Des résultats concernant l’ibalizumab, un produit biologique à action prolongée sous étude clinique, seront présentés lors d’une présentation orale de dernière minute à IDWeek 2016(MC)

MONTRÉAL, CANADA–(Marketwired – 28 oct. 2016) – Theratechnologies Inc. (Theratechnologies) (TSX:TH) a annoncé de nouveaux résultats concernant le paramètre primaire de l’étude pivot de phase III, TMB-301. Les premiers résultats avaient été annoncés le 24 mai 2016.

La charge virale, chez les patients présentant une infection au VIH-1 pluri-résistante aux médicaments existants (PRM), a significativement diminué après qu’ils aient reçu une dose initiale de 2 000 mg d’ibalizumab par intraveineuse en plus de la thérapie antirétrovirale à laquelle ils présentaient une résistance (sans aucune thérapie), comme le démontrent les nouvelles données issues de l’étude TMB-301 qui seront présentées samedi le 29 octobre 2016 par le partenaire de Theratechnologies, TaiMed Biologics, au cours d’une présentation orale dans le cadre d’IDWeek 2016MC. Au total, 40 patients faisaient partie de l’étude. Sept jours après avoir reçu la dose initiale, 83% des patients affichaient une baisse ≥ 0,5 log10 du point de référence comparativement à 3% durant la période de contrôle de sept jours. Ces résultats sont statistiquement significatifs (p<0.0001).

Durant la même période, 60% des patients ont atteint une baisse de ≥ 1.0 log10 (p<0.0001). La diminution moyenne de la charge virale dans la population totale de patients a été de 1.1 log10 (p<0.0001). On n’a rapporté aucun effet indésirable sérieux relié au traitement ou arrêt de traitement durant la période initiale de traitement de sept jours.

Plus de 85% des patients avaient au moins une mutation exprimant une résistance aux inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (INTI), aux inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse (INNTI) ou aux inhibiteurs de la protéase (IP) et plus de 60% des patients présentaient une résistance à au moins un inhibiteur de l’intégrase (IIN). Les patients participant à l’étude étaient infectés par un VIH-1 résistant à plus de 75% des classes de médicaments ciblant les INTI, INNTI et les IP et à 1-2 médicaments de la classe des IIN, en moyenne. Finalement, 50% des patients étaient infectés par un HIV-1 résistant à tous les médicaments disponibles dans au moins trois classes d’antirétroviraux.

Depuis que la première infection au HIV-1 a été identifiée il y a 35 ans, la communauté médicale a fait des progrès importants dans le développement de traitements permettant de gérer cette maladie et maintenir les patients en vie plus longtemps. Bien que plusieurs patients puissent contrôler leur infection avec les médicaments présentement approuvés, certains ont un besoin pressant de nouvelles options de traitements en raison d’un VIH-1 PRM. Alors que le VIH se multiplie dans l’organisme, le virus peut parfois muter et produire des souches résistantes aux médicaments. Quand cela se produit, les médicaments qui, auparavant, permettaient de contrôler le virus présent au sein d’une personne peuvent ne plus être efficaces, entrainant un échec du traitement. La prise des médicaments tel qu’indiquée peut réduire le risque de résistances aux traitements.

« Ces résultats sont particulièrement intéressants puisque l’ibalizumab, s’il est approuvé par la FDA, serait le premier produit biologique à action prolongée à démontrer une efficacité chez les patients infectés avec un VIH-1 hautement résistant, » a déclaré Dr. Jacob Lalezari, directeur médical, Quest Clinical Research, une division de eStudySite. « L’étude suggère que, lorsque combiné avec d’autres agents, l’ibalizumab pourrait aider ces patients en grand besoin de nouvelles options de traitements et pourrait changer la façon dont le VIH pluri-résistant aux médicaments existants sera géré à l’avenir. »

L’ibalizumab a obtenu la désignation de « percée thérapeutique » de la U.S. Food and Drug Administration (FDA). Cette désignation est accordée dans les cas où une thérapie représente potentiellement une amélioration substantielle par rapport à ce qui est déjà disponible pour le traitement d’une condition grave et pouvant mettre la vie en danger. L’ibalizumab a également obtenu de la FDA la désignation de « médicament orphelin ». L’étude de phase III est la dernière étude pivot requise pour soumettre le Biologics License Application (BLA). Cette étude a été complétée le 24 octobre 2016 et les premiers résultats sur l’innocuité et les paramètres secondaires d’efficacité sur une période de 24 semaines seront annoncés d’ici quelques semaines.

« Nous sommes très sensibles aux défis qui se posent devant les personnes vivant avec le VIH et nous sommes engagés à améliorer leur vie, » a soutenu Luc Tanguay, président et chef de la direction, Theratechnologies Inc. « Nous sommes enthousiastes quant aux bénéfices potentiels que l’ibalizumab représente dans la lutte au VIH et nous continuerons à travailler avec notre partenaire, TaiMed Biologics, en vue du lancement éventuel de l’ibalizumab dans les meilleurs délais. »

À propos de l’étude de phase III de l’ibalizumab, TMB-301

L’essai clinique TMB-301 est une étude non comparative de 24 semaines de l’ibalizumab en ajout à un traitement de base optimisé (TBO) chez des patients déjà traités pour une infection au VIH-1 pluri-résistante aux médicaments existants. L’objectif principal de l’étude est de démontrer l’activité antivirale de l’ibalizumab sept jours après avoir reçu une dose initiale d’ibalizumab. Les patients, qui recevaient leur traitement antirétroviral (TAR) défaillant ou aucune thérapie, ont été suivis pendant une période de contrôle de sept jours. Par après, une dose initiale de 2 000 mg d’ibalizumab par voie intraveineuse (IV) a été le seul traitement ajouté à leur TAR. Le principal critère d’efficacité est la proportion de patients atteignant une réduction ≥ 0.5 log10 de l’acide ribonucléique du VIH-1 (ARN VIH-1) sept jours après avoir initié le traitement avec l’ibalizumab, soit au quatorzième jour de l’étude. L’ibalizumab est, par la suite, administré à raison de 800 mg IV toutes les deux semaines pour la durée de l’étude de 24 semaines. Un total de 40 patients a été enrôlé pour l’étude. À la conclusion de la période de traitement, les patients ont l’opportunité de participer à l’étude à accès élargi (TMB-311). Pour de plus amples informations au sujet des études TMB-301 et TMB-311, veuillez consulter le site internet de ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov).

À propos de l’ibalizumab

L’ibalizumab est un anticorps monoclonal humanisé développé pour le traitement potentiel de l’infection au VIH-1. Contrairement aux autres médicaments antirétroviraux, l’ibalizumab se lie principalement au deuxième domaine extracellulaire du récepteur CD4, qui est éloigné des sites de liaison au complexe majeur d’histocompatibilité de classe II (CMH II). L’ibalizumab prévient potentiellement l’infection des cellules immunitaires CD4 par le VIH-1 tout en préservant la fonction immunitaire normale. L’ibalizumab est actif contre le VIH-1 résistant à tous les médicaments antirétroviraux approuvés. L’ibalizumab a été testé en phase I et II du programme de recherche clinique et la phase III est la dernière étude clinique pivot requise par la FDA afin de compléter la soumission pour le BLA.

À propos de Theratechnologies

Theratechnologies (TSX:TH) est une société pharmaceutique spécialisée dans le traitement de besoins médicaux non satisfaits en vue de promouvoir auprès des patients infectés par le VIH un mode de vie sain et une qualité de vie améliorée. D’autres renseignements sur Theratechnologies sont disponibles sur le site Web de la Société au www.theratech.com et sur SEDAR au www.sedar.com.

Information prospective

Le présent communiqué de presse renferme des énoncés prospectifs et de l’information prospective (collectivement, les « énoncés prospectifs ») au sens de la législation applicable en valeurs mobilières qui reposent sur les opinions et les hypothèses de la direction et sur l’information dont celle-ci dispose présentement. Vous pouvez identifier les énoncés prospectifs par l’emploi de mots tels que « peut », « va », « pourrait », « voudrait », « devrait », « perspectives », « croit », « planifie », « envisage », « prévoit », « s’attend » et « estime » ou la forme négative de ces termes ou des variations de ceux-ci. Les énoncés prospectifs présents dans ce communiqué de presse incluent notamment l’approbation de l’ibalizumab pour le traitement des patients atteints du VIH, le dépôt d’un BLA à la FDA, la présentation des premiers résultats de l’étude concernant l’innocuité et les paramètres secondaires d’efficacité pour la période de 24 semaines et le lancement de l’ibalizumab comme médicament.

Les énoncés prospectifs sont fondés sur un certain nombre d’hypothèses et sont sujets à des risques et incertitudes dont plusieurs sont hors de la volonté de Theratechnologies et pourraient entrainer un écart marqué entre les résultats réellement obtenus et ceux exprimés, expressément ou implicitement, par de tels énoncés prospectifs. Ces hypothèses incluent notamment qu’il n’y aura pas de retard dans l’analyse des premiers résultats de l’étude concernant l’innocuité et les paramètres secondaires d’efficacité pour la période de 24 semaines, que les résultats de l’étude de phase III permettront de soumettre un BLA auprès de la FDA, que l’ibalizumab sera approuvé par la FDA en tant que traitement pour le VIH et que, si l’ibalizumab est approuvé, Theratechnologies aura, en temps opportun, mis en place l’infrastructure requise pour le lancement de l’ibalizumab. Les risques et incertitudes incluent notamment le risque que les résultats des études de phase III ne soient pas suffisamment satisfaisants pour la soumission d’un BLA auprès de la FDA, que la FDA n’approuve pas l’ibalizumab en tant que traitement pour le VIH, que la FDA exige la tenue d’essais cliniques supplémentaires et que Theratechnologies ne soit pas en mesure de mettre en place l’infrastructure requise pour le lancement de l’ibalizumab, s’il est approuvé par la FDA. Les investisseurs éventuels sont priés de se reporter à la rubrique « Facteurs de risque » de la notice annuelle de la société datée du 24 février 2016 pour plus d’informations sur les risques et incertitudes touchant Theratechnologies. La notice annuelle peut être consultée à l’adresse www.sedar.com. Le lecteur est prié d’examiner ces risques et incertitudes attentivement et de ne pas se fier indûment aux énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs reflètent les attentes actuelles concernant des événements futurs. Ils ne sont valables qu’à la date du présent communiqué de presse et traduisent nos attentes à cette date.

