Thérapeutique Knight et SIFI S.p.A. annoncent le dépôt de présentation de drogue nouvelle de NETILDEX(MD) au Canada(TM)

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 15 fév. 2018) – Thérapeutique Knight inc. (TSX:GUD), (« Knight »), société pharmaceutique spécialisée et chef de file au Canada, et S.I.F.I- Società Industria Farmaceutica Italiana S.p.A. (« SIFI »), société italienne éminente dans le domaine des soins de la vue, ont annoncé aujourd’hui que la présentation de drogue nouvelle (PDN) par Knight de NETILDEXMD a été acceptée par Santé Canada. NETILDEXMD est une association médicamenteuse fixe de nétilmicine et de dexaméthasone destinée au traitement des troubles inflammatoires oculaires touchant le segment antérieur de l’œil, y compris les troubles postopératoires de cette nature, en présence d’une infection bactérienne ou d’un risque d’infection bactérienne.

« Nous sommes enthousiastes de présenter NETILDEXMD au Canada et de pouvoir offrir aux Canadiennes et aux Canadiens un produit pharmaceutique innovant qui contient un nouvel antibiotique et un corticostéroïde bien établi », a déclaré Jonathan Ross Goodman, chef de la direction de Knight.

« Nous avons hâte de collaborer avec Knight et avec les régulateurs canadiens afin d’accroître la disponibilité de notre produit novateur pour les patients et les médecins canadiens; voilà qui représentera une étape clé pour établir NETILDEXMD à titre de marque mondiale dans ce marché de référence », a déclaré Fabrizio Chines, président et chef de la direction de SIFI.

À propos de NETILDEXMD

NETILDEXMD est une association médicamenteuse fixe de nétilmicine et de dexaméthasone indiquée pour le traitement des troubles inflammatoires oculaires touchant le segment antérieur de l’œil, y compris les troubles postopératoires de cette nature, en présence d’une infection bactérienne ou d’un risque d’infection bactérienne. NETILDEXMD est la première association médicamenteuse fixe d’une gamme de produits disponible en solution à dose unique ou à doses multiples. NETILDEXMD a été testé sur plus de 600 patients dans le cadre de multiples études de phase III, et a démontré son innocuité et son efficacité lors de chaque étude clinique.

À propos de Thérapeutique Knight inc.

Thérapeutique Knight inc., établie à Montréal, au Canada, est une société pharmaceutique spécialisée qui concentre ses efforts sur l’acquisition ou l’obtention sous licence de droits de distribution de produits pharmaceutiques novateurs destinés aux marchés canadien et internationaux distinctifs. Les actions de Knight se négocient à la TSX sous le symbole « GUD ». Pour plus de renseignements concernant Thérapeutique Knight inc., consultez son site Web au www.gudknight.com ou www.sedar.com.

À propos de SIFI S.p.A.

SIFI est une éminente société italienne en ophtalmologie, qui se consacre aux soins oculaires depuis 1935. SIFI conçoit, produit et commercialise des produits pharmaceutiques spécialisés novateurs, ainsi que des appareils médicaux et chirurgicaux. Établie à Catania, en Sicile, SIFI exploite directement ses activités en Italie, en Roumanie et au Mexique, avec plus de 350 effectifs dans le monde. Depuis juin 2015, SIFI est appuyée par 21 Investimenti, société de capitaux privés fondée par Alessandro Benetton, qui apporte son soutien à l’expansion mondiale de l’entreprise et à la stratégie de développement de portefeuille.

Énoncés prospectifs de Thérapeutique Knight inc.

Le présent document peut contenir des énoncés prospectifs et des prévisions pour Thérapeutique Knight inc. et ses filiales. Ces énoncés prospectifs, de par leur nature, comportent nécessairement des risques et des incertitudes susceptibles de faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement de ceux envisagés par ces énoncés prospectifs. Thérapeutique Knight inc. considère que les hypothèses sur lesquelles reposent ces énoncés prospectifs sont réputées raisonnables à la date de leur formulation, mais elle avertit le lecteur que ces hypothèses sur des événements à venir, dont bon nombre sont indépendants de la volonté de Thérapeutique Knight inc. et de ses filiales, pourraient se révéler incorrectes. Les facteurs et les risques susceptibles de faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des résultats prévus font l’objet d’une discussion dans le rapport annuel de Thérapeutique Knight inc. et dans la notice annuelle de Thérapeutique Knight inc. pour l’exercice clos le 31 décembre 2016. Thérapeutique Knight Inc. rejette toute intention ou obligation d’actualiser ou de réviser tout énoncé prospectif, que ce soit en réponse à de nouveaux renseignements ou à des événements à venir, sauf si la loi l’exige.

Thérapeutique Knight inc.
Samira Sakhia
Présidente et chef des finances
514-678-8930
514-481-4116 (FAX)
info@gudknight.com
www.gudknight.com

SIFI S.p.A Press & Communication Office
CITYnet – Rome
press@sifigroup.com
+39 3336999669
+39 0696708632 (FAX)

Rapport national sur l’emploi d’ADP Canada : 10 700 nouveaux emplois ont été créés au Canada en janvier 2018

TORONTO, ON–(Marketwired – February 15, 2018) – Selon le Rapport national sur l’emploi d’ADP(R) Canada du mois de janvier, 10 700 nouveaux emplois ont été créés au Canada entre décembre 2017 et janvier 2018. Diffusé gratuitement au grand public chaque mois, le rapport national sur l’emploi d’ADP Canada est produit par l’Institut de recherche ADP(R). Ce document, élaboré à partir des données transactionnelles de paie d’ADP, mesure chaque mois, sur une base désaisonnalisée, la variation totale du taux d’emploi salarié non agricole.

Points saillants du rapport de janvier 2018

Consultez le document infographique du Rapport national sur l’emploi d’ADP Canada sur www.ADP.ca/RNE.

Total des emplois salariés non agricoles au Canada (1) : 10 700

Aperçu de l’industrie :

– Production de biens :

– Secteur manufacturier 1 500

– Construction 8 200

– Ressources naturelles et exploitation minière 2 800

– Prestation de services :

– Commerce/transport et services publics 2 300

– Services d’information -2 900

– Finance/immobilier -7 000

– Services professionnels et commerciaux 600

– Professionnel/technique -700

– Gestion des entreprises -900

– Administration et soutien 2 100

– Éducation et soins de santé -7 400

– Services éducatifs -8 100

– Soins de santé 700

– Loisirs et tourisme d’accueil 6 300

– Autres services(2) 6 300

” L’année 2018 a connu un bon départ en terme d’embauche au Canada, a déclaré la vice-présidente et codirectrice de l’Institut de recherche d’ADP, Ahu Yildirmaz. Bien que nous ayons observé des pertes dans les secteurs de l’éducation et de la finance, des gains importants ont eu lieu dans ceux de la construction, des loisirs et du tourisme d’accueil. La croissance de l’emploi dans la construction est probablement attribuable au nombre record de logements actuellement en construction. L’industrie des loisirs et du tourisme d’accueil se développe pour répondre aux besoins des consommateurs et des touristes internationaux. “

Pour voir le graphique 1. Variation totale du taux d’emploi salarié non agricole, veuillez cliquer ici : http://media.marketwire.com/attachments/201802/96442_Charts_for_press_release_2018_01_FrenchChartOne.jpg

Pour voir le graphique 2. Tendance historique — Variation totale du taux d’emploi salarié non agricole, veuillez cliquer ici : http://media.marketwire.com/attachments/201802/96443_Charts_for_press_release_2018_01_FrenchChartTwo.jpg

Pour voir le graphique 3. Variation totale du taux d’emploi salarié non agricole par secteur d’activité, veuillez cliquer ici : http://media.marketwire.com/attachments/201802/96444_Charts_for_press_release_2018_01_FrenchChartThree.jpg

Le nombre total d’emplois créés en décembre a été révisé à la baisse, passant de -7 100 à -13 500.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le Rapport national sur l’emploi d’ADP Canada, les données à l’appui et le calendrier des prochaines dates de publication, ou pour vous abonner aux alertes mensuelles par courriel et aux fils RSS, veuillez visiter le site www.ADP.ca/RNE.

Le Rapport national sur l’emploi d’ADP Canada du mois de février 2018 sera publié à 8 h 30 (HE) le 15 mars 2018.

À propos du Rapport national sur l’emploi d’ADP Canada

Le rapport national sur l’emploi d’ADP Canada est une mesure mensuelle du taux d’emploi total salarié non agricole au Canada, calculée à partir des données de paie réelles et anonymes des entreprises clientes d’ADP Canada. S’appliquant à plus de deux millions de travailleurs au Canada, ce rapport est produit par l’Institut de recherche d’ADP(R), un groupe spécialisé au sein de l’entreprise qui fournit de l’information sur les tendances en matière d’emploi et la stratégie en matière de main-d’œuvre.

L’Institut de recherche d’ADP publie chaque mois le Rapport national sur l’emploi d’ADP Canada dans le cadre de l’engagement de la société à gagner une connaissance de plus en plus approfondie du travail au Canada et à fournir aux entreprises, aux gouvernements et à d’autres une source d’information crédible et utile. Le Rapport national sur l’emploi d’ADP Canada est diffusé gratuitement au grand public chaque mois.

Pour une description des données sous-jacentes et du modèle statistique utilisé aux fins de l’élaboration de ce rapport, veuillez vous référer à la section ” Rapport national sur l’emploi d’ADP Canada : Méthodologie d’élaboration “.

À propos d’ADP (NASDAQ: ADP)

De puissantes technologies avec une touche d’humanité. Des entreprises du monde entier, quel que soit leur secteur ou leur taille, tirent parti des solutions basées sur le nuage et des connaissances des experts d’ADP, afin de les aider à libérer le potentiel de leurs collaborateurs. Ressources humaines. Talent. Avantages. Paie. Conformité. Travaillons ensemble pour construire une meilleure performance collective. Pour en savoir plus, visiter ADP.com.

Pour en savoir plus sur ADP Canada, visiter ADP.ca.

ADP, le logo ADP, ADP Une ressource plus humaine et l’Institut de recherche d’ADP sont des marques déposées d’ADP, LLC. Toutes les autres marques commerciales sont la propriété de leurs propriétaires respectifs. Droit d’auteur (C) 2018 ADP, LLC. Tous droits réservés.

(1) Incluant 14 secteurs d’activités (voir méthodologie du rapport)

(2) Y compris l’administration publique

Personnes-ressources auprès des médias :
Janine Allen
Kaiser Lachance Communications
416 271-7002
janine.allen@kaiserlachance.com

Groupe Colabor tiendra une téléconférence pour discuter des résultats du quatrième trimestre

BOUCHERVILLE, QUÉBEC–(Marketwired – 15 fév. 2018) – Groupe Colabor Inc. (TSX:GCL)

OUVERTE AUX : Analystes, investisseurs et autres personnes intéressées
DATE : Le jeudi 22 février 2018
HEURE : 10h30, heure de l’Est
TÉL. : 647-788-4922 (Pour tous les participants de Toronto et d’outre-mer)
1-877-223-4471 (Pour tous les autres participants d’Amérique du nord)

WEBDIFFUSION AVEC PRÉSENTATION : http://www.colabor.com/investisseurs/evenements-et-presentations/

LE COMMUNIQUÉ SERA DIFFUSÉ PAR MARKETWIRED AVANT L’OUVERTURE DES MARCHÉS.

Veuillez téléphoner 15 minutes avant l’heure prévue pour la conférence.

Si vous êtes dans l’impossibilité d’y participer, vous pourrez avoir accès à un enregistrement en téléphonant au 1-800-585-8367 et en entrant le code 4898763 sur votre clavier téléphonique. Cet enregistrement sera disponible du jeudi 22 février 2018, à compter de 13h30, jusqu’à 23h59, le jeudi 1 mars 2018.

LES MÉDIAS SOUHAITANT CITER UN ANALYSTE SONT PRIÉS DE CONTACTER CELUI-CI PERSONNELLEMENT POUR OBTENIR SON APPROBATION.

À PROPOS DE COLABOR

Colabor est un distributeur et grossiste de produits alimentaires et non alimentaires desservant le marché des services alimentaires (cafétérias, restaurants, hôtels, chaînes de restauration), au Québec, en Ontario et dans les provinces de l’Atlantique, ainsi que celui au détail (épiceries et dépanneurs).

