Stingray dévoile ses résultats pour le troisième trimestre de 2018

MONTRÉAL, QUÉBEC–(Marketwired – 8 fév. 2018) – Groupe Stingray Digital Inc. (TSX:RAY.A)(TSX:RAY.B)

Faits saillants du troisième trimestre

  • Les produits ont augmenté de 31,8 % pour atteindre 34,2 millions de dollars.
  • Les produits récurrents se sont élevés à 28,0 millions de dollars ou 81,9 % du total des produits, en hausse de 27,5 %.
  • Le BAIIA ajusté1) a progressé de 27,9 % pour s’établir à 11,2 millions de dollars.
  • Le bénéfice net s’est chiffré à 0,7 million de dollars, soit 0,01 $ par action (après dilution), comparativement à 2,7 millions de dollars, soit 0,05 $ par action (après dilution), au trimestre correspondant de l’exercice précédent.
  • Le bénéfice net ajusté2) a atteint 6,0 millions de dollars, soit 0,11 $ par action (après dilution), contre 6,2 millions de dollars, soit 0,12 $ par action (après dilution), au trimestre correspondant de l’exercice précédent.
  • Les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation ont affiché une hausse, s’établissant à 6,6 millions de dollars comparativement à 5,6 millions de dollars au trimestre correspondant de l’exercice précédent.
  • Les flux de trésorerie disponibles ajustés3) se sont élevés à 8,0 millions de dollars, en hausse de 12,4 %.
  • Le ratio de la dette nette sur le BAIIA ajusté a diminué pour atteindre 0,57x des suites du financement par capitaux propres.
  • Le dividende trimestriel a augmenté de 10 %, passant à 0,055 $ par action.
  • Le nombre d’abonnés aux services de vidéo sur demande est passé de 218 000 au deuxième trimestre à 346 000 au troisième trimestre, ce qui inclut le gain de 70 000 abonnés aux services de vidéo sur demande découlant de l’acquisition des services de Qello Concerts.

Groupe Stingray Digital Inc. (TSX:RAY.A)(TSX:RAY.B) (« Stingray » ou la « société »), chef de file des services musicaux multiplateformes interentreprises et des solutions multimédias en magasin, dévoilait aujourd’hui ses résultats financiers pour le troisième trimestre clos le 31 décembre 2017.

Faits saillants financiers
(en milliers de dollars, sauf les données par action)
Trimestres clos les
31 décembre
Périodes de neuf mois closes les 31 décembre
2017 2016 % 2017 2016 %
Produits 34 158 25 925 31,8 93 915 74 999 25,2
Produits récurrents 27 971 21 944 27,5 79 156 64 929 21,9
BAIIA ajusté1) 11 151 8 717 27,9 29 772 24 818 20,0
Bénéfice net (perte nette) 737 2 660 (72,3 ) (2 378 ) 6 109 (138,9 )
Par action – dilué (en $) 0,01 0,05 (80,0 ) (0,04 ) 0,12 (133,3 )
Bénéfice net ajusté2) 6 016 6 164 (2,4 ) 17 126 16 775 2,1
Par action – dilué (en $) 0,11 0,12 (8,3 ) 0,32 0,33 (3,0 )
Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation 6 589 5 598 17,7 8 710 11 940 (27,1 )
Flux de trésorerie disponibles ajustés3) 8 022 7 138 12,4 22 115 18 520 19,4
1) Le BAIIA ajusté, une mesure non conforme aux IFRS, est défini comme suit : le bénéfice net avant le montant net des charges financières, la variation de la juste valeur des placements, les impôts, l’amortissement des immobilisations corporelles et incorporelles et les radiations, la rémunération fondée sur des actions, les charges liées aux unités d’actions incessibles, aux unités d’actions attribuées en fonction de la performance et aux unités d’actions différées, les coûts d’acquisition, les frais juridiques, les charges de restructuration et d’autres coûts divers.
2) Le bénéfice net ajusté, une mesure non conforme aux IFRS, est défini comme suit : le bénéfice net avant l’amortissement des immobilisations incorporelles, la rémunération fondée sur des actions, la variation de la juste valeur des placements, les charges liées aux unités d’actions incessibles, aux unités d’actions attribuées en fonction de la performance et aux unités d’actions différées, les coûts d’acquisition, les frais juridiques, les charges de restructuration et d’autres coûts divers, déduction faite des impôts connexes.
3) Les flux de trésorerie disponibles ajustés, une mesure non conforme aux IFRS, sont définis comme suit : les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation diminués des dépenses d’investissement liées aux immobilisations corporelles et aux immobilisations incorporelles acquises séparément, de la variation nette des éléments hors trésorerie du fonds de roulement, des coûts d’acquisition, des frais juridiques, des charges de restructuration et d’autres coûts divers.