Nous ne nous engageons aucunement à mettre à jour ou à réviser l’information contenue dans ce communiqué de presse, que ce soit à la suite de l’obtention de nouveaux renseignements, à la suite de nouveaux événements ou circonstances ou pour toute autre raison que ce soit, sauf si les lois en vigueur l’exigent.

Philippe Dubuc
Premier vice-président et chef de la direction financière
514-336-7800, poste 297

BMO Groupe financier annonce des nominations à la haute direction

TORONTO, ONTARIO–(Marketwired – 28 oct. 2016) – Bill Downe, chef de la direction de BMO Groupe financier (TSX:BMO)(NYSE:BMO), a annoncé aujourd’hui la nomination de Frank Techar au poste de vice-président du conseil, BMO Groupe financier. Sa nomination entrera en vigueur le 1er novembre 2016. M. Techar est actuellement chef de l’exploitation.

Darryl White succédera à M. Techar à titre de chef de l’exploitation, BMO Groupe financier. Il entrera en fonction le 1er novembre 2016. Durant ses 22 années à BMO, M. White a occupé divers postes de direction de responsabilité croissante au sein de BMO Marchés des capitaux, dont le poste de chef, BMO Marchés des capitaux, qu’il occupe actuellement. M. White possède une solide connaissance du secteur bancaire, de la gestion des risques et des marchés mondiaux et a consacré sa carrière à travailler directement avec les clients de la Banque. Il continuera à entretenir d’étroites relations de travail, aux niveaux les plus élevés, avec les plus gros clients de la Banque.

À titre de chef de l’exploitation, M. White assurera le leadership stratégique des groupes de la Banque axés sur les services aux particuliers, les services aux entreprises et la gestion de patrimoine, tant à l’échelle nord-américaine que mondiale. Il supervisera la fonction du Marketing en plus de s’assurer que la fonction de la Banque responsable de la technologie fournisse à tous ces groupes les capacités stratégiques dont ils ont besoin.

« Darryl White a fait preuve d’un leadership inébranlable à toutes les étapes de sa carrière dans le secteur bancaire et son expérience complètera celle de son équipe. Ensemble, ils s’assureront que nos groupes d’exploitation sont bien positionnés pour poursuivre dans la voie du succès », a déclaré M. Downe. « Pendant deux décennies, il a été amené à composer directement avec les marchés mondiaux et un contexte bancaire complexe et en rapide évolution. Cette expérience lui sera d’une grande utilité dans son nouveau poste de chef de l’exploitation. »

MM. White et Techar collaboreront étroitement dans le cadre de leurs nouvelles fonctions. « À titre de chef de l’exploitation, Frank Techar a accompli un travail exceptionnel », a ajouté M. Downe. « Cette nomination témoigne de sa vaste et profonde expérience en tant que leader et dirigeant de la Banque. »

Dans le cadre de ses nouvelles fonctions de vice-président du conseil, M. Techar travaillera à accélérer la croissance des affaires dans tous les marchés, mais en particulier dans le Midwest américain, qui demeure au centre des plans de croissance de la Banque. « Il y a trois ans, nous avons amorcé la mise en œuvre d’un plan qui s’étend sur plusieurs années afin de redéfinir nos secteurs d’activité des deux côtés de la frontière. Le leadership de Frank et sa connaissance du marché du Midwest joueront un rôle crucial dans une optique où nous continuerons à faire croître nos activités et à envisager des possibilités d’expansion. Poursuivre l’établissement d’une présence croissante et extrêmement visible sur le marché américain demeure une priorité. »

Patrick Cronin est nommé chef, BMO Marchés des capitaux. Il entrera en fonction le 1er novembre et succède ainsi à M. White. M. Cronin est actuellement chef de l’exploitation, BMO Marchés des capitaux et occupait auparavant le poste de chef – Produits de négociation. M. Cronin s’est illustré dans plusieurs postes de direction de l’un des segments les plus compétitifs et exigeants du secteur bancaire.

M. Downe a également annoncé que, compte tenu de la croissance enregistrée par la Gestion de patrimoine à la Banque et de sa portée mondiale actuelle, ce groupe sera maintenant organisé en fonction de deux occasions de croissance attrayantes, mais distinctes : la gestion d’actifs institutionnels et les services de gestion de patrimoine destinés aux particuliers. Chacun de ces secteurs sera pris en charge par un haut dirigeant. Gilles Ouellette, qui occupe actuellement le poste de chef, Gestion de patrimoine, est nommé chef, BMO Gestion d’actifs et vice-président du conseil – International, BMO Groupe financier. Joanna Rotenberg est nommée chef, BMO Gestion de patrimoine. Ces deux nominations entreront en vigueur le 1er novembre 2016. Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, Mme Rotenberg mettra à profit une solide et pertinente expérience acquise aux postes de chef – Gestion de patrimoine Particuliers, de chef – Gestion stratégique et de chef du marketing de la Banque, ainsi qu’à titre de partenaire clé du cabinet McKinsey, notamment au sein du groupe de gestion de patrimoine, poste qu’elle occupait avant de se joindre à BMO.

M. Downe a confirmé que Cameron Fowler demeure au poste de chef – Services bancaires Particuliers et entreprises au Canada. M. Fowler pilote actuellement une importante initiative de transformation menée à l’échelle de la Banque dans un contexte où les clients adoptent rapidement de nouvelles façons d’effectuer leurs transactions bancaires. Il assume la responsabilité à l’échelle de l’organisation des Partenariats, des Systèmes de paiement et des Circuits de distribution qui fournissent du soutien aux quatre groupes d’exploitation. Aucun changement ne sera apporté à la direction des activités de la Banque dans le secteur des services bancaires aux particuliers et aux entreprises aux États-Unis, qui demeurent sous la responsabilité d’Alexandra Dousmanis-Curtis, chef, Services bancaires Particuliers et entreprises aux États-Unis et de David Casper, président et chef de la direction, BMO Harris Bank N.A. et chef, Services bancaires aux grandes entreprises.

Conformément au modèle d’exploitation actuel, M. Casper, Mme Dousmanis-Curtis, M. Fowler, M. Ouellette et Mme Rotenberg relèveront de M. White, tout comme Mme Connie Stefankiewicz, chef du marketing, et Mme Lynn Roger, chef – Transformation.

MM. Techar, White et Cronin relèveront de M. Downe, tout comme les fonctions d’entreprise de la Banque.

« Nous avons confiance en cette équipe », a mentionné M. Downe. « Ses membres ont présidé à une forte période de croissance et, à la suite des changements organisationnels annoncés aujourd’hui, ils auront de nouveaux défis à relever qui leur permettront d’élargir leurs compétences, d’enrichir leur expérience et de nous rapprocher de nos clients. »

« La Banque est au cœur d’une transformation s’étendant sur plusieurs années qui génère des résultats substantiels », a ajouté M. Downe. « Nous considérons la poursuite du développement de notre capacité stratégique liée à l’expérience bancaire que nous offrons comme une excellente occasion à saisir, et je me réjouis à l’idée de continuer à collaborer avec ces leaders pour amener la Banque au niveau supérieur. »

« Nous sommes privilégiés de pouvoir compter sur un chef de la direction respecté à l’échelle mondiale pour diriger la Banque », a commenté Robert Prichard, président du conseil d’administration de BMO. « En ce qui concerne l’avenir, nous sommes confiants car nous misons sur la continuité au sein des postes de dirigeant clés en développant et en mettant au défi la nouvelle génération par des nominations judicieuses et en temps opportun. Bill et son équipe ont un programme bien chargé », a conclu M. Prichard.

À propos de BMO Groupe financier

Fondé en 1817, BMO Groupe financier est un fournisseur de services financiers hautement diversifiés établi en Amérique du Nord. Fort d’un actif total de 692 milliards de dollars au 31 juillet 2016 et d’un effectif de plus de 45 000 employés, BMO offre à plus de 12 millions de clients une vaste gamme de produits et de services dans les domaines des services bancaires de détail, de la gestion de patrimoine et des services de banque d’affaires, par l’intermédiaire de trois groupes d’exploitation : les Services bancaires Particuliers et entreprises, la Gestion de patrimoine et BMO Marchés des capitaux.

Relations avec les médias :
Paul Gammal, Toronto
(416) 867-3996
paul.gammal@bmo.com

Frédéric Tremblay, Montréal
(514) 877-1873
frederic1.tremblay@bmo.com

Relations avec les investisseurs :
Jill Homenuk, Toronto
(416) 867-4770
jill.homenuk@bmo.com

Christine Viau, Toronto
(416) 867-6956
christine.viau@bmo.com
Internet : www.bmo.com

Pétrolia inc. clôture un placement privé de 1 154 740 $

QUÉBEC, QUÉBEC–(Marketwired – 27 oct. 2016) – Pétrolia inc. (TSX CROISSANCE:PEA) (« Pétrolia » ou la « Société ») a le plaisir de confirmer la clôture d’un placement privé. La Société a procédé à l’émission de 6 077 579 actions accréditives à un prix de 0,19 $ par action pour un produit brut de 1 154 740,01 $.

