Bombardier collaborera pleinement à l’examen de l’AMF

MONTRÉAL, 15 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Bombardier prend acte de l’annonce par l’Autorité des marchés financiers qu’elle examine les opérations entourant la mise en place par Bombardier d’un Régime d’aliénation de titres automatique (RATA) au mois d’août dernier et les différentes annonces faites depuis. Le RATA avait été revu par l’AMF préalablement à sa mise en vigueur le 15 août 2018.

Bombardier entend collaborer pleinement avec l’AMF dans le cadre de son examen. La Société a pris les dispositions nécessaires pour suspendre, jusqu’à nouvel ordre, toute vente de titres en application du RATA.

À propos de Bombardier
Avec plus de 69 500 employés répartis entre quatre secteurs d’activité, Bombardier est un leader mondial de l’industrie du transport, créant des avions et des trains novateurs qui changent la donne sur leur marché. Nos produits et nos services offrent des expériences de transport de calibre international qui établissent de nouvelles normes en matière de confort des passagers, d’efficacité énergétique, de fiabilité et de sécurité.

Avec son siège social situé à Montréal, au Canada, Bombardier possède des installations de production et d’ingénierie dans 28 pays, couvrant les secteurs Transport, Avions d’affaires, Avions commerciaux et Aérostructures et Services d’ingénierie. Les actions de Bombardier se négocient à la Bourse de Toronto (BBD). Pour l’exercice clos le 31 décembre 2017, nos revenus ont été de 16,2 milliards $ US. Vous trouverez nouvelles et information à l’adresse bombardier.com ou en nous suivant sur Twitter : @Bombardier.

Bombardier est une marque de commerce de Bombardier Inc.

Pour information

Simon Letendre
Gestionnaire,
Relations avec les médias et affaires publiques
Bombardier Inc.
+1 514 861 9481
Patrick Ghoche
Vice-président,
Relations avec les investisseurs
Bombardier Inc.
+1 514 861 5727

Invitation à la conférence téléphonique de TECSYS, le 30 novembre 2018

Annonçant les résultats financiers du deuxième trimestre de l’année fiscale 2019

MONTRÉAL, 15 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — TECSYS Inc. (TSX: TCS), rendra public ses résultats financiers du deuxième trimestre de l’année fiscale 2019 se terminant le 31 octobre 2018 le 29 novembre 2018. TECSYS tiendra une conférence téléphonique à l’intention des analystes animée par M. Peter Brereton, président et chef de la direction de TECSYS, et M. Mark J. Bentler, chef de la direction financière, à 8h30 HNE le 30 novembre 2018 afin de présenter et de commenter les résultats.

Objet: Conférence téléphonique sur les résultats du deuxième trimestre de l’année fiscale 2019
Date: le 30 novembre 2018
Heure: 8h30 HNE
Numéro de téléphone: (416) 981-9070 ou (888) 224-3715

La conférence pourra être réentendue jusqu’au 7 décembre 2018 en composant le (416) 626‑4100 ou le (800) 558-5253 (code d’accès : 21900462).

À propos de TECSYS
Par ses solutions transformatrices de gestion de la chaîne d’approvisionnement, TECSYS fournit à ses clients des outils de réussite dans un monde en mutation omni-canal. Reposant sur une véritable plateforme de gestion de la chaîne d’approvisionnement, les solutions de TECSYS comprennent la gestion d’entrepôt, de la distribution et des transports, la gestion des produits au point d’utilisation ainsi que des fonctions complètes de gestion financière et des solutions d’analyse. Les utilisateurs de la plateforme TECSYS sont sûrs de pouvoir accomplir leur mission jour après jour, malgré les fluctuations économiques et les changements technologiques. Ils savent qu’ils pourront s’adapter à tous les besoins, petits et grands, et qu’ils pourront se développer et collaborer avec leurs clients, leurs fournisseurs et leurs partenaires sans limite géographique ni frontalière. De la planification à l’exécution des commandes, TECSYS remet le pouvoir entre les mains des intervenants de première ligne et du personnel administratif, libérant les dirigeants d’entreprise de tout carcan afin qu’ils puissent accomplir leur travail d’encadrement mieux que jamais.

TECSYS est chef de file en solutions de gestion de la chaîne d’approvisionnement pour les réseaux de santé et les hôpitaux. Plus de 600 PME et sociétés figurant au palmarès Fortune 1000 lui font confiance, que ce soit dans les secteurs des soins de santé, des pièces de rechange, de la logistique tierce ou des marchés généraux de distribution en gros à haut volume. Les actions de TECSYS sont cotées à la Bourse de Toronto sous le symbole TCS.

Renseignements :
Solutions et renseignements généraux : info@tecsys.com
Relations avec les investisseurs : steve.li@tecsys.com, (514) 866-5800 ext. 4120
Relations avec les médias : media@tecsys.com

TECSYS Inc.
(514) 866-0001 or (800) 922-8649

Les déclarations contenues dans ce communiqué traitent de questions qui ne sont pas des faits historiques mais des énoncés prospectifs qui sont fondés sur les croyances et les hypothèses de l’équipe de gestion. Ces déclarations ne sont pas des garanties de rendement futur et sont assujetties à un certain nombre d’incertitudes, y compris mais non limité à la conjoncture économique future, aux marchés servis par TECSYS Inc., aux actions des concurrents, aux nouvelles tendances technologiques, et à d’autres facteurs hors du contrôle de TECSYS et qui pourraient entraîner des résultats éventuels considérablement différents de ces déclarations. De plus amples renseignements sur les risques et les incertitudes associés aux activités de TECSYS Inc. sont contenus dans la section commentaires et analyse de la direction du rapport annuel de la société et sa notice annuelle pour l’exercice terminé le 30 avril 2018. Ces documents ont été déposés auprès des commissions canadiennes des valeurs mobilières et sont disponibles sur notre site Web (www.tecsys.com) et sur celui de SEDAR (www.sedar.com).

Copyright © TECSYS Inc. 2018. Tous les noms, marques, produits et services mentionnés sont des marques de commerce déposées ou non de leurs propriétaires respectifs.

The North West Company Inc. : résultats du troisième trimestre et conférence téléphonique

WINNIPEG, Manitoba, 15 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — (TSX : NWC) : The North West Company Inc. (« North West ») tiendra une conférence téléphonique concernant ses résultats du troisième trimestre le 11 décembre 2018 à 13 h 30 (heure normale du Centre). Pour rejoindre l’appel, veuillez composer le 647-484-0473 ou le 800-289-0459 et saisir le mot de passe 836373. Cette conférence téléphonique sera archivée ; vous pouvez y accéder jusqu’au 11 janvier 2019, dernier délai, en composant le 905-694-9451 ou le 800-408-3053 et saisir le mot de passe 3004686.

Profil de la société

The North West Company Inc., par l’intermédiaire de ses filiales, est un détaillant de premier plan de produits et services alimentaires d’usage courant dans les communautés rurales et les quartiers urbains au Canada, en Alaska, dans les îles du Pacifique Sud et les Caraïbes. North West exploite 240 magasins sous les noms commerciaux de Northern, NorthMart, Giant Tiger, Alaska Commercial Company, Cost-U-Less et RiteWay Food Markets. Ses ventes annualisées avoisinent les 1,8 milliard de dollars canadiens.

Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec : Amanda E. Sutton, Vice-présidente, Secrétaire générale et juridique de The North West Company Inc. au (204) 934-1756, ou par courrier électronique : asutton@northwest.ca.

Apprenez-en davantage à notre sujet sur www.northwest.ca

 

Goodfood Market Corp. annoncera ses résultats pour le quatrième trimestre et l’exercice financier 2018  

MONTRÉAL, 15 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Goodfood Market Corp. (“Marché Goodfood” ou “la compagnie”) (TSX: FOOD) publiera ses résultats financiers pour son quatrième trimestre ainsi que pour l’exercice financier se terminant le 31 août 2018, le jeudi 22 novembre 2018, après la fermeture des marchés financiers. 

Renseignements sur la conférence téléphonique :

Quand : Le 22 novembre à 5:00:00 p.m. (heure de l’est)
Numéro à composer : 647-788-4922 ou 877-223-4471

Enregistrement de la conférence disponible jusqu’au 6 décembre 2018
1 800 585-8367 ou 416-621-4642

Pour écouter la conférence et visionner la présentation, cliquez sur le lien suivant : http://www.gowebcasting.com/9797

Le code d’accès de la conférence est le 3679066.

À propos de Marché Goodfood
Marché Goodfood est un chef de file canadien des solutions de repas à domicile. La Société livre chaque semaine à ses abonnés tous les ingrédients frais nécessaires à la préparation de repas délicieux. L’objectif de l’entreprise est de simplifier la préparation cuisine, en laissant aux utilisateurs tout le plaisir : cuisiner, partager avec les amis et la famille et savourer. Les abonnés sélectionnent en ligne leurs recettes favorites parmi une large sélection de repas originaux. La Société prépare ensuite un panier personnalisé d’ingrédients frais et effectue la livraison chez l’abonné. Les recettes sont faciles à suivre et présentées étape par étape. Le siège social de la compagnie se situe à Montréal, Canada. En date du 31 août 2018, Marché Goodfood comptait 89 000 abonnés. www.marchegoodfood.ca

Pour plus de renseignements :

Investisseurs
Philippe Adam, chef de la direction financière
(855) 515-5191
IR@makegoodfood.ca 
Médias
Philippe Letarte, Chargé de projets
(514) 843-2332
pletarte@national.ca 

Goodfood annonce un financement de 13,5 M$

MONTRÉAL, 15 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Marché Goodfood Corp. (« Goodfood » ou « la Société ») (TSX : FOOD) a annoncé la clôture d’un financement de 13,5 millions de dollars de Desjardins Marché des capitaux. Le produit du financement sera utilisé pour financer des dépenses en immobilisations liées à l’expansion, investir dans l’automatisation, refinancer la dette à long terme (2,0 millions $) et pour les besoins généraux de la Société.

« Ce nouveau financement augmente de façon importante notre capacité et notre flexibilité financières sans pour autant diluer nos actionnaires, et ce lorsque nous avons comme objectif d’avoir les coûts de production les plus bas de notre industrie afin de créer le plus de valeur possible pour nos clients et investisseurs. Cela nous permettra également de continuer à mettre en œuvre notre stratégie de croissance dynamique, d’investir davantage dans l’automatisation afin d’améliorer notre efficacité de production et de terminer l’expansion récemment annoncée de nos installations dans l’Est canadien qui, une fois agrandies, nous permettront d’augmenter notre capacité nationale de vente à 500 millions $ », a indiqué Jonathan Ferrari, chef de la direction.

Le financement par emprunt comprend un prêt à terme garanti de trois ans de 10 millions $, une facilité de crédit renouvelable de 2,5 millions $ et 1,0 million $ en financement à court terme. Le prêt à terme ainsi que la facilité de crédit renouvelable portent intérêt à un taux variable basé sur le taux des acceptations bancaires plus 2,50 %. Le prêt à terme sera remboursable en versements trimestriels de 125 000 $ à partir du 4 décembre 2020 avec un remboursement du solde de la balance à la fin du terme de 3 ans.

À propos de Marché Goodfood

Marché Goodfood est un chef de file canadien des solutions de repas à domicile. La Société livre chaque semaine à ses abonnés tous les ingrédients frais nécessaires à la préparation de repas délicieux. L’objectif de l’entreprise est de simplifier la préparation cuisine, en laissant aux utilisateurs tout le plaisir : cuisiner, partager avec les amis et la famille et savourer. Les abonnés sélectionnent en ligne leurs recettes favorites parmi une large sélection de repas originaux. La Société prépare ensuite un panier personnalisé d’ingrédients frais et effectue la livraison chez l’abonné. Les recettes sont faciles à suivre et présentées étape par étape. Le siège social de la compagnie se situe à Montréal, Canada. En date du 31 août 2018, Marché Goodfood comptait 89 000 abonnés. www.makegoodfood.ca

Pour plus d’information :
Philippe Adam, chef de la direction financière
1 855 515-5191
IR@makegoodfood.ca

Informations prospectives

Ce communiqué de presse contient des informations qui peuvent être considérées comme des « informations prospectives » au sens attribué à ce terme par les lois sur les valeurs mobilières canadiennes applicables. De telles informations prospectives peuvent inclure, mais ne se limitent pas à des informations concernant nos objectifs et les stratégies pour atteindre ces objectifs ainsi que des informations relativement à nos opinions, plans, attentes, anticipations, estimations et intentions. Ces informations prospectives se reconnaissent à l’utilisation de termes et d’expressions comme « peut », « devrait », « pourrait », « s’attend à », « a l’intention de », « estime », « anticipe », « planifie », « envisage », « croit » ou « continue », à l’utilisation de la forme négative de ces termes et expressions et à l’utilisation de toute autre terminologie semblable, dont des références à des hypothèses, bien que ce ne soient pas toutes les informations prospectives qui utilisent ces termes et ces expressions. Les informations prospectives sont fournies dans le but d’aider le lecteur à comprendre la Société et ses activités, opérations, possibilités et risques à un temps donné dans un contexte de développements historiques et possiblement futurs et, par conséquent, le lecteur est mis en garde que de telles informations peuvent ne pas être appropriées à d’autres fins. Les informations prospectives sont fondées sur un nombre d’hypothèses et comportent un certain nombre de risques et d’incertitudes, plusieurs étant hors de notre contrôle, ce qui pourrait faire en sorte que les résultats réels diffèrent de façon importante de ceux exprimés de manière explicite ou implicite dans ces informations prospectives. Ces risques et incertitudes comprennent, mais ne se limitent pas, aux facteurs de risques suivants qui sont examinés plus en détail dans la section intitulée « Facteurs de risque » du formulaire d’information annuel de la Société pour l’exercice financier clos le 31 août 2017 disponible sur SEDAR au www.sedar.com : des antécédents d’exploitation limités, des flux de trésorerie négatifs, l’industrie alimentaire, des préoccupations en matière de santé et de contrôle de qualité, la conformité réglementaire, la réglementation de l’industrie, des enjeux de sécurité publique, le rappel de produits, des dommages à la réputation de Goodfood, des interruptions de transport, la responsabilité relativement aux produits, la propriété et la protection de la propriété intellectuelle, l’évolution de l’industrie, la dépendance à une seule installation, les activités de syndicalisation, la dépendance à l’égard de la direction, des facteurs qui pourraient prévenir l’atteinte des cibles de croissance, la concurrence, la disponibilité et la qualité des matières premières, un nombre limité de produits, des règlements environnementaux et en matière de santé et sécurité des employés, des brèches de sécurité et des interruptions en ligne, la dépendance à des centres de données, la conformité aux licences de logiciels libres, les besoins futurs en capitaux, les risques opérationnels et la couverture d’assurance, la gestion de la croissance, les conflits d’intérêts, les litiges et les catastrophes. Bien que les informations prospectives ci-incluses soient fondées sur ce que nous croyons être des hypothèses raisonnables, les lecteurs sont avertis de ne pas se fier indûment à ces informations, puisque les résultats actuels peuvent varier des informations prospectives. Lors de la préparation de ces informations prospectives, certaines hypothèses ont été faites concernant la disponibilité des ressources en capital, la performance de l’entreprise, les conditions du marché et la demande des consommateurs. Par conséquent, les mises en garde qui précèdent s’appliquent à toutes les informations prospectives ci-incluses et il n’y a aucune garantie que les résultats ou les progrès anticipés se réaliseront ou, même s’ils se réalisent en grande partie, qu’ils entraîneront les retombées ou effets escomptés pour notre entreprise, notre condition financière ou nos résultats d’exploitation. De plus, toute déclaration concernant les résultats financiers (y compris, mais sans se limiter, aux revenus, ventes, marges et rentabilité en général ou concernant un aspect des activités de la Société) est faite à un moment donné. Il n’y a aucune garantie que des résultats antérieurs peuvent se répéter et les futurs résultats peuvent varier de façon importante. À moins d’avis contraire ou que le contexte ne l’exige, les informations prospectives ci-incluses sont faites en date des présentes et nous ne nous engageons pas à mettre à jour ou modifier ces informations prospectives en raison de nouvelles informations, d’événements futurs ou autrement, sauf si nous y sommes tenus par les lois applicables. 

L’Office fédéral des transports de Suisse accorde le permis d’exploitation aux trains à deux niveaux TWINDEXX

  • L’Office fédéral des transports de Suisse accorde les permis d’exploitation aux nouveaux trains à deux niveaux des Chemins de fer fédéraux (CFF) suisses pour le trafic longue distance sur les lignes interurbaines et interrégionales
  • L’approbation ouvre ainsi la voie au changement d’horaire à venir.

BERLIN, 15 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) —

Note aux rédacteurs : Pour voir les photos associée à ce communiqué, veuillez visiter les liens suivant :

http://www.globenewswire.com/NewsRoom/AttachmentNg/a33268af-6090-4343-af2f-95385316305a/fr 

http://www.globenewswire.com/NewsRoom/AttachmentNg/6dcbba74-d600-44d2-80e3-0a42017c0915/fr 

Le 14 novembre 2018, l’Office fédéral des transports (OFT) de Suisse a accordé le permis d’exploitation aux nouvelles rames automotrices à deux niveaux des Chemins de fer fédéraux (CFF) suisses pour le trafic longue distance sur les lignes interurbaines et interrégionales. Ainsi, une étape importante serait franchie dans la mise en service des nouveaux trains dans le nouvel horaire des CFF, qui commencera le 9 décembre 2018. Le permis d’exploitation a été octroyé pour une période limitée à deux ans. Ces procédures ne se répercutent pas sur les activités des CFF ni sur les passagers.

Avec le train BOMBARDIER TWINDEXX Express, Bombardier met à la disposition de l’OFT et de la population helvète usagère de transport longue distance une rame automotrice à deux niveaux moderne et confortable. Le train offre jusqu’à 1 300 places assises, de vastes espaces pour les bagages, un embarquement aisé pour tous les passagers, des prises électriques dans toutes les voitures, peu importe la classe, un système d’information-passagers moderne et la réservation électronique des places assises. Selon les versions, les trains disposent de voitures-restaurants, de compartiments familiaux et, dans toutes les configurations, d’installations qui permettent à tous les groupes de passagers d’utiliser ce transport de façon autonome, sûre et confortable. Pour une sécurité optimale, les trains sont équipés d’alarme incendie et de surveillance vidéo. Avec leur efficacité énergétique supérieure, ils sont sécuritaires et écologiques, même à des vitesses de 200 km/h.

À propos de Bombardier Transport
Bombardier Transport est un fournisseur mondial de solutions de mobilité qui ouvre la voie avec le plus vaste portefeuille du secteur ferroviaire. Elle offre une gamme complète de solutions : des trains aux sous-systèmes et à la signalisation jusqu’à des systèmes de transport complets clé en main, la technologie de mobilité électrique et les services de maintenance axés sur les données. Combinant technologie et performance avec empathie, Bombardier fournit des solutions intégrées très avantageuses pour les exploitants, les passagers et l’environnement. Ses produits et services sont en exploitation dans plus de 60 pays. Bombardier Transport, dont le siège mondial est situé à Berlin, en Allemagne, emploie environ 39 850 personnes.

À propos de Bombardier
Avec plus de 69 500 employés répartis entre quatre secteurs d’activité, Bombardier est un leader mondial de l’industrie du transport, créant des avions et des trains novateurs qui changent la donne sur leur marché. Nos produits et nos services offrent des expériences de transport de calibre international qui établissent de nouvelles normes en matière de confort des passagers, d’efficacité énergétique, de fiabilité et de sécurité.

Avec son siège social situé à Montréal, au Canada, Bombardier possède des installations de production et d’ingénierie dans 28 pays, couvrant les secteurs Transport, Avions d’affaires, Avions commerciaux et Aérostructures et Services d’ingénierie. Les actions de Bombardier se négocient à la Bourse de Toronto (BBD). Pour l’exercice clos le 31 décembre 2017, nos revenus ont été de 16,2 milliards $ US. Vous trouverez nouvelles et information à l’adresse bombardier.com ou en nous suivant sur Twitter : @Bombardier.

Notes aux rédacteurs
Pour des communiqués, de la documentation connexe et des photos, visitez notre galerie de presse à l’adresse www.rail.bombardier.com/en/newsroom.html. Pour recevoir nos communiqués, visitez notre section fil de presse RSS ou suivez Bombardier Transport sur Twitter @BombardierRail.

Bombardier et TWINDEXX sont des marques de commerce de Bombardier Inc. ou de ses filiales.

Pour information

Andreas Bonifazi
+41 79 476 51 15 
ext.andreas.bonifazi@rail.bombardier.com 
Relations avec les médias internationaux
+49 30 98607 1687
press@rail.bombardier.com

Vous pouvez également adresser vos questions spécifiques à nos contacts mondiaux.

Suncor Énergie déclare un dividende et modifie l’offre publique de rachat dans le cours normal des activités

Tous les montants sont en dollars canadiens.

CALGARY, Alberta, 14 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) —  Le conseil d’administration de Suncor Énergie a approuvé un dividende trimestriel de 0,36 $ par action sur ses actions ordinaires, payable le 24 décembre 2018 aux actionnaires inscrits à la fermeture des bureaux le 3 décembre 2018.

Suncor a aussi annoncé aujourd’hui que la Bourse de Toronto (TSX) a accepté un avis déposé par Suncor dont l’intention est de modifier son offre publique de rachat dans le cours normal des activités (l’« offre publique de rachat dans le cours normal des activités ») à compter du 19 novembre 2018 afin de racheter des actions ordinaires dans le cadre de son programme de rachat par l’intermédiaire de la TSX, de la Bourse de New York ou d’autres plateformes de négociation. L’avis prévoit que Suncor peut augmenter le nombre maximal d’actions ordinaires susceptibles d’être rachetées au cours de la période commençant le 4 mai 2018 et se terminant le 3 mai 2019 pour passer d’environ 2,15 G$, soit environ 3 % des actions ordinaires émises et en circulation de Suncor au 30 avril 2018, à environ 3 G$, soit environ 5 % des actions ordinaires émises et en circulation de Suncor au 30 avril 2018. La décision d’augmenter l’offre publique de rachat dans le cours normal des activités avait été préalablement annoncée dans le communiqué de Suncor sur les résultats du deuxième trimestre le 25 juillet 2018. Aucune autre condition de l’offre publique de rachat dans le cours normal des activités n’a été modifiée.

Entre le 4 mai et le 13 novembre 2018 et dans le cadre de l’offre publique de rachat dans le cours normal des activités, Suncor a déjà racheté pour environ 1,98 G$ d’actions ordinaires sur le marché libre. Dans le cadre de l’offre publique de rachat dans le cours normal des activités (dans sa version modifiée), Suncor a convenu qu’elle ne rachètera pas plus que 81 695 830 d’actions ordinaires, dont 39 101 184 ont déjà été rachetées entre le 4 mai et le 13 novembre 2018.

Le nombre réel d’actions ordinaires pouvant être rachetées et le moment des rachats seront déterminés par Suncor. Suncor estime que, selon le cours de ses actions ordinaires et selon d’autres facteurs pertinents, le rachat de ses actions représente une occasion de placement intéressante et est dans l’intérêt supérieur de la Société et de ses actionnaires. La Société ne s’attend pas à ce que la décision d’utiliser de la trésorerie pour racheter des actions ait une incidence sur sa stratégie de croissance à long terme.

Entre le 14 novembre 2017 et le 1er mai 2018, aux termes de son offre publique de rachat dans le cours normal des activités précédente, Suncor a racheté pour 926 millions $ de ses actions ordinaires (20 936 298) au prix moyen pondéré de 44,21 $ chacune.

Mise en garde – renseignements de nature prospective

Le présent communiqué contient certains renseignements et énoncés prospectifs (collectivement, les « énoncés prospectifs ») au sens attribué à ce terme par les lois canadiennes et américaines applicables régissant les valeurs mobilières. Les énoncés prospectifs du présent communiqué incluent des références à ce qui suit : l’offre publique de rachat dans le cours normal des activités de Suncor, incluant le fait que Suncor estime que, selon le cours de ses actions ordinaires et d’autres facteurs pertinents, le rachat de ses propres actions représente une occasion de placement intéressante et est dans l’intérêt supérieur de la Société et de ses actionnaires, ainsi que l’attente de la Société selon laquelle la décision d’utiliser de la trésorerie pour racheter des actions n’aura pas d’incidence sur sa stratégie de croissance à long terme. Certains énoncés prospectifs se reconnaissent à l’emploi d’expressions comme « peut », « s’attend » et « estime » et autres expressions analogues.

Les énoncés prospectifs reposent sur les attentes actuelles, les estimations, les projections et les hypothèses de la Société à la lumière de l’information qui était à sa disposition au moment où ces énoncés ont été formulés et en fonction de l’expérience de Suncor et de sa perception des tendances historiques, notamment les attentes et hypothèses au sujet de l’exactitude des estimations des réserves et des ressources; les prix des marchandises, les taux d’intérêt et les taux de change; le rendement des actifs et de l’équipement; la rentabilité des capitaux et les économies de coûts; les lois et les politiques gouvernementales applicables; les niveaux de production futurs; la suffisance des dépenses en immobilisations budgétées pour l’exécution des activités planifiées; la disponibilité et le coût de la main-d’œuvre, des services et de l’infrastructure; la capacité des tiers à remplir leurs obligations face à  Suncor; l’exécution des projets; et la réception en temps utile des approbations des autorités de réglementation et des tiers.

Les énoncés prospectifs ne sont pas des garanties d’un rendement futur et comportent un certain nombre de risques et d’incertitudes, dont certains sont similaires à ceux qui touchent d’autres sociétés pétrolières et gazières et d’autres sont propres à Suncor. Les résultats réels de Suncor pourraient différer de façon importante de ceux exprimés ou suggérés de manière implicite dans ses énoncés ou renseignements prospectifs; le lecteur est donc averti de ne pas s’y fier indûment.

Le rapport de gestion de Suncor daté du 31 octobre 2018 et sa notice annuelle, le formulaire 40-F et le rapport annuel aux actionnaires, chacun daté du 1er mars 2018, et les autres documents qu’elle dépose périodiquement auprès des autorités en valeurs mobilières décrivent les risques, incertitudes et hypothèses importants et les autres facteurs qui pourraient avoir une incidence sur les résultats réels et de tels facteurs sont incorporés aux présentes par voie de référence. On peut se procurer gratuitement des exemplaires de ces documents à Suncor au 150, 6th Avenue S.W., Calgary (Alberta) T2P 3E3, en en faisant la demande par courriel à invest@suncor.com, en téléphonant au 1-800-558-9071, en allant à suncor.com/rapportsfinanciers ou en consultant le profil de la Société sur SEDAR au sedar.com ou EDGAR au sec.gov. Sauf dans les cas où les lois applicables sur les valeurs mobilières l’exigent, Suncor se dégage de toute intention ou obligation de mettre à jour ou de réviser publiquement ses renseignements de nature prospective, que ce soit en raison de nouvelles informations, d’événements futurs ou d’autres circonstances.

Suncor Énergie est la plus importante société énergétique intégrée du Canada. Les activités de Suncor sont reliées notamment au développement et à la valorisation des sables pétrolifères, à la production pétrolière et gazière extracôtière, au raffinage du pétrole et à la commercialisation des produits sous la marque Petro-Canada. À titre de membre des indices de durabilité Dow Jones, FTSE4Good et CDP, Suncor exploite les ressources pétrolières de façon responsable, ainsi qu’un portefeuille croissant de sources d’énergie renouvelable. Suncor est inscrite à l’indice boursier UN Global Compact 100. Les actions ordinaires de Suncor (symbole : SU) sont inscrites à la Bourse de Toronto et à la Bourse de New York.

Pour plus d’information à propos de Suncor, visitez notre site Web à suncor.com ou suivez-nous sur Twitter @Suncor ou sur ensemble.suncor.com

Demandes des médias :
403-296-4000
media@suncor.com

Demandes des investisseurs :
800-558-9071
invest@suncor.com

 

Technologies D-BOX annonce une hausse de 6 % de ses revenus pour son deuxième trimestre clos le 30 septembre 2018

LONGUEUIL, Québec, 14 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Technologies D-BOX Inc. (TSX : DBO), un chef de file mondial de l’industrie du divertissement immersif, annonce des revenus de 8,1 millions de dollars pour son deuxième trimestre, soit une hausse de 6 % comparativement à l’exercice précédent, ainsi qu’un accroissement des revenus récurrent de 15 % pour atteindre 2,1 millions de dollars au cours de la période de trois mois clos le 30 septembre 2018. 

FAITS SAILLANTS FINANCIERS

Faits saillants du deuxième trimestre clos le 30 septembre 2018

Comparaison avec le deuxième trimestre clos le 30 septembre 2017 :

  • Revenus trimestriels totalisant 8,1 millions de dollars en hausse de 6 % comparativement à 7,7 millions de dollars.
  • Revenus récurrents totalisant 2,1 millions de dollars, en hausse de 15 % comparativement à 1,8 million de dollars.
  • BAIIA ajusté représentant 127 k$ comparativement à 176 k$.
  • Revenus récurrents représentant 26 % des revenus totaux comparativement à 24 %.
  • Perte nette de 748 k$ comparativement à 840 k$.

Faits saillants de la prériode de six mois clos le 30 septembre 2018

Comparaison avec la période de six mois clos le 30 septembre 2017 :

  • Revenus en hausse de 11 % pour atteindre 17,6 millions de dollars, comparativement à 15,8 millions de dollars.
  • Revenus récurrents totalisant 4,7 millions de dollars, en hausse de 18 % comparativement à 4,0 millions de dollars.
  • BAIIA ajusté de 1,3 million de dollars pour 2018 comparativement à 0,6 million de dollars.
  • Revenus récurrents représentant 27 % des revenus totaux comparativement à 25 %.
  • Perte nette de 977 k$ comparativement à une perte nette de 1 824 k$.
Deuxième trimestre et période de six mois clos le 30 septembre 2018
(en milliers de dollars sauf pour les données par actions)
  Deuxième trimestre Six mois
2018   2017   2018   2017  
Revenus 8 086   7 653   17 598   15 794  
Perte nette (748 ) (840 ) (977 ) (1 824 )
BAIIA Ajusté* 127   176   1 284   553  
Perte nette de base et diluée   (0,004 )   (0,004 )   (0,006 )   (0,010 )
Données du bilan consolidé
  Au 30 septembre 2018 Au 31 mars 2018
Trésorerie et équivalents de trésorerie 8 423   10 141  

* Se référer à la rubrique « Mesures non conformes » du Rapport de gestion en date du 14 novembre 2018.

FAITS SAILLANTS OPÉRATIONNELS

  • D-BOX a célébré l’installation récente de fauteuils de mouvement D-BOX dans plusieurs cinémas d’Allemagne qui lui fait franchir un jalon important avec plus de 100 salles ainsi équipées.
  • D-BOX installera des fauteuils de mouvement inclinables dans deux salles plein écran. La première installation est prévue pour novembre au cinéma Maya Bakersfield en Californie. La seconde installation suivra dès décembre au cinéma Maya North Las Vegas et sera terminée à temps pour la saison occupée de la sortie des grandes productions cinématographiques.  De plus, D-BOX ajoutera également des fauteuils inclinables dans une salle entièrement rénovée au Boulevard Mall avec les cinémas Galaxy de Las Vegas. Le géant du divertissement canadien a confirmé l’ajout de sièges inclinables avec les cinémas IMAX Galaxy Riverbank Luxury dans le but de moderniser une de ses salles de cinéma.  Également, D-BOX poursuit sa collaboration avec Cinemark aux États-Unis avec l’ajout de fauteuils de mouvement D-BOX dans deux nouvelles salles.
  • D-BOX a annoncé l’ajout de sièges dans plusieurs auditoriums répartis dans cinq pays avec l’exploitant américain Cinemark. Cette entente bonifie l’installation de sièges de mouvement dans des cinémas existants de Colombie, du Brésil et du Pérou ainsi que dans deux nouvelles salles au Chili. De plus, le Nicaragua pourra désormais expérimenter la technologie D-BOX pour la première fois dans deux salles. 
  • D-BOX poursuit son expansion en Chine par le biais d’un nouveau contrat avec Link Digital Cinema China Technology (Beijing) Co. Ltd. (Link DC).  L’entreprise asiatique a récemment conclu une entente visant l’achat supplémentaire des systèmes de mouvement D-BOX afin de tirer profit de la demande croissante pour des expériences de divertissement de grande qualité.
  • D-BOX et Secret Location, un studio de création de contenu de réalité virtuelle (RV) sur des plateformes émergentes, ont signé une entente qui fait de Secret Location le fournisseur de plateformes de gestion de contenu de D-BOX.  En vertu de ce partenariat stratégique, Secret Location devient le principal distributeur de contenus de RV activés par D-BOX et destinés aux environnements de divertissement.  Essentiellement, ce nouvel accord améliorera la distribution et l’offre de contenu choisis par les clients. Globalement, cette collaboration accélérera l’adoption et contribuera au succès global de l’industrie de la RV dans les centres de divertissement.

Claude Mc Master, président et chef de la direction de D‑BOX, a dévoilé les résultats de la société pour le deuxième trimestre. « D-BOX continu de déployer ses installations et d’accroitre son empreinte qui se reflètent par la croissance de ses revenus ».

INFORMATION SUPPLÉMENTAIRE RELATIVE AU DEUXIÈME TRIMESTRE CLOS LE 30 SEPTEMBRE 2018

L’information financière inhérente au deuxième trimestre ayant pris fin le 30 septembre 2018 devrait être lue conjointement avec les états financiers consolidés intermédiaires, résumés et non audités de la société et le Rapport de gestion de l’entreprise en date du 14 novembre 2018. Ces documents peuvent être consultés au www.sedar.com.

PERSPECTIVES

D-BOX exerce ses activités dans deux grands secteurs : le marché du divertissement et le marché de la simulation et de la formation, lesquels se déclinent en plusieurs sous marchés distincts. Les activités de développement des affaires de la Société visent à augmenter les ventes de systèmes de mouvement ainsi qu’à favoriser la croissance de ses revenus récurrents. Cette stratégie viendra solidifier la position de D-BOX dans certains sous marchés spécifiques et facilitera la pénétration de nouveaux marchés.

L’expertise de D-BOX dans le domaine de la simulation immersive de mouvement réaliste lui permet de se positionner comme une entreprise qui participe largement à la croissance du marché de la réalité virtuelle. L’entreprise développe activement de nouvelles applications pour la réalité virtuelle et d’autres marchés connexes. La technologie exclusive de D‑BOX permet également de bonifier l’expérience de la réalité virtuelle en réduisant potentiellement l’inconfort parfois associé à ce genre d’expériences. D-BOX se concentre particulièrement sur cette nouvelle tendance puisque le marché de la réalité virtuelle et celui de la réalité augmentée sont en pleine croissance et pourront atteindre, selon plusieurs sources de l’industrie, des milliards de dollars dans un avenir rapproché.

RAPPROCHEMENT DU BAIIA AJUSTÉ AU BÉNÉFICE NET (OU LA PERTE NETTE)*

Le BAIIA ajusté fournit de l’information utile et complémentaire qui permet notamment d’évaluer la rentabilité de l’entreprise et son flux de trésorerie en fonction de ses activités d’exploitation. Il inclut le bénéfice net (perte nette) et exclut l’amortissement, les charges financières nettes de revenus, les impôts, la radiation d’immobilisations corporelles et incorporelles, les paiements fondés sur les actions, la perte (le gain) liée aux taux de change et les dépenses non récurrentes liées aux coûts de restructuration.

  Deuxième trimestre
clos le 30 septembre
Six mois
clos le 30 septembre
2018   2017   2018   2017  
Perte nette (748 ) (840 ) (977 ) (1 824 )
Amortissement des immobilisations corporelles 538   576   1 110   1 170  
Amortissement des actifs incorporels 204   165   405   326  
Amortissement des autres actifs 1   1   2   2  
Résultat financier 128   131   262   267  
Impôts sur le résultat 50   4   78   5  
Charge au titre des paiements fondés sur les actions 38   80   93   136  
Perte de change (84 ) 59   311   214  
Frais de restructuration ___   ___   ___   257  
 BAIIA ajusté 127   176   1 284   553  

* Se référer à la rubrique « Mesures non conformes » du Rapport de gestion en date du 14 novembre 2018.

À PROPOS DE D-BOX

D-BOX redéfinit et crée des expériences de divertissement immersif hyperréalistes en faisant bouger le corps des cinéphiles et en stimulant leur imagination grâce à sa technologie de mouvement. Cette expertise explique pourquoi D-BOX a collaboré avec les meilleures entreprises du monde pour raconter des histoires captivantes. Qu’il s’agisse de films, de jeux vidéo, d’applications de réalité virtuelle, de divertissement thématique ou de simulateurs professionnels, la mission de D-BOX est de faire vibrer le monde.

Technologies D-BOX Inc. est une société canadienne cotée à la Bourse de Toronto (TSX : DBO). Son siège social est situé à Montréal et elle possède des bureaux à Los Angeles, aux États-Unis et à Beijing, en Chine.

D-BOXMD, D-BOX Motion CodeMD, LIVE THE ACTIONMD, ARCHITECTE DU MOUVEMENTMD, MOVE THE WORLD et FEEL IT ALL sont des marques de commerce de Technologies D-BOX inc. Les autres noms sont uniquement publiés à titre indicatif et peuvent représenter des marques de commerce de leurs propriétaires respectifs.

MISE EN GARDE QUANT AUX ÉNONCÉS PROSPECTIFS

Certains énoncés du présent document, y compris ceux exprimant les attentes ou les estimations de la direction quant au rendement futur de l’entreprise, constituent des « énoncés prospectifs » au sens des lois sur les valeurs mobilières applicables. Ces énoncés prospectifs sont nécessairement fondés sur un certain nombre d’estimations et de présomptions qui, bien que la direction les considère comme vraisemblables en ce moment, sont par nature assujettis à des incertitudes et contingences d’ordre commercial, économique et concurrentiel. Les investisseurs sont donc avisés de ne pas se fier indûment à ces énoncés prospectifs. D-BOX décline toute intention ou obligation de mettre à jour publiquement ces énoncés prospectifs, que ce soit en raison de nouvelles informations, d’événements futurs ou de quelque autre motif que ce soit.

POUR PLUS DE RENSEIGNEMENTS, COMMUNIQUEZ AVEC :

  Relations avec les investisseurs : 
Jean-François Lacroix  Glen Akselrod 
Chef des finances  Fondateur
Technologies D-BOX Inc.    Bristol Capital Ltd. 
450-876-1227  905-326-1888, poste 10
jflacroix@d-box.com  glen@bristolir.com 

Suncor annonce le départ à la retraite de Steve Williams et le plan de transition

Mark Little, chef de l’exploitation, est nommé président et deviendra chef de la direction à l’assemblée générale annuelle 2019 de Suncor

CALGARY (Alberta), 14 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Suncor a annoncé aujourd’hui que Steve Williams prendra sa retraite à titre de chef de la direction lors de l’assemblée générale annuelle de la Société le 2 mai 2019. Mark Little, chef de l’exploitation, est nommé président, avec prise d’effet immédiate, et assumera les fonctions de chef de la direction au moment du départ à la retraite de M. Williams en mai prochain.

« Steve a démontré un leadership exceptionnel à titre de président et chef de la direction à Suncor, a déclaré Mike Wilson, président du conseil d’administration de Suncor. Steve est à Suncor depuis 16 ans et a de nombreuses contributions à son actif, notamment en ayant permis à l’entreprise d’accroître sa fiabilité et sa rentabilité et de s’améliorer sur le plan de l’environnement et de la sécurité grâce à l’excellence opérationnelle, et en assurant sa résilience à long terme. »

M. Wilson a ajouté : « Il a veillé à la croissance rentable de Suncor grâce à des acquisitions stratégiques et des projets bien exécutés, dont celui de Fort Hills, ce qui a monté la barre pour notre industrie compte tenu de la réussite de la gestion et de la mise en service graduelle du projet, du déploiement de la technologie et de la mobilisation des communautés autochtones. Il a pris les devants lorsque Suncor a fait preuve de leadership dans le développement durable en améliorant la performance de Suncor sur le plan économique, environnemental et social, et en influant sur l’industrie avec la formation d’organismes axés sur la technologie, dont la Canada’s Oil Sands Innovation Alliance et son prédécesseur, l’Oil Sands Leadership Initiative. Il s’est aussi illustré comme dirigeant influent dans le cadre de forums canadiens et internationaux, étant membre du conseil d’administration du Conseil canadien des affaires, du comité consultatif de la Commission de l’écofiscalité du Canada ainsi que de la délégation fédérale officielle lors de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique à Paris. »

« Je me considère extrêmement privilégié d’avoir fait partie de Suncor, œuvrant au sein d’une équipe hautement efficace qui a élaboré et exécuté notre stratégie commerciale. Je suis très fier de ce que nous avons accompli ensemble – montant la barre concernant le rendement, faisant croître l’entreprise de façon rentable et démontrant du leadership dans le développement durable, tout en redistribuant de la valeur aux actionnaires de façon soutenue, a déclaré M. Williams. Je tiens à remercier les employés de Suncor qui, dans le cours de leur travail quotidien, reflètent notre dévouement et notre engagement envers les actionnaires et leurs collectivités. Je tiens aussi à remercier notre équipe de direction de ses conseils stratégiques ainsi que notre conseil d’administration de son soutien indéfectible.

« Ce fut un privilège de diriger Suncor. Je fais cette transition maintenant, sachant que le moment est bien choisi, a ajouté M. Williams. Grâce à une stratégie solide, axée sur l’excellence opérationnelle et la gestion rigoureuse du capital, un bilan sain et un accent soutenu sur le développement durable ainsi que la technologie et l’innovation, l’avenir de Suncor sous la direction de Mark me rend très optimiste. »

« Nous sommes heureux de nommer Mark président de Suncor, a indiqué Mike Wilson. Il s’agit d’une autre étape importante dans un plan de relève du chef de la direction qui a été élaboré et exécuté avec soin. Au cours de ses dix années avec l’entreprise, Mark a collaboré étroitement avec Steve, manifestant une connaissance approfondie des activités de Suncor de même qu’un engagement ferme envers la stratégie commerciale éprouvée de Suncor et son modèle intégré. Il a aussi une compréhension aiguë des enjeux et des occasions qui se présentent dans notre industrie, ce qui sera d’une importance cruciale pour la réussite dans ses nouvelles fonctions. »

« J’ai pleinement confiance dans la capacité de Mark de diriger l’entreprise, a précisé M. Williams. Sa grande expérience, son sens des affaires, sa passion et son énergie seront de précieux atouts pour son travail et pour Suncor. En 2017, nous avons nommé Mark chef de l’exploitation en raison de son leadership, sa perspective stratégique, ses connaissances et son expertise. Il a manifesté un engagement ferme en matière de sécurité, de fiabilité opérationnelle et d’amélioration continue, ainsi qu’une détermination personnelle à mobiliser les communautés autochtones. »

Mark Little s’est joint à Suncor en 2008 et l’année suivante a joué un rôle déterminant dans l’intégration réussie de Suncor et Petro-Canada à la suite de la fusion. Il a ensuite occupé divers postes de direction dans les activités liées aux sables pétrolifères et les activités internationales et extracôtières. Il a été nommé chef de l’exploitation en décembre 2017, assumant la responsabilité de l’ensemble de l’exploitation de Suncor et de ses nombreux services généraux.

Avant de se joindre à Suncor, Mark dirigeait des projets de mise en valeur des sables pétrolifères pour le compte d’une importante entreprise énergétique internationale. Il a également occupé des postes de direction dans la production tirée des sables pétrolifères et les activités de raffinage, la planification stratégique, l’environnement, la santé et la prévention ainsi que dans le commerce des produits énergétiques.

« Je me réjouis à l’idée d’occuper ces nouvelles fonctions, a précisé M. Little. Je tiens à remercier Steve de son leadership et sa vision. Les bases solides qu’il a jetées font en sorte que Suncor est très bien positionnée. C’est avec plaisir que je guiderai Suncor pour que nous continuions sur la voie de la réussite. »

L’annonce d’aujourd’hui témoigne de la planification et du leadership rigoureux de Suncor relativement à la relève et elle met en lumière la discipline et la planification qui ont permis à l’entreprise d’atteindre des objectifs commerciaux ambitieux. Cela inclut la réduction des coûts d’exploitation, les flux de trésorerie réguliers et le retour de liquidités aux actionnaires, comme en attestent les 16 années consécutives d’augmentation du dividende, permettant à l’entreprise de maintenir sa proposition de valeur intéressante pour les investisseurs. Suncor a aussi continué à faire croître sa production, tout en faisant preuve de leadership dans le développement durable au moyen des améliorations soutenues de sa performance environnementale et sociale. 

Suncor Énergie est la plus importante société énergétique intégrée du Canada. Les activités de Suncor sont reliées notamment au développement et à la valorisation des sables pétrolifères, à la production pétrolière et gazière extracôtière, au raffinage du pétrole et à la commercialisation des produits sous la marque Petro-Canada. À titre de membre des indices de durabilité Dow Jones, FTSE4Good et CDP, Suncor exploite les ressources pétrolières de façon responsable, ainsi qu’un portefeuille croissant de sources d’énergie renouvelable. Suncor est inscrite à l’indice boursier UN Global Compact 100. Les actions ordinaires de Suncor (symbole : SU) sont inscrites à la Bourse de Toronto et à la Bourse de New York.

Pour plus d’information à propos de Suncor, visitez notre site Web à suncor.com, suivez-nous sur Twitter @Suncor ou allez à ensemble.suncor.com.

Demandes des médias :
403-296-4000
media@suncor.com

Demandes des investisseurs :
800-558-9071
invest@suncor.com

Saputo annonce le renouvellement de son programme de rachat dans le cours normal des activités

MONTRÉAL, 14 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Saputo inc. (« Saputo » ou la « Société ») (TSX : SAP) a annoncé aujourd’hui qu’elle a reçu l’autorisation de la Bourse de Toronto (« TSX ») pour renouveler son programme de rachat dans le cours normal des activités (« programme de rachat »), afin de racheter, à des fins d’annulation, jusqu’à 8 000 000 d’actions ordinaires (« actions ordinaires »), ce qui représente environ 2 % de ses 388 706 603 actions ordinaires émises et en circulation au 5 novembre 2018. Dans le cas où le nombre d’actions ordinaires que la Société peut racheter dans le cadre du programme de rachat a été atteint, la Société a l’intention d’appliquer à la TSX pour amender le programme de rachat afin d’augmenter le nombre d’actions ordinaires autorisées à être rachetées conformément aux règles de la TSX.

Le programme de rachat sera réalisé conformément à la réglementation en vigueur durant la période commençant le 19 novembre 2018 et se terminant au plus tard le 18 novembre 2019, au moyen de transactions sur le marché libre par l’intermédiaire de la TSX ou par l’intermédiaire de systèmes de négociation parallèles canadiens ou par tout autre moyen pouvant être autorisé par un organisme de réglementation des valeurs mobilières, soit, notamment, au moyen d’opérations croisées prédéterminées, d’offres franches et de conventions de gré à gré conclues aux termes d’une dispense de l’offre publique de rachat délivrée par un organisme de réglementation des valeurs mobilières au Canada. La contrepartie en espèces qui sera versée par la Société pour toute action ordinaire rachetée sur le marché libre en vertu du programme de rachat correspondra au cours du marché des actions ordinaires au moment du rachat. Les achats effectués au moyen d’opérations croisées prédéterminées, d’offres franches et de conventions de gré à gré peuvent être et, seraient dans le cas d’achats au moyen de conventions de gré à gré, à un prix inférieur au cours du marché en vigueur des actions ordinaires au moment de l’achat. Pendant les six mois de calendrier terminés le 31 octobre 2018, la moyenne quotidienne des opérations réalisées sur les actions ordinaires de Saputo a été de 422 913 actions ordinaires. Par conséquent, la Société est autorisée à racheter, au moyen de transactions sur le marché libre, sur tout jour de bourse, jusqu’à 105 728 actions ordinaires, ce qui représente 25 % de la moyenne quotidienne des opérations réalisées sur les actions ordinaires émises et en circulation. De plus, Saputo pourra, une fois par semaine, faire un achat de bloc (tel que défini dans le Guide à l’intention des sociétés de la TSX) d’actions ordinaires dont des initiés de la Société n’ont pas la propriété directe ou indirecte, conformément aux règles de la TSX. Les actions ordinaires achetées dans le cadre du programme de rachat seront annulées.

En vertu du programme de rachat, Saputo a mis en place un régime de rachat automatique (« régime automatique »). Le régime automatique permet à la Société d’établir des instructions standards à l’égard de la façon dont les actions ordinaires peuvent être rachetées sur le marché libre au cours des périodes de restriction sur les transactions qu’elle s’impose. Le régime automatique entrera en vigueur le 19 novembre 2018 et devrait se terminer simultanément au programme de rachat. Il constitue un régime automatique pour les fins des lois canadiennes applicables en valeurs mobilières, et a été préalablement approuvé par la TSX.

Dans le cadre de l’actuelle programme de rachat dans le cours normal des activités ayant débuté le 17 novembre 2017 et se terminant le 16 novembre 2018, Saputo a reçu l’autorisation de la TSX de racheter, à des fins d’annulation, jusqu’à 8 000 000 de ses actions ordinaires. Saputo n’a racheté aucune de ses actions ordinaires dans le cadre de l’actuelle programme de rachat dans le cours normal des activités.

La Société est d’avis que l’achat de ses propres actions peut, selon les circonstances, représenter un investissement responsable des fonds disponibles.

À propos de Saputo
Saputo produit, met en marché et distribue une vaste gamme de produits de la meilleure qualité, notamment du fromage, du lait nature, des produits laitiers et de la crème ayant une durée de conservation prolongée, des produits de culture bactérienne et des ingrédients laitiers. Saputo est parmi les dix plus grands transformateurs laitiers au monde, le plus important fabricant de fromage et le plus grand transformateur de lait nature et de crème au Canada, le plus important transformateur laitier en Australie et le deuxième plus important en Argentine. Aux États-Unis, la Société est l’un des trois plus grands fabricants de fromage et l’un des plus grands fabricants de produits laitiers ayant une durée de conservation prolongée et de culture bactérienne. Nos produits sont vendus dans plusieurs pays sous des marques reconnues comme Saputo, Alexis de Portneuf, Armstrong, COON, Cracker Barrel*, Dairyland, DairyStar, Devondale, Friendship Dairies, Frigo Cheese Heads, La Paulina, Milk2Go/Lait’s Go, Montchevre, Murray Goulburn Ingredients, Neilson, Nutrilait, Scotsburn*, Stella, Sungold, Treasure Cave et Woolwich Dairy. Saputo inc. est une société publique et ses actions sont cotées à la Bourse de Toronto sous le symbole « SAP ».

*Marque de commerce utilisée sous licence.

MISE EN GARDE CONCERNANT LES ÉNONCÉS PROSPECTIFS

Le présent communiqué contient des énoncés prospectifs au sens de la législation en valeurs mobilières. Ces énoncés sont fondés, entre autres, sur les hypothèses, les attentes, les estimations, les objectifs, les projets et les intentions de Saputo à la date des présentes, en ce qui concerne les revenus et les charges prévus, l’environnement économique, industriel, concurrentiel et réglementaire dans lequel la Société exerce ses activités ou qui serait susceptible d’avoir une incidence sur ses activités, sa capacité à attirer et à conserver des clients et des consommateurs, ainsi que la disponibilité et le coût du lait et des autres matières premières et l’approvisionnement en énergie, ses charges d’exploitation et le prix de ses produits finis sur les différents marchés où elle exerce ses activités.

Ces énoncés prospectifs portent notamment sur les objectifs à court et à moyen terme de la Société, ses perspectives, ses projets commerciaux et ses stratégies pour atteindre ces objectifs, ainsi que sur ses convictions, ses projets, ses objectifs et ses attentes. Les énoncés prospectifs se reconnaissent à l’emploi de termes comme « pouvoir », « devoir », « croire », « prévoir », « planifier », « s’attendre à », « avoir l’intention de », « anticiper », « estimer », « projeter », « objectif », « continuer », « proposer », « cibler » ou « viser » à la forme affirmative ou négative, à l’emploi du conditionnel ou du futur, et à l’emploi d’autres termes semblables.

De par leur nature, les énoncés prospectifs sont exposés à un certain nombre de risques et d’incertitudes. Les résultats réels peuvent être très différents des conclusions ou des prévisions données dans ces énoncés prospectifs. Par conséquent, la Société ne peut garantir que les énoncés prospectifs se réaliseront. Les hypothèses, les attentes et les estimations qui ont servi à la préparation des énoncés prospectifs et les risques qui pourraient entraîner un écart important entre les résultats réels et les attentes actuelles sont exposés dans les documents de la Société déposés auprès des autorités canadiennes en valeurs mobilières, notamment à la rubrique « Risques et incertitudes » du rapport de gestion figurant au rapport annuel 2018 de la Société.

Les énoncés prospectifs sont fondés sur les estimations, les attentes et les hypothèses actuelles de la direction, que cette dernière estime raisonnables à la date des présentes, et par conséquent, sont sujets à changement par la suite. Vous ne devez pas accorder une importance indue à ces énoncés ni vous y fier à une autre date.

Dans la mesure où des énoncés prospectifs figurant dans le présent document constituent des perspectives financières, au sens de la législation en valeurs mobilières applicable, une telle information vise à fournir aux actionnaires des renseignements à l’égard de la Société, y compris son évaluation des plans financiers futurs, et pourrait ne pas convenir à d’autres fins. Les perspectives financières, tout comme l’information prospective en général, sont fondées sur des estimations, des attentes et des hypothèses actuelles et sont assujetties à des risques et incertitudes inhérents de même qu’à d’autres facteurs.

À moins que la législation en valeurs mobilières l’exige, Saputo ne s’engage nullement à mettre à jour ou à réviser ces énoncés prospectifs, verbaux ou écrits, qu’elle peut faire ou qui peuvent être faits, pour son compte, à l’occasion, à la suite d’une nouvelle information, d’événements à venir ou autrement.

Ligne média
1-514-328-3141 / 1-866-648-5902 

PDF disponible : http://resource.globenewswire.com/Resource/Download/651f0f70-6e23-4947-a4ff-4b4da8868f4d

Savaria présente des revenus records de 72 millions $ pour le troisième trimestre de 2018

LAVAL, Québec, 14 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Un des chefs de file mondiaux de l’industrie de l’accessibilité, Savaria Corporation (« Savaria ») (TSX : SIS), annonce les résultats de son troisième trimestre clos le 30 septembre 2018.

Faits saillants :

Le 31 août 2018, Savaria a acquis la totalité des actions émises et en circulation de Garaventa Accessibility AG (« Garaventa »). L’union de Savaria et de Garaventa crée un chef de file de l’industrie, avec une présence mondiale, un vaste réseau de distribution et une gamme de produits d’accessibilité la plus complète sur le marché.

Troisième trimestre clos le 30 septembre 2018

  • Revenus records de 72,1 millions $, en hausse de 15,1 millions $ ou 26,5 %;
  • Marge brute de 23,9 millions $, en hausse de 4 millions $ ou 20,2 %;
  • Résultat opérationnel avant autres charges de 7,5 millions $, en hausse de 0,4 million $ ou 5,6 %;
    et
  • BAIIA ajusté(1) de 9,7 millions $, en hausse de 0,1 million $ ou 0,9 %.

Période de neuf mois close le 30 septembre 2018

  • Revenus records de 192,9 millions $, en hausse de 64,4 millions $ ou 50,1 %;
  • Marge brute de 64,4 millions $, en hausse de 20,5 millions $ ou 46,7 %;
  • Résultat opérationnel avant autres charges de 21,2 millions $, en hausse de 3,7 millions $
    ou 21 %; et
  • BAIIA ajusté(1) de 27,7 millions $, en hausse de 6,1 millions $ ou 28,5 %.
(en milliers, sauf les montants par action et les pourcentages – non audité)  Trimestres clos
les 30 septembre
Périodes de neuf mois closes
les 30 septembre
  2018 2017 Variation 2018 2017 Variation
Revenus 72 089  $ 56 988  $ 26,5  % 192 916  $ 128 492  $ 50,1  %
Marge brute 23 928  $ 19 904  $ 20,2  % 64 359  $ 43 872  $ 46,7  %
% des revenus 33,2  % 34,9  % s.o.   33,4  % 34,1  % s.o.  
BAIIA ajusté(1) 9 695  $ 9 604  $ 0,9  % 27 725  $ 21 578  $ 28,5  %
% des revenus 13,4  % 16,9  % s.o.   14,4  %   16,8  % s.o.  
BAIIA ajusté par action – dilué 0,21  $ 0,23  $ (8,7)  % 0,63  $ 0,54  $ 16,7  %

(1) Bénéfice avant intérêts, impôts, amortissement, coûts d’acquisition d’entreprises réalisées et non réalisées, ajustement de la valeur des stocks acquis, provision pour frais de restructuration des activités de Garaventa en Chine, charge de rémunération à base d’actions, produit provenant d’une réclamation d’assurance et gain sur instrument financier (voir section ci-dessous « Conformité avec les Normes internationales d’information financière »).

Mot du président

« Je suis très satisfait de nos revenus records de 72 millions $ pour notre troisième trimestre, ce qui représente une augmentation de 26,5 % par rapport à nos 57 millions $ de l’an dernier. Parvenir à ce niveau de revenu nous place sur la bonne voie pour atteindre notre objectif de 285 millions $ pour 2018 et de 400 millions $ pour 2019, » a déclaré le président et chef de la direction de Savaria, M. Marcel Bourassa. 

« Même si notre BAIIA ajusté de 9,7 millions $ est similaire à notre troisième trimestre de 2017, une série de mesures ont été prises, touchant plusieurs divisions de Savaria, pour accroître notre rentabilité, notamment:

  • la consolidation de nos opérations en Chine, en réorganisant et transférant les activités de Garaventa (Shanghai) à nos installations de Savaria à Huizhou en Chine; 
  • l’achèvement de la mise en place de l’assemblage des lève-personne dans notre usine Span-America à Greenville (Caroline du Sud, USA), pour distribution exclusivement sur le marché américain;
  • l’achat d’une nouvelle machine de fabrication au laser pour notre usine de Garaventa Canada à Surrey (Colombie-Britannique);
  • l’embauche d’effectifs supplémentaires à notre usine Savaria de Brampton (Ontario) afin d’accroître la cadence de production;
  • le passage avec succès de tests de collision pour notre nouveau design de conversion plancher court de fourgonnette Toyota Sienna;
  • du marketing supplémentaire pour notre ascenseur de luxe en verre Vuelift ainsi que l’augmentation du budget pour le marketing numérique en Amérique du Nord; et
  • le développement d’un nouveau système de commande utilisant la technologie infonuagique pour nos ventes de lève-personne par l’entremise de notre division Span-America.

« Ces initiatives visent toutes à contribuer à atteindre nos objectifs de revenus et de BAIIA pour 2019. Nous prévoyons pour l’exercice 2019 un BAIIA entre 60 et 62 millions $ et des revenus de l’ordre de 400 millions $.

« Notre troisième trimestre a été marqué par la forte rentabilité de notre activité principale, les ascenseurs résidentiels. Nous avons produit 402 ascenseurs résidentiels en comparaison à 348 au troisième trimestre de 2017. Il s’agit d’une augmentation de 15,5 %. En excluant nos acquisitions de Garaventa, Master Lifts et H.E.S., nos revenus ont augmenté de 12,6 % par rapport à l’an passé, et notre BAIIA a atteint 22,3 % de nos revenus.

« Notre solide bilan nous permet de continuer d’être à l’affût d’acquisitions stratégiques axées sur l’ajout de territoires de vente ou de nouveaux produits. Avec approximativement 1400 employés et 640 000 pieds carrés de capacité de production dans 9 usines, 500 distributeurs autorisés et 28 bureaux de vente, nous nous sommes positionnés mondialement dans le secteur de l’accessibilité. Je tiens à remercier nos employés et nos distributeurs autorisés pour leur soutien et leur engagement constants envers le groupe Savaria, » a conclu M. Bourassa.

Perspectives 2018

Après avoir conclu l’acquisition de Garaventa, Savaria prévoit désormais un chiffre d’affaires de 285 millions $ et un BAIIA ajusté entre 44 et 45 millions $ en 2018. Pour 2019, Savaria prévoit des revenus de 400 millions $ et un BAIIA ajusté entre 60 et 62 millions $, excluant toutes nouvelles acquisitions.

Savaria Corporation (savaria.com) est un des chefs de file mondiaux de l’industrie de l’accessibilité. Elle offre des solutions aux personnes à mobilité réduite afin d’accroître leur confort, leur mobilité et leur liberté. Sa gamme de produits est l’une des plus complètes sur le marché. Savaria conçoit, fabrique, distribue et installe des équipements d’accessibilité, tels que des sièges pour escaliers droits et courbes, des plates-formes élévatrices verticales et inclinées, des ascenseurs résidentiels et commerciaux, ainsi que des lève-personne. Elle fabrique et commercialise également une gamme complète de produits de gestion de la pression pour le marché médical, des lits médicaux pour le marché des soins de longue durée ainsi que des surmatelas et oreillers en mousse pour le marché de la consommation et certains produits pour le marché industriel. Savaria fait aussi la conversion et l’adaptation de véhicules afin de les rendre accessibles en fauteuil roulant. Savaria réalise environ 75 % de ses revenus à l’extérieur du Canada, principalement aux États-Unis. Elle exploite un réseau de vente comptant environ 500 distributeurs à travers le monde et 28 bureaux de vente directe en Amérique du Nord, Europe (Suisse, Allemagne Italie, République tchèque et Pologne), Australie et Chine. Savaria emploie approximativement 1 400 personnes mondialement et ses usines sont situées au Canada : à Laval et à Magog (Québec), à Brampton, à Beamsville et à Toronto (Ontario), à Surrey (Colombie-Britannique), aux États-Unis à Greenville (Caroline du Sud), à Huizhou (Chine) et à Milan (Italie).

Conformité avec les Normes internationales d’information financière (« IFRS »)

Les informations contenues dans ce communiqué de presse ont été préparées conformément aux IFRS. Toutefois, Savaria utilise à des fins d’analyse le BAIIA, le BAIIA ajusté et le BAIIA ajusté par action afin de mesurer sa performance financière. Ces mesures n’ont aucune définition normalisée selon les IFRS. Elles sont donc considérées comme des mesures non conformes aux IFRS. En conséquence, ces mesures pourraient ne pas être comparables à des mesures similaires présentées par d’autres entreprises. Un rapprochement entre le résultat net et le BAIIA, le BAIIA ajusté et le BAIIA ajusté par action est montré à la section Rapprochement du BAIIA, du BAIIA ajusté et du BAIIA ajusté par action avec le résultat net ci-dessous.

Mise en garde concernant les énoncés prospectifs

Les déclarations contenues dans ce communiqué, qui décrivent les objectifs, les projections, les estimations, les attentes ou les prédictions de Savaria, peuvent constituer des déclarations prospectives au sens des lois sur les valeurs mobilières. Ces déclarations se caractérisent par l’emploi de verbes à la forme affirmative ou négative, et notamment au futur, tels que « prévoir », « évaluer », « estimer », « croire », « s’attendre à », ainsi que d’autres expressions apparentées. Savaria tient à préciser que, par leur nature même, les déclarations prospectives comportent des risques et des incertitudes, et que ses résultats ou les mesures qu’elle adopte pourraient différer considérablement de ceux qui sont indiqués ou sous-entendus dans ces déclarations, ou pourraient avoir une incidence sur le degré de réalisation d’une projection particulière. Parmi les facteurs importants pouvant entraîner une différence considérable entre les résultats réels de Savaria et les projections ou attentes formulées dans les déclarations prospectives, mentionnons les effets de l’intégration d’entreprises acquises et la capacité de concrétiser les synergies projetées, les fluctuations des marges, la concurrence, les variations de taux de change ainsi que d’autres risques décrits en détail de temps à autre dans les documents déposés par Savaria auprès des autorités en valeurs mobilières du Canada. À moins qu’elle n’y soit tenue selon les lois sur les valeurs mobilières applicables, Savaria nie toute intention ou obligation de mettre à jour ou de réviser des énoncés prospectifs, que ce soit à la lumière de nouveaux renseignements, d’événements futurs ou autrement. Enfin, l’information prospective contenue dans ce communiqué de presse est basée sur l’information disponible en date de sa publication.

Pour plus d’information :

Hélène Bernier, CPA, CA
Vice-présidente finances
1-800-931-5655, poste 248
helene.bernier@savaria.com
Marcel Bourassa
Président et chef de la direction
1-800-661-5112
marcel.bourassa@savaria.com

www.savaria.com
Facebook : https://www.facebook.com/savariabettermobility
Twitter : https://twitter.com/Mobilityforlife

Le rapprochement du BAIIA, du BAIIA ajusté et du BAIIA ajusté par action avec le résultat net se trouve ci-dessous. Les états financiers complets et le rapport de gestion pour la période close le 30 septembre 2018 seront disponibles sous peu sur le site web de Savaria et sur www.sedar.com.