« Nos résultats du troisième trimestre témoignent de l’essor de notre entreprise, et ce, à plusieurs égards. Nous avons en outre enregistré une croissance interne de 15 %. Les produits et le BAIIA ajusté ont respectivement progressé de 32 % et de 28 %. Les acquisitions, les services de vidéo sur demande et un important contrat conclu par notre secteur de la musique pour entreprises avec une grande chaîne de pharmacies au Canada ont été les principaux inducteurs de produits. Notre capacité à continuer de générer de solides flux de trésorerie disponibles nous a permis d’accroître notre dividende de 10 % pour le porter à 0,055 $ par action. Cette augmentation est la sixième depuis notre premier appel public à l’épargne en juin 2015, a déclaré Eric Boyko, président, chef de la direction et cofondateur de Stingray.

« Au troisième trimestre, nous avons continué de faire d’importantes percées sur le marché américain, grâce notamment à la croissance interne attribuable à Yokee et aux services de vidéo sur demande. Ce marché, dont les produits se sont accrus de 61 %, compte désormais pour près de 20 % de l’ensemble de nos produits. D’ailleurs, nous nous attendons à ce que cette lancée se poursuive au cours des prochains trimestres. Les produits générés dans les « Autres pays », qui ont compté pour 33 % du total de nos produits, ont affiché une impressionnante hausse de 45 %, portés par les acquisitions de Classica, de Yokee, de Satellite Music Australia PTY Ltd (« SMA ») et de SBA Music PTY Ltd (« SBA »). Enfin, les produits générés au Canada ont crû de 16 % sous l’impulsion d’un important contrat d’affichage numérique.

« L’entente conclue en décembre dernier avec Amazon marque une autre avancée importante dans l’application de notre stratégie commerciale grand public. Cette nouvelle entente visant les deux plus importants marchés européens, soit l’Allemagne et le Royaume-Uni, est survenue dans la foulée d’une entente similaire visant le marché américain et ratifiée en juin 2017. Le potentiel de croissance par l’intermédiaire de fournisseurs de services de diffusion par contournement tels qu’Amazon et Comcast est considérable; c’est pourquoi nous lui accorderons, parallèlement à la poursuite de notre stratégie à l’intention des fournisseurs de télévision payante, une forte priorité.

« En décembre, nous avons mené à terme l’acquisition de Qello Concerts, plus important fournisseur de services de diffusion en continu par contournement pour concerts et documentaires musicaux en version intégrale sur demande au monde. Offrant ses services à plus de 70 000 abonnés répartis dans 160 pays, cette entreprise nouvellement acquise permettra à Stingray d’accroître encore davantage sa bibliothèque de contenu par l’ajout, notamment, de 2 000 concerts et documentaires musicaux.

« En octobre dernier, nous avons conclu un financement par capitaux propres de 45 millions de dollars, ce qui nous a permis de diminuer notre facilité de crédit renouvelable et notre ratio dette nette/BAIIA ajusté, lequel s’établit à 0,57x. De fait, notre excellente situation financière nous permettra de tirer parti des occasions de croissance à fort potentiel qui se présenteront dans notre domaine d’activité, qui représente une industrie de plus de 230 milliards de dollars américains, » a conclu M. Boyko.