Le produit de ce placement privé sera utilisé par la Société afin d’encourir des frais d’exploration au Canada sur les différentes propriétés de la Société situées dans la province de Québec, et ces frais d’exploration seront pleinement encourus le ou avant le 31 décembre 2017, conformément aux engagements faits aux souscripteurs de ce placement privé.

En contrepartie des services fournis, Secutor Capital Management Corp. et La Financière EMD inc. ont chacun reçu des honoraires d’intermédiation correspondant à 6 % du produit brut du placement provenant des acquéreurs d’actions accréditives qu’ils ont respectivement référés à la société.

Les actions accréditives émises aux termes du placement privé susmentionné sont assujetties à une période de restriction relative à la revente qui prend fin le 28 février 2017.

À la suite de cette émission d’actions accréditives, 103 177 460 actions ordinaires de la Société sont émises et en circulation.

À propos de Pétrolia

Pétrolia est une société d’exploration pétrolière et gazière junior Québécoise qui possède des intérêts sur un territoire de plus de 16 000 km², soit près de 23 % du territoire québécois sous permis. Pétrolia est un leader dans la recherche pétrolière et gazière au Québec et sa vision est de produire des hydrocarbures d’ici, par des gens d’ici, pour ici. Les dimensions sociale et environnementale sont au cœur des préoccupations et de la démarche d’exploration de Pétrolia. Via sa filiale Investissement PEA Inc., Petrolia détient 21,7 % des intérêts de la société en commandite Hydrocarbures Anticosti S.E.C. et sa filiale Petrolia Anticosti Inc. est l’opérateur de son projet sur l’île d’Anticosti. Pétrolia a 103 177 460 actions émises et en circulation.

Énoncés prospectifs

Certaines déclarations faites aux présentes peuvent constituer des énoncés prospectifs. Ces déclarations se rapportent à des événements futurs ou à des résultats économiques futurs de Pétrolia et comportent des risques, incertitudes et autres facteurs connus et inconnus, qui pourraient modifier de manière appréciable leurs résultats, rendements ou réalisations par rapport à ce qu’expriment ou laissent entendre les déclarations de Pétrolia. Les événements ou résultats réels pourraient être très différents. Conséquemment, la décision d’investir dans les titres de Pétrolia ne devrait en aucun temps être basée sur ces énoncés. Pétrolia décline toute intention ainsi que toute obligation de mettre à jour ces déclarations prospectives.

La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de réglementation (au sens attribué à ce terme dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n’assument aucune responsabilité quant à la pertinence ou à l’exactitude du présent communiqué.

Martin Bélanger
Président-directeur général
418-657-1966
mbelanger@petrolia-inc.com
www.petrolia-inc.com

Pratt & Whitney Canada innove au chapitre de l’entretien payable à l’heure avec le lancement d’un nouveau programme de couverture

ORLANDO, FLORIDE–(Marketwired – 27 oct. 2016) – Avec quelque 10 000 moteurs inscrits dans ses différents plans d’entretien payables à l’heure, Pratt & Whitney Canada (P&WC) annonce un tout nouveau plan d’entretien EagleMC (ESP) conçu sur mesure pour les exploitants de moteurs et rehausse son programme ESP actuel. Chaque plan d’entretien favorise la disponibilité technique et le rendement de l’appareil tout en protégeant la valeur de l’investissement. P&WC est une société d’United Technologies Corporation (NYSE:UTX).

Le programme ESP est une solution de couverture payable à l’heure, simple et rentable, qui permet de garantir une échelle tarifaire sur le long terme dans le cadre d’une approche planifiée et préventive pour l’entretien du moteur. Les couvertures ESPecially pour votre moteur PT6 ont été annoncées aujourd’hui. Ces dernières offrent 400 premières heures d’entretien sans frais aux exploitants de nouveaux appareils propulsés par des moteurs PT6A, ainsi qu’une amélioration à l’offre ESP actuelle de P&WC, qui permet aux clients de transférer l’investissement réalisé dans le cadre de leur plan ESP à un moteur neuf du même modèle ou à une mise à niveau du moteur lors d’une révision.

« Nous voulons toujours sortir des sentiers battus pour mieux servir notre clientèle et lui offrir la plus grande valeur ainsi que le meilleur rendement du capital investi, affirme Satheeshkumar Kumarasingam, vice-président, Services commerciaux. Nous avons prouvé, résultats à l’appui pour des milliers de clients, la valeur du programme ESP comme une approche exhaustive et planifiée à un entretien assuré par le fabricant. Et nous continuons à innover dans notre offre de couvertures d’entretien en proposant des solutions nouvelles ou améliorées. L’annonce d’aujourd’hui illustre l’évolution constante de nos programmes qui, en définitive, offrent la couverture payable à l’heure la plus complète. »

ESPecially pour votre moteur PT6 : les 400 premières heures de couverture sans frais

En juillet dernier, P&WC a lancé le plan ESPecially pour votre moteur PT6 auprès des fabricants d’aéronefs pour soutenir les ventes de nouveaux appareils et offrir une valeur maximale aux clients d’appareils propulsés par des moteurs PT6A. Le plan comprend le programme ESP de calibre mondial, dont les 400 premières heures de couverture sont sans frais, ce qui représente une valeur de près de 50 000 $ par moteur en services d’entretien. De plus, après les 400 premières heures, les clients ont accès à des tarifs réduits d’entretien jusqu’à leur première visite à l’atelier d’entretien, de réparation et de révision.

« En seulement trois mois, soit depuis le lancement de ESPecially pour votre moteur PT6, le plan a connu un succès incroyable, soutient M. Kumarasingam. Le moteur PT6A et les services adaptés qui lui sont associés constituent donc une solution innovante. En fait, nous constatons que certains avionneurs intègrent le plan ESPecially pour votre moteur PT6 à leurs propres programmes d’entretien afin d’offrir une couverture complète “du nez à la queue”. »

Option ESP destinée aux nouveaux moteurs : transférez votre investissement réalisé dans le cadre du programme ESP à un moteur neuf ou à une mise à niveau du moteur lors d’une révision

Pour les clients ayant déjà adhéré au programme ESP et y cotisant sur la base du nombre d’heures de vol, P&WC propose une nouveauté qui permet dorénavant aux clients d’opter, moyennant des coûts supplémentaires, pour un moteur neuf du même modèle ou une mise à niveau de leur moteur au moment de la révision.

« Exceptionnellement simple et souple, cet ajout au programme ESP s’applique à tous les plans d’entretien en vigueur offerts par P&WC et permet aux clients de choisir la façon dont leur investissement dans le cadre du programme ESP payable à l’heure peut être utilisé au moment de la révision, poursuit M. Kumarasingam. En plus d’augmenter la valeur résiduelle et (ou) le rendement de leur moteur, les clients bénéficieront de tous les avantages d’un moteur neuf, que l’on songe par exemple à la garantie d’exécution de première main et au programme intégral d’entretien des pièces, en plus d’une valeur de revente accrue. »

Au sujet du programme d’entretien Eagle

À la fois complet et facile à utiliser, le programme ESP de P&WC est une solution d’entretien qui permet à l’exploitant de payer des frais mensuels fixes en fonction du nombre d’heures de vol d’un moteur. Le membre qui adhère à l’un ou l’autre des programmes ESP n’a qu’à choisir le niveau de couverture qui convient le mieux au type d’exploitation de son appareil, auquel correspondent des frais mensuels calculés en fonction du nombre d’heures de vol. Toutes les couvertures comprennent :

  • des révisions générales et remises à neuf du moteur;
  • une vérification/remise à neuf de la partie chaude;
  • un entretien de base non programmé du moteur;
  • la réparation de base non programmée des accessoires;
  • des recommandations d’améliorations dans le cadre du soutien des produits lors des visites en atelier;
  • un soutien pour la location de moteurs.

Passez nous voir au salon BACE de la NBAA, kiosque 3239. Les exploitants clients sont invités à nous rendre visite pour rencontrer un représentant du Service client.

À propos de Pratt & Whitney Canada

Fondée en 1928, P&WC est aujourd’hui un leader mondial de l’aérospatiale qui façonne l’avenir de l’aviation au moyen de propulseurs fiables et ultramodernes. Ayant son siège social à Longueuil, au Québec (Canada), P&WC est une société en propriété exclusive d’United Technologies Corporation. United Technologies Corp., sise à Farmington, au Connecticut, offre des services et systèmes de haute technologie aux secteurs du bâtiment et de l’aérospatiale.

Remarque à l’intention des rédacteurs en chef

Pour de plus amples renseignements, visitez notre page à l’intention des médias au http://www.pwc.ca/nbaa-media.

Suivez-nous sur Twitter (https://twitter.com/pwcanada) et Facebook (https://www.facebook.com/PrattWhitneyCanada) pour les toutes dernières nouvelles nous concernant.

Marc Duchesne
@NBAA, Orlando (Floride)
Cellulaire : +1 438 403-3508
marc.duchesne@pwc.ca
www.pwc.ca

Jennifer Barron
Pratt & Whitney Canada, Longueuil
Téléphone : 450 677-9411, poste 75009
jennifer.barron@pwc.ca
www.pwc.ca

Géoméga dépose une demande d’extension de bons de souscription

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 27 oct. 2016) – Ressources Géoméga Inc. (« GéoMégA » ou la « Société ») (TSX CROISSANCE:GMA) annonce qu’elle déposera auprès de la Bourse de croissance TSX (la “Bourse”) les documents pour effectuer une extension de la date d’échéance de 4 090 638 bons de souscription (les « bons de souscription ») initialement émis dans le cadre de deux placements privés sans courtier (les « placements ») conclus le 3 décembre 2013 (4 711 625 unités) et le 20 novembre 2014 (3 278 111 unités). Chaque unité dans les deux placements susmentionnés est composée d’une action et d’un demi bon de souscription.