Groupe Colabor Inc.
Jean-François Neault
450 449-4911
www.colabor.com

Héroux-Devtek nomme Pierre Fitzgibbon à titre d’administrateur

LONGUEUIL, QUÉBEC–(Marketwired – 15 fév. 2018) – Héroux-Devtek inc. (TSX:HRX) (« Héroux-Devtek » ou la « Société »), un important fabricant international de produits aérospatiaux, a annoncé la nomination de M. Pierre Fitzgibbon à titre d’administrateur de la Société. M. Fitzgibbon a également été nommé afin de siéger au comité d’audit de la Société.

M. Fitzgibbon est actuellement associé directeur chez Partenaires Walter Capital, une société de placements privée basée à Montréal. Auparavant, il a occupé pendant sept ans le poste de président et chef de la direction chez Atrium Innovations, qui exerçait ses activités dans huit pays. Avant de se joindre à Atrium, il a travaillé cinq ans au sein de la Banque Nationale du Canada, où il a occupé divers postes de haute direction et où il a été responsable du développement corporatif, des finances, des fusions et acquisitions et de la planification stratégique. Avant son arrivée à la Banque Nationale du Canada, il a été président et directeur général chez New World Mobility, un fournisseur de services sans fil de Hong Kong. Il a aussi occupé plusieurs postes de haute direction en finance, en développement corporatif et en développement des affaires chez Télésystème Mobiles International au Canada et en Asie, Domtar et La Corporation des Tapis Peerless.

M. Fitzgibbon possède un baccalauréat en administration des affaires de HEC Montréal, il est membre de l’Ordre des comptables professionnels agréés du Québec, et détient un certificat en gestion générale de la Harvard Business School. Il siège actuellement au conseil d’administration de WSP Group et il a siégé à plusieurs autres conseils au fil des ans, notamment à la Caisse de dépôt et placement du Québec, Transcontinental Inc., Lumenpulse, Arianne Phosphate, Acasti Pharma et Neptune Bioressources.

« Nous sommes honorés d’accueillir M. Fitzgibbon au sein de notre conseil d’administration. Il apporte avec lui une vaste expérience, ayant occupé plusieurs postes stratégiques dans divers secteurs, tant au Canada qu’à l’étranger. Nous sommes enthousiasmés de travailler avec lui », a déclaré M. Brian A. Robbins, président du conseil d’administration de Héroux-Devtek.

PROFIL

Hérioux-Devtek inc. (TSX:HRX) est une entreprise internationale qui se spécialise dans la conception, la mise au point, la fabrication ainsi que la réparation et l’entretien de systèmes et de composants de trains d’atterrissage et d’actionnement destinés au marché de l’aérospatiale. Troisième plus importante entreprise de trains d’atterrissage à l’échelle mondiale, la Société fournit de nouveaux systèmes et composants de trains d’atterrissage aux secteurs commercial et de la défense du marché de l’aérospatiale, de même que des produits et services sur le marché secondaire. La Société fabrique également des systèmes hydrauliques, des systèmes de filtration des fluides et des boîtiers pour systèmes électroniques. La Société réalise environ 90 % de ses ventes à l’extérieur du Canada, dont environ 65 % aux États-Unis. La Société a son siège social à Longueuil, au Québec, et possède des installations dans le Grand Montréal (Longueuil, Laval et Saint-Hubert), à Kitchener, Cambridge et Toronto en Ontario, à Springfield et Strongsville dans l’Ohio, à Wichita au Kansas, à Everett dans l’État de Washington et à Runcorn, Nottingham et Bolton au Royaume-Uni.

De :
Héroux-Devtek inc.
Gilles Labbé
Président et chef de la direction
Tél. : 450 679 3330

Contact :
Héroux-Devtek inc.
Stéphane Arsenault
Chef de la direction financière
Tél. : 450 679 3330

MaisonBrison
Pierre Boucher
Tél. : 514 731 0000

Bombardier annonce ses résultats du quatrième trimestre et de l’exercice 2017

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 15 fév. 2018) – Bombardier (TSX:BBD.A)(TSX:BBD.B)(OTCQX:BDRBF) a présenté aujourd’hui ses résultats pour le quatrième trimestre et l’exercice 2017, reflétant la solide performance financière et opérationnelle dans l’ensemble de l’entreprise.

« Bombardier a terminé la deuxième année de son plan de redressement de cinq ans avec de très bons résultats, a déclaré Alain Bellemare, président et chef de la direction, Bombardier Inc. Forts de ces solides résultats, nous démarrons 2018 sur une très belle lancée. Notre transformation opérationnelle est en cours; nos programmes en croissance, y compris le programme Global 7000, se déroulent comme prévu; et nous avons un plan clair pour atteindre nos objectifs pour 2020. »

En 2017, le RAII avant éléments spéciaux de Bombardier pour l’exercice a progressé de 57 % sur douze mois, passant de 427 millions $ à 672 millions $, alors que le RAIIA avant éléments spéciaux(1) a presque atteint 1 milliard $. Les marges RAII de l’exercice des secteurs Transport, Avions d’affaires et Aérostructures ont été supérieures aux prévisions. La marge RAII avant éléments spéciaux(1) a été de 8,4 % chez Transport et Avions d’affaires et de 10,0 % chez Aérostructures. Les revenus consolidés de l’exercice se sont élevés à 16,2 milliards $, conformément à notre prévision.

Notre performance sur le plan des flux de trésorerie disponibles(2) pour 2017 a été meilleure que notre prévision de plus de 200 millions $, avec une utilisation de 786 millions $. Cette meilleure performance a permis à Bombardier de terminer l’exercice avec une situation de trésorerie de 3,1 milliards $ et de se placer en bonne position pour réaliser des flux de trésorerie neutres en 2018(3), un objectif clé du plan de redressement de l’entreprise.

« L’année 2018 est une année charnière pour Bombardier, a poursuivi M. Bellemare. Nous passons de notre cycle d’investissement à un cycle de solide croissance. Nos efforts sont axés sur une excellente exécution : mettre en service l’avion Global 7000; livrer nos principaux projets de transport sur rail; et clore le partenariat avec Airbus après avoir obtenu les approbations réglementaires plus tard cette année. »

L’entreprise a aussi annoncé que les solides résultats de Transport en 2017 ont dépassé les objectifs de performance sous-tendant l’investissement de la Caisse de dépôt et placement du Québec (la Caisse) dans BT Holdco. Par conséquent, pour la période de douze mois débutant le 12 février 2018, le pourcentage de la participation de Bombardier, à la conversion des actions de la Caisse, sera augmenté de 2,5 %, passant de 70 % à 72,5 %. Tout dividende versé par BT Holdco à ses actionnaires pendant cette période sera distribué en fonction du pourcentage de la participation de chaque actionnaire, à la conversion, soit 72,5 % pour Bombardier et 27,5 % pour la Caisse. Ces ajustements entreront en vigueur une fois que les états financiers consolidés audités de BT Holdco seront dûment approuvés par son conseil d’administration.

Principaux résultats

Pour les exercices clos les 31 décembre 2017 2016 Écart
Revenus 16 218 $ 16 339 $ (1 ) %
RAII 246 $ (58 ) $ ins
Marge RAII 1,5 % (0,4 ) % 190 pdb
RAII avant éléments spéciaux 672 $ 427 $ 57 %
Marge RAII avant éléments spéciaux 4,1 % 2,6 % 150 pdb
RAIIA avant éléments spéciaux 993 $ 798 $ 24 %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux(1) 6,1 % 4,9 % 120 pdb
Résultat net (553 ) $ (981 ) $ 44 %
RPA dilué (en dollars) (0,25 ) $ (0,48 ) $ 0,23 $
Résultat net ajusté(1) 63 $ (268 ) $ ins
RPA ajusté (en dollars)(1) 0,03 $ (0,15 ) $ 0,18 $
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles 1 317 $ 1 201 $ 10 %
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles 531 $ 137 $ 288 %
Utilisation de flux de trésorerie disponibles (786 ) $ (1 064 ) $ 26 %
Aux 31 décembre 2017 2016 Écart
Sources de financement disponibles à court terme(4)(5) 4 225 $ 4 477 $ (6 ) %
Pour les quatrièmes trimestres clos les 31 décembre 2017 2016 Écart
Revenus 4 715 $ 4 380 $ 8 %
RAII 149 $ 74 $ 101 %
Marge RAII 3,2 % 1,7 % 150 pdb
RAII avant éléments spéciaux 215 $ 104 $ 107 %
Marge RAII avant éléments spéciaux 4,6 % 2,4 % 220 pdb
RAIIA avant éléments spéciaux 304 $ 203 $ 50 %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux 6,4 % 4,6 % 180 pdb
Résultat net (109 ) $ (259 ) $ 58 %
RPA dilué (en dollars) (0,05 ) $ (0,12 ) $ 0,07 $
Résultat net ajusté 51 $ (141 ) $ ins
RPA ajusté (en dollars) 0,02 $ (0,07 ) $ 0,09 $
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles 365 $ 327 $ 12 %
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles 1 237 $ 823 $ 50 %
Flux de trésorerie disponibles 872 $ 496 $ 76 %

Tous les montants de ce communiqué de presse sont exprimés en dollars américains, sauf indication contraire.

Les montants des tableaux sont en millions sauf les montants par action, sauf indication contraire.

RÉSULTATS ET FAITS SAILLANTS SECTORIELS

Avions d’affaires

Pour les exercices clos les 31 décembre 2017 2016 Écart
Revenus 4 961 $ 5 741 $ (14 ) %
Livraisons d’avions (en unités) 140 163 (23 )
RAII 391 $ 477 $ (18 ) %
Marge RAII 7,9 % 8,3 % (40) pdb
RAII avant éléments spéciaux 416 $ 369 $ 13 %
Marge RAII avant éléments spéciaux 8,4 % 6,4 % 200 pdb
RAIIA avant éléments spéciaux 513 $ 528 $ (3 ) %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux 10,3 % 9,2 % 110 pdb
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles 1 075 $ 721 $ 49 %
Aux 31 décembre 2017 2016 Écart
Carnet de commandes (en milliards de dollars) 14,0 $ 15,4 $ (9 ) %
  • La performance financière d’Avions d’affaires en 2017 a été conforme aux prévisions ou les a dépassées. Avions d’affaires a livré 140 avions. Les revenus ont été de 5,0 milliards $ et la marge RAII avant éléments spéciaux s’est établie à 8,4 %.
  • Au quatrième trimestre, nous avons livré 44 unités, incluant une solide combinaison d’avions Challenger et Global, soit respectivement 29 et 13 livraisons. Ces gammes d’avions ont continué de mener leur segment de marché respectif au cours du trimestre.
  • L’amélioration de 200 pdb de la marge RAII avant éléments spéciaux reflète la rigueur constante de nos activités d’exploitation et l’apport plus élevé des activités exercées sur le marché de l’après-vente, lesquelles ont bénéficié de nos récents investissements visant à augmenter la capacité de service et le portefeuille de services offerts. Fidèles à notre stratégie axée sur l’expansion de nos activités exercées sur le marché de l’après-vente, les revenus tirés de celles-ci ont augmenté de plus de 10 % en 2017.
  • Témoignant de nos efforts soutenus à générer une performance financière améliorée dans tous les marchés, le RAII avant éléments spéciaux a progressé de 35 % au cours des deux derniers exercices, passant de 308 millions $ à 416 millions $, et ce, malgré une diminution des revenus d’environ 30 %. Par conséquent, le secteur est prêt à tirer parti de son efficacité de production accrue et de sa structure de coûts plus légère lorsque l’avion Global 7000 sera mis en service et que s’amorcera la reprise du marché de l’aviation d’affaires.
  • Au quatrième trimestre 2017, les nouvelles commandes ont atteint un sommet par rapport à celles des trois premiers trimestres de 2017, et ont surpassé celles des quatrièmes trimestres de respectivement 2016 et 2015.
  • L’avion Global 7000 continue d’afficher d’excellentes performances et de présenter un degré élevé de fiabilité. La disponibilité de quatre FTV durant tout le quatrième trimestre a accéléré les essais en vol et le cinquième et dernier FTV a intégré le programme d’essais le 30 janvier 2018. Le programme d’essais a accumulé plus de 1500 heures de vol à ce jour et de nombreux avions étant en assemblage final, l’avion Global 7000 est en bonne voie d’être mis en service au second semestre de 2018.(6)

