opérateurs de ces propriétés de manière conforme aux pratiques antérieures; l’exactitude des énoncés publiques et de la divulgation faites par les propriétaires ou les opérateurs de ces propriétés sous-jacentes; l’absence de changement défavorable important dans le prix des commodités qui sous-tendent le portefeuille d’actifs; aucun changement défavorable à l’égard d’une propriété à l’égard de laquelle Osisko détient une redevance ou autre intérêt; l’exactitude de la divulgation publique des attentes relatives au développement de propriétés sous-jacentes qui ne sont pas encore en production; et l’absence d’autres facteurs qui pourraient entraîner que les actions, événements ou résultats réels diffèrent de ceux prévus, estimés ou attendus.

Pour plus de détails au sujet de ces facteurs et hypothèses ainsi que des autres facteurs et hypothèses qui sous-tendent les énoncés prospectifs émis dans le présent communiqué, se reporter à la section intitulée « Facteurs de risque » de la plus récente notice annuelle d’Osisko déposée auprès des commissions en valeurs mobilières canadiennes, et disponibles en versions électroniques sous le profil de l’émetteur d’Osisko sur SEDAR, au www.sedar.com, et auprès de la Securities and Exchange Commission (« SEC ») aux États-Unis, sur EDGAR, au www.sec.gov. L’information prospective présentée dans le présent communiqué reflète les attentes de la Société au moment de l’émission du présent communiqué et est sujette à changement après cette date. La Société décline toute intention ou obligation de mettre à jour ou de réviser tout énoncé prospectif, que ce soit à la suite de nouvelles informations, d’événements futurs ou autrement, à l’exception de ce qui est exigé par la loi.

Mise en garde à l’égard des investisseurs américains concernant l’utilisation d’estimations de réserves minérales et de ressources minérales

Osisko est assujetti aux exigences de présentation de l’information des lois canadiennes applicables sur les valeurs mobilières, et par conséquent présente ses réserves minérales conformément aux normes canadiennes. Les exigences de présentation canadiennes pour la divulgation d’information concernant les propriétés minérales sont régies par le Règlement 43-101. Les définitions du Règlement 43-101 sont celles qui ont été adoptées par l’Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole (l’« ICM »). Les exigences de présentation aux États-Unis sont régies par le Industry Guide 7 (le « Guide 7 ») de la SEC. Le présent rapport de gestion comprend des estimations de réserves minérales et de ressources minérales présentées conformément aux dispositions du Règlement 43-101. Ces normes de présentation visent des objectifs similaires en termes d’évocation d’un niveau approprié de confiance dans les données qui sont présentées, mais s’inspirent d’approches et de définitions différentes. Par exemple, en vertu du Guide 7, la minéralisation ne peut être classée comme une « réserve », à moins qu’il ait été déterminé que la minéralisation peut être économiquement et légalement produite ou extraite au moment où la détermination des réserves est faite. Par conséquent, les définitions des « réserves minérales prouvées » et des « réserves minérales probables » en vertu des normes de l’ICM sont différentes à certains égards des normes de la SEC. Osisko présente aussi des estimations de « ressources minérales » conformément aux dispositions du Règlement 43-101.

Bien que les termes « ressources minérales », « ressources minérales mesurées », « ressources minérales indiquées » et « ressources minérales présumées » soient reconnus en vertu du Règlement 43-101, ce ne sont pas des termes définis selon les normes de la SEC et de façon générale, les sociétés américaines n’ont pas la permission de présenter des estimations de ressources minérales de quelque catégorie que ce soit dans les documents déposés auprès de la SEC. Ainsi, certains renseignements compris dans le présent rapport de gestion, concernant les descriptions de minéralisation et les estimations de réserves minérales et de ressources minérales établies conformément aux normes canadiennes, pourraient ne pas être comparables aux renseignements similaires publiés par les sociétés américaines assujetties aux exigences de présentation et de divulgation de la SEC. Le lecteur est ainsi avisé qu’il ne doit pas supposer que des ressources minérales mesurées ou que des ressources minérales indiquées seront éventuellement converties, en tout ou en partie, en réserves minérales. Le lecteur est aussi avisé qu’il ne doit pas supposer que des ressources minérales présumées existent, en tout ou en partie, ni qu’elles sont économiquement ou légalement exploitables. Par ailleurs, les « ressources minérales présumées » comportent une grande incertitude quant à leur existence et leur faisabilité économique et légale et le lecteur ne devrait pas supposer que des ressources minérales présumées seront éventuellement converties, en tout ou en partie, à une catégorie supérieure. En vertu de la règlementation canadienne, les estimations de ressources minérales présumées ne peuvent servir de fondement pour les études de faisabilité ou d’autres types d’études économiques.