Les conditions initiales du placement de 2013 stipulaient que chaque bon de souscription de la première clôture ayant lieu le 4 novembre 2013, et de la deuxième et dernière clôture ayant lieu le 3 décembre 2013, était exerçable en une action ordinaire de la Société à un prix de 0,21 $ par bon de souscription jusqu’au 4 novembre 2016 et jusqu’au 3 décembre 2016, respectivement.

Les conditions initiales du placement de 2014 stipulaient que chaque bon de souscription de la première clôture ayant lieu le 4 novembre 2014 et de la deuxième clôture ayant lieu le 10 novembre 2014 et la troisième et dernière clôture ayant lieu le 20 novembre 2014, était exerçable en une action ordinaire de la Société à un prix de 0,25 $ par bon de souscription jusqu’au 4 novembre 2016, au 10 novembre 2016 et au 20 novembre 2016, respectivement.

La Société souhaite prolonger la date d’expiration initiale des bons de souscription de 24 mois supplémentaires comme indiqué dans le tableau ci-dessous, sous réserve de l’acceptation de la Bourse. Il n’y a pas d’autres modifications proposées aux termes des bons de souscription.

Nombre de bons de souscription Échéance actuelle Échéance proposée
1 662 500 04-Nov-16 04-Nov-18
164 000 03-Dec-16 03-Dec-18
1 250 166 04-Nov-16 04-Nov-18
625 083 10-Nov-16 10-Nov-18
388 889 20-Nov-16 20-Nov-18

À propos de GéoMégA (www.geomega.ca)

GéoMégA est une société d’exploration minière québécoise dont l’objectif est la découverte et le développement durable de gisements économiques de métaux au Québec. GéoMégA s’engage à respecter les normes de l’industrie minière canadienne et se distinguer par son ingénierie innovante, l’engagement des parties prenantes et son dévouement à la transformation locale.

Actuellement, GéoMégA a 77 433 712 actions ordinaires en circulation.

La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de réglementation (au sens attribué à ce terme dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n’assument aucune responsabilité à l’égard de la pertinence ou de l’exactitude du présent communiqué.

Mises en garde concernant les énoncés prospectifs

Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs à l’égard de nos intentions et de nos plans. Les énoncés prospectifs contenus dans les présentes sont basés sur diverses hypothèses et estimations posées par la Société et comportent un nombre de risques et d’incertitudes. Par conséquent, les résultats réels pourraient varier considérablement de ceux prévus ou suggérés dans ces énoncés prospectifs et les lecteurs ne devraient pas se fier indûment aux énoncés prospectifs. Veuillez noter que les énoncés prospectifs comportent des risques et des incertitudes connus et inconnus, comme il est mentionné dans les documents déposés par la Société auprès des autorités en valeurs mobilières du Canada. Divers facteurs peuvent empêcher ou retarder nos plans, notamment la disponibilité et le rendement des entrepreneurs, les conditions météorologiques, l’accessibilité, les prix des métaux, la réussite ou l’échec des travaux d’exploration et de mise en valeur effectués à divers stades du programme ainsi que l’environnement économique, concurrentiel, politique et social en général. La Société se décharge expressément de l’obligation de mettre à jour tout énoncé prospectif, sauf si la législation en valeurs mobilières l’exige.

Kiril Mugerman
Président et Chef de la direction
Ressources Géoméga Inc.
450-641-5119 ext. 5653
kmugerman@geomega.ca

Résultats du troisième trimestre de 2016 de Suncor Énergie

CALGARY, ALBERTA–(Marketwired – 26 oct. 2016) –

À moins d’indication contraire, toute l’information financière est non auditée, est présentée en dollars canadiens ($ CA) et a été établie conformément aux Normes internationales d’information financières (les « IFRS ») et plus précisément à la Norme comptable internationale 34, « Information financière intermédiaire » (« IAS 34 »), telle qu’elle a été publiée par l’International Accounting Standards Board. Les volumes de production sont présentés avant redevances en fonction de la participation directe, à moins d’indication contraire. Certaines mesures financières auxquelles il est fait référence dans le présent document (flux de trésorerie d’exploitation, bénéfice (perte) d’exploitation et charges d’exploitation décaissées du secteur Sables pétrolifères) ne sont pas prescrites par les principes comptables généralement reconnus (les « PCGR ») du Canada. Se reporter à la section Mesures financières hors PCGR du présent communiqué. Les références aux activités de production et aux charges d’exploitation décaissées des activités du secteur Sables pétrolifères ne tiennent pas compte de la participation de Suncor dans les activités de Syncrude.

« Nous avons généré des flux de trésorerie d’exploitation de plus de 2 G$ au cours du troisième trimestre, grâce à la forte production de nos actifs en amont, au taux de fiabilité record des raffineries ainsi qu’à la priorité que nous avons accordée à la réduction des coûts, a déclaré Steve Williams, président et chef de la direction. Notre performance rend compte de la solidité de nos actifs principaux et de notre capacité à générer des flux de trésorerie importants, et ce, même dans un contexte de baisse des prix. »

Faits saillants du troisième trimestre de 2016 :

  • Flux de trésorerie d’exploitation de 2,025 G$ (1,22 $ par action ordinaire), en raison de l’accroissement de la production du secteur Sables pétrolifères, d’une diminution des charges d’exploitation pour ce secteur et d’un débit de traitement record du brut par les raffineries.
  • Bénéfice d’exploitation de 346 M$ (0,21 $ par action ordinaire), et bénéfice net de 392 M$ (0,24 $ par action ordinaire), y compris une perte de 86 M$ liée à la méthode du premier entré, premier sorti (« PEPS ») pour le secteur Raffinage et commercialisation (« R et C »).
  • Après une interruption au deuxième trimestre de 2016 en raison des feux de forêt, la production issue des installations du secteur Sables pétrolifères dans la région de Fort McMurray a retrouvé des niveaux normaux, une solide production de 433 700 barils par jour (b/j) ayant été enregistrée.
  • Les charges d’exploitation décaissées par baril du secteur Sables pétrolifères ont diminué pour s’établir à 22,15 $ pour le troisième trimestre de 2016, soit une baisse de 18 % par rapport au trimestre correspondant de l’exercice précédent et le plus bas niveau en dix ans.
  • La production de Syncrude a augmenté pour s’établir à 183 800 b/j, alors qu’elle se chiffrait à 28 100 b/j pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent, ce qui s’explique par l’acquisition de participations directes supplémentaires en 2016, ainsi que par la fiabilité accrue des installations de valorisation. Les charges décaissées par baril de Syncrude se sont établies à 27,65 $, en baisse par rapport à 41,65 $ pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent.
  • Le débit de traitement du brut par les raffineries s’est établi à un niveau record de 465 600 b/j, et les charges d’exploitation ont été ramenées à 4,55 $ par/b.
  • Des ententes de partenariat ont été conclues avec les Premières Nations cries de Fort McKay et de Mikisew relativement à la vente d’une participation cumulée de 49 % dans le projet d’agrandissement du Parc de stockage Est, qui devrait générer un produit de près de 500 M$.

Résultats financiers

Pour le troisième trimestre de 2016, Suncor a comptabilisé un bénéfice d’exploitation de 346 M$ (0,21 $ par action ordinaire), comparativement à 410 M$ (0,28 $ par action ordinaire) pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent. Parmi les faits marquants du trimestre, mentionnons l’augmentation de la quote-part du bénéfice d’exploitation de Syncrude attribuable au rehaussement de la fiabilité des installations de valorisation et à la diminution des charges d’exploitation unitaires, l’acquisition de participations directes supplémentaires en 2016, la diminution de la perte liée à la méthode PEPS inscrite par le secteur R et C, la baisse des charges d’exploitation du secteur Sables pétrolifères, le débit de traitement record du brut des raffineries et l’accroissement de la production du secteur Sables pétrolifères et du secteur Exploration et production (« E et P »). Ces facteurs ont plus que contrebalancé l’incidence défavorable de la diminution des marges de craquage de référence et par la baisse des prix du brut au troisième trimestre de 2016. Le bénéfice d’exploitation tient également compte d’une charge hors trésorerie liée à un puits d’exploration improductif sur la côte Est du Canada.

Les flux de trésorerie d’exploitation se sont établis en hausse, à 2,025 G$ (1,22 $ par action ordinaire), comparativement à 1,882 G$ (1,30 $ par action ordinaire) au troisième trimestre de 2015, hausse qui rend compte de l’augmentation de la quote-part du bénéfice d’exploitation de Syncrude, de la diminution de la perte liée à la méthode PEPS, de la réduction des charges d’exploitation du secteur Sables pétrolifères, du produit d’impôt exigible découlant de la baisse du taux d’impôt sur les profits réalisés sur la production pétrolière et gazière au Royaume-Uni, qui est passé de 50 % à 40 %, du volume de pétrole brut record traité par les raffineries et de l’accroissement de la production du secteur Sables pétrolifères et du secteur E et P, facteurs qui ont plus que compensé la diminution des marges de craquage de référence et la baisse des prix du brut.

Le bénéfice net s’est chiffré à 392 M$ (0,24 $ par action ordinaire) au troisième trimestre de 2016, comparativement à une perte nette de 376 M$ (0,26 $ par action ordinaire) pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent. Le bénéfice net du troisième trimestre de 2016 inclut un produit d’impôt différé de 180 M$ découlant d’une baisse du taux d’impôt sur les profits réalisés sur la production pétrolière et gazière au Royaume-Uni, qui est passé de 50 % à 40 %. Le bénéfice net rend également compte d’une perte de change latente après impôt de 112 M$ à la réévaluation de la dette libellée en dollars américains et d’une perte hors trésorerie après impôt de 22 M$ découlant de l’évaluation à la valeur de marché de dérivés de taux d’intérêt conclus en prévision des émissions futures de titres d’emprunt. La perte nette du trimestre correspondant de l’exercice précédent tenait compte d’une perte de change latente après impôt de 786 M$ à la réévaluation de la dette libellée en dollars américains.