Rapprochement du BAIIA, BAIIA ajusté et BAIIA ajusté par action avec le résultat net

(en milliers, sauf les montants par action – non audité) Trimestres clos
les 30 septembre

Périodes de neuf mois closes 
les 30 septembre

  2018 2017 2018 2017
Résultat net 2 754  $ 4 812  $   12 902  $ 10 913  $
Plus :                
Dépenses d’intérêt   868   399      2 087   733  
Charge d’impôt sur le résultat   1 534   1 386     5 085   4 043  
Amortissement des immobilisations corporelles   903   774      2 262   1 586  
Amortissement des immobilisations incorporelles    1 149   1 662      3 544   2 060  
Moins :                
Revenus d’intérêt    343   16     501   279  
BAIIA    6 865  $ 9 017  $   25 379  $ 19 056  $
Plus :                
Rémunération à base d’actions   389   277      899   575  
Coûts d’acquisitions d’entreprises réalisées et non réalisées   887       199      2 007   1 501  
Ajustement de la valeur des stocks acquis   111     46  
Provision pour la restructuration des opérations de Garaventa en Chine   1 554       1 554    
Moins :                
Produit provenant d’une réclamation  d’assurance   –       1 611    
Gain sur instrument financier   –       503    
BAIIA ajusté   9 695  $ 9 604  $   27 725  $ 21 578  $
Nombre moyen pondéré dilué d’actions ordinaires en circulation          45 726   42 101   44 071   40 126  
BAIIA ajusté par action – dilué   0,21  $ 0,23  $    0,63  $ 0,54  $

Le chef de la direction de Nemaska Lithium sera conférencier à la conférence 2018 portant sur le lithium et le stockage d’énergie organisée par Deutsche Bank

VILLE DE QUÉBEC, Québec, 14 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Nemaska Lithium Inc. (« Nemaska Lithium » ou la « Société ») (TSX: NMX) (OTC: NMKEF) est heureuse d’annoncer aujourd’hui que Guy Bourassa, président & chef de la direction de Nemaska Lithium, sera conférencier à la Conférence 2018 portant sur le lithium et le stockage d’énergie à New York le jeudi, 15 novembre 2018. Outre Guy, Wanda Cutler et Victor Cantore, aux Relations avec les investisseurs, y participeront et se rendront disponibles pour des rencontres individuelles.

Nemaska Lithium est aussi heureuse d’annoncer qu’elle effectuera une mise à jour de ses progrès s’agissant de la construction de sa mine de lithium et son usine électrochimique le lundi, 19 novembre 2018. Les détails pour l’appel conférence, de même que la revue du budget et de l’échéancier seront publiés par la voie d’un communiqué de presse ce lundi matin.

À propos de Nemaska Lithium

Nemaska Lithium est une entreprise chimique en développement dont les activités seront intégrées verticalement, de l’extraction minière de spodumène jusqu’à la commercialisation d’hydroxyde et de carbonate de lithium de haute pureté. Ces sels de lithium sont destinés principalement au marché en forte croissance des batteries au lithium-ion, propulsé de plus en plus par la demande en matière d’électrification des transports et de stockage d’énergie à l’échelle mondiale. Grâce à ses produits et procédés, Nemaska Lithium compte faciliter l’accessibilité aux énergies vertes.

La Société exploitera la mine Whabouchi au Québec, au Canada, l’un des plus importants gisements de spodumène au monde, tant en termes de volume que de teneur. L’entreprise transformera, à l’usine de Shawinigan, le concentré de spodumène produit à la mine Whabouchi grâce à un procédé unique d’électrolyse membranaire pour lequel la Société détient plusieurs brevets.

Nemaska Lithium est un membre de l’indice des titres à petite capitalisation S&P/TSX, de l’indice minier mondial S&P/TSX, de l’indice des métaux de base mondial S&P/TSX, de l’indice mondial des métaux de base à pondération égale S&P/TSX et de l’indice MSCI Canada des titres à petite capitalisation. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez le site nemaskalithium.com ou twitter.com/Nemaska_Lithium.

Mise en garde relative aux énoncés prospectifs

Tous les énoncés, autres que les faits historiques, contenus dans le présent communiqué de presse, y compris, sans s’y restreindre, ceux relatifs au potentiel à long terme de la Société, ses avantages de coûts et ses réserves, le développement, la construction et la mise en service du Projet constituent de « l’information prospective » ou des « énoncés prospectifs » selon le sens attribué par certaines lois sur les valeurs mobilières et sont fondés sur des attentes, des estimations et des prévisions faites en date du présent communiqué de presse.

D’autres renseignements sur Nemaska Lithium se trouvent dans la base de données de SEDAR (www.sedar.com) et sur le site Web de la Société à l’adresse : www.nemaskalithium.com.

POUR EN SAVOIR PLUS, VEUILLEZ COMMUNIQUER AVEC:  
   
Victor Cantore Wanda Cutler 
Relations avec les investisseurs Relations avec les investisseurs
514 831-3809 416 303-6460
victor.cantore@nemaskalithium.com wanda.cutler@nemaskalithium.com
   
Fanny-Ève Tapp  
Relations avec les médias  
514 442-0445  
fanny-eve.tapp@nemaskalithium.com   


www.nemaskalithium.com

 

Une nouvelle ère connectée: TELUS simplifie la vie des familles avec une gamme de technologies intelligentes et de sécurité pour la maison

Sécurité Maison connectée de TELUS est dès maintenant disponible à Rimouski et Saint-Georges de Beauce

RIMOUSKI, Québec, 14 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — TELUS annonce aujourd’hui l’arrivée de Sécurité Maison connectée dans l’Est du Québec et vient bonifier son offre de services résidentiels avec une toute nouvelle gamme de technologies intelligentes pour la maison. Beaucoup plus qu’un simple service de sécurité traditionnel, Sécurité Maison connectée de TELUS apporte simplicité et tranquillité d’esprit aux familles grâce à des solutions de domotique conviviales. Que ce soit pour être avisé à distance lorsque son enfant revient de l’école, accepter des colis alors que vous êtes à l’extérieur ou regarder qui se trouve devant sa porte d’entrée à partir de son téléphone, le service permet aux clients de rester en plein contrôle de la maisonnée, et ce, en tout temps et même en déplacement.

« Aujourd’hui, nous réinventons l’expérience connectée. Nous offrons à nos clients une toute nouvelle solution conviviale et facile à utiliser qui leur permet à la fois de protéger ce qui compte le plus pour eux, tout en simplifiant leur quotidien et la gestion de leurs appareils de domotique à la maison », souligne Marie-Christine D’Amours, vice-présidente, Solutions consommateurs et petites entreprises et Expérience client au Québec. « Si l’on célèbre l’arrivée de Sécurité Maison connectée de TELUS aujourd’hui, c’est notamment grâce aux milliards de dollars investis par TELUS au Québec depuis 2000 pour déployer des réseaux sans fil et de fibre optique fiables, rapides et aux possibilités exceptionnelles. Propulsée par la puissance de nos réseaux, et développée grâce à l’expertise de nos équipes ici même au Québec, Sécurité Maison connectée de TELUS vient paver la voie à un futur intelligent ainsi qu’à l’évolution de la maison connectée pour les années à venir. »

Sécurité Maison connectée de TELUS, une alliée du quotidien
Véritable alliée du quotidien, Sécurité Maison connectée de TELUS est gérée avec une application conviviale qui donne accès à un tableau de bord pouvant contrôler les différents appareils de sa maison à distance en plus de recevoir des alertes. L’outil permet par exemple de désactiver son système de sécurité à distance pour laisser entrer des visiteurs, d’accéder à des vidéos de l’extérieur et de l’intérieur de son domicile en temps réel, d’être avisé quand quelqu’un franchit la porte d’entrée, et l’application peut être utilisée comme un interphone pour parler aux personnes qui se trouveraient devant la porte.

Reposant sur les plus récentes avancées en domotique, Sécurité Maison connectée de TELUS permet aux familles de personnaliser leurs services et de choisir parmi plusieurs appareils connectés correspondant à leurs besoins : caméras, serrures ou thermostats intelligents, détecteurs de mouvements, détecteurs de fumée, commandes de portes de garage, ou détecteurs de portes et fenêtres. Comme les appareils de sécurité sont reliés à une centrale de surveillance, les clients de TELUS pourront compter sur l’intervention des services de sécurité et d’urgence si une alarme était déclenchée.  De plus, les données sont protégées grâce à des normes d’encryptage qui respectent les plus hauts standards de sécurité.

Actuellement disponible dans les régions de Rimouski et Saint-Georges-de-Beauce, Sécurité Maison connectée de TELUS est en période d’essais auprès des membres de l’équipe et sera graduellement étendue aux clients TELUS des communautés de la grande région de Québec et de l’Est de la province au début de l’année 2019. Pour plus de détails sur Sécurité Maison connectée de TELUS, consultez telusquebec.com/maisonconnectee

À propos de TELUS
TELUS (TSX : T, NYSE : TU) est l’une des plus importantes sociétés de télécommunication au Canada, grâce à des revenus annuels de 14,1 milliards de dollars et à 13,3 millions de connexions clients, dont 9,2 millions d’abonnés des services mobiles, 1,8 million d’abonnés des services Internet haute vitesse, 1,3 million de lignes d’accès au réseau résidentiel et 1,1 million d’abonnés des services TELUS TV. TELUS offre une gamme complète de produits et de services de communication, notamment des services mobiles, des services de transmission de données et de la voix, des services IP, des services de télévision, de vidéo et de divertissement, ainsi que des services de sécurité résidentielle et commerciale. TELUS est aussi le fournisseur informatique du domaine des soins de santé le plus important au Canada, et sa filiale TELUS International offre des solutions d’affaires à l’échelle mondiale.

Fidèles à leur philosophie communautaire « Nous donnons où nous vivons », TELUS et les membres de son équipe, actuels et retraités, ont versé plus de 650 millions de dollars à des organismes caritatifs et sans but lucratif, et offert plus de 1,21 millions de jours de bénévolat au service des communautés locales depuis 2000. Créés en 2005 par Darren Entwistle, président et chef de la direction de TELUS, les 13 comités d’investissement communautaire de TELUS au Canada et ses cinq comités à l’étranger dirigent les actions de soutien aux organismes de bienfaisance locaux. Ils ont remis 72 millions de dollars en appui à 7 000 projets locaux contribuant à enrichir la vie de plus de deux millions d’enfants et de jeunes chaque année. TELUS a eu l’insigne honneur d’être désignée l’entreprise philanthropique la plus remarquable du monde en 2010 par l’Association of Fundraising Professionals, devenant ainsi la première entreprise canadienne à recevoir cette prestigieuse marque de reconnaissance internationale.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur TELUS, veuillez consulter le site telus.com

Pour obtenir un complément d’information, veuillez communiquer avec:

Jacinthe Beaulieu
Relations médiatiques de TELUS
418-318-6102
Jacinthe.beaulieu@telus.com

Stornoway Annonce la Succession du Chef de la Direction

LONGUEUIL, Québec, 14 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Stornoway Diamond Corporation (TSX-SWY; « Société » ou « Stornoway ») annonce qu’avec prise d’effet le 1er janvier 2019, M. Matt Manson quittera ses fonctions à titre de président et chef de la direction de la Société et que M. Patrick Godin le remplacera. M. Godin est actuellement chef de l’exploitation de la Société, poste qu’il occupe depuis 2010. Dans le but d’assurer une transition ordonnée en 2019, M. Manson fournira un soutien à M. Godin lorsque ce dernier assumera son nouveau poste.

Ebe Sherkus, président du conseil d’administration de Stornoway, a commenté en ces termes : « Nous voulons remercier Matt Manson pour les services qu’il a fournis à Stornoway. À compter de 2005, M. Manson a été à l’origine de l’acquisition, du financement et de la mise en valeur réussis de la mine diamantifère Renard. Sa détermination et son énergie ont été les éléments clés de la transition de la Société d’une jeune société d’exploration vers un véritable promoteur et exploitant minier. Sa relève sera habilement assurée par Patrick Godin qui, en tant que chef de l’exploitation et administrateur de la Société, a été chargé de la construction et de la mise en valeur de la mine à ciel ouvert et des activités d’exploitation souterraine à la mine Renard, ainsi que du développement des bonnes relations de la Société avec les employés, les organismes de réglementation, les collectivités et les parties prenantes. »

Matt Manson a fait le commentaire suivant : « L’atteinte graduelle de notre capacité nominale à la mine Renard est maintenant complétée et notre production de carats augmente. Notre produit est bien établi au sein du marché diamantifère international et les opérations de financement réalisées récemment ont renforcé le bilan de la Société. Dorénavant, notre priorité consiste à réaliser le plein potentiel d’exploitation et des flux de trésorerie de l’entreprise à long terme. Je suis persuadé que Patrick Godin possède le leadership requis pour réaliser cette tâche et je serai heureux de le soutenir dans ses nouvelles fonctions à titre de président et chef de la direction. »

Patrick Godin a déclaré : « Je suis ravi de prendre en charge la direction de Stornoway pour cette prochaine phase de son développement. En collaboration avec nos employés dévoués, nos partenaires et nos actionnaires, nous nous concentrerons à court terme à réaliser d’autres améliorations sur le plan du rendement, à élargir notre base de réserve et à maximiser la génération de flux de trésorerie disponibles tout en demeurant à l’affût d’occasions de croissance créatrices de valeur à long terme. »

À propos de Patrick Godin

Patrick Godin s’est joint à Stornoway en mai 2010 en tant que chef de l’exploitation et a été nommé au conseil d’administration en octobre 2011. Depuis qu’il s’est joint à Stornoway, M. Godin a la responsabilité globale du développement du projet diamantifère Renard en ce qui a trait à l’étude de faisabilité, à l’obtention des permis, à la construction et à l’exploitation du projet. Avant de se joindre à Stornoway, il a été vice-président du développement de projets au sein de GMining Services et était responsable du développement de la mine Essakane au Burkina Faso aux termes d’un contrat intervenu avec IAMGOLD. Auparavant, M. Godin a été vice-président de l’exploitation de Canadian Royalties, où il dirigeait le développement de son projet nickélifère dans le nord du Québec. Il a également été président directeur général de CBJ-CAIMAN S.A.S., filiale française de Cambior/IAMGOLD, qui détient le projet minier aurifère de Camp Caïman situé en Guyane française.

À PROPOS DE LA MINE DE DIAMANTS RENARD

La mine de diamants Renard est la première mine diamantifère au Québec en importance et la sixième au Canada. Elle est située à environ 250 km au nord de la communauté crie de Mistissini et à 350 km au nord de Chibougamau dans la région de la Baie-James, dans le centre-nord du Québec. Le projet de construction a commencé le 10 juillet 2014 et la production commerciale a débuté officiellement le 1er janvier 2017. On prévoit une production annuelle moyenne de diamants de 1,8 million de carats pendant les 10 premières années de vie de la mine. Les lecteurs sont invités à consulter le rapport technique du 11 janvier 2016 concernant l’estimation des ressources minérales de septembre 2015, et le rapport technique daté du 30 mars 2016 sur la mise à jour du plan minier et de l’estimation des réserves minérales de mars 2016 pour de plus amples renseignements et d’autres hypothèses concernant le projet.

À PROPOS DE STORNOWAY DIAMOND CORPORATION

Stornoway est une société canadienne d’exploration de propriétés diamantifères et de production de diamants et elle est inscrite à la cote de la Bourse de Toronto sous le symbole SWY. Son siège social est situé à Montréal. Société axée sur la croissance, Stornoway détient en propriété exclusive une mine de calibre mondial, la mine Renard, la première mine de diamants au Québec.

Au nom du conseil
STORNOWAY DIAMOND CORPORATION
/s/ « Matt Manson »
Matt Manson
Président et chef de la direction

Pour plus d’information, veuillez contacter Alexandre Burelle (Directeur, Relations avec les investisseurs et développement des affaires) au 450-616-5555 x2264, aburelle@stornowaydiamonds.com

For more information, please contact Matt Manson (President and CEO) at 416-304-1026 x2101
or Orin Baranowsky (CFO) at 416-304-1026 x2103 or Alexandre Burelle (Manager, Investor Relations and Business Development) at 450-616-5555 x2264 or toll free at 1-877-331-2232

** Site Web : www.stornowaydiamonds.com Courriel : info@stornowaydiamonds.com **

ÉNONCÉS PROSPECTIFS

Le présent document contient de l’information prospective (telle qu’elle est définie par le Règlement 51‐102 sur les obligations d’information continue) et des énoncés prospectifs au sens des lois sur les valeurs mobilières canadiennes et de la Private Securities Litigation Reform Act of 1995 des États‐Unis (collectivement, « information prospective » ou « énoncés prospectifs »). Ces énoncés prospectifs ont été établis en date du présent document et la Société n’entend pas les mettre à jour et n’a aucune obligation de le faire, sauf si elle y est tenue par la loi.

Ces énoncés prospectifs comprennent notamment des énoncés se rapportant aux objectifs de Stornoway pour l’exercice à venir, à ses objectifs à moyen terme et à long terme et à ses stratégies en vue d’atteindre ces objectifs, ainsi que des énoncés concernant ses opinions, plans, objectifs, attentes, prévisions, estimations et intentions. Bien que la direction estime que ces hypothèses sont raisonnables compte tenu de l’information dont elle dispose actuellement, elles pourraient s’avérer inexactes.

Les énoncés prospectifs reflètent les attentes ou les opinions actuelles concernant des événements futurs et ils comprennent, sans s’y limiter, des énoncés à l’égard i) de la quantité de réserves minérales, de ressources minérales et de cibles d’exploration; ii) des estimations de la quantité de la production future pour une période donnée; iii) de la valeur actualisée nette et des taux de rendement internes de l’exploitation minière; iv) des attentes et des cibles relatives à la teneur récupérée, à la distribution granulométrique et à la qualité des diamants, à la récupération moyenne du minerai, aux carats récupérés, aux carats vendus, à la dilution interne, à la dilution minière et à d’autres paramètres miniers indiqués dans le rapport technique de 2016 ainsi que les niveaux de bris de diamants; v) des attentes, cibles et prévisions relatives aux produits bruts des activités ordinaires, aux flux de trésorerie d’exploitation et à d’autres mesures des produits des activités ordinaires indiqués dans le rapport technique de 2016, à la hausse des ventes de diamants, aux coûts des produits vendus, aux coûts de production décaissés, aux estimations des marges brutes, aux ventes de diamants, à la composition de diamants vendus et aux dépenses d’investissement prévues et projetées, à la situation de trésorerie et aux besoins en matière de fonds de roulement; vi) du potentiel d’agrandissement de la mine et des ressources, de la durée de vie prévue et des estimations relatives à la récupération supplémentaire du minerai, aux produits des activités ordinaires et à d’autres paramètres miniers susceptibles d’être tirés de la prolongation éventuelle de la durée de vie de la mine; vii) des délais prévus pour la délivrance des permis et des approbations réglementaires liés aux activités de construction menées à la mine diamantifère Renard; viii) du calendrier prévu pour l’achèvement de la mine à ciel ouvert et de la mine souterraine de la mine diamantifère Renard; ix) des attentes à l’égard des obligations financières de Stornoway ou des coûts engagés par celle‐ci relativement à l’aménagement continu de la mine diamantifère Renard; x) des taux d’extraction minière, d’aménagement, de production, de traitement et d’exploration, des progrès réalisés et des plans, comparativement aux calendriers et aux budgets, des plans d’optimisation, des possibilités d’expansion, des calendriers et des avantages attendus connexes; xi) des plans d’exploration futurs et de l’éventualité d’un relèvement des cibles visées d’exploration supplémentaire; xii) des attentes relatives aux perspectives et aux tendances du secteur diamantaire, à la production de diamants bruts, à l’offre et à la demande de diamants bruts, des cours futurs des diamants bruts et de l’incidence éventuelle de tous ces facteurs sur les mesures financières et la production de diamant de Renard; xiii) des avantages économiques d’utiliser une centrale électrique alimentée au GNL plutôt qu’au diesel; xiv) des besoins de financement, des sources de financement et de l’accès au financement, et de l’utilisation des fonds; xv) de la capacité de la Société à honorer ses obligations de livraison de la participation liée aux diamants visés aux termes de la convention d’achat et de vente; xvi) du taux de change entre le dollar américain et le dollar canadien; et xvii) des avantages escomptés des mesures de modification de l’usine récemment approuvées et du calendrier et du coût en capital prévus. Toute déclaration qui exprime ou implique des discussions en ce qui concerne les prévisions, attentes, croyances, plans, projections, objectifs, hypothèses ou événements ou rendements futurs (souvent, mais pas toujours, en utilisant des mots ou expressions tels que « s’attendre à », « prévoir », « planifier », « projeter », « estimer », « supposer », « avoir l’intention de », « stratégie », « buts », « objectifs », « calendrier » ou des variantes de ceux‐ci ou en indiquant que certaines actions, certains événements ou résultats « peuvent », « pourraient » ou « devraient » être pris, survenir ou être atteints ou en utilisant le mode futur ou conditionnel à leur égard ou encore la forme négative de l’un de ces termes ou d’expressions similaires) n’est pas un énoncé de faits historiques et peut être un énoncé prospectif.

Les énoncés prospectifs sont établis en fonction de certaines hypothèses formulées par Stornoway ou ses consultants et d’autres facteurs importants qui, s’ils se révèlent inexacts, pourraient amener les résultats, performances ou réalisations réels de Stornoway à différer considérablement des résultats, performances ou réalisations futurs exprimés ou sous‐entendus dans ces énoncés. Ces énoncés et renseignements s’appuient sur plusieurs hypothèses en ce qui concerne les stratégies et perspectives d’entreprise actuelles et futures ainsi que le contexte dans lequel Stornoway exercera son activité à l’avenir, y compris la teneur de récupération, la distribution granulométrique et la qualité des diamants, la récupération moyenne du minerai, la dilution interne et les niveaux de bris des diamants, le prix des diamants, les coûts prévus et la capacité de Stornoway d’atteindre ses objectifs, le rendement financier prévu, l’évolution réglementaire, les plans de mise en valeur, les activités d’exploration, de mise en valeur et d’exploitation minière, l’accès au financement et le taux de change entre le dollar américain et le dollar canadien. Bien que la direction estime que ses hypothèses concernant ces questions sont raisonnables compte tenu de l’information dont elle dispose actuellement, elles pourraient s’avérer inexactes. Parmi les hypothèses importantes posées par Stornoway ou ses consultants dans le cadre de ses énoncés prospectifs, on note entre autres les suivantes : i) l’exactitude de nos estimations relatives aux requis et les besoins estimatifs en matière de main‐d’œuvre; ii) les estimations de la valeur actualisée nette et des taux de rendement internes; iii) la teneur de récupération, la distribution granulométrique et la qualité des diamants, la récupération moyenne du minerai, les carats récupérés, les carats vendus, la dilution interne, la dilution minière et les autres paramètres miniers établis dans le rapport technique de 2016 ainsi que les niveaux de bris des diamants; iv) la combinaison attendue des diamants vendus, l’atténuation des problèmes courants de bris des diamants de l’usine de traitement de la mine diamantifère Renard, la concrétisation des avantages escomptés des mesures de modification de l’usine dans le respect du calendrier et du coût en capital prévus; v) la stabilisation du marché des devises de l’Inde et la pleine remontée des prix; vi) la réception des approbations réglementaires selon des modalités acceptables dans des délais habituels et l’absence de nouvelles réglementations défavorables; vii) les délais prévus pour l’aménagement d’une mine à ciel ouvert et d’une mine souterraine à la mine diamantifère Renard; viii) les formations géologiques que l’on s’attend à rencontrer; ix) l’acceptation continue des marchés de la production de diamants de Renard, les prévisions modestes des prix du marché pour les diamants bruts et l’incidence des facteurs susmentionnés sur les mesures financières et la production de diamant de Renard; x) le calendrier, l’avancement et les coûts futurs d’exploration, d’aménagement, de production et d’extraction minière, les plans, engagements et objectifs en la matière; xi) la disponibilité des facilités de crédit existantes et de tout financement futur nécessaire à des conditions favorables et le respect de toutes les clauses restrictives et conditions relatives aux engagements de financement futurs; xii) la capacité d’honorer les obligations de livraison de la participation liée aux diamants visés aux termes de la convention d’achat et de vente; xiii) l’interprétation par Stornoway des données de forage géologique recueillies et de leur incidence potentielle sur les ressources minérales indiquées et la durée de vie de la mine; xiv) la force persistante du dollar américain par rapport au dollar canadien et l’absence de fluctuations importantes des taux d’intérêt; xv) l’amélioration à long terme des fondamentaux du secteur du diamant et l’absence de détérioration importante de la conjoncture générale des affaires et de la conjoncture économique, l’absence de fluctuations importantes des taux d’intérêt; xvi) le relèvement des taux de récupération des carats et la hausse progressive des teneurs prévues dans le plan de la durée de vie de la mine; xvii) les estimations relatives à la récupération supplémentaire du minerai, les produits des activités ordinaires et d’autres paramètres miniers susceptibles d’être tirés de la prolongation éventuelle de la durée de vie de la mine tout en engageant des dépenses d’investissement minimales; xviii) la disponibilité d’employés compétents et le maintien des relations clés avec les partenaires de financement, les collectivités locales et d’autres parties prenantes; xix) les tendances à long terme positives de la demande et le dépassement important de la demande de diamants bruts par rapport à l’offre; xx) les taux élevés d’épuisement des mines de diamant existantes; xxi) la stabilité continue de la production mondiale de diamants bruts; xxii) les besoins modestes de capitaux après 2018 et la disponibilité de possibilités importantes d’expansion des ressources à un coût marginal; xxiii) la forte augmentation des ressources dans le contexte de l’étendue du plan de la mine; xxiv) les possibilités d’expansion de l’anticipation et du traitement de minerai à haute teneur et la concrétisation des avantages devant en être tirés; xxv) la hausse éventuelle importante à partir des cibles d’exploration supplémentaire visées; et xxvi) les impôts à payer limités à moyen terme.

Par nature, les énoncés prospectifs comportent des incertitudes et des risques inhérents, tant généraux que spécifiques, et il y a un risque que les estimations, les prévisions, les projections et les autres énoncés prospectifs ne se concrétisent pas ou que les hypothèses ne reflètent pas la réalité future. Nous avertissons les lecteurs de ne pas se fier indûment à ces énoncés, étant donné que différents facteurs de risque importants pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des opinions, des plans, des objectifs, des attentes, des prévisions, des estimations, des hypothèses et des intentions qui sont exprimés dans ces énoncés prospectifs. Ces facteurs de risque peuvent être généralement décrits comme le risque que les hypothèses et estimations mentionnées ci‐dessus ne se matérialisent pas, y compris l’hypothèse figurant dans plusieurs énoncés prospectifs selon laquelle d’autres énoncés prospectifs ne seront pas exacts, mais ils comprennent particulièrement, sans s’y limiter, i) les risques liés aux variations de teneur, de distribution granulométrique et de qualité des diamants, de lithologies kimberlitiques et de contenu de roche encaissante dans le matériau identifié en tant que ressources minérales par rapport aux prévisions; ii) les variations des taux de récupération et les niveaux de bris des diamants; iii) l’incertitude quant à savoir si l’exploration additionnelle de cibles d’exploration entraîne la délimitation des cibles comme ressources minérales; iv) les risques associés à notre dépendance envers la mine diamantifère Renard et l’historique d’exploitation restreint de la mine; v) l’évolution défavorable de la conjoncture économique générale et des marchés mondiaux du diamant; vi) les variations des évaluations des diamants et les fluctuations des prix des diamants par comparaison aux hypothèses les concernant; vii) l’insuffisance de la demande et de l’acceptation des marchés de nos diamants; viii) les risques associés à la production et à la hausse de la demande des consommateurs de diamants synthétiques; ix) les risques associés aux fluctuations du dollar canadien et d’autres monnaies par rapport au dollar américain et aux fluctuations des taux d’intérêt; x) l’inexactitude de nos estimations relatives aux besoins de financement et en capital futurs ainsi qu’aux dépenses à ce titre, l’intensification des besoins en capital futurs additionnels et la non‐disponibilité de financement et de capitaux supplémentaires à des conditions raisonnables ou leur absence totale; xi) les incertitudes entourant les prévisions, les coûts et les calendriers des plans d’aménagement futur et des activités d’exploration, de traitement, de production et d’extraction minière de la Société; xii) les augmentations relatives aux coûts en capital, coûts d’exploitation et dépenses d’investissement de maintien proposées; xiii) les hausses des charges financières ou les changements défavorables touchant les conditions du financement disponible, le cas échéant; xiv) des taux d’imposition ou de redevances plus élevés que prévu; xv) l’incertitude liée au potentiel de prolongation de la vie de la mine et aux résultats de l’exploration dans les zones d’élargissement potentiel des ressources; xvi) les changements visant les plans de mise en valeur ou d’exploitation minière en raison de changements visant d’autres facteurs ou des résultats d’exploration; xvii) les risques liés à l’obtention des approbations réglementaires ou à la mise en œuvre de l’entente sur les répercussions et les avantages existante conclue avec les collectivités autochtones; xviii) le défaut de trouver et de retenir des employés compétents et le maintien des relations clés avec les partenaires de financement, les collectivités locales et d’autres parties prenantes; xix) les risques associés aux problèmes courants de bris des diamants de l’usine de traitement de la mine diamantifère Renard, le manque de concrétisation des avantages escomptés des mesures de modification de l’usine dans le respect du calendrier et du coût en capital prévus, voire son absence; xx) les effets négatifs sur le marché de la récente démonétisation en Inde et de son incidence continue sur les prix et la demande; xxi) les incidences de la concurrence sur les marchés où Stornoway exerce des activités; xxii) les risques d’exploitation et d’infrastructure; xxiii) le risque d’exécution lié à l’aménagement d’une mine productive à la mine diamantifère Renard; xxiv) le risque que la Société soit incapable de s’acquitter de ses obligations de livraison de la participation liée aux diamants visés aux termes de la convention d’achat et de vente; xxv) les futures ventes ou émissions d’actions ordinaires entraînant la baisse du prix des actions ordinaires et la dilution de la participation des actionnaires actuels; xxvi) le risque de défaillance des systèmes informatiques; xxvii) le risque que nos assurances ne suffisent pas à couvrir tous les risques potentiels; xxviii) les risques associés à notre endettement important et l’incapacité d’honorer nos obligations en matière de service de la dette; et xxix) les facteurs de risque additionnels décrits dans les présentes et dans les rapports de gestion annuels et intermédiaires et dans les autres documents d’information de Stornoway, ainsi que l’anticipation de la part de Stornoway par rapport à la gestion des risques décrits plus haut et l’efficacité avec laquelle elle les gère. Stornoway prévient le lecteur que la liste qui précède des facteurs pouvant influer sur les résultats futurs n’est pas exhaustive et que de nouveaux risques imprévisibles peuvent survenir de temps à autre.

Stornoway annonce ses résultats financiers du troisième trimestre de 2018

LONGUEUIL, Québec, 14 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Stornoway Diamond Corporation (TSX-SWY; la « Société » ou « Stornoway ») a annoncé aujourd’hui ses résultats financiers et ses résultats d’exploitation pour le trimestre clos le 30 septembre 2018.

FAITS SAILLANTS DU TRIMESTRE CLOS LE 30 SEPTEMBRE 2018

(tous les montants sont présentés en $ CA, sauf indication contraire)

  • Pour le trimestre clos le 30 septembre 2018, Stornoway a inscrit une perte nette de 37,6 M$ (soit une perte nette de base et diluée de 0,05 $ par action). La perte nette ajustée1 s’est établie à 31,7 M$ pour le trimestre.
  • Au cours du trimestre, deux ventes par appel d’offres visant un total de 184 620 carats ont été conclues pour un produit brut2 de 24,8 M$3, à un prix moyen de 103 $ US le carat (134 $ le carat3). Les produits des activités ordinaires comptabilisés se sont élevés à 29,4 M$ et ont été générés par la vente de la production de minerai brut dont il est fait mention ci-dessus ainsi que par la vente de 21 367 carats provenant d’une production inattendue dans le cadre d’une vente contractuelle hors appel d’offres, à un prix moyen de 13 $ US le carat (17 $ le carat1,4). Les ventes de diamants du troisième trimestre représentent des ventes de diamants récupérés au cours du deuxième trimestre.
  • La production de diamants pour le troisième trimestre a représenté 329 306 carats produits à partir du traitement de 597 761 tonnes de minerai d’une teneur moyenne de 55 carats par cent tonnes (« cpct »). La teneur du minerai traité et la quantité de carats récupérés au cours du trimestre se sont améliorées respectivement de 39 % et de 47 % par rapport au deuxième trimestre, grâce à l’extraction de minerai à plus haute teneur.
  • L’exploitation souterraine au cours du trimestre a représenté 571 405 tonnes, dont 475 289 tonnes de minerai extrait. La cadence de production de la mine souterraine a continué de s’accroître et a atteint la capacité nominale au cours du trimestre, et une alimentation régulière a été obtenue grâce à l’exploitation minière souterraine.
  • Les carats produits et les carats vendus en 2018 devraient se situer dans le bas de la fourchette des prévisions révisées pour 2018, selon un nombre de tonnes moins élevé et des teneurs moyennes plus élevées. Les charges d’exploitation décaissées par tonne traitée1 et par carat récupéré1 devraient se situer dans le haut de la fourchette, alors que les dépenses d’investissement1 devraient se situer sous les prévisions. Le prix moyen obtenu pour le diamant1 devrait être conforme aux prévisions.

  • Au cours du trimestre, le nouveau circuit de tri de minerai de Renard était entièrement opérationnel. Les diamants récupérés depuis le lancement de ce circuit ont présenté des niveaux de bris inférieurs à ceux observés auparavant avec une charge d’alimentation semblable, et la libération globale de diamants à partir du minerai a été améliorée.
  • Un programme d’expansion et de conversion des ressources minérales a été entrepris sur les kimberlites de Renard 3 et de Renard 4 dans le but d’accélérer leur exploitation dans le plan minier Renard. Des résultats positifs de forage et d’échantillonnage ont été obtenus.
  • Les charges d’exploitation décaissées par tonne traitée1 se sont élevées à 57,15 $ par tonne (103,74 $ par carat) et les dépenses d’investissement1, à 22,5 M$.
  • Pour le troisième trimestre de l’exercice 2018, la Société a inscrit un BAIIA ajusté1 de (11,8) M$, ou (47,2) % des produits des activités ordinaires ajustés1, ce qui tient compte d’une réduction de valeur de 13,9 M$ des charges décaissées visant à ramener les stocks à leur valeur nette de réalisation.
  • Après la clôture du trimestre, la Société a conclu, avec des prêteurs et les principales parties prenantes, une série d’opérations de financement qui représentent une contrepartie et des liquidités additionnelles pouvant atteindre 129 M$ pour la Société.
1 Se reporter à la rubrique « Mesures financières non conformes aux IFRS ».
2 Avant financement lié à la production et redevances.
3 Selon un taux de change moyen du dollar canadien en dollar américain de 1,30 $.
4 Selon un taux de change moyen du dollar canadien en dollar américain de 1,31 $.

Matt Manson, président et chef de la direction, a déclaré : « Nos résultats financiers du troisième trimestre reflètent la vente, en juillet et en septembre, de diamants récupérés entre avril et juin, alors que la mine souterraine était en voie d’accélérer sa production en extrayant du minerai à faible teneur. Depuis que la mine souterraine a atteint sa pleine capacité prévue à la fin d’août, nous avons connu nos deux meilleurs mois de l’année sur le plan de la production de diamants, avec une récupération de 130 000 carats d’une teneur de 64 cpct en septembre puis, après la fin du trimestre, une récupération de 161 000 carats d’une teneur de 74 cpct en octobre. Nous continuons d’observer une faiblesse au sein du marché des diamants, en particulier pour les diamants de petite taille et de qualité inférieure, et cette situation s’est poursuivie au cours du quatrième trimestre. Toutefois, la mine Renard répond maintenant aux attentes, voire les dépasse, pour ce qui est des tonnes extraites, des tonnes traitées et de la quantité de carats récupérés, et nous maintenons nos prévisions de production pour l’exercice 2018, lesquelles avaient été révisées en mai. Grâce au renforcement de notre bilan subséquent à la conclusion des ententes de financement de 129 millions de dollars annoncées le 2 octobre dernier, ainsi qu’à l’atteinte d’opérations stables la mine Renard, nos perspectives pour le reste de l’année et pour le début de 2019 sont positives. »

Tableau 1. Faits saillants de nature financière

(en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire)

  Trimestre clos le
  Semestre clos le
 
  30 septembre 2018   30 septembre 2017   30 septembre 2018   30 septembre 2017  
Minerai extrait de la mine à ciel ouvert (tonnes) 645 527   1 074 148   1 684 133   3 648 673  
Minerai extrait de la mine souterraine (tonnes) 475 289   52 162   888 724   88 730  
Minerai traité (tonnes) 597 761   506 381   1 722 341   1 437 619  
Carats récupérés 329 306   442 154   838 507   1 244 667  
Carats vendus 205 987   405 643   891 047   1 214 928  
Produits des activités ordinaires 29 356   49 977   142 216   141 019  
Coût des produits vendus 54 834   40 084   173 053   105 984  
Frais de vente, charges générales et administratives et frais de prospection 5 536   4 460   18 178   15 364  
Charges financières 22 439   5 410   59 893   4 891  
Perte (profit) de change (1 737 ) (4 601 ) 3 716   (8 861 )
(Perte) profit net (37 645 ) 2 289   (84 489 ) 4 226  
Perte nette par action – de base et diluée (0,05 ) Néant   (0,10 ) 0,01  
Perte nette ajustée1 (31 726 ) (4 212 ) (76 948 ) (11 722 )
BAIIA ajusté1 (11 766 ) 21 685   (10 776 ) 59 778  
Marge du BAIIA ajusté (%)1 -47,2  % 43,4  % -9,6  % 42,4  %
Dépenses d’investissement1 22 457   31 222   73 432   79 287  

SURVOL DES RÉSULTATS FINANCIERS

Les produits des activités ordinaires ont totalisé 29,4 M$ pour le troisième trimestre de 2018, en comparaison de 50,0 M$ pour le troisième trimestre de 2017. Les produits des activités ordinaires du trimestre écoulé comprennent un montant de 7,5 M$ comptabilisé au titre des passifs sur contrats liés au produit que la Société a reçu d’avance aux termes du contrat d’achat de la production de diamants de Renard en échange d’engagements futurs de livraison de diamants à des prix prévus par contrat (6,0 M$ pour le troisième trimestre de 2017).

Stornoway a inscrit une perte nette de 37,6 M$ (bénéfice net de 2,3 M$ pour le troisième trimestre de 2017) et une perte nette ajustée de 31,7 M$ (4,2 M$ pour le troisième trimestre de 2017), ce qui rend compte d’une diminution de la marge brute, laquelle inclut une réduction de valeur de 22,4 M$ visant à ramener les stocks de minerai, de biens en cours de production et de produits finis à leur valeur nette de réalisation, facteurs contrebalancés en partie par une hausse du produit d’impôt différé. Le BAIIA ajusté1 a représenté une perte de 11,8 M$, ce qui s’explique par une augmentation des charges d’exploitation, notamment une réduction de valeur de 13,9 M$ des stocks visant à les ramener à leur valeur nette de réalisation en raison du traitement de minerai à plus faible teneur. Les dépenses d’investissement se sont chiffrées à 22,5 M$ pour le trimestre et à 73,4 M$ pour l’exercice à ce jour.

FAITS SAILLANTS DE L’EXPLOITATION

Environnement, santé, sécurité et communautés

Aucun incident avec arrêt de travail n’a été enregistré au cours du trimestre, ce qui ramène le taux d’incident avec arrêt de travail depuis le début de l’exercice à 0,53 pour les employés de Stornoway et à 1,73 pour les entrepreneurs, soit un taux combiné de fréquence des incidents avec arrêt de travail de 0,90. Le nombre d’employés de Stornoway s’élevait à 571 au 30 septembre 2018, incluant 515 employés travaillant au site minier, dont 14 % étaient des Cris, 22 % venaient de Chibougamau et de Chapais et 64 % venaient de l’extérieur de la région. Aucun incident d’infraction aux lois et aux règlements régissant la protection de l’environnement n’a été enregistré au cours du trimestre.

Exploitation minière et traitement

Pour le troisième trimestre, 645 527 tonnes ont été dégagées de la fosse à ciel ouvert Renard 65, desquelles 160 933 tonnes de minerai ont été extraites. Au total, 571 405 tonnes de minerai ont été dégagées dans le cadre des activités de production et d’aménagement de la mine souterraine Renard 2 au cours du trimestre, desquelles 475 289 tonnes de minerai ont été extraites. La production pour le trimestre représente 329 306 carats récupérés du traitement de 597 761 tonnes de minerai, pour une teneur attribuable de 55 cpct. La teneur du minerai traité et la quantité de carats récupérés au cours du trimestre reflètent l’amélioration des teneurs de la mine souterraine par rapport au deuxième trimestre. L’exploitation minière et le traitement se sont ressentis d’un incendie de forêt survenu au début de juillet, qui a entraîné l’évacuation du personnel non essentiel du site minier et l’arrêt de la production pendant trois jours. Les taux de traitement au troisième trimestre se sont établis en moyenne à 6 500 tonnes par jour (6 820 tonnes par jour en moyenne en septembre).

La production de la mine souterraine Renard 2 s’est intensifiée au cours du troisième trimestre et la capacité nominale a été atteinte avant la fin du trimestre. Le développement d’une méthode de foudroyage par blocs assisté comme principale méthode d’exploitation s’est poursuivi dans la mine souterraine, l’objectif étant d’atteindre une granulométrie optimale du minerai foudroyé et d’ouvrir plusieurs panneaux de minage pour soutenir le taux d’exploitation minière prévu. L’accélération de la production de la mine souterraine a été complétée au cours du trimestre et il a été possible d’alimenter régulièrement l’usine de traitement. La mine souterraine possède maintenant suffisamment d’équipement et de main-d’œuvre pour atteindre les taux d’extraction prévus. Les premiers panneaux miniers ouverts à l’orée du corps minéralisé au niveau de 290 mètres étaient composés de minerai à faible teneur hautement dilué, ce qui s’est répercuté sur la production de carats aux premiers stades de l’exploitation de la mine souterraine. Toutefois, comme prévu, les teneurs ont augmenté à la suite de l’ouverture de panneaux additionnels dans le corps principal de la kimberlite qui offre un minerai moins dilué, qui sera au centre des activités minières au cours du quatrième trimestre.

Mise en service au cours du deuxième trimestre, la nouvelle usine de tri de minerai de Renard traite du minerai de façon continue depuis la mi-mai. Les diamants récupérés depuis le lancement de ce circuit ont présenté des niveaux de bris inférieurs à ceux observés auparavant avec une charge d’alimentation semblable et, dans l’ensemble, les niveaux de bris ont été maintenus à des niveaux bas malgré la grande quantité de matériaux fortement dilués et de teneur inférieure fournis à l’usine pendant cette période. De plus, des taux de récupération de diamants plus élevés que prévu ont été observés depuis le début du tri du minerai, ce qui indique que les diamants sont libérés plus efficacement du minerai acheminé vers l’usine principale de traitement.

Au cours du trimestre, le volume et la qualité des stériles qui ont été dissociés du minerai durant le processus de tri ont dépassé les attentes; les stériles rejetés atteignent de 15 % à 30 % du matériel trié. Le contenu en kimberlite du flux de stériles oscille en moyenne entre 1 % et 2 %. Cela a entraîné d’importantes réductions dans l’alimentation à l’usine de traitement et a ouvert une nouvelle capacité de traitement pour une production future. Comme les stériles du minerai de Renard sont durs et difficiles à broyer, le fait de les exclure de l’usine de traitement a généré d’importantes économies d’électricité, et ce, malgré l’ajout du nouveau circuit de tri.

Ventes de diamants

Au cours du trimestre, deux ventes par appel d’offres visant un total de 184 620 carats ont été conclues, pour un produit brut2 de 24,7 M$3, à un prix moyen de 103 $ US le carat (134 $ le carat1, 3). Les produits des activités ordinaires comptabilisés pour le trimestre ont été générés par la vente de la production de minerai brut récupéré au cours du deuxième trimestre. En plus de la vente de la production de minerai brut, un volume supplémentaire de 21 367 carats de diamants d’une taille inférieure à ceux retenus par un tamis DTC de dimension -7 a été vendu au cours du trimestre dans le cadre d’une vente contractuelle hors appel d’offres, pour un produit brut2 de 0,4 M$3, à un prix moyen de 13 $ US le carat (17 $ le carat4). Ce volume provient de la récupération de petits diamants « inattendus » qui ont été produits entre juin et août 2018, en excédent de la production attendue de la ressource minérale Renard.

Sur une base sectorielle, compte tenu des résultats de la vente de la production inattendue, 140 872 carats de diamants retenus par un tamis DTC de dimension +7 ont été vendus à un prix moyen de 130 $ US le carat (169 $ le carat4), et 65 115 carats de diamants retenus par un tamis DTC de dimension -7 ont été vendus à un prix moyen de 15 $ US le carat (20 $ le carat3).

Projets d’investissement

Les dépenses d’investissement du trimestre, qui se sont chiffrées à 22,5 M$, ont trait principalement à l’aménagement de la mine souterraine, à l’achat de matériel d’exploitation minière souterraine additionnel et à la mise en valeur de la fosse à ciel ouvert à Renard 65.

Les dépenses d’investissement liées à la mine souterraine engagées au cours du troisième trimestre ont été axées sur les travaux latéraux d’accès au niveau de 290 mètres et aux galeries de forage pour la partie supérieure de la mine, ainsi que sur l’aménagement de la galerie principale vers le niveau de 470 mètres. Au total, des travaux latéraux ont été effectués sur 944 mètres. Les travaux d’aménagement de la mine souterraine au quatrième trimestre seront concentrés sur la galerie menant au niveau de 470 mètres et sur les travaux d’accès à la mine de kimberlite Renard 3.

Prévisions de production et prévisions financières pour 2018

Le 14 mai 2018, la Société a révisé ses prévisions de production pour la mine Renard. Compte tenu des taux de production atteints depuis l’exploitation complète de la mine souterraine à la fin d’août et des ventes prévues en 2018, les carats produits et les carats vendus devraient se situer dans le bas de la fourchette des prévisions révisées pour 2018, selon un nombre de tonnes moins élevé et des teneurs moyennes plus élevées. Les dépenses d’investissement devraient être inférieures aux prévisions en raison de l’annulation ou du report de certains projets d’immobilisations. Les prix devraient se situer dans les limites des prévisions.

  Prévisions 14 mai 2018 Prévisions mises à jour
Carats récupérés 1,35 – 1,40 million Bas de la fourchette
Teneur 54 to 56 cpct Haut de la fourchette ou légèrement plus
Tonnes traitées 2,5 millions 2,35 à 2,4 millions
Carats vendus 1,20 à 1,25 million Bas de la fourchette
Prix moyen obtenu pour les diamants (+7) 125-165 $ US Milieu de la fourchette
Prix moyen obtenu pour les diamants (-7) 15-19 $ US Milieu de la fourchette
Tonnes extraites de la mine à ciel ouvert (minerai et stérile) 2,7 millions 2,4 à 2,5 millions
Tonnes extraites de la mine souterraine (minerai et stérile) 2,2 millions 1,80 à 1,85 millions
Dépenses d’investissement 100 millions 90 $ à 95 $ millions
Charges d’exploitation décaissées/Tonne 48 $-50 $ Haut de la fourchette ou légèrement plus
Charges d’exploitation décaissées/Carat 88 $-90 $ Haut de la fourchette ou légèrement plus

Exploration

Au cours du troisième trimestre, un programme de mise en valeur des ressources a été entrepris sur les kimberlites de Renard 3 et de Renard 4 en vue de convertir certaines ressources minérales en réserves minérales et d’accélérer la production des deux corps minéralisés du plan minier Renard.

À Renard 3, un programme de forage souterrain a été entrepris afin de vérifier la profondeur potentielle de la kimberlite de Renard 3 sous la base des réserves minérales actuellement définies à une profondeur de 255 mètres. Renard 3 a été délimité avec succès sur 5 345 mètres de forage, à des profondeurs de 255 à 290 mètres, avec des intersections additionnelles de kimberlite confirmées sur des largeurs exploitables jusqu’à 315 mètres sous la surface, une profondeur sous laquelle Renard 3 demeure ouverte. Les nouvelles données sont incorporées dans un modèle géologique révisé et une estimation des ressources minérales pour Renard 3, en vue de l’incorporation de nouvelles réserves minérales de Renard 3 au-dessus du niveau de 290 mètres dans le calendrier d’exploitation de 2019.

À Renard 4, un nouvel échantillon de surface a été prélevé dans une région de la kimberlite qui se trouve près de la surface, à proximité du Lac du Lagopède. La kimberlite de Renard 4 comprend actuellement 1,67 million de carats de réserves minérales probables (3,46 millions de tonnes à une teneur moyenne de 48 cpct) dans le plan minier souterrain, ainsi que 1,99 million de carats de ressources minérales indiquées (2,93 millions de tonnes à une teneur moyenne de 68 cpct) et 2,46 millions de carats de ressources minérales présumées (4,75 millions de tonnes à une teneur moyenne de 52 cpct). En 2007, un échantillon de surface de 2 104 tonnes situé sur un affleurement voisin de l’unité à haute teneur Renard 4d a permis d’extraire 2 722 carats de diamants à une teneur de 129 cpct. Le nouvel échantillonnage vise à récupérer des parcelles de diamants des unités Renard 4a et 4b de faible teneur qui composent le reste du diatrème de Renard 4. Le traitement des échantillons est en cours. Toutefois, à ce jour, une parcelle de 574 carats de diamants a été récupérée à l’unité Renard 4b (1 287 tonnes à 45 cpct) et environ 2 444 carats à l’unité Renard 4a (10 359 tonnes à 24 cpct). Il est à noter que trois pierres « spéciales » ont été récupérées jusqu’à présent : une gemme blanche en forme d’octaèdre de 14,89 carats, une gemme blanche en forme d’octaèdre de 12,42 carats et une pierre clivée brune de 11,12 carats. Les indications initiales montrent que la teneur, la distribution granulométrique et l’assortiment de qualité des diamants récupérés sont conformes à l’échantillonnage précédent.

Dans le plan minier Renard, l’exploitation souterraine de la kimberlite de Renard 4 est prévue seulement après l’achèvement de l’exploitation des kimberlites de Renard 2 et de Renard 3. La Société étudie la possibilité d’exploiter une fosse à ciel ouvert dans les kimberlites de Renard 4 et de Renard 9 voisines afin de fournir du minerai additionnel plus tôt dans la durée de vie de la mine. Une telle fosse permettrait d’extraire une partie, ou la totalité, des quelque 1,99 million de carats de diamants que l’on estime être contenus dans les 140 premiers mètres de la kimberlite de Renard 4. Ces diamants sont contenus dans les ressources minérales indiquées du projet, mais ils se trouvent à l’extérieur de la réserve minérale actuelle, car ils se situent dans le secteur du pilier de couronne proposé pour la mine souterraine Renard 4. Les résultats de l’échantillonnage en cours serviront à appuyer une évaluation économique pour le développement d’une fosse à ciel ouvert pour Renard 4 et Renard 9, qui nécessitera une structure de rétention d’eau au Lac du Lagopède. En cas de succès, une telle fosse fournirait suffisamment de minerai pour tirer pleinement parti de la capacité accrue de l’usine de traitement créée par l’introduction du nouveau circuit de tri de minerai.

MESURES FINANCIÈRES NON CONFORMES AUX IFRS

Le présent document fait mention de certaines mesures financières, comme la perte nette ajustée, les produits des activités ordinaires ajustés, le BAIIA ajusté, la marge du BAIIA ajusté, le prix moyen obtenu pour le diamant, les charges d’exploitation décaissées par tonne traitée, les charges d’exploitation décaissées par carat récupéré et les dépenses d’investissement. Ces mesures ne sont pas reconnues en vertu des IFRS et n’ont pas de signification normalisée prescrite en vertu des IFRS. Par conséquent, ces mesures pourraient ne pas être comparables à des mesures semblables présentées par d’autres sociétés.

Chacune de ces mesures est tirée des états financiers de la Société et a été définie et calculée selon le jugement raisonnable de la direction. Ces mesures sont utilisées par la direction et par les investisseurs pour évaluer les résultats de la Société. Elles visent à fournir de l’information supplémentaire à l’utilisateur des états financiers; elles ne doivent pas être sorties de leur contexte ni être considérées comme pouvant remplacer les mesures préparées conformément aux IFRS. Pour de plus amples renseignements sur la question et pour un rapprochement avec les mesures conformes aux IFRS, se reporter à la rubrique « Mesures financières non conformes aux IFRS » du rapport de gestion de la Société au 30 septembre 2018 et pour le trimestre clos à cette date.

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE ET WEBDIFFUSION

Stornoway tiendra une conférence téléphonique à l’intention des analystes et des investisseurs le 14 novembre 2018 à 11 h (HNE). Il est possible d’accéder à la conférence en composant le numéro sans frais suivant pour l’Amérique du Nord : 1 844 215-3287 ou, pour les appels de l’étranger, le 1 209 905‑5939, et en indiquant le code d’identification de la conférence, soit le code 8380317. Une webdiffusion en direct sera disponible à l’adresse suivante : https://edge.media-server.com/m6/p/4wb8hnvh. Un enregistrement de la conférence téléphonique sur les résultats du troisième trimestre sera disponible sur le site Web de Stornoway, à l’adresse www.stornowaydiamonds.com.

À PROPOS DE LA MINE DE DIAMANTS RENARD

La mine de diamants Renard est la première mine diamantifère au Québec en importance et la sixième au Canada. Elle est située à environ 250 km au nord de la communauté crie de Mistissini et à 350 km au nord de Chibougamau dans la région de la Baie-James, dans le centre-nord du Québec. Le projet de construction a commencé le 10 juillet 2014, et la production commerciale a été déclarée officiellement le 1er janvier 2017. Une production annuelle moyenne de diamants de 1,8 million de carats est prévue pendant les 10 premières années de vie de la mine. Les lecteurs sont invités à consulter le rapport technique du 11 janvier 2016 concernant l’estimation des ressources minérales de septembre 2015, et le rapport technique daté du 30 mars 2016 sur la mise à jour du plan minier et de l’estimation des réserves minérales de mars 2016 pour de plus amples renseignements et d’autres hypothèses concernant le projet.

PERSONNES QUALIFIÉES

Les informations scientifiques ou techniques figurant dans le présent communiqué de presse ont été préparées sous la supervision de M. Patrick Godin, ing. (Québec), chef de l’exploitation, et de M. Robin Hopkins, géologue (NT/NU) et vice-président de l’exploration. M. Godin et M. Hopkins sont tous deux des personnes qualifiées en vertu du Règlement 43-101 sur l’information concernant les projets miniers (le « Règlement 43-101 »).

À PROPOS DE STORNOWAY DIAMOND CORPORATION

Stornoway est l’une des plus importantes sociétés canadiennes d’exploration de propriétés diamantifères et de production de diamants et elle est inscrite à la cote de la Bourse de Toronto sous le symbole SWY. Son siège social est situé à Montréal. Société axée sur la croissance, Stornoway détient en propriété exclusive une mine de calibre mondial, la mine Renard, la première mine de diamants au Québec.

Au nom du conseil d’administration
STORNOWAY DIAMOND CORPORATION
/s/ « Matt Manson »
Matt Manson
Président et chef de la direction

Pour plus d’information, veuillez contacter Alexandre Burelle (Directeur, Relations avec les investisseurs et développement des affaires) au 450-616-5555, x2264, aburelle@stornowaydiamonds.com  

For more information, please contact Matt Manson (President and CEO) at 416-304-1026 x2101
or Orin Baranowsky (CFO) at 416-304-1026 x2103 or Alexandre Burelle (Manager, Investor Relations and Business Development) at 450-616-5555 x2264
or toll free at 1-877-331-2232

** Site Web : www.stornowaydiamonds.com Courriel : info@stornowaydiamonds.com **

ÉNONCÉS PROSPECTIFS

Le présent document contient de l’information prospective (telle qu’elle est définie par le Règlement 51-102 sur les obligations d’information continue) et des énoncés prospectifs au sens des lois sur les valeurs mobilières canadiennes et de la Private Securities Litigation Reform Act of 1995 des États-Unis (collectivement, « information prospective » ou « énoncés prospectifs »). Ces énoncés prospectifs ont été établis en date du présent document et la Société n’entend pas les mettre à jour et n’a aucune obligation de le faire, sauf si elle y est tenue par la loi.

Ces énoncés prospectifs se rapportent à des événements futurs ou à un rendement futur et comprennent notamment des énoncés se rapportant aux objectifs de Stornoway pour l’exercice à venir, à ses objectifs à moyen terme et à long terme et à ses stratégies en vue d’atteindre ces objectifs, ainsi que des énoncés concernant les opinions, plans, objectifs, attentes, estimations, intentions et perspectives d’avenir ou événements ou résultats prévus de la direction. Bien que la direction estime que ces hypothèses sont raisonnables compte tenu de l’information dont elle dispose actuellement, elles pourraient s’avérer inexactes.

Les énoncés prospectifs reflètent les attentes ou les opinions actuelles concernant des événements futurs et comprennent, sans s’y limiter, des énoncés à l’égard i) de la quantité de réserves minérales, de ressources minérales et de cibles de prospection; ii) de la quantité estimative de la production future pour une période donnée; iii) de la valeur actualisée nette et des taux de rendement internes de l’exploitation minière; iv) des attentes et cibles relatives à la teneur récupérée, à la distribution granulométrique et à la qualité des diamants, à la récupération moyenne du minerai, aux carats récupérés, aux carats vendus, à la dilution interne, à la dilution minière et à d’autres paramètres miniers indiqués dans le rapport technique de 2016, de même qu’aux taux de fracturation du diamant; v) des attentes, cibles et prévisions relatives aux produits bruts des activités ordinaires, aux flux de trésorerie d’exploitation et à d’autres mesures des produits des activités ordinaires indiqués dans le rapport technique de 2016, à la croissance des ventes de diamants, aux coûts des produits vendus, aux coûts de production décaissés, aux estimations des marges brutes, aux ventes de diamants, aux mélanges de diamants vendus et aux dépenses d’investissement prévues et projetées, à la situation de trésorerie et aux besoins de fonds de roulement; vi) du potentiel d’agrandissement de la mine et d’élargissement des ressources de la mine, de la durée de vie prévue de la mine et de l’estimation de la récupération additionnelle du minerai, des produits des activités ordinaires et d’autres paramètres miniers découlant du potentiel de prolongement additionnel de la durée de vie de la mine; vii) des délais prévus pour la délivrance des permis et des approbations réglementaires liés aux activités de construction en cours à la mine de diamants Renard; viii) du calendrier prévu pour l’achèvement de la mine à ciel ouvert et de la mine souterraine de la mine de diamants Renard; ix) des obligations financières attendues de Stornoway ou des coûts engagés par celle-ci relativement à l’aménagement en cours de la mine de diamants Renard; x) des taux d’extraction, de mise en valeur, de production, de traitement et de prospection, de la progression et des plans, comparativement au calendrier et au budget, et de l’optimisation prévue, des possibilités d’agrandissement et du calendrier y afférent, et des bénéfices prévus qui en découlent; xi) des plans de prospection futurs et des résultats supérieurs potentiels par rapport aux cibles identifiées à l’égard d’autres travaux de prospection; xii) des attentes relatives aux perspectives et aux tendances dans le secteur des diamants, de la production de diamants bruts, de l’offre et de la demande dans le marché des diamants bruts, et des cours futurs des diamants bruts, ainsi que de l’incidence potentielle des éléments susmentionnés sur diverses mesures financières et sur la production de diamants de Renard; xiii) des avantages économiques d’utiliser une centrale électrique alimentée au GNL plutôt qu’au diesel; xiv) des besoins et des sources de financement, de l’accès au financement et de l’affectation des fonds ; xv) de la capacité de la Société à honorer ses obligations de livraison de la participation liée aux diamants visés aux termes de la convention d’achat et de vente; xvi) du taux de change entre le dollar américain et le dollar canadien; et xvii) des bénéfices prévus découlant des mesures de modification de l’usine récemment approuvées et du calendrier prévu ainsi que de l’investissement prévu pour les réaliser. Toute déclaration qui exprime ou implique des discussions en ce qui concerne les prévisions, attentes, croyances, plans, projections, objectifs, hypothèses ou événements ou rendements futurs (souvent, mais pas toujours, en utilisant des mots ou expressions tels que « s’attendre à », « prévoir », « planifier », « projeter », « estimer », « supposer », « avoir l’intention de », « stratégie », « buts », « objectifs », « calendrier » ou des variantes de ceux-ci ou en indiquant que certaines actions, certains événements ou résultats « peuvent », « pourraient » ou « devraient » être pris, survenir ou être atteints ou en utilisant le mode futur ou conditionnel à leur égard ou encore la forme négative de l’un de ces termes ou d’expressions similaires) n’est pas un énoncé de faits historiques et peut être un énoncé prospectif.

Les énoncés prospectifs sont établis en fonction de certaines hypothèses formulées par Stornoway ou ses consultants et d’autres facteurs importants qui, s’ils se révèlent inexacts, pourraient amener les résultats, performances ou réalisations réels de Stornoway à différer considérablement des résultats, performances ou réalisations futurs exprimés ou sous-entendus dans ces énoncés. Ces énoncés et renseignements s’appuient sur plusieurs hypothèses en ce qui concerne les stratégies et perspectives d’entreprise actuelles et futures ainsi que le contexte dans lequel Stornoway exercera ses activités au cours des périodes à venir, y compris la teneur récupérée, la distribution granulométrique et la qualité des diamants, la récupération moyenne du minerai, la dilution interne et les taux de fracturation, le prix des diamants, les coûts prévus et la capacité de Stornoway d’atteindre ses objectifs, le rendement financier prévu, l’évolution réglementaire, les plans de mise en valeur, les activités et les engagements de prospection, de mise en valeur et d’exploitation minière, l’accès au financement et le taux de change entre le dollar américain et le dollar canadien. Bien que la direction estime que ses hypothèses concernant ces questions sont raisonnables compte tenu de l’information dont elle dispose actuellement, elles pourraient s’avérer inexactes. Parmi les hypothèses importantes posées par Stornoway ou ses consultants dans le cadre de ses énoncés prospectifs, on note entre autres les suivantes : i) l’exactitude de nos estimations à l’égard des exigences en matière de capital et de main-d’œuvre; ii) les estimations de la valeur actualisée nette et des taux de rendement internes; iii) la teneur récupérée, la distribution granulométrique et la qualité des diamants, la récupération moyenne du minerai, les carats récupérés, les carats vendus, la dilution interne, la dilution minière et d’autres paramètres miniers indiqués dans le rapport technique 2016, de même que les taux de fracturation du diamant; iv) les attentes relatives aux mélanges de diamants vendus et la réussite des mesures d’atténuation des problèmes en cours de bris des diamants à l’usine de traitement de la mine de diamants Renard et la réalisation des avantages prévus découlant des modifications de l’usine dans le respect de l’échéancier prévu et des coûts en capital prévus; v) la stabilisation du marché de change indien et le plein recouvrement des prix; vi) la réception des approbations réglementaires selon des modalités acceptables dans des délais habituels et l’absence de faits nouveaux défavorables en matière de réglementation; vii) les délais prévus pour l’aménagement continu d’une mine à ciel ouvert et d’une mine souterraine à la mine de diamants Renard; viii) les formations géologiques que l’on s’attend à rencontrer; ix) l’acceptation continue par le marché de la production de diamants de Renard, les prévisions prudentes relatives aux futurs prix du marché pour les diamants bruts et l’incidence des éléments susmentionnés sur diverses mesures financières et sur la production de diamants de Renard; x) l’échéancier, les progrès et les coûts des activités, plans, engagements et objectifs de prospection, de mise en valeur, de production et d’exploitations futurs; xi) la disponibilité des facilités de crédit existantes et du financement futur requis selon des modalités favorables et le respect de tous les engagements et conditions préalables liés aux engagements de financement à venir; xii) la capacité de la Société à honorer ses obligations de livraison de la participation liée aux diamants visés aux termes de la convention d’achat et de vente; xiii) l’interprétation par Stornoway des données de forage géologique recueillies et de leur incidence potentielle sur les ressources minérales indiquées et la durée de vie de la mine; xiv) la robustesse persistante du dollar américain par rapport au dollar canadien et l’absence d’une variabilité importante des taux d’intérêt; xv) l’amélioration des caractéristiques fondamentales de l’industrie des diamants à long terme et l’absence de détérioration importante de la conjoncture générale et économique et l’absence de variabilité importante des taux d’intérêt; xvi) l’augmentation du nombre de carats récupérés avec des teneurs qui augmentent progressivement dans le plan DVM; xvii) l’estimation de la récupération additionnelle du minerai, des produits des activités ordinaires et d’autres paramètres miniers découlant du potentiel de prolongement additionnel de la durée de vie de la mine avec des dépenses d’investissement minimales; xviii) la disponibilité d’employés qualifiés et le maintien de relations clés avec les partenaires de financement, les collectivités locales et autres parties prenantes; xix) les tendances positives à long terme de la demande et la demande de diamants bruts surpassant considérablement l’offre; xx) les hauts taux d’épuisement des mines de diamants existantes; xxi) la stabilité continue de la production de diamants bruts mondiale; xxii) les besoins en capital modestes après 2018 conjugués à l’élargissement important des ressources disponibles à un coût marginal; xxiii) une hausse substantielle des ressources dans le cadre du plan minier; xxiv) les possibilités quant à l’accélération de l’extraction et à l’expansion du traitement du minerai à haute teneur, et à la réalisation des bénéfices prévus en découlant; xxv) les rendements supérieurs potentiels par rapport aux cibles identifiées à l’égard d’autres travaux de prospection; et xxvi) les montants limités des impôts à payer en espèces à moyen terme.