Redevances Aurifères Osisko Ltée
Bilans consolidés
(non audités)
(les montants dans les tableaux sont présentés en milliers de dollars canadiens)
30 septembre 31 décembre
2016 2015
$ $
Actif
Actif courant
Trésorerie et équivalents de trésorerie 392 717 258 509
Placements temporaires 100 200
Comptes débiteurs 9 002 6 244
Autres actifs 1 158 508
402 977 265 461
Actif non courant
Placements dans des entreprises associées 73 783 44 011
Autres placements 209 822 105 485
Droits de redevances 492 596 449 439
Immobilisations corporelles 744 835
Exploration et évaluation 100 229 96 220
Goodwill 111 204 111 204
Impôts sur le résultat différés 7 657 8 778
1 399 012 1 081 433
Passif
Passif courant
Comptes créditeurs et frais courus 5 586 11 469
Dividendes à payer 4 264 3 783
Provisions et autres passifs 4 053 1 264
13 903 16 516
Passif non courant
Dette à long terme 45 552
Provisions et autres passifs 11 479 8 912
Impôts sur le résultat différés 127 344 118 766
198 278 144 194
Capitaux propres
Capital-actions 908 764 745 007
Bons de souscription 30 901 18 072
Surplus d’apport 9 972 10 164
Composante capitaux propres de la débenture convertible 3 091
9 360 (41 203 )
Bénéfices non répartis 236 818 203 800
Capitaux propres attribuables aux actionnaires de Redevances Aurifères Osisko Ltée 1 198 906 935 840
Participations ne donnant pas le contrôle 1 828 1 399
Total des capitaux propres 1 200 734 937 239
1 399 012 1 081 433
Redevances Aurifères Osisko Ltée
États consolidés des résultats
Pour les trois et neuf mois terminés les 30 septembre 2016 et 2015
(non audités)
(les montants dans les tableaux sont présentés en milliers de dollars canadiens, à l’exception des montants par action)
Trois mois terminés le 30 septembre Neuf mois terminés le 30 septembre
2016 2015 2016 2015
$ $ $ $
Produits 17 570 11 724 48 968 32 604
Charges
Épuisement des droits de redevances (2 629 ) (8 463 )
Générales et administratives (3 445 ) (2 829 ) (12 732 ) (10 806 )
Développement des affaires (1 597 ) (2 194 ) (6 419 ) (7 491 )
Exploration et évaluation (241 ) (521 ) (936 ) (1 445 )
Gain (perte) à la cession d’actifs d’exploration et d’évaluation 500 (312 ) 500
Coûts récupérés d’entreprises associées 763 405 2 166 838
Bénéfice d’exploitation 10 421 7 085 22 272 14 200
Produits d’intérêts 932 987 2 249 3 308
Produits de dividendes 1 572 1 560 4 716 4 295
Charges financières (963 ) (162 ) (2 516 ) (444 )
Gain (perte) de change 1 909 5 245 (11 177 ) 6 653
Quote-part de la perte d’entreprises associées (1 334 ) (504 ) (3 730 ) (2 271 )
Autres gains nets (pertes nettes) 9 992 (931 ) 29 542 4 476
Bénéfice avant les impôts sur le résultat 22 529 13 280 41 356 30 217
Charge d’impôts sur le résultat (4 854 ) (3 471 ) (8 156 ) (6 237 )
Bénéfice net 17 675 9 809 33 200 23 980
Bénéfice net (perte nette) attribuable aux :
Actionnaires de Redevances Aurifères Osisko Ltée 17 757 9 872 33 433 24 135
Participations ne donnant pas le contrôle (82 ) (63 ) (233 ) (155 )
Bénéfice net par action
De base 0,17 0,10 0,32 0,28
Dilué 0,17 0,10 0,32 0,28
Redevances Aurifères Osisko Ltée
États consolidés des flux de trésorerie
Pour les trois et neuf mois terminés les 30 septembre 2016 et 2015
(non audités)
(les montants dans les tableaux sont présentés en milliers de dollars canadiens)
Trois mois terminés le 30 septembre Neuf mois terminés
le 30 septembre
2016 2015 2016 2015
$ $ $ $
Activités d’exploitation
Bénéfice net 17 675 9 809 33 200 23 980
Ajustements pour :
Rémunération fondée sur des actions 942 1 461 5 722 3 889
Désactualisation de l’effet à recevoir (363 ) (1 077 )
Épuisement et amortissement 2 698 44 8 647 120
Perte (gain) à la cession d’actifs d’exploration et d’évaluation (500 ) 312 (500 )
Quote-part de la perte d’entreprises associées 1 334 504 3 730 2 271
Gain net à la cession de placements (58 ) (3 410 ) (5 590 )
Variation de la juste valeur d’actifs financiers à la juste valeur par le biais du résultat net (6 301 ) 151 (10 309 ) 236
Charge d’impôts sur le résultat différés 4 854 3 471 8 156 6 237
Perte (gain) de change (1 906 ) (5 240 ) 11 170 (6 641 )
Autres (3 292 ) 925 (14 759 ) 1 102
Flux de trésorerie nets liés aux activités d’exploitation avant la variation des éléments hors caisse du fonds de roulement 16 004 10 204 42 459 24 027
Variation des éléments hors caisse du fonds de roulement (1 026 ) 2 390 (1 797 ) (3 481 )
Flux de trésorerie nets liés aux activités d’exploitation 14 978 12 594 40 662 20 546
Activités d’investissement
Liquidités acquises – acquisition de Virginia 34 900
Diminution nette des placements temporaires 100 4 707 200 32 696
Acquisition de placements (45 563 ) (28 548 ) (64 462 ) (139 582 )
Produit de la cession de placements 2 858 12 204
Acquisition de droits de redevances (750 ) (5 000 ) (50 250 ) (6 000 )
Produit de la vente de droits de redevances 3 630
Immobilisations corporelles (13 ) (2 ) (93 ) (143 )
Exploration et évaluation (2 533 ) (2 352 ) (7,617 ) (5 909 )
Flux de trésorerie nets liés aux activités d’investissement (45 901 ) (31 195 ) (106 388 ) (84 038 )
Activités de financement
Débenture convertible 50 000
Émission d’actions ordinaires et de bons de souscription 1 095 328 177 608 3 711
Investissement de la part des participations ne donnant pas le contrôle 3 637
Émission de bons de souscription spéciaux 200 020
Frais d’émission (57 ) (6 ) (8 066 ) (10 794 )
Frais de financement (844 )
Versement de dividendes (3 795 ) (2 830 ) (11 231 ) (7 166 )
Flux de trésorerie nets liés aux activités de financement (2 757 ) (2 508 ) 211 104 185 771
Augmentation (diminution) de la trésorerie et des équivalents de trésorerie avant l’incidence des variations des taux de change sur la trésorerie et les équivalents de trésorerie (33 680 ) (21 109 ) 145 378 122 279
Incidence des variations des taux de change sur la trésorerie et les équivalents de trésorerie 1 906 5 240 (11 170 ) 6 641
Augmentation (diminution) de la trésorerie et des équivalents de trésorerie (31 774 ) (15 869 ) 134 208 128 920
Trésorerie et équivalents de trésorerie au début de la période 424 491 319 960 258 509 175 171
Trésorerie et équivalents de trésorerie à la fin de la période 392 717 304 091 392 717 304 091
Redevances Aurifères Osisko Ltée
Joseph de la Plante
Vice-président, développement corporatif
(514) 940-0670
jdelaplante@osiskogr.com