Résultats du troisième trimestre

Les produits du troisième trimestre de 2018 ont progressé de 31,8 % pour atteindre 34,2 millions de dollars, par rapport aux 25,9 millions de dollars un an plus tôt. Cette hausse est principalement attribuable aux acquisitions de Yokee Music et de Classica, combinées à la croissance interne des services de vidéo sur demande aux États-Unis ainsi qu’aux ventes additionnelles de produits et services musicaux et de matériel liées à l’affichage numérique.

Les produits récurrents se sont élevés à 28,0 millions de dollars au troisième trimestre, en hausse de 27,5 % par rapport à ceux du trimestre correspondant de l’exercice précédent. En raison surtout de la signature d’un important contrat non récurrent au sein du secteur de la musique pour entreprises, leur proportion de l’ensemble des produits accuse un recul, s’établissant à 81,9 % pour le trimestre à l’étude, contre 84,6 % un an plus tôt. Pour le trimestre à l’étude, les produits générés au Canada ont augmenté de 15,7 % pour s’établir à 16,2 millions de dollars (47,4 % du total des produits), ceux générés aux États-Unis ont augmenté de 61,4 % pour s’établir 6,6 millions de dollars (19,4 % du total des produits), tandis que ceux générés dans d’autres pays ont connu une hausse de 45,0 % pour se chiffrer à 11,4 millions de dollars (33,2 % du total des produits).

Les produits tirés de la diffusion musicale ont augmenté de 23,2 % pour atteindre 23,8 millions de dollars, ce qui s’explique essentiellement par l’acquisition de Yokee Music en mai 2017 et de Classica au cours de l’exercice 2017, ainsi que par la croissance interne sur le marché américain, principalement les services de vidéo sur demande. Les produits tirés de la musique pour entreprises ont augmenté de 56,5 % pour s’établir à 10,4 millions de dollars, ce qui est surtout attribuable à la croissance interne des ventes de services d’installation et de matériel liées aux services d’affichage numérique et aux acquisitions de SMA et de SBA en juillet 2017.

Le BAIIA ajusté a atteint 11,2 millions de dollars (32,6 % des produits) au troisième trimestre, contre 8,7 millions de dollars (33,6 % des produits) un an plus tôt. La hausse de 27,9 % du BAIIA ajusté est d’abord attribuable aux acquisitions réalisées au cours des exercices 2018 et 2017 et à la croissance interne, facteurs partiellement contrebalancés par la hausse des charges d’exploitation liées à l’expansion à l’échelle internationale.

Au troisième trimestre, la société a déclaré un bénéfice net de 0,7 million de dollars, soit 0,01 $ par action (après dilution), comparativement à 2,7 millions de dollars, soit 0,05 $ par action (après dilution), pour la même période de l’exercice précédent. La diminution est principalement attribuable à la variation négative de la juste valeur de la contrepartie conditionnelle, ainsi qu’à l’accroissement des frais juridiques et de la charge d’amortissement des immobilisations incorporelles, facteurs contrebalancés en partie par la hausse des résultats d’exploitation.

Le bénéfice net ajusté s’est établi à 6,0 millions de dollars, soit 0,11 $ par action (après dilution), comparativement à 6,2 millions de dollars, soit 0,12 $ par action (après dilution) un an plus tôt, les charges financières et les charges nettes d’impôt plus élevées ayant été contrebalancées par la hausse du BAIIA ajusté.

Les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation se sont chiffrés à 6,6 millions de dollars au troisième trimestre de 2018, en hausse par rapport à ceux de 5,6 millions de dollars constatés un an plus tôt. Les flux de trésorerie disponibles ajustés ont augmenté pour atteindre 8,0 millions de dollars, alors qu’ils s’établissaient à 7,1 millions de dollars à la même période l’exercice précédent.

Au 31 décembre 2017, la société disposait de 4,5 millions de dollars en trésorerie et en équivalents de trésorerie ainsi que d’une facilité de crédit renouvelable de 100 millions de dollars, dont une tranche d’environ 73,4 millions de dollars restait inutilisée, ce qui lui donne les moyens de poursuivre ses acquisitions stratégiques et d’atteindre ses objectifs de croissance.