Par nature, les énoncés prospectifs comportent des incertitudes et des risques inhérents, tant généraux que spécifiques, et il y a un risque que les estimations, les prévisions, les projections et les autres énoncés prospectifs ne se concrétisent pas ou que les hypothèses ne reflètent pas la réalité future. Nous avertissons les lecteurs de ne pas se fier indûment à ces énoncés, étant donné que différents facteurs de risque importants pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des opinions, des plans, des objectifs, des attentes, des prévisions, des estimations, des hypothèses et des intentions qui sont exprimés dans ces énoncés prospectifs. Ces facteurs de risque peuvent être généralement décrits comme le risque que les hypothèses et estimations mentionnées ci-dessus ne se matérialisent pas, y compris l’hypothèse figurant dans plusieurs énoncés prospectifs selon laquelle d’autres énoncés prospectifs seront inexacts, mais ils comprennent particulièrement, sans s’y limiter, i) les risques liés aux variations de teneur, de distribution granulométrique et de qualité des diamants, de lithologies kimberlitiques et de contenu de roche encaissante dans le matériau identifié en tant que ressources minérales par rapport aux prévisions; ii) les variations des taux de récupération et des niveaux de fracturation du diamant; iii) l’incertitude quant à savoir si l’exploration additionnelle de cibles de prospection entraîne la délimitation des cibles comme ressources minérales; iv) les risques associés à notre dépendance envers la mine de diamants Renard et son historique d’exploitation limité; v) les faits nouveaux défavorables touchant la conjoncture économique générale et ceux survenant sur les marchés mondiaux du diamant; vi) les variations des évaluations des diamants et les fluctuations des prix des diamants par rapport à ceux présumés; vii) la demande insuffisante et l’acceptation de nos diamants par le marché; viii) les risques associés à la production et à la demande croissante des consommateurs à l’égard de diamants synthétiques de qualité précieuse; ix) les risques associés aux fluctuations du dollar canadien et d’autres monnaies par rapport au dollar américain et la variabilité des taux d’intérêt; x) l’inexactitude de nos estimations concernant les exigences de financement et de capital ainsi que les dépenses futures, d’importants besoins additionnels futurs en capital et la non-disponibilité de financement et de capital additionnels ou leur non-disponibilité selon des modalités raisonnables; xi) les incertitudes associées aux prévisions, aux coûts et aux échéanciers des plans de mise en valeur, des activités de prospection, de traitement, de production et d’exploitation futurs; xii) les augmentations relatives aux coûts en capital, coûts d’exploitation et dépenses d’investissement de maintien proposés; xiii) les hausses des charges financières ou les changements défavorables touchant les conditions du financement disponible, le cas échéant; xiv) des taux d’imposition ou de redevances plus élevés que prévu; xv) l’incertitude liée au potentiel de prolongement de la vie de la mine et aux résultats de l’exploration dans les zones d’élargissement potentiel des ressources; xvi) les changements visant les plans de mise en valeur ou d’exploitation minière en raison de changements visant d’autres facteurs ou des résultats de prospection; xvii) les risques liés à l’obtention des approbations réglementaires ou à la mise en œuvre de l’entente sur les répercussions et les avantages existante conclue avec les collectivités autochtones; xviii) le défaut d’obtenir et de maintenir en poste des employés qualifiés et de maintenir des relations clés avec les partenaires de financement, les collectivités locales et d’autres parties prenantes; xix) les risques associés aux problèmes actuels de bris des diamants à l’usine de traitement de la mine de diamants Renard et le défaut de concrétiser les avantages prévus découlant des modifications apportées à l’usine ou le défaut de les concrétiser dans les délais prévus et en respectant le coût du capital prévu; xx) les effets négatifs sur le marché de la récente démonétisation indienne et l’effet continu sur le prix et la demande; xxi) les incidences de la concurrence sur les marchés où Stornoway exerce des activités; xxii) les risques d’exploitation et d’infrastructure; xxiii) le risque d’exécution lié à l’aménagement d’une mine productive à la mine Renard; xxiv) le risque que Stornoway soit incapable de s’acquitter de ses obligations de livraison de la participation liée aux diamants visés aux termes de la convention d’achat et de vente; xxv) les futures ventes ou émissions d’actions ordinaires entraînant la baisse du prix des actions ordinaires et la dilution de la participation des actionnaires actuels; xxvi) le risque de défaillance des systèmes d’information; xxvii) le risque que notre assurance ne couvre pas tous les risques éventuels; xxviii) les risques associés à notre dette importante et le défaut de satisfaire à nos obligations en matière de service de la dette; et xxix) les facteurs de risque additionnels décrits dans les présentes et dans les rapports de gestion annuels et intermédiaires et dans les autres documents d’information de Stornoway, ainsi que la prévision de la part de Stornoway par rapport à la gestion des risques décrits plus haut et l’efficacité avec laquelle elle les gère. Stornoway prévient le lecteur que la liste qui précède des facteurs pouvant influer sur les résultats futurs n’est pas exhaustive et que de nouveaux risques imprévisibles peuvent survenir de temps à autre.

TSX accepte un avis d’intention de procéder à une offre publique de rachat dans le cours normal des activités

AURORA, Ontario, 14 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Magna International Inc. (TSX : MG ; NYSE : MGA) a annoncé aujourd’hui que la Bourse de Toronto (le « TSX ») avait accepté son avis d’intention de procéder à une offre publique de rachat dans le cours normal de ses activités (l’« Avis »). En vertu de cet Avis, Magna peut racheter jusqu’à concurrence de 33 200 000 Actions ordinaires Magna (l’« Offre »), soit environ 10 % du flottant. Au 2 novembre 2018, Magna comptait 334 257 524 Actions ordinaires émises et en circulation, dont un flottant composé de 332 209 834 actions ordinaires.

Les principaux objectifs visés par l’Offre sont des rachats aux fins d’annulation, ainsi que des rachats pour financer les attributions ou programmes de rémunération en actions de Magna et/ou les obligations de Magna eu égard à ses régimes de participation différée aux bénéfices. Magna pourrait racheter ses Actions ordinaires, ponctuellement, si elle estime que le cours de marché de celles-ci est intéressant, que cet achat constituerait un usage à bon escient des finances de l’entreprise et qu’il servirait au mieux les intérêts de la Société.

L’Offre débutera le 15 novembre 2018 et prendra fin le 14 novembre 2019, dernier délai. Tous les achats d’Actions ordinaires dans le cadre de l’Offre pourront être effectués sur le TSX, au cours de marché en vigueur au moment de l’achat en vertu des règles et politiques du TSX ou sur le New York Stock Exchange (le « NYSE »), la Bourse de New York, en conformité avec la Règle 10b-18 aux termes de la loi américaine sur les valeurs mobilières U.S. Securities Exchange Act de 1934. Les achats peuvent également être effectués par le biais de systèmes de négociation parallèles au Canada et/ou aux États-Unis, ainsi qu’au moyen de contrats de gré à gré ou dans le cadre d’un programme spécifique de rachat d’actions aux termes d’une ordonnance de dispense pour offre publique de rachat rendue par un organisme de réglementation des valeurs mobilières. Les achats effectués au moyen de contrats de gré à gré ou dans le cadre d’un programme spécifique de rachat d’actions aux termes d’une telle ordonnance seront effectués moyennant un escompte par rapport au cours du marché en vigueur. Les règles et politiques du TSX contiennent des restrictions relatives au nombre d’actions qu’il est possible d’acheter dans le cadre de l’Offre, fondées sur la moyenne des volumes de négociation journaliers d’Actions ordinaires sur le TSX. De même, les clauses de « Safe Harbor » de la Règle 10b-18 imposent certaines limitations quant au nombre d’actions qui peut être acheté sur le NYSE par jour. En conséquence de ces restrictions, sous réserve de certaines exceptions relatives aux achats de blocs de titres, le nombre maximum d’actions qui peuvent être achetées par jour pendant l’Offre sur le TSX est de 256 449 sur la base de 25 % du volume de négociation journalier moyen au cours des six mois précédents (ce volume étant de 1 025 798 Actions ordinaires sur le TSX). Sous réserve de certaines exceptions relatives aux achats de blocs de titres, le nombre maximum d’actions qui peut être acheté par jour sur le NYSE sera égal à 25 % du volume moyen de négociation journalier au cours des quatre semaines calendaires précédant la date d’achat. Sous réserve d’exigences réglementaires, le nombre réel d’Actions ordinaires achetées et le calendrier de ces achats, le cas échéant, seront arrêtés par Magna eu égard aux futures fluctuations de cours et à d’autres facteurs. Tous les achats seront soumis aux périodes normales d’interdictions d’opérations qui s’imposent à Magna. Tous les achats réalisés pendant une période d’interdiction d’opérations s’effectueront uniquement en vertu d’un régime d’achat de titres automatique prédéfini que Magna peut conclure avec son courtier désigné.

L’offre actuelle de rachat de titres dans le cours normal des activités de Magna annoncée en novembre 2017 portant sur l’achat jusqu’à concurrence de 35 800 000 Actions ordinaires expirera le 14 novembre 2018. À la clôture des négociations le 2 novembre 2018, Magna avait racheté 28 791 909 Actions ordinaires au cours moyen pondéré de 57,80 USD. Ces achats ont été effectués dans le cadre de transactions de marché ouvertes sur le TSX et le NYSE, ainsi que par l’intermédiaire de programmes spécifiques de rachats d’actions aux termes d’une ordonnance de dispense pour offre publique de rachat rendue par un organisme de réglementation des valeurs mobilières. 

RELATIONS INVESTISSEURS
Louis Tonelli, Vice-Président des Relations investisseurs
louis.tonelli@magna.com  │ +1 905.726.7035

RELATIONS PRESSE
Tracy Fuerst, Directeur de la Communication d’entreprise et des relations publiques
tracy.fuerst@magna.com  │ +1 248.631.5396

À PROPOS DE MAGNA INTERNATIONAL(1) – Nous comptons plus de 173 000 employés forts d’un esprit d’entreprise qui se consacrent à la fourniture de solutions de mobilité. Nous sommes une entreprise de technologie de la mobilité et l’un des plus grands fournisseurs automobiles au monde avec 340 établissements de fabrication et 89 centres de développement de produits, d’ingénierie et de vente dans 27 pays. Nos capacités concurrentielles comprennent les structures et les parties extérieures de carrosserie, les technologies de l’énergie et de la vision, les systèmes de sièges et des solutions complètes pour les véhicules. Nos actions ordinaires sont négociées à la Bourse de Toronto (MG) et à la Bourse de New York (MGA). Pour en savoir plus sur Magna, veuillez consulter www.magna.com.

DÉCLARATIONS PROSPECTIVES

À l’exception des déclarations de faits historiques, le présent communiqué de presse contient des « déclarations prospectives » au sens de la législation en vigueur sur les valeurs mobilières, y compris, sans s’y limiter, les futurs achats de nos Actions ordinaires dans le cadre d’une Offre publique de rachat dans le cours normal des activités, y compris moyennant des contrats de gré à gré ou un programme spécifique de rachat d’actions aux termes d’une ordonnance de dispense pour offre publique de rachat rendue par l’Ontario Securities Commission. Les déclarations prospectives peuvent inclure des projections financières et autres, ainsi que des déclarations concernant nos futurs projets, objectifs ou performances économiques, voire les hypothèses sous-jacentes aux susvisés. Nous employons des termes tels que « peut », « voudrait », « pourrait », « devrait », « va/vont », probablement, « s’attendre à », « anticiper », « estimer », « avoir l’intention de », « planifier », « prévoir », « perspectives » « projet », « estimation » et des expressions similaires qui suggèrent des résultats ou événements futurs et permettent d’identifier les déclarations prospectives. Toute déclaration prospective se fonde sur des informations actuellement à notre disposition et repose sur des hypothèses et des analyses que nous avons faites à la lumière de notre expérience et de notre perception des tendances historiques, des conditions actuelles et des évolutions futures attendues, ainsi que d’autres facteurs que nous jugeons appropriés dans les circonstances. Toutefois, que ces résultats et évolutions réels soient conformes à nos prévisions et prédictions dépend d’un grand nombre de risques, hypothèses et incertitudes, dont un grand nombre échappe à notre contrôle et dont les effets peuvent être difficiles à prédire. Parmi ces risques, hypothèses et incertitudes figurent, sans s’y limiter, l’impact : des cycles économiques ; des taux de change relatifs ; des risques liés à la souplesse financière ; des fluctuations de cours des titres ; des procédures légales et réglementaires intentées à notre encontre ; des modifications apportées aux lois et à d’autres facteurs exposées dans notre Notice annuelle déposée auprès des commissions en charge des valeurs mobilières au Canada et dans notre rapport annuel au Format 40-F déposé auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis, ainsi tous autres dépôts de documents ultérieurs. Lors de l’évaluation des déclarations prospectives, les lecteurs sont invités à ne pas se fier de manière indue aux déclarations prospectives et à envisager avec précision les différents facteurs susceptibles de faire en sorte que les événements ou résultats réels diffèrent sensiblement de ceux indiqués dans ces énoncés prospectifs.

 (1)  Les chiffres se rapportant aux opérations de fabrication, au développement de produits, à l’ingénierie et aux centres de vente, ainsi qu’aux effectifs incluent certaines opérations mises en équivalence.

Stingray procède à la clôture d’un placement privé de 25 millions de dollars

LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ NE DOIT PAS ÊTRE DISTRIBUÉ AUX ÉTATS-UNIS NI AUX AGENCES DE TRANSMISSION DES ÉTATS-UNIS

MONTRÉAL, 13 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Groupe Stingray Digital Inc. (« Stingray ») (TSX : RAY.A; RAY.B) a annoncé aujourd’hui qu’elle a mené à bien le placement privé annoncé précédemment de 2 429 544 actions à droit de vote subalterne de Stingray (les « actions visées par le placement privé »), souscrites par 3322044 Nova Scotia Limited (le « souscripteur »), au prix de 10,29 $ l’action à droit de vote subalterne, pour un produit brut total 25 000 007,76 $.

Le souscripteur est une société du même groupe que Irving West, Limited, société contrôlée par M. Harry R. Steele, ancien président du conseil de Newfoundland Capital Corporation Limited, dont Stingray a fait l’acquisition le 26 octobre 2018.

Stingray a l’intention d’affecter le produit tiré du placement privé au fonds de roulement, dans le but notamment de dégager de la marge de manœuvre en vue d’une future acquisition majeure. En attendant que le produit net tiré du placement privé soit ainsi affecté, Stingray remboursera certaines sommes dues aux termes de ses facilités de crédit, lesquelles demeureront entièrement à la disposition de Stingray, y compris aux fins du financement d’acquisitions futures.

Les actions visées par le placement privé sont soumises à un délai de conservation de quatre mois à compter de la date d’aujourd’hui.

La présente annonce ne constitue pas une offre de vente de titres aux États-Unis. Les actions visées par le placement privé n’ont pas été et ne seront pas offertes ni vendues aux États-Unis à moins d’avoir été inscrites ou qu’une dispense des exigences d’inscription ne s’applique.

À propos de Groupe Stingray Digital Inc.
Groupe Stingray Digital Inc. (TSX : RAY.A; RAY.B), dont les bureaux sont situés à Montréal, est un chef de file dans les domaines de la musique, des médias et de la technologie comptant plus de 1 200 employés dans le monde entier. Stingray est un fournisseur de premier plan de services sélectionnés offerts directement aux consommateurs ou à des entreprises, notamment des chaînes musicales télévisées, 101 stations de radio, du contenu vidéo à la demande par abonnement, des chaînes de télévision en format 4K ultra-haute définition (UHD), des produits de karaoké, de l’affichage dynamique numérique, de la musique en magasin et des applications de musique qui ont été téléchargées plus de 100 millions de fois. Stingray rejoint 400 millions d’abonnés (ou utilisateurs) dans 156 pays. Pour en savoir davantage, visitez le site www.stingray.com/fr.

Information prospective
Le présent communiqué contient de l’information prospective, au sens de la législation en valeurs mobilières canadienne applicable, notamment en ce qui concerne le placement privé de 2 429 544 actions à droit de vote subalterne de Stingray. L’information prospective comprend, sans limitation, des énoncés concernant l’emploi du produit qui sera tiré du placement privé. L’information prospective porte, entre autres, sur nos objectifs et les stratégies mises en œuvre pour les atteindre, ainsi que sur nos opinions, nos projets, nos attentes, nos estimations ou nos intentions, et peut comprendre d’autres énoncés de nature prévisionnelle ou qui dépendent d’événements ou de conditions à venir, ou qui renvoient à de tels événements ou conditions. On reconnaît les énoncés contenant de l’information prospective à l’emploi de mots et d’expressions comme « pouvoir », « s’attendre à », « anticiper », « supposer », « avoir l’intention », « planifier », « croire », « estimer », « indications », « prévoir », « continuer » et d’autres expressions semblables ainsi qu’à l’utilisation du futur et du conditionnel; toutefois, les énoncés prospectifs ne contiennent pas toujours ces mots ou expressions. De plus, les énoncés faisant référence à des attentes, à des prévisions ou à d’autres interprétations d’événements ou de circonstances à venir contiennent de l’information prospective. Les énoncés qui contiennent de l’information prospective ne portent pas sur des faits passés, mais reflètent plutôt les attentes, les estimations et les projections de la direction concernant des événements futurs.

Bien que la direction soit d’avis que ces énoncés prospectifs reflètent des attentes qui sont raisonnables, ces énoncés reposent sur les opinions, les hypothèses et les estimations de la direction à la date de leur formulation et sont assujettis à divers risques, à diverses incertitudes et à d’autres facteurs en conséquence desquels les événements ou les résultats réels pourraient différer sensiblement de ceux prévus dans les énoncés prospectifs. Ces facteurs comprennent, sans limitation, les facteurs de risque énoncés dans la notice annuelle de Stingray pour l’exercice clos le 31 mars 2018, que l’on peut consulter sur SEDAR.

De plus, si des hypothèses ou des estimations de la direction devaient se révéler inexactes, les résultats et les événements réels sont susceptibles de différer, voire sensiblement, de ceux que contiennent explicitement ou implicitement les énoncés prospectifs qui figurent dans le présent communiqué. Ces hypothèses comprennent, sans limitation, la disponibilité des sources de financement. Si ces hypothèses sont inexactes, les résultats réels de Stingray pourraient différer sensiblement de ceux que contiennent explicitement ou implicitement ces énoncés prospectifs. Les lecteurs sont donc priés de ne pas s’en remettre sans réserve à ces énoncés.

Toute l’information prospective figurant dans le présent document est visée par la présente mise en garde. Les énoncés contenant de l’information prospective qui figurent dans les présentes sont formulés uniquement en date du présent communiqué. Stingray décline expressément toute obligation de mettre à jour ou de modifier ces énoncés prospectifs, ou les facteurs ou les hypothèses qui les sous-tendent, afin de tenir compte de faits nouveaux ou d’événements futurs ou pour toute autre raison, à moins que la loi ne l’y oblige.

Renseignements :

Mathieu Péloquin
Vice-président principal, Marketing et communications
Groupe Stingray Digital Inc.
1-514-664-1244, poste 2362
mpeloquin@stingray.com 

Eastmain découvre une nouvelle zone aurifère, l’indice Percival, rapportant des zones titrant 2.35 g/t Au sur 87 mètres et 1.46 g/t Au sur 78.5 mètres sur la propriété Clearwater

TORONTO, 13 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Eastmain Resources Inc. (« Eastmain » ou la « Société » – TSX: ER, OTCQX: EANRF) annonce la découverte d’une nouvelle zone minéralisée aurifère, l’indice Percival, sur la propriété Clearwater (la « propriété ») qu’elle détient à 100% à la Baie James au Québec. L’indice Percival se situe à 14 km à l’est du gisement aurifère d’Eau Claire qui contient lui-même plus d’un million d’once d’or. Le forage récent sur la découverte Percival a été réalisé dans le cadre du programme d’exploration régional de surface 2018 visant à identifier de nouvelles zones potentielles, et ultimement de nouvelles ressources minérales sur la propriété Clearwater.

En se basant sur les 2 premier sondages, ER18-822 et ER18-823, la minéralisation aurifère de l’indice Percival se poursuit jusqu’à une profondeur verticale minimum de 90 mètres (« m ») avec une l’épaisseur réelle interprétée de 50 m. Le programme de forage continue présentement avec une foreuse dans le secteur de la découverte, testant les extensions latérales et en profondeur de la nouvelle zone, avec des résultats attendus dans les prochaines semaines (voir FIGURES 1 à 4). L’indice Percival se situe le long du corridor de déformation Cannard tandis que la minéralisation aurifère observé est encaissé dans une séquence de roche volcanoclastiques felsiques à intermédiaires fortement altérés, ce qui représente un nouveau métallotèque aurifère sur la propriété.

Faits saillants des intersections aurifères:
ER18-822 ;        1,46 g/t Au sur 78,5 m incluant 4.46 g/t Au sur 8.2 m
ER18-823 ;        2,35 g/t Au sur 87,0 m incluant 5,76 g/t Au sur 6,0 m

Claude Lemasson, PDG d’Eastmain, a déclaré : « La zone minéralisée à Percival représente une toute nouvelle découverte. Nous sommes très encouragés par cette découverte aurifère identifiée près de la surface, qui met en évidence une large zone de minéralisation aurifère ayant un fort potentiel d’expansion latéralement ainsi qu’en profondeur. Deux forages additionnels  ont déjà été complétés à Percival, en profondeur et 120 m à l’ouest de la nouvelle zone respectivement, et nous sommes anxieusement en attente des résultats. Nous comptons poursuivre les forages latéralement en en profondeur sur cette découverte afin d’en apprécier les extensions potentielles et d’obtenir de l’information permettant de mieux comprendre le contexte géologique de la nouvelle minéralisation aurifère ».

Mr. Lemasson poursuit : « S’appuyant sur une ressource solide et un potentiel économique démontrée lors du dépôt de l’Étude Économique Préliminaire du gisement Eau Claire au printemps dernier, nous demeurons impatients d’explorer nos nouveaux indices d’or sur la propriété Clearwater afin d’améliorer le scénario de développement futur de la propriété Clearwater, a-t’ il ajouté. Ces résultats constituent un début excitant pour notre programme d’exploration de surface 2018 qui est axé sur la croissance, en soutien à notre vision d’exploration «3 en 3 » consistant à définir 3 millions d’onces d’or en ressources minérales totales a Clearwater sur une période de 3 ans ».

Les intersections importantes des forages ER18-822 et ER18-823 sont mises en évidence dans le tableau ci-dessous :

Situation Forage De À Longueur de carotte Teneur Profondeur verticale
    (m) (m) (m) (Au g/t) (m)
Percival ER18-822 16,5 95,0 78,5 1,46 35
    Incl. 18,8 33,3 14,5 3,58  
    Incl. aussi 18,8 27,0 8,2 4,46  
    Incl. 46,0 50,3 4,3 2,36  
    Incl. 57,9 66,0 8,1 1,13  
             
Percival ER18-823 28,0 115,0 87,0 2,35 65
    Incl. 28,0 59,5 31,5 3,13  
    Incl. aussi 28,0 34,0 6,0 5,76  
    Incl. 70,6 109,0 39,4 2,59  
    Incl. aussi 88,5 109,0 20,5 3,31  
  • Les intervalles sont présentés en longueur de carotte ; les forages sont généralement planifiés pour recouper la minéralisation le plus près possible de la perpendiculaire ;, les largeurs réelles sont estimées à 75% à 85% de la longueur de carotte lorsque les pendages des forages et l’orientation appar3entes des zones sont pris en compte.
  • Les valeurs présentées ne sont pas coupés ; les intervalles sont contraint dans les limites géologiques des principales zones, mais n’ont pas été corrélés, jusqu’à présent, avec des structures ou horizons individuels à l’intérieur de ces zones.
  • La profondeur verticale est mesurée depuis la surface jusqu’au milieu de l’intervalle rapporté.

L‘indice Percival

L‘indice Percival est située à 14 km à l’est-sud-est du gisement Eau Claire (voir FIGURE 1) dans le secteur Knight de la propriété Clearwater, à l’extrémité ouest d’une séquence volcano-sédimentaire prospective de 7 km de longueur orienté  est-ouest. Cette séquence fait partie d’un plus vaste horizon volcano-sédimentaire long de plus de 14 km connue sous le nom de Knight-Serendipity. Les forages ER18-822 et ER18-823 ont été complétés sur une seule section (voir FIGURES 2 et 3) afin d’évaluer l’extension en profondeur d’une minéralisation aurifère affleurante identifiée lors du programme d’exploration en surface de l’été 2018. Ces deux forages définissent un intervalle minéralisé d’une épaisseur interprétée d’environ 50 m s’étendant de la surface jusqu’à une profondeur verticale en forage de 90 m.

La minéralisation aurifère se trouve dans des roches volcanoclastiques intermédiaires à felsiques, bréchifiées et riches en sulfures, intercalées de minces intervalles de mudstone. La forte altération de ces unités comprend de la silicification, de la séricitisation et de la carbonatation des unités géologiques; on note également la présence de veines de quartz. La minéralisation en sulfures (pyrrhotite et pyrite, de 1 à 10%) se présente sous forme de filonets, de remplissages de fractures, de disséminations et localement de lentilles semi-massives.

Tableau 1 : Informations sur les sondages

Zone cible Forage Azimuth Pendage Zone 18 de coordonnées UTM Longueur totale Élévation
  Nombre Degrés Degrés Abscisse (Est) Ordonnée (Nord) (m) (m)
Percival (Knight) ER18-822 360 -45 457 650 5 781 760 259 334
Percival (Knight) ER18-823 360 -65 457 650 5 781 760 262 334

Deux forages additionnels, un en profondeur et un autre situé à 120 m à l’ouest, ont été complétés dernièrement dans le secteur de l’indice Percival; les résultats d’analyses  pour ces forages sont attendus sous peu. Des forages supplémentaires sont déjà prévus pour continuer à tester les extensions de la zone minéralisée tant latéralement  qu’en profondeur.

Géologie de l’horizon Knight-Serendipity

Les secteurs Knight et Serendipity sont situés aux extrémités opposées de l’horizon volcano-sédimentaire Knight-Serendipity qui peut être tracé, le long d’un vaste pli régional, sur 14 km de long. L’horizon est caractérisé par une longue séquence de roches volcanoclastiques et sédimentaires en contact avec une unité de basalte. Le secteur Knight et le prospect Percival sont situés à l’extrémité sud-ouest du pli régional dans la zone de déformation est-ouest Cannard tandis que le secteur Serendipity de l’horizon volcano-sédimentaire est situé du côté ouest de la zone de déformation Hashimoto, ayant une  direction nord-ouest et parallèle à celle-ci. Ces deux grandes zones de déformation régionales se croisent à environ 4 km à l’est de Percival ou se situe la fermeture du pli régional.

Dans le secteur Knight, l’assemblage stratigraphique est composé de tufs felsiques à intermédiaires, de mudstones, de mudstones graphiteux et de basalte dans un environnement sédimentaire marin. La stratigraphie locale est fortement déformée et affectée par plusieurs phases de plis. La minéralisation est composée de lentilles de sulfures massives à semi-massives, de veines et de veinules de quartz et quartz-sulfure. Les sulfure sont dominées par de la pyrrhotite avec des concentrations mineures en pyrite, chalcopyrite et sphalérite. La géologie régionale et locale suggère un environnement de déposition marin volcanogène. L’interprétation du levé magnétique aéroporté suggère de nombreuses zones de cisaillement en direction  ESE-ONO ainsi que des plis à l’échelle kilométrique.

Le secteur Serendipity est situé à 5 km au nord de Knight, dans la partie est de la propriété. Le contexte géologique est similaire à celui du secteur Knight, c’est-à-dire un environnement bimodal volcanoclastique/sédimentaire caractérisé par un assemblage de tufs felsiques à intermédiaires et de schistes noirs graphiteux avec pyrite nodulaire. La minéralisation observée à Serendipity est composée de lentilles sulfurées massives à semi-massives recoupées par des veines de quartz fumé principalement dans les sédiments. Les sulfures présents sont la pyrrhotite avec un peu de pyrite, de chalcopyrite et de sphalérite. Un enrichissement aurifère a été observé dans des charnières de pli de la zone principale décapée de Serendipity.

Programme de forage d’exploration 2018

Précédant le début de la campagne de forage automnale, la campagne d’exploration estivale de surface de 2018 a permis de prélever 976 échantillons provenant de 795 affleurements situés sur l’ensemble de la propriété. De plus 1 004 échantillons de sol ont été prélevés et analysés avec un appareil XRF portable tout au long de l’horizon volcano-sédimentaire Knight-Serendipity afin d’orienter l’exploration.

Une campagne de forage au diamant de 5 500 m a débuté en Octobre 2018 et se poursuivra jusqu’en Décembre. La campagne proposée recommande de cibler les zones aurifères le long de la zone de déformation Cannard (extension de 20 km d’ouest en est) : Snake Lake, Clovis, Natel et Knight. Des forages dans le secteur Serendipity le long de l’extension Nord de la bande volcano-sédimentaire Knight-Serendipity ont également été proposés. Les cibles Knight, Serendipity et Natel sont accessibles par hélicoptère et des forages sont prévus durant ce programme de forages sur ces cibles.

Le contenu scientifique et technique du présent communiqué a été préparé et révisé par William McGuinty, géo. et Vice-Président Exploration d’Eastmain, et Carl Corriveau, géo. et Directeur de l’Exploration d’Eastmain, tous deux ‘’personnes qualifiées’’ en vertu du règlement NI 43 101.

Pour visualiser les FIGURES 1 à 4, veuillez cliquer sur le lien http://www.eastmain.com/_resources/news/Images/ER-181113-Clearwater.pdf

À propos de Eastmain Resources Inc. (TSX:ER)
Eastmain est une société d’exploration canadienne faisant progresser trois actifs aurifères à haute teneur dans le nouveau camp aurifère de la Baie James au Québec. La société détient 100% de participation dans le projet Eau Claire, pour lequel elle a récemment publié une évaluation économique préliminaire (« EEP »), et dans le projet de la mine Eastmain, pour lequel elle a préparé une estimation des ressources minérales conforme à la norme NI 43-101 en 2018. Eastmain gère également la coentreprise Éléonore Sud, située immédiatement au sud de la mine Éléonore de Goldcorp Inc., où une nouvelle découverte aurifère à haute teneur a été faite fin 2017. En outre, la société dispose d’un portefeuille de projets d’exploration dans cette juridiction minière favorable, avec des infrastructures à proximité.

Pour plus d’informations :      
Claude Lemasson, Président directeur général
+1 647-347-3765
lemasson@eastmain.com

Alison Dwoskin, Directrice relations investisseurs
+1 647-347-3735
dwoskin@eastmain.com

Contrôle et assurance de la qualité – La conception des programmes de forage, de l’assurance et du contrôle de la qualité, ainsi que l’interprétation des résultats de Eastmain Resources sont sous le contrôle du personnel géologique d’Eastmain, qui comprend des personnes qualifiées utilisant un programme d’AQ/CQ strict conforme à la norme NI 43-101 et aux meilleures pratiques de l’industrie Le projet Clearwater est supervisé par Michel Leblanc, géologue de projet chez Eastmain, géo..

La carotte de forage est tronçonnée et scindée en échantillons de demi-carottes emballés et livrés au laboratoire d’ALS Minerals.  Les échantillons sont séchés puis broyés à 70% pour passer sur un tamis de 2 mm. Un sous-échantillon de 1 000 g est pulvérisé à 85% nominal pour passer sur un tamis de 75 microns. Le reste d’échantillon broyé (rejet) et l’échantillon pulvérisé (pulpe) sont conservés pour analyse ultérieure et contrôle de qualité. Tous les échantillons sont analysés par pyroanalyse avec une finition d’absorption atomique (AA) utilisant une fraction aliquote de 50 g du matériau pulvérisé. Les dosages supérieurs à 5 g/t Au sont réanalysés par pyroanalyse avec finition gravimétrique. Eastmain insère régulièrement des échantillons de contrôle de référence tiers et des échantillons à blanc dans le flux d’échantillons afin de surveiller les performances de l’analyse, et envoie des doublons d’échantillons dans un deuxième laboratoire certifié. En 2016, environ 10% des échantillons soumis faisaient partie des protocoles de contrôle des échantillons de laboratoire de la société.

Déclarations prospectives – Certaines informations présentées dans ce communiqué de presse peuvent contenir des déclarations prospectives impliquant d’importants risques et incertitudes connus et inconnus. Toutes les déclarations prospectives ne sont pas purement historiques et comprennent des convictions, des projets, des attentes ou un calendrier de futurs projets. Elles comprennent notamment, mais sans s’y limiter, des déclarations relatives au succès potentiel de stratégies d’exploration et de mise en valeur futures de la Société.  Ces déclarations prospectives sont soumises à de nombreux risques et incertitudes, dont certains sont indépendants de la volonté de Eastmain, notamment, sans toutefois s’y limiter, l’incidence des conditions économiques générales, de la situation du secteur, de la dépendance à l’égard des approbations réglementaires, de la disponibilité du financement, de l’achèvement en temps voulu des études et des rapports techniques proposés, et des risques liés à l’exploration, au développement et à l’industrie minière en général, comme des facteurs économiques tels qu’ils affectent l’exploration, les prix futurs des produits de base, la modification des taux d’intérêt, la sécurité, l’évolution de la situation politique, sociale ou économique, les risques environnementaux, les risques d’assurance, les dépenses en capital, les difficultés opérationnelles ou techniques liées aux activités de développement, les relations de travail, la nature spéculative de l’exploration et de la mise en valeur de l’or, y compris les risques de diminution des quantités de teneurs en ressources minérales, des contestations du titre de propriété et des modifications des paramètres du projet tant que les plans continuent à être peaufinés. Les lecteurs sont avertis que les hypothèses utilisées dans la préparation de ces informations, bien que considérées comme raisonnables au moment de la préparation, peuvent se révéler imprécises et que, de ce fait, il ne faut pas se fier indûment aux déclarations prospectives. La société n’assume aucune obligation de mettre à jour ces informations, sauf dans la mesure où la loi l’impose.

 

Invitation aux médias : Le président et le chef de la direction financière de Bombardier prendront la parole le 13 novembre 2018 à la conférence « Scotiabank Transportation & Industrials »

MONTRÉAL, 13 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Bombardier (TSX : BBD.B) a annoncé aujourd’hui que son président et chef de la direction, Alain Bellemare ainsi que son vice-président principal et chef de la direction financière, John Di Bert, prendront la parole à Toronto dans le cadre de la conférence « Scotiabank Transportation & Industrials » afin de passer en revue les résultats financiers de Bombardier et de discuter de son plan de redressement.

Cette conférence s’adressant aux investisseurs et aux analystes financiers se tiendra le 13 novembre 2018, et la présentation de Bombardier se déroulera de 9 h 30 à 10 h, heure normale de l’Est.

DATE : mardi 13 novembre 2018
HEURE : 9 h 30 à 10 h, heure normale de l’Est

Un lien vers la webdiffusion audio en direct de la présentation de Bombardier sera disponible à :

ir.bombardier.com

Une reprise de la présentation sera également disponible à la même adresse peu après la fin de la webdiffusion.

À propos de Bombardier
Avec plus de 69 500 employés répartis entre quatre secteurs d’activité, Bombardier est un leader mondial de l’industrie du transport, créant des avions et des trains novateurs qui changent la donne sur leur marché. Nos produits et nos services offrent des expériences de transport de calibre international qui établissent de nouvelles normes en matière de confort des passagers, d’efficacité énergétique, de fiabilité et de sécurité.

Avec son siège social situé à Montréal, au Canada, Bombardier possède des installations de production et d’ingénierie dans 28 pays, couvrant les secteurs Transport, Avions d’affaires, Avions commerciaux et Aérostructures et Services d’ingénierie. Les actions de Bombardier se négocient à la Bourse de Toronto (BBD). Pour l’exercice clos le 31 décembre 2017, nos revenus ont été de 16,2 milliards $ US. Vous trouverez nouvelles et information à l’adresse bombardier.com ou en nous suivant sur Twitter : @Bombardier.

Bombardier est une marque de commerce de Bombardier Inc.

Pour information  
Simon Letendre  Nabil Pertick
Gestionnaire, Directeur,
Relations avec les médias et affaires publiques  Relations avec les investisseurs
Bombardier Inc.  Bombardier Inc.
+1 514 861 9481  +1 514 861 9481

Groupe Vision New Look inc. annonce des résultats records pour le troisième trimestre de 2018

MONTRÉAL, 12 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Groupe Vision New Look Inc. (TSX: BCI) (« Vision New Look » ou la « société ») a annoncé aujourd’hui ses résultats financiers pour les périodes de 13 et 39 semaines terminées le 29 septembre 2018. Groupe Vision New Look est un chef de fil dans la vente au détail dans l’industrie de l’optique avec 373 magasins à travers le pays. Ce communiqué devrait être lu à la lumière du rapport de gestion et des états financiers consolidés intermédiaires résumés du troisième trimestre de 2018, lesquels sont disponibles sur le site de la société à www.newlookvision.ca/Investisseurs et aussi sur SEDAR à www.sedar.com.

Faits saillants financiers et d’exploitation du troisième trimestre de 2018

  • Le chiffre d’affaires a augmenté de 32,0 % par rapport à 2017 pour atteindre 72,9 millions $. Cette augmentation reflète principalement l’incidence de l’acquisition d’Iris ainsi que la croissance des ventes des magasins comparables.
  • Les commandes des magasins comparables ont augmenté de 0,2 % comparativement au troisième trimestre de l’année dernière. C’est le dix-septième trimestre de suite que les magasins comparables bénéficient d’une croissance des ventes.
  • Le BAIIA ajusté a augmenté de 28,6 % par rapport à l’an passé pour atteindre 13,9 millions $, soit une augmentation de 15,6 % par action (sur une base diluée) pour atteindre 0,89 $.
  • Les flux de trésorerie ajustés liés aux activités d’exploitation étaient de 13,6 millions $, soit une augmentation de 27,1 % par rapport à l’an passé et une augmentation de 13,0 % par action (sur une base diluée) pour atteindre $0,87.
  • Le bénéfice net attribuable aux actionnaires s’est établi à 4,9 millions $, comparativement à 3,4 millions $ pour l’an passé. L’augmentation est attribuable à une hausse du BAIIA, partiellement compensée par l’augmentation des charges d’amortissement, des frais financiers et des impôts. Le bénéfice net par action sur une base diluée a augmenté 29,2 % pour atteindre 0,31 $ comparativement à 0,24 $ l’année dernière.
  • Le bénéfice net ajusté attribuable aux actionnaires, soit le bénéfice net ajusté pour éliminer l’impact des frais connexes aux acquisitions, de la rémunération à base d’actions et des autres coûts non comparables, était de 8,8 millions $ comparativement à 6,6 millions $ pour le trimestre correspondant de 2017. Le bénéfice net ajusté par action (sur une base diluée) était de 0,56 $, soit une hausse de 19,1 % par rapport au troisième trimestre de l’année dernière.
  • La performance financière du groupe lui a permis de maintenir le versement aux actionnaires d’un dividende trimestriel de 0,15 $ par action.
  • La dette à long terme a diminué de 5,7 millions $ en raison des remboursements contractuels et volontaires, améliorant ainsi le ratio de la dette nette / BAIIA ajusté.

Au cours du troisième trimestre, la société a augmenté sa couverture du swap d’intérêt afin de se protéger contre la volatilité potentielle des indicateurs macro-économiques. Le 30 septembre 2018, la société a renégocié certains termes de ses facilités de crédit.

Résultats financiers et d’exploitation pour la période cumulative

  • Le chiffre d’affaires et le BAIIA ajusté pour la période cumulative ont atteint des montants records de 219,9 millions $ et 40,6 millions $ respectivement, ce qui représente une augmentation de 36,0 % et 37,0 % respectivement par rapport à l’année dernière. Les ventes des  magasins comparables ont augmenté de 1,4 % par rapport à l’année dernière.
  • Les flux de trésorerie ajustés provenant des activités d’exploitation étaient de $38,9 million $, soit 2,49 $ par action (sur une base diluée), une hausse de $9,7 million $, soit 33,0% par rapport à l’an passé.
  • Le bénéfice net attribuable aux actionnaires a été de 11,1 millions $ (0,71 $ par action sur une base diluée) comparativement à 7,3 millions $  (0,52 $ par action sur une base diluée) l’année dernière.
  • Le bénéfice net attribuable aux actionnaires, soit le bénéfice net ajusté pour éliminer l’incidence des amortissement, des frais liés aux acquisitions, de la rémunération à base d’actions et des autres coûts non comparables, était de 25,0 millions $, soit une augmentation de 6,8 millions $ par rapport à l’année dernière. Le bénéfice net ajusté par action (sur une base diluée) a augmenté, passant de 1,30 $ en 2017 à 1,60 $, soit une augmentation de 23,1 %.
  • Les flux de trésorerie disponibles ont atteint 20,2 millions $, soit une augmentation de 46,3 % comparativement à l’année dernière, principalement attribuable à la hausse du BAIIA contrebalancé par la hausse des impôts payés.
  • La dette à long terme a diminué de 14,0 millions $ en raison des remboursements contractuels et volontaires, améliorant ainsi le ratio de la dette nette / BAIIA ajusté.

Commentaires du président et chef de la direction

Antoine Amiel, président et chef de la direction de Vision New Look, a déclaré: « Le troisième trimestre a été solide avec des résultats financiers et d’exploitation positifs alors que nous continuons de construire notre plateforme en vue d’une croissance future, autant organique que par acquisition, dans le marché de l’optique canadien en cours de consolidation. Le groupe continue d’appliquer son plan de croissance stratégique afin de générer des synergies en plus de se concentrer sur ses efforts de désendettement. »

Approbation de dividendes

Le 12 novembre 2018, le conseil d’administration de Vision New Look a déclaré un dividende trimestriel de 0,15 $ par action ordinaire. Il sera versé le 31 décembre 2018 aux actionnaires inscrits au 20 décembre 2018. Le dividende a été désigné comme « dividende déterminé », soit un dividende donnant droit aux particuliers résidant au Canada à un crédit d’impôt pour dividende plus avantageux.

Au 31 octobre 2018, Vision New Look avait 15 556 177 actions ordinaires de catégorie A émises et en circulation.

Les actionnaires résidant au Canada peuvent choisir de réinvestir leurs dividendes en espèces dans des actions ordinaires de Vision New Look sans paiement de commission ni frais de service ou de courtage par le biais du régime de réinvestissement de dividendes. Jusqu’à nouvel avis, il s’agira de nouvelles actions émises à un prix correspondant à 95 % du cours moyen pondéré pendant les cinq jours ouvrables précédant la date de versement d’un dividende. Tout actionnaire désirant se prévaloir de cette opportunité n’a qu’à en faire la demande à son courtier.

Annexes

  • Tableau A – Faits saillants
  • Tableau B – États consolidés du bénéfice net
  • Tableau C – Rapprochement du bénéfice net et du BAIIA ajusté et BAIIA ajusté attribuable aux actionnaires
  • Tableau D – Rapprochement du bénéfice net et du bénéfice net ajusté
  • Tableau E – Rapprochement des flux de trésorerie disponibles et des flux de trésorerie ajustés provenant des activités d’exploitation

Le BAIIA, le BAIIA ajusté, le BAIIA ajusté attribuable aux actionnaires, le bénéfice net ajusté, les flux de trésorerie disponibles et les flux de trésorerie ajustés provenant des activités d’exploitation ne sont pas des mesures normalisées selon les IFRS et ne peuvent être comparés à des mesures similaires utilisées par d’autres entreprises.

À propos de Groupe Vision New Look inc.  Vision New Look est un chef de file dans les produits et services de l’optique au Canada, exploitant un réseau de 373 magasins principalement sous les bannières Lunetterie New Look, Vogue Optical, Greiche & Scaff et Iris ainsi que des laboratoires à la fine pointe de la technologie. Les renseignements fiscaux concernant les paiements aux actionnaires sont disponibles à l’adresse www.newlookvision.ca dans la section Investisseurs.

Tous les énoncés contenus dans le présent communiqué autres que ceux ayant trait à des faits historiques sont des énoncés prospectifs, y compris, sans limitation, les énoncés au sujet de la situation financière future, de la stratégie commerciale, des coûts projetés, ainsi que des plans et des objectifs futurs de Vision New Look ou touchant Vision New Look. Les lecteurs peuvent repérer un grand nombre de ces énoncés en prêtant attention aux termes comme « croit », « considère », « s’attend à », « prévoit », « a l’intention », « entend », « estime » et aux termes similaires, ainsi qu’à leur forme négative, et à l’emploi de verbes au futur ou au conditionnel. Rien ne garantit que les plans, les intentions ou les attentes sur lesquels les énoncés prospectifs sont fondés vont se concrétiser. Les énoncés prospectifs comportent des risques, des incertitudes et des hypothèses. Bien que la direction de Vision New Look considère que les attentes exprimées dans ces énoncés prospectifs sont raisonnables, rien ne garantit qu’elles se révéleront justes. Les facteurs qui pourraient avoir une incidence sur les résultats futurs et faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement de ceux qui sont exprimés dans les énoncés prospectifs figurant dans les présentes incluent les changements en instance ou proposés à la législation et à la réglementation, la concurrence de concurrents établis et de nouveaux venus, les progrès technologiques, les fluctuations des taux d’intérêt, la conjoncture économique en général, l’acceptation et la demande de nouveaux produits et services et les fluctuations des résultats opérationnels, de même que d’autres risques énoncés dans la notice annuelle courante de Vision New Look, que l’on peut consulter au www.sedar.com. Les énoncés prospectifs figurant dans le présent communiqué sont formulés en date des présentes, et Vision New Look ne s’engage nullement à les mettre à jour publiquement afin qu’ils tiennent compte, entre autres, de renseignements ou d’événements nouveaux, sauf si la loi l’y oblige.

Pour des renseignements additionnels, consultez notre site Web www.newlookvision.ca. Veuillez adresser vos demandes d’information à Mme Lise Melanson au (514) 877-4299, poste 2234.

 
TABLEAU A
 
GROUPE VISION NEW LOOK INC.
Faits saillants
des périodes terminées le 29 septembre 2018 et le 30 septembre 2017
 
En milliers de dollars canadiens, à l’exception des montants par action
  13 semaines 39 semaines
  29 sept. 2018   30 sept. 2017   29 sept. 2018   30 sept. 2017  
Chiffre d’affaires 72 871 $ 55 210 $ 219 892 $ 161 642 $
Écart en % 32,0 %   36,0 %  
Écart des commandes des magasins comparables(a) 0,2 %   1,4 %  
BAIIA ajusté(b) 13 898 $ 10 804 $ 40 550 $ 29 589 $
Écart en % 28,6 %   37,0 %  
% du chiffre d’affaires 19,1 % 19,6 % 18,4 % 18,3 %
Par action (dilué) 0,89 $ 0,77 $ 2,60 $ 2,13 $
Écart en % 15,6 %   22,1 %  
BAIIA ajusté attribuable aux actionnaires(b) 13 970 $ 10 785 $ 40 708 $ 29 491 $
Par action (dilué) 0,89 $ 0,77 $ 2,61 $ 2,12 $
Écart en %  15,6 %    23,1 %  
Bénéfice net attribuable aux actionnaires 4 855 $ 3 392 $ 11 085 $ 7 301 $
Écart en % 43,1 %   51,8 %  
% du chiffre d’affaires 6,7 % 6,1 % 5,0 % 4,5 %
Bénéfice net par action        
Par action (dilué) 0,31 $ 0,24 $ 0,71 $ 0,52 $
Écart en % 29,2 %    36,5 %  
Bénéfice net ajusté attribuable aux actionnaires(b) 8 771 $ 6 560 $ 24 972 $ 18 125 $
Écart en % 33,7 %   37,8 %  
% du chiffre d’affaires  12,0 %  11,9 %  11,4 %  11,2 %
Par action (dilué) 0,56 $ 0,47 $ 1,60 $ 1,30 $
Écart en % 19,1 %   23,1 %  
Flux de trésorerie disponibles(b)(f) 8 452 $ 8 703 $ 20 150 $ 13 772 $
Écart en % (2,9 %)   46,3 %  
Par action (dilué) 0,54 $ 0,62 $ 1,29 $ 0,99 $
Écart en % (12,9 %)   30,3 %  
Flux de trésorerie ajustés liés aux activités d’exploitation(b)(g) 13 598 $ 10 699 $ 38 927 $ 29 267 $
Écart en %  27,1 %    33,0 %  
Par action (dilué) 0,87 $ 0,77 $ 2,49 $ 2,10 $
Écart en %  13,0 %    18,6 %  
Total de la dette(c)     159 235 $ 97 417 $
Dividende par action en trésorerie(d) 0,15 $ 0,15 $ 0,45 $ 0,45 $
Nombre de magasins(e)     373   231  

a) Les magasins comparables sont ceux en exploitation depuis au moins 12 mois. Les produits composant le chiffre d’affaires sont comptabilisés lorsque les biens sont livrés aux clients. Par contre, la direction mesure la performance des magasins comparables sur la base des commandes, qu’elles soient livrées ou non.
b) Le  BAIIA, le BAIIA ajusté, le BAIIA ajusté attribuable aux actionnaires, le bénéfice net ajusté, les flux de trésorerie disponibles ainsi que les flux de trésorerie ajustés liés aux activités d’exploitation ne sont pas des mesures normalisées selon les IFRS et il est peu probable que l’on puisse les comparer à des mesures similaires utilisées par d’autres entreprises. Se reporter aux tableaux C et D pour un rapprochement de ces mesures au bénéfice net. Se reporter aussi au tableau E pour le rapprochement des flux de trésorerie.
c) L’ensemble des remboursements contractuels et volontaires sur la dette à long terme représentent respectivement 5,7 millions $ et 14,0 millions $ pour le trimestre et la période cumulative.
d) Les montants de dividendes mentionnés dans le tableau ci-dessus se rapportent aux montants déclarés durant les périodes.
e) L’augmentation du nombre de magasins au cours des douze derniers mois reflète l’acquisition de 148 magasins, l’ouverture d’un magasin et la fermeture de sept magasins.
f) Les flux de trésorerie disponibles sont définis comme étant les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation en excédant des acquisitions d’immobilisations corporelles. Les flux de trésorerie disponibles ont diminué au cours du trimestre en raison des impôts payés plus élevés et des échéances des éléments hors-caisse du fonds de roulement.
g) Les flux de trésorerie ajustés liés aux activités d’exploitation sont définis comme étant les flux de trésorerie avant les impôts payés, les variations des éléments du fonds de roulement et les frais liés aux acquisitions.

TABLEAU B
 
GROUPE VISION NEW LOOK INC.
États consolidés du bénéfice net
des périodes terminées le 29 septembre 2018 et le 30 septembre 2017
 
En milliers de dollars canadiens, à l’exception des montants par action
  13 semaines 39 semaines
  29 sept. 2018   30 sept. 2017   29 sept. 2018   30 sept. 2017  
  $   $   $   $  
Chiffre d’affaires 72 871   55 210   219 892   161 642  
Matériaux utilisés 16 583   12 602   49 003   36 402  
Rémunération du personnel 23 693   17 746   74 014   54 179  
Autres frais d’exploitation 19 499   15 171   60 659   45 951  
Bénéfice avant amortissements, perte sur la cession d’immobilisations, frais financiers et quote-part du résultat net des coentreprises et entreprises associées 13 096   9 691   36 216   25 110  
Amortissements et perte sur la cession d’immobilisations 4 758   3 461   15 421   9 874  
Frais financiers, après revenus d’intérêts 2 150   1 385   6 235   3 673  
Bénéfice avant la quote-part du résultat net dans des coentreprises et entreprises associées et les impôts payés 6 188   4 845   14 560   11 563  
Quote-part du résultat net des coentreprises et entreprises associées 288     1 423    
Bénéfice avant impôts 6 476   4 845   15 983   11 563  
Impôts        
Exigibles 1 494   1 808   4 679   5 034  
Différés 89   (367 ) (34 ) (831 )
Total des impôts 1 583   1 441   4 645   4 203  
Bénéfice net et résultat global 4 893   3 404   11 338   7 360  
Bénéfice net et résultat global attribués aux :        
Participations ne donnant pas le contrôle 38   12   253   59  
Actionnaires de Vision New Look 4 855   3 392   11 085   7 301  
  4 893   3 404   11 338   7 360  
         
Bénéfice net par action        
De base 0,31   0,25   0,71   0,54  
Dilué 0,31   0,24   0,71   0,52  

TABLEAU C
 
GROUPE VISION NEW LOOK INC.
Rapprochement du bénéfice net, du BAIIA ajusté et du BAIIA ajusté attribuable aux actionnaires
des périodes terminées le 29 septembre 2018 et le 30 septembre 2017
 
En milliers de dollars canadiens, à l’exception des montants par action
  13 semaines 39 semaines
  29 sept. 2018   30 sept. 2017   29 sept. 2018   30 sept. 2017  
  $   $   $   $  
Bénéfice net 4 893   3 404   11 338   7 360  
Amortissement et perte sur la cession d’immobilisations 4 758   3 461   15 421   9 874  
Frais financiers, après revenus d’intérêts 2 150   1 385   6 235   3 673  
Impôts 1 583   1 441   4 645   4 203  
BAIIA(a) 13 384   9 691   37 639   25 110  
Rémunération à base d’actions(b) 189   233   835   1 110  
Perte nette (profit net) sur la variation de la juste valeur des contrats de change   72   (42 ) 198  
Frais liés aux acquisitions(c) 150   808   1 330   2 866  
Autres coûts non comparables(d) 175     788   305  
BAIIA ajusté(a) 13 898   10 804   40 550   29 589  
Écart en $ 3 094     10 961    
Écart en % 28,6 %   37,0 %  
% du chiffre d’affaires 19,1 % 19,6 % 18,4 % 18,3 %
Par action (de base) 0,89   0,79   2,61   2,17  
Par action (dilué) 0,89   0,77   2,60   2,13  

Le tableau ci-dessous présente le BAIIA ajusté disponible pour les actionnaires de Vision New Look lequel tient compte des participations dans des coentreprises et des entreprises associées.

  13 semaines 39 semaines
  29 sept. 2018   30 sept. 2017   29 sept. 2018   30 sept. 2017  
  $   $   $   $  
BAIIA ajusté 13 898   10 804   40 550   29 589  
Quote-part du résultat net des coentreprises et entreprises associées (288 )   (1 423 )  
BAIIA des coentreprises et entreprises associées 678     2 665    
BAIIA attribué aux participations ne donnant pas le contrôle (318 ) (19 ) (1 084 ) (98 )
BAIIA ajusté attribué aux actionnaires(a) 13 970   10 785   40 708   29 491  

a) Le BAIIA, le BAIIA ajusté et le BAIIA ajusté attribuable aux actionnaires ne sont pas des mesures normalisées selon les IFRS et ne peuvent être comparés à des mesures similaires utilisées par d’autres entreprises. Vision New Look croit que le BAIIA, le BAIIA ajusté et le BAIIA ajusté attribuable aux actionnaires sont des mesures financières utiles car elles aident à établir la capacité de l’entreprise à générer des fonds de son exploitation. Les investisseurs doivent être conscients que le BAIIA, le BAIIA ajusté et le BAIIA ajusté attribuable aux actionnaires ne doivent pas être interprétés comme des alternatives au bénéfice net ou flux de trésorerie, lesquels sont déterminés selon les IFRS.
b) La rémunération à base d’actions représente la juste valeur des options de Vision New Look dont les droits sont acquis au cours de cette période.
c) Les frais connexes aux acquisitions d’entreprises comprennent principalement des honoraires juridiques et autres honoraires liés aux acquisitions d’entreprises, qu’elles soient réalisées ou en cours de réalisation.
d) Les autres coûts non comparables incluent des charges ponctuelles en lien avec les coûts de transition de personnel et autres affaires connexes

TABLEAU D
 
GROUPE VISION NEW LOOK INC.
Rapprochement du bénéfice net et du bénéfice net ajusté
des périodes terminées le 29 septembre 2018  et le 30 septembre 2017
 
En milliers de dollars canadiens, à l’exception des montants par action
  13 semaines 39 semaines
  29 sept. 2018   30 sept. 2017   29 sept. 2018   30 sept. 2017  
  $   $   $   $  
Bénéfice net attribuable aux actionnaires 4 855   3 392   11 085   7 301  
Amortissements et perte sur la cession d’actifs 4 758   3 461   15 421   9 874  
Frais liés aux acquisitions 150   808   1 330   2 866  
Rémunération à base d’actions 189   233   835   1 110  
Autres coûts non comparables 175     788   305  
Impôts s’y rapportant (1 356 ) (1 334 ) (4 487 ) (3 331 )
Bénéfice net ajusté attribuable aux actionnaires(a) 8 771   6 560   24 972   18 125  
Écart en $ 2 211     6 847    
Écart en % 33,7 %   37,8 %  
% du chiffre d’affaires 12,0 % 11,9 % 11,4 % 11,2 %
Montant par action        
De base 0,56   0,48   1,61   1,33  
Dilué 0,56   0,47   1,60   1,30  

a) Le bénéfice net ajusté attribuable aux actionnaires n’est pas une mesure normalisée selon les IFRS et il ne peut être comparé à des mesures similaires utilisées par d’autres entreprises. Vision New Look croit que la communication du bénéfice net ajusté fournit de l’information utile car elle permet la comparaison des résultats nets excluant les amortissements, les frais liés aux acquisitions, la rémunération à base d’actions et les autres coûts non comparables, lesquels peuvent varier de manière importante d’un trimestre à l’autre. Les investisseurs doivent être conscients que le bénéfice net ajusté ne doit pas être interprété comme une alternative au bénéfice net déterminé selon les IFRS.

TABLEAU E
 
GROUPE VISION NEW LOOK INC.
Rapprochement des flux de trésorerie disponibles et des flux de trésorerie ajustés provenant des activités d’exploitation des périodes terminées
le 29 septembre 2018 et le 30 septembre 2017
 
En milliers de dollars canadiens, à l’exception des montants par action
  13 semaines 39 semaines
  29 sept. 2018   30 sept. 2017   29 sept. 2018   30 sept. 2017  
  $   $   $   $  
Bénéfice avant impôts 6 476   4 845   15 983   11 563  
Ajustements :        
Amortissements et perte sur cession d’immobilisations 4 758   3 461   15 421   9 874  
Amortissement des avantages incitatifs à la location différés et variation des loyers différés (45 ) (40 ) (134 ) (143 )
Rémunération à base d’actions 189   233   835   1 110  
Frais financiers 2 220   1 396   6 445   3 703  
Produits d’intérêts (70 ) (11 ) (210 ) (30 )
Autres 33   7   (108 ) 19  
Quote-part du résultat net des coentreprises et entreprises associées (288 )   (1 423 )  
Impôts payés (2 246 ) (1 326 ) (6 371 ) (3 707 )
Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation, avant variation des éléments du fonds de roulement 11 027   8 565   30 438   22 389  
Variation des éléments du fonds de roulement (1 562 ) 1 485   (3 075 ) 353  
Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation 9 465   10 050   27 363   22 742  

Flux de trésorerie disponibles
  13 semaines 39 semaines
  29 sept. 2018   30 sept. 2017   29 sept. 2018   30 sept. 2017  
  $   $   $   $  
Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation 9 465   10 050   27 363   22 742  
Acquisitions d’immobilisations corporelles (1 013 ) (1 347 ) (7 213 ) (8 970 )
Flux de trésorerie disponibles 8 452   8 703   20 150   13 772  

Les flux de trésorerie disponibles ne sont pas une mesure normalisée selon les IFRS et il est peu probable que l’on puisse les comparer à des mesures similaires utilisées par d’autres entreprises. Vision New Look croit que cette communication fournit de l’information utile sur les flux de trésorerie disponibles après avoir considéré les dépenses d’investissement nécessaires. Les investisseurs doivent être conscients que les flux de trésorerie disponibles ne doivent pas être interprétés comme une alternative aux flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation qui sont déterminés conformément aux IFRS.

Les flux de trésorerie disponibles ont diminué de 0,3 million $ au troisième trimestre en raison d’une diminution des flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation, tel que décrit ci-dessus, lesquels compensent pour la diminution d’acquisitions d’immobilisations. Sur une base cumulative, les flux de trésorerie disponibles ont augmenté de 6,4 millions $, indiquant une tendance favorable des flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation,  après considération des dépenses d’investissements.

Flux de trésorerie ajustés provenant des activités d’exploitation
  13 semaines 39 semaines
  29 sept. 2018   30 sept. 2017   29 sept. 2018   30 sept. 2017  
  $   $   $   $  
Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation 9 465   10 050   27 363   22 742  
Impôts payés 2 246   1 326   6 371   3 707  
Variation des éléments du fonds de roulement 1 562   (1 485 ) 3 075   (353 )
Frais liés aux acquisitions 150   808   1 330   2 866  
Autres coûts non comparables 175     788   305  
Flux de trésorerie ajustés liés aux activités d’exploitation(a) 13 598   10 699   38 927   29 267  

a) Les flux de trésorerie ajustés ne sont pas une mesure normalisée selon les IFRS et ne peuvent être comparés à des mesures similaires utilisées par d’autres entreprises. Vision New Look croit que cette communication fournit de l’information utile car elle permet la comparaison des résultats nets excluant les frais d’acquisition et les autres coûts non comparables, lesquels peuvent varier de manière importante d’un trimestre à l’autre. Les investisseurs doivent être conscients les flux de trésorerie ajustés provenant des activités d’exploitation ne doivent pas être interprétés comme une alternative aux flux de trésorerie provenant des activités d’exploitation, lesquels sont déterminés conformément aux IFRS.

L’Empire Vie lance une option d’acquisition, l’option sans frais, et ajoute des fonds mondiaux dans Catégorie Plus 3.0

TORONTO, 12 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — L’Empire, Compagnie d’Assurance‑Vie (Empire Vie) (TSX : EML.PR.A) lance une option d’acquisition, l’option sans frais, offerte dans sa gamme de produits de fonds distincts et ajoute quatre fonds mondiaux à Catégorie Plus 3.0. Ces nouveautés offriront plus d’options et de flexibilité aux clients pour répondre à leurs besoins.

L’option sans frais est offerte pour les fonds de placement garanti (FPG) de l’Empire Vie et pour Catégorie Plus 3.0. Les clients peuvent accéder à leur argent en tout temps sans payer de frais de retrait.  

L’Empire Vie ajoute également quatre nouvelles options de fonds mondiaux à son produit Catégorie Plus 3.0, qui procure un revenu de retraite garanti la vie durant. Ces fonds sont conçus pour tirer profit des marchés mondiaux et maximiser le rendement potentiel tout en réduisant la volatilité au minimum :

  • FPG Portefeuille conservateur mondial Emblème
  • FPG Portefeuille équilibré mondial Emblème
  • FPG Portefeuille de croissance modérée mondial Emblème
  • FPG mondial de répartition de l’actif

« Ces améliorations offrent aux clients encore plus de choix qui tiennent compte de leurs besoins individuels, précise Mike Stocks, vice-président et chef du marketing, Marchés individuels. L’option sans frais est idéale pour les clients qui commencent à épargner, qui sont soucieux des frais ou qui veulent un accès flexible à leur argent sans payer de frais de retrait. L’ajout de quatre fonds mondiaux à Catégorie Plus 3.0 donne aux clients l’occasion de diversifier leurs placements sur le plan géographique afin de bâtir un patrimoine à long terme. »

Au sujet de l’Empire Vie
L’Empire Vie, une filiale d’E-L Financial Corporation Limited, a été fondée en 1923. Elle offre aux Canadiens et aux Canadiennes une gamme de produits individuels et collectifs d’assurance vie et maladie, de placement et de retraite. Sa mission est d’aider les Canadiens et les Canadiennes à obtenir les placements, l’assurance individuelle et l’assurance collective dont ils ont besoin avec simplicité, rapidité et facilité afin qu’ils accumulent un patrimoine, génèrent un revenu et atteignent la sécurité financière. Le 30 septembre 2018, le total des actifs sous gestion de l’Empire Vie s’élevait à 17,2 milliards de dollars. Suivez l’Empire Vie sur Twitter avec l’identifiant @EmpireVie ou visitez le https://www.empire.ca/fr pour obtenir plus de détails.  

Publier ceci sur Twitter : # L’Empire Vie lance une option d’acquisition, l’option sans frais, et ajoute des fonds mondiaux dans Catégorie Plus 3.0

Personne-ressource : Antonietta Stabile, 416 945‑7466, ou antonietta.stabile@empire.ca

TELUS s’associe à l’artiste hip-hop SonReal ainsi qu’à l’auteure-compositrice-interprète Safia Nolin pour lutter contre la cyberintimidation

Le mouvement #ZéroIntimidation de TELUS inspire, recueille des fonds et propage des pensées positives par la musique

MONTRÉAL, 12 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Octobre 2016, Safia Nolin reçoit le Félix de la Révélation de l’année au 38e Gala de l’ADISQ. La talentueuse auteure-compositrice-interprète doit aussi faire face à plusieurs commentaires désobligeants concernant ses choix vestimentaires lors du gala. Dans les jours qui suivent, elle fait preuve d’un courage exemplaire et s’élève contre toutes formes d’intimidation. Un dialogue prend forme. Depuis, l’artiste de Québec ne cesse de promouvoir un message positif et saisit les opportunités de contrer l’intimidation, par ses chansons, tout comme par des sorties publiques.