Vincent Metcalfe
Vice-président, relations aux investisseurs
(514) 940-0670
vmetcalfe@osiskogr.com

Nouveaux projets d’infrastructure à Edmonton pour lutter contre les fortes pluies et les inondations

EDMONTON, ALBERTA–(Marketwired – 9 nov. 2016) – Tous les Canadiens méritent de vivre dans des collectivités qui sont protégées contre les dangers naturels et les risques environnementaux. L’augmentation des fortes pluies et des inondations occasionne des dégâts sur les plans économique et social, et c’est pourquoi les gouvernements du Canada et de l’Alberta investissent dans les infrastructures en vue d’atténuer ces risques.

L’honorable Amarjeet Sohi, ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, et Don Iveson, maire d’Edmonton, ont annoncé aujourd’hui un nouveau financement pour un important projet de gestion des eaux de pluie à Edmonton.

Au cours des dernières années, le quartier de Mill Woods a été durement touché par de fortes pluies, et plus de 500 résidences ont été inondées en 2012. Ce projet de gestion des eaux pluviales améliorera les capacités de la région en cas de fortes pluies, en permettant le stockage des eaux pluviales et en améliorant la capacité du réseau d’égout pluvial. Une fois terminé, le projet favorisera la protection de plus de 1 000 propriétés, y compris des maisons, des écoles et des entreprises locales.

