L’avion C Series de Bombardier effectue un premier vol transatlantique sans escale entre l’aéroport de London City et l’aéroport John F. Kennedy de New York

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 27 mars 2017) – Bombardier Avions commerciaux a confirmé aujourd’hui qu’un avion C Series avec une charge représentative a effectué, avec succès, un vol sans escale entre l’aéroport de London City (LCY) et l’aéroport John F. Kennedy (JFK) de New York. Le vol intercontinental sans escale fait suite à une série d’essais en vol fructueux visant à valider les capacités de l’avion CS100 à opérer à partir et en direction de LCY, incluant l’atterrissage à forte pente et la performance sur courtes pistes.

« Le programme d’avions C Series a réalisé un autre jalon significatif en complétant les essais de démonstration à l’aéroport de LCY. Le C Series est le seul avion commercial à avoir été conçu spécifiquement pour les opérations à LCY et nous sommes très fiers de sa performance. L’appareil a effectué en douceur les huit décollages et atterrissages au cours d’une période de deux jours, tel que prévu. Ceci confirme les capacités inégalées de l’avion C Series, a déclaré Rob Dewar, vice-président, Programme d’avions C Series, Bombardier Avions commerciaux. L’appareil répond à toutes les attentes en matière de performance et démontre clairement qu’il est l’avion le plus performant et le plus efficace dans la catégorie des 100 à 150 places. »

« Ce fut un plaisir d’accueillir l’avion CS100 de Bombardier et son équipe à l’aéroport de London City pour la première fois, dans le cadre de son processus d’essais et d’évaluation. Suite au vol sans escale historique du C Series vers l’aéroport de JFK, nous nous réjouissons en vue de la finalisation de sa certification avec les autorités, et de l’entrée en service commerciale auprès de passagers avec SWISS qui s’en suivra » a ajouté Decelan Collier, président et chef de la direction de l’aéroport de London City.

L’homologation par Transports Canada et l’EASA pour les opérations d’approche à forte pente de l’avion CS100 est prévue au deuxième trimestre de 2017. Bombardier possède une longue expérience d’opérations à l’aéroport de LCY et ce, avec plusieurs types d’appareils, incluant l’avion turbopropulsé Q400, ainsi que les avions d’affaires Challenger 650, Global 5000 et Global 6000.

L’avion CS100 est l’avion commercial le plus efficace et le plus économique permettant aux transporteurs aériens d’offrir, de manière rentable, des vols intercontinentaux sans escale à partir de l’aéroport LCY en direction de l’Amérique du Nord ainsi que du Moyen-Orient, en plus des possibilités d’établir de nombreuses nouvelles liaisons avec l’Europe, la Russie et l’Afrique du Nord, ce qui était impossible à réaliser avec des avions de génération précédente.

SWISS devrait être la première société aérienne à offrir le service avec l’avion C Series à partir et à destination de l’aéroport LCY plus tard cette année.

Grâce à ses niveaux de bruit et d’émission les plus faibles, comparativement aux avions commerciaux de sa catégorie, l’avion C Series est idéal pour les exploitations en milieu urbain et les aéroports sensibles au bruit. L’avion CS100 offre une empreinte sonore beaucoup plus faible, comparativement à d’autres biréacteurs commerciaux et procure une meilleure qualité environnementale aux résidents de Londres puisqu’il est l’avion commercial de série le plus silencieux.

À propos des avions C Series

Les avions C Series sont les seuls avions optimisés pour le segment de marché des appareils de 100 à 150 places, ce qui est à la base de leur proposition économique et de leurs performances exceptionnelles, ouvrant de nouvelles possibilités pour l’exploitation d’avions monocouloirs. Les avions C Series sont construits par la Société en commandite Avions C Series, filiale du secteur d’activité Bombardier Avions commerciaux de Bombardier Inc.

Composée de l’avion CS100 et de l’avion CS300 de plus grande capacité, la gamme d’avions C Series constitue une fusion de la performance et de la technologie. Le résultat? Des avions qui offrent des performances et des caractéristiques inégalées sur le segment de marché des avions de 100 à 150 places et des coûts par passager de 18 pour cent inférieurs, ce qui en fait les candidats idéaux pour compléter des flottes d’avions monocouloirs de plus grande capacité. Les sociétés aériennes peuvent maintenant exploiter des liaisons auparavant non rentables ni même possibles. L’amélioration de la distance franchissable de plus de 20 pour cent sur des aéroports en haute altitude et au climat chaud – comme Denver, Mexico ou Lhassa – est maintenant confirmée.

Bombardier a établi une nouvelle norme en fait de conception et de polyvalence de la cabine pour assurer une expérience passagers incomparable. Dotés de sièges, de coffres de rangement et de hublots plus grands, les avions C Series proposent une sensation d’espace digne des gros-porteurs qui procure aux passagers un confort inégalé.

Les avions CS100 et CS300 ont en commun plus de 99 pour cent de leurs pièces, ainsi que la même qualification de type. Le moteur révolutionnaire PurePowerMD PW1500G de Pratt & Whitney, combiné à l’aérodynamique évoluée de l’avion, permet une réduction de la consommation de carburant, du bruit et des émissions, faisant des avions C Series les avions les plus conviviaux pour les collectivités.

À propos de Bombardier

Bombardier est le leader mondial de la fabrication d’avions et de trains. Regardant vers l’avenir tout en repoussant les limites du présent, Bombardier fait évoluer la mobilité en répondant à la demande mondiale en moyens de transport plus efficaces, plus durables et plus agréables. Notre leadership résulte d’un vaste éventail de véhicules, de services et, surtout, de nos employés.

Le siège social de Bombardier est situé à Montréal, au Canada. Nos actions (BBD) se négocient à la Bourse de Toronto, et nous sommes l’une des entreprises composant l’indice de durabilité Dow Jones Sustainability North America. Pour l’exercice clos le 31 décembre 2016, nos revenus ont été de 16,3 milliards $. Vous trouverez nouvelles et information à l’adresse bombardier.com ou en nous suivant sur Twitter : @Bombardier.

Notes aux rédacteurs

Des images de l’avion à l’aéroport London City sont affichées avec le présent communiqué de presse à l’adresse www.bombardier.com.

D’autres renseignements sur les avions C Series sont disponibles dans l’espace médias Bombardier Avions commerciaux.

Suivez @BBD_Aircraft sur Twitter pour obtenir les dernières nouvelles et mises à jour de Bombardier Avions commerciaux.

Pour recevoir nos communiqués de presse, visitez la section des fils RSS de notre site Web.

Bombardier, C Series, CS100, Q400, Challenger 650, Global 5000, Global 6000 et L’évolution de la mobilité sont des marques de commerce de Bombardier Inc. ou de ses filiales.

Bryan Tucker
Bombardier Avions commerciaux
+1-450-476-5907
bryan.bca.tucker@aero.bombardier.com
www.bombardier.com

Suncor Energie fait une mise à jour sur le plan de rétablissement de Syncrude

CALGARY, ALBERTA–(Marketwired – 27 mars 2017) – Suncor a fait une mise à jour aujourd’hui au sujet des installations de sables pétrolifères de Syncrude à Mildred Lake suite à l’incident survenu le 14 mars.

Selon l’enquête préliminaire, la cause de l’incident serait attribuable à la perte de confinement d’une canalisation à proximité de l’une des unités d’hydrotraitement du naphta. Les dommages se limitent en grande partie à un râtelier à tuyaux adjacent à l’unité d’hydrotraitement et qui contient de la tuyauterie, des câbles et des circuits électriques.

Syncrude a devancé l’arrêt de maintenance planifié d’une durée de huit semaines qui avait été prévu à l’origine pour avril afin d’atténuer l’impact de l’interruption non planifiée. À compter de cette semaine, Suncor devrait prendre en charge les volumes de la production non traitée de Syncrude afin d’aider à gérer les stocks.

Les expéditions par pipeline de produit traité devraient reprendre jusqu’à environ 50 % de la capacité en avril, puis atteindre graduellement leur niveau normal à la fin de l’arrêt planifié.

Pendant les deux premiers mois de l’année, Syncrude a exercé ses activités de façon fiable, affichant des taux d’utilisation d’environ 95 %. Suncor a aussi tiré une solide production de ses autres actifs des sables pétrolifères et de ses activités extracôtières. En conséquence, l’entreprise ne prévoit pas que cette interruption entraînera un changement dans ses perspectives de production globale pour 2017.

Suncor offre ses vœux de prompt rétablissement à l’employé de Syncrude qui a été blessé lors de l’incident.

Mise en garde – renseignements de nature prospective

Le présent communiqué contient certains renseignements et énoncés prospectifs (collectivement, les « énoncés prospectifs ») au sens attribué à ce terme par les lois canadiennes et américaines applicables régissant les valeurs mobilières. Les énoncés prospectifs du présent communiqué incluent des références à ce qui suit : la durée de l’arrêt planifié; la prévision selon laquelle à compter de cette semaine, Suncor prendra en charge les volumes de la production non traitée de Syncrude afin d’aider à gérer les stocks; le moment prévu de la reprise des expéditions par pipeline de produit traité jusqu’à environ 50 % de la capacité, pour atteindre graduellement leur niveau normal; et la prévision selon laquelle l’interruption n’entraînera pas un changement dans ses perspectives de production globale pour 2017. Certains énoncés prospectifs se reconnaissent à l’emploi de mots tels que « planifié », « prévu » et autres expressions analogues.

Les énoncés prospectifs reposent sur les attentes actuelles, les estimations, les projections et les hypothèses que la Société a formulées à la lumière de l’information qui était à sa disposition au moment où ces énoncés ont été formulés et en fonction de l’expérience de Suncor et de sa perception des tendances historiques, notamment les attentes et hypothèses au sujet de l’exactitude des estimations des réserves et des ressources; les prix des marchandises, les taux d’intérêt et les taux de change; le rendement des actifs et de l’équipement; la rentabilité des capitaux et les économies de coûts; les lois et les politiques gouvernementales applicables, incluant les taux de redevances et les lois fiscales; les taux de production futurs et la suffisance des dépenses en immobilisations budgétées pour l’exécution des activités planifiées; la disponibilité et le coût de la main-d’œuvre et des services; la capacité des tiers à remplir leurs obligations face à Suncor; la réception en temps utile des approbations des autorités de réglementation et des tiers; la durée de l’arrêt planifié; l’impact de l’interruption non planifiée; et le moment prévu de la reprise des expéditions par pipeline de produit traité.

Les énoncés prospectifs ne sont pas des garanties d’un rendement futur et comportent un certain nombre de risques et d’incertitudes, dont certains sont similaires à ceux qui touchent d’autres sociétés pétrolières et gazières et d’autres sont propres à Suncor, y compris : le risque que la durée de l’arrêt planifié ou le moment de la reprise des expéditions par pipeline de produit traité puissent être plus longs que prévu; et le risque que l’impact de l’interruption non planifiée puisse être plus grand que prévu. Les résultats réels de Suncor pourraient différer de façon importante de ceux exprimés ou suggérés de manière implicite dans ses énoncés ou renseignements prospectifs; le lecteur est donc averti de ne pas s’y fier indûment.

La notice annuelle de Suncor, le formulaire 40-F et le rapport annuel aux actionnaires, chacun daté du 1er mars 2017, et les autres documents qu’elle dépose périodiquement auprès des autorités en valeurs mobilières décrivent d’autres risques, incertitudes et hypothèses importants et les autres facteurs qui pourraient avoir une incidence sur les résultats réels et de tels facteurs sont incorporés aux présentes par voie de référence. On peut se procurer gratuitement des exemplaires de ces documents à Suncor au 150, 6th Avenue S.W., Calgary, Alberta T2P 3E3, en en faisant la demande par courriel à invest@suncor.com, en téléphonant au 1-800-558-9071, en allant sur suncor.com/rapportsfinanciers ou en consultant le profil de la Société sur SEDAR au sedar.com ou EDGAR au sec.gov. Sauf dans les cas où les lois applicables sur les valeurs mobilières l’exigent, Suncor se dégage de toute intention ou obligation de mettre à jour ou de réviser publiquement ses renseignements de nature prospective, que ce soit en raison de nouvelles informations, d’événements futurs ou d’autres circonstances.

Suncor Énergie est la plus importante société énergétique intégrée du Canada. Les activités de Suncor sont reliées notamment au développement et à la valorisation des sables pétrolifères, à la production pétrolière et gazière extracôtière, au raffinage du pétrole et à la commercialisation des produits sous la marque Petro-Canada. À titre de membre des indices de durabilité Dow Jones, FTSE4Good et CDP, Suncor exploite les ressources pétrolières de façon responsable, ainsi qu’un portefeuille croissant de sources d’énergie renouvelable. Suncor est inscrite à l’indice boursier UN Global Compact 100 et sur la liste de Corporate Knights’ Global 100. Les actions ordinaires de Suncor (symbole : SU) sont inscrites à la Bourse de Toronto et à la Bourse de New York.