Avions commerciaux

Pour les exercices clos les 31 décembre 2017 2016 Écart
Revenus 2 382 $ 2 617 $ (9 ) %
Livraisons d’avions (en unités) 73 86 (13 )
Commandes nettes (en unités) 70 161 (91 )
Ratio de nouvelles commandes sur livraisons 1,0 1,9 (0,9 )
RAII (385 ) $ (903 ) $ 57 %
Marge RAII (16,2 ) % (34,5 ) % 1830 pdb
RAII avant éléments spéciaux (377 ) $ (417 ) $ 10 %
Marge RAII avant éléments spéciaux (15,8 ) % (15,9 ) % 10 pdb
RAIIA avant éléments spéciaux (305 ) $ (353 ) $ 14 %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux (12,8 ) % (13,5 ) % 70 pdb
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles 107 $ 392 $ (73 ) %
Aux 31 décembre 2017 2016 Écart
Carnet de commandes (en unités) 433 436 (3 )
  • Nous allons de l’avant et faisons des progrès en vue d’obtenir l’approbation des organismes de réglementation pour le partenariat annoncé avec Airbus concernant les avions C Series. Nous nous attendons à obtenir toutes les approbations relatives au partenariat en 2018, et, dans l’intervalle, nous effectuons des visites sur place et poursuivons la planification des activités d’exploitation de la chaîne d’assemblage final américaine située à Mobile, en Alabama, tout en travaillant sur d’autres volets de l’intégration conformément aux lois antitrust. Le 26 janvier 2018, la Commission du commerce international des États-Unis a rejeté la tentative de Boeing de faire imposer des tarifs sur les avions C Series, libérant la voie pour nous permettre de soutenir Delta cette année alors que nous travaillons à clore notre partenariat avec Airbus.
  • Nous avons livré 73 avions au cours de l’exercice, soit 30 avions Q400, 26 avions CRJ et 17 avions C Series, respectant la fourchette présentée dans notre prévision pour l’exercice. Cela comprend 22 avions livrés au cours du quatrième trimestre, nombre similaire à celui de l’année précédente.
    • Nous avons livré les deux premiers avions CS300 à Korean Air Lines, le premier client du programme en Asie, au cours de la dernière semaine de décembre 2017. Nous avons aussi participé aux préparatifs en vue de leur mise en service commercial qui a eu lieu au mois de janvier 2018.
  • L’année a été marquée par un ratio de nouvelles commandes sur livraisons de 1,0 pour Avions commerciaux. Au cours du quatrième trimestre, nous avons obtenu des commandes pour nos trois gammes d’avions. Ces commandes comprenaient ce qui suit :
    • Le 29 décembre 2017, nous avons signé une commande ferme avec la compagnie EgyptAir pour l’acquisition de 12 avions CS300 et des droits d’achat sur 12 avions supplémentaires. Selon le prix affiché de l’avion CS300, la valeur de la commande ferme s’élèverait à environ 1,1 milliard $ US.
    • Le même jour, nous avons signé un accord visant six biréacteurs régionaux CRJ900 et des options sur six autres avions du même type avec un client souhaitant garder l’anonymat. Selon le prix affiché, la valeur de la commande ferme s’élèverait à environ 290 millions $ US.
    • Nous avons également signé une commande avec Qazaq Air et une autre avec Cemair portant chacune sur deux avions Q400 d’une valeur totale d’environ 133 millions $ US d’après le prix affiché.
  • La performance financière d’Avions commerciaux en 2017 a été marquée par l’accélération soutenue de la cadence de production d’avions C Series. Tel qu’il a été annoncé dans nos résultats financiers du troisième trimestre, le retard de livraison de moteurs accusé par Pratt & Whitney a eu une incidence sur la livraison de nos avions C Series, particulièrement au quatrième trimestre. Tandis que les revenus atteignaient 2,4 milliards $, conformément à nos prévisions, la perte RAII avant éléments spéciaux de 377 millions $ se comparait favorablement aux attentes.

Aérostructures et Services d’ingénierie

Pour les exercices clos les 31 décembre 2017 2016 Écart
Revenus 1 570 $ 1 549 $ 1 %
Nouvelles commandes externes 443 392 13 %
Ratio de nouvelles commandes externes sur revenus externes 1,1 0,9 0,2
RAII 150 $ 128 $ 17 %
Marge RAII 9,6 % 8,3 % 130 pdb
RAII avant éléments spéciaux 157 $ 124 $ 27 %
Marge RAII avant éléments spéciaux 10,0 % 8,0 % 200 pdb
RAIIA avant éléments spéciaux 207 $ 175 $ 18 %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux 13,2 % 11,3 % 190 pdb
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles 22 $ 20 $ 10 %
Aux 31 décembre 2017 2016 Écart
Carnet de commandes externes 87 $ 42 $ 107 %
  • La performance financière du secteur Aérostructures et Services d’ingénierie en 2017 a correspondu à nos attentes. Les revenus de l’exercice ont totalisé 1,6 milliard $, tandis que la marge RAII avant éléments spéciaux s’est établie à 10,0 %. Au quatrième trimestre, la marge RAII avant éléments spéciaux s’est établie à 15,3 %, en forte hausse par rapport aux prévisions et à la marge de l’exercice précédent, démontrant une évolution positive des réductions de coûts prévues liées aux composants que nous avons fabriqués pour les avions C Series, telles que comptabilisées selon la méthode comptable relative aux contrats à long terme.
  • Au cours du trimestre, Aérostructures et Services d’ingénierie a annoncé qu’il avait été choisi par Airbus à titre de fournisseur dans le cadre d’un nouveau programme de nacelles de moteur destiné à la gamme d’avions A320neo propulsés par des moteurs Pratt & Whitney. Ce contrat renforce notre stratégie à long terme qui vise à développer nos capacités visant le marché des nacelles et à nous concentrer sur la livraison de produits et services novateurs et de grande valeur.

Transport

Pour les exercices clos les 31 décembre 2017 2016 Écart
Revenus 8 525 $ 7 574 $ 13 %
Nouvelles commandes (en milliards de dollars) 10,2 $ 8,5 $ 20 %
Ratio de nouvelles commandes sur revenus 1,2 1,1 0,1
RAII 417 $ 396 $ 5 %
Marge RAII 4,9 % 5,2 % (30) pdb
RAII avant éléments spéciaux 712 $ 560 $ 27 %
Marge RAII avant éléments spéciaux 8,4 % 7,4 % 100 pdb
RAIIA avant éléments spéciaux 810 $ 657 $ 23 %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux 9,5 % 8,7 % 80 pdb
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles 123 $ 116 $ 6 %
Aux 31 décembre 2017 2016 Écart
Carnet de commandes (en milliards de dollars) 34,4 $ 30,1 $ 14 %
  • Nous avons réalisé une performance financière supérieure en 2017, tout en positionnant notre secteur en vue d’une croissance accrue en ce qui a trait aux revenus et à la rentabilité.
    • Les revenus ont augmenté de 13 % sur douze mois pour s’établir à 8,5 milliards $, conformément aux prévisions.
    • La marge RAII avant éléments spéciaux a augmenté de 100 pdb pour s’établir à 8,4 % pour 2017, une marge égale ou supérieure à 8 % pour le cinquième trimestre consécutif. Un accroissement supplémentaire de la marge devrait découler de l’exécution soutenue du plan, les deux tiers des initiatives de transformation étant terminés à la fin de l’exercice.
    • Le carnet de commandes a atteint 34,4 milliards $ au 31 décembre 2017, alimenté par une augmentation de 20 % des nouvelles commandes couvrant l’ensemble des segments de produits, surtout en Europe et en Asie-Pacifique. Ces commandes ont poussé le ratio de nouvelles commandes sur revenus à 1,2 pour l’exercice, le ratio étant supérieur à 1,0 pour le quatrième exercice consécutif.
  • Nos produits ont franchi d’importantes étapes, préparant ainsi le terrain à une augmentation des livraisons et des revenus, y compris :
    • Le train d’essais pour le métro de New York a réussi le test en service en décembre 2017, permettant la livraison des autres voitures et leur mise en service;
    • Les premiers trains du projet de matériel roulant de prochaine génération de l’État du Queensland en Australie sont entrés en service en décembre 2017 le long du réseau ferroviaire dans le Queensland du Sud-Est;
    • En septembre 2017, les trains à deux niveaux TWINDEXX Vario pour la Deutsche Bahn (DB) ont obtenu l’homologation à simple traction de la German Federal Railway Authority (EBA) et ont été mis en service; et
    • En janvier 2018, nous avons annoncé que les premières voitures de métro pour le San Francisco Bay Area Rapid Transit District (BART) entraient en service commercial après avoir subi avec succès l’ensemble des tests et reçu la certification de la part de la California Public Utilities Commission.
  • En 2017, les solides résultats de Transport en 2017 ont dépassé les objectifs de performance sous-tendant l’investissement de la Caisse dans BT Holdco. Par conséquent, pour la période de douze mois débutant le 12 février 2018, le pourcentage de la participation de Bombardier, à la conversion des actions de la Caisse, sera augmenté de 2,5 %, passant de 70 % à 72,5 %. Tout dividende versé par BT Holdco à ses actionnaires pendant cette période sera distribué en fonction du pourcentage de la participation de chaque actionnaire, à la conversion, soit 72,5 % pour Bombardier et 27,5 % pour la Caisse. Ces ajustements entreront en vigueur une fois que les états financiers consolidés audités de BT Holdco seront dûment approuvés par son conseil d’administration.

À propos de Bombardier

Avec plus de 69 500 employés répartis entre quatre secteurs d’activité, Bombardier est un leader mondial de l’industrie du transport, créant des avions et des trains novateurs qui changent la donne sur leur marché. Nos produits et nos services offrent des expériences de transport de calibre international qui établissent de nouvelles normes en matière de confort des passagers, d’efficacité énergétique, de fiabilité et de sécurité.

Avec son siège social situé à Montréal, au Canada, Bombardier a des installations de production et d’ingénierie dans 28 pays, couvrant les secteurs Transport, Avions d’affaires, Avions commerciaux et Aérostructures et Services d’ingénierie. Les actions de Bombardier se négocient à la Bourse de Toronto (BBD). Pour l’exercice clos le 31 décembre 2017, nos revenus ont été de 16,2 milliards $. Vous trouverez nouvelles et information à l’adresse bombardier.com ou en nous suivant sur Twitter : @Bombardier.

Bombardier Inc. utilise son site Web comme canal de diffusion d’information importante sur l’entreprise. L’information financière et toute autre information importante relative à Bombardier Inc. est normalement affichée sur son site Web et est accessible à bombardier.com. Les investisseurs sont avisés par la présente qu’à partir de maintenant, l’information au sujet des dividendes réguliers déclarés et versés par Bombardier ne sera disponible que sur son site Web, à moins qu’elle n’y soit tenue selon les lois sur les valeurs mobilières applicables.

Bombardier, Challenger, CRJ, CRJ900, CS300, C Series, Global, Global 7000, Global 8000, Q400 et TWINDEXX sont des marques de commerce de Bombardier Inc. ou de ses filiales.

Nous recommandons fortement aux lecteurs de consulter notre rapport de gestion ainsi que nos états financiers consolidés qui sont affichés sur notre site Web à ri.bombardier.com pour obtenir une analyse plus détaillée de nos résultats sectoriels.

ins : information non significative
pdb : points de base
(1) Mesures financières non conformes aux PCGR. Se reporter à la Mise en garde relative aux mesures non conformes aux PCGR à la fin de ce communiqué de presse.
(2) Marge fait référence à RAII avant éléments spéciaux ou à marge RAII avant éléments spéciaux. Performance sur le plan des flux de trésorerie disponibles fait référence à l’utilisation de flux de trésorerie disponibles. Mesures financières non conformes aux PCGR. Se reporter à la Mise en garde relative aux mesures financières non conformes aux PCGR à la fin de ce communiqué de presse.
(3) Se reporter à la mise en garde liée aux énoncés prospectifs et à la rubrique Prévisions et énoncés prospectifs de chaque secteur isolable du rapport financier de la Société pour l’exercice clos le 31 décembre 2017 pour des détails sur les hypothèses sur lesquelles reposent les prévisions.
(4) Définies comme Trésorerie et équivalents de trésorerie plus le montant disponible en vertu des facilités de crédit renouvelables de la Société.
(5) Suite à la clôture prévue de notre partenariat C Series avec Airbus, les actifs et passifs du programme d’avions C Series sont présentés dans les actifs détenus en vue de la vente. Se reporter à la rubrique Partenariat stratégique de la section Avions commerciaux, ainsi qu’à la Note 15 – Trésorerie et équivalents de trésorerie et à la Note 28 – Actifs détenus en vue de la vente des états financiers consolidés 2017 de la Société, pour plus de détails sur l’opération et le traitement comptable au 31 décembre 2017.
(6) Voir la mise en garde relative au programme d’avions Global 7000 et Global 8000 dans le rapport de gestion du rapport financier de la Société pour l’exercice clos le 31 décembre 2017.