Résultats des neuf premiers mois de l’exercice

Les produits des neuf premiers mois de l’exercice 2018 ont progressé de 25,2 % pour atteindre 93,9 millions de dollars, par rapport aux produits de 75,0 millions de dollars comptabilisés pour la période correspondante de l’exercice précédent. Cette hausse est principalement attribuable aux acquisitions, combinées à la croissance interne importante.

Le BAIIA ajusté s’est accru de 20,0 % pour atteindre 29,8 millions de dollars, contre 24,8 millions de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent. Cette augmentation est d’abord attribuable aux acquisitions réalisées au cours des exercices 2018 et 2017, facteur partiellement contrebalancé par la hausse des charges d’exploitation liées à l’expansion à l’échelle internationale.

Le bénéfice net ajusté pour les neuf premiers mois de l’exercice 2018 a augmenté de 2,1 % pour s’établir à 17,1 millions de dollars, soit 0,32 $ par action (après dilution), contre 16,8 millions de dollars ou 0,33 $ par action (après dilution) pour les neuf premiers mois de l’exercice précédent.

Déclaration de dividende

Le 7 février 2018, la société a augmenté de 10 % son dividende trimestriel pour le porter à 0,055 $ par action à droit de vote subalterne, par action à droit de vote subalterne variable et par action à droit de vote multiple. Ce dividende sera payable le 15 mars 2018 ou vers cette date aux porteurs de ces actions inscrits au registre en date du 28 février 2018.

La politique de la société en matière de dividendes est assujettie au pouvoir discrétionnaire du conseil d’administration et peut varier en fonction notamment des flux de trésorerie disponibles, des résultats d’exploitation, de la situation financière, des perspectives de croissance ou de tout autre facteur que le conseil d’administration juge pertinent.

Les dividendes payés sont désignés comme étant « déterminés » aux fins de la Loi de l’impôt sur le revenu (Canada) et des dispositions équivalentes de la fiscalité provinciale et territoriale.

Autres faits saillants des activités

Le 3 janvier 2018, la société a annoncé l’acquisition de certains actifs de la société new-yorkaise Qello Concerts LLC, plus important fournisseur de services de diffusion en continu par contournement pour concerts et documentaires musicaux en version intégrale sur demande au monde, pour une contrepartie totale de 12,1 millions de dollars américains (15,2 millions de dollars).

Le 22 décembre 2017, Stingray et M7 Group, l’un des plus importants fournisseurs de télévision payante d’Europe, ont annoncé la conclusion une entente renforçant encore davantage leur partenariat de longue date. La nouvelle entente porte sur divers services qui amélioreront les expériences télévisuelle et audiovisuelle des abonnés de Canal Digitaal et d’Online.nl (aux Pays-Bas), de TV VLAANDEREN (en Belgique) et de Skylink (en République tchèque et en Slovaquie).

Au cours du trimestre, la société a lancé huit (8) nouvelles chaînes linéaires au Canada par l’entremise de Vidéotron, de Rogers, de Cogeco et de Shaw. Aux États-Unis, la chaîne Stringray Classica, service prisé de vidéo sur demande consacré à la musique classique, a été ajoutée à la plateforme Xfinity on Demand de Comcast.

Après le lancement de Stingray Classica, de Stingray DJAZZ et de Stringray Karaoke sur Amazon Channels aux États-Unis en juin 2017, la Société a ajouté avec succès des chaînes à la grille de diffusion d’Amazon Channels en Allemagne et au Royaume-Uni. Les abonnés d’Amazon Prime au Royaume-Uni peuvent désormais s’abonner à Stingray Classica et à Stingray Karaoke, alors que les abonnés de l’Allemagne ont accès à Stingray Classica sous forme, à la fois, de service de vidéo sur demande et de chaîne linéaire.

Téléconférence

La société tiendra une téléconférence pour présenter ses résultats le jeudi 8 février 2018, à 10 h (heure de l’Est). Les personnes intéressées peuvent s’y joindre en composant le 647-788-4922 (Toronto) ou le 1-877-223-4471 (sans frais). Ceux qui ne peuvent le faire pourront ultérieurement écouter un enregistrement en composant le 416-621-4642 (Toronto) ou le 1-800-585-8367 (sans frais), suivi du code « 3699338 ». L’enregistrement pourra être écouté jusqu’à minuit le 8 mars 2018.