Pour plus d’information à propos de Suncor, visitez notre site Web à suncor.com ou suivez-nous sur Twitter @SuncorEnergy ou ensemble.suncor.com

Demandes des médias :
403-296-4000
media@suncor.com

Demandes des investisseurs :
800-558-9071
invest@suncor.com

TransCanada reçoit un permis présidentiel pour Keystone XL

HOUSTON, TEXAS ET CALGARY, ALBERTA–(Marketwired – 24 mars 2017) – Communiqué de presse – TransCanada Corporation (TSX:TRP) (NYSE:TRP) (TransCanada) a annoncé aujourd’hui que le département d’État des États-Unis a signé et émis un permis présidentiel pour construire l’oléoduc Keystone XL.

« Ceci représente une étape importante pour le projet Keystone XL, a indiqué Russ Girling, président et chef de la direction de TransCanada. Nous apprécions grandement l’administration du président Trump pour l’examen et l’approbation de cette importante initiative et nous sommes impatients de travailler avec eux tandis que nous continuons à investir dans l’infrastructure énergétique de l’Amérique du Nord et à la renforcer. »

Keystone XL est un élément important du portefeuille complet de croissance de TransCanada aux États-Unis, entraînant un investissement de plus de 15 milliards de dollars dans des projets de liquides et de gaz naturel qui créeront des milliers d’emplois bien rémunérés et généreront des avantages économiques substantiels aux États-Unis.

TransCanada continuera de solliciter les principaux intervenants et voisins du Nebraska, du Montana et du Dakota du Sud afin d’obtenir les permis et les approbations nécessaires pour faire avancer ce projet vers la construction.

Conjointement, TransCanada a abandonné sa demande en vertu du chapitre 11 de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) et mettra fin à sa contestation constitutionnelle aux États-Unis.

Forte de plus de 65 ans d’expérience, la société TransCanada est l’un des chefs de file dans les secteurs du développement responsable et de l’exploitation fiable d’infrastructures énergétiques en Amérique du Nord, y compris des gazoducs et des oléoducs, ainsi que des installations de production d’électricité et de stockage de gaz. TransCanada exploite un réseau de gazoducs qui s’étend sur plus de 91 500 kilomètres (56 900 miles), exploitant presque tous les grands bassins d’approvisionnement gazier d’Amérique du Nord. TransCanada est le plus important fournisseur de services de stockage de gaz et de services connexes du continent avec une capacité de stockage de gaz de 18,4 milliards de mètres cubes (653 milliards de pieds cubes). Un important producteur d’électricité indépendant, TransCanada possède plus de 10 700 mégawatts de production d’énergie au Canada et aux États-Unis. TransCanada est également le promoteur et l’exploitant de l’un des principaux réseaux de transport pipelinier acheminant des liquides en Amérique du Nord, d’une longueur de 4 300 kilomètres (2 700 miles), reliant les sources croissantes d’approvisionnement en pétrole et liquides du continent aux marchés et raffineries clés. Les actions ordinaires de TransCanada se négocient sous le symbole TRP aux bourses de Toronto et de New York. Consultez le site TransCanada.com et notre blogue pour en apprendre davantage ou suivez-nous sur les réseaux sociaux et 3BL Media.

ÉNONCÉS PROSPECTIFS

Le présent communiqué de presse peut contenir certains énoncés prospectifs sujets à des incertitudes et à des risques importants (ces énoncés sont généralement accompagnés de mots comme « anticipe », « s’attend à », « croit », « pourrait », « aura », « devrait », « estime », « prévoit » ou d’autres termes similaires). Tous les énoncés prospectifs contenus dans le présent document visent à fournir, aux porteurs de titres de TransCanada et aux investisseurs éventuels, des informations relatives à TransCanada et à ses filiales, y compris l’évaluation, par la direction, des plans et des perspectives financières et opérationnelles futures de TransCanada et de ses filiales. Tous les énoncés prospectifs sont fondés sur les convictions et les hypothèses de TransCanada reposant sur les renseignements accessibles au moment de la formulation de ces énoncés et, par conséquent, ne constituent pas des garanties quant à la performance future de la société. Les lecteurs sont invités à ne pas accorder une confiance excessive à ces énoncés prospectifs, fournis à la date de leur mention dans le présent communiqué de presse, et de ne pas utiliser les renseignements prospectifs ou les perspectives financières à d’autres fins que leur but. La société TransCanada n’est aucunement tenue d’actualiser ou de réviser tout énoncé prospectif, sauf si la loi l’exige. Pour tout renseignement complémentaire sur les hypothèses présentées ainsi que sur les risques et incertitudes pouvant causer une différence entre les résultats réels et ceux prévus, veuillez vous reporter au rapport trimestriel aux actionnaires en date du 16 février 2017 et au rapport annuel 2016 de TransCanada déposés sous le profil de TransCanada sur le site de SEDAR, à www.sedar.com, et auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis, à www.sec.gov.

Personnes-ressources auprès des médias :
Terry Cunha
403 920-7859 ou 800 608-7859

Personnes-ressources TransCanada auprès des analystes et
des investisseurs :
David Moneta/Stuart Kampel
403 920-791 ou 800 361-6522

Le Château demande l’inscription de ses actions à la cote de la TSX-V et leur radiation volontaire de la cote de la TSX

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 24 mars 2017) – Le Château Inc. (la « Société ») (TSX:CTU) a annoncé aujourd’hui avoir présenté une demande d’inscription à la cote de la Bourse de croissance TSX (la « TSX-V ») conformément à ses procédures d’inscription simplifiées pour les sociétés qui transfèrent leur inscription de la Bourse de Toronto (la « TSX ») et avoir demandé la radiation volontaire de ses actions à la TSX. Le Château s’attend à ce que la transition de la TSX à la TSX-V se fasse dans les 60 prochains jours de manière efficace et fluide, sans interruption dans la négociation des actions de la Société par les actionnaires et les investisseurs. La Société publiera un autre communiqué avant la radiation de ses actions de la cote de la TSX et avant leur inscription simultanée à celle de la TSX-V.

Profil

Chef de file au Canada, Le Château est une marque de prêt-à-porter spécialisé qui offre un vaste assortiment de vêtements, d’accessoires et de chaussures modernes aux femmes et aux hommes soucieux de la mode. La marque Le Château est vendue exclusivement par l’intermédiaire des 183 magasins de détail de la Société. Les magasins de détail de la Société se trouvent principalement dans les grands centres commerciaux urbains. La Société complète cette offre par des boutiques ayant pignon sur rue dans des secteurs à fort achalandage piétonnier. En outre, le marketing en ligne de Le Château prend de l’expansion et permet de joindre un plus grand nombre de clients parmi les acheteurs sur Internet au Canada et aux États-Unis. Grâce à sa tradition de 57 ans d’intégration verticale, mettant de l’avant une approche du prêt-à-porter axée sur le design et la fabrication, Le Château occupe une place unique parmi les détaillants de vêtements canadiens.

Informations prospectives

Le présent communiqué peut contenir des informations prospectives portant sur la Société ou sur l’environnement dans lequel elle évolue, qui sont fondées sur des attentes, des estimations et des prévisions de la Société. Plus particulièrement et sans restriction, le présent communiqué contient des déclarations et de l’information prospectives portant sur la radiation d’actions de la cote de la TSX et sur leur inscription simultanée à celle de la TSX-V, laquelle inscription demeure assujettie à l’approbation de la TSX-V. Ces informations ne constituent pas des garanties de rendement futur et comportent des risques et des incertitudes difficiles à prévoir et indépendants de la volonté de la Société. De fait, un certain nombre de facteurs peuvent intervenir et faire en sorte que les résultats réels diffèrent de façon importante de ceux qui sont exprimés aux présentes, facteurs qui sont également évoqués dans d’autres documents publics de la Société. Donc, les lecteurs sont avisés de ne pas accorder une confiance exagérée aux informations prospectives. De plus, ces dernières ne font état que de la situation à la date à laquelle elles ont été formulées, et la Société nie toute intention ou obligation de mettre à jour ou de revoir de telles informations à la suite de quelque événement ou circonstance que ce soit, sauf si la loi sur les valeurs mobilières applicable l’exige.

Les facteurs qui pourraient faire en sorte qu’il y ait un écart important entre les résultats ou les événements réels et les prévisions actuelles comprennent notamment : l’approbation de l’inscription d’actions à la cote de la TSX-V; le renouvellement de la facilité de crédit et les autres risques d’illiquidité; la capacité de la Société à mettre en œuvre avec succès ses initiatives commerciales et la mesure dans laquelle ces initiatives seront aussi fructueuses que prévu; les conditions de concurrence dans le secteur dans lequel la Société exerce ses activités; la variation des dépenses de consommation; la conjoncture économique générale et les incertitudes habituelles liées aux affaires; le caractère saisonnier et les conditions météorologiques; les changements dans les relations qu’entretient la Société avec ses fournisseurs; le renouvellement des contrats de location; la sécurité des technologies de l’information et la perte des données sur les clients; les variations des cours de change; les fluctuations des taux d’intérêt; les modifications des lois, règles et règlements applicables à la Société. Rien ne garantit que la Société pourra de nouveau emprunter un montant suffisant pour répondre à ses besoins ou qu’elle pourra le faire à des conditions acceptables, ou qu’un des actionnaires contrôlants fournira du financement supplémentaire. La liste de facteurs de risque qui précède n’est pas exhaustive, et d’autres facteurs pourraient également avoir une incidence négative sur nos résultats.

Emilia Di Raddo, CPA, CA,
Présidente
514 738-7000

Johnny Del Ciancio, CPA, CA,
Vice-président, finances
514 738-7000

MaisonBrison :
Pierre Boucher
514 731-0000

Source :
Le Château Inc.

Gildan établit un régime automatique d’achat d’actions

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 24 mars 2017) – Les Vêtements de Sport Gildan Inc. (TSX:GIL)(NYSE:GIL) annonce aujourd’hui que, dans le cadre de son offre publique de rachat dans le cours normal des activités déjà annoncée et visant à racheter, aux fins d’annulation, au plus 11 512 267 actions ordinaires de la Société (l’« offre »), elle a conclu un régime automatique d’achat d’actions (le « régime ») avec un courtier désigné en vue de permettre le rachat d’actions ordinaires aux termes du régime à des moments où il lui serait interdit de le faire en raison de restrictions réglementaires ou de périodes volontaires d’interdiction des opérations.

Aux termes du régime, avant d’entrer dans une période volontaire d’interdiction d’opérations, Gildan peut demander, sans y être tenue, au courtier désigné de faire des achats dans le cadre de l’offre conformément au régime. Ces achats seront établis à la discrétion du courtier désigné selon des paramètres établis par Gildan avant la période d’interdiction conformément aux règles de la Bourse de Toronto (la « TSX »), à la législation en valeurs mobilières applicable et aux termes du régime. Le régime a été préalablement autorisé par la TSX et entrera en vigueur le 24 mars 2017.

Hors des périodes volontaires préétablies d’interdiction d’opérations, les actions ordinaires peuvent être rachetées dans le cadre de l’offre à la discrétion de la direction de la Société, conformément aux règles de la TSX et à la législation en valeurs mobilières applicable. L’offre a commencé le 27 février 2017 et prendra fin le 26 février 2018 (ou à une date antérieure à laquelle la Société atteint le nombre maximal de rachats autorisé par l’offre). Tous les rachats effectués aux termes du régime seront inclus dans le calcul du nombre d’actions ordinaires rachetées dans le cadre de l’offre.

À propos de Gildan

Gildan est l’un des principaux fabricants et spécialistes de la mise en marché de vêtements de base de marques de qualité pour la famille, incluant des t-shirts, des vêtements molletonnés, des chandails sport, des sous-vêtements, des chaussettes, des bas collants et des vêtements amincissants. La Société vend ses produits sous un portefeuille diversifié de marques qui lui appartiennent, dont les marques Gildan®, Gold Toe®, Anvil®, Comfort Colors®, American Apparel®, Alstyle®, Secret®, Silks®, Kushyfoot®, Secret Silky®, Peds®, MediPeds® et Therapy PlusMC. La Société distribue également des chaussettes grâce à une licence exclusive pour les chaussettes de marque Under Armour® aux États-Unis, et commercialise aussi une large gamme de produits grâce à une licence mondiale pour la marque Mossy Oak®. Elle vend ses produits dans deux principaux marchés, soit les marchés des vêtements imprimés et de la vente au détail. La Société distribue ses produits au sein des marchés des vêtements imprimés aux États-Unis, au Canada, en Europe, en Asie-Pacifique et en Amérique latine. Sur les marchés de la vente au détail, la Société vend ses produits à un large éventail de détaillants principalement situés aux États-Unis et au Canada et elle assure aussi la fabrication pour une sélection d’importantes marques mondiales grand public axées sur le sport et le style de vie.