Résultats d’exploitation

La production en amont totale de Suncor s’est établie à 728 100 barils équivalent pétrole par jour (bep/j) pour le troisième trimestre de 2016, en hausse par rapport à 566 100 bep/j pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent. Cette hausse est avant tout attribuable à l’acquisition de la participation additionnelle de 41,74 % dans Syncrude en 2016, combinée à l’importante amélioration de la fiabilité de Syncrude, ainsi qu’à l’accroissement de la production des secteurs Sables pétrolifères et E et P, en dépit des travaux de maintenance planifiés pour ces secteurs.

La production du secteur Sables pétrolifères s’est établie à 433 700 b/j au troisième trimestre de 2016, en hausse par rapport à 430 300 b/j pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent, essentiellement en raison de l’accroissement de la production in situ, facteur en partie contrebalancé par une baisse de la production de pétrole brut synthétique attribuable à des travaux de maintenance non planifiés portant sur l’usine de valorisation. Les deux trimestres tiennent compte des travaux de maintenance planifiés portant sur l’usine de valorisation.

Au troisième trimestre de 2016, les charges d’exploitation décaissées par baril du secteur Sables pétrolifères ont diminué pour s’établir à 22,15 $/b, comparativement à 27,00 $/b pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent, en raison de la diminution des charges d’exploitation qui a découlé des mesures de réduction des coûts ainsi que de la baisse des prix du gaz naturel et de l’accroissement de la production.

La quote-part de Suncor dans la production de Syncrude s’est établie à 183 800 b/j au troisième trimestre de 2016, comparativement à 28 100 b/j pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent. Le taux de fiabilité des installations de valorisation de Syncrude s’est amélioré pour atteindre 98 %, comparativement à 67 % pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent en raison d’un incendie survenu dans une usine de valorisation. La hausse est attribuable à l’acquisition de participations directes supplémentaires en 2016, à la grande fiabilité enregistrée pour la période et au traitement de produits non finis qui avaient été stockés en vue de travaux de maintenance planifiés et qui ont subi l’incidence des feux de forêt au deuxième trimestre de 2016. Les charges d’exploitation décaissées par baril de Syncrude ont été ramenées de 41,65 $/b, au troisième trimestre de l’exercice précédent, à 27,65 $/b, au troisième trimestre de 2016, soit leur niveau le plus bas en dix ans, ce qui s’explique par une fiabilité accrue et par une diminution des charges d’exploitation.

Les volumes de production du secteur E et P se sont établis à 110 600 bep/j au troisième trimestre de 2016, en hausse par rapport à 107 700 bep/j au trimestre correspondant de l’exercice précédent, en raison surtout de la production issue des nouveaux puits à Hibernia, de la fiabilité accrue ainsi que de l’optimisation des gisements de Terra Nova, facteurs en partie atténués par les travaux de maintenance planifiés à Buzzard, qui ont été amorcés à la fin du troisième trimestre de 2016.

Le débit moyen de traitement du brut par les raffineries a atteint un record de 465 600 b/j, comparativement à 444 800 b/j pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent, grâce à la fiabilité accrue et à la diminution des travaux de maintenance planifiés. Aux raffineries de Montréal et de Sarnia, des travaux de maintenance planifiés ont été amorcés au troisième trimestre de 2016.

« Suncor continue de trouver des façons de réduire les coûts dans l’ensemble de la Société, a déclaré Steve Williams. Nos mesures de réduction des coûts combinées à l’exploitation fiable et sécuritaire de nos installations se sont traduites par une diminution des charges décaissées par baril de notre secteur Sables pétrolifères, lesquelles se sont établies à leur plus bas niveau depuis dix ans, et des améliorations semblables ont été réalisées par Syncrude ».

Mise à jour concernant notre stratégie

Suncor continue de se concentrer sur l’exécution rigoureuse de son programme d’immobilisations pour 2016 et sur l’accroissement de l’efficience, tout en faisant progresser ses principaux projets de croissance : Fort Hills et Hebron.

La stratégie de la Société comprend la cession d’actifs secondaires qui ne sont pas des éléments clés du modèle intégré. Au troisième trimestre de 2016, Suncor a fait progresser le processus de vente de son entreprise de lubrifiants et amorcé la vente de certains de ses actifs et passifs associés à ses activités liées à l’énergie renouvelable.

Au cours du trimestre, Suncor a conclu avec les Premières Nations cries de Fort McKay et de Mikisew des ententes de partenariat visant la vente de participations respectives de 34,3 % et 14,7 % dans le projet d’agrandissement du Parc de stockage Est, respectivement, ce qui devrait générer un produit estimé à 497 M$. Les transactions devraient être conclues au deuxième trimestre de 2017, sous réserve des conditions de clôture, une fois que les actifs auront été mis en service. Le projet d’agrandissement du Parc de stockage Est vise la construction d’un élément d’actif intermédiaire exploité par Suncor, lequel est en cours de construction. Une fois la construction terminée, les installations faciliteront l’accès de Fort Hills au marché, grâce à la connexion au pipeline d’un tiers, et seront composées d’installations de stockage, de fluidification et de refroidissement du bitume.

« Nous continuons de faire progresser nos initiatives de croissance clés, a déclaré M. Williams. Nous avons accompli d’importants progrès dans le projet Fort Hills au cours du trimestre, et les ententes historiques que nous avons signées avec les Premières Nations cries de Fort McKay et de Mikisew visant la vente de participations dans notre projet d’agrandissement du Parc de stockage Est soulignent notre volonté d’établir des relations à long terme mutuellement bénéfiques avec les communautés autochtones. »

Après la fin du trimestre, Suncor a acquis une participation de 30 % dans le projet Rosebank dans le secteur britannique de la mer du Nord, au coût de 50 M$ US. Le projet vise une ressource qui est considérée comme étant l’une des plus vastes qui n’a pas encore été développée dans le secteur britannique de la mer du Nord, qui devrait être complémentaire aux autres actifs du portefeuille existant de Suncor.

Sables pétrolifères

Au troisième trimestre de 2016, la priorité concernant le secteur Sables pétrolifères visait le retour à des taux de production normaux pour tous les actifs de la région de Fort McMurray, après les feux de forêt survenus au deuxième trimestre de 2016, tout en continuant de faire progresser les projets visant l’accroissement de la fiabilité, de la sécurité et de la performance environnementale. Les dépenses en immobilisations pour le troisième trimestre de 2016 visaient des travaux de maintenance planifiés à l’usine de valorisation 1, lesquels ont été amorcés au cours du trimestre, ainsi que la construction du projet d’agrandissement du Parc de stockage Est.

Coentreprises des Sables pétrolifères

Le projet Fort Hills était achevé à plus de 70 % à la fin du troisième trimestre de 2016, la majeure partie des travaux qui restent à faire étant en Alberta. Les principales activités au cours de la période ont visé l’achèvement des structures nécessaires à l’installation des services publics, les importants progrès réalisés dans la construction des structures et installations pour l’extraction secondaire ainsi que l’approvisionnement en équipement minier et en matériel d’extraction. Les progrès réalisés comprenaient aussi le développement d’activités de maintien qui soutiendront le plan de mine après le début de la production. Les premiers barils de pétrole sont toujours attendus pour 2017. La Société se penche sur les façons d’atténuer l’incidence des taux de change défavorables et des feux de forêt survenus au deuxième trimestre sur les coûts de l’ensemble du projet. La Société estime que l’intensité capitalistique totale concorde avec l’estimation initiale, approuvée au départ, de 84 000 $ par baril de bitume produit.

Les dépenses du troisième trimestre de 2016 incluent aussi une quote-part accrue des dépenses de maintien de Syncrude, lesquelles ont été principalement axées sur le maintien des actifs et la mise en œuvre du plan de gestion des résidus miniers.

Exploration et production

La construction du projet Hebron s’est poursuivie au troisième trimestre de 2016. Après l’arrivée, en provenance de la Corée du Sud, du module de traitement et des utilités, tous les modules en surface sont désormais installés à Bull Arm, à Terre-Neuve-et-Labrador, et l’intégration de ces modules est en cours. Les premiers barils de pétrole issus du projet sont attendus pour la fin de 2017. Les dépenses de croissance comprenaient aussi le forage dans le bassin Shelburne, sur la côte Est canadienne, y compris le commencement du forage d’un deuxième puits d’exploration, ainsi que des activités de forage de développement à Hibernia, à White Rose et à Golden Eagle.

