Les taux d’intérêt en hausse et les potentielles taxes n’entravent pas le rendement solide du crédit à la consommation canadien au milieu de l’année 2018

Communiqué de presse

Le dernier rapport de TransUnion en date révèle une diminution soutenue des taux de défaillance importants

TORONTO, 19 sept. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Au milieu de l’année 2018, le plus récent rapport sur les données du secteur canadien de TransUnion (NYSE : TRU) indiquait que même si les obligations en matière de crédit des Canadiens continuaient leur croissance, les taux de défaillance importants avaient chuté. Ces tendances indiquent que le marché du crédit à la consommation est sain et continue son expansion. Parallèlement, même si le niveau d’endettement des consommateurs continuait à croître pendant le deuxième trimestre de 2018, le rapport de TransUnion indique qu’il augmentait à un rythme plus lent, après plusieurs années de croissance solide.

Le solde moyen de la dette non hypothécaire par consommateur a grimpé à 29 648 $ au deuxième trimestre de 2018, soit une augmentation de 3,9 % par rapport à la même période de l’année précédente. C’est le troisième trimestre consécutif pendant lequel la hausse trimestrielle est moins élevée que celle de l’année précédente, indiquant possiblement un point d’inflexion. Les taux de défaillance demeurent sous contrôle. Le pourcentage de comptes non hypothécaires en souffrance depuis 90 jours ou plus a diminué de 24 points de base par rapport aux chiffres de l’année précédente, pour atteindre 5,33 % au deuxième trimestre de 2018. Sur le plan historique, ces tendances restent relativement constantes, les consommateurs qui ont contracté des produits de crédit lors des derniers trimestres affichent des modèles de défaillance au fil du temps très similaires à ceux des consommateurs qui ont souscrit des produits de crédit lors des années précédentes.

« Nous sommes témoins de dynamiques très intéressantes au Canada en matière d’endettement des consommateurs », a déclaré Matt Fabian, Directeur des services financiers de recherche et conseil de TransUnion Canada. « Alors que la dette non hypothécaire des consommateurs continue d’augmenter, le taux de croissance ralentit et les taux de défaillance importants ont diminué. Cette situation se produit alors même que certains consommateurs peuvent ressentir certaines pressions causées par des coûts qui augmentent en raison des droits de douane. En outre, la hausse des taux d’intérêt continue, ce qui, souvent, peut faire pression sur le portefeuille des consommateurs. Par conséquent, au fur et à mesure que le coût d’emprunt augmente, certains consommateurs pourraient être plus prudents lorsque viendra le temps d’augmenter leur niveau d’endettement. Par contre, une étude antérieure de TransUnion a démontré que l’incidence de l’augmentation des taux d’intérêt pourrait ne pas être aussi grande que certains experts le suggèrent. Ce fait, jumelé à une valeur nette en croissance et à un taux de chômage peu élevé, indique un rendement solide soutenu du crédit canadien. »

Les cartes de crédit, qui constituent un produit clé dans le portefeuille de crédit du consommateur, ont continué à progresser en 2018, autant en termes de nombres de cartes émises que de soldes. Les émissions de cartes au premier trimestre de 2018 ont augmenté de 5,6 % par rapport à la même période de l’année précédente. Les émissions sont mesurées avec un trimestre de décalage du fait des retards de déclaration. Les consommateurs continuent également d’utiliser leurs cartes. Le solde total des cartes de crédit a augmenté de 3,25 % sur 12 mois, atteignant ainsi 99 milliards de dollars au terme du deuxième trimestre. Par ailleurs, les taux de défaillance importants restent sous contrôle. Le pourcentage de cartes en souffrance depuis 90 jours ou plus a perdu trois points de base sur 12 mois et atteint donc 2,37 % au deuxième trimestre de 2018. « Les consommateurs ne cessent de souscrire de nouvelles cartes, d’utiliser leurs cartes et d’honorer leurs engagements, ce qui est révélateur d’un marché du crédit sain », a assuré Matt Fabian.

Solide performance du crédit canadien au milieu de l’année 2018 

  Average Balance Annual
% Change
Serious
Delinquency Rate*
Annual
Basis Point
Change (bps)
Non-Mortgage
Consumer Debt
$29,648 3.9% 5.3% -24
Credit Cards $4,168 3.5% 3.1% -5
Installment Loans $ 32,111 10.6% 4.1% +13
Auto Loans $20,700 2.0% 1.7% -17
Lines of Credit $ 35,870 0.3% 1.1% -9
Mortgage Loans $ 260,547 4.8% 0.5% -6

*Un retard de 60 jours ou plus est considéré comme une défaillance grave pour tous les produits de crédit, sauf pour les cartes de crédit, pour lesquelles ce chiffre passe à 90 jours ou plus

TransUnion a aussi mis en évidence que la distribution des pointages de crédit à la consommation était restée constante en règle générale avec le temps, avec un certain développement du segment super préférentiel, c’est-à-dire des consommateurs de crédit qui représentent le risque le moins élevé. Cette stabilité montre que les consommateurs gèrent généralement bien leurs crédits.