Gildan possède et opère des installations de production à grand volume et verticalement intégrées, qui sont principalement situées en Amérique centrale, dans le bassin des Caraïbes, en Amérique du Nord et au Bangladesh. Ces installations sont stratégiquement situées afin de répondre efficacement aux besoins en réapprovisionnement rapide des clients de Gildan. Avec plus de 48 000 employés à l’échelle mondiale, Gildan est engagée à mettre en place des pratiques de premier plan en matière de main-d’œuvre et d’environnement dans toute la chaîne d’approvisionnement de la Société conformément à son programme exhaustif de responsabilité sociale intégré dans la stratégie d’affaires à long terme de la Société. Des informations additionnelles sur Gildan et sur ses pratiques et initiatives en matière de citoyenneté corporative sont disponibles au www.gildan.com et au www.GildanAuthentique.com.

Mise en garde à l’égard des énoncés prospectifs

Certains énoncés qui figurent dans le communiqué de presse, incluant notamment des énoncés concernant le rachat potentiel d’actions ordinaires dans le cadre de l’offre, constituent des énoncés prospectifs au sens de la loi des États-Unis intitulée Private Securities Litigation Reform Act of 1995 et des lois et de la réglementation sur les valeurs mobilières du Canada. Les énoncés prospectifs se reconnaissent généralement à l’emploi de termes ayant une connotation conditionnelle ou prospective, tels que « peut », « fera », « s’attend à », « a l’intention de », « estime », « prévoit », « suppose », « anticipe », « planifie », « croit », « continue », de même que de la forme négative de ces expressions ou des variantes de celles-ci ou de termes semblables. Les énoncés prospectifs, de par leur nature, sont basés sur des hypothèses et sont assujettis à des risques importants et des incertitudes. On ne peut se fier aux énoncés prospectifs en raison, entre autres, de changements aux événements extérieurs, des conditions du marché et des incertitudes générales concernant les affaires. Les résultats réels pourraient différer considérablement des résultats qui sont prévus dans les énoncés prospectifs, dû à un nombre de facteurs identifiés dans les documents déposés par la Société auprès des Autorités canadiennes en valeurs mobilières et de la Securities and Exchange Commission des États-Unis, ainsi que les risques décrits aux rubriques « Gestion des risques financiers », « Principales estimations comptables et jugements » et « Risques et incertitudes » de notre plus récent rapport de gestion pour l’année fiscale terminée le 1er janvier 2017. Rien ne peut garantir que les attentes exprimées dans nos énoncés prospectifs se concrétiseront. À moins d’indication contraire, les énoncés prospectifs présentés dans ce communiqué ont été établis en date de ce dernier et nous ne nous engageons nullement à les actualiser publiquement ni à les réviser à la lumière de nouveaux renseignements ou d’événements futurs ou pour quelque autre motif que ce soit, sauf si les lois ou les réglementations applicables l’exigent. Les énoncés prospectifs contenus dans ce communiqué sont présentés sous réserve expresse de cette mise en garde.

Relations avec les investisseurs :
Sophie Argiriou
Vice-présidente, communications avec les investisseurs
514 343-8815
sargiriou@gildan.com

Relations avec les médias :
Geneviève Gosselin
Directrice, communications corporatives
514 343-8814
ggosselin@gildan.com

Integra Gold annonce la mise à jour de l’estimation des ressources pour le gîte Triangle : les ressources indiquées augmentent de 100 %, passant de 737 590 à 1 473 530 onces d’or

VANCOUVER, BC–(Marketwired – 24 mars 2017) –

Points saillants du communiqué

  • Gîte Triangle à un seuil de coupure de 3,0 g/t or (” Au “) : les ressources indiquées augmentent de 100 %, passant de 737 590 onces Au à 1 473 530 onces Au à une teneur de 7,32 g/t Au, tandis que les ressources présumées diminuent de 1 %, passant de 1 004 170 onces Au à 991 800 onces Au à une teneur moyenne de 5,67 g/t Au.
  • Gîte Triangle à un seuil de coupure de 5,0 g/t Au : les ressources indiquées augmentent de 105 %, passant de 580 150 onces Au à 1 189 550 onces Au à une teneur de 9,24 g/t Au, tandis que les ressources présumées diminuent de 15 %, passant de 744 880 onces Au à 631 200 onces Au à une teneur moyenne de 7,85 g/t Au.
  • L’accroissement des ressources indiquées pour le gîte Triangle se fait largement à l’intérieur de la même empreinte verticale que les estimations de ressources antérieures, soulignant la possibilité d’utiliser les infrastructures déjà planifiées pour accéder à ces onces supplémentaires.
  • La date limite pour la base de données des résultats d’analyse était le 11 janvier 2017; environ 15 000 mètres (” m “) de forage ont été réalisés sur le gîte Triangle depuis cette date limite.
  • Une nouvelle modélisation, une réinterprétation et une estimation des ressources pour le gisement Sigma, jusqu’à une profondeur verticale de 1 800 m, est en cours; la fin des travaux et la publication d’une estimation de ressources validée pour Sigma est prévue au T2 2017.
  • Cinq foreuses sont présentement mobilisées sur la propriété Lamaque, dont trois sur le gîte Triangle, une sur le gîte Cheminée no. 4 et une sur la Cible profonde Lamaque; la Société a réalisé 22 984 m de forage depuis le début de l’année 2017.
  • 750 m de développement ont été réalisés le long de la rampe d’exploration à Triangle (sur un total de 1 219 m). La rampe devrait atteindre la structure C2 du gîte Triangle au début du mois d’avril, et la première station de forage souterrain devrait être mise en fonction au cours des prochaines semaines.

Integra Gold Corp. (TSX CROISSANCE: ICG) (OTCQX: ICGQF), (” Integra ” ou la ” Société “), a le plaisir d’annoncer les résultats d’une mise à jour de l’estimation des ressources pour le gîte Triangle (” Triangle “) sur son projet aurifère Lamaque (” Lamaque ” ou la ” propriété “), entièrement détenu par la Société et situé à Val-d’Or, Québec. Cette mise à jour intègre 117 734 m de nouveaux résultats de forage dans l’estimation des ressources pour Triangle. L’estimation des ressources pour les autres gîtes à Lamaque, notamment les gîtes Cheminée no. 4, N°16, Fortune, Veine n°6 et Parallèle, a été mise à jour en novembre 2016 (voir communiqué publié par la Société le 16 novembre 2016) et n’a pas été modifiée. L’estimation des ressources pour Triangle a été réalisée par la firme GeoPointCom de Val-d’Or, Québec.

L’estimation des ressources pour Triangle annoncée aujourd’hui est une mise à jour de l’estimation des ressources utilisée dans le cadre de l’évaluation économique préliminaire (” EEP “) annoncée par la Société le 27 février 2017. Le plan d’exploitation minière proposé dans le cadre de l’EEP prévoit l’extraction d’un total de 1 401 231 onces, toutes catégories de ressources confondues, des gîtes Triangle, Cheminée no. 4 et Parallèle. De ce nombre, 1 098 515 onces proviendraient du gîte Triangle. La mise à jour de l’estimation des ressources n’affecte ni la validité ni l’actualité de l’EEP. Compte tenu de l’importante augmentation des ressources à Triangle comparativement aux ressources utilisées dans le cadre de l’EEP, Integra est d’avis qu’il existe un bon potentiel de prolonger la durée d’exploitation à Lamaque et d’augmenter le futur débit de traitement à l’usine, potentiel qui sera évalué lors d’études futures.

Les tableaux suivants ont été préparés pour montrer les écarts en termes de tonnages, de teneurs et d’onces contenues depuis la dernière estimation de ressources réalisée pour le gîte Triangle, ainsi que la dernière estimation de ressources globales pour Lamaque.

Tableau 1. Gîte Triangle :
Estimation des ressources de mars 2017 comparée à l’estimation des ressources de novembre 2016

Seuil de coupure   Date des ressources pour le gîte Triangle   Indiquées   Présumées
  Tonnes Teneur 
(g/t Au)
  Onces(Au)   Tonnes   Teneur
(g/t Au)
  Onces(Au)
3,0 g/t Au   Mars 2017   6 262 000 7,32   1 473 530   5 441 000   5,67   991 800
  Novembre 2016   3 273 000 7,01   737 590   4 500 400   6,94   1 004 170
  Écart   +2 989 000 +0,31   +735 940   +940 600   -1,27   -12 370
    +91 % +4 %   +100 %   +21 %   -18 %   -1 %
 
5,0 g/t Au   Mars 2017   4 004 700 9,24   1 189 550   2 501 100   7,85   631 200
  Novembre 2016   2 014 600 8,96   580 150   2 668 700   9,03   744 880
  Écart   +1 990 100 +0,28   +609 400   -167 600   -1,18   -113 680
    +99 % +3 %   +105 %   -6 %   -13 %   -15 %
                           

Tableau 2. Estimation des ressources globales pour la propriété Lamaque :
Estimation des ressources de mars 2017 comparée à l’estimation des ressources de novembre 2016

Seuil de coupure   Date des ressources   Indiquées   Présumées
  Tonnes Teneur
(g/t Au)
  Onces(Au)   Tonnes   Teneur
(g/t Au)
  Onces(Au)
3,0 g/t Au   Mars 2017   8 413 248 7,09   1 917 443   7 130 903   5,86   1 342 204
  Novembre 2016   5 424 248 6,78   1 181 503   6 190 303   6,81   1 354 574
  Écart   +2 989 000 +0,31   +735 940   +940 600   -0,95   -12 370
    +55 % +5 %   +62 %   +15 %   -14 %   -1 %
 
5,0 g/t Au   Mars 2017   5 130 017 9,13   1 505 544   3 514 232   7,94   896 948
  Novembre 2016   3 139 917 8,88   896 144   3 681 832   8,79   1 040 628
  Écart   +1 990 100 +0,25   +609 400   -167 600   -0,85   -143 680
    +63 % +3 %   +68 %   -5 %   -10 %   -14 %
                           

” Compte tenu de la proximité des ressources ajoutées aux infrastructures souterraines présentement envisagées dans le cadre de l’EEP récemment déposée, nous croyons que ces nouvelles ressources pourraient potentiellement avoir un impact positif significatif sur les futurs plans d’exploitation minière et les prochaines études, notamment mais pas uniquement au niveau des coûts d’exploitation par once, de la durée d’exploitation totale et du profil de production annuelle “, a commenté le président et chef de la direction de la Société, Stephen de Jong. ” Nous sommes particulièrement encouragés par l’augmentation substantielle des teneurs, des largeurs et du nombre total d’onces de ressources indiquées dans la structure C2 située à faible profondeur, d’où proviendrait une forte proportion de la production des premières années dans le cadre du plan d’exploitation proposé. Parmi les nouveaux projets aurifères dans le monde à l’heure actuelle, il y en a très peu qui sont situés dans une juridiction de classe mondiale comme Val-d’Or au Québec, qui présentent un profil de production aussi intéressant et en croissance, avec des marges bénéficiaires dans le meilleur quartile et de faibles dépenses en capital requises, qui pourraient potentiellement être développés sur un horizon de deux ans. Non seulement notre projet Lamaque présente ces qualités exceptionnelles, mais notre équipe d’exploration continue, en plus, de confirmer ce que nous avançons, soit qu’il existe encore un important potentiel de croissance des ressources aurifères, tant à Triangle que dans les autres gîtes aurifères adjacents. “

Ressources à Triangle : augmentation significative suivant l’inclusion de 117 734 m de nouveaux résultats de forage

En tout, 117 734 m de nouveaux forages réalisés à la fin de l’année 2015 et tout au long de l’année 2016 à Triangle ont été intégrés dans la nouvelle estimation de ressources annoncée aujourd’hui. Environ 75 % des résultats de forage inclus dans cette mise à jour de l’estimation des ressources peuvent être classés comme des résultats de forage de mise en valeur. Par ailleurs, 15 021 m de forage supplémentaires (75 sondages) ont été réalisés à Triangle depuis la date limite fixée pour la base de données de la présente estimation de ressources. La prochaine mise à jour de l’estimation des ressources pour Lamaque, à l’exception de Sigma où une estimation des ressources est présentement en voie de préparation, est prévue vers la fin de l’année.

Il s’agit de la troisième estimation de ressources réalisée pour Triangle depuis que la Société a identifié les structures à fort pendage (45 à 75 degrés) de type C (les ” structures C “) et défini leur relation avec les structures faiblement inclinées (25 à 55 degrés) (les ” structures subsidiaires ” ou ” C-Splays “). L’épaisseur réelle moyenne et maximale (intersections à plus de 3 g/t Au) pour les structures C et C-Splays sont respectivement de 3,7 m / 14,7 m et 2,6 m / 15,8 m. La plus importante des structures C, la structure C4 (” C4 “), présente une épaisseur réelle moyenne de 4,4 m. Les structures C-Splays se composent de veines de quartz-tourmaline aurifères encaissées dans des cisaillements similaires aux structures C principales; toutefois ces structures subsidiaires sont généralement plus étroites et moins continues.