Rapprochement du bénéfice (perte) d’exploitation1)

Trimestres clos les
30 septembre
Périodes de neuf mois closes les
30 septembre
(en millions de dollars) 2016 2015 2016 2015
Résultat net 392 (376) (86) 12
Perte (profit) de change latente sur la dette libellée en dollars américains 112 786 (746) 1 548
Incidence des ajustements du taux d’imposition sur l’impôt différé2) (180) (180) 17
Perte hors trésorerie découlant de l’évaluation à la valeur de marché des swaps de taux d’intérêt3) 22 182
Perte hors trésorerie découlant du remboursement anticipé d’une dette à long terme4) 73
Coûts d’acquisition et d’intégration de COS5) 38
Profit sur cessions importantes6) (68)
Charges de restructuration7) 57
Produit d’assurance8) (75)
Bénéfice d’exploitation1) 346 410 (719) 1 491
1) Le bénéfice d’exploitation est une mesure non conforme aux PCGR. Tous les éléments de rapprochement sont présentés, déduction faite de l’impôt. Se reporter à la rubrique « Mise en garde concernant les mesures financières hors PCGR » du rapport de gestion de Suncor daté du 26 octobre 2016.
2) Le trimestre et la période de neuf mois clos le 30 septembre 2016 reflètent un ajustement de l’impôt différé de la Société découlant d’une baisse de 10% du taux d’impôt sur les profits réalisés sur la production pétrolière et gazière dans le secteur britannique de la mer du Nord. La période de neuf mois close le 30 septembre 2015 rend compte d’une baisse de 12% du taux d’impôt sur les profits réalisés sur la production pétrolière et gazière dans le secteur britannique de la mer du Nord, contrebalancée par une hausse de 2% du taux d’impôt sur les bénéfices des sociétés en Alberta au deuxième trimestre de 2015.
3) Perte hors trésorerie sur les swaps de taux d’intérêt découlant d’une baisse des taux d’intérêt à long terme dans le secteur Siège social.
4) Charges liées au remboursement anticipé d’une dette dans le secteur Siège social.
5) Coûts de transaction et charges connexes liées à l’acquisition de Canadian Oil Sands Limited (« COS »), dans le secteur Siège social.
6) Produit après impôt lié à la vente de la quote-part de la Société dans certains actifs et passifs de Pioneer Energy, dans le secteur R et C.
7) Charges de restructuration liées aux mesures de réduction des coûts du secteur Siège social.
8) Produit d’assurance contre les pertes d’exploitation visant les actifs de Terra Nova dans le secteur E et P.

Prévisions de la Société

Suncor a mis à jour les prévisions qu’elle avait publiées pour 2016, publiées initialement le 27 juillet 2016. Les prévisions pour l’exercice au complet concernant les fourchettes de production, le débit de traitement par les raffineries et l’utilisation de celles-ci, ainsi que les hypothèses concernant les ventes ont été mises à jour comme suit :

Prévisions pour l’exercice 2016 au complet
27 juillet 2016
Prévisions pour l’exercice 2016 au complet
Révisées le 26 octobre 2016
Production totale de Suncor (bep/j)1) 585 000 – 620 000 610 000 – 625 000
Sables pétrolifères (b/j) 375 000 – 395 000 375 000 – 385 000
Syncrude (b/j) 105 000 – 115 000 120 000 – 130 000
Exploration et production (bep/j) 105 000 – 110 000 110 000 – 115 000
Débit de traitement du brut de Suncor (b/j) 420 000 – 440 000 425 000 – 435 000
Taux d’utilisation des raffineries de Suncor 91 % – 95 % 92 % – 94 %
Hypothèses concernant les ventes
Ventes des Sables pétrolifères
Pétrole brut synthétique (b/j) 265 000 – 275 000 255 000 – 265 000
Bitume (b/j) 100 000 – 120 000 115 000 – 125 000
Ventes de produits raffinés (b/j) 510 000 – 550 000 520 000 – 530 000

Les prévisions concernant les dépenses en immobilisations pour l’exercice au complet ont été revues à la baisse, pour s’établir dans une fourchette de 5,8 G$ à 6,0 G$ plutôt que de 6,0 G$ à 6,5 G$, comme suit :

Prévisions pour l’exercice 2016
au complet
27 juillet 2016
Prévisions pour l’exercice 2016
au complet
Révisées le 26 octobre 2016
(en millions de dollars canadiens) Dépenses en
immobilisations
Pourcentage
des dépenses
de croissance
Dépenses en
immobilisations
Pourcentage
des dépenses
de croissance
En amont 5 250 – 5 600 65 % 5 100 – 5 230 70 %
En aval 700 – 800 5 % 675 – 720 5 %
Siège social 50 – 100 5 % 25 – 50 5 %
Total2) 6 000 – 6 500 55 % 5 800 – 6 000 60 %

Les prévisions pour l’exercice au complet en ce qui concerne les éléments suivants ont été mises à jour.

Prévisions pour l’exercice 2016
au complet
27 juillet 2016
Prévisions pour l’exercice 2016
au complet
Révisées le 26 octobre 2016
Charges d’exploitation décaissées du secteur Sables pétrolifères ($/b) 27,00 $ – 30,00 $ 25,50 $ – 27,50 $
Charges d’exploitation décaissées de Syncrude ($/b) 41,00 $ – 44,00 $ 37,00 $ – 39,00 $
Charge d’impôt exigible (en millions de dollars canadiens) 0 $ – 300 $ 100 $ – 300 $
Taux d’impôt (effectif) au Royaume-Uni 40 % – 45 % 35 % – 40 %

1) Les fourchettes de production des secteurs Sables pétrolifères, Syncrude et E et P ne sont pas censées s’additionner pour égaler la production totale de Suncor.
2) Les dépenses en immobilisations excluent les intérêts de 600 M$ à 700 M$ incorporés à l’actif.

Les hypothèses qui sous-tendent les prévisions pour l’exercice au complet ont aussi été ajustées comme suit : les hypothèses relatives au Brent à Sullom Voe sont passées de 40,00 $ US/b à 44,00 $ US/b; celles concernant le WTI à Cushing, de 39,00 $ US/b à 43,00 $ US/b; le WCS à Hardisty, de 26,00 $ US/b à 29,00 $ US/b; la marge de craquage 3-2-1 au port de New York, de 12,50 $ US/b à 13,50 $ US/b; le prix au comptant AECO, de 1,75 $/gigajoules (Gj) à 2,00 $/Gj; et le taux de change $ US/$ CA, de 0,75 à 0,76.

Pour plus de précisions et des mises en garde concernant les prévisions révisées de Suncor pour 2016, veuillez consulter la page suncor.com/perspectives.

Mesures financières hors PCGR

Le bénéfice d’exploitation (perte) et les charges d’exploitation décaissées du secteur Sables pétrolifères sont définis dans la mise en garde concernant les mesures financières hors PCGR du rapport de gestion et font l’objet d’un rapprochement avec les mesures conformes aux PCGR dans les rubriques « Information financière consolidée » et « Résultats sectoriels et analyse » du rapport de gestion. Les flux de trésorerie d’exploitation sont décrits et font l’objet d’un rapprochement avec les mesures établies conformément aux PCGR dans la mise en garde concernant les mesures financières hors PCGR du rapport de gestion. Ces mesures financières hors PCGR ont été incluses parce que la direction les utilise pour analyser la performance opérationnelle, l’endettement et la liquidité. Ces mesures financières hors PCGR n’ont pas de définition normalisée et, par conséquent, il est peu probable qu’elles soient comparables avec les mesures similaires présentées par d’autres sociétés et elles ne devraient pas être utilisées hors contexte ni comme des substituts aux mesures de rendement établies conformément aux PCGR.

Mise en garde – renseignements de nature prospective

Le présent communiqué contient certaines informations et énoncés de nature prospective (collectivement, les « énoncés prospectifs ») au sens attribué à ce terme par les lois canadiennes et américaines applicables régissant les valeurs mobilières. Les énoncés prospectifs du présent communiqué incluent des références à ce qui suit : Suncor continue de se concentrer sur l’exécution rigoureuse de son programme d’immobilisations pour 2016 et sur l’accroissement de l’efficience, tout en faisant progresser ses principaux projets de croissance, Fort Hills and Hebron; la stratégie de la Société, incluant la cession d’actifs secondaires qui ne sont pas des éléments clés du modèle intégré, le progrès du processus de vente de son entreprise de lubrifiants et l’amorce de la vente de certains de ses actifs et passifs associés à ses activités liées à l’énergie renouvelable; les prévisions concernant le produit estimé et la date de conclusion de la vente de participations de 34,3 % et 14,7 % dans le projet d’agrandissement du Parc de stockage Est aux Premières Nations cries de Fort McKay et de Mikisew, respectivement et que les installations, une fois terminées, faciliteront l’accès de Fort Hills au marché, grâce à la connexion au pipeline d’un tiers, et seront composées d’installations de stockage, de fluidification et de refroidissement du bitume; l’estimation que le projet Rosebank dans le secteur britannique de la mer du Nord vise une ressource qui est considérée comme étant l’une des plus vastes qui n’a pas encore été développée dans le secteur britannique de la mer du Nord et qui devrait être complémentaire aux autres actifs du portefeuille existant de Suncor; les projets de croissance de Suncor, incluant : (i) les énoncés entourant le projet Fort Hills, notamment que la majeure partie des travaux qui restent à faire sont en Alberta, que les premiers barils de pétrole sont toujours attendus pour 2017, la Société se penche sur les façons d’atténuer l’incidence des taux de change défavorables et des feux de forêt survenus au deuxième trimestre de 2016 sur les coûts de l’ensemble du projet, l’estimation de la Société selon laquelle l’intensité capitalistique totale concordera avec l’estimation initiale de 84 000 $ par baril de bitume produit, et que les activités de maintien soutiendront le plan de mine après le début de la production; et (ii) les énoncés entourant le projet Hebron, incluant les premiers barils de pétrole attendus pour la fin de 2017; et les prévisions de Suncor pour l’exercice au complet concernant la production, le débit de traitement et l’utilisation des raffineries, les ventes et les dépenses en immobilisations, les charges d’exploitation décaissées du secteur Sables pétrolifères, les charges d’exploitation décaissées de Syncrude, la charge d’impôt et les hypothèses concernant le marché. En outre, tous les autres énoncés et les autres informations traitant de la stratégie de croissance de Suncor, de ses décisions en matière de dépenses et d’investissements prévus et futurs, des prix des marchandises, des coûts, des calendriers, des volumes de production, des résultats opérationnels et des résultats financiers, et de l’incidence prévue des engagements futurs, constituent des énoncés prospectifs. Certains énoncés et renseignements prospectifs se reconnaissent à l’emploi d’expressions comme « s’attend », « prévoit », « estimations », « planifie », « prévu », « entend », « croit », « projets », « indique », « pourrait », « se concentre », « vision », « but », « perspectives », « proposé », « cible », « objectif », « continue », « devrait », « peut » et autres expressions analogues.