« Nous avons constaté que 91 % des consommateurs canadiens étaient restés au même niveau de risque ou avaient amélioré leur niveau de risque pendant le deuxième trimestre de 2018. Voilà une excellente nouvelle pour les consommateurs, puisqu’un plus grand nombre d’entre ceux qui demanderont un prêt seront admissibles à de meilleurs taux », indique Matt Fabian.

Pour en savoir plus sur le rapport sur les données du secteur canadien de TransUnion pour le deuxième trimestre 2018, cliquez ici. Consultez le site Internet d’inscription pour participer au webinaire consacré au rapport sur les données du secteur de TransUnion pour le deuxième trimestre de 2018, qui aura lieu le 20 septembre.

Milieu de l’année 2018 : Tendances des prêts hypothécaires

Les prêts hypothécaires sont en déclin au Canada
L’activité hypothécaire est en perte de vitesse dans toutes les provinces canadiennes ces derniers trimestres. Dans l’ensemble, on constate une baisse de 3,4 % du nombre de nouveaux prêts hypothécaires émis (émissions de prêts hypothécaires) au premier trimestre de 2018 par rapport au premier trimestre de 2017, après une baisse de 8,8 % sur 12 mois au quatrième trimestre de 2017. Cette tendance tend à suggérer que les nouvelles règlementations en matière de prêts hypothécaires auraient un effet sur les consommateurs qui, soit ne sont plus éligibles à l’emprunt, soit ne sont plus en mesure d’emprunter le montant désiré. Une autre explication serait qu’ils attendent simplement d’observer comment le marché évolue face à ces nouvelles règlementations.

Les séniors canadiens à contre-courant avec une augmentation des emprunts hypothécaires
Les Canadiens des générations séniors représentent l’exception à cette tendance à la baisse des émissions de prêts hypothécaires. Cela comprend la génération silencieuse et la génération d’avant-guerre (de 73 à 93 ans), pour laquelle une augmentation sur 12 mois significative (63 %) du volume de prêts hypothécaires émis a été constatée, comme pour la génération du baby-boom (de 54 à 72 ans), avec une augmentation de 18 %. Il se peut que ces Canadiens plus âgés réhypothèquent ou empruntent contre une garantie immobilière afin de financer leur retraite ou d’apporter un soutien financier aux plus jeunes membres de leur famille.

Plus importante chute des émissions de prêts hypothécaires chez la Génération Z (de 18 à 23 ans) et la Génération Y (de 24 à 38 ans)
La chute la plus spectaculaire en matière d’émissions de prêts hypothécaires a été constatée chez les générations les plus jeunes avec un déclin de plus de 22 % sur douze mois pour la génération Z et de 19 % pour la génération Y.

Variation des émissions de prêts hypothécaires par région
Toronto a été le théâtre du plus grand ralentissement des volumes d’émissions, avec une baisse de 17,6 % au premier trimestre de 2018 par rapport à l’année précédente. En ce qui concerne Vancouver, le taux est resté relativement stable, avec une croissance de 0,8 % par rapport à l’année précédente. La plus importante augmentation du nombre d’émissions a eu lieu à Ottawa qui a connu une hausse de 8,4 % par rapport à l’année précédente, suivie de Montréal, avec 5,2 % d’augmentation par rapport à l’année précédente.

Les nouvelles règles d’admissibilité aux prêts hypothécaires associées à la montée des taux d’intérêt pourraient affecter le profil de risques des émissions
Les souscriptions au sein du niveau de risque super préférentiel ont augmenté de 4,4 % au premier trimestre sur 12 mois. Toutefois, les volumes d’émissions pour tous les autres niveaux de risque combinés ont chuté en moyenne de 8 %. Ces baisses ont été particulièrement significatives pour les niveaux de risque de seconde catégorie. Cela tend à indiquer que les nouvelles règles d’admissibilité, en combinaison avec les augmentations successives des trois derniers trimestres des taux de prêts hypothécaires ont eu une incidence négative sur leur accessibilité et pourrait affecter la participation à ce marché, en particulier pour les niveaux de risque inférieurs.

Year-over-Year Percent Changes in Originations by Risk Tier
Risk Tier/Time Period Q1 ’16 – Q1 ’17 Q1′ 17 – Q1 ’18
Super Prime -10.4% 4.4%
Prime Plus -7.5% -5.8%
Prime -9.5% -8.9%
Near Prime -14.7% -9.6%
Subprime -17.4% -15.5%

Milieu de l’année 2018 : Tendances de la dette non hypothécaire

La dette non hypothécaire moyenne canadienne est montée à 29 648 $, mais pourrait atteindre un point d’inflexion
La dette non hypothécaire moyenne par consommateur canadien a grimpé à 29 648 $ au deuxième trimestre de 2018, soit une augmentation de 3,9 % par rapport à la même période de l’année précédente. Cependant, le rythme auquel la dette augmente continue de ralentir. La dette non hypothécaire des consommateurs s’est accrue de seulement 1,6 % par rapport au dernier trimestre, contre une augmentation trimestrielle de 2,2 % par rapport à la même période de l’année précédente. C’est le troisième trimestre consécutif pendant lequel la hausse trimestrielle est moins élevée sur 12 mois.