Pour souligner la semaine de la sensibilisation à l’intimidation et la semaine de lutte contre l’intimidation (du 12 au 25 novembre), TELUS s’associe fièrement à Safia Nolin et à SonReal. Celui-ci vient de sortir une nouvelle chanson, No More, qui encourage le public à prendre position contre la cyberintimidation. Une deuxième version de No More, à laquelle Safia Nolin prête sa voix, pourra être entendue sur les ondes des radios québécoises en 2019. Cette initiative s’inscrit dans la plus récente phase de la campagne #ZéroIntimidation de TELUS, amorcée en mai.

« La musique est un langage universel, et nous croyons qu’elle a le pouvoir d’étouffer la négativité en ligne et de rallier les Canadiens derrière le mouvement #ZéroIntimidation, affirme Jill Schnarr, vice-présidente, Responsabilité sociale et communications de TELUS. Nous sommes heureux de nous associer à des artistes comme SonReal et Safia Nolin, qui sont aussi déterminés que nous à l’égard de cet enjeu, et nous espérons que nous encouragerons d’autres citoyens à se joindre à TELUS pour freiner la cyberintimidation et faire du monde en ligne un endroit plus accueillant pour tous. »

Interrogée sur ce qui l’a motivé à participer à la campagne #ZéroIntimidation, Safia Nolin se fait porteuse d’un message d’espoir. « Je veux juste rappeler aux jeunes victimes d’intimation que tout est possible et que promis; un jour ça arrête », dit-elle.

En plus d’utiliser le pouvoir rassembleur de la musique pour sensibiliser les Québécois et les Canadiens, cette dernière phase de la campagne #ZéroIntimidation inclue aussi les initiatives philanthropiques suivantes :

  • Black Box Recordings, la maison de production de SonReal, remettra une partie des recettes de la chanson à la Fondation TELUS pour un futur meilleur pour appuyer des programmes de lutte contre l’intimidation.
  • Pour chaque engagement de bonne conduite en ligne TELUS Averti, TELUS donnera 1 $ pour appuyer des programmes de lutte contre l’intimidation : telus.com/zerointimidation.
  • Pour aider les jeunes à s’élever au-dessus de la cyberintimidation, TELUS donnera 25 $ à l’organisme UNIS pour chaque nouvelle mise en service avec une entente de deux ans effectuée durant le week-end du Vendredi fou.

La campagne #ZéroIntimidation concrétise l’engagement à long terme de TELUS de faire du monde en ligne un endroit plus accueillant pour tous les Canadiens. En tant qu’entreprise technologique d’envergure mondiale parmi les plus généreuses au monde, TELUS estime qu’elle doit contribuer à régler le problème crucial de la cyberintimidation. TELUS Averti, un programme éducatif gratuit créé en 2013, offre des ateliers et de la documentation portant sur la sécurité en ligne et la cyberintimidation. Le programme a été mis au point en collaboration avec des organismes comme PREVNet, HabiloMédias et Unis. TELUS a aussi versé 205 millions de dollars à ses partenaires dans le milieu de l’éducation et réinvente la manière dont elle éveille l’intérêt des jeunes, comme en témoigne la récente mise en place d’un code de bonne conduite en collaboration avec Hockey Canada pour sensibiliser les joueurs à l’importance de faire preuve d’esprit sportif sur la glace, tout comme en ligne.

La version anglophone de No More est disponible dès aujourd’hui sur toutes les plateformes de diffusion, notamment Spotify ou Apple Music. Un extrait d’une deuxième version de la chanson, à laquelle Safia Nolin prête sa voix, est disponible sur YouTube. Cette seconde version sera disponible en 2019. Pour en savoir plus sur le mouvement #ZéroIntimidation, rendez-vous à telus.com/zerointimidation

Cette campagne a été développée par Greenhouse, une agence intégrée formée des équipes de Cossette Média et The&Partnership.

À propos de TELUS
TELUS (TSX : T, NYSE : TU) est la société de télécommunication nationale connaissant la croissance la plus rapide au Canada, grâce à des revenus annuels de 13,8 milliards de dollars et à 13,1 millions de connexions clients, dont 9 millions d’abonnés des services mobiles, 1,8 million d’abonnés des services Internet haute vitesse, 1,3 million de lignes d’accès au réseau résidentiel et 1,1 million d’abonnés des services TELUS TV. TELUS offre une gamme complète de produits et de services de communication, notamment des services mobiles, des services de transmission de données et de la voix, des services IP, des services de télévision, de vidéo et de divertissement, ainsi que des services de sécurité résidentielle. TELUS est aussi le fournisseur informatique du domaine des soins de santé le plus important au Canada, et sa filiale TELUS International offre des solutions d’affaires à l’échelle mondiale.

Fidèles à leur philosophie communautaire « Nous donnons où nous vivons », TELUS et les membres de son équipe, actuels et retraités, ont versé plus de 525 millions de dollars à des organismes caritatifs et sans but lucratif, et offert plus de 8,7 millions d’heures de bénévolat au service des communautés locales depuis 2000. Créés en 2005 par Darren Entwistle, président et chef de la direction de TELUS, les 13 comités d’investissement communautaire de TELUS au Canada et ses 5 comités à l’étranger dirigent les actions de soutien aux organismes de bienfaisance locaux. Ils ont remis au-delà de 67 millions de dollars en appui à 6 283 projets locaux contribuant à enrichir la vie de plus de 2 millions d’enfants et de jeunes chaque année. TELUS a eu l’insigne honneur d’être désignée l’entreprise philanthropique la plus remarquable du monde en 2010 par l’Association of Fundraising Professionals, devenant ainsi la première entreprise canadienne à recevoir cette prestigieuse marque de reconnaissance internationale. Pour obtenir de plus amples renseignements sur TELUS, veuillez consulter le site telus.com

Pour tout renseignement complémentaire, les membres des médias sont priés de joindre :

Marie Houle
Relations avec les médias de TELUS
514-702-0369
marie.houle@telus.com

 

T3-2018 : Dynacor annonce des ventes de 24,4 M $US et publie un résultat net de 0,7 M $US

MONTRÉAL, 12 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Mines d’or Dynacor inc. (« Dynacor » ou la « Société ») (TSX : DNG / OTC : DNGDF) qui exerce des activités de traitement de minerai d’or et d’argent et détient des projets d’exploration minière au Pérou vient de déposer ses états financiers consolidés intermédiaires résumés non audités et son rapport de gestion pour les périodes de trois et neuf mois closes le 30 septembre 2018.

Ces documents ont été déposés électroniquement sur SEDAR au www.sedar.com et sont accessibles sur le site web de la Société au www.dynacor.com.

(Tous les montants dans ce communiqué sont en million de dollars américains, à moins d’indication contraire. Le résultat par action et les flux monétaires par action sont en dollars américains. Les montants de % de variation ont été calculés à partir des chiffres arrondis. Certaines additions peuvent être incorrectes du fait des arrondis.

Au cours de la période de trois mois close le 30 septembre 2018 (« T3-2018 »), Dynacor a enregistré un 30ième trimestre bénéficiaire consécutif, générant un résultat net de 0,7 M $ (0,02 $ par action), comparée à 1,2 M $ (0,03 $ par action) pour la période de trois mois close le 30 septembre 2017 (« T3-2017 »).

Pour la période de neuf mois close le 30 septembre 2018, le résultat net est de 3.5 M $ (0,09 $ par action), comparée à 2.5 M $ (0,06 $ par action) pour la même période de 2017.

Faits saillants du troisième trimestre de 2018

(% de variation ont été calculés à partir des chiffres arrondis)

Opérationnels        

  • 22 615 tonnes traitées. Une augmentation de 12,9% comparativement à T3-2017 ; 
  • Production de 19 982 onces d’or, comparativement à 20 521 onces en T3-2017, due à une teneur plus faible partiellement compensée par un tonnage traité plus élevé ;
  • L’étude de géophysique de surface de la zone de minéralisation aurifère disséminée et de la zone de quartzites bréchifiés Sumac du projet Tumipampa et l’interprétation des résultats sont terminés ce qui permet de déterminer les cibles de forage de surface définitives.

Financiers

  • 30ième trimestre bénéficiaire consécutif,
  • Ventes de 24,4 M $ en T3-2018, comparé à 26.8 M $ en T3-2017 ;
  • Marge brute d’opération de 2,6 M $ (10,7%) en T3-2018, comparé à 3,7 M $ (13,8%) en T3-2017 ;
  • Résultat net de 0,7 M $ en T3-2018 (0,02 $ par action), comparé à 1,2 M $ en T3-2017 (0,03 $ par action) ;
  • BAIIA (1) de 2,0 M $ en T3-2018, comparé à 3,3 M$ en T3-2017 ;
  • Flux de trésorerie des activités opérationnelles avant variation des éléments du fonds de roulement de 1,6 M $ ou 0,04 $ par action (2) en T3-2018, comparé à 2,6 M $ en T3-2017 ;
  • Encaisse de 11,1 M $ au 30 septembre 2018 comparativement à 4,8 M $ au 31 décembre 2017.

Stratégique

  • En août 2018, Dynacor a déclaré le premier paiement de dividende en espèces qui a été effectué en octobre 2018 ;
  • Dynacor a nommé Jorge-Luis Cardenas Vice-Président Opérations.

(1) BAIIA ‘’Bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement’’ est une mesure du rendement non conforme aux IFRS. Il est en conséquence possible que cette mesure ne soit pas comparable avec une mesure similaire d’une autre société. La Société utilise cette information comme indicateur de trésorerie généré par ces opérations et permet aux investisseurs de comparer la rentabilité de la Société avec d’autres en éliminant l’effet de différentes bases d’actifs, l’effet dû aux différentes structures fiscales et l’effet des différentes structures de capital

(2) Les flux de trésorerie des activités opérationnelles par action est une mesure de rendement non conforme aux IFRS. Il est en conséquence possible que cette mesure ne soit pas comparable avec une mesure similaire d’une autre société. La Société utilise cette information, qui peut également être utile aux investisseurs comme élément comparatif vis-à-vis le prix de l’action sur le marché.

Aperçu de T3-2018

Au cours de T3-2018, le prix du marché de l’or a continué sa tendance à la baisse en chutant en juillet de 1 300 $ / oz à 1 200 $ / oz avant de rester stable en août et septembre autour de 1 200 $ / oz. Ce contexte a négativement impacté les ventes du trimestre et la marge brute d’opérations.

Dynacor a continué d’augmenter son approvisionnement en minerai comparativement au trimestre précédent (T2-2018) avec une moyenne mensuelle dépassant 7 700 tonnes avec l’objectif d’atteindre 8 500 tonnes le trimestre prochain.

Le tonnage total traité s’est élevé à 22 615 tonnes (moyenne 258 tpj) comparativement à 20 026 tonnes (moyenne 229 tpj) en T3-2017 soit une hausse de 12,9%.

La production d’or a été de 19 982 onces en T3-2018 comparée à 20 521 onces en T3-2017. Cette légère diminution est expliquée par une teneur plus faible partiellement compensée par un tonnage traité plus élevé.

Les ventes totales de la période se sont élevées à 24,4 M $ comparées à 26,8 M $ en T3-2017. Cette diminution de $2,4 M $ est due à une diminution du prix de l’or (1,4 M $) et à une diminution des onces vendues (1,0 M $).

Résultats des opérations

Principales données financières

  Périodes de trois mois closes le 30 septembre   Périodes de neuf mois closes le 30 septembre
(en 000 $) 2018 2017   2018 2017
Ventes 24 439 26 797   78 984 73 278
Coût des ventes (21 819) (23 112)   (69 225) (63 795)
Marge brute d’opération 2 620 3 685   9 759 9 483
Frais généraux et d’administration (1 182) (863)   (3 634) (2 992)
Frais de transition, entretien et autres (479)   (863)
Frais de vente (4)   (4) (9)
Résultat opérationnel 1 438 2 339   6 121 5 619
Résultat avant impôts 1 316 1 940   5 712 4 548
Résultat net et global 694 1 239   3 546 2 460
           
Résultat par action          
De base $0,02 $0,03   $0,09 $0,06
Dilué $0,02 $0,03   $0,09 $0,06

La marge brute d’opération s’est élevée à 2,6 M $ en T3-2018 comparée à 3,7 M $ pour la même période en 2017. Cette diminution est principalement expliquée par la diminution des ventes due à :

  • Une teneur plus faible partiellement compensée par un tonnage traité plus élevé;
  • La diminution du prix de l’or.

Le résultat net de la période s’est élevé à 0,7 M $ en T3-2018 comparativement à 1,3 M $ pour la même période en 2017. La diminution trimestrielle comparée à 2017 s’explique par :

  • La diminution de la marge brute d’opération ($1,1 M) ;
  • L’augmentation des frais généraux d’administration ($0,3 M) due à des dépenses non récurrentes ;
  • L’absence de frais de transition en T3-2018 (0,5 M $ en T3-2017) ;
  • La diminution des frais financiers ($0,3 M) due au remboursement complet de la dette fin 2017.
  Périodes de trois mois closes le 30 septembre,   Périodes de neuf mois closes le 30 septembre,
(en 000 $) 2018 2017   2018 2017
           
Conciliation du résultat global
  au BAIIA(1)
         
Résultat net et global 694 1 239   3 546 2 460
Impôts sur les résultats 622 701   2 166 2 088
Frais financiers 75 363   207 947
Amortissement 614 1 005   1 755 2 296
Radiation d’actifs d’exploration et d’évaluation   7 94
BAIIA(1) 2 005 3 308   7 681 7 885

Flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles, d’investissement et de financement
et fonds de roulement / liquidités

Activités opérationnelles

Au cours du trimestre, les flux générés par les activités opérationnelles avant les variations des éléments du fonds de roulement se sont élevés à 1,6 M $ (6,3 M $ pour la période de neuf mois close le 30 septembre 2018), comparativement à 2,6 M $ en T3-2017 (5,9 M $ pour la période de neuf mois close le 30 septembre 2017). Cette diminution entre les trimestres est principalement attribuable à la diminution de la marge brute d’opérations.

Au cours du trimestre, les flux monétaires provenant des activités opérationnelles se sont élevés à 1,1 M $ (8,7 M $ pour la période de neuf mois close le 30 septembre 2018), comparé à 3,4 M $ en T3-2017 (7,9 M $ pour la période de neuf mois close le 30 septembre 2017). La variation des éléments du fonds de roulement a diminué de 0,5 M $ (2,4 M $ pour la période de neuf mois close le 30 septembre 2018) comparativement à 0,8 M $ et 2,0 M $ pour les mêmes périodes en 2017.

Activités d’investissement

Au cours du trimestre, la Société a investi 0,2 M $ (1,2 M $ pour la période de neuf mois close le 30 septembre 2018) pour l’acquisition d’immobilisations corporelles (0,1 M $ et 0,5 M $ pour les mêmes périodes de 2017) principalement pour l’usine Veta Dorada de Chala et l’agrandissement du parc à résidus.

Les additions d’actifs au titre de la prospection et de l’évaluation se sont chiffrées à 0,3 M $ (0,7 M $ pour la période de neuf mois close le 30 septembre 2018) comparé à 0,1 M $ et 0,4 M $ en 2017.

Activités de financement

Au cours de la période de neuf mois close le 30 septembre 2018, un total de 1 028 250 options d’achat d’actions a été exercé (91 000 en 2017) pour une contrepartie monétaire de $0,5 M (montants non significatifs en T3-2018).

Au cours de la période de neuf mois close le 30 septembre 2018, $0,6 M ont été payés ($0,2 M en 2017) pour la mise hors service des immobilisations (montants non significatifs en T3-2018).

Aucun remboursement de la dette à long terme ou paiement d’intérêts n’ont été faits en 2018 (respectivement $1,7 M et $0,2 M en T3-2017).  

Fonds de roulement et liquidités

Au 30 septembre 2018, la Société avait un fonds de roulement de 18,9 M $, incluant 11,1 M $ en encaisse comparativement à 16,0 M $, dont 4,8 M $ en encaisse au 31 décembre 2017.

Perspectives 2018

Activités de traitement de minerais

La production d’or de la Société pour l’exercice terminé au 31 décembre 2017 a été de 79 897 onces, en augmentation de 8,7% comparativement à la même période 2016. Sur la base des premiers neuf mois de production d’or, Dynacor anticipe d’atteindre approximativement 82 000 onces en 2018 ce qui représenterait une augmentation annuelle de 2,6% et serait la plus forte production dans l’histoire de la Société.

Exploration

En novembre, l’étude de géophysique de surface et l’interprétation des résultats sont terminés ce qui permet de déterminer les cibles de forage de surface définitives. Ils débuteront dès la réception des permis et en tenant compte de la saison des pluies.    

Profil de Mines d’or Dynacor Inc.

Mines d’or Dynacor Inc. est une société ayant son siège à Montréal, Canada, qui produit de l’or dans le cadre d’opérations de traitement de minerai approuvées par le Gouvernement. Dynacor produit et explore au Pérou où son équipe dirigeante a des décennies d’expérience. En 2017, la Société a produit 79 897 onces d’or soit une augmentation de 9% par rapport à 2016 (73 477 onces). Dynacor est inscrite à la bourse de Toronto (DNG) et à l’OTC aux États-Unis, avec le symbole (DNGDF).

Mise en garde concernant les prévisions émises
Certaines des informations données ci-dessus sont des prévisions qui impliquent des risques connus et inconnus, des incertitudes et d’autres facteurs pouvant faire en sorte que les résultats actuels, la performance ou les réalisations de Dynacor ou les résultats de l’industrie soient substantiellement différents des résultats, performances ou réalisations futurs exprimés ou implicitement manifestés dans ces prévisions. Les informations données reflètent les attentes présentes de la direction concernant les événements et les performances futurs au moment de mettre sous presse le présent communiqué.

Mines d’or Dynacor Inc. (TSX : DNG / OTC : DNGDF)

Site web : http://www.dynacor.com
Twitter : http://twitter.com/DynacorGold
Facebook : http://www.facebook.com/pages/Dynacor-Gold-Mines-Inc/222350787793085

Actions en circulation : 39 441 077

Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec :

Jean Martineau
Président et chef de la direction
Mines d’Or Dynacor inc.
625 boul. René-Lévesque O., bureau 1105
Montréal, Québec H3B 1R2
Tél.: 514-393-9000  poste  228
Dale Nejmeldeen
Directeur, Relations avec les investisseurs
Mines d’or Dynacor inc.
Tél. : 604.492.0099 
Cellulaire : 604.562.1348
Courriel : nejmeldeen@dynacor.com

Le consortium Bombardier-Alstom fournira 153 voitures de métro AZUR additionnelles pour Montréal

  • Cette commande est évaluée à environ 448 millions $ CA
  • Avec un contenu canadien de 60%, ce contrat s’appuiera sur un réseau de plusieurs centaines de fournisseurs à travers le Québec

BERLIN, 12 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) —

Note aux rédacteurs : Pour voir la photo associée à ce communiqué, veuillez visiter le lien suivant : 

http://www.globenewswire.com/NewsRoom/AttachmentNg/a083fc50-492b-4958-8e12-e4f8f1a596d1/fr

Le consortium composé de Bombardier Transport et d’Alstom a signé un avenant au contrat d’acquisition initial d’octobre 2010, conclu avec la Société de transport de Montréal (STM), pour la fourniture de 153 voitures de métro (17 rames de neuf voitures) additionnelles. Ces voitures permettront de déplacer chaque jour un plus grand nombre d’usagers avec plus de fiabilité et de confort.

La valeur de cette nouvelle commande est d’environ 448 millions $ CA (340 millions $ US, 299 millions euros). La part de Bombardier est évaluée à 281 millions $ CA (213 millions $ US, 188 millions euros), et la part d’Alstom est évaluée à 167 millions $ CA (127 millions $ US, 112 millions euros).

La majeure partie de la fabrication et la totalité de l’assemblage final de ces véhicules additionnels se feront à l’usine de Bombardier Transport à La Pocatière, dans le Bas-du-fleuve, où se termine actuellement la fabrication des derniers trains de la STM, selon l’échéancier convenu. Tout comme dans la première phase du projet, Alstom fournira les bogies et les moteurs, ainsi que les systèmes de contrôle de train, de communication, d’information passagers, et de vidéo-surveillance.

Près de 170 employés de Bombardier seront affectés à cette nouvelle commande, qui mettra aussi à contribution 70 employés de l’usine d’Alstom de Sorel-Tracy. Avec 60 % de contenu canadien, cette commande s’appuiera sur un réseau de plusieurs centaines de fournisseurs à travers le Québec.

Une expérience de mobilité de haute qualité
« Nous nous réjouissons de cette annonce qui permet de maintenir des centaines d’emplois autant à notre usine de La Pocatière, ainsi qu’à notre siège social nord-américain à Saint-Bruno. Cela contribue à pérenniser notre leadership dans l’écosystème ferroviaire au Québec et de poursuivre notre relation de près de 45 ans avec la STM. Les voitures de métro AZUR créent l’engouement depuis leur entrée en service en 2016 en offrant une expérience de mobilité de haute qualité. Elles surpassent de plus les attentes de performance et de fiabilité établies selon des standards de classe mondiale », a déclaré Benoit Brossoit, président, région Amériques, Bombardier Transport. « Mondialement, Bombardier déplace plus d’un demi-milliard de personnes chaque jour, et nous sommes particulièrement fiers de faire bénéficier les Montréalais de notre expertise globale. »

« Faisant partie des centres d’excellence mondiaux d’Alstom pour la production de bogies, nos employés de Sorel-Tracy comptent parmi les employés les plus qualifiés de la province; et le maintien de leur charge de travail est une priorité pour nous. Nous sommes heureux de pouvoir ajouter un autre projet à leur carnet de commandes actuel. En plus du projet de bogies, notre partenariat avec la STM s’étend également au centre de contrôle du métro de Montréal. Nous sommes ravis de pouvoir continuer à travailler avec eux sur l’emblématique système de métro de Montréal », affirme Angelo Guercioni, directeur général d’Alstom Canada.

Des avantages pour la STM et ses usagers
Par cette entente la STM bénéficiera du remplacement à moindre coût d’une partie de sa flotte. Chaque rame peut accueillir 8 % plus de passagers, soit des milliers d’usagers supplémentaires annuellement. De plus, les voitures de métro AZUR comportent des caractéristiques innovantes qui les distinguent par leur confort, leur fiabilité et leur sécurité, en plus d’autres éléments :

  • Des passerelles ouvertes qui permettent aux passagers de se déplacer librement d’un bout à l’autre de la rame ;
  • Des portes 27 % plus larges pour une entrée et sortie des passagers rapide ;
  • Un système de ventilation amélioré ;
  • Un système d’information-passagers électronique de pointe ;
  • Des caméras embarquées et un système d’intercommunication bidirectionnel mettant en ligne les passagers et le conducteur.

À propos de Bombardier Transport
Bombardier Transport est un chef de file mondial dans le secteur des technologies ferroviaires. Elle offre la plus vaste gamme de produits et de services de l’industrie, couvrant toutes les solutions de transport ferroviaire : des trains aux sous-systèmes et à la signalisation, mais aussi des systèmes de transport complets, des solutions de mobilité électrique et des services de maintenance. En tant qu’entreprise innovante, elle réalise sans cesse de nouvelles avancées en matière de mobilité durable. Elle fournit des solutions intégrées très avantageuses pour les exploitants, les passagers et l’environnement. Ses produits et services sont en exploitation dans plus de 60 pays. Bombardier Transport, dont le siège mondial est situé à Berlin, en Allemagne, emploie environ 39 850 personnes.

À propos de Bombardier
Avec plus de 69 500 employés répartis entre quatre secteurs d’activité, Bombardier est un leader mondial de l’industrie du transport, créant des avions et des trains novateurs qui changent la donne sur leur marché. Nos produits et nos services offrent des expériences de transport de calibre international qui établissent de nouvelles normes en matière de confort des passagers, d’efficacité énergétique, de fiabilité et de sécurité.

Avec son siège social situé à Montréal, au Canada, Bombardier possède des installations de production et d’ingénierie dans 28 pays, couvrant les secteurs Transport, Avions d’affaires, Avions commerciaux et Aérostructures et Services d’ingénierie. Les actions de Bombardier se négocient à la Bourse de Toronto (BBD). Pour l’exercice clos le 31 décembre 2017, nos revenus ont été de 16,2 milliards $ US. Vous trouverez nouvelles et information à l’adresse bombardier.com ou en nous suivant sur Twitter : @Bombardier.

A propos d’Alstom 
Promoteur de la mobilité durable, Alstom conçoit et propose des systèmes, équipements et services pour le secteur du transport. Alstom propose une gamme complète de solutions (des trains à grande vitesse aux métros, tramways et e-bus), des services personnalisés (maintenance, modernisation…) ainsi que des offres dédiées aux passagers, des solutions d’infrastructure, de mobilité digitale et de signalisation. Alstom se positionne comme un leader mondial des systèmes de transport intégrés. En 2017/18, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 8,0 milliards d’euros et enregistré pour 7,2 milliards d’euros de commandes. Alstom, dont le siège est basé en France, est présent dans plus de 60 pays et emploie actuellement 34 500 collaborateurs. www.alstom.com

Notes aux rédacteurs
Pour recevoir nos communiqués de presse, visitez notre section de fil RSS.

Bombardier est une marque de commerce de Bombardier Inc. ou de ses filiales.

Pour information – Bombardier Transport

Jade St-Jean
Relations avec les médias, Canada
+ 1 450-441-3007
jade.st-jean@rail.bombardier.com
Relations avec les médias, Groupe Bombardier
+49 30 98607 1687
press@rail.bombardier.com

Vous pouvez également adresser vos questions spécifiques à nos contacts mondiaux.

Pour information – Alstom

Marilena Varano
Relations avec les médias
+ 1 514-415-4663
marilena.varano@alstomgroup.com

Héroux-Devtek publie ses résultats du deuxième trimestre de l’exercice 2019

Faits saillants financiers

  • Ventes de 95,7 millions de dollars, en hausse de 6,7 %
  • Résultat opérationnel de 5,3 millions de dollars, en hausse de 13,9 %, et BAIIA ajusté1 de 13,2 millions de dollars, en hausse de 9,5 %
  • Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation de 11,7 millions de dollars, contre 15,7 millions de dollars à l’exercice précédent, et flux de trésorerie disponibles1 favorables de 8,2 millions de dollars, contre 13,3 millions de dollars à l’exercice précédent

Faits saillants opérationnels et commerciaux

  • Clôture des acquisitions de Beaver Aerospace & Defense Inc. («Beaver») le 2 juillet 2018 et de Compañia Española de Sistemas Aeronáuticos, S.A. («CESA») après la fin du trimestre
  • Carnet de commandes fermes en hausse séquentiellement depuis le premier trimestre de l’exercice 2019, passant de 454 millions de dollars à 479 millions de dollars
  • Livraison à Boeing des premiers trains d’atterrissage destinés aux avions 777X

LONGUEUIL, Québec, 12 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Héroux-Devtek Inc. (TSX : HRX) («Héroux-Devtek» ou la «Société»), important fabricant international de produits aérospatiaux, a publié aujourd’hui ses résultats du deuxième trimestre de l’exercice 2019 clos le 30 septembre 2018. À moins d’indication contraire, tous les montants sont en dollars canadiens.

«Le deuxième trimestre représente une étape importante sur le plan de l’expansion internationale de Héroux-Devtek. Non seulement nous avons signé d’importants contrats à long terme avec nos partenaires commerciaux de longue date, Boeing et Lockheed Martin, mais nous avons également conclu deux acquisitions transformationnelles. Grâce à l’acquisition de Beaver et de CESA, nous pourrons élargir notre offre de produits en proposant des systèmes d’actionnement et des systèmes hydrauliques à la fine pointe de la technologie et en fournissant des occasions importantes de ventes croisées avec les principaux fabricants mondiaux d’avions», a déclaré Gilles Labbé, président et chef de la direction de Héroux-Devtek.

«Ces développements importants nous positionnent comme fournisseur de premier plan dans un secteur où les facteurs fondamentaux sont solides et les perspectives de croissance à long terme, positives. Après avoir dégagé de robustes résultats financiers au cours du deuxième trimestre, nous avons confiance en notre capacité de faire croître les produits des activités ordinaires de 20 % pour l’exercice 2019 et nous nous attendons à ce que nos produits des activités ordinaires augmentent de 60 % d’ici 2022, par rapport à ceux de l’exercice 2018. Disposant d’une grande flexibilité financière, nous avons tous les éléments en place afin d’entamer notre prochaine phase d’expansion avec un enthousiasme renouvelé», a ajouté M. Labbé.

FAITS SAILLANTS FINANCIERS Trimestres clos les 30 septembre Semestres clos les 30 septembre
(en milliers de dollars, sauf les données par action) 2018 2017 2018 2017
Ventes 95 665 89 677 181 435 176 534
Résultat opérationnel 5 289 4 644 10 146 10 052
BAIIA ajusté1 13 176 12 032 25 420 23 972
Résultat net 3 294 3 163 6 846 7 190
Bénéfice par action – dilué ($) 0,09 0,09 0,19 0,20
Résultat net ajusté1 4 405 4 057 8 191 8 084
Bénéfice par action ajusté ($) 0,12 0,11 0,22 0,22

1 Mesure non conforme aux IFRS. Se reporter à la rubrique intitulée «Mesures non conformes aux IFRS» à la fin du présent communiqué de presse.

RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE
Les ventes consolidées ont augmenté de 6,7 % pour atteindre 95,7 millions de dollars, comparativement à 89,7 millions de dollars au trimestre correspondant de l’exercice précédent, traduisant l’apport de Beaver. Cette augmentation reflète la hausse des ventes dans les marchés de l’aérospatiale commerciale et de la défense aérospatiale et une incidence positive nette de 1,7 million de dollars sur les ventes du deuxième trimestre découlant des fluctuations d’un exercice à l’autre de la valeur du dollar canadien par rapport aux devises.

Les ventes commerciales ont augmenté de 11,5 % pour atteindre 47,0 millions de dollars, contre 42,2 millions de dollars au trimestre correspondant de l’exercice précédent. Cette augmentation est en grande partie attribuable à l’augmentation des livraisons pour les programmes des Boeing 777 et 777X, aux ventes de Beaver et à une hausse des ventes de jet d’affaires liée principalement à l’augmentation des livraisons pour le programme Embraer 450/500.

Les ventes liées au secteur de la défense ont augmenté de 2,4 %, passant de 47,5 millions de dollars à 48,6 millions de dollars. Cette augmentation s’explique essentiellement par les ventes de Beaver et une hausse de la demande du gouvernement américain pour des pièces de rechange. Ces facteurs ont été contrebalancés en grande partie par le calendrier de fabrication de produits vendus à certains clients civils et le ralentissement des activités de réparation et d’entretien pour l’armée de l’air américaine.

La marge brute a augmenté pour s’établir à 15,5 millions de dollars, ou 16,2 % des ventes, comparativement à 13,6 millions de dollars, ou 15,1 % des ventes, pour la période correspondante de l’exercice précédent. L’augmentation de la marge brute est principalement attribuable à l’incidence de l’acquisition de Beaver et à une imputation plus importante des coûts liés au programme du Boeing 777 découlant d’un accroissement du volume et d’une amélioration de l’efficacité de production. Ces facteurs comprennent des fluctuations favorables des taux de change, qui ont contribué aux ventes à hauteur de 0,4 %.

Le résultat opérationnel a augmenté pour atteindre 5,3 millions de dollars, ou 5,5 % des ventes, comparativement à 4,6 millions de dollars, ou 5,2 % des ventes, pour la période correspondante de l’exercice précédent, reflétant principalement l’apport de Beaver. Le résultat opérationnel de la période considérée et de la période correspondante de l’exercice précédent comprend des frais liés aux acquisitions de 0,9 million de dollars relativement aux acquisitions de CESA et de Beaver. Le BAIIA ajusté, qui exclut les éléments non récurrents, a été de 13,2 millions de dollars, ou 13,8 % des ventes, comparativement à 12,0 millions de dollars, ou 13,4 % des ventes, pour la période correspondante de l’exercice précédent.

Les frais financiers ont augmenté pour s’établir à 1,6 million de dollars, comparativement à des frais financiers de 1,2 million de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent. Cette variation reflète essentiellement les pertes nettes sur des instruments financiers dérivés liées à l’acquisition de CESA, contrebalancées en partie par une hausse des produits d’intérêts tirés de la trésorerie et des équivalents de trésorerie.

Le résultat net a atteint 3,3 millions de dollars, ou un bénéfice dilué par action de 0,09 $, au deuxième trimestre de l’exercice 2019, comparativement à 3,2 millions de dollars, ou un bénéfice dilué par action de 0,09 $, pour la période correspondante de l’exercice précédent. Le résultat net ajusté, qui exclut les éléments non récurrents, après impôts, s’est chiffré à 4,4 millions de dollars, ou un bénéfice par action ajusté de 0,12 $, contre 4,1 millions de dollars, ou un bénéfice par action ajusté de 0,11 $, pour la période correspondante de l’exercice précédent.

Au 30 septembre 2018, le carnet de commandes fermes de Héroux-Devtek totalisait 479 millions de dollars, comparativement à 454 millions de dollars au 30 juin 2018. Ce carnet comprend les commandes de Beaver, mais ne tient pas compte des commandes de CESA étant donné que la transaction a été conclue après la fin du trimestre, le 1er octobre 2018.

RÉSULTATS DU SEMESTRE
Pour le premier semestre de l’exercice 2019, les ventes consolidées se sont établies à 181,4 millions de dollars, contre 176,5 millions de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent. Les fluctuations d’un exercice à l’autre de la valeur du dollar canadien par rapport aux devises ont diminué les ventes de 0,7 million de dollars. Les ventes commerciales ont atteint 92,8 millions de dollars, contre 85,5 millions de dollars un an plus tôt, tandis que les ventes liées au secteur de la défense ont totalisé 88,6 millions de dollars, comparativement à 91,0 millions de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent.

La marge brute pour le premier semestre de l’exercice 2019 a été de 28,5 millions de dollars, ce qui équivaut à 15,7 % des ventes, comparativement à 26,5 millions de dollars, ou 15,0 % des ventes, pour la période correspondante de l’exercice précédent. Le résultat opérationnel s’est élevé à 10,1 millions de dollars, ou 5,6 % des ventes, ce qui est stable par rapport à celui de la période correspondante de l’exercice précédent. Les fluctuations d’un exercice à l’autre de la valeur du dollar canadien par rapport aux devises ont augmenté le résultat opérationnel de 0,9 million de dollars. Le BAIIA ajusté a atteint 25,4 millions de dollars, ou 14,0 % des ventes, contre 24,0 millions de dollars, ou 13,6 % des ventes pour la période correspondante de l’exercice précédent.

Le résultat net a atteint 6,8 millions de dollars, ou un bénéfice dilué par action de 0,19 $, comparativement à 7,2 millions de dollars, ou un bénéfice dilué par action de 0,20 $, pour la période correspondante de l’exercice précédent. Le résultat net ajusté a été de 8,2 millions de dollars, ou un bénéfice par action ajusté de 0,22 $, contre 8,1 millions de dollars, ou un bénéfice par action ajusté de 0,22 $, pour la période correspondante de l’exercice précédent.

SOLIDES FLUX DE TRÉSORERIE ET EXCELLENTE SITUATION FINANCIÈRE           
Les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation se sont chiffrés à 11,7 millions de dollars au deuxième trimestre de l’exercice 2019, contre 15,7 millions de dollars au deuxième trimestre de l’exercice 2018. Cette évolution reflète principalement une variation défavorable nette des éléments hors trésorerie du fonds de roulement. Par conséquent, Héroux-Devtek a généré des flux de trésorerie disponibles de 8,2 millions de dollars au deuxième trimestre de l’exercice 2019, une baisse par rapport à 13,3 millions de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent. Pour le premier semestre de l’exercice 2019, les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation se sont chiffrés à 20,1 millions de dollars, comparativement à 18,3 millions de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent, tandis que les flux de trésorerie disponibles se sont élevés à 14,5 millions de dollars, contre 13,7 millions de dollars un an plus tôt.

En prévision de la clôture de l’acquisition de CESA, laquelle a eu lieu après la fin du trimestre, le 1er octobre 2018, le bilan de Héroux-Devtek reflétait à la fois une augmentation de la trésorerie et de la dette au 30 septembre 2018. Par conséquent, la trésorerie et les équivalents de trésorerie s’établissaient à 196,7 millions de dollars et la dette à long terme, y compris la tranche à court terme, mais compte non tenu des frais de financement différés nets, était de 251,7 millions de dollars. La dette à long terme comprend un emprunt de 119,1 millions de dollars sur la facilité de crédit de la Société d’un montant autorisé de 250,0 millions de dollars. Par conséquent, la dette nette se chiffrait à 55,0 millions de dollars à la fin du deuxième trimestre, en hausse par rapport à 38,8 millions de dollars au 31 mars 2018, reflétant principalement l’acquisition de Beaver et les flux de trésorerie disponibles générés au deuxième trimestre. Le ratio de la dette nette/BAIIA ajusté était de 0,9x, comparativement à 0,7x six mois plus tôt.

Sur une base pro forma, au 1er octobre 2018, la trésorerie et les équivalents de trésorerie de Héroux-Devtek s’établissaient à 25,8 millions de dollars et la dette à long terme, y compris la tranche à court terme, mais compte non tenu des frais de financement différés nets, était de 286,2 millions de dollars. Par conséquent, la dette nette se chiffrait à 260,4 millions de dollars. Se reporter au rapport de gestion du deuxième trimestre et aux déclarations prospectives figurant à la fin du présent communiqué de presse pour de plus amples détails concernant ces calculs pro forma.

RÉITÉRATION DES PRÉVISIONS
Pour l’exercice 2019, la direction réitère ses prévisions annuelles présentées le 1er octobre 2018, lors de la clôture de l’acquisition de CESA. Pour l’exercice 2019, les ventes devraient se situer entre 460 millions de dollars et 470 millions de dollars, et les acquisitions d’immobilisations corporelles devraient s’établir à environ 20 millions de dollars. À plus long terme, les ventes pour l’exercice 2022 devraient se situer entre 620 millions de dollars et 650 millions de dollars.

Se reporter à la rubrique intitulée «Déclarations prospectives» ci-après et à la rubrique intitulée «Prévisions» du rapport de gestion de la Société pour le trimestre clos le 30 septembre 2018 afin d’obtenir de plus amples détails concernant les principales hypothèses sur lesquelles se fondent les prévisions qui précèdent.

TÉLÉCONFÉRENCE
Héroux-Devtek inc. tiendra une conférence téléphonique pour discuter de ces résultats le lundi 12 novembre 2018 à 10 h, heure de l’Est. Les personnes intéressées peuvent participer à l’appel en composant le 1-877-223-4471 (Amérique du Nord) ou le 1-647-788-4922 (ailleurs dans le monde). Il sera également possible de participer à la conférence en direct sur le site Web de Héroux-Devtek au www.herouxdevtek.com/fr-CA/investisseurs/evenements ou encore à http://www.gowebcasting.com/9784.

Une présentation connexe sera également disponible sur le site Web de Héroux-Devtek au www.herouxdevtek.com/fr-CA/investisseurs/evenements.

Dans la mesure où il vous serait impossible de participer à la conférence téléphonique, vous pourrez avoir accès à un enregistrement de celle-ci en téléphonant au 1-800-585-8367 et en composant le code 3390868 sur votre clavier téléphonique. Cet enregistrement sera accessible à compter du lundi 12 novembre 2018 à 13 h, heure de l’Est, et ce, jusqu’à 23 h 59, heure de l’Est, le lundi 19 novembre 2018.

PROFIL
Héroux-Devtek Inc. (TSX : HRX) est une entreprise internationale qui se spécialise dans la conception, la mise au point, la fabrication ainsi que la réparation et l’entretien de systèmes et de composants de trains d’atterrissage et d’actionnement destinés au marché de l’aérospatiale. Troisième plus importante entreprise de trains d’atterrissage à l’échelle mondiale, la Société fournit de nouveaux systèmes et composants de trains d’atterrissage aux secteurs commercial et de la défense du marché de l’aérospatiale, de même que des produits et services sur le marché secondaire. La Société fabrique également des systèmes hydrauliques, des systèmes de filtration des fluides et des boîtiers pour systèmes électroniques. La Société réalise environ 90 % de ses ventes à l’extérieur du Canada, dont environ 50 % aux États-Unis. La Société a son siège social à Longueuil, au Québec, et possède des installations dans le Grand Montréal (Longueuil, Laval et Saint-Hubert), à Kitchener, Cambridge et Toronto en Ontario, à Springfield et Strongsville dans l’Ohio, à Wichita au Kansas, à Everett dans l’État de Washington, à Livonia au Michigan, à Runcorn, Nottingham et Bolton au Royaume-Uni ainsi qu’à Madrid et Séville en Espagne.

DÉCLARATIONS PROSPECTIVES
À l’exception de l’information historique, ce communiqué peut contenir de l’information et des déclarations de nature prospective en ce qui concerne la performance future de la Société. Ces déclarations se fondent sur des hypothèses et des incertitudes, ainsi que la meilleure évaluation possible de la direction en ce qui a trait aux événements futurs. Parmi les facteurs susceptibles de causer un écart dans les résultats figurent, entre autres, les fluctuations des résultats trimestriels, l’évolution de la demande pour les produits et services de la Société, l’incidence de la concurrence sur les prix, ainsi que les tendances générales du marché et les changements de la conjoncture économique. En conséquence, le lecteur est averti qu’un écart peut survenir entre les résultats réels et les prévisions. Consultez la rubrique intitulée «Prévisions» du rapport de gestion de la Société pour le trimestre clos le 30 septembre 2018 afin d’obtenir de plus amples détails concernant les principales hypothèses sur lesquelles se fondent les prévisions. Ces prévisions sont fournies afin d’aider le lecteur à comprendre la performance financière et les perspectives de la Société et de lui présenter l’évaluation par la direction des projets et activités à venir, et le lecteur est prié de noter que ces déclarations pourraient ne pas se prêter à d’autres fins.

MESURES NON CONFORMES AUX IFRS
Le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement («BAIIA»), le BAIIA ajusté, le résultat net ajusté, le bénéfice par action ajusté et les flux de trésorerie disponibles ne sont pas des mesures de rendement conformes aux Normes internationales d’information financière («IFRS»). Il est donc peu probable qu’elles puissent être comparables à des mesures similaires publiées par d’autres émetteurs. La direction estime toutefois qu’elles procurent aux investisseurs des renseignements utiles pour leur permettre d’évaluer la rentabilité et les liquidités de la Société, ainsi que la capacité de celle-ci de générer des fonds pour financer ses activités. Se reporter à la rubrique intitulée «Mesures financières non conformes aux IFRS» dans la section Résultats d’exploitation du rapport de gestion de la Société pour les définitions et les rapprochements aux mesures conformes aux IFRS les plus directement comparables.

Avis aux lecteurs : Les états financiers consolidés résumés intermédiaires non audités complets et le rapport de gestion sont accessibles sur le site Web de Héroux-Devtek à l’adresse www.herouxdevtek.com.

De : Héroux-Devtek Inc.  
  Gilles Labbé  
  Président et chef de la direction  
  Tél. : 450-679-3330  
     
Contact : Héroux-Devtek Inc.  
  Stéphane Arsenault MaisonBrison
  Chef de la direction financière Pierre Boucher
  Tél. : 450-679-3330 Tél. : 514-731-0000

HEXO annonce le dépôt d’un prospectus préalable de base provisoire

GATINEAU, Québec, 09 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — HEXO Corp. (« HEXO » ou la « Société ») (TSX: HEXO) a annoncé le dépôt d’un prospectus préalable de base simplifié provisoire auprès des autorités de réglementation en valeurs mobilières de chacune des provinces et chacun des territoires du Canada.

Le prospectus préalable permettra à HEXO d’émettre jusqu’à 800 millions de dollars d’actions ordinaires, de bons de souscription, de reçus de souscription et de parts de la Société ou une combinaison de ces titres, de temps à autre, séparément ou ensemble, en quantités, à des prix et selon des modalités à déterminer en fonction des conditions du marché au moment du placement et de la façon indiquée dans un supplément de prospectus ci-joint, au cours de la période de 25 mois pendant laquelle le prospectus préalable, lorsqu’il sera rendu définitif, restera en vigueur. Les conditions exactes de tout placement futur seront établies dans un supplément de prospectus au prospectus préalable, lequel supplément sera déposé auprès des autorités canadiennes en valeurs mobilières pertinentes. Sauf indication contraire dans le supplément de prospectus relatif à un placement de titres, le produit net de toute vente de valeurs mobilières peut être utilisé par HEXO à des fins générales de la Société, y compris pour le financement des opérations en cours et/ou les besoins en fonds de roulement, pour rembourser des dettes de temps à autre, pour les projets d’équipement et pour les acquisitions potentielles futures, y compris en ce qui concerne une expansion internationale.

Une copie du prospectus préalable de base simplifié provisoire est disponible sur SEDAR à l’adresse www.sedar.com

À propos de HEXO Corp.

HEXO Corp. crée et distribue des produits novateurs, faciles à utiliser et à comprendre pour servir le marché canadien du cannabis. L’un des producteurs les moins chers au pays, HEXO augmente rapidement sa capacité de production dans la perspective du marché du cannabis chez les adultes. La Société exploite actuellement une capacité de production de plus de 310 000 pieds carrés et a un autre agrandissement de 1 000 000 pieds carrés présentement en construction qui devrait être terminé d’ici la fin de l’année. HEXO desservira le marché de l’usage adulte sous la marque HEXO, tout en continuant à servir ses clients du cannabis médical par l’entremise de la célèbre marque Hydropothecary.

Information prospective
Le présent communiqué de presse pourrait contenir de l’information prospective qui comporte des risques et incertitudes connus et inconnus et d’autres facteurs susceptibles de faire en sorte que les événements réels diffèrent sensiblement des attentes actuelles. Ces déclarations ne doivent pas être interprétées comme des garanties de performance ou de résultats futurs. Elles mettent en jeu des risques connus et inconnus, des incertitudes et d’autres facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats, le rendement ou les réalisations réels soient sensiblement différents de ceux sous-entendus par ces déclarations. Une analyse plus complète des risques et des incertitudes auxquels la Société est confrontée figure dans sa notice annuelle et ses documents d’information continue que l’on peut trouver sur le site de SEDAR à l’adresse www.sedar.com. Les lecteurs sont priés de ne pas se fier indûment à ces énoncés prospectifs, qui ne sont valables qu’à la date du présent communiqué de presse. La Société décline toute intention ou obligation, sauf dans la mesure où ce serait exigé par la loi, de mettre à jour ou de réviser l’un ou l’autre des énoncés prospectifs à la suite de nouvelles informations ou d’événements futurs ou pour toute autre raison.

La Bourse de  Toronto TSX et son fournisseur de services de réglementation (au sens attribué à ce terme dans les politiques de la Bourse de Toronto TSX) n’assument aucune responsabilité quant à la pertinence ou à l’exactitude du présent communiqué.

Relations avec les investisseurs
Kathy Chow
1-866-438-8429
invest@HEXO.com
ir.hexo.com/

Relations avec les médias
Sarah Brown
media@hexo.com 

Directeur
Adam Miron
819-639-5498

Magna annonce des résultats records pour le troisième trimestre

AURORA, Ontario, 09 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) —

  • Des ventes record au troisième trimestre, en hausse de 9 % par rapport à l’année précédente, à 9,6 milliards de dollars
  • Un bénéfice dilué par action de 1,62 $, en hausse de 17 %
  • Un bénéfice dilué par action record au troisième trimestre de 1,56 USD, en hausse de 12 % 
  • Un rendement de 629 millions de dollars pour les actionnaires au moyen de rachats d’actions et de dividendes
  • Réduction des fourchettes supérieures des perspectives en matière de ventes totales, de résultat net ajusté attribuable à Magna et de perspectives révisées pour la marge EBIT ajustée

Magna International Inc. (TSX : MG; NYSE : MGA) a annoncé aujourd’hui ses résultats financiers pour le troisième trimestre clos le 30 septembre 2018. Veuillez cliquer ICI pour consulter les états financiers et le rapport de gestion du troisième trimestre.

  THREE MONTHS ENDED
SEPTEMBER 30,
  NINE MONTHS ENDED
SEPTEMBER 30,
  2018
    2017(2)
    2018     2017(2)
 
Reported                    
                               
Sales $   9,618     $ 8,864     $   30,690     $ 26,904  
                     
Income from operations before
income taxes
$    674     $   683     $    2,344     $   2,220  
                     
Net income attributable to
Magna International Inc.
$    554     $   512     $    1,840     $   1,637  
                     
Diluted earnings per share $    1.62     $   1.38     $    5.22     $   4.33  
                     
Non-GAAP Financial Measures(1)

                   
Adjusted EBIT $    699     $ 705     $    2,377     $ 2,281  
                     
Adjusted diluted earnings per share $    1.56     $ 1.39     $    5.08     $   4.36  
                     
All results are reported in millions of U.S. dollars, except per share figures, which are in U.S. dollars.

(1)  Adjusted EBIT, Adjusted diluted earnings per share and Adjusted EBIT as a percentage of sales are Non-GAAP financial measures that have no standardized meaning under U.S. GAAP, and as a result may not be comparable to the calculation of similar measures by other companies. A reconciliation of these Non-GAAP financial measures is included in the back of this press release.

(2)  2017 amounts included in this Press Release have been adjusted for our adoption of the new revenue standard (Accounting Standards Codification 606) and recast for our new reportable segments.

TRIMESTRE CLOS LE 30 SEPTEMBRE 2018

Nous avons établi des records de ventes, de résultat dilué par action et de résultat dilué par action ajusté pour le troisième trimestre, et nous avons restitué 629 millions de dollars aux actionnaires sous forme de rachats d’actions et de dividendes. Tous nos secteurs opérationnels ont enregistré une croissance de leurs ventes par rapport au troisième trimestre de 2017 et, à l’exclusion à la fois des acquisitions nettes des désinvestissements et des variations de change, les ventes de tous les secteurs ont dépassé la production mondiale de véhicules légers. Toutefois, nos ventes ont été légèrement inférieures à nos prévisions, principalement en raison d’une production de véhicules légers inférieure aux prévisions. L’EBIT ajusté a été inférieur à celui du trimestre comparable en 2017 et inférieur à nos attentes. Après avoir pris en compte l’impact de volumes inférieurs aux prévisions, nos segments Alimentation et vision, Systèmes de sièges et Véhicules complets ont enregistré des performances substantiellement conformes à nos attentes. Toutefois, notre secteur Châssis extérieurs et structures a enregistré des résultats inférieurs à nos attentes, principalement en raison de coûts de lancement plus élevés que prévu et de la sous-performance de certaines installations, largement compensée par une résolution de tarification favorable de la clientèle.

Sur une base consolidée, nous avons réalisé un chiffre d’affaires de 9,62 milliards de dollars pour le troisième trimestre de 2018, en hausse de 9 % par rapport au troisième trimestre de 2017. Cette forte croissance a été réalisée à un moment où la production de véhicules légers a augmenté de 4 % en Amérique du Nord et est restée pratiquement inchangée en Europe. Hors impact de la conversion des devises et des désinvestissements nets, les ventes ont augmenté de 11 % sur une base consolidée et par secteur : 6% dans les secteurs Châssis extérieurs et structures et Alimentation et vision, 5 % dans les Systèmes de sièges et 50 % dans les Véhicules complets.

L’EBIT ajusté de 699 millions de dollars au troisième trimestre de 2018 a diminué de 1,0 %, ce qui donne un EBIT ajusté en pourcentage des ventes de 7,3 % au troisième trimestre de 2018, contre 8,0 % au troisième trimestre de 2017. Cette baisse de la marge est en grande partie due à :

  • une augmentation de la proportion des ventes générées dans notre secteur des véhicules complets par rapport aux ventes totales, dont la marge est nettement inférieure à la moyenne consolidée ;
  • des marges moins élevées au troisième trimestre de 2018 dans notre secteur Systèmes de sièges, principalement liées aux coûts de pré-exploitation engagés dans les nouvelles installations et aux résolutions favorables en matière de tarification imposées aux clients au troisième trimestre de 2017 ; et
  • des marges plus faibles dans notre secteur Alimentation et vision, reflétant en grande partie l’augmentation des dépenses d’électrification et d’autonomie.

Le bénéfice d’exploitation avant impôts sur les bénéfices s’est établi à 674 millions de dollars, en baisse de 1,0 % au troisième trimestre de 2018.

Le bénéfice net attribuable à Magna International Inc. a augmenté de 8 % pour s’établir à 554 millions de dollars au troisième trimestre de 2018, reflétant en grande partie un taux d’imposition plus bas.

Le bénéfice dilué par action a augmenté de 17 % pour s’établir à 1,62 USD au troisième trimestre de 2018, reflétant l’augmentation du résultat net attribuable à Magna International Inc. et l’impact favorable d’une réduction du nombre d’actions. Le bénéfice dilué par action ajusté a augmenté de 12 % pour atteindre 1,56 $, contre 1,39 $ pour le quatrième trimestre 2017.

Au troisième trimestre 2018, nous avons généré des flux de trésorerie liés à l’exploitation avant les variations liées aux actifs et passifs d’exploitation de 899 millions de dollars, et investi 177 millions de dollars dans les actifs et les passifs d’exploitation. Les activités d’investissement pour le troisième trimestre 2018 ont inclus des ajouts liés aux immobilisations pour 381 millions de dollars et une augmentation de 114 millions de dollars des placements, des autres actifs et des actifs incorporels.

NEUF MOIS CLOS LE 30 SEPTEMBRE 2018

Nous avons enregistré des ventes de 30,69 milliards de dollars pour les neuf mois clos le 30 septembre 2018, soit une augmentation de 14 % par rapport aux neuf mois clos le 30 septembre 2017. La production de véhicules légers en Amérique du Nord est restée relativement stable et la production européenne de véhicules légers a augmenté de 2 % au cours des neuf premiers mois de 2018 par rapport aux neuf premiers mois de 2017.

Au cours des neuf mois clos le 30 septembre 2018, le résultat opérationnel avant impôts s’est établi à 2,34 milliards USD, le résultat net attribuable à Magna International Inc. à 1,84 milliard USD et le résultat dilué par action à 5,22 USD, en hausse de 124 millions USD, 203 millions USD et 0,89 USD respectivement, chacun comparé aux neuf premiers mois de 2017.

Au cours des neuf mois clos le 30 septembre 2018, l’EBIT ajusté a augmenté de 4 % pour atteindre 2,38 milliards de dollars, contre 2,28 milliards de dollars pour la période des neuf mois close le 30 septembre 2017. Nos secteurs Châssis extérieurs et structures, Alimentation et vision et Véhicules complets ont chacun affiché un EBIT ajusté supérieur à celui des neuf premiers mois de 2017.

Durant les neuf mois clos le 30 septembre 2018, nous avons généré des flux de trésorerie liés à l’exploitation avant les variations liées aux actifs et passifs d’exploitation de 2,87 milliards de dollars, et investi 750 millions de dollars dans les actifs et les passifs d’exploitation. Les activités d’investissement pour les neuf premiers mois de 2018 ont inclus des ajouts liés aux immobilisations de 1000 millions de dollars et une augmentation de 331 millions de dollars des placements, des autres actifs et des actifs incorporels.

REMBOURSEMENT DU CAPITAL AUX ACTIONNAIRES

Au cours du trimestre et du semestre le 30 septembre 2018, nous avons versé des dividendes de 109 et 342 millions de dollars, respectivement. En outre, nous avons racheté 9,2 millions d’actions pour 520 millions de dollars et 22,7 millions d’actions pour 1,35 milliard de dollars, respectivement, pour le trimestre et le semestre clos le 30 septembre 2018.

Notre conseil d’administration a déclaré un dividende trimestriel de 0,33 USD pour ce qui est de nos actions ordinaires en circulation pour le trimestre clos le 30 septembre 2018. Ce dividende est payable le 7 décembre 2018 aux actionnaires inscrits au 23 novembre 2018.

AUTRES SUJETS

Sous réserve de l’approbation de la Bourse de Toronto et de la Bourse de New York, notre conseil d’administration a approuvé une nouvelle offre publique de rachat dans le cours normal de ses activités (« NCIB ») pour acheter jusqu’à 33,2 millions de nos actions ordinaires, soit environ 10 % de celles-ci. Cette offre publique de rachat devrait commencer aux alentours du 15 novembre 2018 et se terminer un an plus tard.

Une photo accompagnant cette annonce est disponible sur http://www.globenewswire.com/NewsRoom/AttachmentNg/6dd59a22-822f-444c-b864-78e2f6a7068f

RÉCAPITULATIF DU SEGMENT (2)

    For the three months ended September 30,  
    Sales     Adjusted EBIT  
      2018       2017     Change       2018     2017     Change  
Body Exteriors & Structures $   4,180     $ 4,004     $ 176   $   322   $ 306   $ 16  
Power & Vision     2,947       2,830       117       258     267      (9 )
Seating Systems     1,219       1,217         2        69       95     (26 )
Complete Vehicles     1,391         938       453        24       17       7  
Corporate and Other   (119 )       (125 )       6        26       20       6  
Total Reportable Segments $   9,618     $ 8,864     $ 754   $   699   $ 705    $   (6 )
 
   For the three months ended September 30
  Adjusted EBIT as a
 percentage of sales
    2018       2017       Change    
Body Exteriors & Structures     7.7 %       7.6 %       0.1 %  
Power & Vision     8.8 %       9.4 %       (0.6 )%  
Seating Systems     5.7 %       7.8 %       (2.1 )%  
Complete Vehicles     1.7 %       1.8 %       (0.1 )%  
 
  
                     
Consolidated Average     7.3 %       8.0 %       (0.7 )%
   
($Millions unless otherwise noted) For the nine months ended September 30,
  Sales   Adjusted EBIT
       2018         2017       Change           2018     2017     Change    
Body Exteriors & Structures $   13,350     $ 12,280     $ 1,070       $   1,047   $   992   $   55    
Power & Vision      9,334         8,685         649            915       861       54    
Seating Systems      4,113         3,919         194            315       328       (13 )  
Complete Vehicles      4,331         2,334       1,997            44       38       6    
Corporate and Other      (438 )       (314 )      (124 )          56       62       (6 )  
Total Reportable Segments $   30,690     $ 26,904     $ 3,786       $   2,377   $ 2,281    $   96    

   For the nine months ended September 30,
   Adjusted EBIT as a
 percentage of sales
  2018   2017   Change  
Body Exteriors & Structures   7.8 %   8.1 %   (0.3 )%
Power & Vision   9.8 %   9.9 %   (0.1 )%
Seating Systems   7.7 %   8.4 %   (0.7 )%
Complete Vehicles   1.0 %   1.6 %   (0.6 )%
       
Consolidated Average   7.7 %   8.5 %   (0.8 )%
(2)  2017 amounts included in this Press Release have been adjusted for our adoption of the new revenue standard (Accounting Standards Codification 606) and recast for our new reportable segments.

Pour plus de détails sur nos résultats par activités, veuillez vous reporter à notre rapport de gestion, ainsi qu’à nos états financiers intermédiaires.

PRÉVISIONS 2018 MISES À JOUR

Nous avons mis à jour nos prévisions pour 2018, essentiellement afin de refléter nos résultats du troisième trimestre 2018, ainsi que les attentes du quatrième trimestre de 2018 avec une production inférieure de véhicules légers, une diminution des revenus nets de notre coentreprise de transport en Europe, et des coûts plus élevés dans notre secteur Châssis extérieurs et structures.
    Current   Previous
Light Vehicle Production (Units)
   North America
   Europe
  17.0 million
22.5 million
  17.2 million
22.6 million
         
Segment Sales
   Body Exteriors & Structures
   Power & Vision
   Seating Systems
   Complete Vehicles
  $17.3 – $17.7 billion
$12.3 – $12.6 billion
$5.4 – $5.6 billion
$5.9 – $6.1 billion
  $17.1 – $17.9 billion
$12.2 – $12.8 billion
$5.5 – $5.9 billion
$6.1 – $6.5 billion
         
Total Sales   $40.3 – $41.4 billion   $40.3 – $42.5 billion
         
Adjusted EBIT Margin(3)   Approximately 7.7%   7.7% – 7.9%
         
Equity Income (included in EBIT)   $255 – $280 million   $270 – $305 million
         
Interest Expense, net   Approximately $95 million   Approximately $90 million
         
Income Tax Rate(4)   Approximately 22%   22% – 23%
         
Adjusted Net Income attributable to Magna(5)   $2.3 – $2.4 billion   $2.3 – $2.5 billion
         
Capital Spending   Approximately $1.7 billion   Approximately $1.9 billion
         
(3)  Adjusted EBIT Margin is the ratio of Adjusted EBIT to Total Sales
(4)  The Income Tax Rate has been calculated using Adjusted EBIT and is based on current tax legislation
(5)  Adjusted Net Income attributable to Magna is Net Income attributable to Magna after excluding Other expense (income), net after-tax and Reassessment of deferred tax balances

Dans ces perspectives pour 2018, nous sommes partis des hypothèses suivantes :

• Les volumes de production de véhicules légers pour 2018 (comme indiqué ci-dessus) ;

• aucune acquisition ou cession importante inopinée ; et

• taux de change des monnaies les plus courantes dans lesquelles nous exerçons nos activités par rapport à notre devise de présentation en dollars américains, comme suit :

  • 1 dollar canadien = dollar américain 0,772
  • 1 euro = dollar américain 1,184

RAPPROCHEMENT DES MESURES FINANCIÈRES NON PCGR

EBIT ajusté
 
Le tableau suivant rapproche le résultat net et l’EBIT ajusté :
   
  Pour le semestre clos le 30 septembre
    2018     2017
       
Revenu net $    560     $ 521  
Ajouter :      
Dépenses d’intérêts, nettes     23         20  
Autres dépenses (revenus) nets      2         2  
Impôts sur le revenu   114         162  
EBIT ajusté $    699     $   705  
       
       
EBIT ajusté en pourcentage du chiffre d’affaires (« Marge d’EBIT ajustée »)      
       
L’EBIT ajusté exprimé en pourcentage des ventes est calculé dans le tableau ci-dessous :
   
  Pour le trimestre clos le 30 septembre,
  2018   2017
       
EBITDA ajusté $   9 618     $ 8 864  
EBIT ajusté $    699     $   705  
EBIT ajusté en pourcentage des ventes      7,3 %       8,0 %
       
       
Résultat dilué par action ajusté      
       
Le tableau suivant rapproche le résultat net attribuable à Magna International Inc. et le résultat net ajusté par action :
   
  Pour le trimestre clos le 30 septembre,
  2018   2017
       
Résultat net attribuable à Magna International Inc. $    554     $   512  
Ajouter :      
Autres dépenses (revenus) nets     2         2  
Réévaluation des soldes d’impôts différés     (21 )       —  
Résultat net ajusté attribuable à Magna International Inc. $    535     $   514  
Nombre moyen pondéré d’actions ordinaires en circulation au cours de la période (en millions) :     343,0       370,4  
Résultat dilué par action ajusté $    1,56     $  1,39  

RAPPROCHEMENT DES MESURES FINANCIÈRES NON PCGR

EBIT ajusté
 
Le tableau suivant rapproche le résultat net et l’EBIT ajusté :
   
  Pour les neuf mois clos le 30 septembre,
  2018   2017
       
Revenu net $    1 865       $ 1 669  
Ajouter :      
Dépenses d’intérêts, nettes     67           50  
Autres dépenses (revenus) nets   (34 )         11  
Impôts sur le revenu    479           551  
EBIT ajusté $    2 377       $ 2 281  
       
       
EBIT ajusté en pourcentage du chiffre d’affaires (« Marge d’EBIT ajustée »)      
       
L’EBIT ajusté exprimé en pourcentage des ventes est calculé dans le tableau ci-dessous :
   
  Pour les neuf mois clos le 30 septembre,
  2018   2017
       
Ventes $   30 690       $ 26 904  
EBIT ajusté $    2 377       $   2 281  
EBIT ajusté en pourcentage des ventes      7,7   %       8,5 %
       
       
Résultat dilué par action ajusté      
       
Le tableau suivant rapproche le résultat net attribuable à Magna International Inc. et le résultat net ajusté par action :
   
  Pour les neuf mois clos le 30 septembre,
  2018   2017
       
Résultat net attribuable à Magna International Inc. $   1 840       $ 1 637  
Ajouter :      
Autres dépenses (revenus) nets   (34 )         11  
Effet fiscal sur les autres charges (produits), net     3           —  
Réévaluation des soldes d’impôts différés     (21 )         —  
Résultat net ajusté attribuable à Magna International Inc. $    1 788       $ 1 648  
Nombre moyen pondéré d’actions ordinaires en circulation au cours de la période (en millions) :     352,3         377,7  
Résultat dilué par action ajusté $    5,08       $ 4,36  

Certaines des mesures financières prospectives ci-dessus sont fournies sur une base non conforme aux PCGR. Nous ne fournissons pas un rapprochement de ces mesures prospectives avec les mesures financières les plus directement comparables calculées et présentées conformément aux PCGR des États-Unis. Le faire pourrait potentiellement induire en erreur et serait peu pratique étant donné la difficulté de projeter des éléments qui ne reflètent pas les opérations en cours dans une période future. L’ampleur de ces éléments peut toutefois être significative.