Pour afficher une section idéalisée des gîtes Triangle et Cheminée no. 4, montrant les domaines structuraux et les modèles géologiques utilisés pour l’estimation des ressources, veuillez cliquer sur le lien suivant :

http://www.integragold.com/site/assets/files/2228/triangle_cross_22march2017.pdf

Tableau 3.
Estimation des ressources de mars 2017 pour le gîte Triangle
(à des seuils de coupure de 3,0 g/t et 5,0 g/t Au)

Seuil de coupure (g/t Au) Indiquées   Présumées
Tonnes Teneur
(g/t Au)
Onces(Au)   Tonnes Teneur
(g/t Au)
Onces(Au)
3,0 g/t 6 262 000 7,32 1 473 530   5 441 000 5,67 991 800
5,0 g/t 4 004 700 9,24 1 189 550   2 501 100 7,85 631 200
La viabilité de ressources minérales qui ne sont pas des réserves minérales n’a pas été démontrée.
 

Mis à part la conversion substantielle de ressources présumées en ressources indiquées (augmentation de 100 % et de 105 % des ressources indiquées à des seuils de coupure de 3 g/t et 5 g/t Au respectivement, voir tableau 1 ci-dessus), il est à noter que la teneur moyenne des ressources indiquées a aussi augmenté de quelques points de pourcentage (4 % et 3 % respectivement à des seuils de coupure de 3 g/t et 5 g/t Au), ce qui suggère que du forage de mise en valeur selon une grille de forage plus serrée pourrait potentiellement avoir un impact positif sur la teneur moyenne.

Les ressources présumées totales, si l’on se fie au nombre d’onces contenues selon un seuil de coupure de 3 g/t Au, ont légèrement diminué comparativement à l’estimation de ressources antérieure. Cette diminution est tout de même considérée positive puisqu’elle démontre que la Société a largement réussi à remplacer les ressources présumées qui ont été converties en ressources indiquées. La teneur des ressources présumées, selon des seuils de coupure de 3 g/t et 5 g/t, a diminué de 18 % et 13 % respectivement. Cette diminution s’explique en partie par la localisation de ces ressources présumées, qui entourent maintenant les ressources indiquées en bordure du gîte. L’espacement de forage est plus grand pour les ressources présumées et la méthodologie de coupure semble avoir un impact plus important sur la teneur moyenne pour cette catégorie de ressources. Il est possible que du forage de mise en valeur réalisé dans ces secteurs, et la conversion potentielle en ressources indiquées, se solderaient par une augmentation de la teneur moyenne.

Tel qu’illustré sur les sections longitudinales des structures C que l’on peut voir en cliquant sur le lien ci-dessous, il semble y avoir une quantité importante de ressources présumées dans les structures C4 et C5 qui pourraient être converties en ressources indiquées suivant des travaux de forage à espacement plus serré. Quant au futur potentiel de croissance des ressources présumées, la section longitudinale pour la structure C5 (en en partie pour la structure C4) montre des résultats de forage dont les extensions demeurent ouvertes et dont l’évaluation nécessiterait d’autres travaux de forage; des travaux de forage sont d’ailleurs prévus à cet effet en 2017. Les structures plus profondes feront aussi l’objet de travaux de forage d’exploration et d’expansion dans l’avenir et pourraient éventuellement contribuer substantiellement à la croissance des ressources, puisqu’il existe présentement peu de résultats de forage en profondeur, au-delà de la structure C5.

L’exploration en cours et l’interprétation de l’ensemble des données continuent d’appuyer le modèle géologique des structures C. L’intégration des structures C a eu un impact positif sur le projet, résultant en une augmentation nette des ressources et un recours accru à des méthodes d’abattage par longs trous dans les futurs plans d’exploitation minière, une méthode d’abattage moins coûteuse et plus efficiente. Le tableau 4 ci-dessous illustre la proportion de minéralisation aurifère contenue dans les structures C versus les structures C-Splays, selon des seuils de coupure de 3 g/t Au et 5 g/t Au et selon les catégories de ressources. Selon le plan d’exploitation minière proposé dans le cadre de l’EEP annoncée par la Société en février 2017, 91 % du minerai à Triangle serait extrait selon des méthodes par longs trous, à l’exception des onces extraites dans le cadre du développement. Il est important de noter qu’une proportion non négligeable des structures C-Splays sont inclinées à plus de 45 degrés, suggérant que ces structures se prêteraient également aux méthodes d’abattage par longs trous.

Tableau 4.
Proportion des ressources (onces) en fonction du type de structure

Seuil de coupure (Au)   Structures C   Structures C-Splays
  Indiquées   Présumées   Indiquées   Présumées
3 g/t   67 %   80 %   33 %   20 %
5 g/t   72 %   87 %   28 %   13 %
                 

Pour afficher les sections longitudinales verticales des structures C à Triangle, montrant les points d’intersection des trous de forage, la distribution des teneurs, et la classification des ressources selon le bloc modèle, veuillez cliquer sur le lien suivant :

http://www.integragold.com/site/assets/files/2226/march_2017_longsections_vuse.pdf

Pour afficher une vue en plan montrant l’emplacement de tous les gîtes sur la propriété, veuillez cliquer sur le lien suivant :

http://www.integragold.com/site/assets/files/2227/pointsofinterestmap_march_2017vfinal.pdf

Sommaire de l’estimation des ressources

D’importants programmes de forage ont été réalisés à Triangle et sur d’autres cibles à Lamaque depuis 2014, et ces travaux ont grandement contribué à améliorer la compréhension de la Société quant à la géologie du projet, en particulier au niveau de la distribution et des contrôles sur la minéralisation aurifère. Cette compréhension a permis de raffiner plusieurs paramètres clés utilisés pour l’estimation des ressources comparativement aux estimations antérieures. Ces raffinements sont brièvement abordés dans le présent communiqué de presse et seront décrits plus en détail dans le rapport technique conforme au Règlement 43-101 qui sera déposé sur SEDAR d’ici 45 jours.

Les ressources globales pour Lamaque sont présentées dans les tableaux qui suivent. La méthodologie d’estimation utilisée est le krigeage ordinaire (” KO “) pour tous les gîtes énumérés ci-dessous. Les tableaux présentent les ressources selon des seuils de coupure de 3 g/t Au et de 5 g/t Au. La Société anticipe utiliser un seuil de coupure entre 4,5 g/t Au et 5,5 g/t Au pour chaque gîte lorsque viendra le temps d’optimiser les ressources en onces potentiellement exploitables dans le cadre de futurs plans d’exploitation minière. La viabilité économique de ressources minérales qui ne sont pas des réserves minérales n’a pas été démontrée.

Tableau 5.
Estimation de ressources de mars 2017 pour la propriété Lamaque
(seuil de coupure de 3 g/t Au)

Gîte   Indiquées   Présumées
  Tonnes   Teneur 
(g/t Au)
  Onces (Au)   Tonnes   Teneur 
(g/t Au)
  Onces (Au)
Triangle (1)   6 262 000   7,32   1 473 530   5 441 000   5,67   991 800
Cheminée no. 4 (2)   505 448   6,67   108 443   915 903   6,84   201 464
Parallèle (3)   761 100   7,48   182 920   382 100   5,72   70 290
Veine no. 6 (4)   462 800   5,60   83 450   362 000   6,40   74 240
Fortune (5)   330 200   5,10   53 660   28 100   4,60   4 160
No. 16 (6)   91 700   5,20   15 440   1 800   4,20   250
Total   8 413 248   7,09   1 917 443   7 130 903   5,86   1 342 204
                         

Tableau 6.
Estimation de ressources globales de mars 2017 pour la propriété Lamaque
(seuil de coupure de 5 g/t Au)

Gîte   Indiquées   Présumées
  Tonnes   Teneur 
(g/t Au)
  Onces (Au)   Tonnes   Teneur 
(g/t Au)
  Onces (Au)
Triangle (1)   4 004 700   9,24   1 189 550   2 501 100   7,85   631 200
Cheminée no. 4 (2)   300 417   8,56   82 634   579 432   8,59   160 028
Parallèle (3)   426 800   10,29   141 210   184 100   7,70   45 560
Veine no. 6 (4)   201 300   7,90   51 280   239 800   7,50   58 080
Fortune (5)   155 000   6,30   31 620   9 400   6,60   1 990
No. 16 (6)   41 800   6,90   9 250   400   6,40   90
Total   5 130 017   9,13   1 505 544   3 514 232   7,94   896 948
     
(1)   Triangle : La date d’effet est le 17 mars 2017; densité apparente de 2,8 g/cm3; modèle géologiquement contraint avec des limites fermes; application d’une teneur de coupure supérieure de 20 g/t Au sur des composites lorsque les cellules estimées sont situées à plus de 15 m d’un forage, sinon aucune teneur de coupure supérieure appliquée; résultats de forage regroupés en composites sur la longueur totale de chaque zone avant l’analyse géostatistique; épaisseur réelle minimale de 2 m, dilué au besoin avec la teneur en place lorsque des résultats d’analyse sont disponibles, sinon dilué avec une teneur de ” zéro “; krigeage ordinaire; seuil de coupure de 3 g/t calculé aux fins de l’estimation des ressources officielle.
(2)   Cheminée no. 4 : La date d’effet est le 28 octobre 2016; densité apparente de 2,80 g/cm3; modèle géologiquement contraint avec des limites fermes; application d’une teneur de coupure supérieure de 20 g/t Au sur des composites lorsque les cellules estimées sont situées à plus de 15 m d’un forage, sinon aucune teneur de coupure supérieure appliquée; résultats de forage regroupés en composites de 1 m de longueur dans l’axe de forage avant l’analyse géostatistique; épaisseur réelle minimale de 2 m, dilué au besoin avec la teneur en place lorsque des résultats d’analyse sont disponibles, sinon dilué avec une teneur de ” zéro “; krigeage ordinaire; seuil de coupure de 3 g/t calculé aux fins de l’estimation des ressources officielle. Le scénario retenu comprend seulement des zones de cisaillement.
(3)   Parallèle : La date d’effet est le 5 février 2016; densité apparente de 2,80 g/cm3; modèle géologiquement contraint avec des limites fermes; valeurs aurifères individuelles coupées à 100 g/t Au, puis application d’une teneur de coupure supérieure de 20 g/t Au sur des composites lorsque les cellules estimées sont situées à plus de 15 m d’un forage, sinon aucune teneur de coupure supérieure appliquée; résultats de forage regroupés en composites de 1 m de longueur dans l’axe de forage avant l’analyse géostatistique; épaisseur réelle minimale de 2 m, dilué au besoin avec la teneur en place lorsque des résultats d’analyse sont disponibles, sinon dilué avec une teneur de ” zéro “; krigeage ordinaire; seuil de coupure de 3 g/t calculé aux fins de l’estimation des ressources officielle.
(4)   Veine no. 6 : La date d’effet est le 17 juin 2016; densité apparente de 2,8 g/cm3; modèle géologiquement contraint avec des limites fermes; application d’une teneur de coupure supérieure de 20 g/t Au sur des composites lorsque les cellules estimées sont situées à plus de 15 m d’un forage, sinon aucune teneur de coupure supérieure appliquée; résultats de forage regroupés en composites de 1 m de longueur dans l’axe de forage avant l’analyse géostatistique; épaisseur réelle minimale de 2 m, dilué au besoin avec la teneur en place lorsque des résultats d’analyse sont disponibles, sinon dilué avec une teneur de ” zéro “; krigeage ordinaire; seuil de coupure de 3 g/t calculé aux fins de l’estimation des ressources officielle.
(5)   Fortune : La date d’effet est le 6 avril 2016; densité apparente de 2,82 g/cm3; modèle géologiquement contraint avec des limites fermes; valeurs individuelles non coupées; résultats de forage regroupés en composites de 1 m de longueur dans l’axe de forage avant l’analyse géostatistique; épaisseur réelle minimale de 2 m, dilué au besoin avec la teneur en place lorsque des résultats d’analyse sont disponibles, sinon dilué avec une teneur de ” zéro “; krigeage ordinaire; seuil de coupure de 3 g/t calculé aux fins de l’estimation des ressources officielle.
(6)   No. 16 : La date d’effet est le 18 novembre 2016; densité apparente de 2,80 g/cm3; modèle géologiquement contraint avec des limites fermes; valeurs individuelles coupées à 35 g/t Au; résultats de forage regroupés en composites de 0,7 m de longueur dans l’axe de forage avant l’analyse géostatistique; épaisseur réelle minimale de 2 m, dilué au besoin avec la teneur en place lorsque des résultats d’analyse sont disponibles, sinon dilué avec une teneur de ” zéro “; krigeage ordinaire; seuil de coupure de 3 g/t calculé aux fins de l’estimation des ressources officielle.
     