MISE EN GARDE RELATIVE AUX MESURES NON CONFORMES AUX PCGR

Le présent communiqué de presse repose sur les résultats établis selon les normes internationales d’information financière (IFRS). Toute référence aux principes comptables généralement reconnus (PCGR) signifie IFRS, sauf indication contraire. Il repose également sur des mesures non conformes aux PCGR, dont le RAIIA, le RAII avant éléments spéciaux et le RAIIA avant éléments spéciaux, le résultat net ajusté, le résultat par action ajusté et les flux de trésorerie disponibles. Ces mesures non définies par les PCGR découlent directement des états financiers consolidés mais n’ont pas un sens normalisé prescrit par les IFRS; par conséquent, d’autres entreprises utilisant ces termes peuvent les définir différemment. La direction croit que fournir certaines mesures de performance non conformes aux PCGR, en plus des mesures IFRS, donnent aux utilisateurs de notre rapport financier une meilleure compréhension de nos résultats et tendances connexes, et accroît la transparence et la clarté des résultats de base de notre entreprise. Se reporter à la rubrique Mesures financières non conformes aux PCGR et à la rubrique Liquidités et sources de financement de la section Sommaire et à la rubrique Analyse des résultats des sections de chaque secteur isolable du rapport de gestion de la Société pour la définition de ces indicateurs et pour le rapprochement avec les mesures les plus comparables des IFRS.

Rapprochement des résultats sectoriels et des résultats consolidés
Quatrièmes trimestres
clos les 31 décembre
Exercices clos
les 31 décembre
2017 2016 2017 2016
Revenus
Avions d’affaires 1 473 $ 1 651 $ 4 961 $ 5 741 $
Avions commerciaux 677 699 2 382 2 617
Aérostructures et Services d’ingénierie 413 319 1 570 1 549
Transport 2 493 1 948 8 525 7 574
Siège social et élimination (341 ) (237 ) (1 220 ) (1 142 )
4 715 $ 4 380 $ 16 218 $ 16 339 $
RAII avant éléments spéciaux
Avions d’affaires 120 $ 100 $ 416 $ 369 $
Avions commerciaux (142 ) (141 ) (377 ) (417 )
Aérostructures et Services d’ingénierie 63 30 157 124
Transport 217 181 712 560
Siège social et élimination (43 ) (66 ) (236 ) (209 )
215 $ 104 $ 672 $ 427 $
Éléments spéciaux
Avions d’affaires (9 ) $ 1 $ 25 $ (108 ) $
Avions commerciaux 5 3 8 486
Aérostructures et Services d’ingénierie 13 6 7 (4 )
Transport 11 20 295 164
Siège social et élimination 46 91 (53 )
66 $ 30 $ 426 $ 485 $
RAII
Avions d’affaires 129 $ 99 $ 391 $ 477 $
Avions commerciaux (147 ) (144 ) (385 ) (903 )
Aérostructures et Services d’ingénierie 50 24 150 128
Transport 206 161 417 396
Siège social et élimination (89 ) (66 ) (327 ) (156 )
149 $ 74 $ 246 $ (58 ) $
Rapprochement du RAIIA avant éléments spéciaux et du RAIIA, par rapport au RAII
Quatrièmes trimestres
clos les 31 décembre
Exercices clos
les 31 décembre
2017 2016 2017 2016
RAII 149 $ 74 $ 246 $ (58 ) $
Amortissement 89 99 314 371
Charge de dépréciation d’immobilisations corporelles et incorporelles(1) 6 10 51 10
RAIIA 244 183 611 323
Éléments spéciaux compte non tenu de la charge de dépréciation des immobilisations corporelles et incorporelles(1) 60 20 382 475
RAIIA avant éléments spéciaux 304 $ 203 $ 993 $ 798 $
(1) Se référer à la rubrique Résultats opérationnels consolidés du rapport de gestion du rapport financier de la Société pour l’exercice clos le 31 décembre 2017 pour des détails sur les éléments spéciaux.
Calcul du RPA dilué
Quatrièmes trimestres
clos les 31 décembre
Exercices clos
les 31 décembre
2017 2016 2017 2016
Résultat net attribuable aux détenteurs de capitaux propres de Bombardier Inc. (108 ) $ (251 ) $ (516 ) $ (1 022 ) $
Dividendes sur actions privilégiées, incluant les impôts (8 ) (14 ) (27 ) (32 )
Résultat net attribuable aux porteurs d’actions ordinaires de Bombardier Inc. (116 ) $ (265 ) $ (543 ) $ (1 054 ) $
Nombre moyen pondéré dilué d’actions ordinaires (en milliers d’actions) 2 194 868 2 194 304 2 195 379 2 212 547
RPA dilué (en dollars) (0,05 ) $ (0,12 ) $ (0,25 ) $ (0,48 ) $
Calcul du RPA ajusté
Quatrièmes trimestres
clos les 31 décembre
Exercices clos
les 31 décembre
2017 2016 2017 2016
Résultat net ajusté 51 $ (141 ) $ 63 $ (268 )
Résultat net attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle 1 8 37 (41 )
Dividendes sur actions privilégiées, incluant les impôts (8 ) (14 ) (27 ) (32 )
Incidence dilutive de l’option de conversion de la Caisse (2 )
Résultat net ajusté attribuable aux détenteurs de capitaux propres de Bombardier Inc. 42 $ (147 ) $ 73 $ (341 ) $
Nombre moyen pondéré ajusté dilué d’actions ordinaires (en milliers d’actions) 2 311 057 2 194 304 2 264 722 2 212 547
RPA ajusté (en dollars)(1) 0,02 $ (0,07 ) $ 0,03 $ (0,15 ) $
(1) Se reporter à la rubrique Mesures financières non conformes aux PCGR du rapport de gestion du rapport financier de la Société pour l’exercice clos le 31 décembre 2017 pour la définition de ces indicateurs et pour le rapprochement avec les mesures les plus comparables des IFRS.
Rapprochement du résultat net ajusté et du résultat net et calcul du RPA ajusté
Quatrièmes trimestres clos les 31 décembre
2017 2016
(par action) (par action)
Résultat net (109 ) $ (259 ) $
Ajustements du RAII liés aux éléments spéciaux(1) 66 0,03 $ 30 0,01 $
Ajustements de la charge nette de financement liés à ce qui suit :
Perte sur remboursement de dette à long terme(1) 23 0,01 86 0,04
Désactualisation des obligations nettes au titre des avantages de retraite 19 0,01 16 0,01
Variation nette des provisions découlant des fluctuations de taux d’intérêt et de la perte nette sur certains instruments financiers 57 0,02 (12 ) (0,01 )
Incidence fiscale des éléments spéciaux(1) et autres éléments d’ajustement (5 ) 0,00 (2 ) 0,00
Résultat net ajusté 51 (141 )
Résultat net attribuable à la participation ne donnant pas le contrôle 1 8
Dividendes sur actions privilégiées, incluant les impôts (8 ) (14 )
Incidence dilutive de l’option de conversion de la Caisse (2 )
Résultat net ajusté attribuable aux détenteurs d’instruments de capitaux propres de Bombardier Inc. 42 $ (147 ) $
Nombre moyen pondéré dilué ajusté d’actions ordinaires (en milliers) 2 311 057 2 194 304
RPA ajusté 0,02 $ (0,07 ) $
(1) Se référer à la rubrique Résultats opérationnels consolidés du rapport de gestion du rapport financier de la Société pour l’exercice clos le 31 décembre 2017 pour des détails sur les éléments spéciaux.
Rapprochement du RPA ajusté et du RPA dilué (en dollars)
Quatrièmes trimestres clos les 31 décembre
2017 2016
RPA dilué (0,05 ) $ (0,12 ) $
Incidence des éléments spéciaux(1) et des autres éléments d’ajustement 0,07 0,05
RPA ajusté 0,02 $ (0,07 ) $
Rapprochement du résultat net ajusté et du résultat net et calcul du RPA ajusté
Exercices clos les 31 décembre
2017 2016
(par action) (par action)
Résultat net (553 ) $ (981 ) $
Ajustements du RAII liés aux éléments spéciaux(1) 426 0,19 $ 485 0,22 $
Ajustements de la charge nette de financement liés à ce qui suit :
Perte sur remboursement de dette à long terme(1) 23 0,01 86 0,04
Désactualisation des obligations nettes au titre des avantages de retraite 78 0,04 66 0,03
Variation nette des provisions découlant des fluctuations de taux d’intérêt et perte nette (gain net) sur certains instruments financiers(1) 95 0,04 63 0,03
Tranche d’intérêts d’un gain lié aux éléments spéciaux(1) 11 0,01 26 0,01
Coûts de transaction rattachés à l’option de conversion incorporée dans l’investissement de la Caisse(1) 8 0,01
Incidence fiscale des éléments spéciaux(1) et autres éléments d’ajustement (17 ) (0,01 ) (21 ) (0,01 )
Résultat net ajusté 63 (268 )
Résultat net attribuable à la participation ne donnant pas le contrôle 37 (41 )
Dividendes sur actions privilégiées, incluant les impôts (27 ) (32 )
Résultat net ajusté attribuable aux détenteurs d’instruments de capitaux propres de Bombardier Inc. 73 $ (341 ) $
Nombre moyen pondéré dilué ajusté d’actions ordinaires (en milliers) 2 264 722 2 212 547
RPA ajusté 0,03 $ (0,15 ) $
Rapprochement du RPA ajusté et du RPA dilué (en dollars)
Exercices clos les 31 décembre
2017 2016
RPA dilué (0,25 ) $ (0,48 ) $
Incidence des éléments spéciaux(1) et des autres éléments d’ajustement 0,28 0,33
RPA ajusté 0,03 $ (0,15 ) $
(1) Se référer à la rubrique Résultats opérationnels consolidés du rapport de gestion du rapport financier de la Société pour l’exercice clos le 31 décembre 2017 pour des détails sur les éléments spéciaux.
Rapprochement de l’utilisation des flux de trésorerie disponibles et des flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles
Quatrièmes trimestres
clos les 31 décembre
Exercices clos
les 31 décembre
2017 2016 2017 2016
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles 1 237 $ 823 $ 531 $ 137 $
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles (365 ) (327 ) (1 317 ) (1 201 )
Flux de trésorerie disponibles (utilisation) 872 $ 496 $ (786 ) $ (1 064 ) $

ÉNONCÉS PROSPECTIFS

Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs, qui peuvent comprendre, sans s’y limiter, des déclarations portant sur les objectifs, les prévisions, les cibles, les buts, les priorités, les marchés et les stratégies de l’entreprise, sa situation financière, ses croyances, ses perspectives, ses plans, ses attentes, ses anticipations, ses estimations et ses intentions; les perspectives de l’économie générale et les perspectives commerciales; les perspectives et les tendances d’une industrie; la croissance prévue de la demande de produits et de services; le développement de produits, y compris la conception, les caractéristiques, la capacité ou la performance projetées; les dates prévues ou fixées de la mise en service de produits et de services, des commandes, des livraisons, des essais, des délais, des certifications et de l’exécution des projets en général; la position de l’entreprise en regard de la concurrence; l’incidence prévue du cadre législatif et réglementaire et des procédures judiciaires sur l’entreprise et ses activités; les liquidités disponibles et l’examen continu des solutions de rechange stratégiques et financières; la clôture et l’échéancier prévu de l’opération avec Airbus SE (Airbus) décrite aux présentes ainsi que l’obtention des approbations des organismes de réglementation et autres approbations nécessaires dans le cadre de cette opération et l’échéancier prévu pour l’obtention de celles-ci; la gouvernance, le financement et les liquidités de la Société en commandite Avions C Series (SCACS); l’incidence et les avantages escomptés de l’opération avec Airbus décrite aux présentes, sur les activités de la Société, son infrastructure, ses capacités, son développement, sa croissance et autres occasions, sa présence et sa dimension géographiques, son empreinte, sa situation financière, son accès à des capitaux et sa stratégie générale; et l’incidence de cette opération sur le bilan et la situation financière de la Société.