Les énoncés prospectifs sont fondés sur les attentes actuelles, les estimations, les projections et les hypothèses de Suncor qui ont été formulées à la lumière de l’information qui était à sa disposition au moment où ces énoncés ont été formulés et en fonction de l’expérience de Suncor et de sa perception des tendances historiques, notamment les attentes et hypothèses au sujet de l’exactitude des estimations des réserves et des ressources; les prix des marchandises, les taux d’intérêt et les taux de change; la rentabilité des capitaux et les économies de coûts; les taux de redevances applicables et les lois fiscales; les niveaux de production futurs; la suffisance des dépenses en immobilisations budgétées pour l’exécution des activités planifiées; la disponibilité et le coût de la main-d’œuvre et des services; et la réception en temps utile des approbations des autorités de réglementation et des tiers.

Les énoncés prospectifs ne sont pas des garanties d’un rendement futur et comportent un certain nombre de risques et d’incertitudes, dont certains sont similaires à ceux qui touchent d’autres sociétés pétrolières et gazières et d’autres sont propres à Suncor. Les résultats réels de Suncor pourraient différer de façon importante de ceux exprimés ou suggérés de manière implicite dans ses énoncés ou renseignements prospectifs; le lecteur est donc averti de ne pas s’y fier indûment.

Le rapport de gestion et la notice annuelle de Suncor, le formulaire 40-F et le rapport annuel aux actionnaires, chacun daté du 25 février 2016, et les autres documents qu’elle dépose périodiquement auprès des autorités en valeurs mobilières décrivent les risques, incertitudes et hypothèses importants et les autres facteurs qui pourraient avoir une incidence sur les résultats réels et de tels facteurs sont incorporés aux présentes par voie de référence. On peut se procurer gratuitement des exemplaires de ces documents en écrivant à Suncor au 150, 6th Avenue S.W., Calgary, Alberta T2P 3E3, en téléphonant au 1-800-558-9071, en en faisant la demande par courriel à invest@suncor.com ou en consultant le profil de la Société sur SEDAR au sedar.com ou EDGAR au sec.gov. Sauf dans les cas où les lois applicables sur les valeurs mobilières l’exigent, Suncor se dégage de toute intention ou obligation de mettre à jour ou de réviser publiquement ses renseignements de nature prospective, que ce soit en raison de nouvelles informations, d’événements futurs ou d’autres circonstances.

Mise en garde – BEP

Certains volumes de gaz naturel ont été convertis en barils équivalent pétrole (bep) en supposant qu’un baril est l’équivalent de six mille pieds cubes de gaz naturel. Les mesures exprimées en bep peuvent être trompeuses, surtout si on les considère isolément. Le ratio de conversion d’un baril de pétrole brut ou de liquides de gaz naturel à six mille pieds cubes de gaz naturel repose sur une méthode de conversion d’équivalence énergétique applicable surtout à la pointe du brûleur et ne représente pas nécessairement une équivalence de la valeur à la tête du puits. Étant donné que le ratio de valeur basé sur le prix actuel du pétrole brut par rapport à celui du gaz naturel diffère considérablement de l’équivalence d’énergie de 6:1, l’utilisation d’un ratio de conversion de 6:1 comme indice de valeur peut être trompeuse.

Suncor Énergie est la plus importante société énergétique intégrée du Canada. Les activités de Suncor sont reliées notamment au développement et à la valorisation des sables pétrolifères, à la production pétrolière et gazière classique et extracôtière, au raffinage du pétrole et à la commercialisation des produits sous la marque Petro-Canada. À titre de membre des indices de durabilité Dow Jones, FTSE4Good et CDP, Suncor exploite les ressources pétrolières de façon responsable, ainsi qu’un portefeuille croissant de sources d’énergie renouvelable. Suncor est inscrite à l’indice boursier UN Global Compact 100 et sur la liste de Corporate Knights’ Global 100. Les actions ordinaires de Suncor (symbole : SU) sont inscrites à la Bourse de Toronto et à la Bourse de New York.

Pour plus d’information à propos de Suncor, visitez notre site Web à suncor.com, suivez-nous sur Twitter @SuncorEnergy ou allez sur Découvrez l’énergie du Oui.

Le rapport aux actionnaires pour le troisième trimestre 2016 de Suncor, les états financiers et les notes (non audités) peuvent être téléchargés à partir de suncor.com/rapportsfinanciers.

Pour écouter la webdiffusion portant sur les résultats du troisième trimestre de Suncor, veuillez visiter suncor.com/webdiffusions.

Demandes des médias :
403-296-4000
media@suncor.com

Demandes des investisseurs :
800-558-9071
invest@suncor.com

La Suite Elastic version 5.0 : la suite logicielle open source hautement scalable pour vos données en temps réel

MOUNTAIN VIEW, CA and AMSTERDAM, THE NETHERLANDS–(Marketwired – Oct 26, 2016) – La version 5.0 de la Suite Elastic, qui regroupe Elasticsearch, Kibana, Beats et Logstash, est désormais disponible en téléchargement et sur Elastic Cloud. Les produits Elastic sont aujourd’hui fréquemment utilisés pour des cas d’utilisation stratégiques tels que la recherche, le logging et l’analyse de données. Depuis 2012, ils ont été téléchargés plus de 75 millions de fois.

« Le lancement de la version 5.0 témoigne la nouvelle stratégie de développement et de mise à jour suivie par Elastic. Il marque également le début d’une nouvelle période pour notre entreprise, car cette nouvelle version assure l’interopérabilité de nos produits », précise Shay Banon, cofondateur et directeur technique d’Elastic. « Les composants de la Suite Elastic sont d’autant plus puissants lorsqu’ils sont utilisés ensemble. Avec la version 5.0, nous allons encore plus loin en permettant à nos utilisateurs de se lancer plus facilement, de gérer davantage de données avec des performances encore améliorées pour répondre à leurs nombreux cas d’utilisation.»

La version 5.0 introduit de nouvelles fonctionnalités puissantes pour les développeurs des startups et des autres entreprises, leur permettant de réaliser bien davantage avec la Suite Elastic (Elasticsearch, Kibana, Beats et Logstash), X-Pack (extensions commerciales : security, monitoring, alerting, reporting et Graph) et Elastic Cloud. Désormais, tous les produits Elastic sont alignés et suivront le même calendrier d’évolution, ce qui permettra aux développeurs de compiler, tester et mettre à niveau leurs applications encore plus facilement et rapidement.

Parmi les nouvelles fonctionnalités proposées par la version 5.0 :

Elasticsearch 5.0

  • 80 % d’amélioration des performances d’indexation
  • 25 % d’amélioration des performances de recherche notamment grâce au passage à Lucene 6 (points multi-dimensionnels)
  • 50 % d’amélioration des requêtes geopoint grâce à la mise en œuvre de LatLonPoint
  • Une nouvelle fonctionnalité d’agrégation instantanée pour améliorer la mise en cache des requêtes
  • Un nouveau langage de script par défaut nouveau et sécurisé, dénommé Painless

Kibana 5.0

  • Timelion fait désormais partie des applications prises en charge pour les données chronologiques (time series)
  • Nouvelle interface utilisateur de partage des tableaux de bord et des visualisations
  • Possibilité de choisir le langage de script pour Elasticsearch, Painless actif par défaut

Ingestion : Logstash et Beats 5.0

  • Nouvelle fonctionnalité de logging avec le framework Log4j2
  • Nouvelles API de supervision permettant d’obtenir des indicateurs d’exécution
  • Prise en charge native du streaming Spark à l’aide du connecteur ES-Hadoop
  • Metricbeat pour obtenir des indicateurs en provenance de services externes et envoyer des données à Elasticsearch
  • Disponibilité d’Ingest Node pour le prétraitement et l’enrichissement des documents

X-Pack 5.0

  • Installation en un clic de X-Pack qui inclut security, monitoring, alerting, reporting et Graph
  • Interface de gestion de la sécurité permettant la création et la gestion des utilisateurs et les rôles (sécurité)
  • Interface de supervision consolidée pour le contrôle des serveurs Kibana et Elasticsearch (monitoring)
  • Nouvelle fonctionnalité de création de rapports X-Pack pour partager et distribuer les tableaux de bord (reporting)

« Tandis que nous avons dépassé la seule fonction de recherche intégrée pour résoudre de nouveaux cas d’utilisation, notre communauté et nos clients nous ont poussés encore plus loin. Nous avons donc créé de nouveaux projets et fonctionnalités qui leur permettent de repousser les frontières de leurs données et de résoudre des problèmes stratégiques au sein de leurs organisations », déclare Steven Schuurman, co-fondateur et PDG d’Elastic. « Je souhaite remercier les nombreux contributeurs, notre communauté et nos clients pour nous avoir aidés à franchir cette étape clé qu’est la version 5.0 ».

Venez découvrir toutes ces nouveautés de la version 5.0 lors d’Elastic{ON} Paris, le 9 Novembre, 2016 à Eurosites George V, 28 Avenue George V, 75008 Paris.

Pour en savoir plus

À propos d’Elastic
Elastic est l’éditeur de logiciel leader mondial en matière de préparation de données structurées et non structurées pour des utilisations en temps-réel comme la recherche, le logging et l’analyse. L’entreprise a été fondée en 2012 par les personnes à l’origine des projets open source Elasticsearch, Kibana, Beats et Logstash. Les outils de la Suite Elastic, X-Pack et Elastic Cloud comptent à ce jour plus de 75 millions de téléchargement cumulés. Elastic est soutenu par Benchmark Capital, Index Ventures et NEA et dispose de quartiers généraux à Amsterdam et à Mountain View, Californie, ainsi que des bureaux et des employés dans le monde entier. Pour en savoir plus, visitez www.elastic.co/fr.