L’estimation des ressources pour le gîte Cheminée no. 4 (” Cheminée no. 4 “) présentée ci-dessus a été préparée à l’automne 2016 en tenant compte des structures de cisaillement à fort pendage similaires aux structures C présentes à Triangle. Une deuxième passe a été effectuée afin d’évaluer le potentiel pour des ressources à plus basse teneur potentiellement exploitables en vrac dans les amas de veines avoisinants (les ” amas P4 “). À titre comparatif et afin d’assurer une certaine uniformité avec les ressources divulguées antérieurement, seules les structures de cisaillement à fort pendage de la Cheminée no. 4 ont été incluses dans les ressources globales présentées dans les tableaux ci-dessus pour Lamaque. De plus amples détails sur la méthodologie employée à la Cheminée no. 4 et les résultats sont disponibles dans le communiqué publié par la Société le 16 novembre 2016 ou en consultant le plus récent rapport technique datant de décembre 2016, disponible sur SEDAR ou sur le site web de la Société.

Mise à jour de l’estimation des ressources en cours à Sigma

Une mise à jour de l’estimation des ressources pour le gisement Sigma, suivant une réinterprétation complète et une nouvelle modélisation de la surface jusqu’à une profondeur verticale de 1 800 m, est en voie de préparation et devrait être terminée et publiée au T2 2017. Le gisement Sigma est adjacent aux infrastructures d’usinage de la Société et est situé à environ 3 km au nord-ouest de Triangle.

La totalité des données de forage et d’échantillons en rainures souterrains dans la base de données de la mine Sigma sera recompilée et revalidée par InnovExplo. Après cette étape de validation, les zones connues de minéralisation aurifère au sein du gisement seront remodélisées et une nouvelle estimation des ressources conforme au Règlement 43-101 devrait être complétée au T2 2017. Malgré la quantité impressionnante de données de forage à espacement serré et de données souterraines utilisées pour le nouveau modèle et l’estimation, toutes ces ressources seront classées dans la catégorie des ressources présumées puisque les données sont de nature historique et ne peuvent, pour l’instant, être validées de façon adéquate par de nouveaux travaux de forage, d’échantillonnage et en appliquant un protocole approprié d’assurance-qualité/contrôle de la qualité (” QA/QC “) conforme au Règlement 43-101.

Prochaines étapes sur le projet Lamaque

Jusqu’à présent en 2017, 22 884 m de forage de mise en valeur et d’expansion ont été complétés en 102 sondages à Lamaque, dont 15 021 m en 75 sondages à Triangle. Les résultats de forage en 2017, lesquels ont été divulgués à intervalles réguliers depuis le début de l’année, démontrent le potentiel d’accroître davantage les ressources à Triangle.

Par exemple, les travaux de forage en surface réalisés en 2017 selon un espacement de 20 m à 25 m dans la partie supérieure de la structure C2 à Triangle, dans le secteur de l’échantillonnage en vrac proposé, ont livré des teneurs plus élevées et des intersections plus larges que ce qui avait été anticipé selon le bloc modèle, suggérant un futur potentiel d’accroître les ressources à l’interne à Triangle.

Voici quelques résultats de forage provenant de cette partie de la structure C2, qui ont été publiés depuis la date limite pour la base de données de l’estimation des ressources annoncée aujourd’hui (aucune teneur de coupure appliquée, longueurs dans l’axe de forage, consultez les tableaux d’analyse complets des communiqués de 2017 pour les résultats coupés et pour de plus amples détails) :

  • 71,61 g/t Au sur 14,75 m (C2 – TM-17-261)
  • 26,31 g/t Au sur 8,55 m (C2 – TM-17-253)
  • 21,96 g/t Au sur 5,75 m (C2 – TM-17-259)
  • 53,70 g/t Au sur 2,10 m (C2-30 – TM-16-222A)
  • 17,29 g/t Au sur 2,65 m (C2 – TM-16-224BW01)
  • 40,43 g/t Au sur 2,80 m (C2 – TM-16-225)
  • 22,06 g/t Au sur 7,85 m (C2 – TM-16-226)
  • 36,86 g/t Au sur 5,55 m (C2 – TM-16-229A)

La Société dispose actuellement de cinq foreuses au diamant en activité sur la propriété Lamaque, dont trois à Triangle, une sur la Cheminée no. 4 et une sur la Cible profonde Lamaque. Le programme de forage 2017 prévoit un minimum de 71 000 m de forage en surface. Les travaux de forage en 2017 continueront de se concentrer sur Triangle et la Cheminée no. 4, en plus des principales cibles d’exploration dont la Cible profonde Lamaque et les cibles prioritaires du défi Ruée vers l’or.

La Société prévoit également réaliser environ 10 000 m de forage de définition sous terre, débutant au cours des prochaines semaines, à partir de la rampe d’exploration à Triangle, qui a déjà progressé de 750 m. Les travaux de forage souterrain cibleront initialement la structure C2 à intervalles de 10 m, dans le secteur sélectionné pour l’échantillonnage en vrac.

Profil du projet et de la Société

Integra est une société d’exploration aurifère qui possède des projets à Val-d’Or, au Québec, l’une des meilleures régions minières au monde. Les principales activités de la Société concernent le projet à haute teneur Lamaque Sud. À l’automne 2014, en faisant l’acquisition de l’usine et du complexe minier Sigma, Integra s’est dotée d’une installation d’une capacité quotidienne de 2 200 tonnes et d’une installation de stockage des résidus pour lesquelles elle dispose de tous les permis nécessaires. Grâce aux permis fédéraux et provinciaux détenus, aux infrastructures existantes, et au potentiel d’exploration significatif, cette acquisition a permis d’éliminer d’importantes dépenses en immobilisations et d’écourter les délais normalement associés aux projets de développement minier. Integra a pu recueillir plus de 125 millions de dollars depuis 2013 et a vu le cours de son action grimper, malgré le prix de l’or à la baisse.

De plus amples détails à propos de l’estimation des ressources, notamment sur les hypothèses, les paramètres, les risques et les mesures de vérification des données, seront disponibles dans un rapport technique mis à jour sur Lamaque, qui sera déposé par Integra dans les 45 jours suivant la date du présent communiqué de presse.

L’EEP dont il est question dans le présent communiqué est considérée de nature préliminaire. Elle comprend des ressources minérales présumées qui sont considérées comme trop spéculatives pour y appliquer des considérations économiques permettant de les classer dans la catégorie des réserves minérales. La viabilité de ressources minérales qui ne sont pas des réserves minérales n’a pas été démontrée.

Personnes qualifiées

Le projet Lamaque est directement supervisé par M. Hervé Thiboutot, ingénieur et premier vice-président de la Société, et M. Jacques Simoneau, géologue, directeur de l’exploration de la Société. MM. Thiboutot et Simoneau sont des personnes qualifiées au sens du Règlement 43-101. M. Christian D’Amours, géologue, OGQ n°226, de GéoPointCom, est responsable de la mise à jour de l’estimation des ressources à Triangle et pour les autres gîtes à Lamaque et est une personne qualifiée indépendante au sens du Règlement 43-101. Les personnes qualifiées de la Société ont examiné le contenu technique de ce communiqué.

Assurance-qualité et contrôle de la qualité (” QA/QC “)

Des protocoles stricts de QA/QC sont appliqués, incluant l’insertion de doublons, de blancs et d’étalons dans tous les sondages. Les échantillons de carottes de forage sont soumis directement aux laboratoires d’analyse Bourlamaque et ALS de Val-d’Or, aux fins de leur préparation et de leur analyse. L’analyse est menée sur un échantillon de 30 g. L’analyse de l’or est effectuée par pyroanalyse avec finition par absorption atomique (AA), et avec finition gravimétrique pour les échantillons au-dessus de 5 g/t Au. Les résultats présentés proviennent des analyses gravimétriques pour les échantillons qui dépassent 5 g/t Au; sinon, ils proviennent des analyses avec finition par absorption atomique.

AU NOM DU CONSEIL D’ADMINISTRATION

Stephen de Jong
Président et chef de la direction

La Bourse de croissance TSX ainsi que son Fournisseur de services réglementaires (tel que ce terme est défini dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) déclinent toute responsabilité quant à l’adéquation ou l’exactitude du présent communiqué de presse.

Mise en garde concernant les énoncés prospectifs. Certains renseignements contenus dans le présent communiqué de presse constituent des énoncés prospectifs, incluant le moment et les résultats de futures études de développement, d’une estimation de ressources sur d’autres gîtes et pour la zone Sigma, et les résultats de futurs travaux d’exploration. Au cours de l’élaboration des énoncés prospectifs contenus dans le présent communiqué de presse, la Société a appliqué certains facteurs et hypothèses qui sont fondés sur ses convictions actuelles ainsi que sur les hypothèses formulées par la Société et les informations qui lui sont actuellement disponibles, y compris le fait qu’elle soit en mesure de se procurer le personnel, l’équipement et les fournitures nécessaires à ses activités d’exploration en quantité suffisante et en temps opportun, et que les résultats réels des activités d’exploration s’avèrent conformes aux attentes de la direction. Bien que la Société considère ces hypothèses comme raisonnables en fonction des informations dont elle dispose actuellement, celles-ci peuvent se révéler inexactes, et les énoncés prospectifs contenus dans le présent communiqué sont assujettis à de nombreux risques, incertitudes et autres facteurs qui pourraient entraîner un écart sensible entre les résultats futurs et ceux exprimés ou sous-entendus dans de tels énoncés prospectifs. Le lecteur ne doit pas se fier indûment aux énoncés prospectifs. La Société n’a pas l’intention, et décline expressément toute intention ou obligation de mettre à jour ou de réviser les énoncés prospectifs, que ce soit à la suite de nouvelles informations, d’événements futurs ou pour toute autre raison, sauf si cela est exigé par la loi.

COORDONNÉES :
Renseignements sur la Société :
Chris Gordon :
chris@integragold.com
Ou consulter le site Web de la Société : www.integragold.com

Suivez Integra Gold sur :
Twitter : http://twitter.com/integragoldcorp

Invitation aux médias : Association canadienne de l’aviation d’affaires et Bombardier Avions d’affaires

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 24 mars 2017) –

Qui : Association canadienne de l’aviation d’affaires et Bombardier Avions d’affaires
Quoi : Séance d’information sur l’impact économique de l’exploitation et de la fabrication d’avions d’affaires au Canada et mise à jour sur Bombardier Avions d’affaires
Date : Le mercredi 29 mars 2017
Heure : 15 h à 16 h
Endroit : Centre de formation de Bombardier
8575, chemin de la Côte-de-Liesse, Saint Laurent, H4T 1G5

Ensemble, les activités de fabrication et d’exploitation d’avions d’affaires génèrent des revenus de 10,7 milliards de dollars par an au Canada et emploient plus de 42 000 personnes au pays. Les synergies entre la fabrication et l’exploitation font en sorte que ce secteur est l’un des plus forts du Canada : autant à titre d’exportateur respecté partout dans le monde que de moteur économique. L’aviation d’affaires est une force positive partout au pays : elle sert de catalyseur à des entreprises canadiennes de tous types et de toutes tailles et aux secteurs d’exportation, tout en assurant l’accès aux collectivités éloignées et nordiques.

Cependant, les nombreuses contributions de l’aviation d’affaires ne sont pas toujours connues ni comprises. Nous avons le plaisir de vous inviter à vous joindre à Rudy Toering, président et chef de la direction de l’Association canadienne de l’aviation d’affaires, pour une séance d’information qui dissipera les mythes et fera la démonstration des avantages pour le Canada et les Canadiens d’un milieu de l’aviation d’affaires fort. Bombardier fera le point sur son secteur d’activités Avions d’affaires et sur les progrès réalisés dans la validation en vol de l’avion Global 7000.

M. Toering dévoilera également les détails d’une bourse d’études de 10 000 $ offerte aux étudiants inscrits en aéronautique afin de promouvoir les possibilités d’apprentissage pour les responsables des horaires de vol et les répartiteurs, des postes clés dans le milieu de l’aviation. La séance d’information sera suivie d’une visite guidée du Centre de formation de Bombardier. Ce centre complet assure la formation des techniciens et des pilotes sur les programmes d’avions de Bombardier.