Les énoncés prospectifs se reconnaissent habituellement à l’emploi de termes comme « pouvoir », « prévoir », « devoir », « avoir l’intention de », « estimer », « planifier », « entrevoir », « croire », « continuer », « maintenir » ou « aligner », la forme négative de ces termes, leurs variations ou une terminologie semblable. Les énoncés prospectifs sont présentés dans le but d’assister les investisseurs et autres dans la compréhension de certains éléments clés de nos objectifs, priorités stratégiques, attentes et plans actuels, ainsi que pour leur permettre d’avoir une meilleure compréhension de nos activités et de l’environnement dans lequel nous prévoyons exercer nos activités. Le lecteur est prévenu que de telles informations pourraient ne pas convenir à d’autres fins.

De par leur nature, les énoncés prospectifs exigent que la direction formule des hypothèses et ils sont assujettis à d’importants risques et incertitudes, connus et inconnus, de sorte que nos résultats réels de périodes futures pourraient différer de façon importante des résultats prévus décrits dans les énoncés prospectifs. Bien que la direction juge ces hypothèses raisonnables et appropriées selon l’information à sa disposition, il existe un risque qu’elles ne soient pas exactes. Les hypothèses sur lesquelles reposent les énoncés prospectifs figurant dans le présent communiqué de presse relativement à l’opération avec Airbus décrite aux présentes comprennent les hypothèses importantes suivantes : le respect de toutes les conditions de clôture et la réalisation de l’opération dans les délais prévus, y compris la réception des approbations des organismes de réglementation (y compris à l’égard des lois antitrust) et des autres approbations; le respect et l’exécution par chacune des parties de ses obligations aux termes de l’accord relatif à l’opération et aux accords commerciaux futurs et l’absence d’inefficacités importantes et d’autres problèmes connexes; la réalisation des avantages et des synergies prévues de l’opération selon l’échéancier prévu; la capacité de la Société à maintenir son plan de financement actuel de la SCACS et à assurer le financement, le cas échéant, des besoins en trésorerie; le caractère adéquat de la planification et de la gestion de la trésorerie et du financement du projet; et l’exactitude de l’évaluation par la Société des facteurs de croissance prévus et des tendances sectorielles. Pour en savoir davantage sur les hypothèses sur lesquelles reposent les énoncés prospectifs figurant dans le présent communiqué de presse, voir la rubrique Priorités stratégiques et Prévisions et énoncés prospectifs de chaque secteur isolable du rapport financier de l’entreprise pour l’exercice clos le 31 décembre 2017.

En ce qui a trait spécifiquement à l’opération avec Airbus faisant l’objet des présentes, certains facteurs, qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent considérablement de ceux prévus dans les énoncés prospectifs, comprennent ce qui suit, sans s’y limiter : les risques associés à la non-réception des approbations des organismes de réglementation (y compris à l’égard des lois antitrust) ou d’autres approbations ou au retard dans la réception de celles-ci ou au non-respect des conditions rattachées à la réalisation de l’opération ou au retard dans le respect de celles-ci et l’incertitude concernant le temps requis pour mener à bien l’opération; les changements touchant les modalités de l’opération; le défaut de l’une des parties de respecter et d’exécuter ses obligations aux termes de l’accord relatif à l’opération et aux accords commerciaux futurs et/ou des inefficacités importantes et d’autres problèmes connexes; l’incidence de l’annonce de l’opération sur les relations de la Société avec les tiers, notamment les contreparties commerciales, les employés et les concurrents, ainsi que sur les relations stratégiques, les résultats d’exploitation et les entreprises en général; la non-réalisation des avantages ou des synergies prévus de l’opération ou le fait qu’ils ne soient pas réalisés selon l’échéancier prévu; la capacité de la Société à maintenir son plan de financement actuel de la SCACS et à assurer le financement, le cas échéant, des besoins en trésorerie; le caractère inadéquat de la planification et de la gestion de la trésorerie et du financement du projet.

Parmi les autres facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent de manière importante des résultats prévus dans les énoncés prospectifs, notons, sans s’y limiter, les risques liés à la conjoncture économique, au contexte commercial de la Société (tels les risques liés au Brexit, à la situation financière de l’industrie du transport aérien, des clients d’avions d’affaires et de l’industrie du transport sur rail; à la politique commerciale (y compris les modifications potentielles à l’Accord de libre-échange nord-américain actuel entre le Canada, les É.-U. et le Mexique qui fait l’objet de discussions, ou son abrogation); à l’accroissement de la concurrence; à l’instabilité politique et à des cas de force majeure ou catastrophes naturelles), à l’exploitation (tels les risques liés au développement de nouveaux produits et services; au développement de nouvelles activités; à la certification et à l’homologation de produits et services; aux engagements à prix et à terme fixes et à la production et à l’exécution de projets; aux pressions sur les flux de trésorerie et sur les dépenses en immobilisations exercées par les fluctuations liées aux cycles de projet et au caractère saisonnier; à la capacité de la Société de mettre en œuvre et de réaliser avec succès sa stratégie et son plan de transformation; aux partenaires commerciaux; aux pertes découlant de sinistres et de garanties sur la performance des produits; aux procédures réglementaires et judiciaires; aux risques liés à l’environnement et à la santé et sécurité; à la dépendance de la Société à l’égard de certains clients et fournisseurs; aux ressources humaines; à la fiabilité des systèmes informatiques; à la fiabilité des droits relatifs à la propriété intellectuelle; et au caractère adéquat de la couverture d’assurance), au financement (tels les risques liés aux liquidités et à l’accès aux marchés financiers; aux régimes d’avantages de retraite; à l’exposition au risque de crédit; aux obligations importantes au titre des paiements de la dette et des intérêts; à certaines clauses restrictives de conventions d’emprunt et à certains seuils minimums de liquidités; à l’aide au financement en faveur de certains clients; et à la dépendance à l’égard de l’aide gouvernementale), au marché (tels les risques liés aux fluctuations des taux de change et des taux d’intérêt; à la diminution de la valeur résiduelle; à l’augmentation des prix des produits de base; et aux fluctuations du taux d’inflation).

Pour plus de détails, se reporter à la rubrique Risques et incertitudes de la section Autres du rapport de gestion du rapport financier de l’entreprise pour l’exercice clos le 31 décembre 2017. Pour en savoir davantage sur les hypothèses sur lesquelles reposent les énoncés prospectifs figurant dans le présent communiqué de presse, voir la rubrique Prévisions et énoncés prospectifs des sections Sommaire, Avions d’affaires, Avions commerciaux, Aérostructures et Services d’ingénierie et Transport du rapport de gestion du rapport financier de l’entreprise pour l’exercice clos le 31 décembre 2017.

Le lecteur est prévenu que la présente liste de facteurs pouvant influer sur la croissance, les résultats et le rendement futurs n’est pas exhaustive et qu’il ne faudrait pas se fier indûment aux énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs décrits aux présentes reflètent les attentes de la direction à la date du présent communiqué de presse et pourraient subir des modifications après cette date. À moins d’y être tenue selon les lois sur les valeurs mobilières applicables, l’entreprise nie expressément toute intention ou obligation de mettre à jour ou de réviser tout énoncé prospectif, que ce soit à la lumière de nouveaux renseignements, d’événements futurs ou autrement. Les énoncés prospectifs contenus dans le présent communiqué de presse sont formulés expressément sous réserve de cette mise en garde.

Bombardier Inc.
Simon Letendre
Conseiller principal, Relations avec les médias et affaires
+514 861 9481
www.bombardier.com

Bombardier Inc.
Patrick Ghoche
Vice-président, Relations avec les investisseurs
+514 861 5727
www.bombardier.com

Neptune annonce ses résultats pour le troisième trimestre

LAVAL, QUÉBEC–(Marketwired – 14 fév. 2018) –

Faits saillants financiers et opérationnels du troisième trimestre, pour la période de trois mois close le 31 décembre 2017, comparativement à la période de trois mois close le 30 novembre 20161

  • Les produits se sont élevés à 7,3 millions de dollars et reflètent une augmentation de 7,5 % pour le secteur des solutions d’entreprise, ainsi que la vente des activités d’huile de krill, le 7 août 2017; les produits du T3 2017 étaient de 12,3 millions de dollars.
  • Un gain de 8,8 millions de dollars a été réalisé suite à la déconsolidation d’Acasti Pharma (position d’absence de contrôle).
  • Le revenu net a été de 6,0 millions de dollars, contre 11,2 millions de dollars à l’exercice précédent dans le secteur nutraceutique.
  • La perte d’exploitation non conforme aux IFRS2 a été de 1,3 million de dollars, comparativement à un BAIIA ajusté2 de 1,3 million de dollars à l’exercice précédent, principalement en raison des investissements dans le secteur du cannabis.
  • La licence mondiale de MaxSimil a été élargie pour couvrir les produits dérivés du cannabis pour les applications médicales chez l’adulte.
  • Les produits enrichis de MaxSimil ont été lancés en partenariat avec Strength Sensei Nutraceuticals, une entreprise de Charles Poliquin.

Faits saillants des suites du trimestre

  • Le 12 février 2018, la Société a annoncé la conclusion d’une entente avec Tetra Bio-Pharma Inc. pour le codéveloppement, la commercialisation et la mise en marché de produits antidouleurs et anti-inflammatoires à base d’huiles de cannabinoïdes purifiés.
  • Le 19 janvier 2018, la Société a annoncé la conclusion d’une entente de recherche dans le but de mettre au point de nouveaux produits de santé et de mieux-être à base d’huiles de cannabinoïdes et d’huile de krill.
1 Pour le secteur nutraceutique de Neptune.
2 Voir les sections «Mise en garde concernant les mesures financières non conformes aux IFRS» et «Rapprochement du revenu net (perte nette) et du BAIIA ajusté ou de la perte d’exploitation non conforme aux IFRS» ci-après.

Neptune Technologies & Bioressources inc. (« Neptune » ou « la Société ») (NASDAQ:NEPT)(TSX:NEPT) a annoncé aujourd’hui ses résultats financiers et opérationnels pour les périodes de trois et neuf mois closes le 31 décembre 2017. Tous les montants sont en dollars canadiens.

« Au troisième trimestre, nous avons bien exécuté notre initiative de croissance stratégique pour entrer sur le marché du cannabis et avons continué à élargir notre secteur des solutions d’entreprises. Je suis heureux d’annoncer que, grâce à notre expertise reconnue dans de multiples domaines – science, affaires réglementaires, formules et commercialisation -, tous les éléments de notre plan de croissance sur le marché du cannabis sont sur la bonne voie », indique Jim Hamilton, président et chef de la direction de Neptune.

« Depuis notre dernière rencontre de mise à jour en novembre dernier, nous avons été très occupés par les activités de développement, comme les discussions avec des fournisseurs potentiels, la préparation des installations et l’obtention de licences, ajoute M. Hamilton. De plus, nous avons mené de nombreux essais de solvants pour démontrer leur efficacité dans l’extraction d’huile de cannabis, et les résultats sont prometteurs. En parallèle, nous avons récemment noué des partenariats de recherche et développement qui faciliteront la commercialisation de produits à valeur ajoutée cliniquement prouvés dans le secteur du cannabis. Ces produits se démarqueront par notre expertise en extraction, en purification et en formules. »

« Les produits du secteur des solutions d’entreprise, portés par la croissance de notre dispositif d’administration MaxSimil, ont augmenté de 7,5 % par rapport à la même période l’an dernier, et de 2,6 % par rapport au trimestre précédent, souligne M. Hamilton. Si on se fie à notre carnet de commandes, nous pouvons nous attendre à un quatrième trimestre solide dans ce secteur. Par conséquent, nous restons convaincus que nous atteindrons notre objectif de croissance annuelle dans les deux chiffres. »

« Alors que cette importante année de transition pour Neptune tire à sa fin, les bases de notre initiative sur le cannabis sont bien en place, prêtes à accueillir le cadre qui nous permettra d’atteindre de nouveaux sommets de croissance et de rentabilité, conclut M. Hamilton. Nous avons réuni une excellente équipe expérimentée et dressé la liste des étapes nécessaires pour poursuivre cette aventure. Ainsi, nous pourrons assurément mettre des produits uniques sur le marché. Nous avons hâte de vous faire part de nos progrès lors des prochains trimestres dans des communiqués sur l’évolution de l’entreprise et sur nos grandes réalisations. »

Résultats des activités du secteur nutraceutique

Comme elle l’a annoncé précédemment, Neptune a fait la transition vers une nouvelle date de fin d’exercice le 31 mars 2017. Les résultats financiers des périodes de trois et neuf mois terminées le 31 décembre 2016 ne sont pas inclus dans les présents états financiers pour les raisons suivantes : i) les périodes de trois mois et neuf mois terminées le 30 novembre 2016 fournissent une comparaison raisonnable pour les périodes de trois mois et neuf mois terminées le 31 décembre 2017; ii) il n’y a pas de facteurs importants, saisonniers ou autres qui auraient un impact sur la comparabilité de l’information si les résultats pour les périodes de trois mois et neuf mois terminées le 31 décembre 2016 avaient été présentés au lieu des résultats pour les périodes de trois mois et neuf mois terminées le 30 novembre 2016 ; et iii) il n’était pas pratique ni justifié financièrement de préparer cette information.