Le gouvernement du Canada fera une contribution pouvant atteindre 30 316 000 $ dans le cadre du projet. Le gouvernement de l’Alberta versera une contribution pouvant atteindre 11 910 000 $, et la Ville d’Edmonton couvrira le reste des coûts pour ce projet dont le coût total est estimé à 107 081 000 $.

Citations

« Le gouvernement du Canada est déterminé à rendre les collectivités plus sécuritaires et plus résilientes, ce qui est essentiel pour favoriser des débouchés économiques pour la classe moyenne et pour ceux qui travaillent fort pour s’y joindre. J’ai de nombreux amis et de nombreux proches qui vivent à Mill Woods, et je connais toute l’importance de ce projet pour notre collectivité. En réalisant des investissements stratégiques dans les infrastructures efficaces d’atténuation des catastrophes, nous allons réduire la fréquence et la gravité des impacts des catastrophes, et assurer la protection des familles contre les événements naturels extrêmes. »

L’honorable Amarjeet Sohi,

Ministre de l’Infrastructure et des Collectivités

« Les projets d’atténuation des inondations à l’échelle communautaire, tels que les projets qui sont prévus dans le sud-est d’Edmonton, jouent un rôle très important pour protéger les gens, les résidences, les entreprises et les infrastructures essentielles contre les impacts des phénomènes météorologiques violents. Pour donner suite au financement déjà offert par la province, le financement fédéral annoncé aujourd’hui contribuera à répondre à un besoin urgent à Mill Woods, et permettra à Edmonton de pouvoir s’adapter plus efficacement à un climat changeant et à des phénomènes météorologiques extrêmes plus courants. »

L’honorable Shannon Phillips

Ministre de l’Environnement et des Parcs, ministre responsable du Changement climatique

« Nous sommes heureux que les gouvernements de l’Alberta et du Canada aient conclu un partenariat avec nous pour réaliser ce projet d’infrastructure essentiel qui favorisera l’atténuation des risques d’inondation dans la ville. Nous sommes impatients de poursuivre notre collaboration en vue d’investir dans les infrastructures locales, afin de créer des emplois, de favoriser la croissance économique et d’améliorer la qualité de vie des gens d’Edmonton. »

Don Iveson,

Maire d’Edmonton

Liens connexes

Le plan d’infrastructure de 180 milliards de dollars et plus du gouvernement du Canada : http://www.budget.gc.ca/fes-eea/2016/docs/themes/infrastructure-fr.html

Les investissements fédéraux dans les infrastructures de l’Alberta : http://www.infrastructure.gc.ca/map-carte/ab-fra.html

Projets nationaux et régionaux du volet Infrastructures provinciales-territoriales (PNR-VIPT) : http://www.infrastructure.gc.ca/plan/nrp-pnr-prog-fra.html

Programme de résilience communautaire de l’Alberta: http://aep.alberta.ca/water/programs-and-services/alberta-community-resilience-program/default.aspx (en anglais)

Twitter : @INFC_fra

Web : Infrastructure Canada

Brook Simpson
Attaché de presse
Cabinet du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités
613-219-0149
brook.simpson@canada.ca

Kyle Ferguson
Attaché de presse
Ministère de l’Environnement et des Parcs de l’Alberta
780-217-3909
Kyle.Ferguson@gov.ab.ca

Cheryl Oxford
Gestionnaire, Relations avec les médias
Bureau du maire Don Iveson
780-496-8104
cheryl.oxford@edmonton.ca

Infrastructure Canada
613-960-9251
1 877-250-7154
infc.media-medias.infc@canada.ca

RAPPEL/Avis aux médias : Infrastructure Canada

EDMONTON, ALBERTA–(Marketwired – 9 nov. 2016) – Les représentants des médias sont invités à participer à une annonce importante en matière d’infrastructure, en présence de l’honorable Amarjeet Sohi, ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, et de Don Iveson, maire d’Edmonton.

Date : Mercredi 9 novembre 2016
Heure : 11 h
Lieu : Salle des médias, Hôtel de ville
1, square Sir Winston Churchil
Edmonton (Alberta)

Suivez-nous sur Twitter à @INFC_fra

Brook Simpson
Attaché de presse
Cabinet du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités
613-219-0149
brook.simpson@canada.ca

Kyle Ferguson
Attaché de presse
Ministère de l’Environnement et des Parcs de l’Alberta
780-217-3909
Kyle.Ferguson@gov.ab.ca

Cheryl Oxford
Gestionnaire, Relations avec les médias
Bureau du maire Don Iveson
780-496-8104
cheryl.oxford@edmonton.ca

Infrastructure Canada
613-960-9251
Sans frais : 1-877-250-7154
infc.media-medias.infc@canada.ca