RSVP
Debra Ward, Association canadienne de l’aviation d’affaires
Tél. : 613 274 0691
Mobile : 613 850 9118
dward@cbaa.ca

Anna Cristofaro, Bombardier Avions d’affaires
Tél. : 514 855 8678
Mobile : 438 994 6043
anna.cristofaro@aero.bombardier.com

Stéphan Crétier, fondateur, accroit sa participation dans GardaWorld

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 24 mars 2017) – Corporation de Sécurité Garda World (“GardaWorld”), une des plus importantes entreprises de sécurité et de transport de valeurs à capital fermé au monde, a annoncé aujourd’hui que Stéphan Crétier, accompagné de certains membres de la direction et une entité détenue par des fonds d’investissement affiliés à Rhône Capital (« Rhône »), une firme mondiale de gestion d’investissements alternatifs, ont signé une convention d’achat d’actions conditionnelle avec un fonds subsidiaire avisé par Apax Partners (“Apax”) afin d’acquérir toutes les actions encore détenues par Apax dans la société mère de GardaWorld. La clôture de la transaction d’achat, si toutes les conditions sont satisfaites ou renoncées, est prévue se réaliser au cours du trimestre se terminant le 31 juillet 2017.

« Apax a su mettre à profit son expertise financière pour épauler le Management dans la croissance de l’entreprise » de souligner M. Crétier. « Le Conseil d’administration tient à remercier l’équipe de Apax pour sa contribution. Depuis novembre 2012, GardaWorld a connu une croissance exceptionnelle, l’entreprise a pratiquement doublé de taille au niveau de ses revenus et de ses professionnels. GardaWorld opère maintenant dans 29 pays en Afrique, au Moyen-Orient et en Europe. L’équipe de direction et moi-même sommes heureux de poursuivre notre partenariat avec Rhône et de bâtir un véritable champion canadien au niveau mondial. »

Au moment de la clôture envisagée de la transaction, Apax ne détiendra plus d’action de l’entreprise mère de GardaWorld alors que Stéphan Crétier, fondateur, président du conseil d’administration et chef de la direction de GardaWorld, détiendra avec certains membres de la direction, environ 39 % (pleinement dilué) des actions de la société mère de GardaWorld et Rhône augmentera sa détention à 61 % (pleinement dilué). Chaque partie sera assujettie aux dispositions habituelles d’actionnaires pour ce type d’investissement.

À propos de GardaWorld

GardaWorld est l’une des plus importantes entreprises de services de sécurité à capital fermé au monde. Nous offrons des services de transport et de traitement de valeurs, des services de protection et du contrôle préembarquement dans les aéroports canadiens. Les 62 000 professionnels et plus de GardaWorld, dévoués et hautement qualifiés, servent une clientèle diversifiée située en Amérique du Nord, au Moyen-Orient, en Afrique et en Europe. Nous travaillons dans une multitude de secteurs dont les services financiers, les infrastructures, les ressources naturelles et le commerce de détail, et nous desservons des entreprises du Fortune 500, des gouvernements et des organismes humanitaires. Pour en apprendre davantage: www.garda.com

À propos de Rhône Capital

Avec plus de 20 ans d’expérience en placement, Rhône est une société mondiale de gestion d’investissements alternatifs se concentrant sur les chefs de file de divers marchés avec une présence pan-européenne ou transatlantique et des perspectives d’expansion mondiales. Rhône, qui investit actuellement son capital à partir de son cinquième fonds, a une expérience dans les entreprises de services ainsi que dans les secteurs des produits chimiques, des produits de consommation, de l’alimentation, de l’emballage, des matériaux spécialisés et du transports.

À propos d’Apax Partners

Apax Partners est l’une des sociétés d’investissement privé les plus réputées dans le monde. Elle opère mondialement et a plus de 30 ans d’expérience en investissements. L’ensemble des fonds conseillés par Apax Partners totalise plus de 40 milliards $ à travers le monde. Les fonds conseillés par Apax Partners investissent dans des entreprises dans les secteurs mondiaux des technologies des télécommunications, des services, des soins de la santé et du commerce de détail. Ces fonds fournissent du financement par actions à long terme pour bâtir et renforcer des entreprises de classe mondiale. Pour de plus amples renseignements à propos d’Apax, consulter son site Internet à l’adresse : www.apax.com

Médias
514-281-2811 x2700
media@garda.com

BRP annonce le renouvellement de son offre publique de rachat dans le cours normal des activités

VALCOURT, QUÉBEC–(Marketwired – 24 mars 2017) – BRP Inc. (TSX:DOO) a annoncé aujourd’hui que son conseil d’administration a autorisé le renouvellement de son offre publique de rachat dans le cours normal des activités afin de racheter, aux fins d’annulation, au plus 3 078 999 actions à droit de vote subalterne au cours de la période de douze mois débutant le 31 mars 2017 et prenant fin au plus tard le 30 mars 2018, soit environ 10 % du flottant des 30 789 991 actions à droit de vote subalterne au 23 mars 2017. À cette dernière date, 32 699 164 actions à droit de vote subalterne étaient émises et en circulation.

L’offre publique de rachat dans le cours normal des activités sera réalisée par l’intermédiaire de la Bourse de Toronto (la « TSX ») ou de systèmes de négociation parallèles, le cas échéant, conformément à leurs règlements. Les rachats visés par l’offre publique de rachat dans le cours normal des activités seront effectués au moyen d’opérations sur le marché libre ou par d’autres moyens que la TSX ou une autorité en valeurs mobilières pourra autoriser, notamment des applications organisées au préalable, des offres franches et des contrats de gré à gré autorisés aux termes d’une dispense pour offre publique de rachat accordée par une autorité en valeurs mobilières.

Selon les règles de la TSX, BRP sera autorisée à racheter quotidiennement, par l’intermédiaire de la TSX, un maximum de 19 857 actions à droit de vote subalterne, soit 25 % du volume quotidien moyen des opérations, calculé d’après les règles de la TSX pour le dernier semestre civil. En outre, BRP pourra effectuer, une fois par semaine, un « achat de bloc » (défini dans le Guide à l’intention des sociétés de la TSX) d’actions à droit de vote subalterne qui n’appartiennent pas directement ou indirectement à des initiés de BRP, conformément aux règles de la TSX. Les actions à droit de vote subalterne rachetées dans le cadre de l’offre publique de rachat dans le cours normal des activités seront annulées.

BRP rachètera les actions à droit de vote subalterne à leur cours au moment de l’acquisition, majoré des courtages, ou à tout autre prix que la TSX pourra autoriser. Si BRP rachète des actions à droit de vote subalterne au moyen d’applications organisées au préalable, d’offres franches, d’achats de blocs ou de contrats de gré à gré, une décote par rapport au cours des actions à droit de vote subalterne au moment de l’acquisition pourra s’appliquer à leur prix de rachat et s’appliquera dans le cas des achats effectués au moyen de contrats de gré à gré.

BRP prévoit conclure un programme de rachat d’actions automatique avec un courtier désigné afin d’autoriser l’achat d’actions à droit de vote subalterne aux termes de l’offre publique de rachat dans le cours normal à des moments où la Société n’y est pas normalement autorisée en raison de restrictions réglementaires ou de périodes de restriction sur les opérations que la Société s’impose.

Aux termes de l’offre publique de rachat dans le cours normal échéant le 30 mars 2017, BRP a racheté le maximum d’actions à droit de vote subalterne qu’elle pouvait racheter, soit au total 3 396 074 actions à droit de vote subalterne (représentant environ 10 % du flottant des 33 960 749 actions à droit de vote subalterne au 17 mars 2016), au cours moyen pondéré en fonction du volume de 21,48 $. Le conseil d’administration de BRP est d’avis que le rachat par BRP de ses actions à droit de vote subalterne pourrait représenter une utilisation justifiée et souhaitable de ses fonds disponibles pour accroître la valeur actionnariale.

À propos de BRP

BRP (TSX:DOO) est un chef de file mondial en conception, développement, fabrication, distribution et commercialisation de véhicules récréatifs motorisés et de systèmes de propulsion. Son portefeuille comprend les motoneiges Ski-Doo et Lynx, les motomarines Sea-Doo, les véhicules Can-Am hors route et Spyder, les systèmes de propulsion marins Evinrude et Rotax, de même que les moteurs Rotax pour karts, motocyclettes et petits avions. BRP conçoit également sa propre gamme dédiée de produits de pièces, accessoires et vêtements. Avec des revenus annuels de 4,2 milliards de dollars canadiens provenant de ventes dans plus de 100 pays, la Société emploie environ 8 700 personnes à travers le monde.

www.brp.com

@BRPnouvelles

Ski-Doo, Lynx, Sea-Doo, Evinrude, Rotax, Can-Am, Spyder, Defender, Maverick, X3 et le logo BRP sont des marques de commerce de Bombardier Produits Récréatifs inc. ou de ses sociétés affiliées. Toutes les autres marques de commerce appartiennent à leurs propriétaires respectifs.

MISE EN GARDE CONCERNANT LES ÉNONCÉS PROSPECTIFS

Certains énoncés contenus dans le présent communiqué, y compris les énoncés se rapportant aux rachats éventuels d’actions à droit de vote subalterne par BRP dans le cadre de l’offre publique de rachat dans le cours normal des activités ainsi que d’autres énoncés qui ne sont pas des faits historiques peuvent constituer des « énoncés prospectifs » au sens des lois canadiennes sur les valeurs mobilières. Les énoncés prospectifs se reconnaissent habituellement à l’emploi de termes comme « pouvoir », « prévoir », « planifier », « avoir l’intention de », « anticiper » ou « croire », au futur ou au conditionnel, à la forme affirmative ou négative, ou à l’emploi de leurs variantes ou de termes comparables. De par leur nature, les énoncés prospectifs reposent sur des hypothèses et sont assujettis à d’importants risques et incertitudes. On ne peut prêter foi aux énoncés prospectifs parce qu’ils sont tributaires, notamment, de l’évolution des circonstances externes et des incertitudes générales inhérentes à l’entreprise Les résultats réels peuvent différer considérablement des résultats présentés dans les énoncés prospectifs en raison de divers facteurs, dont ceux indiqués dans la notice annuelle et le rapport de gestion de BRP. Les énoncés prospectifs contenus dans le présent communiqué témoignent des attentes de BRP à la date du communiqué (ou à celle à laquelle ils ont par ailleurs été faits) et sont susceptibles de changer après cette date. Toutefois, BRP n’a ni l’intention ni l’obligation d’actualiser ou de réviser ces énoncés à la lumière de nouveaux éléments d’information ou d’événements futurs, ou pour quelque autre motif, sauf si elle y est tenue par la réglementation en valeurs mobilières applicable.

Pour les médias :
Valérie Bridger
Conseillère principale, Communications de l’entreprise
450 532-5107
valerie.bridger@brp.com

Pour les investisseurs :
Philippe Deschênes
Analyste financier
450 532-6462
philippe.deschenes@brp.com

BRP publie des résultats record pour son quatrième trimestre et l’année financière 2017

VALCOURT, QUÉBEC–(Marketwired – 24 mars 2017) – BRP Inc. (TSX:DOO)

Note aux rédacteurs : Une photo est associée à ce communiqué de presse.

Faits saillants pour le trimestre vs 4T AF2016 :

  • Revenus record de 1 305,3 millions de $ pour le quatrième trimestre de l’AF2017, soit une augmentation de 18 % ;
  • Bénéfice dilué par action normalisé [1] de 1,00 $, en hausse de 33 % ou 0,25 $ par action ; et
  • Ventes au détail en Amérique du Nord en hausse de 12 %, principalement attribuable aux véhicules côte à côte et motoneiges.

Faits saillants pour l’année vs AF2016 :

  • Revenus record de 4 172 millions de $ pour l’AF2017, en hausse de 9 % ;
  • Marge brute de 1 009 millions de $, représentant 24,2 % des revenus, une augmentation de 95 millions de $ et 30 points de base respectivement ;
  • BAIIA normalisé[1] de 503 millions de $, une augmentation de 9 % ;
  • Bénéfice net de 257 millions de $, une augmentation de 205 millions de $, donnant lieu à un bénéfice dilué par action de 2,27 $, une augmentation de 1,83 $ par action ;
  • Bénéfice net normalisé[1] de 222 millions de $, une augmentation de 21 millions de $, donnant lieu à un bénéfice dilué par action normalisé[1] de 1,96 $, en hausse de 15 % ou 0,25 $ par action ; et
  • Ajout de 70 nouveaux concessionnaires à son réseau de concessionnaires de véhicules récréatifs motorisés nord-américains, 55 à son réseau de concessionnaires Evinrude en plus de signer 13 contrats d’approvisionnement de moteurs hors-bord avec des fabricants de bateaux.
[1] Se reporter à la rubrique « Mesures non définies par les IFRS ».

BRP Inc. (TSX:DOO) a publié aujourd’hui ses résultats financiers pour le trimestre et l’année terminés le 31 janvier 2017. Notez qu’à moins d’indication contraire, toutes les données sont en dollars canadiens. Les résultats financiers complets sont disponibles au www.sedar.com, ainsi que sur la section Rapports trimestriels du site web de BRP.