Résultats du troisième trimestre

  • Les produits du secteur nutraceutique ont atteint 7,3 millions de dollars pour la période de trois mois close le 31 décembre 2017, comparativement à 12,3 millions de dollars pour la période de trois mois close le 30 novembre 2016.
  • Le revenu net a été de 6,0 millions de dollars pour le trimestre, contre 11,2 millions de dollars à l’exercice précédent.
  • La perte d’exploitation non conforme aux IFRS1 a été de 1,3 million de dollars pour le trimestre, comparativement à un BAIIA ajusté1 de 1,3 million de dollars à l’exercice précédent.

L’augmentation de la perte d’exploitation non conforme aux IFRS1 au troisième trimestre est principalement attribuable à la baisse des ventes et de la marge brute après la conclusion de la transaction avec Aker BioMarine. Le revenu net du secteur nutraceutique du troisième trimestre comprend un gain de 8,8 millions de dollars sur perte de contrôle d’une filiale.

Résultats financiers depuis le début de l’exercice

  • Les produits du secteur nutraceutique ont atteint 20,6 millions de dollars pour la période de neuf mois close le 31 décembre 2017, comparativement à 35,1 millions de dollars pour la période de neuf mois close le 30 novembre 2016.
  • Le revenu net a été de 24,8 millions de dollars pour la période de neuf mois close le 31 décembre 2017, comparativement à 9,3 millions de dollars à l’exercice précédent.
  • La perte d’exploitation non conforme aux IFRS1 a été de 0,8 million de dollars pour la période de neuf mois close le 31 décembre 2017, comparativement à un BAIIA ajusté1 de 3,2 millions de dollars à l’exercice précédent.

L’augmentation de la perte d’exploitation non conforme aux IFRS1 depuis le début de l’exercice est principalement attribuable à la baisse des ventes et de la marge brute après la conclusion de la transaction avec Aker BioMarine. Le revenu net du secteur nutraceutique depuis le début de l’exercice comprend un gain sur vente d’actifs de 23,7 millions de dollars tiré de la vente d’actifs, un gain de 8,8 millions de dollars sur perte de contrôle d’une filiale et une perte de dépréciation des stocks de 1,7 million de dollars.

Résultats consolidés (y compris Acasti Pharma, jusqu’à la perte de contrôle le 27 décembre 2017)

Résultats du troisième trimestre

  • Les produits consolidés ont totalisé 7,3 millions de dollars pour la période de trois mois close le 31 décembre 2017, comparativement à 12,1 millions de dollars pour la période de trois mois close le 30 novembre 2016.
  • Le revenu net a été de 1,3 million de dollars pour le trimestre, contre 9,4 millions de dollars à l’exercice précédent.
  • La perte d’exploitation non conforme aux IFRS1 a été de 5,4 millions de dollars pour le trimestre, comparativement à 0,5 million de dollars à l’exercice précédent.

Sur une base consolidée, jusqu’à la perte de contrôle le 27 décembre 2017, les résultats du trimestre courant comprennent une perte d’exploitation non conforme aux IFRS1 de 4,2 millions de dollars et une perte nette de 5,2 millions de dollars pour la filiale de Neptune, Acasti, qui participe activement à des études cliniques et à la recherche et développement. Pour la période de trois mois close le 30 novembre 2016, Acasti a enregistré une perte d’exploitation non conforme aux IFRS1 de 1,7 million de dollars et une perte nette de 2,4 millions de dollars.

Résultats financiers depuis le début de l’exercice

  • Les produits consolidés ont totalisé 20,6 millions de dollars pour la période de neuf mois close le 31 décembre 2017, comparativement à 35,0 millions de dollars pour la période de neuf mois close le 30 novembre 2016.
  • Le revenu net a été de 14,1 millions de dollars pour la période de neuf mois close le 31 décembre 2017, comparativement à 3,2 millions de dollars à l’exercice précédent.
  • La perte d’exploitation non conforme aux IFRS1 a été de 10,5 millions de dollars pour la période de neuf mois close le 31 décembre 2017, comparativement à 2,5 millions de dollars à l’exercice précédent.

Sur une base consolidée, jusqu’à la perte de contrôle le 27 décembre 2017, les résultats de la période de neuf mois close le 31 décembre 2017 comprennent une perte d’exploitation non conforme aux IFRS1 de 9,7 millions de dollars et une perte nette de 12,5 millions de dollars pour la filiale de Neptune, Acasti, qui participe activement à des études cliniques et à la recherche et développement. Pour la période de neuf mois close le 30 novembre 2016, Acasti a enregistré une perte d’exploitation non conforme aux IFRS1 de 5,6 millions de dollars et une perte nette de 7,9 millions de dollars.

La trésorerie et les équivalents de trésorerie, y compris un montant de 2,4 millions de dollars de placements à court terme réservés, s’élevaient à 28,6 millions de dollars au 31 décembre 2017.

1 Voir la section «Mise en garde concernant les mesures financières non conformes aux IFRS» et «Rapprochement du revenu net (perte nette) et du BAII ajusté ou de la perte d’exploitation non conforme aux IRFS» ci-après.

Mise en garde concernant les mesures financières non conformes aux IFRS

La Société utilise une mesure financière ajustée, le bénéfice ajusté avant les intérêts, l’impôt et les amortissements (BAIIA), appelée perte d’exploitation non conforme aux IFRS lorsque la Société ou le secteur est en situation de perte, pour évaluer sa performance d’exploitation. Cette mesure financière non conforme aux IFRS est issue directement des états financiers de la Société et est présentée de manière uniforme d’une période à l’autre. La Société utilise cette mesure afin d’évaluer sa performance financière historique et future, ainsi que sa performance par rapport à ses concurrents. Cette mesure aide également la Société à planifier et à faire des projections pour les périodes futures ainsi qu’à prendre des décisions opérationnelles et stratégiques. La Société est d’avis qu’en rendant cette information disponible aux investisseurs, en plus des mesures conformes aux IFRS, elle permet à ceux-ci de voir ses résultats du point de vue de la direction, et ainsi de mieux comprendre sa performance financière passée et future.

La réglementation en matière de valeurs mobilières exige que les sociétés avertissent les lecteurs du fait que les résultats et d’autres mesures établis selon un autre référentiel que les IFRS n’ont pas de sens normalisé et qu’il est peu probable qu’ils soient comparables à des mesures semblables utilisées par d’autres sociétés. Par conséquent, ces mesures ne doivent pas être considérées de manière isolée. La Société utilise le BAIIA ajusté (ou la perte d’exploitation non conforme aux IFRS en situation de perte) pour mesurer sa performance d’une période à l’autre sans les variations découlant de certains ajustements qui pourraient éventuellement fausser l’analyse des tendances de sa performance d’exploitation et parce qu’elle estime que cette mesure fournit de l’information pertinente sur sa situation financière et ses résultats d’exploitation. La méthode de calcul du BAIIA ajusté (ou de la perte d’exploitation non conforme aux IFRS) de Neptune peut différer de celle utilisée par d’autres sociétés.

Neptune calcule son BAIIA ajusté (ou sa perte d’exploitation non conforme aux IFRS) en ajoutant au résultat net (à la perte nette) les charges financières, les amortissements et les pertes de valeurs et l’impôt sur le résultat et en soustrayant les produits financiers. D’autres éléments tels que la rémunération à base d’actions, les recouvrements d’assurances liés à l’explosion de l’usine, les règlements de redevance, le gain net sur vente des activités liées à l’huile de krill, les frais légaux liés aux règlements de redevance, le gain sur perte de contrôle d’une filiale, les crédits d’impôt recouvrables des années précédentes et les frais d’acquisition sont sans incidence sur la performance d’exploitation de la Société et sont donc exclus du calcul puisqu’ils peuvent varier de manière importante d’une période à l’autre. Les produits financiers et charges financières incluent le profit (la perte) de change et la variation de la juste valeur des dérivés. Le fait d’exclure ces éléments ne veut pas dire qu’ils sont non récurrents.

Conférence téléphonique

Neptune tiendra une conférence téléphonique le 14 février 2018, à 17 h (HNE) pour parler de ses résultats du troisième trimestre, pour les périodes de trois et neuf mois closes le 31 décembre 2017.

Date : Mercredi 14 février 2018
Heure : 17 h (HNE)
Numéro à composer : 1 877 223-4471 (Canada et États-Unis)
1 647 788-4922 (hors Canada et États-Unis)
Webdiffusion : Une webdiffusion audio en direct incluant une présentation des résultats sera accessible à http://neptunecorp.com/fr/investisseurs/evenements-et-presentations/

Un enregistrement pourra être écouté deux heures après la conférence et jusqu’au 14 mars 2018. Pour ce faire, composez le 1 416 621-4642 ou le 1 800 585-8367 (sans frais), puis entrez le numéro de la conférence : 7495706. De plus, la téléconférence et la présentation afférente seront immédiatement accessibles dans la section Investisseurs du site Web de Neptune, sous l’onglet Événements et présentations.

À propos de Neptune Technologies & Bioressources inc.

Neptune est une société de produits de mieux-être, forte de plus de 50 ans d’expérience combinée dans l’industrie. La Société met au point et fournit des solutions clé en main offertes sous diverses formes uniques et propose des ingrédients spécialisés tels que MaxSimil®, une plate-forme brevetée qui peut améliorer l’absorption des nutraceutiques à base de lipides, et une gamme d’autres huiles marines et de graines. Neptune vend également de l’huile de krill de première qualité directement aux consommateurs, en ligne au www.oceano3.com. La Société mise sur son expertise scientifique, technologique et innovatrice pour développer des extractions et des formules uniques dans des segments à fort potentiel de croissance comme celui des produits de santé et de mieux-être à base de cannabinoïdes.

Le siège social de la Société est situé à Laval, au Québec.

Énoncés prospectifs

Les énoncés contenus dans le présent communiqué ne portant pas sur des faits courants ou passés constituent des « énoncés prospectifs » au sens de la législation en valeurs mobilières américaine et de la législation en valeurs mobilières canadienne. Ces énoncés prospectifs comportent des risques et incertitudes, connus et inconnus, et sont assujettis à d’autres facteurs inconnus qui pourraient faire en sorte que les résultats réels de Neptune diffèrent de manière importante des résultats passés ou des résultats futurs dont il est question, expressément ou implicitement, dans ces énoncés prospectifs. Outre les énoncés qui décrivent explicitement de tels risques et incertitudes, il y a lieu de préciser que les énoncés qui contiennent des termes tels que « croire », « être d’avis », « prévoir », « avoir l’intention », « s’attendre à », « entendre » ou « planifie » ainsi que l’utilisation du futur dans ces énoncés dénotent la nature incertaine et prospective de ceux-ci. Il est recommandé aux lecteurs de ne pas se fier indûment à ces énoncés prospectifs, qui sont à jour à la date du présent communiqué seulement.