Ce communiqué de presse ainsi que notre rapport de discussion et d’analyse des résultats d’exploitation et de la situation financière fait par la direction et nos États financiers intermédiaires sont disponibles dans la section Relations avec les investisseurs de notre site Web à l’ adresse www.magna.com/company/investors et déposés par voie électronique dans le Système d’analyse et de récupération électronique des documents (SEDAR), qui peut être consulté sur www.sedar.com ainsi que sur le système de collecte de données, d’analyse et de récupération des données électroniques (EDGAR) de la Securities and Exchange Commission des États-Unis, qui peut être consulté sur www.sec.gov.

Nous tiendrons une conférence téléphonique à l’intention des analystes et des actionnaires intéressés pour évoquer nos résultats du troisième trimestre clos le 30 septembre 2018, le jeudi 8 novembre 2018, à 08h00 HAE (heure avancée de l’Est). La conférence téléphonique sera présidée par Don Walker, PDG. Le numéro à composer pour cet appel depuis l’Amérique du Nord est le 1-800-682-8914. Les personnes appelant depuis l’étranger devront composer le 1-303-223-4366. Veuillez appeler au moins 10 minutes avant le début de la conférence. Nous diffuserons également la conférence téléphonique sur le site www.magna.com. La présentation de diapositives accompagnant la téléconférence sera disponible sur notre site Web le jeudi avant l’appel.

MOTS CLÉS
Revenus trimestriels, trimestre record, résultats financiers, croissance des ventes

CONTACT AVEC LES INVESTISSEURS
Louis Tonelli, Vice-President, Relations avec les investisseurs
louis.tonelli@magna.com  │  905.726.7035

CONTACT MÉDIA
Tracy Fuerst, Directrice de la communication d’entreprise et des relations publiques
tracy.fuerst@magna.com  │  248.631.5396

NOTRE ENTREPRISE (6)
Nous comptons plus de 173 000 employés motivés par l’esprit d’entreprise et dédiés à la fourniture de solutions de mobilité. Nous sommes une société de technologie de mobilité et l’un des plus grands fournisseurs automobiles au monde avec 340 sites de fabrication et 89 centres de développement de produits, d’ingénierie et de vente dans 27 pays. Nos capacités concurrentielles comprennent les structures et les parties extérieures du châssis, les technologies d’alimentation et de vision, les systèmes de sièges et les solutions complètes pour les véhicules. Nos actions ordinaires sont négociées à la Bourse de Toronto (MG) et à la Bourse de New York (MGA). Pour plus d’informations sur Magna, veuillez consulter le site www.magna.com.

(6) Les chiffres relatifs aux activités de fabrication, de développement de produits, d’ingénierie et de vente ainsi que ceux relatifs aux employés comprennent certaines opérations mises en équivalence.

DÉCLARATIONS PROSPECTIVES
Nous divulguons des « informations prospectives » ou des « énoncés prospectifs » (collectivement, des « énoncés prospectifs ») pour fournir des informations sur les attentes et les plans actuels de la direction. De tels énoncés prospectifs peuvent ne pas convenir à d’autres fins.

Les énoncés prospectifs peuvent inclure des projections financières et autres, ainsi que des déclarations concernant nos projets, objectifs ou performances économiques futurs, ou les hypothèses sous-jacentes à tout ce qui précède, et d’autres énoncés qui ne sont pas des récits de faits historiques. Nous utilisons des mots tels que « peut », « serait », « pourrait », « devrait », « sera », « probable », « s’attendre », « anticiper », « croire », « avoir l’intention de », « planifier », « viser », « prévoir », « envisager », « projeter », « estimer », « cibler » et des expressions similaires suggérant des résultats ou événements futurs pour identifier les énoncés prospectifs.

Les énoncés prospectifs contenus dans ce communiqué de presse incluent, sans s’y limiter, les énoncés relatifs aux éléments suivants :

 

  • Attentes de trésorerie ;
  • Les prévisions de Magna sur la production de véhicules légers en Amérique du Nord et en Europe ;
  • Le chiffre d’affaires consolidé attendu, en fonction de la production de véhicules légers, y compris la
    répartition attendue par segment dans nos activités châssis extérieurs et structures ; alimentation et vision ; systèmes de sièges ; et véhicules complets ;
  • Marge d’EBIT ajustée consolidée pour 2018 ;

 

 

  • Le revenu des capitaux propres consolidé ;
  • La charge d’intérêts nette ;
  • Le taux d’imposition effectif ;
  • Résultat net ajusté ;
  • Les dépenses d’immobilisations ; et
  • Les rendements futurs du capital à nos actionnaires, y compris par le biais de dividendes ou de rachats d’actions.

 

Nos énoncés prospectifs sont basés sur les informations actuellement disponibles et reposent sur des hypothèses et des analyses que nous avons faites à la lumière de notre expérience et de notre perception des tendances historiques, des conditions actuelles et des développements futurs attendus, ainsi que d’autres facteurs qui nous semblent appropriés en fonction des circonstances.

Nous estimons disposer d’une base raisonnable pour faire de tels énoncés prospectifs, mais ils ne constituent pas une garantie des rendements ou des résultats futurs. Le fait que les résultats et développements réels soient conformes à nos attentes et à nos prédictions est sujet à un certain nombre de risques, d’hypothèses et d’incertitudes, dont beaucoup échappent à notre contrôle et dont les effets peuvent être difficiles à prévoir, notamment :

Risques liés à l’industrie automobile

  • cyclicité économique ;
  • concurrence intense ;
  • les restrictions potentielles au libre-échange, y compris les tarifs nouveaux, continus ou plus élevés sur les produits de base et/ou les automobiles ;
  • aggravation des conflits commerciaux internationaux ;
  • baisse des ventes de véhicules et des volumes de production en Chine ;

 Risques liés aux clients et aux fournisseurs

  • concentration des ventes sur six clients ;
  • changements dans les parts de marché des véhicules ou des segments de véhicules ;
  • évolution des taux d’adaptation des produits que nous vendons ;
  • perte potentielle de certains bons de commande substantiels ;

  Risques de fabrication opérationnels

  • risques liés au lancement de produits et de nouvelles installations ;
  • sous-performance opérationnelle ;
  • coûts de restructuration ;
  • charges de dépréciation ;
  • interruptions de travail ;
  • interruptions d’approvisionnement ;

 Risque de sécurité informatique

  • Intrusions informatiques / de sécurité ;

 Risques de tarification

  • risques de prix entre le moment de la soumission et le début de la production ;
  • des concessions de prix supérieures aux pourcentages contractuels des accords à long terme ;
  • augmentation du coût des matières premières ;
  • baisses des prix de la ferraille ;
Risques de garantie / rappel

  • coûts de réparation ou de remplacement des produits défectueux ;
  • coûts de garantie qui dépassent les provisions de garantie ;
  • coûts liés à des rappels importants ;

 Risques d’acquisition

  • une augmentation de notre profil de risque à la suite des acquisitions réalisées ;
  • risques d’intégration des acquisitions ;

 Autres risques commerciaux

  • risques liés à la réalisation d’activités par le biais de coentreprises ;
  • notre capacité à développer constamment des produits ou des procédés innovants ;
  • modification du profil de risque résultant d’investissements dans des domaines de produits stratégiques tels que le groupe motopropulseur et l’électronique ;
  • risques de faire des affaires sur les marchés étrangers ;
  • fluctuations des valeurs relatives des devises ;
  • risques fiscaux ;
  • évolution des notations de crédit qui nous sont attribuées ;
  • l’imprévisibilité et la fluctuation du cours de nos actions ordinaires ;

 Risques juridiques, réglementaires et autres

  • risques antitrust et de conformité ;
  • réclamations juridiques et/ou actions réglementaires contre nous ; et
  • changements dans les lois.
   

Lors de l’évaluation des énoncés prospectifs ou des informations prospectives, nous invitons les lecteurs à ne pas se fier indûment aux énoncés prospectifs, et de considérer spécifiquement les divers facteurs qui pourraient faire en sorte que les événements ou résultats réels diffèrent sensiblement de ceux indiqués par ces énoncés prospectifs, y compris les risques, les hypothèses et les incertitudes ci-dessus qui font l’objet d’une discussion plus détaillée dans ce document sous la rubrique « Tendances et risques du secteur » et qui figurent dans notre Formulaire annuel déposé auprès des commissions des valeurs mobilières du Canada et dans notre rapport annuel sur formulaire 40-F déposé auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis, et les documents subséquents.

Senvest Capital Inc. annonce ses rėsultats pour le trimestre terminé le 30 septembre 2018

MONTRĖAL, 09 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Senvest Capital Inc. a annoncé aujourd’hui un résultat net attribuable aux actionnaires ordinaires de 2,5 M$ ou 0,92$ par action pour les trois mois terminés le 30 septembre 2018. Pour la période correspondante de 2017, elle avait inscrit un résultat net attribuable aux actionnaires ordinaires de 75,0 M$ ou 27,10$ par action.  Pour les neuf mois terminés le 30 septembre 2018, le résultat net attribuable aux actionnaires ordinaires était de 12,1 M$ ou 4,46$ par action comparée à un résultat net attribuable aux actionnaires ordinaires de 165,5 M$ ou 59,74$ par action l’année précédente.

Les états financiers sont disponibles sur le site Sedar www.sedar.com

    ÉTAT CONSOLIDÉ DES RÉSULTATS
    (non vérifié)
    (en millions de dollars, sauf les données par action)
     
    Pour les trois mois terminés Pour les neuf mois terminés
    30/09/2018  30/09/2017 30/09/2018  30/09/2017 
           
Résultats net attribuable aux actionnaires ordinaires   2,5 $ 75,0 $ 12,1 $ 165,5 $
           
Résultats net dilué par action attribuable aux actionnaires ordinaires        0,92 $ 27,10 $ 4,46 $ 59,74 $

Contact: George Malikotsis, Vice Président, Finance
Tel: (514) 281-8082

Jacques Grégoire honoré pour l’ensemble de sa carrière à ce jour aux Canadian Printing Awards

MONTRÉAL, 09 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Le président de TC Imprimeries Transcontinental, monsieur Jacques Grégoire, s’est vu décerner hier soir, lors des Canadian Printing Awards, organisés par le magazine PrintAction et Annex Business Media, le prix d’excellence John A. Young Lifetime Achievement Award pour l’ensemble de ses réalisations en carrière à ce jour, devant quelque 250 leaders de l’industrie réunis au Palais Royale de Toronto.

« Nous sommes très fiers, et je parle ici au nom de la famille Marcoux, de TC Transcontinental et en mon nom personnel, de cette distinguée reconnaissance accordée hier soir à Jacques Grégoire dans le cadre des Canadian Printing Awards, a dit François Olivier, président et chef de la direction de TC Transcontinental. Depuis plus de 30 ans, Jacques s’est investi avec un profond engagement aux côtés de notre fondateur Rémi Marcoux et de nos équipes pour concrétiser cet accomplissement entrepreneurial exceptionnel qu’est devenu aujourd’hui TC Imprimeries Transcontinental. Pendant toutes ces années, Jacques a œuvré à insuffler à des centaines d’employés et de collaborateurs cette fierté de travailler au développement de notre plateforme d’impression. Cet honneur rejaillit d’ailleurs sur l’ensemble de nos employés et nous tenons à le remercier. »

Pour sa part, le président de TC Imprimeries Transcontinental et TC Emballages Transcontinental, Brian Reid, a ajouté : « Je tiens à féliciter Jacques Grégoire pour cette reconnaissance hautement méritée à la lumière de sa fructueuse carrière de près de 40 ans dans le domaine de l’imprimerie qui, j’en suis convaincu, se poursuivra encore de nombreuses années. Jacques a largement contribué à l’expansion et à l’optimisation des activités d’impression de TC Transcontinental au pays. Toujours avec ce leadership et cet esprit d’équipe qui le caractérisent, il témoigne d’un engagement en continu envers la satisfaction de nos clients depuis tant d’années. Nous sommes heureux de voir que la passion animant Jacques Grégoire pour notre industrie est reconnue. »

Depuis 2014, Jacques Grégoire est président de TC Imprimeries Transcontinental, premier imprimeur au Canada. Au quotidien, il est responsable de la gestion de toutes les activités d’impression de l’entreprise. En 1986, il fonde Imprimerie Interglobe inc., à Beauceville, au Québec. L’année suivante, Transcontinental inc. acquiert son entreprise, marquant du même coup l’entrée de Jacques Grégoire au sein de la Société. Au fil du temps, il occupe différents postes de direction stratégiques au cœur des activités grandissantes d’impression de TC Transcontinental. Ainsi, jusqu’en 1998, il occupe le rôle de président d’Imprimerie Interglobe. Il devient par la suite vice-président du Groupe du livre jusqu’en 2008. Dès novembre de cette même année, et ce, jusqu’en 2014, le rôle de vice-président principal du Groupe magazines, livres et catalogues lui est confié. Sa connaissance pointue de l’industrie et sa vaste expérience dans l’entreprise font de lui un joueur déterminant dans la réalisation de nombreuses transactions d’importance réalisées par TC Transcontinental, notamment l’acquisition de Quad/Graphics Canada inc. Jacques Grégoire est titulaire d’un baccalauréat en administration de l’Université Bishop de Lennoxville, au Québec, et détient un certificat en stratégie des affaires de l’Université Queen’s, à Kingston, en Ontario.

Depuis 13 ans déjà, les Canadian Printing Awards célèbrent l’excellence et l’innovation dans l’industrie canadienne de l’imprimerie. Les lauréats sont déterminés par un jury composé de juges indépendants. TC Transcontinental tient à féliciter toutes les entreprises lauréates, de même que tous ceux et celles qui se sont distingués à l’occasion de cette soirée.

Profil de TC Transcontinental

TC Transcontinental est un chef de file en emballage souple en Amérique du Nord et le plus important imprimeur au Canada. La Société est également un leader canadien dans ses activités de médias spécialisés. Depuis plus de 40 ans, TC Transcontinental a comme mission de créer des produits et services de qualité permettant aux entreprises d’attirer, de joindre et de fidéliser leur clientèle cible.

Le respect, le travail d’équipe, la performance et l’innovation sont les valeurs fortes de la Société et de ses employés. L’engagement de TC Transcontinental auprès de ses parties prenantes est d’agir de manière responsable dans la poursuite de ses activités d’affaires.

Transcontinental inc. (TSX : TCL.A TCL.B), connue sous la marque TC Transcontinental, compte plus de 9000 employés, dont la majorité sont en poste au Canada, aux États-Unis et en Amérique latine. Ses revenus ont été d’environ 2,0 milliards de dollars canadiens pour l’année financière se terminant le 29 octobre 2017. La Société a conclu, le 1er mai 2018, l’acquisition transformationnelle de Coveris Americas qui a généré des revenus d’environ 1,26 milliard de dollars canadiens (966 millions de dollars américains) pour son exercice financier clos le 31 décembre 2017. Pour plus d’information, veuillez visiter le site web de TC Transcontinental au www.tc.tc

Pour renseignements :

Médias                                                                                                                  
Nathalie St-Jean                                                                                 
Conseillère principale aux communications
TC Transcontinental
Téléphone : 514 954-3581                                                                              
nathalie.st-jean@tc.tc
www.tc.tc

Communauté financière
Mathieu Hébert
Directeur, Analyse financière et trésorerie
TC Transcontinental
Téléphone : 514 954-4029
mathieu.hebert@tc.tc 
www.tc.tc

Le Fonds de revenu Noranda présente ses résultats financiers du troisième trimestre de 2018

SALABERRY-DE-VALLEYFIELD, Québec, 09 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Le Fonds de revenu Noranda (TSX : NIF.UN) (le «Fonds») a annoncé aujourd’hui ses résultats financiers pour la période de trois mois close le 30 septembre 2018. À moins d’indication contraire, tous les montants présentés sont en dollars américains.

Faits saillants financiers et d’exploitation du troisième trimestre de 2018

  • Le résultat avant impôts sur le résultat s’est établi à 1,8 million $, par rapport à une perte avant impôts sur le résultat de 16,2 millions $ au troisième trimestre de 2017.
  • La production de zinc a augmenté de 78 % pour se chiffrer à 60 214 tonnes, comparativement à 33 802 tonnes au troisième trimestre de 2017.
  • Les ventes de zinc ont totalisé 60 975 tonnes, en hausse de 83 % par rapport à 33 395 tonnes au troisième trimestre de 2017.
  • Forte hausse des produits tirés des sous-produits découlant de la vente de gâteaux de cuivre et d’acide sulfurique qui se sont établis à 8,8 millions $, par rapport à 4,0 millions $ au troisième trimestre de 2017.
  • Les coûts de production unitaires ont augmenté de 6,1 % comparativement au troisième trimestre de 20162.
  • Le 27 juillet 2018, le Fonds a fait passer sa facilité de crédit renouvelable adossée à des actifs («facilité ABL») de 150 millions $ à 180 millions $.

«Grâce à la collaboration de nos employés et autres parties prenantes, l’affinerie a continué de progresser vers la cadence de production normale, tout en traitant à façon le zinc cathodique accumulé en 2017 à la suite du conflit de travail», a déclaré Eva Carissimi, présidente et chef de la direction de Zinc électrolytique du Canada limitée, gestionnaire du Fonds de revenu Noranda. «Puisque l’affinerie a remis du métal à Glencore Canada, conformément à ce qui est stipulé dans l’entente de traitement à façon, elle a produit moins de zinc qu’au cours de la période correspondante de 2016, ce qui a fait augmenter les coûts unitaires. Notre priorité pour le quatrième trimestre est d’exploiter l’affinerie à sa pleine capacité.»

Résultats financiers et résultats d’exploitation du troisième trimestre de 2018

Le résultat avant impôts sur le résultat a été de 1,8 million $ au troisième trimestre de 2018, par rapport à une perte avant impôts sur le résultat de 16,2 millions $ au troisième trimestre de 2017. Cette hausse reflète la progression vers l’atteinte d’une cadence de production près de la normale en 2018 après le conflit de travail survenu en 2017.

Les produits nets ajustés se sont élevés à 44,0 millions $ au troisième trimestre de 2018, en hausse de 116 % comparativement à 20,4 millions $ pour le troisième trimestre de 2017. Cette hausse, qui est surtout liée à la progression des volumes de vente de zinc, a été partiellement contrebalancée par la baisse des prix. L’augmentation des volumes de ventes reflète la progression vers l’atteinte d’une cadence de production normale en 2018 après le conflit de travail survenu en 2017. La baisse des prix est attribuable au recul des prix du zinc, qui a été en partie compensé par l’augmentation des prix de sous-produits.

La production de zinc a augmenté de 78 % pour atteindre 60 214 tonnes au troisième trimestre de 2018, comparativement à 33 802 tonnes au troisième trimestre de 2017.

Les ventes de zinc ont progressé de 83 % et se sont chiffrées à 60 975 tonnes au troisième trimestre de 2018, par rapport à 33 395 tonnes pour le troisième trimestre de 2017.

Les coûts de production avant la variation des stocks se sont élevés à 31,5 millions $ au troisième trimestre de 2018, par rapport à 22,9 millions $ au troisième trimestre de 2017. Cette augmentation de 8,6 millions $ s’explique par la hausse des coûts de la main-d’œuvre, des fournitures d’exploitation et de la sous-traitance découlant des conditions normales d’exploitation qui ont eu cours en 2018 alors que le conflit de travail avait eu pour effet de réduire la capacité d’exploitation pendant la période de trois mois close le 30 septembre 2017. Ces coûts plus élevés ont été partiellement contrebalancés par une diminution des coûts de l’énergie attribuable à la participation au programme de réduction des tarifs d’électricité du gouvernement du Québec.

Comme il est mentionné précédemment, le Fonds participe au programme de réduction des tarifs d’électricité destiné aux grands consommateurs industriels mis en place par le gouvernement du Québec. En octobre 2017, l’acceptation du premier rapport sur les projets d’investissement admissibles du Fonds a eu pour effet de réduire la facture d’électricité de 20 % pour la période d’octobre 2017 à août 2018. Le deuxième rapport sur les projets d’investissement admissibles a été accepté le 29 octobre 2018, ce qui réduira la facture d’électricité pour une période de six à huit mois en raison des retards dans la conception technique des projets d’investissement en 2017. Le Fonds s’attend à pouvoir profiter des réductions de sa facture d’électricité jusqu’en 2021, à la condition qu’il soit en mesure de continuer d’engager les dépenses d’investissement et de respecter les conditions en vertu du programme dans l’avenir.

Les coûts de production unitaires ont été de 523 $ la tonne au troisième trimestre de 2018, comparativement à 493 $ la tonne pour la période correspondante de 2016. La comparaison avec les coûts de production pour 2017 n’est pas significative du fait de l’incidence du conflit de travail sur la production et le profil des coûts en 2017.

Les flux de trésorerie provenant des activités d’exploitation ont été de 26,5 millions $ pour la période de trois mois close le 30 septembre 2018, ce qui tient compte de l’incidence défavorable d’une hausse de 14,6 millions $ des éléments sans effet de trésorerie du fonds de roulement découlant d’une diminution des dettes fournisseurs et charges à payer, et d’une baisse des produits différés, ce qui a été en partie contrebalancé par une diminution des stocks et des créances clients. Pour la période correspondante de 2017, les flux de trésorerie affectés aux activités d’exploitation avaient totalisé 41,4 millions $, ce qui tenait compte de l’incidence défavorable d’une hausse de 36,2 millions $ des éléments sans effet de trésorerie du fonds de roulement imputable à une augmentation des stocks, partiellement contrebalancée par une diminution des créances clients et une augmentation des dettes fournisseurs.

Au 30 septembre 2018, la dette du Fonds atteignait 102,5 millions $, en baisse par rapport à 108,7 millions $ à la fin de décembre 2017. La diminution de la dette du Fonds est attribuable aux flux de trésorerie générés par les activités d’exploitation au cours de la période.

Perspectives du Fonds

Selon les analystes du secteur, comme Wood Mackenzie et CRU, le resserrement du marché du concentré amorcé en 2016 s’est poursuivi en 2017 et au début de 2018. Ce resserrement du marché résulte de l’insuffisance de l’approvisionnement attribuable à la fermeture de plusieurs mines importantes au cours des dernières années et à la demande mondiale en concentré. Les frais de traitement au comptant ont diminué, passant de 175 $ la tonne métrique sèche en décembre 2015 à 40 $ la tonne métrique sèche en décembre 2016. Alors que le marché du concentré demeure serré, les frais de traitement au comptant ont été en moyenne de 38 $ la tonne métrique sèche tout au long de 2017, et ils se sont établis autour de 40 $ la tonne métrique sèche en moyenne au cours des neuf premiers mois de 2018 et aux environs de 70 $ la tonne métrique sèche au cours du troisième trimestre de 2018. Du fait de ce resserrement sur le marché du concentré, les modalités du marché n’ont pas été aussi avantageuses pour le Fonds que les frais fixes dont il bénéficiait depuis sa création et jusqu’au 2 mai 2017. Les sociétés minières sont habituellement en mesure de négocier des frais de traitement moins élevés lorsque le marché du concentré est serré compte tenu de la concurrence accrue pour l’approvisionnement en concentré entre les fonderies.

Malgré cette conjoncture, le Fonds a pu obtenir les qualités et les quantités de concentré dont il a besoin grâce à des ententes avec Glencore Canada visant l’approvisionnement en concentré pour la période de douze mois se terminant le 30 avril 2018 et, par la suite, pour une période de quatre ans allant de mai 2018 à avril 2022. Aux termes du contrat d’approvisionnement d’une durée de quatre ans, les frais de traitement liés à cet approvisionnement seront négociés annuellement.

À la lumière de ce qui précède, le principal défi avec lequel le Fonds doit composer demeure la capacité de l’affinerie à mener ses activités de manière rentable selon les modalités du marché.

Perspectives en matière de production et de ventes

Les estimations du Fonds concernant la production et les ventes de zinc pour 2018 sont les suivantes :

Production : de 260 000 à 270 000 tonnes
Ventes :  de 260 000 à 270 000 tonnes
Traitement de cathodes :  20 000 tonnes

La capacité du Fonds d’atteindre les cibles susmentionnées est assujettie à divers risques, incertitudes et hypothèses, dont certains sont présentés à la rubrique «Énoncés prospectifs» ci-dessous.

Conférence téléphonique sur les résultats du troisième trimestre de 2018

Date : Le 9 novembre 2018 à 10 h 30 (HE)
Numéro à composer : 416-621-4642 ou
Numéro sans frais en Amérique du Nord : 1-877-585-8367

Pour accéder à la webdiffusion et regarder le diaporama à partir du site Web du Fonds de revenu Noranda : http://www.fondsderevenunoranda.com/investor/conference.php ou cliquer sur le lien suivant : https://edge.media-server.com/m6/p/q6b3g797.

Version en différé de la conférence téléphonique

La version en différé sera disponible jusqu’à minuit le 16 novembre 2018.

Numéro à composer : 416-621-4642 ou
Numéro sans frais en Amérique du Nord : 1-800-585-8367

Le code d’accès est le 3558509. Une fois le code entré, vous serez invité à fournir votre nom ainsi que celui de votre société.

La version intégrale du rapport de gestion et des états financiers consolidés non audités du troisième trimestre de 2018 sera publiée plus tard aujourd’hui sur SEDAR, à l’adresse http://www.sedar.com ainsi que sur le site Web du Fonds, à l’adresse http://www.fondsderevenunoranda.com/investor/financials.php.

Les lecteurs sont prévenus que le résumé contenu dans le présent communiqué de presse contient des informations limitées. Il ne s’agit pas d’une source d’information appropriée pour les lecteurs qui n’ont pas une bonne connaissance du Fonds. En aucun cas, le communiqué de presse n’est un substitut des états financiers consolidés et du rapport de gestion, car des informations essentielles à une prise de décision éclairée pourraient échapper à un lecteur qui ne s’appuie que sur le présent résumé.

Énoncés prospectifs

Le présent communiqué de presse contient de l’information prospective et des énoncés prospectifs au sens où l’entendent les lois sur les valeurs mobilières applicables. L’information prospective comporte des risques connus et inconnus, des incertitudes et d’autres facteurs qui pourraient faire en sorte que les événements, les résultats ou le rendement réels diffèrent considérablement de ceux avancés dans ces énoncés prospectifs, de façon expresse ou implicite. Par conséquent, le Fonds ne peut garantir que l’information prospective ou les énoncés prospectifs se concrétiseront.

Ces risques et incertitudes comprennent notamment les conditions commerciales et économiques générales, la capacité du Fonds d’exercer ses activités à des niveaux normaux de production, les exigences relatives aux dépenses d’investissement du Fonds et les autres risques et incertitudes généraux énoncés dans les documents d’information continue du Fonds déposés sur SEDAR, à l’adresse www.sedar.com.

L’information prospective figurant dans le présent communiqué de presse est fondée, entre autres, sur les estimations, les attentes, les hypothèses, les prévisions et les intentions de la direction qui sont, à son avis, raisonnables en date des présentes. Ces dernières sont toutefois assujetties à un certain nombre de risques et d’incertitudes. À moins que la loi ne l’exige, le Fonds ne s’engage aucunement à mettre à jour, par écrit ou oralement, l’information prospective ou les énoncés prospectifs qui peuvent être communiqués à l’occasion par le Fonds ou en son nom.

Le Fonds de revenu Noranda est une fiducie de revenu dont les parts sont inscrites à la Bourse de Toronto sous le symbole «NIF.UN». Le Fonds de revenu Noranda est propriétaire de l’affinerie de zinc électrolytique et de ses actifs connexes (l’«affinerie») situés à Salaberry-de-Valleyfield, au Québec. L’affinerie est la deuxième affinerie de zinc en importance en Amérique du Nord et la première dans l’est de l’Amérique du Nord, où se trouve la majorité des clients. L’affinerie produit du zinc affiné et divers sous-produits à partir du concentré provenant de sources externes. L’affinerie est exploitée et gérée par Zinc électrolytique du Canada limitée, filiale en propriété exclusive de Glencore Canada Corporation.

Sauf indication contraire, tous les montants figurant dans le présent communiqué de presse sont en dollars américains.

Pour plus de renseignements sur le Fonds de revenu Noranda, consulter son site Web, à l’adresse
www.fondsderevenunoranda
.

Principaux inducteurs de rendement
Le tableau suivant présente un sommaire du rendement des principaux inducteurs du Fonds :

  Trois mois clos les
  30 septembre
  2018 2017
Concentré et zinc secondaire affinés (en tonnes)   138,944   96,786
Teneur en zinc (%)   53.2   52.9
Récupération de zinc (%)   97.6   96.6
Production de zinc (en tonnes)   60,214   33,802
Ventes de zinc (en tonnes)   60,975   33,395
Cathodes de zinc converties en zinc   14,173   –
Prix du zinc obtenu ($ la livre)   1.22   1.41
Prix moyen du zinc à la LME ($ la livre)   1.15   1.34
Produits tirés des sous-produits (en millions $)   8.8   4.0
Production de gâteaux de cuivre (en tonnes)   617   502
Ventes de gâteaux de cuivre (en tonnes)   844   495
Production d’acide sulfurique (en tonnes)   112,646   81,682
Ventes d’acide sulfurique (en tonnes)   122,054   82,136
Prix moyen du cuivre à la LME ($ la livre)   2.77   2.88
Prix à marge garantie de l’acide sulfurique ($ la tonne)   52   26
Taux de change moyen $ CA/$ US   0.77   0.80
* 1 tonne = 2 204,62 livres    

PRINCIPALES INFORMATIONS FINANCIÈRES ET INFORMATIONS SUR L’EXPLOITATION      
    Trois mois clos les  
    30 septembre  
(en milliers $) 2018   2017  
         
Informations des états du résultat global        
Produits nets   243,245     94,790  
Coûts d’achat des matières premières   171,963     85,473  
Perte (profit) sur les instruments financiers dérivés   27,000     702  
Produits nets, moins les coûts d’achat des matières premières et la perte
(le profit) sur les instruments financiers dérivés
44,282   8,615  
Autres charges :        
Production   33,635     16,788  
Frais de vente et frais administratifs   3,491     4,810  
Perte (profit) de change   234     (166 )
Amortissement des immobilisations corporelles   4,312     3,210  
Recouvrement au titre de l’obligation de réhabilitation   (657 )   (1,066 )
Résultat avant charges financières et impôts sur le résultat   3,267     (14,961 )
Charges financières, montant net   1,493   1,241  
Résultat avant impôts sur le résultat   1,774     (16,202 )
(Recouvrement) charge d’impôt exigible et différé   332     (3,990 )
Résultat attribuable aux porteurs de parts et à la
  participation ne donnant pas le contrôle
  1,442     (12,212 )
Distributions aux porteurs de parts, déduction faite du recouvrement d’impôt   –     –  
Augmentation (diminution) de l’actif net attribuable aux porteurs de parts et à la
  participation ne donnant pas le contrôle
  1,442     (12,212 )
Autres éléments du résultat global   744     2,248  
Résultat global   2,186     (9,964 )
         
Informations des états de la situation financière 30 sept. 2018    31 déc. 2017   
Trésorerie 561     1,819  
Stocks   155,555     232,031  
Créances clients   142,860     136,823  
Impôts sur le résultat à recevoir  –   9,918  
Immobilisations corporelles   103,933     104,579  
Total de l’actif   417,677   500,840  
Dettes fournisseurs et charges à payer   83,641     124,210  
Produits différés 1,696   61,459  
Facilité ABL 102,463     108,696  
Total des passifs, à l’exclusion des actifs nets attribuables aux porteurs de parts   238,338     343,032  
         
    Trois mois clos les  
    30 septembre  
Informations des tableaux des flux de trésorerie 2018   2017  
Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation avant les distributions
au comptant et la variation nette des éléments sans effet de trésorerie
du fonds de roulement
  41,043     (5,198 )
Distributions au comptant   –     –  
Variation nette des éléments sans effet de trésorerie du fonds de roulement (14,574 ) (36,160 )
Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation avant les distributions au comptant 26,469   (41,358 )
Flux de trésorerie affectés aux activités d’investissement   (3,849 )   (3,217 )
Flux de trésorerie liés aux activités de financement   (22,976 )   43,044  
Incidence du changement de monnaie fonctionnelle   –     –  
Diminution nette de la trésorerie   (356 )   (1,531 )

Rapprochement des produits nets et des produits nets ajustés          
Pour les trois mois clos les 30 septembre          
(en millions $) 2018     2017  
Produits nets   44.3   $   8.6 $
Variation de la juste valeur des dérivés incorporés   1.2       7.4  
(Diminution) augmentation de la marge sur stocks, déduction faite de la variation
  de la juste valeur des dérivés incorporés
  (1.5 )     4.4  
Produits nets ajustés   44.0   $   20.4 $
           

1 Les produits nets ajustés s’entendent des produits moins les coûts d’achat des matières premières, plus (moins) le profit (la perte) sur les instruments financiers dérivés («produits nets»), exclusion faite de la variation de la juste valeur des dérivés incorporés et après la variation de la marge sur stocks. Les produits nets et les produits nets ajustés font l’objet d’un rapprochement ci-dessous. Le Fonds utilise les produits nets ajustés parce qu’il considère que cette mesure est la plus représentative des produits nets générés au cours d’une période donnée et qu’elle lui permet de comparer les produits nets générés pendant différentes périodes.
2 La comparaison avec les coûts de production pour 2017 n’est pas significative du fait de l’incidence du conflit de travail sur la production et le profil des coûts en 2017.

Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec :
Paul Einarson, vice-président et chef de la direction financière, Zinc électrolytique du Canada limitée, gestionnaire du Fonds de revenu Noranda
Tél. : 514-745-7380 
info@fondsderevenunoranda.com

Bombardier et Akiem signent deux contrats prévoyant la livraison de 33 locomotives TRAXX

  • Ces commandes portent sur des locomotives TRAXX AC3, DC3 et MS2
  • Conçues pour s’adapter aux différents systèmes d’électrification rencontrés en Europe, ces locomotives répondent aux besoins de souplesse et d’efficacité d’Akiem et de ses clients.

BERLIN, 09 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) —

Note aux rédacteurs : Pour voir les photos associée à ce communiqué, veuillez visiter les liens suivant :

http://www.globenewswire.com/NewsRoom/AttachmentNg/00415160-ab8e-45ba-8d33-d1be57d86596/fr 

http://www.globenewswire.com/NewsRoom/AttachmentNg/28dfb159-ba35-4510-90c9-c608c4c7aa2f/fr 

http://www.globenewswire.com/NewsRoom/AttachmentNg/bb26f09a-3989-4590-b839-4759503c055a/fr 

Akiem, loueur de locomotives et BombardierTransport, chef de file de la technologie de la mobilité, ont signé deux nouveaux contrats prévoyant la livraison de 33 locomotives BOMBARDIER TRAXX. L’acquisition des 33 locomotives est évaluée à près de 112 millions d’euros (128 millions de dollars US) au prix catalogue. Ces nouvelles commandes portent sur des locomotives TRAXX MS2 (multi système), TRAXX AC3 (à courant alternatif) et TRAXX DC3 (à courant continu) dont la livraison est prévue de 2019 à 2021 au plus tard.

Fabien Rochefort, président d’Akiem Group, a déclaré: «Cette commande additionnelle 33 locomotives TRAXX répond aux besoins de nos clients. En portant notre flotte à 180 locomotives de type TRAXX d’ici 2020, nous livrons des solutions de traction fiables, performantes, sûres et au juste prix, qui correspondent aux attentes des opérateurs de fret et de voyageurs. Ce partenariat fructueux avec Bombardier Transport, permet aux équipes d’Akiem Group de concevoir et fournir des services sur mesure et des solutions de maintenance partout en Europe. Nous faisons de notre groupe un partenaire de long terme, fiable, fiable et créateur de valeur ajoutée pour le secteur du transport ferroviaire en Europe.»

Peter Amman, chef, Écosystème des corridors de transport de marchandises à Bombardier Transport, a ajouté: «Nous sommes ravis d’avoir obtenu ces commandes de locomotives additionnelles d’Akiem et, par le fait même, qui renforcent encore davantage notre partenariat avec ce client majeur. Nous avons mis notre plateforme de locomotive polyvalente TRAXX sur le marché il y a 18 ans et, depuis cette date, nous avons constamment innové pour en améliorer les caractéristiques. D’ailleurs, la vente de plus de 2 200 unités prouve bien le succès de cette plateforme. Avec ces nouvelles commandes, Akiem disposera d’un parc de 180 locomotives TRAXX et continuera de profiter de cette combinaison de performance, d’expérience et d’innovation constante.»

La plateforme BOMBARDIER TRAXX 3 figure parmi les plateformes de locomotives à quatre essieux les plus modernes en Europe. Les trois modèles, TRAXX AC3, TRAXX MS3 et TRAXX DC3, offrent tous la fonction du dernier kilomètre (Last Mile), un moteur diesel d’appoint qui leur permet de franchir les tronçons de voie non électrifiés.

La locomotive TRAXX MS joue un rôle crucial dans le développement économique de l’Europe: conçue pour les quatre principales tensions d’alimentation utilisées sur les réseaux ferroviaires européens – 15 kV et 25 kV c.a. ainsi que 1,5 kV et 3 kV c.c. –, elle procure la flexibilité et l’interopérabilité nécessaires à la gestion du transport ferroviaire international sur le continent.

À propos d’Akiem Group
Le groupe Akiem est un acteur européen majeur de la location de locomotives et des services associés. Il bénéficie du réseau de maintenance de mgw Service, filiale spécialisée dans la maintenance de matériels ferroviaires. Propriétaire d’une flotte de 440 locomotives, le groupe Akiem réalise un chiffre d’affaires de 140 millions d’euros. Il compte une cinquantaine de clients, opérateurs de fret ou de passagers intervenant dans plusieurs pays d’Europe. Au total, près de 150 collaborateurs – présents en France, Allemagne, Suède, Italie et Pologne – œuvrent pour les entités location et maintenance du groupe, détenu par Transport et Logistique Partenaire et DWS.

À propos de Bombardier Transport
Bombardier Transport est un fournisseur mondial de solutions de mobilité qui ouvre la voie avec le plus vaste portefeuille du secteur ferroviaire. Elle offre une gamme complète de solutions : des trains aux sous-systèmes et à la signalisation jusqu’à des systèmes de transport complets clé en main, la technologie de mobilité électrique et les services de maintenance axés sur les données. Combinant technologie et performance avec empathie, Bombardier fournit des solutions intégrées très avantageuses pour les exploitants, les passagers et l’environnement. Ses produits et services sont en exploitation dans plus de 60 pays. Bombardier Transport, dont le siège mondial est situé à Berlin, en Allemagne, emploie environ 39 850 personnes.

À propos de Bombardier
Avec plus de 69 500 employés répartis entre quatre secteurs d’activité, Bombardier est un leader mondial de l’industrie du transport, créant des avions et des trains novateurs qui changent la donne sur leur marché. Nos produits et nos services offrent des expériences de transport de calibre international qui établissent de nouvelles normes en matière de confort des passagers, d’efficacité énergétique, de fiabilité et de sécurité.

Avec son siège social situé à Montréal, au Canada, Bombardier possède des installations de production et d’ingénierie dans 28 pays, couvrant les secteurs Transport, Avions d’affaires, Avions commerciaux et Aérostructures et Services d’ingénierie. Les actions de Bombardier se négocient à la Bourse de Toronto (BBD). Pour l’exercice clos le 31 décembre 2017, nos revenus ont été de 16,2 milliards $ US. Vous trouverez nouvelles et information à l’adresse bombardier.com ou en nous suivant sur Twitter : @Bombardier.

Notes aux rédacteurs

Pour des communiqués, de la documentation connexe et des photos, visitez notre galerie de presse à l’adresse www.rail.bombardier.com/en/newsroom.html. Pour recevoir nos communiqués, visitez notre section fil de presse RSS ou suivez Bombardier Transport sur Twitter @BombardierRail.

Bombardier et TRAXX sont des marques de commerce de Bombardier Inc. ou de ses filiales.

Pour information

Akiem Group
Coordinatrice communications
Valérie Barral
+33 1 80 43 01 74
valerie.barral@akiem.com
Bombardier Transport
Relations avec les médias internationaux
+49 30 98607 1687
press@rail.bombardier.com

Vous pouvez également adresser vos questions spécifiques à nos contacts mondiaux.

Suncor soutient la tenue des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de 2026 à Calgary

CALGARY, Alberta, 08 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Suncor et sa marque Petro-Canada ont annoncé aujourd’hui leur soutien à la candidature de la ville de Calgary visant à accueillir les Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de 2026. À titre de partenaire de longue date des athlètes, des entraîneurs et de leurs familles, Suncor croit que cette candidature nous offre la chance de nous rassembler et de créer un héritage emballant pour la région de Calgary, où elle est fière d’être établie.  

« Les Jeux et nos athlètes d’Équipe Canada captivent l’imagination des gens et suscitent un sentiment de fierté inégalé en plus d’offrir l’occasion d’unir les collectivités à l’échelle du pays, mentionne Steve Williams, président et chef de la direction de Suncor. Grâce à notre soutien des athlètes et entraîneurs canadiens, j’ai eu la chance d’assister à de nombreuses éditions des Jeux. Chaque fois que j’y assiste, je suis inspiré par l’énergie et j’en repars touché par l’engagement de nos athlètes et rempli d’espoir à propos de l’avenir du Canada. C’est en partie pour cette raison que je soutiens la candidature de Calgary. »

En 1988, grâce à notre participation au relais du flambeau olympique, nous avons pu constater directement le pouvoir des jeux à domicile pour rassembler les gens de partout au Canada vers une vision et un objectif communs. Cet esprit a été renouvelé en 2010 lorsque Vancouver a accueilli les Jeux. « Calgary est une ville d’action. Nous avons une importante histoire en matière de bénévolat et nous avons prouvé au monde entier que nous avions tout ce qu’il fallait pour relever le défi », ajoute M. Williams.

Depuis plus de 30 ans, Suncor, sous la bannière Petro-Canada, poursuit son soutien indéfectible grâce aux programmes suivants : 

  • Programme Favoriser les athlètes et les entraîneurs à la conquête de l’excellence (FACEMC) – depuis 1988, Petro-Canada a appuyé plus de 3 000 duos d’athlètes et entraîneurs canadiens, fournissant plus de 11 millions $ en soutien financier
  • Programme Famille des athlètes canadiens – offre aux familles l’occasion de voir compétitionner leurs proches aux Jeux olympiques et paralympiques
  • Partenaire national de niveau 1 des Jeux olympiques d’hiver de 2010 à Vancouver – transport des athlètes, officiels, organisateurs et partisans entre les sites afin de regarder Équipe Canada compétitionner sur la scène mondiale, chez nous 

L’entreprise poursuit son engagement aujourd’hui, ayant prolongé son partenariat avec les équipes olympique et paralympique canadiennes et l’Association canadienne des entraîneurs jusqu’en 2024.

Suncor Énergie est la plus importante société énergétique intégrée du Canada. Les activités de Suncor sont reliées notamment au développement et à la valorisation des sables pétrolifères, à la production pétrolière et gazière extracôtière, au raffinage du pétrole et à la commercialisation des produits sous la marque Petro-Canada. À titre de membre des indices de durabilité Dow Jones, FTSE4Good et CDP, Suncor exploite les ressources pétrolières de façon responsable, ainsi qu’un portefeuille croissant de sources d’énergie renouvelable. Suncor est inscrite à l’indice boursier UN Global Compact 100. Les actions ordinaires de Suncor (symbole : SU) sont inscrites à la Bourse de Toronto et à la Bourse de New York.

Petro-Canada, une entreprise de Suncor, exploite plus de 1 500 stations-service et 290 établissements de vente en gros Petro-Pass à l’échelle du pays. Petro-PointsMC, le programme de fidélité de Petro-Canada, offre aux Canadiens l’occasion d’accumuler des points et de les échanger contre des primes. Petro-Canada est fière d’être un Partenaire national des comités olympique et paralympique canadiens, en appuyant depuis 30 ans les athlètes, leurs entraîneurs et leurs familles. Pour plus d’information, visitez petro-canada.ca.

Pour plus d’information à propos de Suncor, visitez notre site Web à suncor.com ou suivez-nous sur Twitter @Suncor ou sur ensemble.suncor.com

Demandes des médias :
403-296-4000
media@suncor.com 

WSP continue à genérer de bons produits des activités ordinaires nets et BAIIA ajusté pour le 3e trimestre de 2018

MONTRÉAL, 08 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Groupe WSP Global Inc. (TSX: WSP) (“WSP” ou la “Société”) a annoncé ses résultats financiers et opérationnels pour le troisième trimestre de l’exercice 2018 terminé le 29 septembre 2018.

FAITS SAILLANTS FINANCIERS DU 3E TRIMESTRE DE 2018
WSP présente, pour le troisième trimestre de 2018, des résultats qui reflètent des données financières clés conformes ou supérieures aux attentes de la direction. Pour l’exercice à ce jour, la marge du BAIIA ajusté s’est chiffrée à 10,9 %, le délai de recouvrement s’est établi à 76 jours et le ratio de la dette nette sur le BAIIA ajusté sur 12 mois continus s’est établi à 1,4 fois.

  • Produits des activités ordinaires de 1 927,6 M$ et produits des activités ordinaires nets de 1 468,8 M$, en hausse respectivement de 17,8 % et de 14,2 % par rapport au troisième trimestre de 2017.
  • La croissance interne consolidée des produits des activités ordinaires nets, qui a été générée par tous les secteurs d’exploitation, s’est établie à 4,1 % pour le trimestre, ce qui est conforme aux attentes de la direction.
  • BAIIA ajusté de 187,5 M$, en hausse de 27,1 M$, ou 16,9 %, par rapport au troisième trimestre de 2017.
  • Marge du BAIIA ajusté de 12,7 %, comparativement à 12,5 % au troisième trimestre de 2017.
  • Résultat net ajusté de 99,3 M$, ou 0,95 $ par action, en hausse respectivement de 24,9 % et de 23,4 % par rapport au troisième trimestre de 2017.
  • Résultat net attribuable aux actionnaires se chiffrant à 87,7 M$, ou 0,84 $ par action, en hausse respectivement de 20,8 % et de 18,3 % par rapport au troisième trimestre de 2017.
  • Carnet de commandes s’établissant à 6 509,1 M$, représentant 9,8 mois de produits des activités ordinaires, ce qui est moins élevé qu’au deuxième trimestre de 2018 et représente une hausse de 545,2 M$, ou 9,1 %, par rapport au troisième trimestre de 2017. La croissance interne du carnet de commandes s’est établie à 2,7 % par rapport au troisième trimestre de 2017 et à 1,9 % pour la période de neuf mois close le 29 septembre 2018.
  • Délai de recouvrement s’établissant à 76 jours, ce qui représente une amélioration de 10 jours par rapport au troisième trimestre de 2017 et dépasse les attentes de la direction.
  • Flux de trésorerie disponibles sur 12 mois continus de 555,6 M$, soit 236,3 % du résultat net attribuable aux actionnaires.
  • En incluant le BAIIA ajusté sur 12 mois complets pour tenir compte de toutes les acquisitions, le ratio, la dette nette sur le BAIIA ajusté s’établit à 1,4 fois, ce qui est légèrement supérieur à notre fourchette cible.
  • Dividende trimestriel déclaré de 0,375 $ par action et taux de participation au régime de réinvestissement des dividendes (« RRD ») de 52,0 %.
  • Perspectives financières pour l’exercice 2018 maintenues une fois de plus. La Société s’attend à ce que les produits des activités ordinaires nets et le BAIIA ajusté se situent à l’extrémité supérieure des fourchettes annoncées précédemment par la direction dans ses prévisions pour 2018.

« Nous sommes satisfaits de notre performance pour ce trimestre. En effet, nous avons affiché une croissance interne des produits des activités ordinaires nets de 4,1 %, qui est attribuable à tous nos secteurs d’exploitation. Nous avons également enregistré une marge du BAIIA ajusté, s’établissant à 12,7 % pour le trimestre, et à 10,9 % pour les neuf premiers mois de l’exercice. Cette performance démontre une fois de plus la solidité de notre modèle d’affaires fondé sur la diversification géographique et sectorielle, ainsi que notre engagement à mettre en œuvre notre stratégie », a déclaré Alexandre L’Heureux, président et chef de la direction de WSP. « Sur le plan des fusions et acquisitions, l’acquisition imminente de Louis Berger représente une étape importante dans notre ambition de devenir un acteur mondial de premier plan. La transaction, qui s’inscrit dans le cadre de notre plan stratégique 2015–2018, devrait être conclue d’ici la fin de l’année, et sera financée par de nouveaux emprunts à terme », a-t-il ajouté.

DIVIDENDE
Le conseil d’administration de WSP a déclaré un dividende de 0,375 $ par action. Le dividende sera payable le ou vers le 15 janvier 2019 aux actionnaires inscrits à la clôture des activités le 31 décembre 2018.

RAPPORTS FINANCIERS
Ce communiqué comprend, par renvoi, les rapports du troisième trimestre de l’exercice 2018 comprenant les états financiers intérimaires, consolidés et non audités ainsi que le rapport de gestion de la Société.

Pour obtenir une copie des résultats financiers complets du troisième trimestre de l’exercice 2018, y compris le rapport de gestion et les états financiers intérimaires, consolidés et non audités, le lecteur est prié de consulter le site Web de la Société à www.wsp.com.

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE
WSP tiendra une conférence téléphonique à 16 h (heure de l’Est) le 8 novembre 2018 afin de commenter ces résultats. Pour participer à la conférence, veuillez composer le 1-647-788-4922 ou le 1-877-223-4471 (sans frais). Une présentation des résultats et des faits saillants du troisième trimestre de l’exercice 2018 sera disponible le même jour à l’adresse www.wsp.com dans la section « Investisseurs ».

Les numéros de téléphone pour accéder à cette rediffusion sont le 1-416-621-4642 ou le 1-800-585-8367 (sans frais), code d’accès 8588118. La réécoute de la conférence téléphonique sera aussi disponible sur le site Web de WSP dans la section « Investisseurs » dans les jours suivant l’appel.

RÉSULTATS D’EXPLOITATION
 
  Troisième trimestre Cumul annuel
  2018 2017 2018 2017
(en millions de dollars, sauf le nombre d’actions et les données par action) Période allant du 1er juillet
au 29 septembre
Période allant du
2 juillet
au 30 septembre
Période allant du 1er janvier
au 29 septembre
Période allant du
1er janvier
au 30 septembre
Produits des activités ordinaires 1 927,6   $ 1 636,8   $ 5 864,2   $ 4 987,9   $
Moins : sous-consultants et coûts directs 458,8   $ 350,6   $ 1 384,6   $ 1 109,9   $
Produits des activités ordinaires nets* 1 468,8   $ 1 286,2   $ 4 479,6   $ 3 878,0   $
Coûts liés au personnel 1 098,2   $ 953,4   $ 3 407,0   $ 2 958,6   $
Charges locatives 61,3   $ 61,5   $ 192,0   $ 171,5   $
Autres charges d’exploitation1) 122,1   $ 111,2   $ 391,8   $ 334,1   $
Quote-part du résultat des entreprises associées (0,3 ) $ (0,3 ) $ (1,7 ) $ (1,4 ) $
BAIIA ajusté* 187,5   $ 160,4   $ 490,5   $ 415,2   $
Coûts d’acquisition et d’intégration* 15,2   $ 9,4   $ 40,6   $ 16,1   $
BAIIA* 172,3   $ 151,0   $ 449,9   $ 399,1   $
Dotation à l’amortissement des immobilisations incorporelles 23,7   $ 20,6   $ 72,7   $ 61,3   $
Dotation à l’amortissement des immobilisations corporelles 22,9   $ 19,4   $ 67,2   $ 57,3   $
Charges financières 10,7   $ 10,0   $ 39,4   $ 26,6   $
Quote-part de la dotation à l’amortissement des entreprises associées 0,3   $ 0,2   $ 0,9   $ 0,9   $
Résultat avant impôt 114,7   $ 100,8   $ 269,7   $ 253,0   $
Charge d’impôt sur le résultat 26,8   $ 28,2   $ 64,2   $ 69,9   $
Quote-part de l’impôt sur le résultat des entreprises associées   $   $ 0,1   $ 0,1   $
Résultat net 87,9   $ 72,6   $ 205,4   $ 183,0   $
Attribuable aux :                
– Actionnaires 87,7   $ 72,6   $ 204,8   $ 183,0   $
– Participations ne donnant pas le contrôle 0,2   $   $ 0,6   $   $
Résultat net de base par action 0,84   $ 0,71   $ 1,97   $ 1,79   $
Résultat net dilué par action 0,84   $ 0,71   $ 1,97   $ 1,79   $
Nombre moyen pondéré de base d’actions 104 071 770     102 684 023     103 861 665     102 234 641    
Nombre moyen pondéré dilué d’actions 104 338 927     102 816 146     104 109 088     102 343 828    
 
* Les mesures non conformes aux IFRS sont décrites dans la section « Glossaire ».
1) Les autres charges d’exploitation incluent les profits/pertes de change lié à l’exploitation et les produits d’intérêts.

ÉTATS CONSOLIDÉS DE LA SITUATION FINANCIÈRE (NON AUDITÉ)
     
Actif 29 septembre 2018
$
31 décembre 2017
$
Actifs courants    
Trésorerie (note 4) 173,9 185,1
Trésorerie soumise à restrictions 3,7 6,8
Créances clients, charges payées d’avance et autres créances 1 522,1 1 554,7
Actif d’impôt exigible 16,0 18,0
Excédent des coûts et profits prévus sur la facturation (note 5) 1 014,4 905,0
  2 730,1 2 669,6
Actifs non courants    
Autres actifs 115,4 113,0
Actifs d’impôt différé 99,1 91,4
Immobilisations corporelles 305,2 315,4
Immobilisations incorporelles 304,5 355,2
Goodwill (note 6) 3 000,0 2 979,0
Total de l’actif 6 554,3 6 523,6
     
Passif et capitaux propres    
Passif    
Passifs courants    
Dettes d’exploitation et charges à payer 1 346,0 1 361,9
Excédent de la facturation sur les coûts et profits prévus (note 5) 534,5 483,8
Passif d’impôt exigible 64,4 47,9
Dividendes à payer aux actionnaires (note 12) 39,1 38,7
Partie courante des dettes à long terme (note 7) 271,2 276,3
Autres passifs financiers courants 12,7 45,8
  2 267,9 2 254,4
Passifs non courants    
Dettes à long terme (note 7) 779,6 882,4
Autres passifs financiers non courants 14,8 25,4
Provisions 126,4 121,2
Obligations au titre des prestations de retraite 191,0 206,7
Passifs d’impôt différé 65,0 74,5
Total du passif 3 444,7 3 564,6
     
Capitaux propres    
Capitaux propres attribuables aux actionnaires    
Capital-actions (note 8) 2 636,2 2 577,4
Surplus d’apport 204,6 204,2
Cumul des autres éléments du résultat global 89,8 86,0
Résultats non distribués 178,4 91,4
  3 109,0 2 959,0
Participations ne donnant pas le contrôle 0,6
Total des capitaux propres 3 109,6 2 959,0
Total du passif et des capitaux propres 6 554,3 6 523,6

TABLEAUX CONSOLIDÉS DES FLUX DE TRÉSORERIE (NON AUDITÉ)
     
  Troisième trimestre clos le
  Cumul annuel jusqu’au
 
  29 septembre
2018
  30 septembre
2017
  29 septembre
2018
  30 septembre
2017
 
  $   $   $   $  
         
Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation        
Résultat net de la période 87,9   72,6   205,4   183,0  
Ajustements (note 13a)) 17,3   31,5   98,4   95,4  
Charge d’impôt sur le résultat 26,8   28,2   64,2   69,9  
Impôt payé (10,7 ) (10,1 ) (51,8 ) (50,0 )
Charges financières nettes (note 11) 9,8   9,1   36,8   23,5  
Variation des éléments hors trésorerie du fonds de roulement (note 13b)) 130,3   (91,9 ) (20,7 ) (256,8 )
         
Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation, montant net 261,4   39,4   332,3   65,0  
         
Flux de trésorerie liés aux activités de financement        
Dividendes versés aux actionnaires (19,5 ) (18,0 ) (59,3 ) (52,2 )
Variation nette des dettes à long terme (182,9 ) 18,7   (117,5 ) 100,2  
Variation nette des autres passifs financiers 2,2   (4,3 ) (2,5 ) (9,3 )
Charges financières payées et coûts de financement (11,0 ) (5,8 ) (37,7 ) (17,3 )
Émission d’actions ordinaires, déduction faite des frais d’émission 0,4     1,4   2,3  
         
Flux de trésorerie liés aux activités de financement, montant net (210,8 ) (9,4 ) (215,6 ) 23,7  
         
Flux de trésorerie liés aux activités d’investissement        
Acquisitions d’entreprises (1,5 ) (46,1 ) (47,1 ) (64,1 )
Entrée d’immobilisations corporelles (17,5 ) (14,5 ) (56,1 ) (52,6 )
Produit de la cession d’immobilisations corporelles 1,1   0,3   2,3   2,2  
Entrée d’immobilisations incorporelles (6,8 ) (5,3 ) (21,5 ) (17,1 )
Autres 0,1   0,3   0,9   (2,6 )
         
Flux de trésorerie liés aux activités d’investissement, montant net (24,6 ) (65,3 ) (121,5 ) (134,2 )
         
Incidence des fluctuations du taux de change sur la trésorerie (5,1 ) (7,3 ) (2,2 ) (5,2 )
         
Variation nette de la trésorerie 20,9   (42,6 ) (7,0 ) (50,7 )
         
Trésorerie, déduction faite du découvert bancaire, au début de la période 150,7   222,4   178,6   230,5  
         
Trésorerie, déduction faite du découvert bancaire (note 4), à la fin de la période 171,6   179,8   171,6   179,8  

MESURES NON CONFORMES AUX IFRS

La Société présente ses résultats financiers conformément aux IFRS. Toutefois, elle a eu recours à des mesures non conformes aux IFRS qui sont : les produits des activités ordinaires nets, le BAIIA, le BAIIA ajusté, la marge du BAIIA ajusté, le BAIIA ajusté avant déduction des charges du siège social, la marge du BAIIA ajusté avant déduction des charges du siège social, le résultat net ajusté; le résultat net ajusté par action; le résultat net ajusté excluant l’amortissement des immobilisations incorporelles liées aux acquisitions d’entreprises; le résultat net ajusté excluant l’amortissement des immobilisations incorporelles liées aux acquisitions d’entreprises par action; les coûts d’acquisition et d’intégration; le carnet de commandes, les fonds provenant des activités d’exploitation, les fonds provenant des activités d’exploitation par action, les flux de trésorerie disponibles, les flux de trésorerie disponibles par action, le délai moyen de recouvrement des créances clients (le « délai de recouvrement ») et le ratio de la dette nette sur le BAIIA ajusté. Ces mesures financières non conformes aux IFRS sont définies dans le rapport de gestion, présenté sur le site Web de WSP à www.wsp.com et déposé sur SEDAR à www.sedar.com.

La direction estime que ces mesures non conformes aux IFRS fournissent des renseignements utiles aux investisseurs au sujet de la situation financière et des résultats d’exploitation de la Société puisqu’elles constituent des indicateurs clés de son rendement. Ces mesures non conformes aux IFRS ne sont pas comptabilisées en vertu des IFRS, n’ont aucune signification normalisée prescrite par les IFRS, peuvent différer des mesures similaires présentées par d’autres émetteurs et pourraient donc ne pas être comparables à celles-ci. Ces mesures ne doivent pas être considérées comme un substitut aux informations financières correspondantes établies conformément aux IFRS.

À PROPOS DE WSP
L’une des plus grandes firmes de services professionnels au monde, WSP offre des compétences techniques et des conseils stratégiques à des clients dans différents secteurs : bâtiment, transport et infrastructures, environnement, industrie, ressources naturelles (notamment mines et hydrocarbures) et énergie. WSP offre en outre des services pour la réalisation de projets et de programmes, ainsi que des services-conseils. Nos équipes d’experts regroupent des ingénieurs, des conseillers, des techniciens, des scientifiques, des architectes, des planificateurs, des arpenteurs-géomètres et des spécialistes de l’environnement, ainsi que des spécialistes du design et de la gestion de projet. Avec environ 44 000 employés de talent travaillant dans 550 bureaux situés dans 40 pays, nous sommes dans une position privilégiée pour réaliser avec succès des projets durables, partout où nos clients ont besoin de nous. Pour plus d’informations sur la Société, visitez www.wsp.com

ÉNONCÉS PROSPECTIFS
Certains renseignements concernant WSP contenus dans les présentes peuvent constituer des énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs peuvent comporter des estimations, des projets, des attentes, des opinions, des prévisions, des projections, des indications ou d’autres déclarations qui ne sont pas des énoncés de faits. Bien que WSP soit d’avis que les attentes dont rendent compte ces énoncés sont raisonnables, rien ne garantit qu’elles se matérialiseront. Ces énoncés sont assujettis à certains risques et incertitudes et peuvent être fondés sur des hypothèses faisant en sorte que les résultats réels diffèrent considérablement des résultats prévus ou implicites qu’ils renferment. Les énoncés prospectifs de WSP doivent être lus sous réserve de la présente mise en garde. La version intégrale de la mise en garde relative aux énoncés prospectifs ainsi qu’une description des hypothèses et des facteurs de risque susceptibles d’avoir des incidences sur les résultats réels ou prévus de WSP sont incluses dans le rapport de gestion pour l’exercice terminé le 31 décembre 2017 publié sur SEDAR à www.sedar.com. Les énoncés prospectifs figurant dans ce communiqué sont faits au moment où il est rédigé, et WSP n’a pas l’intention, et n’assume aucune obligation, de les mettre à jour ou de les réviser à la lumière de nouvelles informations, d’événements futurs ou pour quelque autre motif, sauf si elle en est expressément requise par les lois sur les valeurs mobilières applicables.

Isabelle Adjahi
Vice-présidente principale, Relations avec les investisseurs et communications
Groupe WSP Global Inc.
Tél: (438) 843-7548
isabelle.adjahi@wsp.com  

Bombardier présente ses résultats du troisième trimestre de 2018, annonce la vente d’actifs non stratégiques et des mesures pour rationaliser sa structure et améliorer sa productivité

  • Hausse de 48 % du résultat(1) par rapport à celui du trimestre correspondant de l’exercice précédent pour s’établir à 271 M$ sur des revenus de 3,6 G$
  • Réduction de 125 M$, ou 25 %, de l’utilisation des flux de trésorerie disponibles(2) par rapport à celle du trimestre correspondant de l’exercice précédent
  • Produit net prévu de ~900 M$ provenant surtout de la vente d’actifs non stratégiques: le programme d’avions Q Series et les activités de formation des pilotes et des techniciens d’Avions d’affaires(3)
  • Avion Global 7500(4) certifié par Transports Canada et la FAA; en voie d’être mis en service avant la fin de l’année
  • Lancement d’initiatives de productivité à l’échelle de l’entreprise pour des économies annuelles récurrentes prévues de 250 M$ d’ici 2021(3)
  • Mise à jour des prévisions(3) pour 2018: revenus ~16,5 G$; RAII(1) ~1 G$; et flux de trésorerie disponibles(2) neutres ±150 M$, incluant le produit net de la vente de Downsview
  • Présentation de prévisions(3) pour 2019: croissance prévue des revenus de ~10 %; croissance prévue du RAII(1) de ~20 %; et amélioration de la génération de trésorerie

MONTRÉAL, 08 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Bombardier (TSX: BBD.B) a publié aujourd’hui ses résultats du troisième trimestre de 2018 marqués par une forte croissance du résultat. L’entreprise a aussi annoncé un certain nombre de mesures stratégiques, incluant le lancement d’un programme visant à améliorer la productivité à l’échelle de l’entreprise. Ce programme devrait générer des économies annuelles récurrentes de 250 millions $ à pleine production, ce que nous prévoyons d’ici 2021. Bombardier a signé des ententes définitives pour la vente d’actifs non stratégiques et le versement de redevances qui devraient générer un produit net d’environ 900 millions $, accroissant la marge de manoeuvre financière de l’entreprise qui se rapproche de la dernière phase de son plan de redressement, celle du désendettement. Les autres faits saillants du trimestre incluent la certification de l’avion d’affaires Global 7500 qui ouvre la voie à la mise en service de l’appareil en décembre 2018 et marque la fin du cycle d’investissements massifs de l’entreprise.

« Notre cycle d’investissements massifs étant maintenant complété, nous continuons à progresser dans l’exécution de notre plan de redressement, a dit Alain Bellemare, président et chef de la direction, Bombardier  Inc. Avec les annonces d’aujourd’hui, nous mettons en œuvre les prochaines mesures nécessaires pour concrétiser la pleine valeur du portefeuille de Bombardier. Durant la phase de construction des résultats et des flux de trésorerie disponibles de notre redressement, nous continuerons de façon proactive à recentrer et rationaliser l’entreprise ainsi qu’à allouer nos capitaux avec discipline. Je suis très fier de ce que nous avons accompli jusqu’ici, et je suis très enthousiaste face à notre avenir. »

Les revenus de Bombardier ont atteint 3,6 milliards $ pour le trimestre, une croissance interne de 3 % par rapport à ceux du trimestre correspondant de l’exercice précédent provenant de Transport, d’Avions d’affaires et d’Aérostructures, alors que l’entreprise a retiré le programme C Series de son périmètre de consolidation à la suite de la clôture du partenariat avec Airbus. Bombardier prévoit pour l’exercice des revenus d’environ 16,5 milliards $, à l’extrémité inférieure de la fourchette de la prévision.