À propos de Stingray

Stingray (TSX:RAY.A)(TSX:RAY.B) est un chef de file mondial des services musicaux multiplateformes et des expériences numériques s’adressant aux câblodistributeurs, aux établissements commerciaux, aux fournisseurs de services par contournement, aux opérateurs de télécommunications mobiles et plus encore. Stingray propose notamment des chaînes télé offertes en format linéaire et sur demande, des chaînes télé en format 4K ultra-HD, des produits de karaoké, des services d’affichage numérique, des solutions musicales pour environnements commerciaux, des applications mobiles et plus encore. S’adressant aux particuliers comme aux entreprises, Stingray offre ses services à environ 400 millions d’abonnés (ou ménages) dans 156 pays et ses applications mobiles ont été téléchargées à plus de 90 millions de reprises. Le siège social de Stingray est situé à Montréal, au Canada. L’entreprise compte présentement plus de 400 employés dans le monde. Pour en savoir davantage, visitez le www.stingray.com.

Information prospective

Le présent communiqué contient de l’information prospective au sens des lois canadiennes sur les valeurs mobilières applicables. Cette information prospective comprend, sans s’y limiter toutefois, des énoncés sur les objectifs, les convictions, les projets, les attentes, les prévisions, les estimations et les intentions de Stingray. On reconnaît généralement les énoncés contenant de l’information prospective à l’emploi de mots et d’expressions comme « pourrait », « devrait », « s’attendre à », « compter », « croire », « escompter », « prévoir », « projeter », « estimer », « planifier » et « continuer », entre autres, ou de la forme négative de ces termes ou d’une terminologie semblable, y compris des références à certaines hypothèses. Veuillez noter, toutefois, que ce ne sont pas tous les énoncés prospectifs qui contiennent ce genre de formulations. Les énoncés prospectifs reposent sur un certain nombre d’hypothèses et sont assujettis à une variété de risques et d’incertitudes qui, pour la plupart, sont indépendants de la volonté de la société. En raison de ces risques et incertitudes, les résultats réels pourraient différer sensiblement de ceux exprimés de façon explicite ou implicite dans les énoncés prospectifs. Ces risques et incertitudes comprennent, entre autres, les facteurs de risque présentés dans la notice annuelle de Stingray pour l’exercice clos le 31 mars 2017, publiée sur Sedar, au www.sedar.com. Par conséquent, la mise en garde qui précède vise toute l’information prospective contenue dans le présent communiqué, et rien ne garantit que les résultats ou les développements escomptés par Stingray se matérialiseront ou, même s’ils se matérialisent pour l’essentiel, qu’ils produiront les conséquences ou les effets attendus sur les activités, la situation financière ou les résultats d’exploitation de Stingray. Sauf indication contraire ou à moins que le contexte ne s’y oppose, les énoncés prospectifs ne sont formulés qu’en date du présent communiqué, et la société ne s’engage d’aucune façon à les mettre à jour ou à les modifier pour tenir compte de faits nouveaux ou d’événements ultérieurs ni pour quelque autre raison, à moins que la loi ne l’y oblige.

Mesures non conformes aux IFRS

La société estime que le BAIIA ajusté et la marge du BAIIA ajusté sont des mesures importantes pour l’analyse de sa rentabilité opérationnelle, abstraction faite des décisions relatives au financement, des éléments hors trésorerie et des stratégies fiscales. La comparaison avec les pairs est également facilitée étant donné que les sociétés ont rarement la même structure du capital et la même structure de financement. La société estime que le bénéfice net ajusté et le bénéfice net ajusté par action sont des mesures importantes, car elles démontrent la rentabilité nette de ses activités principales. La société est d’avis que les flux de trésorerie disponibles ajustés constituent une mesure importante pour l’évaluation de la trésorerie générée compte tenu des dépenses d’investissement et des charges non liées aux activités principales. Cette mesure démontre la trésorerie disponible pour procéder à des acquisitions d’entreprises, verser des dividendes et réduire la dette. La société estime que la dette nette et le ratio dette nette/BAIIA ajusté sont des mesures importantes pour évaluer l’importance de la dette au regard de l’état de la situation financière de la société. Toutes ces mesures financières non conformes aux IFRS ne sont pas des mesures du bénéfice ni des flux de trésorerie reconnues par les IFRS et elles n’ont pas de définition normalisée aux termes des IFRS.