Les énoncés prospectifs qui figurent dans le présent communiqué sont présentés sous réserve de la présente mise en garde et de la Mise en garde concernant l’information prospective figurant à la notice annuelle la plus récente de Neptune (la « notice annuelle ») et dans le rapport annuel (S.E.C. Form 40-F) le plus récent de Neptune, disponibles sur SEDAR, au www.sedar.com, sur EDGAR, au www.sec.gov/edgar.shtml, et dans la section investisseurs du site Web de Neptune, au www.neptunecorp.com. Tous les énoncés prospectifs ci-inclus sont à jour à la date des présentes. Neptune ne s’engage pas à mettre à jour les énoncés prospectifs à la suite de nouveaux renseignements ou d’événements futurs ou pour quelque autre raison que ce soit, sauf dans la mesure exigée par la loi. De plus, les énoncés prospectifs qui figurent dans le présent communiqué comportent généralement d’autres risques et incertitudes qui sont décrits de temps à autre dans les documents publics de Neptune déposés auprès de la Securities and Exchange Commission et des commissions des valeurs mobilières canadiennes. Des renseignements supplémentaires au sujet de ces hypothèses, risques et incertitudes figurent à la rubrique Facteurs de risque de la notice annuelle et à la rubrique Risques et incertitudes du rapport de gestion de la Société pour la période intermédiaire close le 31 décembre 2017.

Ni NASDAQ ni la Bourse de Toronto n’acceptent quelque responsabilité que ce soit quant à la véracité ou à l’exactitude du présent communiqué.

Rapprochement du revenu net (perte nette) et de la perte d’exploitation non conforme aux IFRS1
(en milliers de dollars)
Période de trois mois terminée le 31 décembre 2017
Nutraceutique Cardiovasculaire Éliminations
intersectorielles
Total
$ $ $ $
Total des produits 7 315 7 315
Marge brute 2 015 2 015
Charges de recherche et de développement i) (1 785 ) (4 285 ) 581 (5 489 )
Crédits d’impôts de recherche et de développement et subventions 12 24 36
Frais de vente, généraux et charges administratives (2 477 ) (908 ) (3 385 )
Autre produit – gain net sur vente d’actifs (147 ) (147 )
Perte provenant des opérations (2 382 ) (5 169 ) 581 (6 970 )
Gain sur perte de contrôle de la filiale Acasti 8 783 8 783
Charges financières nettes (396 ) (21 ) (2 ) (419 )
Impôt sur le résultat (53 ) (53 )
Revenu net (perte nette) 5 952 (5 190 ) 579 1 341
Calcul de la perte d’exploitation non conforme aux IFRS1
Revenu net (perte nette) 5 952 (5 190 ) 579 1 341
Ajuster (déduire):
Amortissement et dépréciation 763 670 (581 ) 852
Charges financières 487 67 554
Produits financiers (91 ) (9 ) (100 )
Changement dans la juste valeur des actifs et passifs dérivés (37 ) 2 (35 )
Rémunération à base d’actions 199 330 529
Impôt sur le résultat 53 53
Gain sur perte de contrôle de la filiale Acasti (8 783 ) (8 783 )
Autre produit – gain net sur vente d’actifs 147 147
Perte d’exploitation non conforme aux IFRS1 (1 273 ) (4 169 ) (5 442 )
i) Ces charges de recherche et de développement du secteur nutraceutique incluent 1 730 $de frais associés aux activités liées au cannabis.
1 Voir la section «Mise en garde concernant les mesures financières non conformes aux IFRS».
Rapprochement du revenu net (perte nette) et du BAIIA ajusté1ou de la perte d’exploitation non conforme aux IFRS1
(en milliers de dollars)
Période de trois mois terminée le 30 novembre 2016
Nutraceutique Cardiovasculaire Éliminations intersectorielles Total
$ $ $ $
Total des produits 12 252 1 (112 ) 12 141
Marge brute 3 450 1 1 3 452
Charges de recherche et de développement (349 ) (1 708 ) 581 (1 476 )
Crédits d’impôts de recherche et de développement et subventions 9 24 33
Frais de vente, généraux et charges administratives (4 511 ) (829 ) (5 340 )
Autres produits – provenant de règlement de redevances 13 117 13 117
Revenu (perte) provenant des opérations 11 716 (2 512 ) 582 9 786
Produits financiers nets (charges financières nettes) (697 ) 115 (582 )
Impôt sur le résultat 217 217
Revenu net (perte nette) 11 236 (2 397 ) 582 9 421
Calcul du BAIIA ajusté1(perte d’exploitation non conforme aux IFRS)1
Revenu net (perte nette) 11 236 (2 397 ) 582 9 421
Ajuster (déduire):
Amortissement et dépréciation 856 621 (581 ) 896
Charges financières 625 1 (6 ) 620
Produits financiers (126 ) (118 ) 6 (238 )
Changement dans la juste valeur des actifs et passifs dérivés 198 2 200
Rémunération à base d’actions 315 155 470
Impôt sur le résultat (217 ) (217 )
Règlement de redevances (13 117 ) (13 117 )
Frais légaux liés au règlement de redevances 1 501 1 501
BAIIA ajusté1(perte d’exploitation non conforme aux IFRS)1 1 271 (1 736 ) 1 (464 )
1 Voir la section « Mise en garde concernant les mesures financières non conformes aux IFRS».
Rapprochement du revenu net (perte nette) et de la perte d’exploitation non conforme aux IFRS1
(en milliers de dollars)
Période de neuf mois terminée le 31 décembre 2017
Nutraceutique Cardiovasculaire Éliminations intersectorielles Total
$ $ $ $
Total des produits 20 640 20 640
Marge brute 4 866 4 866
Charges de recherche et de développement i) (2 572 ) (9 676 ) 1 742 (10 506 )
Crédits d’impôts de recherche et de développement et subventions 62 84 146
Frais de vente, généraux et charges administratives (8 274 ) (2 761 ) (11 035 )
Autre produit – gain net sur vente d’actifs 23 724 23 724
Revenu (perte) provenant des opérations 17 806 (12 353 ) 1 742 7 195
Gain sur perte de contrôle de la filiale Acasti 8 783 8 783
Charges financières nettes (1 719 ) (121 ) (7 ) (1 847 )
Impôt sur le résultat (40 ) (40 )
Revenu net (perte nette) 24 830 (12 474 ) 1 735 14 091
Total des actifs 93 678 6 079 99 757
Trésorerie, équivalents de trésorerie et placements à court terme réservés 28 586 28 586
Fonds de roulement2 29 945 29 945
Calcul de la perte d’exploitation non conforme aux IFRS1
Revenu net (perte nette) 24 830 (12 474 ) 1 735 14 091
Ajuster (déduire):
Amortissement et dépréciation 2 511 2 005 (1 742 ) 2 774
Charges financières 1 984 355 2 339
Produits financiers (108 ) (38 ) (146 )
Changement dans la juste valeur des actifs et passifs dérivés (156 ) (196 ) 7 (345 )
Rémunération à base d’actions 781 661 1 442
Impôt sur le résultat 40 40
Dépréciation sur les stocks 1 719 1 719
Gain sur perte de contrôle de la filiale Acasti (8 783 ) (8 783 )
Autre produit – gain net sur vente d’actifs (23 724 ) (23 724 )
Frais légaux liés au règlement de redevances 90 90
Perte d’exploitation non conforme aux IFRS1 (816 ) (9 687 ) (10 503 )
i) Ces charges de recherche et de développement du secteur nutraceutique incluent 1 730 $de frais associés aux activités liées au cannabis.
1 Voir la section «Mise en garde concernant les mesures financières non conformes aux IFRS».
2 Le fonds de roulement est présenté à titre d’information seulement et représente une mesure de la santé financière à court terme de la Société surtout utilisée par le milieu financier. On obtient le fonds de roulement en retranchant les passifs courants des actifs courants. Comme il n’y a pas de méthode normalisée par les IFRS, le résultat peut ne pas être comparable à des mesures du même type présentées par d’autres sociétés ouvertes.
Rapprochement du revenu net et du BAIIA ajusté1ou de la perte d’exploitation non conforme aux IFRS1
(en milliers de dollars)
Période de neuf mois terminée le 30 novembre 2016
Nutraceutique Cardiovasculaire Éliminations
intersectorielles
Total
$ $ $ $
Total des produits 35 093 8 (112 ) 34 989
Marge brute 9 554 8 1 9 563
Charges de recherche et de développement (1 119 ) (5 747 ) 1 742 (5 124 )
Crédits d’impôts de recherche et de développement et subventions 28 70 98
Frais de vente, généraux et charges administratives (10 197 ) (2 252 ) (12 449 )
Autres revenus – règlement de redevances 13 117 13 117
Revenu (perte) provenant des opérations 11 383 (7 921 ) 1 743 5 205
Produits financiers nets (charges financières nettes) (1 982 ) 41 (3 ) (1 944 )
Impôt sur le résultat (83 ) (83 )
Revenu net (perte nette) 9 318 (7 880 ) 1 740 3 178
Total des actifs 101 628 21 589 (13 175 ) 110 042
Trésorerie, équivalents de trésorerie et placements à court terme réservés 6 759 5 843 12 602
Fonds de roulement2 15 628 4 421 1 20 050
Calcul du BAIIA ajusté1(perte d’exploitation non conforme aux IFRS)1
Revenu net (perte nette) 9 318 (7 880 ) 1 740 3 178
Ajuster (déduire):
Amortissement et dépréciation 2 388 1 843 (1 742 ) 2 489
Charges financières 1 976 15 (89 ) 1 902
Produits financiers (226 ) 40 89 (97 )
Changement dans la juste valeur des actifs et passifs dérivés 233 (96 ) 3 140
Rémunération à base d’actions 985 430 1 415
Impôt sur le résultat 83 83
Règlement de redevances (13 117 ) (13 117 )
Frais légaux liés au règlement de redevances 1 501 1 501
Frais d’acquisition 38 38
BAIIA ajusté1(perte d’exploitation non conforme aux IFRS)1 3 179 (5 648 ) 1 (2 468 )
1 Voir la section «Mise en garde concernant les mesures financières non conformes aux IFRS».
2 Le fonds de roulement est présenté à titre d’information seulement et représente une mesure de la santé financière à court terme de la Société surtout utilisée par le milieu financier. On obtient le fonds de roulement en retranchant les passifs courants des actifs courants. Comme il n’y a pas de méthode normalisée par les IFRS, le résultat peut ne pas être comparable à des mesures du même type présentées par d’autres sociétés ouvertes.
Personnes-ressources
Neptune Solutions Bien-être
Mario Paradis
Vice-président et chef de la direction, Neptune
1 450 687-2262, poste 23
m.paradis@neptunecorp.com

Relations avec les investisseurs (Canada)
Pierre Boucher
MaisonBrison
1 514 731-0000
pierre@maisonbrison.com

Relations avec les investisseurs (Etats-Unis)
Ed McGregor/Jody Burfening
LHA, IR
1 212 838-3777
emcgregor@lhai.com

Fortis Inc. annonce ses dividendes pour le deuxième trimestre de 2018

ST. JOHN’S, TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR–(Marketwired – 14 fév. 2018) – Le conseil d’administration de Fortis Inc. (« Fortis » ou la « Société ») (TSX:FTS) (NYSE:FTS) a déclaré les dividendes suivants :

  1. 0,3063 $ par action privilégiée de premier rang de série F de la Société, payable le 1er juin 2018 aux actionnaires inscrits au 18 mai 2018 à la fermeture des marchés;
  2. 0,2427 $ par action privilégiée de premier rang de série G de la Société, payable le 1er juin 2018 aux actionnaires inscrits au 18 mai 2018 à la fermeture des marchés;
  3. 0,15625 $ par action privilégiée de premier rang de série H de la Société, payable le 1er juin 2018 aux actionnaires inscrits au 18 mai 2018 à la fermeture des marchés;
  4. 0,165375 $ par action privilégiée de premier rang de série I de la Société, payable le 1er juin 2018 aux actionnaires inscrits au 18 mai 2018 à la fermeture des marchés;
  5. 0,2969 $ par action privilégiée de premier rang de série J de la Société, payable le 1er juin 2018 aux actionnaires inscrits au 18 mai 2018 à la fermeture des marchés;
  6. 0,2500 $ par action privilégiée de premier rang de série K de la Société, payable le 1er juin 2018 aux actionnaires inscrits au 18 mai 2018 à la fermeture des marchés;
  7. 0,25625 $ par action privilégiée de premier rang de série M de la Société, payable le 1er juin 2018 aux actionnaires inscrits au 18 mai 2018 à la fermeture des marchés;
  8. 0,425 $ par action ordinaire émise et en circulation entièrement libérée de la Société, payable le 1er juin 2018 aux actionnaires ordinaires inscrits au 18 mai 2018 à la fermeture des marchés.