L’entreprise a dégagé une solide rentabilité au troisième trimestre, réalisant sa meilleure performance trimestrielle depuis des années. Le RAII avant éléments spéciaux(2) a augmenté de 48 % par rapport à celui du trimestre correspondant de l’exercice précédent, pour s’établir à 271 millions $, et est en bonne voie d’atteindre l’extrémité supérieure de la fourchette de la prévision pour l’exercice, soit environ 1,0 milliard $. Pour le même trimestre, la marge RAII avant éléments spéciaux(2) a augmenté de 260 points de base pour s’établir à 7,4 %, selon la tendance des marges(5) supérieures à 8 % chez Transport, Avions d’affaires et Aérostructures. Chez Avions commerciaux, le RAII avant éléments spéciaux a été proche du seuil de rentabilité étant donné le retrait de la perte du programme C Series du périmètre de consolidation nette de la quote-part de l’entreprise de la perte nette associée.

L’utilisation des flux de trésorerie disponibles pour le trimestre a été de 370 millions $, une amélioration de 25 % par rapport à celle du trimestre correspondant de l’exercice précédent. L’utilisation de trésorerie au troisième trimestre est attribuable à l’accumulation de fonds de roulement chez Transport alors que l’entreprise est toujours en phase intense de livraisons. Il est prévu que cela se poursuive au quatrième trimestre et se rétablisse en grande partie en 2019. En conséquence, Bombardier rajuste sa prévision de flux de trésorerie disponibles pour 2018 pour y inclure le produit de la vente du site de Downsview. Avec cela, l’entreprise compte toujours présenter pour l’exercice des flux de trésorerie disponibles neutres plus ou moins 150 millions $.

Recentrage du portefeuille, cession d’actifs non stratégiques

Conformément à sa stratégie de se concentrer sur les occasions de croissance de Transport, Avions d’affaires et Aérostructures, Bombardier a aussi annoncé aujourd’hui qu’elle cédait un certain nombre d’actifs non stratégiques. L’entreprise a signé des ententes définitives visant (i) la vente du programme d’avions Q Series et de la marque de commerce de Havilland à une filiale en propriété exclusive de Longview Aviation Capital Corp. pour environ 300 millions $; et (ii) la vente des activités de formation des pilotes et des techniciens d’Avions d’affaires à CAE et le versement de redevances pour environ 800 millions $.

La clôture de ces transactions devrait avoir lieu d’ici le second semestre de 2019, sous réserve de l’obtention des approbations des organismes de réglementation. Le produit net des transactions devrait totaliser environ 900 millions $ déduction faite de certains passifs, frais et ajustements de clôture.

Rationaliser la structure

Bombardier a aussi lancé aujourd’hui à l’échelle de l’entreprise un nouveau programme pour accroître sa productivité visant à rationaliser, alléger et simplifier davantage sa structure. Le programme comprend deux mesures. Premièrement, le cycle d’investissements massifs en aéronautique étant terminé, Bombardier rajustera la taille de son équipe centrale d’ingénierie aéronautique et la redéploiera. Les membres clés de l’équipe d’ingénierie seront redéployés dans les secteurs d’activité, la majorité allant chez Avions d’affaires pour s’assurer que ce secteur d’activité dispose de toutes les compétences nécessaires au développement des futurs programmes d’avions d’affaires.

Bombardier créera aussi un nouveau Bureau de Technologies de pointe (BTP), lequel sera dirigé par François Caza qui est nommé chef de la direction de la technologie. Les activités du BTP seront centrées sur la conception et l’ingénierie de systèmes, y compris l’application de l’expérience des programmes aéronautiques de Bombardier à ses activités de transport sur rail.

En plus de rajuster la taille et redéployer son équipe centrale d’ingénierie, Bombardier a lancé une initiative de restructuration, à l’échelle de l’entreprise, axée sur l’optimisation des processus de production et de gestion, la simplification des structures de gestion et une réduction accrue des coûts indirects.

Globalement, ces efforts entraîneront une réduction d’environ 5000 postes à l’échelle de l’entreprise au cours des 12 à 18 prochains mois, et donnera lieu à des économies annuelles d’environ 250 millions $ lorsque la réduction aura été totalement réalisée, ce qui devrait se concrétiser d’ici 2021. Bombardier s’attend aussi à comptabiliser une charge de restructuration d’un montant similaire qui sera présentée dans les éléments spéciaux en 2019.(3)

Parallèlement, l’entreprise a poursuivi le renforcement de son équipe de direction avec la nomination, en octobre, de Sam Abdelmalek au poste de chef de la direction de la transformation et de la chaîne d’approvisionnement. Bombardier a aussi annoncé aujourd’hui que Danny Di Perna a été nommé président, Bombardier Aérostructures et Services d’ingénierie (BASI) et Michael Ryan assumera les fonctions de chef de l’exploitation de BASI. Ensemble, ils axeront leurs efforts sur l’accélération de la productivité, l’atteinte de performances financière et opérationnelle de calibre international et la concrétisation du potentiel de croissance de l’entreprise.

Présentation de prévisions pour 2019

À la suite des nombreuses annonces d’aujourd’hui touchant le portefeuille, Bombardier présente des prévisions pour l’exercice 2019. L’entreprise vise, pour 2019, une augmentation d’environ 10 % de ses revenus pour atteindre ou dépasser 18 milliards $, en raison de l’accélération des livraisons d’avions d’affaires Global 7500. Elle vise à améliorer plus rapidement sa rentabilité, avec une hausse prévue d’environ 20 % du RAII avant éléments spéciaux, pour se situer entre 1,15 milliard $ et 1,25 milliard $, et une hausse prévue d’environ 30 % du RAIIA avant éléments spéciaux(2), pour se situer entre 1,65 milliard $ et 1,8 milliard $.

Bombardier vise à générer des flux de trésorerie disponibles se situant dans une fourchette de 250 millions $ à 500 millions $, qui devraient être contrebalancés par la charge de restructuration sus-mentionnée de 250 millions $ ainsi que par une réserve de fonds de roulement de 250 millions $ requise pour faire face aux fluctuations prévues alors que l’entreprise progresse dans la phase intense de croissance d’Avions d’affaires et de Transport. Par conséquent, il est prévu que les flux de trésorerie disponibles demeurent neutres pour 2019, plus ou moins 250 millions $.

Bombardier confirme aussi ses objectifs financiers pour 2020, même après la cession du programme d’avions Q Series et des activités de formation au pilotage et à la maintenance d’Avions d’affaires. Plus d’information sur la performance financière et la croissance de l’entreprise sera fournie à la Journée des investisseurs de Bombardier qui se déroulera le jeudi 6 décembre 2018.

PRINCIPAUX RÉSULTATS

RÉSULTATS DU TRIMESTRE
Trimestres clos les 30 septembre 2018     2017     Écart  
        retraité(6)        
Revenus 3 643   $ 3 839   (5 ) %
RAII 267   $ 133   $ 101 %
Marge RAII 7,3   % 3,5   % 380 pdb
RAII avant éléments spéciaux 271   $ 183   $ 48 %
Marge RAII avant éléments spéciaux 7,4   % 4,8   % 260 pdb
RAIIA avant éléments spéciaux 333   $ 254   $ 31 %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux(2) 9,1   % 6,6   % 250 pdb
Résultat net 149   $ (100 ) $   ins
RPA dilué (en dollars) 0,04   $ (0,04 ) $ 0,08 $
Résultat net ajusté(2) 167   $ (11 ) $   ins
RPA ajusté (en dollars)(2) 0,04   $ 0,00   $ 0,04 $
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles 229   $ 287   $ (20 ) %
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles (141 ) $ (208 ) $ 32 %
Utilisation des flux de trésorerie disponibles (370 ) $ (495 ) $ 25 %

 

RÉSULTATS DEPUIS LE DÉBUT DE L’EXERCICE
Neuf mois clos les 30 septembre 2018     2017     Écart  
    retraité      
Revenus 11 933   $ 11 588   $ 3 %
RAII 659   $ 226   $ 192 %
Marge RAII 5,5   % 2,0   % 350 pdb
RAII avant éléments spéciaux 743   $ 586   $ 27 %
Marge RAII avant éléments spéciaux 6,2   % 5,1   % 110 pdb
RAIIA avant éléments spéciaux 934   $ 818   $ 14 %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux 7,8   % 7,1   % 70 pdb
Résultat net 263   $ (337 ) $   ins
RPA dilué (en dollars) 0,08   $ (0,15 ) $ 0,23 $
Résultat net ajusté 289   $ 119   $ 143 %
RPA ajusté (en dollars) 0,09   $ 0,06   $ 0,03 $
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles 167   $ 952   $   ins
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles (692 ) $ (706 ) $ 2 %
Utilisation des flux de trésorerie disponibles (859 ) $ (1 658 ) $ 48 %
Aux 30 septembre     31 décembre      
  2018     2017      
Sources de financement disponibles à court terme(7)(8) 3 560   $ 4 225   $ (16 ) %

Tous les montants de ce communiqué de presse sont exprimés en dollars américains, à moins d’indication contraire.
Les montants des tableaux sont en millions, sauf les montants par action, à moins d’indication contraire.

RÉSULTATS ET FAITS SAILLANTS SECTORIELS

Avions d’affaires

Résultats du trimestre      
Trimestres clos les 30 septembre 2018   2017   Écart  
    retraité    
Revenus 1 083 $ 1 074 $ 1 %
Livraisons d’avions (en unités) 31   30   1  
RAII 80 $ 87 $ (8 ) %
Marge RAII 7,4 % 8,1 % (70 ) pdb
RAII avant éléments spéciaux 89 $ 90 $ (1 ) %
Marge RAII avant éléments spéciaux 8,2 % 8,4 % (20 ) pdb
RAIIA avant éléments spéciaux 113 $ 111 $ 2 %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux 10,4 % 10,3 %  
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles 198 $ 242 $ (18 ) %
Aux 30 septembre
  31 décembre    
  2018   2017    
    retraité    
Carnet de commandes (en milliards de dollars) 14,3 $ 13,8 $ 4 %
  • La performance au troisième trimestre d’Avions d’affaires témoigne d’une solide exécution en matière de livraisons et de ventes, d’une croissance continue des revenus tirés des services après-vente et de la certification de l’avion Global 7500, le biréacteur d’affaires le plus grand et à la plus grande autonomie de l’industrie.
  • L’avion Global 7500 a obtenu la certification de type de Transports Canada le 27 septembre 2018 puis la certification de type de la FAA, traçant la voie à sa mise en service en décembre 2018.
  • Au troisième trimestre, le montant total de nouvelles commandes nettes a été élevé, portant la valeur du carnet de commandes à 14,3 milliards $. L’intérêt suscité par la gamme d’avions Global, notamment par les nouveaux avions Global 5500 et Global 6500, continue de croître.(4)
  • Les revenus du trimestre, tirés de la livraison de 31 avions, incluant une solide combinaison d’avions intermédiaires, se sont établis à 1,1 milliard $. Avec 96 avions livrés depuis le début de l’exercice, ce qui correspond à plus de 70 % du nombre de livraisons prévu pour l’exercice, nous sommes donc en bonne voie d’atteindre nos prévisions en matière de livraisons et de revenus pour l’exercice complet.
  • La marge RAII avant éléments spéciaux du trimestre est demeurée supérieure à 8 %, sous l’impulsion des fluctuations saisonnières dans la composition des ventes d’avions, tandis que depuis le début de l’exercice, elle a atteint 8,5 %.
  • Après la fin du trimestre, en date du 15 octobre 2018, le programme d’avions Global 5500 et Global 6500 avait cumulé 70 % des heures de vol nécessaires à l’obtention de la certification des avions, la mise en service des avions, prévue pour la fin de 2019, est en bonne voie de se réaliser.
  • Le 3 octobre 2018, nous avons annoncé la poursuite de l’expansion de notre réseau de service avec un nouveau centre à Miami. Le nouveau centre d’une superficie de 300 000 pi. ca., dont l’inauguration est prévue en 2020, bénéficiera à notre clientèle aux États-Unis et en Amérique latine et continuera à stimuler notre croissance.
  • Le 7 novembre 2018, la Société a conclu une entente définitive visant la vente de ses activités de formation des pilotes et des techniciens de Bombardier Avions d’affaires, menées principalement dans les centres de formation de Montréal, de Québec et de Dallas, au Texas, à CAE, un partenaire de longue date de Bombardier en matière de formation. Grâce à cette transaction, les clients de Bombardier Avions d’affaires bénéficieront de l’expertise de CAE en matière de formation, tandis que Bombardier se concentra sur le développement d’avions et les services. Parallèlement à la vente, Bombardier et CAE ont conclu une entente visant l’élargissement de leur relation de fournisseurs de services de formation autorisés selon laquelle CAE procédera au versement anticipé de toutes les redevances en vertu de l’entente. La valeur combinée de ces transactions totalise 800 millions $, incluant 645 millions $ tirés de la vente des activités de formation. Déduction faite des frais, des passifs et des ajustements de clôture habituels, nous prévoyons que le produit net s’établira à environ 650 millions $. La clôture de cette transaction devrait avoir lieu d’ici le second semestre de 2019, sous réserve du respect des conditions de clôture habituelles et de l’obtention des approbations des organismes de réglementation.

Avions commerciaux

Résultats du trimestre      
Trimestres clos les 30 septembre 2018     2017     Écart  
    retraité      
Revenus 256   $ 515   $ (50 ) %
Livraisons d’avions (en unités) 5     11     (6 )
Commandes nettes (en unités) 11     25     (14 )
Ratio de nouvelles commandes sur livraisons 2,2     2,3     (0,1 )
RAII 4   $ (75 )  $   ins
Marge RAII 1,6   % (14,6 )  % 1 620 pdb
RAII avant éléments spéciaux (9 )   $ (74 )  $ 88 %
Marge RAII avant éléments spéciaux (3,5 )  % (14,4 ) % 1 090 pdb
RAIIA avant éléments spéciaux (6 )   $ (59 )   $ 90 %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux (2,3 ) % (11,5 ) % 920 pdb
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles   $ 16   $ (100 ) %
Aux 30 septembre     31 décembre      
  2018     2017      
Carnet de commandes (en unités)(9)(10) 122     85     37  
  • À compter du 1er juillet 2018, après la clôture du partenariat C Series formé d’Airbus (50,01 %), de Bombardier (33,55 %) et d’Investissement Québec (16,44 %), Avions commerciaux a retiré SCACS du périmètre de consolidation de ses résultats et l’a remplacée par sa quote-part de la perte nette de SCACS. Par conséquent, durant le trimestre, les revenus ont diminué de 259 millions $ principalement en raison du retrait de SCACS du périmètre de consolidation.
  • Le RAII pour le trimestre a été proche du seuil de rentabilité, une amélioration importante étant donné le retrait de SCACS du périmètre de consolidation et la comptabilisation de notre quote-part de la perte nette de SCACS résultant en une quote-part du résultat net de 13 millions $. De plus, Bombardier a investi 85 millions $ dans SCACS au cours du trimestre en échange de parts sans droit de vote du partenariat sur son engagement maximal de 225 millions $ d’ici la fin de l’exercice.
  • Au cours du trimestre, un total de cinq avions CRJ Series et avions Q400 ont été livrés, alors que le nombre de commandes nettes visait 11 avions.
  • Le 7 novembre 2018, la Société a conclu une entente définitive visant la vente du programme d’avions Q Series, y compris les activités de services après-vente et les actifs, à Longview Aircraft Company of Canada Limited, une filiale en propriété exclusive de Longview Aviation Capital Corp., pour un produit brut d’environ 300 millions $. L’entente couvre l’ensemble des actifs et de la propriété intellectuelle et les certifications de type associées aux Dash 8 Series 100, 200 et 300 ainsi que les activités du programme d’avion Q400 à l’installation de fabrication de Downsview, en Ontario, au Canada. La clôture de cette transaction devrait avoir lieu d’ici le second semestre de 2019, sous réserve du respect des conditions de clôture habituelles et de l’obtention des approbations des organismes de réglementation. Le produit net de cette transaction devrait s’élever à environ 250 millions $, déduction faite des frais, des passifs et des ajustements de clôture habituels.
  • Par suite de la clôture du partenariat avec Airbus visant le programme d’avions C Series plus tôt cette année et de l’entente visant la vente du programme d’avion Q400 annoncée le 7 novembre 2018, nous nous tournons résolument vers le programme CRJ. Alors que nous continuons d’être activement présents sur le marché des avions régionaux grâce à la renommée de nos avions qui respectent la clause de portée, nous nous concentrons sur la réduction des coûts et l’accroissement des volumes, tout en optimisant le service après-vente pour les quelques 1 500 CRJ actuellement en service dans le monde. Comme nous visons le retour à la rentabilité du programme CRJ, nous évaluons également les options stratégiques qui s’offrent pour ce programme.

Aérostructures et Services d’ingénierie

Résultats du trimestre      
Trimestres clos les 30 septembre 2018   2017   Écart  
    retraité    
Revenus 430 $ 349 $ 23 %
RAII 35 $ 33 $ 6 %
Marge RAII 8,1 % 9,5 % (140 ) pdb
RAII avant éléments spéciaux 36 $ 27 $ 33 %
Marge RAII avant éléments spéciaux 8,4 % 7,7 % 70 pdb
RAIIA avant éléments spéciaux 47 $ 38 $ 24 %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux 10,9 % 10,9 %  
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles 9 $ 4 $ 125 %
  • Les revenus ont augmenté de 23 % par rapport à ceux du trimestre correspondant de l’exercice précédent, en raison de la position d’Aérostructures et Services d’ingénierie à titre d’un des principaux fournisseurs des programmes d’avions en croissance A220 et Global 7500.
  • L’augmentation de 33 % du RAII avant éléments spéciaux par rapport à celui du trimestre correspondant de l’exercice précédent douze mois a été soutenue par la croissance des revenus. La marge RAII avant éléments spéciaux de 8,4 % pour le trimestre reflète l’accélération continue de la production des composants des avions A220 et Global 7500 ainsi que la nouvelle relation contractuelle avec Airbus en ce qui concerne les avions A220.
  • Les revenus intersectoriels pour le trimestre ont représenté 62 % des revenus totaux par rapport à 80 % pour le premier semestre. Cette baisse reflète le fait que les revenus tirés de SCACS sont inclus dans les revenus externes depuis le 1er juillet 2018.
  • Le 8 novembre 2018, Danny Di Perna a été nommé président d’Aérostructures et Services d’ingénierie. M. Di Perna cumule plus de 30 ans d’expérience aéronautique et industrielle et sa feuille de route prouve sa capacité d’améliorer l’efficacité opérationnelle. Michael Ryan occupera le poste de chef de l’exploitation.

Transport

Résultats du trimestre      
Trimestres clos les 30 septembre 2018   2017   Écart  
    retraité    
Revenus 2 140 $ 2 146 $ %
Nouvelles commandes (en milliards de dollars) 1,9 $ 1,8 $ 6 %
Ratio de nouvelles commandes sur revenus 0,9   0,9    
RAII(11) 184 $ 140 $ 31 %
Marge RAII(11) 8,6 % 6,5 % 210 pdb
RAII avant éléments spéciaux(11) 187 $ 192 $ (3 ) %
Marge RAII avant éléments spéciaux(11) 8,7 % 8,9 % (20 ) pdb
RAIIA avant éléments spéciaux(11) 212 $ 215 $ (1 ) %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux(11) 9,9 % 10,0 % (10 ) pdb
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles 36 $ 18 $ 100 %
Aux 30 septembre   31 décembre    
  2018   2017    
    retraité    
Carnet de commandes (en milliards de dollars) 33,9 $ 35,1 $ (3 ) %
  • Les revenus ont totalisé 2,1 milliards $ au troisième trimestre, présentant une croissance interne de 2 % contrebalancée par une incidence défavorable des taux de change. En raison de l’accélération soutenue des principaux projets engagés en 2017, la croissance se poursuit dans tous les segments, ce qui nous met en bonne voie de réaliser la prévision de revenus d’environ 9,0 milliards $ pour l’exercice complet.
  • Le RAII avant éléments spéciaux du trimestre correspondait à celui de la période correspondante de l’exercice précédent et atteignait 187 millions $. La marge pour le trimestre s’établissait à 8,7 %, ou 8,6 % depuis le début de l’exercice, continuant à tendre vers la prévision d’une marge supérieure à 8,5 % pour l’exercice.
  • Alors que les livraisons de trains s’accélèrent par suite des investissements considérables dans le fonds de roulement depuis le milieu de 2017, le fonds de roulement à la fin du troisième trimestre était plus important que prévu.
  • Le carnet de commandes de 33,9 milliards $ à la fin du trimestre résulte du ratio de nouvelles commandes sur revenus de 1,0 depuis le début de l’exercice, déduction faite de l’incidence défavorable des taux de change.

À propos de Bombardier  

Avec plus de 69 500 employés répartis entre quatre secteurs d’activité, Bombardier est un leader mondial de l’industrie du transport, créant des avions et des trains novateurs qui changent la donne sur leur marché. Nos produits et nos services offrent des expériences de transport de calibre international qui établissent de nouvelles normes en matière de confort des passagers, d’efficacité énergétique, de fiabilité et de sécurité.

Avec son siège social situé à Montréal, au Canada, Bombardier a des installations de production et d’ingénierie dans 28 pays, couvrant les secteurs Transport, Avions d’affaires, Avions commerciaux et Aérostructures et Services d’ingénierie. Les actions de Bombardier se négocient à la Bourse de Toronto (BBD). Pour l’exercice clos le 31 décembre 2017, nos revenus ont été de 16,2 milliards $. Vous trouverez nouvelles et information à l’adresse bombardier.com ou en nous suivant sur Twitter : @Bombardier.

Bombardier, CRJ, CRJ Series, CS100, CS300, C Series, Global, Global 5500, Global 6500, Global 7500, Global 8000, Q400 et Q Series sont des marques de commerce de Bombardier Inc. ou de ses filiales.

Pour information

Simon Letendre
Gestionnaire, Relations avec les médias et affaires publiques
Bombardier Inc.
+514 861 9481
Patrick Ghoche
Vice-président,
Relations avec les investisseurs
Bombardier Inc.
+514 861 5727

Le rapport de gestion et les états financiers intérimaires consolidés sont disponibles à l’adresse ri.bombardier.com.

ins : information non significative
pdb : point de base
(1)      RAII et résultat désignent le RAII avant éléments spéciaux. Mesures financières non conformes aux PCGR. Voir la mise en garde relative aux mesures non conformes aux PCGR à la fin du présent communiqué de presse.
(2) Mesures financières non conformes aux PCGR. Voir la mise en garde relative aux mesures non conformes aux PCGR à la fin du présent communiqué de presse.
(3) Se reporter à la mise en garde liée aux énoncés prospectifs.
(4) En cours de développement. Se reporter à la mise en garde relative au programme d’avions Global 5500, Global 6500, Global 7500 et Global 8000 à la fin du présent communiqué de presse.
(5) Marge désigne la marge RAII avant éléments spéciaux. Mesure financière non conformes aux PCGR. Voir la mise en garde relative aux mesures non conformes aux PCGR à la fin du présent communiqué de presse.
(6) En raison de l’adoption de l’IFRS 15, Produits des activités ordinaires tirés de contrats conclus avec des clients. Se reporter à la rubrique Nouveautés en comptabilité et en présentation de l’information financière de la section Autres du rapport de gestion de la Société du troisième rapport trimestriel pour le trimestre clos le 30 septembre 2018 pour des détails sur le retraitement des chiffres de la période comparative.
(7) Définies comme Trésorerie et équivalents de trésorerie plus le montant disponible en vertu des facilités de crédit renouvelables.
(8) La trésorerie et les équivalents de trésorerie au 31 décembre 2017 comprennent la trésorerie reclassée à titre d’actif détenu en vue de la vente. Se reporter à la rubrique Partenariat stratégique de la section Avions commerciaux ainsi qu’à la Note 11 – Trésorerie et équivalents de trésorerie et à la Note 19 – Actifs détenus en vue de la vente des états financiers consolidés de la Société pour plus de détails sur la transaction et le traitement comptable.
(9) À l’exclusion de commandes fermes visant 115 avions CS100 et 233 avions CS300 pour la période correspondante de 2017. Après la clôture du partenariat C Series, Airbus a renommé les avions CS100 et CS300 respectivement A220-100 et A220-300.
(10) Après la fin du trimestre considéré, la Société a annulé deux commandes totalisant 8 avions Q400.
(11) Compte tenu de l’incidence de la quote-part des résultats tirés de participations dans des coentreprises et des entreprises associées totalisant 22 millions $ pour le trimestre clos le 30 septembre 2018 (52 millions $ pour le trimestre clos le 30 septembre 2017). 

MISE EN GARDE RELATIVE AUX MESURES NON CONFORMES AUX PCGR

Le présent communiqué de presse repose sur les résultats établis selon les normes internationales d’information financière (IFRS). Toute référence aux principes comptables généralement reconnus (PCGR) signifie IFRS, sauf indication contraire. Il repose également sur des mesures non conformes aux PCGR, dont le RAIIA, le RAII avant éléments spéciaux et le RAIIA avant éléments spéciaux, le résultat net ajusté, le résultat par action ajusté et les flux de trésorerie disponibles. Ces mesures non définies par les PCGR découlent directement des états financiers consolidés mais n’ont pas un sens normalisé prescrit par les IFRS; par conséquent, d’autres entreprises utilisant ces termes peuvent les définir différemment. La direction croit que fournir certaines mesures de performance non conformes aux PCGR, en plus des mesures IFRS, donnent aux utilisateurs de notre rapport financier une meilleure compréhension de nos résultats et tendances connexes, et accroît la transparence et la clarté des résultats de base de notre entreprise. Se reporter à la rubrique Mesures financières non conformes aux PCGR et à la rubrique Liquidités et sources de financement de la section Sommaire et à la rubrique Analyse des résultats des sections de chaque secteur d’activité du rapport de gestion de la Société pour la définition de ces indicateurs et pour le rapprochement avec les mesures les plus comparables des IFRS.

Rapprochement des résultats sectoriels et des résultats consolidés
  Trimestres clos les  30 septembre
    Neuf mois clos les 30 septembre
   
  2018     2017     2018     2017    
    retraité(1)       retraité(1)    
Revenus        
Avions d’affaires 1 083   $ 1 074   $ 3 500   $ 3 485   $
Avions commerciaux 256     515     1 335     1 666    
Aérostructures et Services d’ingénierie 430     349     1 331     1 190    
Transport 2 140     2 146     6 754     6 136    
Siège social et élimination (266 )   (245 )   (987 )   (889 )  
  3 643   $ 3 839   $ 11 933   $ 11 588   $
RAII avant éléments spéciaux(2)        
Avions d’affaires 89   $ 90   $ 298   $ 299   $
Avions commerciaux (9 )   (74 )   (148 )   (248 )  
Aérostructures et Services d’ingénierie 36     27     140     68    
Transport 187     192     583     598    
Siège social et élimination (32 )   (52 )   (130 )   (131 )  
  271   $ 183   $ 743   $ 586   $
Éléments spéciaux        
Avions d’affaires 9   $ 3   $ 13   $ 34   $
Avions commerciaux (13 )   1     589     3    
Aérostructures et Services d’ingénierie 1     (6 )   (6 )   (6 )  
Transport 3     52     45     284    
Siège social et élimination 4         (557 )   45    
  4   $ 50   $ 84   $ 360   $
RAII        
Avions d’affaires 80   $ 87   $ 285   $ 265   $
Avions commerciaux 4     (75 )   (737 )   (251 )  
Aérostructures et Services d’ingénierie 35     33     146     74    
Transport 184     140     538     314    
Siège social et élimination (36 )   (52 )   427     (176 )  
  267   $ 133   $ 659   $ 226   $

 

Rapprochement du RAIIA avant éléments spéciaux et du RAIIA, par rapport au RAII
  Trimestres clos les  30 septembre
  Neuf mois clos les   30 septembre
 
  2018   2017   2018   2017  
      retraité(1)       retraité(1)  
RAII 267 $ 133 $ 659 $ 226 $
Amortissement 62   69   188   225  
Charges de dépréciation des immobilisations corporelles et incorporelles(3)   2   11   45  
RAIIA 329   204   858   496  
Éléments spéciaux compte non tenu des charges de dépréciation des immobilisations corporelles et incorporelles(3) 4   50   76   322  
RAIIA avant éléments spéciaux 333 $ 254 $ 934 $ 818 $

 

(1) En raison de l’adoption de l’IFRS 15, Produits des activités ordinaires tirés de contrats conclus avec des clients. Se reporter à la rubrique Nouveautés en comptabilité et en présentation de l’information financière de la section Autres du rapport de gestion de la Société pour des détails sur le retraitement des chiffres de la période comparative.
(2) Mesure financière non conforme aux PCGR. Voir la mise en garde relative aux mesures non conformes aux PCGR ci-dessus.
(3) Se reporter à la rubrique Résultats opérationnels consolidés du rapport de gestion de la Société pour des détails sur les éléments spéciaux.

 

Rapprochement du résultat net ajusté et du résultat net et calcul du RPA ajusté
  Trimestres clos les 30 septembre
 
  2018
  2017  
  (par action)
  (par action)  
        retraité(1)  
Résultat net 149   $   (100 ) $  
Ajustements du RAII liés aux éléments spéciaux(2) 4     0,00 $ 50     0,02 $
Ajustements de la charge nette de financement liés à ce qui suit :        
Variation nette des provisions découlant des fluctuations de taux d’intérêt et de la perte nette (du gain net) sur certains instruments financiers 5     0,00   7     0,00  
Désactualisation des obligations nettes au titre des avantages de retraite 16     0,00   21     0,01  
Charge d’intérêt liée à un litige fiscal(2) (4 )   0,00   11     0,01  
Incidence fiscale des éléments spéciaux(2) et des autres éléments d’ajustement (3 )   0,00       0,00  
Résultat net ajusté 167       (11 )    
Résultat net attribuable à la participation ne donnant pas le contrôle (38 )     17      
Dividendes sur actions privilégiées, incluant les impôts (7 )     (7 )    
Incidence dilutive de l’option de conversion de la Caisse (13 )          
Résultat net ajusté attribuable aux détenteurs d’instruments de capitaux propres de Bombardier Inc. 109   $   (1 ) $  
Nombre moyen pondéré dilué d’actions ordinaires (en milliers) 2 624 943       2 195 330      
RPA ajusté (en dollars) 0,04   $   0,00   $  

 

Rapprochement du résultat net ajusté et du résultat net et calcul du RPA ajusté
  Neuf mois clos les 30 septembre
 
  2018
      2017  
  (par action)
      (par action)  
          retraité(1)
 
Résultat net 263    $     (337  $  
Ajustements du RAII liés aux éléments spéciaux(2) 84     0,03   $   360     0,16 $
Ajustements de la charge nette de financement liés à ce qui suit :              
Variation nette des provisions découlant des fluctuations de taux d’intérêt et de la perte nette (du gain net) sur certains instruments financiers (31 )   (0,01 )     38     0,02  
Désactualisation des obligations nettes au titre des avantages de retraite 50     0,02       59     0,03  
Charge d’intérêt liée à un litige fiscal(2) (4 )   0,00       11     0,00  
Incidence fiscale des éléments spéciaux(2) et des autres éléments d’ajustement (73 )   (0,03 )     (12 )   0,00  
Résultat net ajusté 289         119      
Résultat net attribuable à la participation ne donnant pas le contrôle (46 )       33      
Dividendes sur actions privilégiées, incluant les impôts (21 )       (19 )    
Incidence dilutive de l’option de conversion de la Caisse (6 )            
Résultat net ajusté attribuable aux détenteurs d’instruments de capitaux propres de Bombardier Inc. 216   $     133   $  
Nombre moyen pondéré dilué d’actions ordinaires (en milliers) 2 503 332         2 254 696      
RPA ajusté (en dollars) 0,09   $     0,06   $  

 

(1) En raison de l’adoption de l’IFRS 15, Produits des activités ordinaires tirés de contrats conclus avec des clients. Se reporter à la rubrique Nouveautés en comptabilité et en présentation de l’information financière de la section Autres du rapport de gestion de la Société pour des détails sur le retraitement des chiffres de la période comparative.
(2) Se reporter à la rubrique Résultats opérationnels consolidés du rapport de gestion de la Société pour des détails sur les éléments spéciaux.

 

Rapprochement du RPA ajusté et du RPA dilué (en dollars) 
Trimestres clos les 30 septembre
   
  2018   2017    
    retraité(1)
   
RPA dilué 0,04 $ (0,04  $
Incidence des éléments spéciaux(2) et des autres éléments d’ajustement   0,04    
RPA ajusté 0,04 $ 0,00  

 

Rapprochement du RPA ajusté et du RPA dilué (en dollars) 
Neuf mois clos les 30 septembre
   
  2018     2017    
      retraité(1)    
RPA dilué 0,08 $   (0,15 )  $
Incidence des éléments spéciaux(2) et des autres éléments d’ajustement 0,01     0,21    
RPA ajusté 0,09 $   0,06   $

 

Rapprochement de l’utilisation des flux de trésorerie disponibles et des flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles
  Trimestres clos les  30 septembre
    Neuf mois clos les   30 septembre
   
  2018     2017     2018     2017    
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles (141  $ (208 )  $ (692  $ (706  $
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles (229 )   (287 )   (167 )   (952 )  
Utilisation des flux de trésorerie disponibles(3) (370 ) $ (495  $ (859 ) $ (1 658 $

 

(1) En raison de l’adoption de l’IFRS 15, Produits des activités ordinaires tirés de contrats conclus avec des clients. Se reporter à la rubrique Nouveautés en comptabilité et en présentation de l’information financière de la section Autres du rapport de gestion de la Société pour des détails sur le retraitement des chiffres de la période comparative.
(2) Se reporter à la rubrique Résultats opérationnels consolidés du rapport de gestion de la Société pour des détails sur les éléments spéciaux.
(3) Mesure financière non conforme aux PCGR. Voir la mise en garde relative aux mesures non conformes aux PCGR ci-dessus.

MISE EN GARDE LIÉE AUX ÉNONCÉS PROSPECTIFS

Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs, qui peuvent comprendre, sans s’y limiter, des déclarations portant sur nos objectifs, nos prévisions à propos de divers indicateurs financiers et sources d’apport connexes, nos cibles, nos buts, nos priorités, nos marchés et nos stratégies, notre situation financière, notre position sur le marché, nos capacités, notre position en regard de la concurrence, nos croyances, nos perspectives, nos plans, nos attentes, nos anticipations, nos estimations et nos intentions; les perspectives de l’économie générale et les perspectives commerciales, les perspectives et les tendances d’une industrie; la croissance prévue de la demande de produits et de services; le développement de produits, y compris la conception, les caractéristiques, la capacité et la performance projetées; les dates prévues ou fixées de la mise en service de produits et de services, des commandes, des livraisons, des essais, des délais, des certifications et de l’exécution des projets en général; notre position en regard de la concurrence; l’incidence prévue du cadre législatif et réglementaire et des procédures judiciaires sur notre entreprise et nos activités; la robustesse de notre structure du capital et de notre bilan, notre solvabilité, nos liquidités et sources de financement disponibles, nos besoins financiers prévus et l’examen continu des solutions de rechange stratégiques et financières; la mise en place d’améliorations visant la productivité et d’initiatives de restructuration et les coûts prévus s’y rattacher, les avantages recherchés et le moment de leur matérialisation; l’expansion continue prévue des activités de services après-vente pour les avions; les objectifs et les cibles financières sous-jacents à notre plan de transformation ainsi que son calendrier de réalisation et les progrès de sa mise en œuvre, notamment la transition de l’entreprise vers la génération de liquidités; les attentes et le calendrier concernant le rachat en temps opportun de l’investissement de la Caisse dans BT Holdco; les intentions à l’égard du programme CRJ;  le financement et les liquidités de la Société en commandite Avions C Series (SCACS); l’incidence et les avantages escomptés de la transaction avec Airbus sur nos activités, notre infrastructure, nos capacités, notre développement, notre croissance et autres occasions et perspectives, notre présence et notre dimension géographiques, la valeur de nos actifs et de nos programmes, notre empreinte, notre situation financière, notre accès à des capitaux et notre stratégie générale; et l’incidence de cette transaction sur notre bilan et notre situation financière. En ce qui concerne les actions stratégiques et la vente proposée du programme d’avions Q Series et des activités de formation des pilotes et des techniciens d’Avions d’affaires dont il est question dans les présentes, le présent communiqué de presse comporte également des énoncés prospectifs ayant trait aux conditions et modalités prévues et à l’échéancier de réalisation connexe; au produit prévu en découler et à l’utilisation de celui-ci, aux coûts et charges connexes ainsi qu’aux avantages que l’on prévoit en retirer; et au fait que la clôture de ces transactions sera conditionnelle à la concrétisation de certains événements, y compris l’obtention des approbations nécessaires des organismes de réglementation.

Les énoncés prospectifs se reconnaissent habituellement à l’emploi de termes comme « pouvoir », « prévoir », « devoir », « avoir l’intention de », « estimer », « planifier », « entrevoir », « croire », « continuer », « maintenir » ou « aligner », la forme négative de ces termes, leurs variations ou une terminologie semblable lorsqu’il est question de Bombardier et de SCACS. Les énoncés prospectifs sont présentés dans le but d’assister les investisseurs et autres dans la compréhension de certains éléments clés de nos objectifs, priorités stratégiques, attentes et plans actuels, ainsi que pour leur permettre d’avoir une meilleure compréhension de nos activités et de l’environnement dans lequel nous prévoyons exercer nos activités. Le lecteur est prévenu que de telles informations pourraient ne pas convenir à d’autres fins.

De par leur nature, les énoncés prospectifs exigent que la direction formule des hypothèses et ils sont assujettis à d’importants risques et incertitudes, connus et inconnus, de sorte que nos résultats réels de périodes futures pourraient différer de façon importante des résultats prévus décrits dans les énoncés prospectifs. Bien que la direction juge ces hypothèses raisonnables et appropriées selon l’information à sa disposition, il existe un risque qu’elles ne soient pas exactes. Les hypothèses sur lesquelles reposent les énoncés prospectifs figurant dans le présent communiqué de presse relativement à la transaction avec Airbus comprennent les hypothèses importantes suivantes : l’exactitude de nos analyses et de notre bilan de rentabilité, y compris les estimations de flux de trésorerie et de revenus sur la durée de vie prévue du programme et par la suite; l’amélioration graduelle du prix des avions, des coûts unitaires et des livraisons au cours de la phase d’accélération; les hypothèses à l’égard de la solidité et de la qualité de la portée, de la présence, des ventes, de la commercialisation et des réseaux de soutien d’Airbus, de sa chaîne d’approvisionnement et de son expertise opérationnelle ainsi que de ses relations avec les clients; le respect et l’exécution par chacune des parties de ses obligations aux termes de l’accord relatif à la transaction et aux accords commerciaux futurs et l’absence d’inefficacités importantes ou d’autres problèmes connexes; la réalisation des avantages et des synergies prévues de la transaction selon l’échéancier prévu; notre capacité à maintenir notre plan de financement de SCACS et à assurer le financement, le cas échéant, des besoins en trésorerie; le caractère adéquat de la planification et de la gestion de la trésorerie et du financement du projet; et l’exactitude de notre évaluation des facteurs de croissance prévus et des tendances sectorielles. Les hypothèses sous-jacentes aux énoncés prospectifs présentés dans le présent communiqué de presse à l’égard des actions stratégiques et de la vente proposée du programme d’avions Q Series et des activités de formation des pilotes et des techniciens d’Avions d’affaires dont il est question dans les présentes comportent les hypothèses significatives suivantes : le respect de toutes les conditions de clôture et la réalisation de ces actions stratégiques et transactions selon l’échéancier prévu, y compris l’obtention des approbations des organismes de réglementation. Pour en savoir davantage sur les hypothèses sur lesquelles reposent les énoncés prospectifs figurant dans le présent communiqué de presse, notamment en ce qui a trait aux prévisions pour 2018, voir les rubriques Priorités stratégiques et Prévisions et énoncés prospectifs de la section Sommaire et de chaque secteur isolable présenté dans notre rapport financier pour l’exercice clos le 31 décembre 2017. Pour de plus amples renseignements sur les hypothèses sous-jacentes aux énoncés prospectifs portant sur les prévisions pour 2019, se reporter aux hypothèses quant aux prévisions pour 2019 figurant dans le présent communiqué de presse.

En ce qui a trait spécifiquement à la transaction avec Airbus, certains facteurs, qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent considérablement de ceux prévus dans les énoncés prospectifs, comprennent ce qui suit, sans s’y limiter : la fiabilité de nos analyses et de notre bilan de rentabilité, y compris les estimations de flux de trésorerie et de revenus sur la durée de vie prévue du programme et par la suite; tout événement, tout changement ou toute autre circonstance nouvelle pouvant avoir une incidence défavorable sur la portée, la présence, les ventes, la commercialisation ou les réseaux de soutien d’Airbus, sa chaîne d’approvisionnement, ses activités ou ses relations avec les clients; le défaut de l’une des parties de respecter et d’exécuter ses obligations aux termes de l’accord relatif à la transaction et aux accords commerciaux futurs et/ou des inefficacités importantes ou d’autres problèmes connexes; la non-réalisation des avantages ou des synergies prévus de la transaction ou le fait qu’ils ne soient pas réalisés selon l’échéancier prévu; les risques associés à notre capacité à maintenir notre plan de financement actuel de SCACS et à assurer le financement, le cas échéant, des besoins en trésorerie; le caractère inadéquat de la planification et de la gestion de la trésorerie et du financement du projet; et la fiabilité de notre évaluation des facteurs de croissance et des tendances sectorielles anticipés. Parmi les autres facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent de manière importante des résultats prévus dans les énoncés prospectifs, notons, sans s’y limiter, les risques liés à la conjoncture économique, à notre contexte commercial (tels les risques liés au Brexit, à la situation financière de l’industrie du transport aérien, des clients d’avions d’affaires et de l’industrie du transport sur rail; à la politique commerciale, à l’accroissement de la concurrence; à l’instabilité politique et à des cas de force majeure ou catastrophes naturelles), à l’exploitation (tels les risques liés au développement de nouveaux produits et services; au développement de nouvelles activités; à la certification et à l’homologation de produits et services; aux engagements à prix et à terme fixes et à la production et à l’exécution de projets; aux pressions sur les flux de trésorerie et sur les dépenses en immobilisations exercées par les fluctuations liées aux cycles de projet et au caractère saisonnier; à notre capacité de mettre en œuvre et de réaliser avec succès notre stratégie, notre plan de transformation, nos améliorations visant la productivité et nos initiatives de restructuration; aux partenaires commerciaux; aux pertes découlant de sinistres et de garanties sur la performance des produits; aux procédures réglementaires et judiciaires; aux risques liés à l’environnement et à la santé et sécurité; à notre dépendance à l’égard de certains clients et fournisseurs; aux ressources humaines; à la fiabilité des systèmes informatiques; à la fiabilité des droits relatifs à la propriété intellectuelle; et au caractère adéquat de la couverture d’assurance), au financement (tels les risques liés aux liquidités et à l’accès aux marchés financiers; aux régimes d’avantages de retraite; à l’exposition au risque de crédit; aux obligations importantes au titre des paiements de la dette et des intérêts; à certaines clauses restrictives de conventions d’emprunt; et à certains seuils minimums de liquidités; à l’aide au financement en faveur de certains clients; et à la dépendance à l’égard de l’aide gouvernementale), au marché (tels les risques liés aux fluctuations des taux de change et des taux d’intérêt; à la diminution de la valeur résiduelle; à l’augmentation des prix des produits de base; et aux fluctuations du taux d’inflation). Pour plus de détails, se reporter à la rubrique Risques et incertitudes dans la section Autres du rapport de gestion de notre rapport financier pour l’exercice clos le 31 décembre 2017. En ce qui concerne spécifiquement les actions stratégiques et la vente proposée du programme d’avions Q Series et des activités de formation des pilotes et des techniciens d’Avions d’affaires dont il est question dans les présentes, certains facteurs, qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent considérablement de ceux prévus dans les énoncés prospectifs, comprennent ce qui suit, sans s’y limiter : la non-réception des approbations des organismes de réglementation ou d’autres approbations ou le retard dans la réception de celles-ci ou le non-respect des conditions rattachées à la réalisation de pareilles actions stratégiques et transactions ou le retard dans le respect de celles-ci et l’incertitude concernant le temps requis pour mener à bien pareilles actions stratégiques et transactions, et le fait que Bombardier n’ait pas accès aux fonds ou avantages connexes selon l’échéancier prévu ou pas du tout; le fait que d’autres sources de financement qui pourraient remplacer le produit prévu et les économies découlant de pareilles actions stratégiques et transactions, selon le cas, pourraient ne pas être accessibles lorsqu’elles s’avèrent nécessaires ou ne pas l’être selon des modalités avantageuses. Par conséquent, rien ne garantit que les actions stratégiques proposées ou que la vente proposée du programme d’avions Q Series et des activités de formation des pilotes et des techniciens d’Avions d’affaires se réaliseront ni que les avantages prévus se réaliseront en totalité ou en partie, voire qu’ils se réaliseront tout court. En outre, rien ne garantit que les avantages que l’on prévoit tirer des améliorations visant la productivité et des initiatives de restructuration dont il est question dans les présentes se réaliseront en totalité ou en partie, voire qu’ils se réaliseront tout court ou que le rachat de BT Holdco sera réalisé, ou la forme et l’échéancier selon lesquels il le serait.

Le lecteur est prévenu que la présente liste de facteurs pouvant influer sur la croissance, les résultats et le rendement futurs n’est pas exhaustive et qu’il ne faudrait pas se fier indûment aux énoncés prospectifs. D’autres risques et incertitudes que nous ne connaissons pas ou que nous considérons comme non importants à l’heure actuelle pourraient également faire en sorte que les résultats ou les événements réels diffèrent considérablement de ceux exprimés explicitement ou implicitement dans ces énoncés prospectifs. En outre, rien ne garantit que les avantages stratégiques prévus et les synergies attendues de la transaction avec Airbus sur le plan de l’exploitation, de la concurrence et des coûts seront réalisés en totalité ou en partie, voire qu’ils se réaliseront. Les énoncés prospectifs décrits aux présentes reflètent les attentes de la direction à la date du présent communiqué de presse et pourraient subir des modifications après cette date. À moins d’y être tenus selon les lois sur les valeurs mobilières applicables, nous nions expressément toute intention ou obligation de mettre à jour ou de réviser tout énoncé prospectif, que ce soit à la lumière de nouveaux renseignements, d’événements futurs ou autrement. Les énoncés prospectifs contenus dans le présent communiqué de presse sont formulés expressément sous réserve de cette mise en garde.

Les avions Global 5500, Global 6500, Global 7500 et Global 8000 sont présentement à la phase de développement et sont susceptibles de changements, notamment en ce qui a trait à la stratégie de gamme, à la marque, à la capacité, aux performances, à la conception et aux systèmes de circuits. Toutes les spécifications et les données sont approximatives, peuvent changer sans préavis et sont assujetties à certaines règles d’exploitation, hypothèses et autres conditions. Le présent communiqué de presse ne constitue ni une offre, ni un engagement, ni une déclaration, ni une garantie d’aucune sorte.

Trogarzo(MD) obtient un code de facturation « J » spécifique du Centre for Medicare and Medicaid Services

MONTRÉAL, 08 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Theratechnologies inc. (Theratechnologies) (TSX: TH) est heureuse d’annoncer qu’un code de facturation « J » spécifique a été assigné à TrogarzoMD (ibalizumab-uiyk) injection. Le nouveau code entrera en vigueur à compter du 1er janvier 2019.

Les codes « J » sont développés et émis par le Centre for Medicare and Medicaid Services dans le cadre du Healthcare Common Procedure Coding System (HCPCS) à des fins de suivis des procédures et services médicaux.

Le numéro de code « J-1746 » a été assigné à TrogarzoMD. Les médecins pourront utiliser ce code spécifique pour soumettre les demandes de paiement de TrogarzoMD aux payeurs publics et privés. 

« L’obtention d’un code « J » facilite grandement les procédures administratives pour les médecins et leur personnel compte tenu que cela standardise le processus de la soumission de la demande jusqu’au paiement. C’est une partie intégrante de toute stratégie de remboursement d’un médicament. Un autre jalon important vient d’être atteint pour TrogarzoMD et cela devrait jouer un rôle dans la croissance des ventes, »  a déclaré Luc Tanguay, président et chef de la direction, Theratechnologies inc.

À propos de TrogarzoMD (ibalizumab-uiyk) injection

TrogarzoMD est un inhibiteur post-attachement du VIH ciblant les cellules CD4+.

TrogarzoMD, en combinaison avec d’autres antirétroviraux, est indiqué dans le traitement du virus de l’immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1) chez les adultes déjà lourdement traités et présentant un VIH-1 multi-résistant aux médicaments et dont le régime de traitement est défaillant.

Avant de recevoir TrogarzoMD, informez votre médecin si vous êtes enceinte ou prévoyez le devenir puisqu’il n’est pas démontré si TrogarzoMD peut affecter votre enfant à naître ou encore vous allaitez ou prévoyez le faire, car il n’est pas démontré si TrogarzoMD peut se retrouver dans le lait maternel.

Informez votre médecin de tous les médicaments que vous prenez, incluant les médicaments sous ordonnance, en vente libre, les vitamines et les suppléments à base de plantes.

Des changements à votre système immunitaire (syndrome inflammatoire de la reconstitution immunitaire) peuvent survenir lorsque vous débutez un médicament destiné au traitement du VIH-1. Votre système immunitaire peut se renforcer et commencer à combattre des infections qui étaient dissimulées dans votre organisme depuis longtemps. Informez votre médecin immédiatement si vous commencez à avoir de nouveaux symptômes après avoir débuté votre traitement du VIH-1.

Les effets indésirables les plus fréquents associés à TrogarzoMD incluent la diarrhée, les étourdissements, la nausée et les éruptions cutanées. Il ne s’agit pas de tous les effets indésirables possibles de TrogarzoMD. Pour plus d’information, demandez à votre médecin ou à votre pharmacien. Les renseignements complets au sujet du produit sont disponibles au www.trogarzo.com

À propos de Theratechnologies

Theratechnologies (TSX : TH) est une société pharmaceutique spécialisée répondant à des besoins médicaux non satisfaits en commercialisant des produits spécialisés permettant à la communauté médicale d’améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de maladies orphelines, incluant celle des patients touchés par le VIH. D’autres renseignements sur Theratechnologies sont disponibles sur le site Web de la Société au www.theratech.com et sur SEDAR au www.sedar.com.

Information prospective

Le présent communiqué de presse renferme des énoncés prospectifs et des informations prospectives, collectivement « informations prospectives » au sens de la législation en valeurs mobilières en vigueur qui reposent sur les opinions et les hypothèses de la direction et sur l’information dont celle-ci dispose présentement. Vous pouvez identifier les énoncés prospectifs par l’emploi de mots tels que « peut », « va », « pourrait »,
« voudrait », « devrait », « perspectives », « croit », « planifie », « envisage », « prévoit », « s’attend » et « estime » ou la forme négative de ces termes ou des variations de ceux-ci. Les énoncés prospectifs présents dans ce communiqué de presse incluent, notamment, l‘impact du code « J » sur le remboursement et les ventes de TrogarzoMD.

Les énoncés prospectifs sont fondés sur un certain nombre d’hypothèses et sont sujets à des risques et incertitudes dont plusieurs sont hors de la volonté de Theratechnologies et pourraient entrainer un écart marqué entre les résultats réellement obtenus et ceux exprimés, expressément ou implicitement, par de tels énoncés prospectifs. Ces hypothèses incluent, notamment, que le code « J » facilitera les procédures administratives pour les médecins utilisant TrogarzoMD, que les ventes de TrogarzoMD augmenteront avec le temps et que le remboursement de TrogarzoMD sera plus courant en raison du code « J ».

Les risques et incertitudes incluent notamment que les ventes de TrogarzoMD n’augmentent pas avec le temps et que le remboursement de TrogarzoMD ne bénéficie pas du code « J ».

Les investisseurs éventuels sont priés de se reporter à la rubrique « Facteurs de risque » de la notice annuelle de la société datée du 6 février 2018 qui peut être consultée sur le sur SEDAR au www.sedar.com pour d’autres risques concernant Theratechnologies et ses activités. Le lecteur est prié d’examiner ces risques et incertitudes attentivement et de ne pas se fier indûment aux énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs reflètent les attentes actuelles concernant des événements futurs. Ils ne sont valables qu’à la date du présent communiqué de presse et traduisent nos attentes à cette date. Nous ne nous engageons aucunement à mettre à jour ou à réviser l’information contenue dans ce communiqué de presse, que ce soit à la suite de l’obtention de nouveaux renseignements, à la suite de nouveaux événements ou circonstances ou pour toute autre raison que ce soit, sauf si les lois en vigueur l’exigent.

Demandes des médias:
Denis Boucher
Vice-président, Communications et affaires corporatives
Tél.: (514) 336-7800, poste 236

Papiers Tissu KP déclare un dividende trimestriel de 0,18 $ par action ordinaire

            NON DESTINÉ À LA PUBLICATION AUX ÉTATS-UNIS NI AUX AGENCES DE TRANSMISSION AMÉRICAINES

MISSISSAUGA, Ontario, 08 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Papiers Tissu KP inc. (TSX : KPT) (« PTKP »), a annoncé aujourd’hui que son conseil d’administration a déclaré un dividende trimestriel de 0,18 $ par action ordinaire. Ce dividende sera payable le 15 janvier 2019 aux actionnaires inscrits à la fermeture des bureaux le 31 décembre 2018, sous réserve des lois applicables.

Les dividendes versés pourront être considérés comme « admissibles » aux fins de la Loi de l’impôt sur le revenu (Canada) et de toute loi provinciale ou territoriale semblable.

Ce dividende est déclaré en lien avec l’annonce d’une distribution trimestrielle correspondante faite par Produits Kruger S.E.C (« PK S.E.C. ») une société dans laquelle PTKP détient une participation de commanditaire.

Plan de réinvestissement des dividendes

La Société a un plan de réinvestissement des dividendes (PRD) en vertu duquel les actionnaires admissibles peuvent choisir de voir les dividendes en espèces réinvestis dans des actions ordinaires supplémentaires de PTKP. Aux termes du PRD, la Société réinvestit automatiquement pour les actionnaires participants les dividendes en espèces de PTKP dans des actions ordinaires nouvellement émises, et ce, à un cours par action ordinaire correspondant au cours moyen pondéré des actions ordinaires pendant cinq jours avant la date de versement des dividendes. Le PRD a récemment été modifié pour augmenter le cours par action ordinaire émise aux termes du PRD de 97 % du cours moyen pondéré des actions ordinaires pendant cinq jours avant la date de versement des dividendes à 100 % du cours moyen pondéré des actions ordinaires pendant cinq jours avant la date de versement des dividendes. La modification est assujettie à l’approbation de la Bourse de Toronto.

Seuls les actionnaires canadiens sont admissibles à participer au PRD, et ce plan est assujetti à des restrictions et prescriptions supplémentaires. Nous encourageons les actionnaires intéressés à prendre connaissance du texte intégral du PRD, qui se trouve sur le site Web de PTKP au www.kptissueinc.com.

Les actionnaires qui désirent participer au PRD devraient communiquer avec leur courtier, institution financière ou autre représentant par l’entremise duquel leurs actions ordinaires sont détenues afin de déterminer leur admissibilité, d’obtenir des directives appropriées sur l’inscription et de s’assurer de respecter tout délai ou exigence imposé par un tel courtier, institution financière ou représentant.

À propos de Papiers Tissu KP inc.
Papiers Tissu KP inc. est une société créée exclusivement aux fins d’acquérir une participation dans Produits Kruger S.E.C. Pour de plus amples renseignements, visitez le www.kptissueinc.com.          

À propos de Produits Kruger S.E.C.
Produits Kruger S.E.C. est le premier fabricant canadien de produits de papier de qualité destinés à des usages domestiques, industriels et commerciaux. L’entreprise dessert les marchés canadiens avec des marques reconnues telles que Cashmere®, Purex®, SpongeTowels®, Scotties® et White Swan®. Du côté des États-Unis, Produits Kruger S.E.C. fabrique la marque White Cloud®, de même que plusieurs produits de marques privées. L’entreprise emploie quelque 2 500 personnes et exploite huit usines certifiées FSC® (chaîne de suivi) (FSC® C104904) en Amérique du Nord. Pour de plus amples renseignements, visitez le  www.produitskruger.ca.

RENSEIGNEMENTS :
François Paroyan
Chef du contentieux et secrétaire
Papiers Tissu KP Inc.
Tél. : 905.812.6936
Francois.Paroyan@krugerproducts.ca

INVESTISSEURS:
Mike Baldesarra
Directeur des Relations Investisseurs
Papiers Tissu KP Inc.
Tél.: 905.812.6962
IR@KPtissueinc.com

Source Papiers Tissu KP Inc.

Papiers Tissu KP inc. publie ses résultats du troisième trimestre de 2018

Mise en branle d’initiatives stratégiques à long terme

MISSISSAUGA, Ontario, 08 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Papiers Tissu KP inc. (TSX: KPT) (« PTKP ») présente ses résultats financiers et d’exploitation et ceux de Produits Kruger S.E.C. (« PK S.E.C. ») pour le troisième trimestre de l’exercice 2018. PK S.E.C. est le premier fabricant canadien de produits de papier de qualité destinés aux consommateurs (Cashmere, Purex, SpongeTowels, Scotties et White Swan) et au marché des produits hors foyer. Elle continue à croître aux États-Unis grâce à la marque White CloudMD et à d’autres marques privées de qualité supérieure. PTKP détient actuellement une participation de 15,8 % dans PK S.E.C.

Faits saillants de PK S.E.C. au troisième trimestre de 2018

  • Les produits ont atteint 348,4 millions de dollars, une hausse de 3,6 % par rapport au T3 2017.
  • Le BAIIA ajusté s’est chiffré à 28,3 millions de dollars, contre 39,4 millions au T3 2017.
  • Le prix de la pâte et les coûts de transport ont continué de grimper durant le trimestre.
  • La société a annoncé son intention d’investir 575 millions de dollars dans la construction d’une deuxième machine à papier TAD et d’une usine de pointe.
  • Elle a déclaré un dividende trimestriel de 0,18 $ par action, payable le 15 janvier 2019.

« Nos résultats pour le troisième trimestre continuent de refléter l’impact négatif du niveau élevé des prix de la pâte et des coûts de transport. Malgré ces pressions subies en 2018, nous entreprenons plusieurs grandes initiatives qui rendront notre entreprise plus solide à long terme et renforceront notre position dominante sur le marché », explique Dino Bianco, chef de la direction de PTKP et de PK S.E.C.

« La majoration de nos prix de vente sur le marché canadien des produits de consommation qui a été annoncée dernièrement entrera en vigueur au quatrième trimestre, et ses effets devraient se matérialiser entièrement dès le premier trimestre de 2019. Notre décision prise en cours de trimestre de concrétiser notre projet TAD2, d’une valeur de 575 millions de dollars, est une pièce centrale de notre stratégie de croissance à long terme en Amérique du Nord sur le marché des papiers ultra-premium. Nous comptons d’ailleurs optimiser notre réseau opérationnel.

« Nous sommes persuadés d’avoir la bonne vision et la bonne stratégie pour faire progresser la société et créer plus de valeur pour nos actionnaires », conclut M. Bianco.

Perspectives

Les assises de l’entreprise à long terme demeurent solides. Cependant, vu la pression que continue d’exercer le coût élevé des intrants, le BAIIA ajusté au T4 2018 devrait être sensiblement plus faible qu’au T4 2017, où il s’établissait à 33,7 millions de dollars.

Projet TAD2

Le 16 août 2018, PK S.E.C. a annoncé son intention d’investir 575 millions de dollars dans l’arrondissement de Brompton à Sherbrooke, au Québec, pour la construction d’une nouvelle usine de pointe équipée de la machine à papier TAD la plus imposante et la plus moderne au Canada, de même que les équipements de transformation et les infrastructures connexes (le « projet TAD2 »). À terme, l’usine devrait produire quelque 70 000 tonnes métriques de papier hygiénique et d’essuie-tout par année, ce qui permettra à PK S.E.C. d’augmenter son offre de produits de papier innovants dans les segments ultra-premium vendus sous les marques Cashmere, SpongeTowels et Purex. La mise en chantier du projet est prévue au début de 2019, et le démarrage de la production, dans les premiers mois de 2021.

Le projet TAD2 devrait être financé à 40 % par des capitaux propres et à 60 % par emprunt, au sein d’une nouvelle filiale en propriété exclusive de PK S.E.C., Produits Kruger Sherbrooke inc. (PKSI), qui sera chargée de la construction, puis de l’exploitation de l’usine TAD2. PK S.E.C. croit que les négociations et les formalités documentaires sont en voie d’être achevées pour ce qui est du volet emprunt du financement à long terme de la construction de 345 millions de dollars que prévoit PKSI. Quant au volet capitaux propres de 230 millions de dollars, il devrait être financé par le gouvernement du Québec, par l’intermédiaire d’Investissement Québec (IQ), qui a consenti à investir 105 millions de dollars en souscrivant une débenture convertible, ainsi que par PK S.E.C., qui entend acquérir une participation dans PKSI pour financer les 125 millions de dollars restants.

La structure du financement du projet TAD2 ne devrait pas avoir d’effet dilutif sur les actionnaires de PTKP. PK S.E.C. compte financer son investissement en capitaux propres dans PKSI par un emprunt à long terme à taux fixe garanti de premier rang d’environ 63 millions de dollars et, pour la portion restante, puiser dans sa trésorerie et établir un programme d’affacturage des comptes clients. Une fois le financement de la construction conclu, PK S.E.C. a l’intention de financer la moitié de l’apport de fonds propres de 125 millions de dollars dans PKSI, et que le reste soit financé sur les deux années suivantes. Les différentes opérations de financement par emprunt, de PK S.E.C. comme de PKSI, devraient être conclues avant la fin de 2018. Le coût moyen pondéré du capital pour l’ensemble du financement de 575 millions de dollars du projet TAD2 devrait se situer dans la fourchette de 5 à 7 %. De plus, il est attendu que la dette actuelle de KTG soit refinancée avec un prêt à terme de 18 ans à la clôture du financement du projet TAD2, à un taux d’intérêt fixe qui devrait se situer entre 6 et 8 %, soit bien en deçà du coût de la dette de KTG contractée pour le projet TAD1, de l’ordre de 14 à 15 %.

La débenture convertible d’IQ portera intérêt incorporé à un taux fixe de 3 % et sera assortie d’une échéance de 10 ans. Elle devra être remboursée sur une base mensuelle par PK S.E.C. après une période de 36 mois suivant la date d’émission. Si PK S.E.C. et Kruger inc. ne versent pas les mensualités conformément aux conditions de la débenture, IQ pourra exercer son droit de conversion à l’égard de la tranche du solde de la débenture qui n’a pas été remboursée selon les modalités de conversion, ce qui conférerait à IQ une participation de 48 % dans PKSI en cas de conversion de la totalité de la débenture.

Résultats financiers de PK S.E.C. au troisième trimestre de 2018
Au T3 2018, les produits ont atteint 348,4 millions de dollars, comparativement à 336,3 millions au T3 2017, soit une hausse de 12,1 millions de dollars, ou 3,6 %. Cette hausse est principalement attribuable aux facteurs suivants : augmentation des ventes aux États-Unis et au Mexique, partiellement contrebalancée par une diminution des ventes au Canada; majoration du prix de vente à nos clients de détail du Canada au T4 2017; et effet favorable des fluctuations de change sur les ventes en dollars américains.

Le coût des marchandises vendues au T3 2018 s’est élevé à 312,6 millions de dollars, comparativement à 290,8 millions au T3 2017. Les coûts de fabrication ont monté principalement à cause de la hausse marquée des prix de la pâte et des déchets de bureau triés, de la hausse des ventes, ainsi que de l’effet défavorable des mouvements de change sur les coûts libellés en dollars américains. Les coûts de transport ont augmenté surtout en raison de la hausse des ventes et des tarifs des transporteurs. En pourcentage des produits, le coût des marchandises vendues est passé de 86,5 % au T3 2017 à 89,7 % au T3 2018.

Les frais généraux, de vente et d’administration se sont élevés à 20,5 millions de dollars au T3 2018, alors qu’ils s’établissaient à 20,7 millions au T3 2017. En pourcentage des produits, les frais généraux, de vente et d’administration ont représenté 5,9 % au T3 2018, contre 6,2 % au T3 2017.

Le BAIIA ajusté s’est chiffré à 28,3 millions de dollars au T3 2018, contre 39,4 millions au T3 2017, ce qui représente une baisse de 11,1 millions, ou 28,2 %. Cette baisse est principalement due à la hausse marquée du coût des fibres et aux coûts de transport plus élevés, à la composition désavantageuse des ventes et à l’effet net défavorable des fluctuations de change, partiellement compensés par la majoration du prix de vente à nos clients de détail du Canada au T4 2017.