Notre méthode de calcul de ces mesures financières pourrait différer de celles d’autres émetteurs et, par conséquent, notre définition de ces mesures pourrait ne pas être comparable à celle présentée par d’autres émetteurs. Les investisseurs sont priés de noter que les mesures financières non conformes aux IFRS ne doivent pas être interprétées comme des substituts du bénéfice net établi selon les IFRS en tant qu’indicateurs de notre rendement, ni des flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation en tant que mesures de la trésorerie ou des flux de trésorerie.

Rapprochement du BAIIA ajusté et du bénéfice net ajusté avec le bénéfice net

Trimestres clos les Périodes de neuf mois closes les
(en milliers de dollars canadiens) 31 déc. 2017
T3 2018
31 déc. 2016
T3 2017
31 déc. 2017
Cumul 2018
31 déc. 2016
Cumul 2017
Bénéfice net (perte nette) 737 2 660 (2 378 ) 6 109
Charges financières (produits financiers) montant net 1 746 9 3 552 1 030
Variation de la juste valeur des placements (110 ) (583 ) 1 021 (742 )
Impôts 849 706 372 1 605
Amortissement et radiation d’immobilisations corporelles 704 574 2 043 1 694
Amortissement d’immobilisations incorporelles 4 582 3 686 13 631 10 855
Rémunération fondée sur des actions 346 372 852 960
Charges liées aux unités d’actions incessibles, aux unités d’actions attribuées en fonction de la performance et aux unités d’actions différées 422 550 1 444 1 320
Coûts d’acquisition, frais juridiques, charges de restructuration et autres coûts divers 1 875 743 9 235 1 987
BAIIA ajusté 11 151 8 717 29 772 24 818
Charges financières (produits financiers), montant net (1 746 ) (9 ) (3 552 ) (1 030 )
Impôts (849 ) (706 ) (372 ) (1 605 )
Amortissement et radiation d’immobilisations corporelles et radiations (704 ) (574 ) (2 043 ) (1 694 )
Charge d’impôts liée à la variation de la juste valeur des placements, à la rémunération fondée sur des actions, aux charges liées aux unités d’actions incessibles, aux unités d’actions attribuées en fonction de la performance et aux unités d’actions différées, à l’amortissement des immobilisations incorporelles ainsi qu’aux coûts d’acquisition, frais juridiques, charges de restructuration et autres coûts divers (1 836 ) (1 264 ) (6 679 ) (3 714 )
Bénéfice net ajusté 6 016 6 164 17 126 16 775

Rapprochement des flux de trésorerie disponibles ajustés et des flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation

Trimestres clos les Périodes de neuf mois closes les
(en milliers de dollars canadiens) 31 déc. 2017
T3 2018
31 déc. 2016
T3 2017
31 déc. 2017
Cumul 2018
31 déc. 2016
Cumul 2017
Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation 6 589 5 598 8 710 11 940
Ajouter/déduire
Dépenses d’investissement (3 628 ) (1 208 ) (6 544 ) (2 711 )
Variation nette des éléments hors trésorerie du fonds de roulement liés à l’exploitation 3 186 2 005 10 714 7 304
Coûts d’acquisition, frais juridiques, charges de restructuration et autres coûts divers 1 875 743 9 235 1 987
Flux de trésorerie disponibles ajustés 8 022 7 138 22 115 18 520

Note au lecteur : Les états financiers consolidés intermédiaires résumés et le rapport de gestion sont publiés sur le site de la société, au www.stingray.com, de même que sur SEDAR, au www.sedar.com.

Mathieu Péloquin
Vice-président principal, marketing et communications
Stingray
514-664-1244, poste 2362
mpeloquin@stingray.com
www.stingray.com