Contact presse:
USA
Michael Lindenberger
Reidy Communications for Elastic
michael@reidycommunications.com
+1-415-531-1449

EMEA
Rory MacDonald
Age of Peers Ltd for Elastic
rory@ageofpeers.com
+44 (0)7899 965232

DIOS prépare les forages de suivi sur son projet d’or Héberto

MONTRÉAL, QUEBEC–(Marketwired – 26 oct. 2016) – DIOS EXPLORATION (TSX CROISSANCE:DOS) prépare un programme de forage de 2 000 mètres sur son projet d’or Héberto pour tester les extensions en profondeur et au sud-ouest de la zone d’or Héberto, à 50 km au sud de la mine d’or Eleonore de Goldcorp, à la Baie James au Québec (secteur basse Eastmain) et à 20 km à l’ouest du dépôt d’or de Clearwater, le long de la même structure est-ouest.

Les minéralisations en or à Héberto sont concentrées dans 2 à 3 cisaillements potassiques (3-30 m d’épaisseur) minéralisés orientés NNO et pendant à 40-50 degrés ouest. Ces cisaillements sont enrichis par d’autres structures cassantes cm-m (pendant à 30 degrés ouest) le long du contact entre une diorite et une tonalite. Les futurs forages cibleront le rapprochement ou la fusion possible des cisaillements potassiques en profondeur ainsi que la répétition des structures sub-horizontales le long de la diorite.

En raison de conditions particulièrement boueuse/molles du sentier d`accès de 6 km aux sites de forage, le programme débutera au début de l’hiver pour permettre le gel du sol.

Les tous premiers forages réalisés sur Heberto en un an ont permis à DIOS de découvrir Heberto Gold : jusqu’à 4.8 grammes d`or par tonne sur 8.65 mètres inclus dans 2.13 g/t Au / 22.9 m; 2.0 g/t Au sur 22 m à 75 m plus profond; 1.15 g/t Au/ 64 m incluant 3.65 g/t Au/ 13 m à 50 m plus au sud. Les largeurs citées sont des largeurs vraies.

Une autre structure de cisaillement a donné au moins1.63 g/t Au /18.45 m et plusieurs autres valeurs d’intérêt significatif ont été recoupées dans divers sondages : 1.0 g/t Au/20.25 m incluant 2.05 g/t Au/7.2 5m; 1.85 g/t Au/7.10 m; 1.88 g/t Au/7.05 m incluant 3.93 g/t Au/3.35 m; 2.53 g/t Au/3.0 m; 0.75 g/t Au/ 14.75 m; 2.89 g/t Au/3.0m; 3.46 g/t Au/2.2 m dans un pluton tonalitique injecté de petits corps/dykes dioritiques.

Le système aurifère majeur HEBERTO détenu à part entière sans redevances se trouve dans un secteur à fort potentiel enrichi en or en affleurements sur 5 X 8 km avec plusieurs cibles d’or d’ordre du km du type HEBERTO à forer. Ce communiqué a été préparé par H. Desbiens, M.Sc. Geo, personne qualifiée suivant la norme 43-101.

La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de réglementation (tel que défini dans les Règles de la Bourse de croissance TSX-V) ne peuvent être tenus responsables de l’exactitude ou de la véracité de ce communiqué.

Marie-José Girard, présidente et chef de la direction
mjgirard@diosexplo.com
(514) 923-9123
www.diosexplo.com

TomaGold clôture les acquisitions de la participation de Skyharbour Resources et de titres miniers de Torino Power Solutions

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 26 oct. 2016) – CORPORATION TOMAGOLD (TSX CROISSANCE:LOT) (« TomaGold » ou la « Société ») est heureuse d’annoncer la clôture de l’acquisition de la participation de Skyharbour Resources Inc. dans la propriété Baird en contrepartie de 600 000 actions de la Société au prix présumé de 0,15 $ par action annoncée par communiqué le 29 septembre 2016. Par conséquent, TomaGold détient une participation de 24,5% dans la propriété. New Gold Inc. détient présentement une participation de 24,5% et Goldcorp Inc., à titre de gérant des travaux, détient une participation de 51%. La propriété fait l’objet d’une redevance sur les revenus nets de fonderie de 2,0%. Des frais d’intermédiation de 60 000 actions de TomaGold ont été payés à Transcend Capital Inc.

TomaGold a également clôturé l’acquisition de six claims additionnels avec des hautes teneurs aurifères couvrant une superficie de 112,45 hectares auprès de Torino Power Solutions Inc. en contrepartie de 1,2 million d’actions de la Société annoncée par communiqué de presse le 26 septembre 2016. Ces claims sont situés au milieu du bloc de claims détenu par TomaGold et Visible Gold. Plus précisément, la Société croit qu’ils sont situés sur le même horizon minéralisé que celui abritant le gite Philibert.

Les actions émises en vertu de ces acquisitions sont assujetties à une période de restriction relative à la revente de quatre mois suivant la date de clôture, à l’exception de celles émises à Skyharbour Resources Inc.qui sont sujettes à une période de détention obligatoire de six mois. Ces acquisitions réalisées entre parties traitant à distance sont sujettes à l’approbation finale des autorités règlementaires.

Au sujet de Corporation TomaGold

Corporation TomaGold est une société d’exploration minière canadienne dont la mission première est l’acquisition, l’exploration et le développement de projets aurifères au Canada et à l’étranger.

La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de règlementation (au sens attribué à ce terme dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n’assument aucune responsabilité quant à la pertinence ou à l’exactitude du présent communiqué. Les déclarations effectuées dans ce communiqué de presse qui ne constituent pas des faits historiques sont de nature prospective et le lecteur est avisé que telles déclarations ne constituent pas des garanties de résultats futurs, et que les évènements ou résultats réels pourront varier matériellement de ceux énoncés dans ces déclarations prospectives.

Corporation TomaGold
David Grondin
Président et chef de la direction
(514) 583-3490
www.tomagoldcorp.com

Avis aux médias/Pratt & Whitney Canada au salon BACE 2016 de la NBAA : Célébrations d’une année de succès avec de nouvelles offres de services

ORLANDO, FLORIDE–(Marketwired – 26 oct. 2016) – Salon BACE de la NBAA – Pratt & Whitney Canada (P&WC) a célébré un nombre important de jalons importants dans le secteur de l’aviation d’affaires en 2016, et cette série de réussites est appelée à se prolonger, comme en témoigneront les annonces de produits et services qui seront faites lors du salon Business Aviation Convention and Exhibition (BACE) de la National Business Aviation Association (NBAA) qui se tiendra à Orlando, en Floride, du 1er au 3 novembre 2016. P&WC est une société d’United Technologies Corporation (NYSE:UTX).

« Quelque 12 000 exploitants partout dans le monde dépendent des moteurs de P&WC pour propulser chaque jour leurs appareils. Nous nous sommes donc engagés à offrir une expérience de service exceptionnelle qui est rapide, réactive et conçue expressément pour répondre aux besoins des clients, affirme Michael Perodeau, vice-président, Marketing, responsable des programmes d’aviation d’affaires. Le salon BACE de la NBAA est l’occasion idéale pour nous de rencontrer nos clients et de leur montrer de quelle façon nous pouvons continuer à les aider à atteindre leurs objectifs d’affaires. »

Avec plus de 60 000 moteurs en service dans quelque 200 pays et territoires, P&WC propulse la plus vaste flotte d’appareils destinés à l’aviation d’affaires et régionale et aux hélicoptères. Reflets du leadership et de l’engagement de l’entreprise à l’égard de l’innovation, des moteurs de P&WC, à la fine pointe de la technologie, seront en démonstration au kiosque de l’entreprise (no 3239).

Les journalistes sont invités à s’y arrêter pour voir de près le révolutionnaire moteur PurePower® PW800 et en apprendre davantage à ce sujet. Il s’agit là de la seule gamme de produits de nouvelle génération destinée au marché des jets long-courrier et très long-courrier actuellement en service et prête au vol.

Développé précisément pour répondre aux besoins des exploitants et assorti d’innovations particulières en matière de produits et services sur mesure, le moteur PT6A continue de surpasser les autres moteurs de sa catégorie; il sera en démonstration aux côtés des turbosoufflantes les plus populaires des familles PW300, PW500 et PW600.

P&WC invite par ailleurs la presse à assister au dîner des médias pendant lequel des membres de la haute direction de l’entreprise annonceront de nouvelles offres de services et discuteront des derniers développements concernant les programmes de moteurs.

Événement à l’intention des médias
31 octobre, midi. Dîner avec les médias
Salle N320H
Orange County Convention Centre

À propos de Pratt & Whitney Canada

Fondée en 1928, P&WC est aujourd’hui un leader mondial de l’aérospatiale, qui façonne l’avenir de l’aviation au moyen de propulseurs fiables et ultramodernes. Ayant son siège social à Longueuil, au Québec (Canada), P&WC est une société en propriété exclusive d’United Technologies Corporation. United Technologies Corp., sise à Farmington, au Connecticut, offre des services et systèmes de haute technologie aux secteurs du bâtiment et de l’aérospatiale.

Remarque à l’intention des rédacteurs en chef

Pour de plus amples renseignements, visitez notre page à l’intention des médias au http://www.pwc.ca/nbaa-media.

Suivez-nous sur Twitter (https://twitter.com/pwcanada) et Facebook (https://www.facebook.com/PrattWhitneyCanada) pour les toutes dernières nouvelles nous concernant.

Marc Duchesne
@NBAA, Orlando (Florida)
Téléphone cellulaire : +1.438.403.3508
marc.duchesne@pwc.ca
www.pwc.ca

Isabelle Gagné
Pratt & Whitney Canada, Longueuil
Téléphone cellulaire : +1.514.262.3497
isabelle.gagne@pwc.ca
www.pwc.ca