La Société a choisi de rendre les dividendes sur les actions ordinaires et les dividendes sur les actions privilégiées admissibles aux crédits d’impôt pour dividendes fédéral et provincial.

À propos de Fortis

Fortis se positionne parmi les géants nord-américains du secteur réglementé de l’électricité et du gaz, forte d’un actif d’environ 47 milliards de dollars canadiens au 30 septembre 2017. La Société, qui compte plus de 8 000 employés, sert des clients dans cinq provinces canadiennes, neuf États américains et trois pays des Caraïbes.

Les actions de Fortis sont inscrites à la cote de la TSX et de la NYSE sous le symbole « FTS ». Pour en savoir plus, consultez le www.fortisinc.com, le www.sedar.com ou le www.sec.gov.

Demandes des investisseurs
Stephanie Amaimo
Vice-présidente, Relations avec les investisseurs
Fortis Inc.
709 737-2900
investorrelations@fortisinc.com

Demandes des médias
Karen McCarthy
Directrice, Communications et affaires corporatives
Fortis Inc.
709 737-5323
media@fortisinc.com

NAPEC inc. annonce la réalisation de l’arrangement avec un membre du groupe d’Oaktree

DRUMMONDVILLE, QUÉBEC–(Marketwired – 14 fév. 2018) – NAPEC inc. (« NAPEC » ou la « Société ») (TSX:NPC) a annoncé aujourd’hui la réalisation de l’arrangement précédemment annoncé et régi par la Loi canadienne sur les sociétés par actions (l’« arrangement ») en vertu duquel 9370-0219 Québec Inc. (l’« acheteur »), une société organisée par Oaktree Capital Management, L.P. (« Oaktree »), a fait l’acquisition de toutes les actions ordinaires émises et en circulation de NAPEC au prix de 1,95 $ en espèces par action (la « contrepartie »). En outre, chaque porteur de bons de souscription de la Société recevra un paiement en espèces correspondant à l’excédent éventuel de la contrepartie sur le prix d’exercice des bons de souscription.

L’acheteur a remis à Société de fiducie Computershare du Canada (« Computershare »), le dépositaire dans le cadre de l’arrangement, des fonds suffisants pour lui permettre de faire des paiements aux anciens actionnaires et porteurs de bons de souscription (collectivement, les « porteurs de titres »), conformément aux modalités de l’arrangement. Les paiements aux porteurs de titres seront effectués par Computershare, dès qu’il sera raisonnablement possible de le faire après la date des présentes.

Une lettre d’envoi a été transmise par la poste aux porteurs de titres inscrits et peut également être consultée sous le profil de NAPEC à l’adresse www.sedar.com. La lettre d’envoi explique aux porteurs de titres inscrits la façon de déposer et de se faire payer leurs titres. Les porteurs de titres inscrits doivent retourner la lettre d’envoi dûment remplie à Computershare afin de recevoir la contrepartie à laquelle ils ont droit pour leurs titres. Les porteurs de titres non inscrits doivent suivre attentivement les directives de leur courtier en valeurs, courtier en placement, banque, société de fiducie, dépositaire, prête-nom ou autre intermédiaire qui détient les titres en leur nom.

À la suite de cette opération, il est prévu que les actions ordinaires de la Société seront radiées de la Bourse de Toronto à la fermeture des marchés le 16 février 2018 ou vers cette date et que la Société cessera d’être un émetteur assujetti dans toutes les provinces et dans tous les territoires du Canada.

Luc Reny, président du conseil, a déclaré : « Au nom de tous les membres du conseil d’administration de NAPEC, je voudrais remercier tous les actionnaires pour leur appui continu au fil des ans et féliciter les membres de la direction de NAPEC pour leur travail exceptionnel. Je leur souhaite beaucoup de succès pour l’avenir. »

À propos de la Société

NAPEC est une société qui opère dans le secteur de l’énergie. La Société est un important fournisseur de services pour les marchés des services publics et de l’industrie lourde principalement au Québec, en Ontario et dans l’est des États-Unis. NAPEC et ses filiales construisent et entretiennent des systèmes de transport et de distribution d’électricité et de gaz naturel pour des services publics et des infrastructures énergétiques connexes. La Société effectue aussi l’installation d’équipements lourds alimentés au gaz et à l’électricité pour des entreprises de services publics, des centrales électriques industrielles au gaz naturel et des usines pétrochimiques à travers l’Amérique du Nord. La Société offre également des services de construction environnementale et de plateformes routières. Des renseignements additionnels sur NAPEC peuvent être obtenus en consultant la base de données SEDAR à l’adresse www.sedar.com et le site Web de la Société à l’adresse www.napec.ca.

À propos d’Oaktree

Oaktree est un gestionnaire de placement de premier plan à l’échelle mondiale, spécialisé dans les placements non traditionnels. Le cabinet comptait 100 milliards de dollars américains d’actifs sous gestion au 31 décembre 2017. Oaktree met l’accent sur une méthode de placement astucieuse, axée sur la valeur et le contrôle des risques, dans des dettes d’entreprises en difficulté, des dettes de sociétés (y compris les dettes à rendement élevé et les prêts de premier rang), des investissements de prise de contrôle, les titres convertibles, l’immobilier et les titres de sociétés ouvertes. Depuis sa création en 1995, le groupe Power Opportunities d’Oaktree a essentiellement pour stratégie de financer des entreprises de premier plan qui offrent de l’équipement, des services, des logiciels et des infrastructures utilisés dans les secteurs de l’électricité et du gaz naturel. Établie à Los Angeles, Oaktree compte plus de 900 employés et dispose de bureaux à l’échelle internationale dans 18 villes. Pour obtenir plus de renseignements, veuillez visiter le site Web d’Oaktree à l’adresse www.oaktreecapital.com.

Déclaration concernant l’information prospective

Ce communiqué peut contenir des déclarations prospectives qui font état de risques et d’incertitudes. Toutes les déclarations qui ne portent pas sur des faits passés, comme les déclarations sur les perspectives de l’industrie et sur les perspectives, les projets, la situation financière et la stratégie d’affaires de NAPEC, peuvent constituer des déclarations prospectives au sens de la législation et de la réglementation canadiennes en valeurs mobilières. Les déclarations prospectives se reconnaissent habituellement à l’emploi de termes comme « prévoir », « avoir l’intention de », « estimer », « planifier », « croire », « continuer » ou « maintenir », éventuellement employés au futur ou au conditionnel, ou à l’emploi de termes semblables.

Les déclarations prospectives contenues aux présentes reflètent les attentes de la Société en date des présentes. Elles sont susceptibles de changer après cette date. La Société nie expressément toute obligation ou intention de mettre à jour ou de réviser les déclarations prospectives, que ce soit par suite de nouvelles informations, d’événements futurs ou autrement, à moins que les lois en valeurs mobilières applicables ne l’y obligent. Bien que NAPEC estime que les attentes présentées dans ces déclarations prospectives soient raisonnables, elle ne peut pas garantir qu’elles se révéleront exactes.

Pierre L. Gauthier
Président et chef de la direction
450 876-2106
p.gauthier@napec.ca

Mario Trahan, CPA, CMA
Chef de la direction financière
819 479-7771
m.trahan@napec.ca

RAPPEL/Avis aux médias : Bombardier annoncera ses résultats financiers du quatrième trimestre et de l’exercice 2017 le 15 février 2018

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 14 fév. 2018) – Bombardier (TSX:BBD.A)(TSX:BBD.B)(OTCQX:BDRBF) publiera ses résultats financiers du quatrième trimestre et de l’exercice 2017 le jeudi 15 février 2018 et tiendra à 8 h, heure de l’Est, un appel conférence diffusé sur Internet pour passer en revue les résultats. Un communiqué de presse incluant les résultats financiers sera publié avant l’appel.

Alain Bellemare, président et chef de la direction; John Di Bert, vice-président principal et chef de la direction financière; et Patrick Ghoche, vice-président, Relations avec les investisseurs, passeront en revue les résultats financiers de l’entreprise pour le trimestre et l’exercice au cours de cet appel tenu pour les investisseurs et les analystes financiers.

DATE : jeudi 15 février 2018
HEURE : 8 h, heure de l’Est

Cet appel conférence ainsi que les tableaux financiers pertinents seront disponibles à l’adresse suivante : www.bombardier.com.

Les parties prenantes souhaitant écouter la présentation et la période de questions et réponses par téléphone pourront le faire en composant l’un des numéros suivants :

En français : 514 394 9316 ou
(avec traduction) 1 888 791 1368 (sans frais en Amérique du Nord)
+800 6578 9868 (pour les appels d’outre-mer)
En anglais : 514 394 9320 ou
1 866 240 8954 (sans frais en Amérique du Nord)
+800 6578 9868 (pour les appels d’outre-mer)

L’appel conférence sera disponible en reprise sur le site Internet de Bombardier peu après la fin de la webdiffusion.

Simon Letendre, Conseiller principal,
Relations avec les médias et affaires publiques
Bombardier Inc.
+514 861 9481

Patrick Ghoche
Vice-président, Relations avec les investisseurs
Bombardier Inc.
+514 861 5727

Gespeg Copper fournit une mise à jour corporative du projet Vortex

SASKATOON, SASKATCHEWAN–(Marketwired – 14 fév. 2018) – RESSOURCES GESPEG COPPER INC. (TSX CROISSANCE:GCR) (la «Compagnie» ou «Gespeg») annonce une mise à jour du projet Vortex :

Message du président – Mise à jour du projet cuprifère

Au cours des cinq dernières années, l’exploration dans le secteur des petites sociétés a été considérablement ralenti, les capitaux nécessaires à l’expansion rapide des propriétés n’étant tout simplement pas disponibles. Gespeg n’était pas à l’abri de ce défi. Cependant, au cours de cette période, Gespeg a réussi à réaliser des programmes d’exploration qui ont maintenu ses propriétés en bon état, ainsi qu’à ajouter de nouveaux projets à son portefeuille, ce qui a renforcé notre position. La Société demeure confiante que la Péninsule Gaspésienne convient parfaitement à l’exploration du cuivre au Canada. Foyer de la plus importante mine de cuivre en Amérique du Nord qui a été exploitée pendant plus de 50 ans, la Mine Gaspé, la région a été largement ignorée par les sociétés d’exploration depuis la fermeture de la mine il y a environ 30 ans.

En juin 2012, Gespeg a annoncé sa première découverte sur le projet Vortex. Le forage 11-V-04 a intercepté 29 mètres à 0.94% à 5.20 mètres de profondeur incluant 16 mètres à 1,38 % de cuivre à une profondeur de 14 mètres (sur la longueur du forage, et non la largeur ) sur Sullipeck Est, qui est un des blocs de la propriété Vortex(voir communiqué de la Compagnie daté le 13 juin 2012 une copie est disponible sous SEDAR www.sedar.com).

En février 2017, un calcul de ressources inférées pour le projet Sullipek détenu à 100% par Gespeg fût émis. Sullipek renferme une ressource inférée de cuivre de 2,24 millions de tonnes à 1,09% pour un total de cuivre de 24 400 tonnes (voir le communiqué de presse de la société daté du 2 février 2017, disponible sous le profil SEDAR de la Société à www.sedar.com).

La société demeure enthousiaste par le potentiel de ses propriétés cuprifères en Gaspésie et est à formuler ses plans d’exploration pour les propriétés.

À propos de Gespeg Copper Resources Inc. : Gespeg est une société d’exploration axée sur les métaux de base et les métaux précieux, en particulier dans des régions grossièrement sous-exploitée “Gaspésie et Mauricie . Avec une équipe de direction dédiée, l’objectif de la Société est de créer de la croissance pour ses actionnaires grâce à la découverte de nouveaux dépôts.

La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de réglementation (au sens attribué à ce terme dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n’assument aucune responsabilité quant à la pertinence ou à l’exactitude du présent communiqué.

Le présent communiqué peut contenir des énoncés prospectifs qui sont assujettis à des risques et à des incertitudes connus et inconnus qui pourraient faire en sorte que les activités et les résultats réels diffèrent considérablement des résultats attendus et des activités prévues. Ces risques et incertitudes comprennent ceux qui sont décrits dans les rapports périodiques de Gespeg, y compris le rapport annuel, ou les documents que Gespeg dépose à l’occasion auprès des autorités en valeurs mobilières.

Sylvain Laberge
Président et CEO
514-702-9841
Slaberge@gespegcopper.com