Le bénéfice net s’est élevé à 4,2 millions de dollars au T3 2018, comparativement à 16,5 millions au T3 2017. Ce résultat découle en majeure partie des facteurs évoqués plus haut pour la baisse du BAIIA ajusté, ainsi que d’une hausse de la charge d’intérêts de 1,6 million de dollars, d’une augmentation de la variation de la valeur après amortissement du passif lié aux parts de société en commandite de 0,9 million et d’une variation de la perte ou du gain de change de 0,7 million. Ces facteurs ont été compensés en partie par une diminution de 1,6 million de dollars de la charge d’amortissement et une baisse de 0,7 million de la charge d’impôt.

Les liquidités totales, soit la trésorerie et les équivalents de trésorerie ainsi que les disponibilités au titre de la ligne de crédit compte tenu des clauses restrictives, s’établissaient à 63,6 millions de dollars au 30 septembre 2018, comparativement à 64,5 millions au 1er juillet 2018.

Résultats financiers de PTKP au troisième trimestre de 2018
PTKP a enregistré une perte nette de 0,8 million de dollars au T3 2018, après inclusion d’un montant de 0,7 million de dollars représentant sa participation aux résultats de PK S.E.C. Son résultat a été affaibli par un amortissement de 1,4 million de dollars lié aux rajustements aux valeurs comptables au moment de l’acquisition, contrebalancé en partie par une dépense d’impôt de 0,1 million de dollars.

Dividendes sur les actions ordinaires                                        
Le conseil d’administration de PTKP a déclaré un dividende trimestriel de 0,18 $ par action, payable le 15 janvier 2019 aux actionnaires inscrits à la fermeture des bureaux le 31 décembre 2018.

Informations supplémentaires
Pour en savoir plus, consultez le rapport de gestion de PTKP et PK S.E.C. sur le troisième trimestre clos le 30 septembre 2018, disponible sur SEDAR au www.sedar.com et sur le site Web de la société au www.kptissueinc.com.

Téléconférence sur les résultats du troisième trimestre
PTKP tiendra sa téléconférence du troisième trimestre le jeudi 8 novembre 2018 à 8 h 30, heure de l’Est.

Par téléphone : 1 877 223‑4471 ou 647 788‑4922

En ligne : www.kptissueinc.com

Les documents cités pendant la téléconférence seront disponibles au www.kptissueinc.com.

Il sera possible de réécouter la téléconférence jusqu’à minuit, le 15 novembre 2018, en composant le 1 800 585-8367 ou le 416 621-4642 (mot de passe : 1279747).

La téléconférence sera également accessible sur le site Web jusqu’au 15 novembre 2018 à minuit.

À propos de Papiers Tissu KP inc. (PTKP)
PTKP a été créée dans le but d’acquérir une participation économique dans PK S.E.C., comptabilisée en tant qu’investissement dans le capital-actions. PTKP détient actuellement une participation de 15,8 % dans PK S.E.C. Pour en savoir plus, visitez le www.kptissueinc.com.

À propos de Produits Kruger S.E.C. (PK S.E.C.)
PK S.E.C. est le premier fabricant canadien de produits de papier de qualité à usage domestique, industriel et commercial. La société offre aux consommateurs canadiens des marques reconnues, comme CashmereMD, PurexMD, SpongeTowelsMD, ScottiesMD et White SwanMD. Aux États-Unis, elle fabrique les produits de marque White CloudMD, de même que plusieurs produits de marques privées. Sa division des produits hors foyer fabrique des produits économiques de qualité et les distribue à une grande variété d’établissements commerciaux et publics. PK S.E.C. emploie quelque 2 500 personnes et exploite huit usines certifiées FSCMD (FSCMD C104904) en Amérique du Nord. Pour en savoir plus, visitez le www.produitskruger.ca.

MESURES NON CONFORMES AUX IFRS
Le présent communiqué de presse contient certaines mesures non conformes aux IFRS qui, selon PK S.E.C., fournissent des renseignements sur le rendement et la situation financière de la société qui sont utiles à la direction de PK S.E.C. et aux lecteurs. Ces mesures n’ont pas de définition normalisée aux termes des IFRS et pourraient donc ne pas se prêter aux comparaisons avec des mesures de nom similaire utilisées par d’autres sociétés. C’est le cas notamment du BAIIA ajusté. Depuis le T4 2015, conformément à la version révisée de l’Avis 52-306 du personnel des Autorités canadiennes en valeurs mobilières, nous présentons le BAIIA ajusté comme une mesure financière non conforme aux IFRS. Ce terme remplace une autre mesure financière non conforme aux IFRS, soit le BAIIA. Notre définition du BAIIA ajusté ne diffère pas de celle du BAIIA qui avait cours auparavant. Par conséquent, ce changement d’ordre terminologique n’a aucune incidence sur nos résultats financiers des périodes précédentes. Le BAIIA ajusté n’est pas une mesure de rendement conforme aux IFRS et ne devrait pas être considéré comme un substitut au bénéfice d’exploitation, au bénéfice net ou aux flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation établis conformément aux IFRS. Le BAIIA ajusté est calculé par PK S.E.C. comme étant le résultat net avant : i) la charge d’intérêts; ii) la charge d’impôt; iii) la dépréciation; iv) l’amortissement; v) la dépréciation (le gain sur la vente) des actifs non financiers; vi) la perte (gain) sur la vente d’immobilisations corporelles; vii) l’écart de conversion; viii) les coûts liés aux activités de restructuration; ix) la variation de la valeur après amortissement des passifs liés aux parts de société en commandite; x) les coûts non récurrents liés à la réévaluation du passif au titre des prestations de retraite (coût des services passés). Le rapprochement du BAIIA ajusté avec les résultats pertinents se trouve dans le rapport de gestion de PTKP et de PK S.E.C. sur le troisième trimestre clos le 30 septembre 2018, disponible sur SEDAR au www.sedar.com.

ÉNONCÉS PROSPECTIFS
Certains énoncés contenus dans le présent communiqué de presse constituent des énoncés prospectifs, notamment ceux concernant les projets, les attentes, les intentions, les résultats, l’intensité des activités, le rendement, les objectifs ou les réalisations, actuels et futurs, de PTKP et de PK S.E.C., ou tout autre événement ou développement futur. Les énoncés prospectifs figurant dans le présent communiqué de presse portent notamment sur ce qui suit : la construction potentielle de la machine à papier TAD2, le début de la construction de TAD2, le début de la production de TAD2, la capacité prévue de TAD2, les avantages de TAD2, le coût de TAD2 et la structure de financement anticipée et le début et le coût de financement pour TAD2; et les stratégies d’affaires futures de PK S.E.C. On reconnaît la nature prospective d’un énoncé à l’emploi de verbes comme « s’attendre à », « prévoir », « avoir l’intention de », « croire » ou « estimer », ainsi qu’à l’emploi de verbes au futur ou au conditionnel, ou de termes ou d’expressions comme « tendance », « potentiel » ou « vraisemblablement », y compris à la forme négative, ou encore de variantes de ces termes ou d’expressions ou d’autres termes analogues. Les renseignements de nature prospective sont fondés sur certaines attentes et hypothèses clés de PTKP ou de PK S.E.C., y compris celles relatives à la conclusion d’accords définitifs satisfaisants avec des tiers pour le financement de TAD2; la construction de TAD2 dans les délais et les budgets prévus; l’impact du projet TAD2 sur le BAIIA ajusté; l’attente d’une croissance continue des ventes de produits TAD aux États-Unis; l’augmentation réussie de la production de la nouvelle machine à papier à Crabtree; l’amélioration des résultats du segment des produits hors foyer; et l’ajout de certains détaillants américains au réseau de distribution de la marque White Cloud. Bien que PTKP et PK S.E.C. estime que ces attentes et hypothèses sont raisonnables, le lecteur ne doit pas s’y fier indûment, puisque rien ne garantit qu’elles s’avéreront exactes.

Les projections relatives au BAIIA ajusté du T4 2018 constituent des renseignements de nature prospective et sont par conséquent soumises aux incertitudes et aux risques énumérés ci-après. Les énoncés prospectifs visent à donner aux lecteurs une idée des attentes de la direction, en date du présent communiqué de presse, concernant le rendement futur de PK S.E.C. Les lecteurs sont prévenus que ces renseignements pourraient ne convenir à aucune autre fin.

Bon nombre de facteurs pourraient faire en sorte que les résultats, l’intensité des activités, le rendement, les réalisations réelles ou les événements et développements futurs de PK S.E.C. diffèrent sensiblement de ceux exprimés ou sous-entendus dans les énoncés prospectifs (ce qui pourrait se répercuter sur les retombées économiques de la participation de la société dans PK S.E.C.), y compris les facteurs ci-après, décrits en détail à la section Facteurs de risque – Risques propres à l’activité de PK S.E.C. de la notice annuelle de PTKP datée du 9 mars 2018, disponible sur SEDAR au www.sedar.com : l’influence de PTKP sur PK S.E.C.; la dépendance de PK S.E.C. envers PTKP; les conséquences d’un cas d’insolvabilité touchant PTKP; les risques associés à la machine TAD de Memphis; les risques d’exploitation; le bail foncier de l’usine de Gatineau; une augmentation importante du coût des intrants; une réduction de l’offre de fibre; une pression accrue sur les prix ou une intensification de la concurrence; l’incapacité de PK S.E.C. à innover efficacement; une conjoncture économique défavorable; la dépendance de PK S.E.C. envers des clients de détail clés; une atteinte à la réputation de PK S.E.C. ou de ses marques; des ventes moins importantes que prévu; l’incapacité de PK S.E.C. à exécuter ses stratégies d’affaires et d’exploitation; l’obligation de PK S.E.C. à faire des dépenses d’immobilisations régulières; une acquisition infructueuse par PK S.E.C.; la dépendance de PK S.E.C. envers des employés essentiels; l’incapacité de PK S.E.C. à retenir ses clients ou à en acquérir de nouveaux; la perte de fournisseurs essentiels; l’incapacité de PK S.E.C. à protéger adéquatement ses droits de propriété intellectuelle; la dépendance de PK S.E.C. envers des licences détenues par des tiers; des règlements de litiges ou de réclamations défavorables à PK S.E.C.; des dépenses importantes découlant de règlements environnementaux et nuisant aux flux de trésorerie; l’obligation de PK S.E.C. au titre des prestations constituées, déjà importante, qui pourrait être beaucoup plus élevée que prévu si les hypothèses sous-jacentes de la direction de PK S.E.C. devaient s’avérer inexactes; des conflits de travail nuisant à la structure de coûts de PK S.E.C. et compromettant sa capacité à maintenir ses usines en fonction; les variations de taux de change et la concurrence américaine; l’incapacité de PK S.E.C. à servir l’ensemble de sa dette; la responsabilité potentielle associée aux produits de consommation; le respect des clauses; les risques de taux d’intérêt et de refinancement; et les risques liés aux technologies de l’information, à la cybersécurité, aux assurances, aux contrôles internes, et au commerce.

Les lecteurs ne devraient pas se fier indûment aux énoncés prospectifs contenus dans les présentes. Ces énoncés sont présentés expressément, dans leur intégralité, sous réserve de la présente mise en garde, et sont formulés en date du présent communiqué de presse. PTKP ne s’engage aucunement à les mettre à jour publiquement à la lumière de faits nouveaux, subséquents ou autres, à moins d’y être obligée par une loi sur les valeurs mobilières.

RENSEIGNEMENTS

Francois Paroyan
Avocat et secrétaire général
Papiers Tissu KP inc.
Téléphone : 905 812‑6936
francois.paroyan@krugerproducts.ca

INVESTISSEURS

Mike Baldesarra
Directeur, Relations avec les investisseurs
Papiers Tissu KP inc.
Téléphone : 905 812‑6962
IR@KPTissueinc.com

Produits Kruger S.E.C.
État consolidé résumé non audité de la situation financière
(en milliers de dollars canadiens)
           
  Au 30 septembre 2018     Au 31 décembre 2017  
  $     $  
Actif          
Actifs courants          
Trésorerie et équivalents de trésorerie   26,929       8,837  
Créances clients et créances diverses   149,825       113,194  
Créances sur parties liées   217       85  
Partie courante des avances versées aux commanditaires   6,199       1,928  
Stocks   199,912       192,394  
Impôts à recouvrer   402       522  
Charges payées d’avance   10,417       8,007  
    393,901       324,967  
Actifs non courants          
Avances versées aux commanditaires   –        4,489  
Immobilisations corporelles   766,032       761,610  
Autres actifs non courants   10       6,331  
Goodwill   160,939       160,939  
Immobilisations incorporelles   15,272       15,327  
Actif d’impôt différé   29,902       26,092  
Total de l’actif   1,366,056       1,299,755  
           
Passif          
Passifs courants          
Dette bancaire   –        9,051  
Dettes fournisseurs et autres dettes   195,843       190,698  
Dettes envers des parties liées   4,546       2,596  
Impôt à payer   647       498  
Distributions à verser   10,620       10,382  
Partie courante des provisions   456       333  
Partie courante de la dette à long terme   202,649       190,947  
    414,761       404,505  
Passifs non courants          
Dette à long terme   286,738       225,368  
Provisions    5,850       5,973  
Prestations de retraite   91,870       119,558  
Avantages postérieurs au départ à la retraite   53,812       60,457  
Passifs attribuables à des parties autres que les porteurs de parts   853,031       815,861  
Partie courante du passif lié aux parts de société en commandite   1,928       1,928  
Partie non courante du passif lié aux parts de société en commandite   157,169       158,381  
Total du passif lié aux parts de société en commandite   159,097       160,309  
Total du passif   1,012,128       976,170  
           
Capitaux propres          
Parts de société en commandite   371,401       356,240  
Déficit   (94,507 )     (99,742 )
Cumul des autres éléments du résultat global   77,034       67,087  
Total des capitaux propres   353,928       323,585  
Total du passif et des capitaux propres   1,366,056       1,299,755  

Produits Kruger S.E.C.
État consolidé résumé non audité du résultat global
(en milliers de dollars canadiens)
                         
                         
    Trimestre clos le 30 septembre 2018     Trimestre clos le 24 septembre 2017     Période de neuf mois close le 30 septembre 2018     Période de neuf mois close le 24 septembre 2017  
    $     $     $     $  
                         
Produits     348,420       336,284       1,010,928       939,943  
                         
Charges                        
Coût des marchandises vendues     312,595       290,777       904,888       802,108  
Frais de vente, frais généraux et frais d’administration     20,573       20,726       63,594       66,467  
(Gain) perte sur la vente d’actifs non financiers     1       (12 )     (207 )     (80 )
Frais de restructuration, montant net     –        (245 )     1       (234 )
                         
Résultat d’exploitation     15,251       25,038       42,652       71,682  
                         
Charge d’intérêts     12,065       10,533       35,876       31,554  
Autres (produits) charges     (465 )     (2,103 )     544       1,860  
                         
Bénéfice avant impôts     3,651       16,608       6,232       38,268  
                         
Impôt sur le résultat     (545 )     158       (1,185 )     4,922  
                         
Résultat net de la période     4,196       16,450       7,417       33,346  
                         
Autres éléments du résultat global                        
Éléments qui ne seront pas reclassés en résultat net                        
Réévaluation des prestations de retraite     11,051       (5,424 )     28,722       (20,647 )
Réévaluation des avantages postérieurs au départ à la retraite     7,068       2,929       7,490       (272 )
Éléments susceptibles d’être reclassés en résultat net                        
Écart de conversion cumulé     (4,963 )     (23,774 )     9,947       (27,119 )
                         
Total des autres éléments du résultat global     13,156       (26,269 )     46,159       (48,038 )
                         
Résultat global     17,352       (9,819 )     53,576       (14,692 )

Produits Kruger S.E.C.
Tableau consolidé résumé non audité des flux de trésorerie
(en milliers de dollars canadiens)
                       
                       
  Trimestre clos le 30 septembre 2018     Trimestre clos le 24 septembre 2017     Période de neuf mois close le 30 septembre 2018     Période de neuf mois close le 24 septembre 2017  
  $     $     $     $  
Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation                      
Résultat net de la période   4,196       16,450       7,417       33,346  
Éléments sans effet sur la trésorerie                      
Dépréciation   12,640       14,350       38,023       38,414  
Amortissement   345       286       1,078       775  
Perte (gain) sur la vente d’immobilisations corporelles   –        –        434       (2 )
Variation de la valeur après amortissement du passif lié aux parts de société en commandite   –        (882 )     716       4,178  
Perte (gain) de change   (534 )     (1,221 )     123       (2,318 )
Variation de la juste valeur des instruments dérivés   69       –        (295 )     –   
Charge d’intérêts   12,065       10,533       35,876       31,554  
Passif au titre des prestations de retraite et des avantages postérieurs au départ à la retraite   2,931       2,513       9,850       7,539  
Provisions    25       (127 )     86       211  
Charge d’impôt   (545 )     158       (1,185 )     4,922  
Perte (gain) sur la vente d’actifs non financiers   1       (12 )     (207 )     (80 )
Total des éléments sans effet sur la trésorerie   26,997       25,598       84,499       85,193  
                       
Variation nette du fonds de roulement hors trésorerie   6,291       5,130       (34,609 )     (25,959 )
Cotisations aux régimes de retraite et d’avantages postérieurs au départ à la retraite   (4,169 )     (3,735 )     (12,308 )     (11,406 )
Provisions payées   –        (565 )     (247 )     (1,015 )
Impôt payé   (514 )     (115 )     (1,863 )     (3,169 )
                       
Flux de trésorerie nets liés aux activités d’exploitation   32,801       42,763       42,889       76,990  
                       
Flux de trésorerie liés aux activités d’investissement                      
Achats d’immobilisations corporelles   (7,551 )     (12,033 )     (35,869 )     (50,278 )
Intérêts incorporés payés   –        (116 )     –        (497 )
Subventions gouvernementales reçues   1,171       923       1,182       3,872  
Achats de logiciels   2       (460 )     (1,023 )     (460 )
Produit de la vente d’immobilisations corporelles   (1 )     14       323       1,184  
                       
Flux de trésorerie nets affectés aux activités d’investissement   (6,379 )     (11,672 )     (35,387 )     (46,179 )
                       
Flux de trésorerie liés aux activités de financement                      
Produit tiré de la dette à long terme   (112 )     (5,893 )     195,001       20,877  
Remboursement de la dette à long terme   (408 )     (4,749 )     (127,516 )     (5,250 )
Frais de financement reportés   (186 )     –        (4,103 )     (12 )
Intérêts payés sur la dette à long terme   (8,784 )     (7,819 )     (25,660 )     (18,930 )
Distributions et avances versées, montant net   (5,609 )     (8,263 )     (18,374 )     (25,992 )
                       
Flux de trésorerie nets liés aux activités de financement   (15,099 )     (26,724 )     19,348       (29,307 )
                       
Effet des variations du taux de change sur la trésorerie et les équivalents de trésorerie libellés en monnaies étrangères                      
    (186 )     (1,924 )     293       (2,011 )
                       
Augmentation (diminution) de la trésorerie et des équivalents de trésorerie   11,137       2,443       27,143       (507 )
                       
Trésorerie et équivalents de trésorerie au début de la période   15,792       24,554       (214 )     27,504  
                       
Trésorerie et équivalents de trésorerie à la fin de la période   26,929       26,997       26,929       26,997  

Produits Kruger S.E.C.
Résultats par segments et régions
(en milliers de dollars canadiens)
                         
  Trimestre clos le
30 septembre 2018
    Trimestre clos le
24 septembre 2017
    Période de neuf mois close le
30 septembre 2018
    Période de neuf mois close le
24 septembre 2017
   
  $     $     $     $    
                         
Résultats par segments                        
                         
Produits par segments                        
Usage domestique   287,090       272,917       832,281       763,996    
Hors foyer   59,428       62,497       172,537       171,090    
Autres   1,902       870       6,110       4,857    
                         
Total   348,420       336,284       1,010,928       939,943    
                         
BAIIA ajusté par segments                        
Usage domestique   35,317       38,077       97,391       105,951    
Hors foyer   (4,830 )     1,852       (8,263 )     4,840    
Autres   (2,249 )     (512 )     (7,147 )     (236 )  
                         
Total   28,238       39,417       81,981       110,555    
                         
Rapprochement avec le résultat net                        
                         
Dotation aux amortissements et dépréciation d’actifs   12,986       14,636       39,101       39,189    
Charge d’intérêts   12,065       10,533       35,876       31,554    
Variation de la valeur après amortissement du passif lié aux parts de société en commandite   –       (882 )     716       4,178    
Variation de la juste valeur des instruments dérivés   69       –       (295 )     –    
(Gain) perte sur la vente d’immobilisations corporelles   –       –       434       (2 )  
(Gain) perte sur la vente d’actifs non financiers   1       (12 )     (207 )     (80 )  
Frais de restructuration, montant net   –       (245 )     1       (234 )  
(Gain) perte de change   (534 )     (1,221 )     123       (2,318 )  
                         
Résultat avant impôts   3,651       16,608       6,232       38,268    
                         
Impôt sur le résultat   (545 )     158       (1,185 )     4,922    
                         
Résultat net   4,196       16,450       7,417       33,346    
                         
Produits par régions                        
                         
Canada   205,082       209,289       596,075       570,949    
États-Unis   119,727       113,157       351,631       332,710    
Mexique   23,611       13,838       63,222       36,284    
                         
Total   348,420       336,284       1,010,928       939,943    

Papiers Tissu KP inc.
État résumé non audité de la situation financière
(en milliers de dollars canadiens)
             
  Au 30 septembre 2018     Au 31 décembre 2017    
  $     $    
Actif            
             
Actifs courants            
Distributions à recevoir   1,683       1,658    
Créances sur la société en commandite   614       –     
Impôts à recouvrer   527       826    
    2,824       2,484    
             
Actifs non courants            
Participation dans une entreprise associée   98,458       98,674    
             
Total du passif   101,282       101,158    
             
Passif            
             
Passifs courants            
Dividendes à verser   1,683       1,658    
Dettes envers la société en commandite   –        52    
Partie courante des avances reçues de la société en commandite   1,005       309    
    2,688       2,019    
Passifs non courants            
Avances reçues de la société en commandite   –        731    
Impôts différés   2,535       1,483    
             
Total du passif   5,223       4,233    
             
Capitaux propres            
             
Actions ordinaires   16,577       15,014    
Surplus d’apport   144,819       144,819    
Déficit   (79,035 )     (74,952 )  
Cumul des autres éléments du résultat global   13,698       12,044    
             
Total des capitaux propres   96,059       96,925    
             
Total du passif et des capitaux propres   101,282       101,158    

Papiers Tissu KP inc.
État résumé non audité du résultat global
(en milliers de dollars canadiens, sauf le nombre d’actions et les montants par action)
                       
  Trimestre clos le 30 septembre 2018     Trimestre clos le 24 septembre 2017     Période de neuf mois close le 30 septembre 2018     Période de neuf mois close le 24 septembre 2017  
  $     $     $     $  
                       
Gain (perte) en capitaux propres   (789 )     1,179       (3,186 )     931  
                       
Gain résultant d’une dilution   49       39       138       136  
                       
Résultat avant impôts   (740 )     1,218       (3,048 )     1,067  
                       
Impôt sur le résultat   92       1,288       (49 )     2,288  
                       
Perte nette   (832 )     (70 )     (2,999 )     (1,221 )
                       
Autres éléments du résultat global nets de la charge (du recouvrement) d’impôt                      
                       
Éléments qui ne seront pas reclassés en résultat net                      
Réévaluation des prestations de retraite   1,526       (755 )     3,974       (2,885 )
Réévaluation des avantages postérieurs au départ à la retraite   701       287       760       (27 )
Éléments susceptibles d’être reclassés en résultat net                      
Écart de conversion cumulé   (851 )     (4,086 )     1,654       (4,705 )
                       
Total des autres éléments du résultat global   1,376       (4,554 )     6,388       (7,617 )
                       
Résultat global   544       (4,624 )     3,389       (8,838 )
                       
Perte de base par action   (0.09 )     (0.01 )     (0.32 )     (0.13 )
                       
Nombre moyen pondéré d’actions en circulation   9,341,392       9,176,138       9,292,592       9,146,312  

Papiers Tissu KP inc.
Tableau résumé non audité des flux de trésorerie
(en milliers de dollars canadiens)
                       
  Trimestre clos le 30 septembre 2018     Trimestre clos le 24 septembre 2017     Période de neuf mois close le 30 septembre 2018     Période de neuf mois close le 24 septembre 2017  
  $     $     $     $  
Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation                      
Perte nette   (832 )     (70 )     (2,999 )     (1,221 )
Éléments sans effet sur la trésorerie                      
Perte (gain) en capitaux propres   789       (1,179 )     3,186       (931 )
Gain résultant d’une dilution   (49 )     (39 )     (138 )     (136 )
Impôt sur le résultat   92       1,288       (49 )     2,288  
Total des éléments sans effet sur la trésorerie   832       70       2,999       1,221  
                       
Variation nette du fonds de roulement hors trésorerie   –       (219 )     –       478  
Impôt payé   –       (225 )     (274 )     (1,999 )
Distributions à des fins fiscales reçues   –       –       –       481  
Avances reçues   –       444       274       1,040  
                       
Flux de trésorerie nets liés aux activités d’exploitation   –       –       –       –  
                       
Flux de trésorerie liés aux activités d’investissement                      
Distributions de parts de société en commandite reçues   1,181       1,218       3,482       3,586  
                       
Flux de trésorerie nets liés aux activités d’investissement   1,181       1,218       3,482       3,586  
                       
Flux de trésorerie liés affectés aux activités de financement                      
Dividendes versés   (1,181 )     (1,218 )     (3,482 )     (3,586 )
                       
Flux de trésorerie affectés aux activités de financement   (1,181 )     (1,218 )     (3,482 )     (3,586 )
                       
Augmentation (réduction) de la trésorerie et des équivalents de trésorerie   –       –       –       –  
                       
Trésorerie et équivalents de trésorerie au début de la période   –       –       –       –  
                       
Trésorerie et équivalents de trésorerie à la fin de la période   –       –       –       –  

TELUS Corporation – Avis de dividende en espèces

VANCOUVER, Colombie-Britannique, 08 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — AVIS EST PAR LES PRÉSENTES DONNÉ que le conseil d’administration a déclaré un dividende trimestriel de 0,545 $ CA par action sur les actions ordinaires émises et en circulation. Ce dividende sera versé le 2 janvier 2019 aux détenteurs inscrits à la clôture des marchés le 11 décembre 2018.

Par ordre du conseil d’administration

Monique Mercier
Vice-présidente à la direction et chef de la gouvernance

Vancouver (Colombie-Britannique)
Le 7 novembre 2018

Information : Relations avec les investisseurs
1-800-667-4871
ir@telus.com

TELUS annonce d’excellents résultats au troisième trimestre de 2018

Croissance des produits d’exploitation consolidés et du BAIIA de 11 pour cent et de 8,2 pour cent respectivement et croissance du flux de trésorerie disponible de 41 pour cent; à l’exclusion des effets de la vente de TELUS Garden et du don à la Fondation TELUS pour un futur meilleur, hausse des produits d’exploitation et du BAIIA de 5,8 pour cent et de 6,4 pour cent respectivement

Forte croissance du nombre total de clients, en hausse de 187 000, dont 199 000 nouveaux abonnés des services mobiles, Internet et de télévision

Ajouts nets de 145 000 abonnés des services mobiles, dont 109 000 nouveaux abonnés des services postpayés, et plus faible taux de désabonnement des services mobiles postpayés de l’industrie (0,87 pour cent), ce qui témoigne de l’excellence du service à la clientèle et du réseau; croissance la plus forte du nombre de clients des services mobiles depuis le T3 de 2010

Ajouts de 42 000 abonnés des services filaires et forte croissance de la clientèle des services Internet et de télévision découlant de notre résultat record du T3 en matière de fidélisation de la clientèle et de notre position de chef de file en matière de réseaux à large bande

Croissance du dividende trimestriel, qui s’est établi à 0,545 $ par action, notre 16e hausse du dividende depuis 2011; remise de 1,2 milliard de dollars aux actionnaires en 2018 dans le cadre de notre programme de croissance du dividende

Dépenses en immobilisations prévues d’environ 2,85 milliards de dollars en 2019, comparables à celles de 2018

VANCOUVER, Colombie-Britannique, 08 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — TELUS Corporation a publié aujourd’hui ses résultats non vérifiés du troisième trimestre de 2018. Au cours du trimestre, les produits d’exploitation consolidés de 3,8 milliards de dollars ont augmenté de 11 pour cent par rapport à la période correspondante de l’an dernier. Cette croissance a été stimulée par une hausse des produits tirés du réseau mobile et de l’équipement, une croissance des produits tirés des services filaires et une hausse des autres produits d’exploitation découlant de la quote-part des bénéfices non récurrents des coentreprises immobilières de 171 millions de dollars en raison de la vente de TELUS Garden. À l’exclusion de cette quote-part des bénéfices, les produits d’exploitation consolidés ont augmenté de 5,8 pour cent.

Le bénéfice d’exploitation avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) a augmenté de 8,2 pour cent pour s’établir à 1,3 milliard de dollars en raison de la croissance supérieure des produits dont il est question ci-dessus et de l’amélioration des marges sur l’équipement mobile. Cette croissance a été amoindrie partiellement par la hausse des charges au titre des avantages sociaux des employés découlant des récentes acquisitions d’entreprise et par l’augmentation des coûts liés au soutien à la clientèle en croissance. Le BAIIA ajusté a connu une hausse de 6,4 pour cent à l’exclusion du gain net tiré de la vente de TELUS Garden, ainsi que des coûts de restructuration et autres coûts, qui englobaient notre don de 118 millions de dollars à la Fondation TELUS pour un futur meilleur. 

« TELUS a affiché d’excellents résultats opérationnels et financiers au troisième trimestre, notamment une croissance soutenue de la clientèle dans les deux segments, mobile et filaire. Ces résultats s’appuient sur le maintien d’un excellent rendement en matière de fidélisation de la clientèle et de revenus à long terme pour les services mobiles et filaires, a affirmé Darren Entwistle, président et chef de la direction. Fait important, l’équipe TELUS continue d’afficher le meilleur taux de désabonnement des services mobiles postpayés de l’industrie et a enregistré des taux records de rétention des clients des services Internet haute vitesse et de télévision au troisième trimestre. Ce rendement a été stimulé par la détermination constante de l’équipe à fournir une expérience client exceptionnelle et s’appuie sur nos investissements générationnels continus dans nos réseaux filaires et mobiles à large bande de premier ordre, qui sont les piliers de la fructueuse stratégie de croissance à long terme de TELUS. »

« L’efficacité de nos investissements dans les technologies à large bande se reflète dans le titre, encore une fois obtenu par TELUS, d’entreprise au réseau mobile le plus rapide au Canada selon PCMag, a ajouté M. Entwistle. Cette réalisation répétée repose sur notre feuille de route remarquable en matière d’excellence du réseau, TELUS ayant déjà obtenu le premier rang dans tous les principaux rapports sur les réseaux mobiles cette année, soit ceux d’Ookla, de J.D. Power et d’OpenSignal. TELUS a obtenu chacune de ces distinctions pour la deuxième année consécutive au moins, ce qui met en évidence la supériorité constante des réseaux à large bande qu’elle met à la disposition des citoyens du pays. »

« L’augmentation du dividende annoncée aujourd’hui, attribuable à la croissance du flux de trésorerie disponible de 41 pour cent, représente la seizième hausse depuis 2011, et la quatrième de notre plus récent programme triennal de croissance du dividende, lequel vise une augmentation annuelle de 7 à 10 pour cent jusqu’en 2019, a poursuivi M. Entwistle. Nous continuons ainsi de fournir aux investisseurs le meilleur programme pluriannuel de croissance du dividende de l’industrie, qui génère encore une valeur considérable pour nos actionnaires. Depuis 2004, TELUS a notamment remis 16 milliards de dollars à ses actionnaires, dont 10,8 milliards de dollars en dividendes, ce qui représente 27 $ par action. Nous sommes impatients d’informer les investisseurs des progrès réalisés dans le cadre de ce programme lors de l’assemblée générale annuelle de 2019. »

« Pour le troisième trimestre de 2018, TELUS a affiché des résultats opérationnels et financiers positifs, ce qui témoigne de la solidité de nos multiples offres de produits et de services, de notre engagement envers l’excellence du service à la clientèle et de la supériorité de notre réseau, a déclaré Doug French, vice-président à la direction et chef des services financiers. Nos investissements stratégiques dans les immobilisations portent visiblement leurs fruits, comme en font foi nos très bons résultats sur le plan du nombre d’abonnés et de la fidélisation. Grâce à eux, nous sommes en bonne voie de maintenir notre position de chef de file en matière de réseau alors que nous préparons l’arrivée de la technologie 5G. »

« À l’approche de l’important dernier trimestre de 2018, nous continuons de mettre l’accent sur l’exécution de la stratégie, l’amplification des efforts de réduction des coûts, la croissance de la clientèle faisant augmenter les marges, et les investissements pour soutenir la stratégie de croissance. Aujourd’hui, nous haussons notre prévision pour l’année 2018 en entier quant aux coûts de restructuration et autres coûts, ce qui comprend un montant additionnel de 50 millions de dollars pour simplifier davantage nos activités et améliorer l’efficacité du service offert à notre clientèle en croissance. Enregistré au quatrième trimestre de 2018, cet investissement supplémentaire dans la restructuration devrait générer des économies annuelles de plus de 50 millions de dollars dès le début de l’année prochaine. Entre-temps, notre ratio de dette nette par rapport au BAIIA continue de s’améliorer, ce qui nous place dans une position favorable pour 2019. »

Du côté des services mobiles, les produits tirés du réseau ont augmenté de 2,2 pour cent pour atteindre 1,5 milliard de dollars, ce qui témoigne de la croissance continue de la clientèle et de la hausse de la proportion de clients qui optent pour des forfaits comprenant un lot de données supérieur ou qui ajoutent périodiquement des lots de données. Ce résultat a été partiellement compensé par la diminution de l’utilisation des données facturable et par la pression exercée sur le prix des forfaits par la concurrence.

Du côté des services filaires, les produits tirés des services de données ont augmenté de 15 pour cent pour atteindre 1,2 milliard de dollars, ce qui témoigne de divers facteurs : croissance des produits tirés des contrats de service à la clientèle et de services d’affaires, laquelle est attribuable à l’augmentation des volumes d’affaires faisant suite aux acquisitions d’entreprise et à la reprise de la croissance organique; hausse des produits tirés des services Internet et de données améliorées découlant de l’augmentation des produits d’exploitation par client et de la croissance constante du nombre d’abonnés des services Internet haute vitesse; hausse du chiffre d’affaires de TELUS Santé découlant des acquisitions d’entreprise; hausse des produits tirés des services de sécurité résidentielle et commerciale; et augmentation des produits tirés de TELUS TV en raison de la croissance du nombre d’abonnés.

Pendant le trimestre, TELUS a attiré 199 000 nouveaux abonnés des services mobiles, des services Internet haute vitesse et des services TELUS TV, soit une hausse de 47 000 abonnés ou 31 pour cent par rapport au même trimestre de l’exercice précédent. Les ajouts nets se sont élevés à 145 000 dans le secteur mobile (dont 109 000 nouveaux abonnés nets pour les services mobiles postpayés), à 36 000 abonnés pour le service Internet haute vitesse et à 18 000 clients pour TELUS TV. Le nombre total d’abonnés des services mobiles de TELUS se chiffre à 9,2 millions, soit une hausse de 3,7 pour cent par rapport à l’année dernière et une hausse de 4,5 pour cent du nombre d’abonnés des services postpayés, qui atteint 8,2 millions. Le nombre de connexions Internet haute vitesse a augmenté de 6,3 pour cent pour atteindre 1,8 million au cours des 12 derniers mois, et le nombre d’abonnés du service TELUS TV continue de se chiffrer à 1,1 million.

Pour le trimestre, le bénéfice net de 447 millions de dollars représente une hausse de 10 pour cent par rapport à la même période de l’exercice précédent, tandis que la croissance du BAIIA a été partiellement compensée par une augmentation de l’amortissement découlant de la croissance de nos actifs, qui s’explique en partie par les acquisitions d’entreprise et par la hausse des coûts de financement. La hausse des coûts de financement englobe aussi une prime de remboursement anticipé de la dette à long terme de 34 millions de dollars, en raison du rachat anticipé de notre émission de 1 milliard de dollars de billets de série CG à un taux de 5,05 pour cent arrivant à échéance en décembre 2019. Le bénéfice par action (BPA) de base, qui s’est établi à 0,74 $, a augmenté de 8,8 pour cent par rapport à la même période de l’exercice précédent. Le bénéfice net ajusté de 445 millions de dollars a augmenté de 6,7 pour cent par rapport à la même période de l’exercice précédent, tandis que le BPA ajusté de 0,74 $ a connu une hausse de 5,7 pour cent.

APERÇU DES RÉSULTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS
 
En dollars canadiens et en millions,
sauf les données par action
Trimestre clos le
30 septembre
Variation  
(non audités) 2018 2017(1) en %   
Produits d’exploitation(2) 3 774 3 404 10,9  
Dépenses d’exploitation avant amortissement(3) 2 425 2 160 12,3  
BAIIA(4) 1 349 1 244 8,2  
BAIIA ajusté(4)(5) 1 351 1 267 6,4  
Bénéfice net 447 406 10,1  
Bénéfice net rajusté(6) 445 417 6,7  
Bénéfice net attribuable aux actions ordinaires 443 403 9,9  
BPA de base 0,74 0,68 8,8  
BPA de base ajusté(6) 0,74 0,70 5,7  
Dépenses en immobilisations (excluant les licences de spectre) 762 821 (7,2 )
Flux de trésorerie disponible(7) 303 215 40,9  
Connexions d’abonnés totales(8) (en milliers) 13 311 12 942 2,9  

(1)   Nos résultats pour 2017 ont été rajustés pour tenir compte de l’application rétroactive des normes IFRS 15 et IFRS 9 qui ont été adoptées le 1er janvier 2018.
(2)   Les produits d’exploitation consolidés du troisième trimestre de 2018 comprennent la quote-part des bénéfices non récurrents des coentreprises immobilières de 171 millions de dollars résultant de la vente de TELUS Garden, dont une proportion de 50 pour cent a été attribuée à chacun des segments, mobile et filaire. À l’exclusion de l’effet de la quote-part des bénéfices des coentreprises immobilières découlant de la vente de TELUS Garden, les produits d’exploitation ont augmenté de 5,8 pour cent.
(3)   Les dépenses d’exploitation avant amortissement du troisième trimestre de 2018 comprennent un don de 118 millions de dollars à la Fondation TELUS pour un futur meilleur, dont une proportion de 50 pour cent a été attribuée à chacun des segments, mobile et filaire. Sur les 118 millions de dollars, un don initial de 100 millions a été versé en actions ordinaires de TELUS, et le reste sera versé au cours d’une période de 10 ans. À l’exclusion du don, les dépenses d’exploitation avant amortissement ont augmenté de 6,8 pour cent.
(4)   Le BAIIA est une mesure non définie par les PCGR qui n’a pas de signification normalisée prescrite par les IFRS de l’IASB. Nous donnons des prévisions et faisons état du BAIIA parce qu’il s’agit d’une mesure clé pour évaluer la performance. Pour obtenir une définition et une explication approfondies de cette mesure, consulter la rubrique « Mesures non soumises aux principes comptables généralement reconnus et autres mesures financières » du présent communiqué ou la rubrique 11.1 du rapport de gestion du troisième trimestre de 2018.
(5)   Le BAIIA ajusté du troisième trimestre de 2018 et de 2017 exclut les coûts de restructuration et autres coûts de 173 millions de dollars et 23 millions de dollars, respectivement, ainsi que les gains et la quote-part des bénéfices non récurrents des coentreprises immobilières.
(6)   Le bénéfice net ajusté et le BPA de base ajusté sont des mesures non définies par les PCGR qui n’ont pas de signification normalisée prescrite par les IFRS de l’IASB. Ces termes sont définis dans le présent communiqué de presse comme excluant du bénéfice net attribuable aux actions ordinaires et du BPA de base (après impôts sur les bénéfices) : les coûts de restructuration et autres coûts, les gains nets et la quote-part des bénéfices non récurrents des coentreprises immobilières, la prime de remboursement anticipé de la dette à long terme et les redressements d’impôt favorables. Pour consulter une analyse approfondie du bénéfice net ajusté et du BPA de base ajusté, consulter la rubrique « Mesures non soumises aux principes comptables généralement reconnus et autres mesures financières » ou la rubrique 1.3 du rapport de gestion du troisième trimestre de 2018. 
(7)   Le flux de trésorerie disponible est une mesure non définie par les PCGR qui n’a pas de signification normalisée prescrite par les IFRS de l’IASB. Pour obtenir une définition et une explication approfondies de cette mesure, consulter la rubrique « Mesures non soumises aux principes comptables généralement reconnus et autres mesures financières » du présent communiqué ou la rubrique 11.1 du rapport de gestion du troisième trimestre de 2018.
(8)   La somme des abonnés actifs des services mobiles, des lignes d’accès au réseau résidentiel, des abonnés des services Internet haute vitesse et des abonnés de TELUS TV est mesurée à la fin des périodes respectives selon les renseignements provenant du système de facturation et d’autres systèmes. Le 1er avril 2017, les soldes d’ouverture pour le nombre d’abonnés des services postpayés, le nombre total d’abonnés et les statistiques d’exploitation connexes (ajouts bruts, ajouts nets, facturation moyenne par appareil d’abonné [FMAA] mensuelle, produit moyen par appareil d’abonné [PMAA] mensuel et taux de désabonnement) ont été rajustés de manière à inclure un transfert estimatif de 85 000 abonnés de Manitoba Telecom Services Inc. (MTS). Par la suite, le 1er octobre 2017, le nombre d’abonnés des services postpayés, le nombre total d’abonnés et les statistiques d’exploitation associées ont fait l’objet d’un rajustement pour réduire l’estimation du nombre de transferts d’abonnés de MTS de 11 000 et l’établir à 74 000. Le 1er avril 2018, de manière prospective, nous avons rajusté le nombre cumulatif de connexions d’abonnés pour retirer environ 68 000 abonnés de TELUS TV, car nous avons cessé de commercialiser le produit TV Satellite.

Faits saillants des activités du troisième trimestre de 2018

Services mobiles de TELUS

  • Les produits d’exploitation externes provenant du secteur mobile ont augmenté de 169 millions de dollars ou de 8,5 pour cent en raison de la hausse des produits tirés du réseau et de l’équipement, ainsi que de la hausse des autres produits d’exploitation découlant de la quote-part des bénéfices non récurrents des coentreprises immobilières en raison de la vente de TELUS Garden. À l’exclusion de cette quote-part des bénéfices non récurrents, les produits d’exploitation externes des services mobiles ont augmenté de 4,2 pour cent.
  • Les produits tirés du réseau mobile ont connu une hausse de 34 millions de dollars ou 2,2 pour cent d’une année à l’autre pour atteindre 1,5 milliard de dollars. Cette croissance a été stimulée par une croissance soutenue des abonnés et une proportion accrue de clients qui optent pour des forfaits comprenant un lot de données supérieur ou qui ajoutent périodiquement des lots de données. Toutefois, ces résultats ont été partiellement compensés par la diminution de l’utilisation des données facturable et par la pression exercée sur le prix des forfaits par la concurrence. 
  • Les produits tirés de l’équipement mobile et d’autres services ont augmenté de 50 millions de dollars ou 10,8 pour cent, en grande partie grâce à la proportion accrue de téléphones intelligents à valeur supérieure parmi les ajouts bruts et les volumes de rétention. Ils ont été partiellement compensés par une diminution de la valeur des nouvelles ententes de services postpayés.
  • La facturation moyenne par appareil d’abonné (FMAA) de 68,64 $ est demeurée essentiellement stable par rapport à la même période de l’exercice précédent, ce qui témoigne d’une diminution de l’utilisation des données facturable et d’une pression exercée sur le prix des forfaits par la concurrence, qui compensent la croissance des clients qui optent pour des forfaits comprenant un lot de données supérieur et la proportion accrue de téléphones intelligents à valeur supérieure parmi les ajouts bruts et les volumes de rétention.
  • Le taux de désabonnement des services postpayés de 0,87 pour cent est resté relativement faible, même si la hausse des désabonnements attribuable à la concurrence intense est venue neutraliser en partie l’effet de nos initiatives visant à accorder la priorité aux clients, de nos programmes de rétention de la clientèle et de l’excellente qualité de notre réseau. Il s’agit de la vingtième fois au cours des vingt et un derniers trimestres que notre taux de désabonnement des services postpayés est inférieur à un pour cent.
  • Le nombre de nouveaux abonnés nets des services mobiles postpayés, soit 109 000, a diminué de 6 000 par rapport à la même période l’an dernier en raison de la concurrence féroce. Les nouveaux abonnés nets aux services prépayés étaient au nombre de 36 000, ce qui correspond à une hausse de 27 000 par rapport à la même période de l’année précédente en raison d’offres promotionnelles réussies et d’une baisse du taux de désabonnement.
  • Le BAIIA de 921 millions de dollars a augmenté de 79 millions de dollars ou 9,3 pour cent, tandis que le BAIIA ajusté de 912 millions de dollars a augmenté de 59 millions de dollars ou 6,8 pour cent par rapport à l’année dernière, ce qui reflète la croissance des produits tirés du réseau découlant de l’augmentation du nombre de clients et de l’amélioration des marges sur l’équipement, laquelle a été amoindrie en partie par l’augmentation des coûts administratifs et des coûts liés au soutien à la clientèle découlant de la croissance du nombre d’abonnés et des dépenses d’exploitation du réseau. Si l’on exclut les incidences de la norme IFRS 15, le BAIIA ajusté de 866 millions de dollars a augmenté de 53 millions de dollars, ou 6,5 pour cent.
  • Les dépenses en immobilisations du secteur mobile ont diminué de 19 millions de dollars ou 8 pour cent par rapport à la même période l’an dernier en raison d’une baisse des investissements dans les infrastructures mobiles.

Services filaires de TELUS

  • Les produits d’exploitation externes tirés des services filaires ont augmenté de 201 millions de dollars ou 14,1 pour cent pour atteindre 1,6 milliard de dollars. Cette croissance a été stimulée par une croissance supérieure des produits tirés des services de données et une hausse des autres produits d’exploitation découlant de la quote-part des bénéfices non récurrents en raison de la vente de TELUS Garden. À l’exclusion de cette quote-part des bénéfices non récurrents, les produits d’exploitation externes des services filaires ont augmenté de 8,1 pour cent.
  • Les produits tirés des services de données ont augmenté de 149 millions de dollars ou 14,6 pour cent en raison de la croissance des produits tirés des contrats de service à la clientèle et de services d’affaires, laquelle est attribuable à l’augmentation des volumes d’affaires faisant suite aux acquisitions d’entreprise et à la reprise de la croissance organique, ainsi que de la hausse des produits tirés des services Internet et de données améliorées découlant de l’augmentation des produits d’exploitation par client et de la hausse du nombre d’abonnés des services Internet haute vitesse. La hausse du chiffre d’affaires de TELUS Santé découlant de la croissance tirée des acquisitions d’entreprise, la hausse des produits tirés des services de sécurité résidentielle et commerciale et l’augmentation des produits tirés de TELUS TV en raison de la croissance du nombre d’abonnés ont aussi favorisé la croissance des produits tirés des services de données.
  • Le nombre net de nouveaux abonnés du service Internet haute vitesse, soit 36 000 abonnés, a augmenté de 17 000 abonnés par rapport au même trimestre de l’exercice précédent en raison de la demande accrue des clients envers nos services haute vitesse à large bande, y compris la fibre optique jusqu’au domicile, et de l’amélioration du taux de désabonnement, qui reflète l’accent mis sur l’exécution des initiatives « Les clients d’abord » et des programmes de rétention.
  • Le nombre net de nouveaux abonnés aux services TELUS TV, soit 18 000 abonnés, a augmenté de 9 000 abonnés par rapport au même trimestre de l’exercice précédent, ce qui reflète la baisse du taux de désabonnement découlant des efforts soutenus en matière de rétention de la clientèle et la hausse du nombre d’ajouts bruts découlant de nos offres de produits diversifiées.
  • Les pertes de lignes résidentielles se chiffrant à 12 000 représentent une amélioration de 8 000 par rapport au même trimestre de l’exercice précédent, ce qui témoigne du succès de nos efforts soutenus en matière de rétention de la clientèle. Les pertes de lignes résidentielles continuent de souligner la tendance consistant à remplacer ces lignes par les services mobiles et Internet. Au cours des 12 derniers mois de la période qui s’est terminée le 30 septembre 2018, nous avons enregistré une baisse de 4 pour cent du nombre de lignes résidentielles, par rapport à une diminution de 6 pour cent au cours des 12 derniers mois de la période qui s’est terminée le 30 septembre 2017.
  • Le BAIIA des services filaires de 428 millions de dollars a augmenté de 26 millions de dollars ou 6,1 pour cent, tandis que le BAIIA ajusté a augmenté de 25 millions de dollars ou 5,7 pour cent en raison de la croissance des marges des services Internet et de TELUS Santé, ainsi que d’une augmentation des produits tirés des contrats de service à la clientèle et de services d’affaires. Ces résultats ont été partiellement compensés par le déclin continu des services vocaux traditionnels. Si l’on exclut les incidences de la norme IFRS 15, le BAIIA ajusté de 429 millions de dollars a connu une hausse de 2,1 pour cent.
  • Les dépenses en immobilisations du secteur filaire ont diminué de 40 millions de dollars ou 6,8 pour cent par rapport à la même période de l’an dernier, surtout en raison de la baisse des dépenses relatives à l’équipement du client et d’une réduction prévue des dépenses en immobilisations liées aux réseaux à large bande. Nous avons continué de relier des résidences et des entreprises directement au réseau à fibre optique et d’effectuer des investissements dans la fiabilité des systèmes de soutien et l’efficacité opérationnelle. À la fin du troisième trimestre de 2018, le réseau TELUS PureFibre couvre environ 1,74 million d’adresses ou 56 pour cent des 3,1 millions d’adresses ayant accès à notre service haute vitesse à large bande. Il s’agit d’une hausse d’environ 410 000 adresses par rapport à la même période de l’exercice précédent.

Établissement de l’objectif préliminaire de dépenses en immobilisations de TELUS pour 2019
En 2019, les dépenses en immobilisations, excluant les licences de spectre, devraient être semblables à l’objectif de 2018, soit environ 2,85 milliards de dollars. Nous allons continuer de relier des résidences et des entreprises directement à notre réseau à fibre optique PureFibre, tout en maintenant notre stratégie de mise en œuvre de petites cellules visant à élargir notre couverture et à préparer une évolution plus efficace et rapide vers la technologie 5G. De plus, nous comptons continuer d’investir dans nos systèmes de soutien pour favoriser l’efficacité opérationnelle continue et celle du service offert à notre clientèle en croissance.

Déclaration de dividende – Hausse du dividende trimestriel, qui passe à 0,545 $ par action
Le conseil d’administration de TELUS a déclaré un dividende trimestriel de 0,545 $ par action sur les actions ordinaires émises et en circulation de la Société. Ce dividende sera versé le 2 janvier 2019 aux détenteurs inscrits à la clôture des marchés le 11 décembre 2018.

Ce dividende du quatrième trimestre représente une augmentation de 0,04 $ ou 7,9 pour cent par rapport au dividende trimestriel de 0,505 $ versé le 2 janvier 2018. Il s’agit en outre de la seizième hausse de dividende depuis que TELUS a annoncé son programme pluriannuel de croissance du dividende en mai 2011.

Vente de TELUS Garden et don à la Fondation TELUS pour un futur meilleur
En août, la coentreprise immobilière TELUS Garden a vendu son immeuble à revenus et ses actifs nets connexes. L’acheteur a pris en charge l’hypothèque à 3,7 % et les obligations à 3,4 % qui garantissaient l’immeuble à revenus. Conformément à la méthode de comptabilisation à la valeur de consolidation, nous avons établi notre part des gains non récurrents à 171 millions de dollars. Parallèlement, nous nous sommes engagés à faire un don de 118 millions de dollars à la Fondation TELUS pour un futur meilleur pour aider les jeunes vulnérables à s’épanouir pleinement dans la société numérique en leur facilitant l’accès aux soins de santé et aux programmes éducatifs. Sur ces 118 millions de dollars, un don initial de 100 millions a été versé au troisième trimestre de 2018 en actions ordinaires de TELUS Corporation acquises sur le marché, et le reste sera versé au cours d’une période de 10 ans. La Fondation offrira des subventions à des organismes de bienfaisance locaux à l’échelle du pays qui viennent directement en aide aux jeunes défavorisés dans les collectivités. Grâce à ces subventions, la Fondation aidera les comités d’investissement communautaire à mettre les jeunes en contact avec les personnes et les perspectives qui comptent le plus pour eux.

Denise Pickett se joint au conseil d’administration
Le 1er novembre 2018, Denise Pickett s’est jointe à notre conseil d’administration. Denise a été nommée chef de la gestion des risques et présidente du service mondial de la gestion des risques, des services bancaires et de la conformité d’American Express en février 2018. De 1992 à aujourd’hui, elle a gravi les échelons au sein d’American Express. Elle a été directrice nationale d’American Express Canada, et présidente et chef de la direction de la Banque Amex du Canada. Denise a ensuite déménagé aux États-Unis, où elle a occupé jusqu’à tout récemment le poste de présidente d’American Express OPEN, la division des petites entreprises, puis celui de présidente des services aux consommateurs aux États-Unis. Elle a aussi été membre du conseil d’administration de la Compagnie de la Baie d’Hudson (de 2012 à 2018) et agit à titre de vice-présidente du conseil d’administration de United Way of New York City (Centraide). Denise est titulaire d’un MBA en marketing de la Schulich School of Business de l’Université York et d’un baccalauréat spécialisé en biologie humaine et en physiologie de l’Université de Toronto. Elle a été nommée une des femmes les plus influentes dans le secteur des paiements par Payment Source en 2018.

Faits saillants de la Société
Au nom de ses clients, de ses actionnaires et de son équipe, TELUS contribue à l’économie canadienne et investit de façon importante dans les collectivités qu’elle sert et où vivent et travaillent les membres de son équipe. Par exemple :       

  • En payant, recueillant et versant un total d’environ 1,4 milliard de dollars en taxes et impôts pendant les neuf premiers mois de 2018 au profit des gouvernements et des municipalités du Canada. Ce montant est constitué d’impôts sur le bénéfice des sociétés, de taxes de vente, d’impôts fonciers, de la part de l’employeur des cotisations sociales et de divers droits réglementaires. Depuis 2000, nous avons versé environ 24 milliards de dollars en taxes et impôts.
  • En versant pour plus de 50 millions de dollars en frais de renouvellement du spectre à Innovation, Sciences et Développement économique Canada lors des neuf premiers mois de 2018. Depuis 2000, nos remises visant les taxes et le spectre versées aux gouvernements et aux municipalités du Canada ont totalisé environ 29 milliards de dollars.
  • En investissant environ 2,2 milliards de dollars sous forme de dépenses en immobilisations, principalement dans les collectivités de partout au Canada, au cours des neuf premiers mois de 2018, et environ 37 milliards de dollars depuis 2000.
  • En dépensant 6,1 milliards de dollars dans les activités d’exploitation au cours des neuf premiers mois de 2018, notamment par l’achat de biens et de services au coût d’environ 4,4 milliards de dollars. Depuis 2000, nous avons dépensé respectivement 113 milliards de dollars et 75 milliards de dollars dans ces secteurs.
  • En versant aux membres de l’équipe des salaires totalisant 2 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de 2018, dont 111 millions de dollars en cotisations sociales. Depuis 2000, TELUS a versé un total de 44 milliards de dollars en salaires aux membres de l’équipe.
  • En versant, en quatre versements trimestriels en 2018, 1,2 milliard de dollars en dividendes aux actionnaires particuliers, aux détenteurs de fonds communs de placement, aux pensionnés et aux investisseurs institutionnels. En distribuant environ 16 milliards de dollars aux actionnaires au moyen de nos programmes de dividendes et de rachats d’actions depuis 2004, dont 10,8 milliards de dollars en dividendes, soit 27 $ par action.

Accès à l’information sur les résultats trimestriels
Les investisseurs, les représentants des médias et toute autre personne intéressée peuvent consulter ce communiqué sur les résultats trimestriels, le rapport de gestion, les diapositives sur les résultats trimestriels, la version audio et la transcription de la webdiffusion à l’intention des investisseurs, ainsi que des renseignements financiers supplémentaires à telus.com/investisseurs.

La conférence téléphonique de TELUS sur les résultats du troisième trimestre de 2018 est fixée au jeudi 8 novembre 2018 à 9 h 30, HE (6 h 30, HP) et comprendra un exposé suivi d’une période de questions avec les analystes. Les parties intéressées peuvent accéder à la webdiffusion à telus.com/investisseurs. Un enregistrement sera accessible du 8 novembre au 15 décembre 2018 au 1-855-201-2300. Veuillez utiliser le numéro de référence 1238355# et le code d’accès 77377#. La webdiffusion sera également archivée à telus.com/investisseurs, et la transcription sera affichée sur le site web après quelques jours ouvrables.

Mises en garde concernant les énoncés prospectifs
Le présent communiqué contient des énoncés prospectifs relatifs aux événements à venir ainsi qu’au rendement financier et opérationnel de TELUS Corporation. « TELUS » et « nous » désignent aux présentes TELUS Corporation ainsi que, si le contexte s’y prête ou l’exige, les filiales de celle-ci.

Les énoncés prospectifs comprennent tout énoncé non fondé sur des faits passés. Ils portent entre autres sur nos objectifs et les stratégies déployées pour les atteindre, nos perspectives et nos prévisions de rendement, notre actualité, nos objectifs de dépenses en immobilisations et notre programme pluriannuel de croissance du dividende. Les énoncés prospectifs se caractérisent généralement par des mots comme « hypothèse », « but », « prévisions », « objectif », « perspectives », « stratégie », « cible » et autres expressions semblables, par des verbes comme « viser », « anticiper », « croire », « s’attendre à », « s’efforcer », « planifier », « prévoir », « chercher » ou « estimer », ainsi que par l’emploi du conditionnel ou du futur.

Par nature, les énoncés prospectifs présentent des risques et des incertitudes. Ils sont basés sur des hypothèses, relatives entre autres à l’évolution de la situation et des stratégies économiques. Ces hypothèses étant susceptibles de se révéler inexactes, il est possible que nos résultats ou les événements diffèrent sensiblement des prévisions formulées expressément ou implicitement dans les énoncés prospectifs.

Nos perspectives et hypothèses générales pour 2018 sont énoncées à la rubrique 9 intitulée « Tendances, perspectives et hypothèses générales » du rapport de gestion de notre Rapport annuel 2017, et actualisées dans la rubrique 9 intitulée « Mise à jour relative aux tendances, perspectives et hypothèses générales ainsi qu’aux évolutions et procédures réglementaires » du rapport de gestion pour le troisième trimestre de 2018. Nos principales hypothèses pour 2018 sont les suivantes :

  • Léger ralentissement de la croissance économique au Canada en 2018, estimée à 2,1 %, comme il a été indiqué dans le rapport de gestion du premier trimestre de 2018 (auparavant 2,2 % dans le rapport de gestion annuel 2017; 3,1 % en 2017). En ce qui concerne les provinces de l’Ouest canadien où nous agissons comme entreprise de services locaux titulaire, la Colombie-Britannique devrait afficher une croissance économique de 2,2 % en 2018 (auparavant 2,5 % dans le rapport de gestion annuel 2017; 3,4 % en 2017) et l’Alberta devrait aussi afficher une croissance économique de 2,2 % en 2018 (auparavant 2,4 % dans le rapport de gestion annuel 2017; 3,9 % en 2017).
  • Aucune décision réglementaire ou mesure gouvernementale à fortes retombées négatives.
  • Maintien de l’intense concurrence sur les marchés mobile et filaire, aussi bien sur le marché consommateurs que sur le marché d’affaires.
  • Renforcement du taux de pénétration du marché canadien par le secteur mobile.
  • Poursuite du passage des abonnés à des téléphones intelligents gros consommateurs de données, par désir de connectivité mobile accrue à Internet.
  • Croissance des produits du secteur mobile découlant de l’augmentation du nombre d’abonnés aux services postpayés et de la facturation moyenne par appareil d’abonné (FMAA).
  • Maintien des dépenses visant l’acquisition et la rétention d’abonnés mobiles, en fonction du nombre brut de mises en service et de renouvellements, de l’intensité de la concurrence et des préférences des clients.
  • Poursuite de la croissance des produits issus des services de données filaires, découlant de l’augmentation du nombre d’abonnés Internet haute vitesse et TELUS TV, des augmentations de débit, de l’expansion de l’infrastructure à large bande, ainsi que des solutions d’affaires en matière d’impartition et de soins de santé.
  • Poursuite de l’érosion des produits issus des services vocaux filaires, découlant de la substitution technologique, du recours croissant aux forfaits interurbains tout-en-un et du recul des ventes de gros.
  • Poursuite de nos initiatives « Les clients d’abord » et de nos efforts visant le maintien des probabilités que nos clients nous recommandent.
  • Régimes de retraite des employés à prestations déterminées : dépenses d’environ 97 millions de dollars consacrées aux prestations de retraite, et d’environ 14 millions de dollars consacrées au financement des intérêts nets liés au financement des régimes de retraite des employés à prestations déterminées; taux de 3,40 % en ce qui concerne l’actualisation des obligations, et taux de 3,50 % en ce qui concerne les frais de services comptables liés aux régimes de retraite des employés à prestations déterminées; et financement des régimes de retraite à prestations déterminées à hauteur d’environ 50 millions de dollars.
  • Les coûts de restructuration et autres coûts ont été révisés à environ 300 millions de dollars, tandis que la prévision indiquée dans le rapport de gestion annuel 2017 était d’environ 135 millions de dollars. Cette modification a été apportée pour tenir compte du don de 118 millions de dollars à la Fondation TELUS pour un futur meilleur, des gains d’efficacité opérationnelle supplémentaires et des coûts liés au personnel. Nous investissons continuellement dans des initiatives d’efficacité opérationnelle, tout comme dans nos produits, nos services et nos technologies, tout en continuant d’accroître l’efficacité de notre structure de coûts. La hausse des coûts de restructuration et autres coûts de 2018 améliorera notre structure de coûts globale et notre efficacité opérationnelle et nous permettra de demeurer en bonne posture dans notre secteur dynamique et de soutenir la croissance de nos priorités stratégiques essentielles.
  • Impôt sur les bénéfices calculé au taux légal applicable de 26,7 à 27,3 %, et versements d’impôt d’environ 170 à 230 millions de dollars (contre 191 millions de dollars en 2017). Les versements d’impôt devraient être relativement équivalents à ceux de 2017.
  • Investissements additionnels dans l’infrastructure à large bande à l’heure où nous en sommes presque à 50 % de la couverture visée, y compris l’expansion de notre réseau de fibre optique, le renforcement et les mises à niveau de nos capacités 4G LTE, ainsi que les investissements au profit de la résilience et de la fiabilité du réseau et des systèmes.
  • Aucune enchère du spectre mobile prévue en 2018.
  • Stabilisation de la valeur moyenne du dollar canadien par rapport au dollar américain (0,77 $ US en 2017).

Les risques et incertitudes susceptibles de faire en sorte que le rendement ou les événements s’écartent sensiblement des énoncés prospectifs figurant aux présentes et dans d’autres documents déposés par TELUS ont entre autres trait à ce qui suit :

  • La concurrence, y compris notre capacité à assurer la rétention des clients en leur offrant une expérience client améliorée, incluant le déploiement et l’exploitation d’un réseau mobile et filaire qui ne cesse d’évoluer; la capacité des concurrents au sein de l’industrie à conjuguer des services d’accès à Internet haute vitesse et, dans certains cas, des services mobiles moyennant un seul tarif mensuel groupé ou réduit, avec leurs services de télédiffusion ou leurs services de télévision par satellite existants; le succès remporté par les nouveaux produits et services lancés sur ces réseaux, et les systèmes de soutien comme la sécurité domotique et les services Internet des objets (« IdO ») en ce qui a trait aux appareils connectés à Internet; l’intense rivalité continue touchant tous les services entre les entreprises de télécommunications offrant des services mobiles et filaires, les câblodistributeurs, d’autres entreprises de communications et des entreprises offrant des services par contournement qui, entre autres choses, crée des pressions sur le montant facturé mensuel moyen par appareil d’abonné (le « MFMAA ») actuel et futur (tel qu’il est décrit à la rubrique 5, « Analyse des résultats d’exploitation »), sur les produits mensuels moyens par appareil d’abonné (les « PMAA »), sur les frais d’acquisition et de rétention et sur les taux de désabonnement liés à tous les services, comme le font les habitudes d’utilisation des clients, la tendance favorisant les tarifs fixes pour les services de transmission de la voix et de données, y compris les forfaits liés aux services de transmission de la voix et de données et la disponibilité des réseaux Wi‑Fi permettant la transmission de données; les fusions et les acquisitions de concurrents au sein de l’industrie; les pressions sur les PMAA et les taux de désabonnement liés au service Internet haute vitesse et au service de télévision découlant des conditions du marché, des mesures prises par le gouvernement et des habitudes d’utilisation des clients; les pertes de lignes résidentielles et de lignes d’affaires d’accès au réseau; les ajouts d’abonnés et les volumes de rétention des abonnés aux services mobiles, aux services de télévision et au service Internet haute vitesse ainsi que les coûts connexes; notre capacité d’obtenir et d’offrir du contenu en temps opportun au moyen de divers appareils sur les plateformes mobiles et de télévision, à un coût raisonnable; notre capacité à faire face à la concurrence au chapitre de l’externalisation des services à la clientèle et aux entreprises, compte tenu de la notoriété des marques de nos concurrents, des regroupements et des alliances stratégiques ainsi que des faits nouveaux en matière de technologie et de notre capacité à continuer de fournir une expérience qui répond aux attentes des clients en matière de service ou excède ces attentes et, en ce qui concerne nos services TELUS Santé, de notre capacité à livrer concurrence aux autres fournisseurs de dossiers médicaux électroniques et de produits de gestion de pharmacies, aux fournisseurs de services d’intégration de systèmes et de services de santé, y compris les concurrents qui offrent une gamme intégrée verticalement de prestation de services de santé, des solutions en TI et de services connexes, de même qu’aux fournisseurs mondiaux qui pourraient accroître leur présence au Canada.
     