Cela indique possiblement un point d’inflexion. Les taux d’intérêt ainsi que les coûts d’emprunt augmentent et les consommateurs canadiens pourraient avoir atteint le taux d’endettement maximal qu’ils peuvent gérer confortablement et commencent à se montrer plus prudents avant de contracter des dettes supplémentaires.

Les taux de défaillance de la dette des consommateurs ne cessent de décroître
Parallèlement, il y a eu une diminution soutenue des défaillances sur les remboursements de la dette des consommateurs; une baisse de 24 points de base des taux de défaillance importants des consommateurs, c.-à-d. du pourcentage de consommateurs à 90 jours ou plus en souffrance, l’amenant à 5,33 % au deuxième trimestre de 2018. Cette statistique indique qu’alors que le taux de croissance de la dette des consommateurs diminue, ceux-ci gèrent de façon efficace leur niveau d’endettement et ne montrent aucun signe immédiat ou répandu de dépassement de leurs possibilités financières.

Milieu de l’année 2018 : Tendances des cartes de crédit

Augmentation des émissions de cartes de crédit
La composition de la dette des consommateurs a connu une envolée du nombre de cartes de crédit émises au premier trimestre de 2018. En effet, les émissions de cartes de crédit ont globalement augmenté de 5,6 % sur 12 mois, toutes générations confondues, ce qui représente un changement spectaculaire par rapport à la chute d’environ 10 % sur 12 mois entre le premier trimestre de 2016 et le premier trimestre de 2017.

Le solde national des cartes de crédit du Canada approche une étape majeure en atteignant 99 milliards de dollars
Le solde moyen de carte de crédit a également augmenté, de 3,5 % au deuxième trimestre de 2018. Le solde moyen de carte de crédit des consommateurs se situe désormais à 4 200 $. Les consommateurs canadiens continuent d’utiliser leur carte de crédit en tant qu’instrument de paiement pratique, une tendance qui devrait se poursuivre, car de plus en plus de consommateurs font des achats en ligne.  Le marché des cartes de crédit se rapproche d’une étape majeure en avoisinant un solde de 100 milliards de dollars.

En dépit de l’utilisation croissante de la carte de crédit, les taux de défaillance baissent
Malgré l’augmentation de l’endettement par carte de crédit, la bonne nouvelle est que, dans l’ensemble, les taux de défaillance de paiement des cartes de crédit ne cessent de chuter. Au deuxième trimestre de 2018, le pourcentage de paiements par carte en souffrance depuis 90 jours ou plus a affiché une baisse de 3 points de base sur 12 mois, pour atteindre 2,37 %.

À propos du rapport sur les données du secteur canadien de TransUnion
Le rapport sur les données du secteur canadien de TransUnion est un dossier complet couvrant l’ensemble de la population canadienne. Chaque trimestre, il offre des statistiques sur la base de données nationale de TransUnion sur le crédit à la consommation. La quasi-totalité des dossiers de crédit actifs de cette base de données est agrégée afin de fournir ces chiffres. Chaque fichier contient des centaines de variables de crédit qui illustrent l’utilisation de crédit des consommateurs et les performances associées. À l’aide du rapport sur les données du secteur, les institutions des différents secteurs économiques peuvent étudier la dynamique des différents marchés sur l’ensemble d’un cycle commercial, afin de mieux comprendre le comportement des consommateurs au fil du temps ainsi que les particularités des différentes régions géographiques canadiennes. Les entreprises peuvent consulter plus de détails sur ces analyses et s’abonner au Rapport sur les données du secteur.

À propos de TransUnion (NYSE : TRU)
L’information est un instrument puissant. Chez TransUnion, nous en sommes parfaitement conscients. Nous nous engageons à fournir des renseignements de façon innovante afin qu’ils puissent être utilisés par chacun pour prendre des décisions éclairées. Nous contribuons à la découverte de tendances, de données et d’histoires uniques derrière chaque point de donnée. Cela permet à un ensemble de marchés et d’entreprise de mieux gérer leurs risques, mais également aux consommateurs de contrôler leur crédit, leurs renseignements personnels et leur identité. Aujourd’hui, TransUnion communique auprès de consommateurs et d’entreprises dans plus de 30 pays, sur cinq continents. Basée à Burlington, dans l’Ontario, TransUnion Canada propose des services locaux et son soutien à travers le Canada. Grâce à la puissance de l’information, TransUnion s’emploie à bâtir des économies et des familles plus robustes et des collectivités plus sûres dans le monde entier. Nous appelons ce concept l’information pour le bien. Consultez le site https://www.transunion.ca/fr pour en savoir plus.

Personne ressource   Dave Blumberg
    TransUnion
Courriel   david.blumberg@transunion.com
Téléphone   312-972-6646

Nouvelles de la Bourse de Toronto TSX

Nouvelles de la Bourse de croissance TSXV

Nouvelles de la Bourse de NASDAQ

Nouvelles de la Bourse de New York (NYSE)