« Le quatrième trimestre a toujours été le plus achalandé de l’année, pour ce qui est des ventes et des livraisons, et notre exécution a été sans faille. Nous constatons un dynamisme dans les ventes au détail des véhicules côte à côte Can-Am Defender et Maverick X3 et des motomarines Sea-Doo, qui a contribué aux excellents résultats de cette année, a déclaré José Boisjoli, président et chef de la direction. Et malgré l’introduction très récente du modèle Can-Am Maverick X3 sur le marché, les consommateurs et concessionnaires y ont réagi de façon très positive.

« Nous avons terminé un trimestre record ainsi qu’une année record dans un contexte de marché difficile, et je crois fermement que notre succès est attribuable en grande partie à la qualité de notre équipe et à la diversification de notre gamme de produits, des régions où nos produits sont vendus et de notre empreinte manufacturière, a ajouté M. Boisjoli. Je suis très fier de l’équipe BRP et de son excellent travail, et je demeure convaincu que notre accent sur nos priorités stratégiques est essentiel afin d’atteindre nos objectifs et réaliser nos perspectives pour l’année financière 2018. »

Faits saillants du trimestre et de l’année terminés le 31 janvier 2017

Les revenus ont augmenté de 196,5 millions de dollars, ou 17,7 %, pour se chiffrer à 1 305,3 millions de dollars pour le trimestre terminé le 31 janvier 2017, comparativement à 1 108,8 millions de dollars pour la période correspondante terminée le 31 janvier 2016. L’augmentation des revenus découle principalement de la hausse des ventes en gros de produits saisonniers et de produits toutes saisons, partiellement contrebalancée par une fluctuation défavorable de 48 millions de dollars des taux de change, essentiellement en raison de la dépréciation du dollar américain et de l’euro par rapport au dollar canadien.

La marge brute a augmenté de 49,7 millions de dollars, ou 17,4 %, pour se chiffrer à 335,6 millions de dollars pour le trimestre terminé le 31 janvier 2017, comparativement à 285,9 millions de dollars pour la période correspondante terminée le 31 janvier 2016. Cette augmentation de la marge brute comprend une fluctuation défavorable des taux de change de 24 millions de dollars. Le pourcentage de marge brute a diminué de 10 points de base, pour atteindre 25,7 %, comparativement à 25,8 % pour le trimestre terminé le 31 janvier 2016. La diminution du pourcentage de marge brute est principalement attribuable à l’augmentation des coûts des programmes de vente en ce qui a trait aux produits toutes saisons et à une fluctuation défavorable des taux de change, facteurs essentiellement contrebalancés par la composition favorable des ventes de véhicules côte à côte et de motoneiges.

Les revenus ont augmenté de 342,3 millions de dollars, ou 8,9 %, pour se chiffrer à 4 171,5 millions de dollars pour l’exercice terminé le 31 janvier 2017, comparativement à 3 829,2 millions de dollars pour la période correspondante terminée le 31 janvier 2016. L’augmentation des revenus découle principalement d’une hausse des ventes en gros de produits toutes saisons et de produits saisonniers, ainsi que d’une fluctuation favorable de 12 millions de dollars des taux de change, essentiellement en raison de l’appréciation du dollar américain par rapport au dollar canadien.

La marge brute a augmenté de 94,7 millions de dollars, ou 10,4 %, pour se chiffrer à 1 008,9 millions de dollars pour l’exercice terminé le 31 janvier 2017, comparativement à 914,2 millions de dollars pour la période correspondante terminée le 31 janvier 2016. Cette augmentation de la marge brute comprend une fluctuation défavorable des taux de change de 24 millions de dollars. Le pourcentage de marge brute a augmenté de 30 points de base pour atteindre 24,2 %, comparativement à 23,9 % pour l’exercice terminé le 31 janvier 2016. L’augmentation du pourcentage de la marge brute est principalement attribuable à une composition favorable des ventes de véhicules côte à côte, de véhicules Spyder et de motomarines et à une augmentation générale des prix, partiellement contrebalancées par l’augmentation des coûts des programmes de vente et une fluctuation défavorable des taux de change.

Données sur le bénéfice net

Trimestres terminés les Exercices terminés les
(en millions de dollars canadiens) 31 janvier
2017
31 janvier
2016
31 janvier
2017
31 janvier
2016
31 janvier
2015
Revenus par catégorie
Produits toutes saisons 527,3 $ 482,6 $ 1 637,7 $ 1 439,2 $ 1 306,3 $
Produits saisonniers 489,5 356,7 1 473,9 1 367,3 1 288,9
Systèmes de propulsion 111,5 99,0 416,7 395,4 373,7
PAV 177,0 170,5 643,2 627,3 555,8
Revenus totaux 1 305,3 1 108,8 4 171,5 3 829,2 3 524,7
Coût des ventes 969,7 822,9 3 162,6 2 915,0 2 679,1
Marge brute 335,6 285,9 1 008,9 914,2 845,6
En pourcentage des revenus 25,7 % 25,8 % 24,2 % 23,9 % 24,0 %
Charges d’exploitation
Vente et marketing 67,0 62,6 281,5 265,0 242,1
Recherche et développement 46,7 47,6 184,1 164,4 158,2
Frais généraux et administratifs 45,2 42,7 163,9 143,5 144,4
Charge de perte de valeur 70,3 70,3
Autres charges (revenus) d’exploitation 9,3 (12,6 ) 73,1 5,7 (4,1 )
Total des charges d’exploitation 168,2 210,6 702,6 648,9 540,6
Bénéfice d’exploitation 167,4 75,3 306,3 265,3 305,0
Frais financiers nets 13,8 16,1 61,2 59,1 56,6
(Gain) perte de change sur la dette à long terme (25,3 ) 77,4 (82,0 ) 105,8 123,9
Bénéfice (perte) avant impôt 178,9 (18,2 ) 327,1 100,4 124,5
Charge d’impôt 42,5 10,5 70,1 48,8 54,4
Bénéfice net (perte nette) 136,4 $ (28,7 ) $ 257,0 $ 51,6 $ 70,1 $
Montant attribuable aux actionnaires 136,6 $ (28,7 ) $ 257,2 $ 51,6 $ 70,2 $
Montant attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle (0,2 ) (0,2 ) (0,1 )
BAIIA normalisé1 204,3 $ 173,9 $ 502,7 $ 460,0 $ 421,3 $
Bénéfice net normalisé1 111,8 86,8 222,0 200,8 196,2
Bénéfice (perte) par action – de base 1,22 $ (0,25 ) $ 2,28 $ 0,44 $ 0,59 $
Bénéfice (perte) par action – dilué(e) 1,22 (0,25 ) 2,27 0,44 0,59
Bénéfice normalisé par action – de base1 1,00 0,75 1,97 1,72 1,66
Bénéfice normalisé par action – dilué1 1,00 0,75 1,96 1,71 1,65
[1] Se reporter à la rubrique « Mesures non définies par les IFRS ».

PORTRAIT DU TRIMESTRE PAR CATÉGORIE

Produits toutes saisons

Les revenus tirés des produits toutes saisons ont augmenté de 44,7 millions de dollars, ou 9,3 %, pour se chiffrer à 527,3 millions de dollars pour le trimestre terminé le 31 janvier 2017, comparativement à 482,6 millions de dollars pour la période correspondante terminée le 31 janvier 2016. L’augmentation découle de la hausse du volume et de la composition favorable des ventes de véhicules côte à côte par suite de l’introduction du Can-Am Maverick X3 et du Can-Am Defender. L’augmentation a été partiellement contrebalancée par la baisse des ventes en gros de véhicules Spyder et d’une fluctuation défavorable de 27 millions de dollars des taux de change.

Produits saisonniers

Les revenus tirés des produits saisonniers ont augmenté de 132,8 millions de dollars, ou 37,2 %, pour se chiffrer à 489,5 millions de dollars pour le trimestre terminé le 31 janvier 2017, comparativement à 356,7 millions de dollars pour la période correspondante terminée le 31 janvier 2016. L’augmentation est principalement attribuable à la hausse du volume des ventes de motoneiges, principalement en raison des expéditions qui se sont réalisées plus tard au cours de l’exercice considéré, et à la composition favorable des ventes de motoneiges. Cette augmentation a été partiellement contrebalancée par une fluctuation défavorable des taux de change de 13 millions de dollars.

Systèmes de propulsion

Les revenus tirés des systèmes de propulsion ont augmenté de 12,5 millions de dollars, ou 12,6 %, pour se chiffrer à 111,5 millions de dollars pour le trimestre terminé le 31 janvier 2017, comparativement à 99,0 millions de dollars pour la période correspondante terminée le 31 janvier 2016. Cette augmentation des revenus est principalement attribuable à une hausse du volume des ventes de moteurs de motocyclettes et à une composition favorable des ventes de moteurs hors-bord. Cette augmentation a été partiellement contrebalancée par une fluctuation défavorable des taux de change de 4 millions de dollars.

PAV (Pièces, accessoires, vêtements et autres services)

Les revenus tirés des PAV ont augmenté de 6,5 millions de dollars, ou 3,8 %, pour se chiffrer à 177,0 millions de dollars pour le trimestre terminé le 31 janvier 2017, comparativement à 170,5 millions de dollars pour la période correspondante terminée le 31 janvier 2016. L’augmentation est principalement attribuable à la hausse du volume de ventes de PAV pour les véhicules côte à côte après le lancement du Can-Am Maverick X3 et à la hausse du volume de ventes de PAV liés aux motoneiges. Cette augmentation a été partiellement contrebalancée par une fluctuation défavorable des taux de change de 4 millions de dollars.

Les charges d’exploitation ont diminué de 42,4 millions de dollars, ou 20,1 %, pour s’établir à 168,2 millions de dollars pour le trimestre terminé le 31 janvier 2017, comparativement à 210,6 millions de dollars pour le trimestre terminé le 31 janvier 2016. Cette diminution est essentiellement attribuable à une charge de perte de valeur sans effet de trésorerie de 70,3 millions de dollars comptabilisée au cours de l’exercice précédent relativement à l’unité génératrice de trésorerie des moteurs hors-bord. La diminution a été partiellement contrebalancée par une hausse des coûts de vente et de marketing et des frais généraux et administratifs à l’égard des investissements continus dans les produits.

Perspectives pour l’année financière 2018

Le tableau ci-dessous présente les cibles financières de BRP pour l’AF18 par rapport aux résultats de l’AF17. Les cibles individuelles se fondent sur les taux de change actuels et ne rendent pas compte de l’effet des fluctuations des taux de change.

Éléments financiers Cibles pour l’AF18 par rapport aux résultats de l’AF17
Revenus
Produits toutes saisons Hausse de 6 à 10 %
Produits saisonniers Baisse de 4 % à stable
Systèmes de propulsion Stable à hausse de 5 %
PAV Hausse de 4 à 8 %
Revenus totaux de la Société Hausse de 2 à 6 %
BAIIA normalisé[1] Hausse de 7 à 10 %
Taux d’imposition effectif[2] 28 – 29 %
(vs 28,6 % en AF17)
Bénéfice net normalisé[1][3] Hausse de 7 à 13 %
Bénéfice dilué par action normalisé[1] 2,15 $ à 2,27 $
(hausse de 10 à 16 % vs 1,96 $ en AF17)
Acquisitions d’immobilisations 215 à 230 millions de dollars
(vs 187 millions de $ en AF17)
[1] Se reporter à la rubrique « Mesures non définies par les IFRS ».
[2] Taux d’imposition effectif calculé en fonction d’un bénéfice normalisé avant impôt.
[3] Basé sur un amortissement de 150 millions de $ (comparé à 133 millions de $ à l’AF17), 55 millions de $ en frais financiers nets et approximativement 110,5 à 111,0 millions d’actions (incluant l’impact de l’offre publique de rachat dans le cours normal des activités annoncé le 24 mars 2017).

Les perspectives ci-dessus ont été établies à l’aide d’un certain nombre d’hypothèses économiques et de marché, y compris des hypothèses concernant la conjoncture économique des pays dans lesquels la Société exerce ses activités, la fluctuation des taux de change, la concurrence et les lois fiscales applicables aux activités de la Société. La Société tient à rappeler que les hypothèses utilisées pour préparer les prévisions pour l’AF18, bien qu’elles étaient raisonnables au moment où elles ont été établies, pourraient s’avérer incorrectes ou inexactes. Les prévisions ci-dessus ne tiennent pas compte non plus de l’incidence que pourraient avoir d’éventuels éléments non récurrents ou exceptionnels ou de nouvelles ententes commerciales importantes, cessions, fusions, acquisitions ou autres regroupements d’entreprises ou transactions susceptibles d’être annoncés ou de se produire après le 23 mars 2017. L’incidence financière de telles transactions et de tels éléments non récurrents ou exceptionnels peut être complexe et dépend des faits qui se rattachent à chacun d’entre eux. Nous ne pouvons donc décrire l’incidence prévue de façon complète ou la présenter de la manière dont nous présentons les risques connus auxquels sont exposées nos activités. Par conséquent, les résultats réels pourraient différer considérablement de nos attentes énoncées dans le présent communiqué de presse. Les perspectives constituent des énoncés prospectifs au sens des lois sur les valeurs mobilières applicables et doivent être lues parallèlement à la rubrique Mise en garde concernant les énoncés prospectifs.

Conférence téléphonique et webdiffusion

À 9 h aujourd’hui même (HE), BRP Inc. tiendra une conférence téléphonique et une webdiffusion en anglais seulement pour traiter de ses résultats du quatrième trimestre et de l’exercice financier 2017. La conférence sera animée par José Boisjoli, président et chef de la direction, et par Sébastien Martel, chef de la direction financière. Pour écouter la conférence téléphonique (événement 4260664), composez le 416 340-2217 or 800 806-5484 (sans frais en Amérique du Nord). Cliquez pour les numéros d’accès international.

Le rapport de gestion, les états financiers et la présentation de la webdiffusion sur ses résultats du quatrième trimestre et de l’exercice financier 2017 sont disponibles sur la section Rapports trimestriels du site BRP, et sa Notice annuelle est disponible dans la section Rapports annuels. Pour écouter une reprise instantanée de la conférence téléphonique, composez le 514 861-2272 or 800 408-3053, avec le code 4221718.

À propos de BRP

BRP (TSX:DOO) est un chef de file mondial en conception, développement, fabrication, distribution et commercialisation de véhicules récréatifs motorisés et de systèmes de propulsion. Son portefeuille comprend les motoneiges Ski-Doo et Lynx, les motomarines Sea-Doo, les véhicules Can-Am hors route et Spyder, les systèmes de propulsion marins Evinrude et Rotax, de même que les moteurs Rotax pour karts, motocyclettes et petits avions. BRP conçoit également sa propre gamme dédiée de produits de pièces, accessoires et vêtements. Avec des revenus annuels de 4,2 milliards de dollars canadiens provenant de ventes dans plus de 100 pays, la Société emploie environ 8 700 personnes à travers le monde.

www.brp.com

@BRPnouvelles

Ski-Doo, Lynx, Sea-Doo, Evinrude, Rotax, Can-Am, Spyder, Defender, Maverick, X3 et le logo BRP sont des marques de commerce de Bombardier Produits Récréatifs inc. ou de ses sociétés affiliées. Toutes les autres marques de commerce appartiennent à leurs propriétaires respectifs.

MISE EN GARDE CONCERNANT LES ÉNONCÉS PROSPECTIFS

Certains renseignements contenus dans le présent communiqué, y compris les énoncés se rapportant à nos perspectives pour l’année financière 2018 (notamment les revenus, la marge brute, les charges d’exploitation, le BAIIA normalisé, le taux d’imposition effectif, le bénéfice net normalisé et le bénéfice normalisé par action), ainsi que d’autres énoncés qui ne sont pas des faits historiques constituent des « énoncés prospectifs » au sens des lois canadiennes sur les valeurs mobilières. Les énoncés prospectifs se reconnaissent habituellement à l’emploi de termes comme « prévoir », « pouvoir », « devoir », « s’attendre à », « planifier », « avoir l’intention de », « tendances », « indications », « croire », « être d’avis », « estimer », « perspectives », « prévisions », « projets », « probable », « potentiel » ou « éventuel », au futur ou au conditionnel, à la forme affirmative ou négative, ou à l’emploi de leurs variantes ou de termes comparables. De par leur nature, les énoncés prospectifs comportent des risques et des incertitudes et reposent sur plusieurs hypothèses, tant générales que particulières. BRP met le lecteur en garde contre le fait que ces hypothèses pourraient ne pas s’avérer et qu’en raison de la conjoncture économique actuelle, ces hypothèses, qui étaient raisonnables au moment où elles ont été formulées, comportent un degré plus élevé d’incertitude. Ces énoncés prospectifs ne constituent pas des garanties du rendement futur et comportent des risques, des incertitudes et d’autres éléments, connus ou non, qui pourraient faire en sorte que les résultats ou le rendement réels de la Société ou du secteur des sports motorisés diffèrent considérablement des perspectives ou des résultats ou du rendement futurs sous-entendus par ces énoncés. Les principales hypothèses ayant servi à formuler les énoncés prospectifs sont décrites ci-après.

PRINCIPALES HYPOTHÈSES

Les perspectives financières pour l’AF18 ont été établies à l’aide d’un certain nombre d’hypothèses économiques et de marché, y compris des hypothèses concernant la conjoncture économique des pays dans lesquels la Société exerce ses activités, la concurrence, les lois fiscales applicables aux activités de la Société et les fluctuations des taux de change. En outre, de nombreux facteurs pourraient faire en sorte que les résultats, le degré d’activité, les réalisations ou le rendement réels de la Société ou les événements ou faits nouveaux à venir diffèrent considérablement de ceux exprimés ou sous-entendus par les énoncés prospectifs, notamment les facteurs suivants, dont il est question plus en détail à la rubrique « Facteurs de risque » de sa notice annuelle : l’incidence de conditions économiques défavorables sur les dépenses à la consommation; le fléchissement de l’acceptation sociale des produits de la Société; la fluctuation des taux de change; les niveaux d’endettement élevés; l’indisponibilité de capitaux supplémentaires; les conditions météorologiques défavorables; les fluctuations saisonnières des ventes; incapacité de se conformer aux lois qui portent sur la sécurité des produits, la santé, l’environnement et la pollution par le bruit; l’importance des frais fixes; l’incapacité de concessionnaires et de distributeurs d’obtenir un accès convenable à du capital; la survenance de difficultés d’approvisionnement, la résiliation ou l’interruption des ententes d’approvisionnement ou encore l’augmentation du coût des matériaux; la concurrence que subissent les gammes de produits de la Société; l’incapacité de mettre fructueusement en œuvre la stratégie de croissance; les ventes et les activités internationales; la défaillance de systèmes de technologie de l’information ou une atteinte à la sécurité; la perte des services de hauts dirigeants ou d’employés qui possèdent une connaissance spécialisée du marché et des compétences techniques; l’incapacité à maintenir et à améliorer la réputation et les marques; une réclamation importante liée à la responsabilité du fait des produits;
les réclamations liées à la garantie des produits ou les rappels de produits qui donnent lieu à des réparations ou à des remplacements importants de produits; la dépendance envers un réseau de concessionnaires et de distributeurs indépendants pour s’occuper de la distribution au détail de ses produits; l’incapacité à bien gérer les niveaux des stocks; la violation de droits de propriété intellectuelle et les litiges connexes; l’incapacité de mettre fructueusement en œuvre la stratégie de fabrication; les engagements contenus dans des accords de financement ou d’autres contrats importants; la modification des lois fiscales ou l’existence d’obligations fiscales imprévues; la détérioration des relations entretenues avec les employés; le passif des régimes de retraite; les catastrophes naturelles; la non-souscription d’une assurance convenable; la volatilité du cours des actions à droit de vote subalterne de la Société; l’exercice des activités par l’intermédiaire de filiales; l’influence importante de Beaudier inc. et 4338618 Canada inc. (ensemble le « groupe Beaudier ») et de Bain Capital Luxembourg Investments S. à r. l. (“Bain Capital”); les ventes futures d’actions de la Société par le groupe Beaudier, Bain Capital, les administrateurs, les dirigeants ou les membres de la haute direction de la Société. Ces facteurs ne constituent pas une liste exhaustive des facteurs qui peuvent avoir une incidence sur la Société; toutefois, ils doivent être étudiés attentivement.

BRP n’a pas l’intention et décline toute obligation de mettre à jour ou de réviser les énoncés prospectifs pour tenir compte d’événements futurs ou de changements de situations ou de prévisions, sauf si elle y est tenue par les lois canadiennes sur les valeurs mobilières applicables. Si BRP décidait de mettre à jour un énoncé prospectif, il ne faudrait pas en conclure qu’elle fera d’autres mises à jour relatives à cet énoncé, à des questions connexes ou à tout autre énoncé de nature prospective.

MESURES NON DÉFINIES PAR LES IFRS

Le présent communiqué renvoie à certaines mesures non définies par les IFRS. Ces mesures ne sont pas reconnues par les IFRS, n’ont pas de définition normalisée prescrite par les IFRS et sont donc difficilement comparables à des mesures similaires présentées par d’autres sociétés. Ces mesures sont plutôt fournies à titre d’information additionnelle en complément des mesures définies par les IFRS, de manière à favoriser une compréhension approfondie des résultats d’exploitation de la Société du point de vue de la direction. Ainsi, ces mesures ne devraient pas être considérées de manière isolée ni en remplacement de l’analyse de l’information financière de la Société présentée en vertu des IFRS. La Société utilise des mesures non définies par les IFRS, y compris le BAIIA normalisé, le bénéfice net normalisé, le bénéfice de base par action normalisé et le bénéfice dilué par action normalisé.

Le BAIIA normalisé est présenté afin d’aider les investisseurs à évaluer la performance financière des activités d’exploitation de la Société sur une base continue en excluant certains éléments hors trésorerie comme la charge d’amortissement, la charge de perte de valeur et le gain ou la perte de change sur la dette à long terme libellée en dollars américains de la Société. D’autres éléments comme les coûts de restructuration pourraient également être exclus du bénéfice net lors du calcul du BAIIA normalisé étant donné qu’ils sont considérés comme n’étant pas représentatifs de la performance opérationnelle de la Société. Le bénéfice net normalisé, le bénéfice de base par action normalisé et le bénéfice dilué par action normalisé tiennent compte, en plus de la performance financière des activités d’exploitation, de l’incidence des activités d’investissement, des activités de financement et de l’impôt sur le résultat sur les résultats financiers de la Société.

La Société est d’avis que les mesures non définies par les IFRS constituent des mesures additionnelles importantes de la performance financière, car elles éliminent les éléments qui ont moins d’incidence sur la performance financière de la Société, faisant ainsi ressortir les tendances de ses principales activités qui pourraient ne pas être apparentes lorsque l’on se fie uniquement aux mesures financières définies par les IFRS. La Société est également d’avis que les analystes en valeurs mobilières, les investisseurs et les autres parties intéressées utilisent fréquemment des mesures non définies par les IFRS dans leur évaluation des émetteurs, dont une grande partie utilise des mesures semblables dans la présentation de ses résultats. La direction utilise aussi des mesures non définies par les IFRS afin de faciliter les comparaisons de la performance financière d’une période à l’autre, de préparer les budgets d’exploitation annuels, d’évaluer la capacité de la Société à satisfaire ses besoins futurs en matière de service de la dette, de dépenses d’investissement et de fonds de roulement, et également à titre de composante dans le calcul de la rémunération incitative à court terme des employés de la Société. Comme d’autres sociétés peuvent calculer différemment ces mesures non définies par les IFRS, ces paramètres ne sont pas comparables à des mesures désignées de façon semblable présentées par d’autres sociétés.

Le BAIIA normalisé s’entend du bénéfice net avant les frais financiers, les produits financiers, la charge (l’économie) d’impôt, la charge d’amortissement et les éléments normalisés. Le bénéfice net normalisé s’entend du bénéfice net avant les éléments normalisés ajustés pour tenir compte de l’incidence fiscale sur ces éléments. La charge d’impôt normalisée s’entend de la charge d’impôt ajustée pour tenir compte de l’incidence fiscale sur les éléments normalisés. Le taux d’imposition effectif normalisé est fondé sur le bénéfice net normalisé avant la charge d’impôt normalisée. Le bénéfice normalisé par action – de base et le bénéfice normalisé par action – dilué sont respectivement calculés en divisant le bénéfice net normalisé par le nombre moyen pondéré d’actions – de base et le nombre moyen pondéré d’actions – dilué. La Société invite le lecteur à se reporter à la rubrique « Principales données financières consolidées » du rapport de gestion de la Société pour connaître les rapprochements entre le BAIIA normalisé et le bénéfice net normalisé présentés par la Société et les mesures définies par les IFRS les plus directement comparables.

Pour une image haute résolution, veuillez consulter notre librairie médiatique à l’aide des renseignements de connexion ci-bas :

Usager : media.brp

Mot de passe : brpimages

Pour voir la photo associée à ce communiqué, veuillez consulter le lien suivant : http://media3.marketwire.com/docs/MaverickX3MAXXrsXdsLifestyle.jpg

Pour les médias :
Valérie Bridger
Conseillère principale, Communications de l’entreprise
450 532-5107
valerie.bridger@brp.com

Pour les investisseurs :
Philippe Deschênes
Analyste financier
450 532-6462
philippe.deschenes@brp.com