  • Le remplacement de la technologie, y compris l’utilisation réduite et la banalisation accrue des services filaires locaux et interurbains de transmission de la voix traditionnels découlant de l’incidence des applications de services par contournement et du remplacement des services mobiles; le recul général du marché en ce qui concerne les services de télévision payés, notamment en raison du piratage de contenu et du vol de signaux, ainsi qu’en raison de la prestation accrue aux consommateurs de services vidéo directs par contournement et de l’accroissement des plateformes de distribution de programmation vidéo multichaîne virtuelle; l’accroissement du nombre de foyers qui utilisent uniquement des services téléphoniques mobiles ou par Internet; la baisse potentielle du MFMAA et des PMAA tirés des services mobiles, en raison notamment du remplacement de la technologie en faveur de la messagerie textuelle et des applications de services par contournement; le remplacement par les services Wi-Fi de plus en plus accessibles; ainsi que les technologies perturbatrices, notamment les services par contournement IP tels que le Réseau intelligent dans le marché des affaires, qui pourraient supplanter nos services de transmission de données existants ou donner lieu à une retarification de ces services.
     
  • La technologie, y compris la demande des abonnés visant les services de transmission de données qui pourrait mettre à l’épreuve la capacité du réseau et la capacité spectrale dans l’avenir et pourrait entraîner une hausse des coûts liés à la prestation de ces services; notre recours à la technologie de l’information et notre besoin de rationaliser nos systèmes existants; les options au chapitre de la technologie, les voies d’évolution des technologies et les plans de mise en œuvre des plateformes de distribution vidéo et des technologies de réseau de télécommunications (y compris les initiatives liées aux réseaux à large bande, telles que le déploiement de la fibre optique jusqu’aux locaux de l’abonné [« FTTP »] et le déploiement de petites cellules pour les services mobiles, la technologie mobile 5G et la disponibilité de ressources et notre aptitude à accroître de façon adéquate la capacité du réseau à large bande); notre recours à des ententes de partage de réseau mobile, ce qui a facilité le déploiement de nos technologies mobiles; le choix des fournisseurs et la capacité de ces derniers à maintenir leurs gammes de produits et à offrir des services à l’égard de ces produits, ce qui pourrait avoir une incidence sur la réussite de la mise à niveau et de l’évolution de la technologie que nous offrons; les contraintes auxquelles les fournisseurs sont exposés et le taux de concentration et de pénétration sur le marché des fournisseurs d’équipement pour réseaux, de services TELUS TV® et d’appareils mobiles; le rendement de la technologie mobile; notre besoin prévu à long terme d’acquérir du spectre additionnel dans le cadre des futures enchères de spectre et auprès de tiers afin de composer avec la demande croissante visant les services de transmission de données; le déploiement et l’exploitation de nouvelles technologies de réseau filaire à large bande à un coût raisonnable et d’une disponibilité raisonnable, ainsi que le succès remporté par les nouveaux produits et services lancés à l’aide de ces technologies de réseau; la fiabilité du réseau et la gestion des changements; les outils d’autoapprentissage et l’automatisation, qui pourraient modifier notre façon d’interagir avec les clients; et les incertitudes à l’égard de notre stratégie visant à remplacer certaines technologies de réseau filaire et certains systèmes et services filaires existants afin de réduire les coûts d’exploitation.
     
  • Les décisions réglementaires et les changements à la réglementation, y compris les interventions possibles du gouvernement afin d’accroître davantage la concurrence pour les services mobiles; la possibilité que surviennent des interventions des organismes de réglementation relativement à l’instance en cours du CRTC visant les forfaits de données seulement à moindre coût; les futures enchères de spectre et décisions de politique concernant le spectre, y compris la quantité de spectre que TELUS peut acquérir et son coût en vertu du Cadre technique, politique et de délivrance de licences concernant le spectre de la bande de 600 MHz, ainsi que le coût et la disponibilité du spectre dans la bande de 3 500 MHz et du spectre des ondes millimétriques; les restrictions concernant l’acquisition, la vente et le transfert de licences de spectre; l’examen, par Innovation, Sciences et Développement économique Canada (« ISDE ), du renouvellement des licences de spectre de TELUS visant le spectre des SSFE-1 et du bloc G du SCP qui sont censées expirer à la fin de 2018 et au début de 2019; l’incidence de l’examen des services filaires de gros effectué par le CRTC, l’examen des tarifs d’accès et des configurations pour les services de gros pour TELUS, lequel est en cours; les modifications visant le fardeau financier associé aux interconnexions de réseau ordonnées par le CRTC; les différends avec certaines municipalités concernant les règlements municipaux visant les droits de passage; d’autres menaces possibles visant l’autorité de réglementation fédérale unitaire en matière de télécommunications, y compris les lois provinciales visant les services mobiles et celles visant la protection du consommateur; l’étude de marché portant sur la concurrence touchant les services à large bande qu’effectue le Bureau de la concurrence; le rapport que doit publier le CRTC relativement aux pratiques de détail des grandes entreprises de télécommunications au Canada, à la demande du gouverneur en conseil; le retrait progressif effectué par le CRTC relativement au régime de subvention du service local et la mise en place correspondante d’un régime de financement de la large bande afin de prendre en charge l’amélioration des services Internet haute vitesse, principalement dans les régions mal desservies au Canada; l’examen, par le CRTC, des régimes de plafonnement des prix et d’abstention locale; la mise en œuvre, par le CRTC, des nouvelles initiatives mentionnées dans son rapport « Emboîter le pas au changement : L’avenir de la distribution de la programmation au Canada », publié en mai 2018; l’intégration verticale de l’industrie de la radiodiffusion ayant fait en sorte que des concurrents sont propriétaires de services de contenu de radiodiffusion ainsi que la mise en application efficace et au moment opportun des balises réglementaires connexes; l’examen de la Loi sur le droit d’auteur qui a été amorcé au début de 2018; l’examen, par le gouvernement fédéral, de la Loi sur la radiodiffusion, de la Loi sur les télécommunications et de la Loi sur la radiocommunication annoncé le 5 juin 2018; la ratification prévue et la mise en œuvre de l’Accord États‑Unis-Mexique-Canada; les restrictions concernant la propriété et le contrôle d’actions ordinaires de TELUS par des non‑Canadiens; et la surveillance continue et la conformité à ces restrictions; notre capacité à nous conformer aux règlements complexes et évolutifs visant le secteur des soins de santé et des appareils médicaux dans les provinces canadiennes où nous exerçons des activités, notamment à titre d’exploitant de cliniques de santé.
     
  • Le niveau des dépenses d’investissement et les décaissements possibles aux fins de l’acquisition de licences de spectre dans le cadre des enchères de spectre ou auprès de tiers, en raison de nos initiatives liées aux services à large bande, y compris le branchement direct de plus de foyers et d’entreprises aux installations à fibres optiques; de notre déploiement continu de plus récentes technologies mobiles, y compris la technologie des petites cellules pour les services mobiles, afin d’améliorer la couverture et la capacité et de nous préparer à une évolution plus efficace et rapide vers les services mobiles 5G; de l’utilisation du spectre acquis; des investissements dans la résilience et la fiabilité du réseau; de la demande des abonnés visant les services de transmission de données; des systèmes et des processus d’affaires en pleine évolution; de la mise en œuvre d’initiatives en matière d’efficience; du soutien relatif aux contrats d’envergure et complexes; ainsi que des futures enchères de spectre pour les services sans fil que doit tenir ISDE, y compris les enchères de spectre dans la bande de fréquence de 600 MHz qui doivent avoir lieu en mars 2019 et qui entraîneront une augmentation des dépenses. Si nous n’atteignons pas nos objectifs au chapitre des résultats d’exploitation et des résultats financiers, cela pourrait influer sur les niveaux de nos dépenses d’investissement.
     
  • Les questions touchant les ressources humaines, y compris l’embauche, la rétention et la formation appropriée du personnel dans une industrie hautement concurrentielle et le niveau de participation des employés.
     
  • Les risques liés à la performance opérationnelle et aux regroupements d’entreprises, y compris notre dépendance à l’égard des systèmes en place et la capacité à offrir et à soutenir de nouveaux produits et services ainsi que les activités commerciales au moment opportun; notre capacité à assurer une gestion efficace des changements liés au remplacement et à la mise à niveau des systèmes, à la réingénierie des processus et à l’intégration des activités (comme notre capacité à faire en sorte que l’intégration de ces acquisitions, les dessaisissements ou l’établissement de partenariats soient fructueux et effectués au moment opportun, et à concrétiser les avantages stratégiques prévus, notamment ceux liés à la conformité aux ordonnances réglementaires); notre capacité à identifier et à gérer les nouveaux risques inhérents aux nouveaux services que nous pouvons offrir, y compris ceux découlant des acquisitions, qui pourraient nuire à notre marque, à nos activités dans un domaine donné ou à nos activités en général, ou nous exposer à d’autres litiges ou d’autres instances réglementaires; la mise en œuvre d’ententes complexes avec de grandes entreprises qui pourraient être touchées de façon défavorable par les ressources disponibles; les limites des systèmes et le niveau de collaboration d’autres fournisseurs de services; notre capacité à gérer avec succès nos activités à l’étranger, y compris la gestion des risques tels que ceux liés aux fluctuations du change; ainsi que les risques liés aux activités de réaménagement des coentreprises immobilières.
  • Les événements touchant la continuité des activités, y compris notre capacité à maintenir notre service à la clientèle et à exploiter nos réseaux en cas d’erreurs humaines ou de menaces liées aux interventions humaines, telles que les cyberattaques et les pannes d’équipement susceptibles d’entraîner diverses interruptions du réseau; les perturbations, les retards et les facteurs économiques liés à la chaîne d’approvisionnement, notamment ceux découlant de restrictions de la part des gouvernements ou de mesures commerciales; les menaces de catastrophes naturelles; les épidémies; les pandémies; l’instabilité politique dans certains pays; les atteintes à la sécurité de l’information et à la vie privée, y compris la perte ou le vol de données; les menaces intentionnelles concernant notre infrastructure et nos activités; ainsi que l’exhaustivité et l’efficacité des plans et des mesures de continuité des activités et de reprise après sinistre.
     
  • La capacité de mettre en œuvre avec succès les initiatives en matière de réduction des coûts et de réaliser les économies prévues, déduction faite des coûts de restructuration et autres coûts, tout en demeurant axés sur le service à la clientèle et en s’assurant que ces initiatives n’aient pas d’incidence négative sur les activités commerciales. Les exemples de ces initiatives comprennent notre programme d’efficience et d’efficacité opérationnelles visant à soutenir une amélioration des résultats financiers, y compris les avantages futurs de l’initiative de rémunération remaniée dont les droits sont immédiatement acquis mise en œuvre en 2016; l’intégration des activités; la simplification des produits à l’intention des entreprises clientes; l’impartition des processus d’affaires; les activités de délocalisation et de réorganisation, y compris tous programmes de réduction du nombre d’employés équivalents temps plein (« ETP »); les initiatives d’approvisionnement; ainsi que la rationalisation de biens immobiliers. Nous continuerons d’évaluer et de mettre en œuvre d’autres initiatives d’efficience et d’efficacité au chapitre des produits et des coûts.
     
  • Les exigences en matière de financement et d’endettement, y compris notre capacité d’effectuer des financements et de maintenir des notations du crédit de première qualité se situant dans la fourchette BBB+, ou des notations équivalentes.
     
  • La capacité de maintenir notre programme de croissance du dividende jusqu’en 2019. Ce programme pourrait être touché par des facteurs comme l’environnement concurrentiel, la performance économique au Canada, notre bénéfice et nos flux de trésorerie disponibles, le niveau de nos dépenses d’investissement et l’acquisition de licences de spectre, les acquisitions, la gestion de notre structure du capital, ainsi que les décisions et les faits nouveaux en matière de réglementation. Les décisions concernant les dividendes trimestriels sont assujetties à une évaluation et à une détermination effectuées par le conseil d’administration (le « conseil ») en fonction de la situation financière et des perspectives de la société. Nous pouvons racheter des actions en vertu de notre offre publique de rachat dans le cours normal des activités, au moment souhaité et si nous estimons que cela représente une bonne occasion, en fonction de la situation financière et des perspectives de la société, et du cours des actions de TELUS sur le marché. Il n’existe aucune certitude que notre programme de croissance du dividende ou toute offre publique de rachat dans le cours normal des activités seront maintenus jusqu’en 2019 ni qu’ils ne feront pas l’objet de modifications ou seront menés à terme d’ici 2019.
     
  • Les questions fiscales, y compris les interprétations de lois fiscales complexes au pays et à l’étranger par les administrations fiscales qui pourraient différer de nos interprétations; la nature des produits et des déductions et le moment auquel sont comptabilisés les produits ainsi que les déductions telles que l’amortissement aux fins de l’impôt et les charges d’exploitation; les crédits d’impôt ou autres attributs; les modifications apportées aux lois fiscales, y compris les taux d’imposition; le fait que les charges d’impôt varient considérablement des montants prévus, y compris l’assujettissement à l’impôt du bénéfice et la déductibilité des attributs fiscaux; le fait qu’il n’est plus possible de différer l’impôt sur le résultat au moyen de l’utilisation de fins d’année d’imposition différentes pour les sociétés de personnes en exploitation et les entreprises associées; ainsi que les modifications apportées à l’interprétation des lois fiscales, notamment en raison des modifications apportées aux normes comptables applicables, et l’adoption de procédures de vérification plus rigoureuses par les administrations fiscales, des redressements ou des décisions défavorables des tribunaux ayant une incidence sur l’impôt que nous sommes tenus de payer.
     
  • Les litiges et les questions d’ordre juridique, y compris notre capacité à donner suite avec succès aux enquêtes et aux instances réglementaires; notre capacité à bien assurer notre défense dans le cadre des réclamations et des poursuites actuelles et possibles, y compris les réclamations en matière de violation de la propriété intellectuelle et les recours collectifs fondés sur des réclamations faites par des consommateurs, des infractions aux données personnelles, à la vie privée et à la sécurité, ainsi que la responsabilité sur le marché secondaire; de même que le caractère complexe que revêt la conformité aux lois au pays et à l’étranger, y compris le respect des lois sur la concurrence, des lois anticorruption et des lois concernant les pratiques de corruption à l’étranger.
     
  • La santé, la sécurité et l’environnement, y compris le temps de travail perdu découlant d’une maladie ou d’une blessure; les préoccupations du public relatives aux émissions de radiofréquences; les questions d’ordre environnemental qui touchent nos activités, incluant les changements climatiques, les déchets et le recyclage des déchets; les risques liés aux systèmes d’alimentation au carburant dans nos immeubles; et les attentes en constante évolution du gouvernement et du public pour ce qui est des questions environnementales et de nos réponses.
     
  • La croissance et les fluctuations de l’économie, y compris la situation économique au Canada, qui pourrait être touchée par des faits nouveaux d’ordre économique et d’autres faits nouveaux à l’étranger, y compris l’issue possible de politiques et de mesures encore inconnues à ce jour pouvant être adoptées par des gouvernements étrangers; les taux d’intérêt futurs; l’inflation; les taux de chômage; l’incidence des fluctuations des prix du pétrole; l’incidence des faibles dépenses des entreprises (notamment une réduction des investissements et de la structure de coûts); le rendement et la capitalisation des régimes de retraite de même que les taux d’actualisation; ainsi que les taux de change entre le dollar canadien et le dollar américain.

Ces risques sont décrits en détail à la rubrique 9, intitulée « Tendances générales, perspectives et hypothèses » et à la rubrique 10, intitulée « Risques et gestion des risques », du rapport de gestion annuel 2017. Ces descriptions sont intégrées par renvoi dans cette mise en garde, mais ne représentent pas une liste complète des risques pouvant avoir une incidence sur TELUS.

Nombre de ces facteurs sont indépendants de notre volonté ou vont au-delà de nos attentes ou de nos connaissances. D’autres risques ou incertitudes dont nous ignorons l’existence ou que nous jugeons non pertinents pour l’instant peuvent aussi nuire grandement à notre situation financière, à notre rendement financier, à nos flux de trésorerie, à notre entreprise ou à notre réputation. À moins d’indications contraires dans le présent document, les énoncés prospectifs formulés aux présentes n’expriment pas les effets potentiels d’éléments spéciaux ou non récurrents, ni de fusions, d’acquisitions, de cessions ou d’autres combinaisons ou transactions commerciales pouvant être annoncées ou survenir après la date du présent document.

Les lecteurs sont avertis de ne pas se fier indûment aux énoncés prospectifs. Ces énoncés décrivent nos attentes et s’appuient sur nos hypothèses à la date de publication du document. Ils sont sujets à changer après cette date. À moins que la loi ne l’exige, nous n’avons ni l’intention ni l’obligation de mettre à jour ou de réviser les énoncés prospectifs contenus dans le présent document. Les énoncés prospectifs contenus dans ce communiqué sont présentés dans le but d’aider les investisseurs et autres personnes intéressées à comprendre certains éléments clés de nos résultats financiers escomptés en 2018 et en 2019 ainsi que nos objectifs, priorités stratégiques et perspectives commerciales. Ces renseignements pourraient ne pas se prêter à d’autres fins.

Cette mise en garde vise l’ensemble des énoncés prospectifs inclus dans le présent document.

Mesures non soumises aux principes comptables généralement reconnus et autres mesures financières
Nous avons fait état de mesures non soumises aux PCGR utilisées pour évaluer le rendement de TELUS ainsi que pour déterminer le niveau de conformité avec les clauses restrictives et gérer notre structure de capital. Comme les mesures non soumises aux PCGR n’ont habituellement pas de définition standard, leur comparaison avec des mesures semblables présentées par d’autres émetteurs pourrait ne pas tenir. En vertu de la réglementation sur les valeurs mobilières, de telles mesures doivent être définies clairement et faire l’objet d’un rapprochement avec les mesures conformes aux PCGR les plus semblables.

Bénéfice net ajusté et bénéfice par action de base ajusté : Ces mesures servent à évaluer le rendement à un niveau consolidé et excluent les éléments pouvant occulter les tendances de fond sur le plan du rendement de l’entreprise. Ces mesures ne doivent pas être considérées comme une solution de remplacement au bénéfice net et au bénéfice par action de base lors de l’évaluation du rendement de TELUS. Selon la perspective de la direction, les éléments pouvant occulter les tendances de fond relatives au rendement de l’entreprise comprennent les gains et les pertes d’importance associés aux partenariats pour le réaménagement immobilier, les gains réalisés grâce aux échanges de licences de spectre mobile, les coûts de restructuration et autres coûts, les primes de remboursement anticipé de la dette à long terme (s’il y a lieu), les ajustements liés à l’impôt sur les bénéfices et la mise hors service d’immobilisations dans le cadre d’activités de restructuration.

Rapprochement du bénéfice net ajusté
En dollars canadiens et en millions Trimestre clos le
30 septembre
Variation  
  2018   2017   en dollars   
Bénéfice net attribuable aux actions ordinaires 443   403   40  
Réintégrer (déduire) :      
Coûts de restructuration et autres coûts, après l’impôt sur les bénéfices1 130   16   114  
Redressements d’impôt favorables (3 ) (2 ) (1 )
Gains et quote-part des bénéfices non récurrents des coentreprises immobilières, après l’impôt sur les bénéfices2 (150 )   (150 )
Prime de remboursement anticipé de la dette à long terme, après l’impôt sur les bénéfices 25     25  
Bénéfice net ajusté 445   417   28  
  1. Comprend le don à la Fondation TELUS pour un futur meilleur de 90 millions de dollars, après l’impôt sur les bénéfices, au troisième trimestre de 2018.
  2. Comprend la quote-part des bénéfices découlant de la vente de TELUS Garden de 150 millions de dollars, après l’impôt sur les bénéfices, au troisième trimestre de 2018.
Rapprochement du BPA de base ajusté    
En dollars canadiens, montants par action Trimestre clos le
30 septembre
Variation
  2018   2017   en dollars
BPA de base 0,74   0,68   0,06  
Réintégrer (déduire) :      
Coûts de restructuration et autres coûts, après l’impôt sur les bénéfices, par action1 0,22   0,03   0,19  
Redressements d’impôt favorables, par action (0,01 ) (0,01 )  
Gains et quote-part des bénéfices non récurrents des coentreprises immobilières, après l’impôt sur les bénéfices, par action2 (0,25 )   (0,25 )
Prime de remboursement anticipé de la dette à long terme, après l’impôt sur les bénéfices, par action 0,04     0,04  
BPA de base ajusté 0,74   0,70   0,04  
  1. Comprend le don à la Fondation TELUS pour un futur meilleur de 0,15 $ par action, après l’impôt sur les bénéfices, au troisième trimestre de 2018.
  2. Comprend la quote-part des bénéfices découlant de la vente de TELUS Garden de 0,25 $ par action, après l’impôt sur les bénéfices, au troisième trimestre de 2018.

BAIIA (bénéfice d’exploitation avant intérêts, impôts et amortissement) : Nous avons fait état du BAIIA et fourni des indications à ce sujet, car il s’agit d’un instrument clé de l’évaluation du rendement à un niveau consolidé. Souvent déclaré, le BAIIA est une mesure couramment utilisée par les investisseurs et les établissements de crédit comme indicateur du rendement opérationnel d’une entreprise et de sa capacité à contracter des dettes et à les honorer, et comme indicateur d’évaluation. Le BAIIA ne doit pas servir de solution de remplacement au bénéfice net pour l’évaluation du rendement de TELUS, pas plus qu’il ne doit servir de mesure exclusive des flux de trésorerie. Le BAIIA, tel que le calcule TELUS, équivaut aux produits d’exploitation moins le total des charges pour l’achat de biens et services et des charges pour les avantages sociaux des employés.

Nous calculons aussi le BAIIA ajusté de façon à en exclure les éléments non représentatifs de nos activités courantes et ne devant pas, selon nous, faire partie d’un indicateur d’évaluation, ou ne devant pas être inclus dans l’évaluation de notre capacité à contracter des dettes et à les honorer.

Rapprochement du BAIIA ajusté
En dollars canadiens et en millions Trimestre clos le
30 septembre
  2018   2017
Bénéfice net 447   406
Coûts de financement 196   149
Impôts sur les bénéfices 134   142
Amortissement 419   410
Amortissement des immobilisations incorporelles 153   137
BAIIA 1 349   1 244
Réintégration des coûts de restructuration et des autres coûts inclus dans le BAIIA 173   23
Déduction des gains et de la quote-part des bénéfices des coentreprises immobilières (171 )
BAIIA ajusté 1 351   1 267

Flux de trésorerie disponible : Nous rendons compte de cette mesure comme indicateur supplémentaire de notre rendement opérationnel. Cette donnée ne doit pas être considérée comme une solution de remplacement aux mesures indiquées dans l’état consolidé des flux de trésorerie. Le flux de trésorerie disponible exclut certains changements au fonds de roulement (créances clients et fournisseurs), le produit d’actifs cédés, et d’autres sources de fonds et leur utilisation, comme le signale l’état consolidé des flux de trésorerie. Il indique la somme d’argent tirée de l’exploitation de l’entreprise disponible après déduction des dépenses en immobilisations (à l’exclusion des achats de licence de spectre) et qui peut servir, entre autres, à payer des dividendes, à rembourser des dettes, à racheter des actions ou à effectuer d’autres investissements. Le produit d’actifs cédés ou d’activités de financement peut contribuer au flux de trésorerie disponible de temps à autre.

Calcul du flux de trésorerie disponible
En dollars canadiens et en millions Trimestre clos le 30 septembre
  2018   2017  
BAIIA 1 349   1 244  
Déduction des gains hors trésorerie découlant de la vente de biens, d’installations et d’équipement (3 ) (2 )
Coûts de restructuration et autres coûts, déduction faite des décaissements 42   (19 )
Déduction des gains et de la quote-part non récurrents des bénéfices des coentreprises immobilières (171 )  
Don à la Fondation TELUS pour un futur meilleur en actions ordinaires de TELUS 100    
Incidences des actifs sous contrat, de leur acquisition et de leur exécution (56 ) (47 )
Éléments des états consolidés intermédiaires condensés des flux de trésorerie :    
Rémunération nette fondée sur des actions 34   22  
Charges nettes liées aux régimes à prestations déterminées des employés 24   20  
Cotisations de l’employeur aux régimes à prestations déterminées des employés (9 ) (17 )
Intérêts payés (198 ) (146 )
Intérêts reçus 2   1  
Dépenses en immobilisations (excluant les licences de spectre) (762 ) (821 )
Flux de trésorerie disponible avant impôt sur les bénéfices 352   235  
Impôt sur les bénéfices payé, déduction faite des remboursements (49 ) (20 )
Flux de trésorerie disponible 303   215  

Notre méthode de calcul du flux de trésorerie disponible a été révisée pour tenir compte de la nature discrétionnaire du don à la Fondation TELUS pour un futur meilleur, qui a transformé de façon fondamentale notre modèle d’exploitation en matière d’activités philanthropiques.

À propos de TELUS 
TELUS (TSX : T, NYSE : TU) est l’une des plus importantes sociétés de télécommunication au Canada, grâce à des revenus annuels de 14,1 milliards de dollars et à 13,3 millions de connexions clients, dont 9,2 millions d’abonnés des services mobiles, 1,8 million d’abonnés des services Internet haute vitesse, 1,3 million de lignes d’accès au réseau résidentiel et 1,1 million d’abonnés des services TELUS TV. TELUS offre une gamme complète de produits et de services de communication, notamment des services mobiles, des services de transmission de données et de la voix, des services IP, des services de télévision, de vidéo et de divertissement, ainsi que des services de sécurité résidentielle et commerciale. TELUS est aussi le fournisseur informatique du domaine des soins de santé le plus important au Canada, et sa filiale TELUS International offre des solutions d’affaires à l’échelle mondiale.

Fidèles à leur philosophie communautaire « Nous donnons où nous vivons », TELUS et les membres de son équipe, actuels et retraités, ont versé plus de 650 millions de dollars à des organismes caritatifs et sans but lucratif, et offert plus de 1,21 millions de jours de bénévolat au service des communautés locales depuis 2000. Créés en 2005 par Darren Entwistle, président et chef de la direction de TELUS, les 13 comités d’investissement communautaire de TELUS au Canada et ses cinq comités à l’étranger dirigent les actions de soutien aux organismes de bienfaisance locaux. Ils ont remis 72 millions de dollars en appui à 7 000 projets locaux contribuant à enrichir la vie de plus de deux millions d’enfants et de jeunes chaque année. TELUS a eu l’insigne honneur d’être désignée l’entreprise philanthropique la plus remarquable du monde en 2010 par l’Association of Fundraising Professionals, devenant ainsi la première entreprise canadienne à recevoir cette prestigieuse marque de reconnaissance internationale.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur TELUS, veuillez consulter le site telus.com

Relations médiatiques
Richard Gilhooley
778-868-0235
richard.gilhooley@telus.com
Relations avec les investisseurs
Darrell Rae
604-695-4314
ir@telus.com

Thérapeutique Knight publie ses résultats du troisième trimestre 2018

MONTRÉAL, 08 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Thérapeutique Knight inc. (TSX:GUD) (« Knight »), société pharmaceutique spécialisée et chef de file au Canada, a publié aujourd’hui ses résultats financiers du troisième trimestre terminé le 30 septembre 2018.

Faits saillants du troisième trimestre 2018

États financiers

  • Le chiffre d’affaires s’est élevé à 3 220 $, en hausse de 1 360 $ ou de 73 % par rapport à la période précédente.
  • Le résultat net s’est élevé à 12 930 $, en hausse de 9 337 $ ou de 260 % par rapport à la période précédente.
  • Les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation se sont élevés à 19 916 $, par rapport aux flux de trésorerie de 10 736 $ de l’année précédente.
  • Les espèces, les quasi-espèces et les titres négociables s’élevaient à 775 046 $ au 30 septembre 2018.

Événements liés à la compagnie

  • Réception d’un avis de nouvelle cotisation de l’Agence du revenu du Canada (« ARC ») de 23 340 $ afférant à la vente du statut d’évaluation prioritaire en 2014.
  • Acceptation de la démission du Dre Sarit Assouline et nomination de Nancy Harrison au conseil d’administration.

Produits

  • Conclusion d’un accord de licence avec TherapeuticsMD, Inc. (« TXMD ») pour commercialiser TX-004HR et
    TX-001HR au Canada et en Israël.
  • Conclusion d’un accord de distribution, de licence et de fourniture avec Jaguar Health, Inc. (« JAGX ») pour la commercialisation de Mytesi® au Canada et en Israël.

Prêts et investissements stratégiques

  • Reçu 3 188 $, ce qui représente le remboursement intégral du prêt et des frais de paiement anticipé de Profound Medical Corp (« Profound »).
  • Investissement de 26 028 $ [20 000 $ US] en actions ordinaires de TXMD au prix de 5,10 $ US par action.
  • Distributions reçues de 328 $ provenant d’investissements en fonds stratégiques.

Principaux événements subséquents

  • Investissement de 1 161 $ [900 $ US] en actions ordinaires de JAGX au prix de 0,60 $ US par action.
  • Lancement de PROBUPHINEMC, pour la prise en charge de la dépendance aux opioïdes, au Canada.

« Je suis fier des progrès que nous avons effectués dans la construction d’une compagnie pharmaceutique spécialisée ayant des produits qui améliorent la vie des patients. Nous avons lancé PROBUPHINEMC, une nouvelle option pour aider durant la crise sanitaire nationale : la dépendance aux opioïdes. Nous continuons à tirer parti de notre bilan consolidé pour renforcer notre portefeuille de produits innovants, comme en témoigne la licence des produits de TherapeuticsMD et de Jaguar », a déclaré Jonathan Ross Goodman, président-directeur général de Knight Therapeutics Inc.

Résultats financiers sélectionnés

  T3-18 T3-17 Variation     Variation
  $ 1   %2 CA-18 CA-17 $ 1   %2
                 
Chiffre d’affaires 3,220 1,860   1,360    73 % 8,612 6,090   2,522    41 %
Marge brute 2,611 1,523   1,088    71 % 6,831 4,993   1,838    37 %
Frais d’exploitation 3,271 3,567   296    8 % 10,045 11,060   1,015    9 %
Produits d’intérêts 4,956 6,959   (2,003 ) 29 % 14,990 18,517   (3,527 ) 19 %
Part du résultat net provenant des entreprises associées 89 98   (9 ) 9 % 441 513   (72 ) 14 %
Résultat net 12,930 3,593   9,337    260 % 23,858 10,099   13,759    136 %
Résultat de base par action 0.091 0.025   0.066    264 % 0.167 0.071    0.096    135 %

1      Une variation positive signifie un impact positif sur le résultat net et une variation négative signifie un impact négatif sur le résultat net
2      Toute variation en pourcentage est présentée en valeurs absolues

Chiffre d’affaires : L’écart pour le trimestre et la période de neuf mois est principalement attribuable à l’échelonnement des ventes d’Impavido® et à la croissance des ventes de Movantik®.

Marge bénéficiaire brute : La variation de la marge brute est attribuable à la hausse de chiffre d’affaires et à la gamme de produits.

Frais d’exploitation : La baisse au trimestre est attribuable à une réduction des frais généraux et administratifs, principalement associée à la diminution des frais de rémunération à base d’actions. Pour la période de neuf mois, la diminution est attribuable à une réduction des frais généraux et administratifs, principalement associée à la diminution des frais de rémunération à base d’actions et à la diminution des dépenses liées aux soumissions de produit, compensées par une hausse des activités commerciales incluant les frais de promotion de Movantik®.

Produits d’intérêts : Les produits d’intérêts incluent les produits d’intérêts et les intérêts cumulés. Les produits d’intérêts (hors accrétion) se sont établis à 4 956 $ pour le troisième trimestre de 2018, en baisse de 14 % ou de 806 $ par rapport à la période précédente, tandis que les produits d’intérêts (hors accrétion) pour le CA-18 s’élevaient à 14 990 $ soit une diminution de 1 % ou de 146 $ par rapport à l’année précédente. Ces variations s’expliquent par une hausse des soldes moyens des espèces, des quasi-espèces et des titres négociables, ainsi que par une hausse des taux d’intérêt, compensée par une baisse du solde moyen des prêts.

Gain net sur les actifs financiers évalués à la juste valeur par le biais du compte de résultat : Un gain net de 10 924 $ a été comptabilisé au T3-18 sur les cessions et les réévaluations d’actifs financiers évalués à la juste valeur par le biais du compte de résultat. Ce gain résulte d’un ajustement à la valeur de marché de 6 795 $ US [4 524 EUR] lié à l’investissement dans Forbion suite à l’introduction en bourse de Replimune, un investissement détenu par Forbion, et à la réévaluation des actions de TXMD. Pour la période de neuf mois, un gain net de 14 349 $ a été comptabilisé sur les actifs financiers évalués à la juste valeur par le biais du compte de résultat, en raison de la cession et de la réévaluation de fonds stratégiques, de prêts et de placements en actions.

Résultat net : Le résultat net du trimestre est imputable aux éléments susmentionnés ainsi qu’à une perte de change de 1 117 $ provenant des pertes relatives sur certains actifs financiers libellés en dollars américains, en raison du raffermissement du dollar canadien. De même, le résultat net du semestre a été touché par (i) d’autres produits de 1 773 $ attribuables au remboursement anticipé des frais pour les prêts de Medimetriks et de Profound et (ii) un gain de change de 1 431 $ provenant des gains relatifs sur certains actifs financiers libellés en dollars américains en raison de l’affaiblissement du dollar canadien.


Actualités des produits

Le 31 juillet 2018, Knight a conclu un accord de licence exclusif pour les droits commerciaux de TX-004HR et de TX-001HR au Canada et en Israël. Les deux produits sont approuvés par la Food and Drug Administration (« FDA ») aux États-Unis. TX-004HR est commercialisé en tant que ImvexxyMC (il s’agit d’un insert vaginal à base d’œstradiol) aux É.-U., pour le traitement de la dyspareunie modérée à grave (douleur vaginale associée à l’activité sexuelle), un symptôme de l’atrophie vulvo-vaginale (« AVV ») due à la ménopause. TX-001HR est une hormonothérapie bio-identique combinée expérimentale consistant en œstradiol et progestérone sous forme d’une capsule orale de gélatine molle, pour le traitement des symptômes vasomoteurs modérés à sévères dus à la ménopause. Knight se prépare à soumettre les deux produits à Santé Canada aux fins d’approbation réglementaire en 2019.

Le 24 septembre 2018, Knight a conclu avec JAGX une entente de distribution, de licence et de fourniture portant sur le droit exclusif de commercialiser Mytesi® (comprimés de Crofelemer à libération retardée à 125 mg) et des produits connexes au Canada et en Israël et un droit de première négociation pour la commercialisation de Mytesi® et de produits connexes dans certains pays d’Amérique latine. Mytesi® est un produit approuvé par la FDA aux États-Unis, indiqué pour le soulagement symptomatique de la diarrhée non infectieuse chez les patients adultes atteints du VIH/SIDA sous traitement antirétroviral.

Le 29 octobre 2018, Knight a annoncé le lancement commercial de PROBUPHINEMC au Canada, destiné à la prise en charge de la dépendance aux opioïdes chez les patients dont l’état clinique est stable grâce à la buprénorphine administrée par voie sublinguale à une dose n’excédant pas 8 mg, en association avec du counseling et un soutien psychosocial.

Actualités de l’entreprise

En juillet 2018, Knight a reçu un avis de nouvelle cotisation de la part de l’ARC pour l’exercice 2014 afférent à la vente d’un statut d’évaluation prioritaire détenu par sa filiale en propriété exclusive, Knight Therapeutics (Barbados) Inc. Un statut d’évaluation prioritaire est un actif transférable qui confère au porteur le droit d’une évaluation prioritaire pour un médicament de son choix. Une évaluation prioritaire permet de réduire le temps pris par la FDA pour évaluer une nouvelle demande de médicament d’environ six mois. Le programme a été conçu pour accélérer la mise au point de traitements contre des maladies qui, autrement, ne susciteraient aucun intérêt de mise au point en raison du coût et d’un manque de débouchés sur le marché.

Le statut d’évaluation prioritaire de la société a été accordé le 19 mars 2014 après l’approbation d’Impavido® par la FDA et cédée à une tierce partie en novembre 2014 pour des revenus bruts de 125 000 $ US. L’avis de nouvelle cotisation prévoit que la société Knight est tenue de verser à l’ARC un montant total de 23 340 $ en taxes et intérêts. La société Knight a effectué un dépôt pour le montant total auprès de l’ARC en juillet 2018.

La société Knight estime que l’avis de l’ARC est non fondé et a déposé un avis d’opposition en septembre 2018 pour entamer le processus d’appel. Compte tenu de l’opinion de la Société sur l’issue probable du processus d’appel, Knight prévoit de recouvrer les 23 340 $ versés à l’ARC et n’a comptabilisé aucune provision fiscale liée à la vente du statut d’évaluation prioritaire dans ses états financiers. Or, aucune garantie ne peut être donnée en ce qui a trait au résultat ou au moment où un règlement sera conclu.

De plus, l’Agence du revenu du Québec proposera selon toute vraisemblance un rajustement semblable qui entraînera une pénalité fiscale supplémentaire estimative de 19 000 dollars. Bien que la société Knight soit d’avis que ses dispositions fiscales sont appropriées, la détermination finale des vérifications fiscales et de tout litige connexe pourrait différer sensiblement des dispositions fiscales et charges à payer historiques
________________________________________

Avis de conférence téléphonique

Knight sera l’hôte d’une téléconférence et d’une webdiffusion audio visant à discuter de ses résultats du troisième trimestre, aujourd’hui à 8 h 30, HE. Knight invite cordialement toutes les parties intéressées à participer à cet appel.

Date : jeudi 8 novembre 2018
Heure : 8 h 30, HE
Téléphone : sans frais, 1 877 855-7766, ou international, 248 847-2346
Webdiffusion : www.gud-knight.com ou https://tinyurl.com/ya4jtujc
Il s’agit d’une webdiffusion audio seulement. Media Player est nécessaire pour écouter la diffusion.
Retransmission différée : Une retransmission différée archivée sera disponible pendant 30 jours sur www.gud-knight.com 

________________________________________

Devise
Tous les montants en dollars sont exprimés en milliers, à l’exception du nombre d’actions et des montants par action. Tous les montants en devises sont en dollars canadiens, sauf indication contraire.

Au sujet de Thérapeutique Knight inc.

Thérapeutique Knight inc., établie à Montréal, au Canada, est une société pharmaceutique spécialisée qui concentre ses efforts sur l’acquisition ou l’obtention, avec l’autorisation, de droits de licence et de distribution de produits pharmaceutiques novateurs destinés au marché canadien et à certains marchés internationaux. Les actions de Thérapeutique Knight Inc. se négocient à la TSX sous le symbole « GUD ». Pour en savoir davantage sur Thérapeutique Knight Inc., consultez le site Web de la société à l’adresse www.gud-knight.com ou le site www.sedar.com.

Énoncés prospectifs de Thérapeutique Knight inc.

Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs et des prévisions pour Thérapeutique Knight Inc. et ses filiales. Ces énoncés prospectifs, de par leur nature, comportent nécessairement des risques et des incertitudes susceptibles de faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement de ceux envisagés par ces énoncés prospectifs. Thérapeutique Knight Inc. considère que les hypothèses sur lesquelles reposent ces énoncés prospectifs sont réputées raisonnables à la date de leur formulation, mais elle avertit le lecteur que ces hypothèses sur des événements à venir, dont bon nombre sont indépendants de la volonté de la société et de ses filiales, pourraient se révéler incorrectes. Les facteurs et les risques susceptibles de faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des résultats prévus font l’objet d’une discussion dans le rapport annuel de Thérapeutique Knight Inc. et dans la notice annuelle de Thérapeutique Knight Inc. pour l’exercice clos le 31 décembre 2017. Thérapeutique Knight Inc. rejette toute intention ou obligation d’actualiser ou de réviser tout énoncé prospectif, que ce soit en réponse à de nouveaux renseignements ou à des événements à venir, sauf si la loi l’exige.

COORDONNÉES :

Thérapeutique Knight inc.
Samira Sakhia
Présidente et chef des finances
Téléphone : 514 678-8930
Télécopie : 514 481-4116
info@gudknight.com 
www.gud-knight.com



BILANS CONSOLIDÉS INTERMÉDIAIRES

(en milliers de dollars canadiens)

[Non vérifié]

Au 30 septembre 2018   31 décembre 2017
ACTIFS      
Actifs courants      
Trésorerie et équivalents de trésorerie 303 222   496 460
Titres négociables   416 762   232 573
Créances clients et autres débiteurs 8 824   9 176
Stocks 1 233   1 224
Autres actifs financiers courants 29 093   58 848
Impôts sur le résultat à recevoir 790   792
Total des actifs courants 759 924   799 073
       
Titres négociables 55 062   36 000
Immobilisations corporelles 680   633
Immobilisations incorporelles 17 161   12 576
Autres actifs financiers 102 481   76 988
Participation dans une entreprise associée 79 031   75 983
Actifs d’impôt différé 3 727   4 730
Titres négociables 23 340  
Total de l’actif 1 041 406   1 005 983
       
TOTAL DU PASSIF ET DES CAPITAUX PROPRES      
Passifs courants      
Fournisseurs et charges à payer 5 401   5 025
Impôts sur le résultat à payer 10 702   7 599
Autres soldes à payer 1 393   1 354
Autres produits différés 247   282
Total des passifs courants 17 743   14 260
       
Autres produits différés   167
Autres soldes à payer 3 261   348
Total du passif 21 004   14 775
       
Capitaux propres      
Capital social 761 788   761 490
Bons de souscription 785   785
Surplus d’apport 13 863   12 196
Cumul des autres éléments du résultat global 12 065   20 907
Résultats non distribués 231 901   195 830
Total des capitaux propres 1 020 402   991 208
Total du passif et des capitaux propres 1 041 406   1 005 983

COMPTES DE RÉSULTAT CONSOLIDÉS INTERMÉDIAIRES

(en milliers de dollars canadiens, sauf les données sur les actions et les montants par action)

[Non vérifié]

  Période de trois mois close
 le 30 septembre
Période de neuf mois close
le 30 septembre
  2018    2017    2018    2017   
         
Produits des activités ordinaires 3 220    1 860    8 612    6 090   
Coût des produits vendus 609    337    1 781    1 097   
Marge brute 2 611    1 523    6 831    4 993   
         
Charges        
Ventes et marketing 1 000    834    2 681    2 247   
Charges administratives 1 833    2 147    5 865    6 944   
Recherche et développement 438    586    1 499    1 869   
  (660 ) (2 044 ) (3 214 ) (6 067 )
         
Amortissement des immobilisations corporelles 28    —    63    —   
Amortissement des immobilisations incorporelles 481    539    1 367    1 185   
Produits d’intérêts (4 956 ) (6 959 ) (14 990 ) (18 517 )
Autres produits (385 ) (871 ) (1 773 ) (1 513 )
Profit net sur les actifs financiers —    (1 317 ) —    (3 636 )
Profit net sur les actifs financiers évalués à la juste valeur par le biais du résultat net (10 924 ) —    (14 349 ) —   
Quote-part du résultat net de l’entreprise associée (89 ) (98 ) (441 ) (513 )
Perte (profit) de change 1 117    2 695    (1 431 ) 4 244   
Résultat avant impôt sur le résultat 14 068    3 967    28 340    12 683   
         
Charge d’impôt (recouvrement)        
Impôt exigible 1 891    490    3 443    1 598   
Impôt différé (753 ) (116 ) 1 039    986   
Résultat net pour la période 12 930    3 593    23 858    10 099   
         
   
Résultat de base par action 0,091    0,025    0,167    0,071   
Résultat dilué par action 0,090    0,025    0,167    0,070   
         
De base 142 831 656    142 766 634    142 821 725   142 749 348   
Dilué 143 339 800    143 350 059    143 263 836   143 469 168   

TABLEAUX DES FLUX DE TRÉSORERIE CONSOLIDÉS INTERMÉDIAIRES

(en milliers de dollars canadiens)

[Non vérifié] Période de trois mois close
le 30 septembre
Période de neuf mois close
le 30 septembre
  2018    2017    2018    2017   
ACTIVITÉS D’EXPLOITATION        
Résultat net pour la période 12 930    3 593    23 858    10 099   
Ajustements rapprochant le résultat net aux flux de trésorerie d’exploitation        
Impôt différé (753  ) (116 ) 1 039    986   
Charge au titre de la rémunération fondée sur des actions 520    762    1 707    2 626   
Amortissements 509    539    1 430    1 185   
Intérêts au titre de la désactualisation —    (1 197 ) —    (3 381 )
Profit réalisé sur les actifs financiers (10 924 ) (1 317 ) (14 349 ) (3 636 )
Perte (profit) de change 1 117    2 695    (1 431 ) 4 244   
Quote-part du résultat net de l’entreprise associée (89 ) (98 ) (441 ) (513 )
Autres produits 38    (871 ) 38    (872 )
Autres produits différés (42 ) (63 ) (181 ) (293 )
  3 306    3 927    11 670    10 445   
Autres éléments d’exploitation (23 222 ) 4 350    (20 662 ) 2 914   
Dividendes provenant d’une entreprise associée —    2 459    —    4 984   
Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation (19 916 ) 10 736    (8 992  ) 18 343   
ACTIVITÉS D’INVESTISSEMENT        
Achats de titres négociables (115 274 ) (103 273 ) (398 791 ) (245 746 )
Acquisition d’immobilisations incorporelles —        (3 000 )    
Acquisition d’immobilisations corporelles (9 )     (95 )    
Prêts consentis (510 ) (15 164 ) (1 341 ) (16 971 )
Acquisition d’actions (26 054 )     (26 764 ) (2 939 )
Placement dans des fonds (6 358 ) (4 987 ) (20 560 ) (15 318 )
Produit tiré des titres négociables venus à échéance 30 755    77 170    196 164    203 729   
Produit du remboursement des prêts consentis 3 833    5 985    38 867    36 309   
Produit tiré de la sortie d’actions 19 869    9 357    20 884    12 872   
Produit tiré de la distribution de fonds 328    510    6 427    3 886   
Flux de trésorerie liés aux activités d’investissement (93 420 ) (30 402 ) (188 209 ) (24 178 )
ACTIVITÉS DE FINANCEMENT        
Produit tiré de l’exercice d’options sur actions 90        90    345   
Produit tiré des cotisations au régime d’achat d’actions 58    61    149    154   
Flux de trésorerie liés aux activités de financement 148    61    239    499   
         
Flux de trésorerie pendant la période (113 188 ) (19 605 ) (196 962 ) (5 336 )
Trésorerie et équivalents de trésorerie au début de la période 418 358    527 879    496 460    514 942   
Écart de conversion, montant net (1 948 ) (1 435 ) 3 724    (2 767 )
Trésorerie et équivalents de trésorerie à la fin de la période 303 222    506 839    303 222    506 839   
 

Trésorerie et équivalents de trésorerie

    303,222   506,839   
Titres négociables à court terme     416,762   218,248  
Titres négociables à long terme     55,062   36,000  
Total de trésorerie et équivalents de trésorerie à la fin de la période     775,046   761,087  

 

Bombardier présente ses résultats du troisième trimestre de 2018, annonce la vente d’actifs non stratégiques et des mesures pour rationaliser sa structure et améliorer sa productivité

  • Hausse de 48 % du résultat(1) par rapport à celui du trimestre correspondant de l’exercice précédent pour s’établir à 271 M$ sur des revenus de 3,6 G$
  • Réduction de 125 M$, ou 25 %, de l’utilisation des flux de trésorerie disponibles(2) par rapport à celle du trimestre correspondant de l’exercice précédent
  • Produit net prévu de ~900 M$ provenant surtout de la vente d’actifs non stratégiques: le programme d’avions Q Series et les activités de formation des pilotes et des techniciens d’Avions d’affaires(3)
  • Avion Global 7500(4) certifié par Transports Canada et la FAA; en voie d’être mis en service avant la fin de l’année
  • Lancement d’initiatives de productivité à l’échelle de l’entreprise pour des économies annuelles récurrentes prévues de 250 M$ d’ici 2021(3)
  • Mise à jour des prévisions(3) pour 2018: revenus ~16,5 G$; RAII(1) ~1 G$; et flux de trésorerie disponibles(2) neutres ±150 M$, incluant le produit net de la vente de Downsview
  • Présentation de prévisions(3) pour 2019: croissance prévue des revenus de ~10 %; croissance prévue du RAII(1) de ~20 %; et amélioration de la génération de trésorerie

MONTRÉAL, 08 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Bombardier (TSX: BBD.B) a publié aujourd’hui ses résultats du troisième trimestre de 2018 marqués par une forte croissance du résultat. L’entreprise a aussi annoncé un certain nombre de mesures stratégiques, incluant le lancement d’un programme visant à améliorer la productivité à l’échelle de l’entreprise. Ce programme devrait générer des économies annuelles récurrentes de 250 millions $ à pleine production, ce que nous prévoyons d’ici 2021. Bombardier a signé des ententes définitives pour la vente d’actifs non stratégiques et le versement de redevances qui devraient générer un produit net d’environ 900 millions $, accroissant la marge de manoeuvre financière de l’entreprise qui se rapproche de la dernière phase de son plan de redressement, celle du désendettement. Les autres faits saillants du trimestre incluent la certification de l’avion d’affaires Global 7500 qui ouvre la voie à la mise en service de l’appareil en décembre 2018 et marque la fin du cycle d’investissements massifs de l’entreprise.

« Notre cycle d’investissements massifs étant maintenant complété, nous continuons à progresser dans l’exécution de notre plan de redressement, a dit Alain Bellemare, président et chef de la direction, Bombardier  Inc. Avec les annonces d’aujourd’hui, nous mettons en œuvre les prochaines mesures nécessaires pour concrétiser la pleine valeur du portefeuille de Bombardier. Durant la phase de construction des résultats et des flux de trésorerie disponibles de notre redressement, nous continuerons de façon proactive à recentrer et rationaliser l’entreprise ainsi qu’à allouer nos capitaux avec discipline. Je suis très fier de ce que nous avons accompli jusqu’ici, et je suis très enthousiaste face à notre avenir. »

Les revenus de Bombardier ont atteint 3,6 milliards $ pour le trimestre, une croissance interne de 3 % par rapport à ceux du trimestre correspondant de l’exercice précédent provenant de Transport, d’Avions d’affaires et d’Aérostructures, alors que l’entreprise a retiré le programme C Series de son périmètre de consolidation à la suite de la clôture du partenariat avec Airbus. Bombardier prévoit pour l’exercice des revenus d’environ 16,5 milliards $, à l’extrémité inférieure de la fourchette de la prévision.

L’entreprise a dégagé une solide rentabilité au troisième trimestre, réalisant sa meilleure performance trimestrielle depuis des années. Le RAII avant éléments spéciaux(2) a augmenté de 48 % par rapport à celui du trimestre correspondant de l’exercice précédent, pour s’établir à 271 millions $, et est en bonne voie d’atteindre l’extrémité supérieure de la fourchette de la prévision pour l’exercice, soit environ 1,0 milliard $. Pour le même trimestre, la marge RAII avant éléments spéciaux(2) a augmenté de 260 points de base pour s’établir à 7,4 %, selon la tendance des marges(5) supérieures à 8 % chez Transport, Avions d’affaires et Aérostructures. Chez Avions commerciaux, le RAII avant éléments spéciaux a été proche du seuil de rentabilité étant donné le retrait de la perte du programme C Series du périmètre de consolidation nette de la quote-part de l’entreprise de la perte nette associée.

L’utilisation des flux de trésorerie disponibles pour le trimestre a été de 370 millions $, une amélioration de 25 % par rapport à celle du trimestre correspondant de l’exercice précédent. L’utilisation de trésorerie au troisième trimestre est attribuable à l’accumulation de fonds de roulement chez Transport alors que l’entreprise est toujours en phase intense de livraisons. Il est prévu que cela se poursuive au quatrième trimestre et se rétablisse en grande partie en 2019. En conséquence, Bombardier rajuste sa prévision de flux de trésorerie disponibles pour 2018 pour y inclure le produit de la vente du site de Downsview. Avec cela, l’entreprise compte toujours présenter pour l’exercice des flux de trésorerie disponibles neutres plus ou moins 150 millions $.

Recentrage du portefeuille, cession d’actifs non stratégiques

Conformément à sa stratégie de se concentrer sur les occasions de croissance de Transport, Avions d’affaires et Aérostructures, Bombardier a aussi annoncé aujourd’hui qu’elle cédait un certain nombre d’actifs non stratégiques. L’entreprise a signé des ententes définitives visant (i) la vente du programme d’avions Q Series et de la marque de commerce de Havilland à une filiale en propriété exclusive de Longview Aviation Capital Corp. pour environ 300 millions $; et (ii) la vente des activités de formation des pilotes et des techniciens d’Avions d’affaires à CAE et le versement de redevances pour environ 800 millions $.

La clôture de ces transactions devrait avoir lieu d’ici le second semestre de 2019, sous réserve de l’obtention des approbations des organismes de réglementation. Le produit net des transactions devrait totaliser environ 900 millions $ déduction faite de certains passifs, frais et ajustements de clôture.

Rationaliser la structure

Bombardier a aussi lancé aujourd’hui à l’échelle de l’entreprise un nouveau programme pour accroître sa productivité visant à rationaliser, alléger et simplifier davantage sa structure. Le programme comprend deux mesures. Premièrement, le cycle d’investissements massifs en aéronautique étant terminé, Bombardier rajustera la taille de son équipe centrale d’ingénierie aéronautique et la redéploiera. Les membres clés de l’équipe d’ingénierie seront redéployés dans les secteurs d’activité, la majorité allant chez Avions d’affaires pour s’assurer que ce secteur d’activité dispose de toutes les compétences nécessaires au développement des futurs programmes d’avions d’affaires.

Bombardier créera aussi un nouveau Bureau de Technologies de pointe (BTP), lequel sera dirigé par François Caza qui est nommé chef de la direction de la technologie. Les activités du BTP seront centrées sur la conception et l’ingénierie de systèmes, y compris l’application de l’expérience des programmes aéronautiques de Bombardier à ses activités de transport sur rail.

En plus de rajuster la taille et redéployer son équipe centrale d’ingénierie, Bombardier a lancé une initiative de restructuration, à l’échelle de l’entreprise, axée sur l’optimisation des processus de production et de gestion, la simplification des structures de gestion et une réduction accrue des coûts indirects.

Globalement, ces efforts entraîneront une réduction d’environ 5000 postes à l’échelle de l’entreprise au cours des 12 à 18 prochains mois, et donnera lieu à des économies annuelles d’environ 250 millions $ lorsque la réduction aura été totalement réalisée, ce qui devrait se concrétiser d’ici 2021. Bombardier s’attend aussi à comptabiliser une charge de restructuration d’un montant similaire qui sera présentée dans les éléments spéciaux en 2019.(3)

Parallèlement, l’entreprise a poursuivi le renforcement de son équipe de direction avec la nomination, en octobre, de Sam Abdelmalek au poste de chef de la direction de la transformation et de la chaîne d’approvisionnement. Bombardier a aussi annoncé aujourd’hui que Danny Di Perna a été nommé président, Bombardier Aérostructures et Services d’ingénierie (BASI) et Michael Ryan assumera les fonctions de chef de l’exploitation de BASI. Ensemble, ils axeront leurs efforts sur l’accélération de la productivité, l’atteinte de performances financière et opérationnelle de calibre international et la concrétisation du potentiel de croissance de l’entreprise.

Présentation de prévisions pour 2019

À la suite des nombreuses annonces d’aujourd’hui touchant le portefeuille, Bombardier présente des prévisions pour l’exercice 2019. L’entreprise vise, pour 2019, une augmentation d’environ 10 % de ses revenus pour atteindre ou dépasser 18 milliards $, en raison de l’accélération des livraisons d’avions d’affaires Global 7500. Elle vise à améliorer plus rapidement sa rentabilité, avec une hausse prévue d’environ 20 % du RAII avant éléments spéciaux, pour se situer entre 1,15 milliard $ et 1,25 milliard $, et une hausse prévue d’environ 30 % du RAIIA avant éléments spéciaux(2), pour se situer entre 1,65 milliard $ et 1,8 milliard $.

Bombardier vise à générer des flux de trésorerie disponibles se situant dans une fourchette de 250 millions $ à 500 millions $, qui devraient être contrebalancés par la charge de restructuration sus-mentionnée de 250 millions $ ainsi que par une réserve de fonds de roulement de 250 millions $ requise pour faire face aux fluctuations prévues alors que l’entreprise progresse dans la phase intense de croissance d’Avions d’affaires et de Transport. Par conséquent, il est prévu que les flux de trésorerie disponibles demeurent neutres pour 2019, plus ou moins 250 millions $.

Bombardier confirme aussi ses objectifs financiers pour 2020, même après la cession du programme d’avions Q Series et des activités de formation au pilotage et à la maintenance d’Avions d’affaires. Plus d’information sur la performance financière et la croissance de l’entreprise sera fournie à la Journée des investisseurs de Bombardier qui se déroulera le jeudi 6 décembre 2018.

PRINCIPAUX RÉSULTATS

RÉSULTATS DU TRIMESTRE
Trimestres clos les 30 septembre 2018     2017     Écart  
        retraité(6)        
Revenus 3 643   $ 3 839   (5 ) %
RAII 267   $ 133   $ 101 %
Marge RAII 7,3   % 3,5   % 380 pdb
RAII avant éléments spéciaux 271   $ 183   $ 48 %
Marge RAII avant éléments spéciaux 7,4   % 4,8   % 260 pdb
RAIIA avant éléments spéciaux 333   $ 254   $ 31 %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux(2) 9,1   % 6,6   % 250 pdb
Résultat net 149   $ (100 ) $   ins
RPA dilué (en dollars) 0,04   $ (0,04 ) $ 0,08 $
Résultat net ajusté(2) 167   $ (11 ) $   ins
RPA ajusté (en dollars)(2) 0,04   $ 0,00   $ 0,04 $
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles 229   $ 287   $ (20 ) %
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles (141 ) $ (208 ) $ 32 %
Utilisation des flux de trésorerie disponibles (370 ) $ (495 ) $ 25 %

RÉSULTATS DEPUIS LE DÉBUT DE L’EXERCICE
Neuf mois clos les 30 septembre 2018     2017     Écart  
    retraité      
Revenus 11 933   $ 11 588   $ 3 %
RAII 659   $ 226   $ 192 %
Marge RAII 5,5   % 2,0   % 350 pdb
RAII avant éléments spéciaux 743   $ 586   $ 27 %
Marge RAII avant éléments spéciaux 6,2   % 5,1   % 110 pdb
RAIIA avant éléments spéciaux 934   $ 818   $ 14 %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux 7,8   % 7,1   % 70 pdb
Résultat net 263   $ (337 ) $   ins
RPA dilué (en dollars) 0,08   $ (0,15 ) $ 0,23 $
Résultat net ajusté 289   $ 119   $ 143 %
RPA ajusté (en dollars) 0,09   $ 0,06   $ 0,03 $
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles 167   $ 952   $   ins
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles (692 ) $ (706 ) $ 2 %
Utilisation des flux de trésorerie disponibles (859 ) $ (1 658 ) $ 48 %
Aux 30 septembre     31 décembre      
  2018     2017      
Sources de financement disponibles à court terme(7)(8) 3 560   $ 4 225   $ (16 ) %

Tous les montants de ce communiqué de presse sont exprimés en dollars américains, à moins d’indication contraire.
Les montants des tableaux sont en millions, sauf les montants par action, à moins d’indication contraire.

RÉSULTATS ET FAITS SAILLANTS SECTORIELS

Avions d’affaires

Résultats du trimestre      
Trimestres clos les 30 septembre 2018   2017   Écart  
    retraité    
Revenus 1 083 $ 1 074 $ 1 %
Livraisons d’avions (en unités) 31   30   1  
RAII 80 $ 87 $ (8 ) %
Marge RAII 7,4 % 8,1 % (70 ) pdb
RAII avant éléments spéciaux 89 $ 90 $ (1 ) %
Marge RAII avant éléments spéciaux 8,2 % 8,4 % (20 ) pdb
RAIIA avant éléments spéciaux 113 $ 111 $ 2 %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux 10,4 % 10,3 %  
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles 198 $ 242 $ (18 ) %
Aux 30 septembre
  31 décembre    
  2018   2017    
    retraité    
Carnet de commandes (en milliards de dollars) 14,3 $ 13,8 $ 4 %
  • La performance au troisième trimestre d’Avions d’affaires témoigne d’une solide exécution en matière de livraisons et de ventes, d’une croissance continue des revenus tirés des services après-vente et de la certification de l’avion Global 7500, le biréacteur d’affaires le plus grand et à la plus grande autonomie de l’industrie.
  • L’avion Global 7500 a obtenu la certification de type de Transports Canada le 27 septembre 2018 puis la certification de type de la FAA, traçant la voie à sa mise en service en décembre 2018.
  • Au troisième trimestre, le montant total de nouvelles commandes nettes a été élevé, portant la valeur du carnet de commandes à 14,3 milliards $. L’intérêt suscité par la gamme d’avions Global, notamment par les nouveaux avions Global 5500 et Global 6500, continue de croître.(4)
  • Les revenus du trimestre, tirés de la livraison de 31 avions, incluant une solide combinaison d’avions intermédiaires, se sont établis à 1,1 milliard $. Avec 96 avions livrés depuis le début de l’exercice, ce qui correspond à plus de 70 % du nombre de livraisons prévu pour l’exercice, nous sommes donc en bonne voie d’atteindre nos prévisions en matière de livraisons et de revenus pour l’exercice complet.
  • La marge RAII avant éléments spéciaux du trimestre est demeurée supérieure à 8 %, sous l’impulsion des fluctuations saisonnières dans la composition des ventes d’avions, tandis que depuis le début de l’exercice, elle a atteint 8,5 %.
  • Après la fin du trimestre, en date du 15 octobre 2018, le programme d’avions Global 5500 et Global 6500 avait cumulé 70 % des heures de vol nécessaires à l’obtention de la certification des avions, la mise en service des avions, prévue pour la fin de 2019, est en bonne voie de se réaliser.
  • Le 3 octobre 2018, nous avons annoncé la poursuite de l’expansion de notre réseau de service avec un nouveau centre à Miami. Le nouveau centre d’une superficie de 300 000 pi. ca., dont l’inauguration est prévue en 2020, bénéficiera à notre clientèle aux États-Unis et en Amérique latine et continuera à stimuler notre croissance.
  • Le 7 novembre 2018, la Société a conclu une entente définitive visant la vente de ses activités de formation des pilotes et des techniciens de Bombardier Avions d’affaires, menées principalement dans les centres de formation de Montréal, de Québec et de Dallas, au Texas, à CAE, un partenaire de longue date de Bombardier en matière de formation. Grâce à cette transaction, les clients de Bombardier Avions d’affaires bénéficieront de l’expertise de CAE en matière de formation, tandis que Bombardier se concentra sur le développement d’avions et les services. Parallèlement à la vente, Bombardier et CAE ont conclu une entente visant l’élargissement de leur relation de fournisseurs de services de formation autorisés selon laquelle CAE procédera au versement anticipé de toutes les redevances en vertu de l’entente. La valeur combinée de ces transactions totalise 800 millions $, incluant 645 millions $ tirés de la vente des activités de formation. Déduction faite des frais, des passifs et des ajustements de clôture habituels, nous prévoyons que le produit net s’établira à environ 650 millions $. La clôture de cette transaction devrait avoir lieu d’ici le second semestre de 2019, sous réserve du respect des conditions de clôture habituelles et de l’obtention des approbations des organismes de réglementation.

Avions commerciaux

Résultats du trimestre      
Trimestres clos les 30 septembre 2018     2017     Écart  
    retraité      
Revenus 256   $ 515   $ (50 ) %
Livraisons d’avions (en unités) 5     11     (6 )
Commandes nettes (en unités) 11     25     (14 )
Ratio de nouvelles commandes sur livraisons 2,2     2,3     (0,1 )
RAII 4   $ (75 )  $   ins
Marge RAII 1,6   % (14,6 )  % 1 620 pdb
RAII avant éléments spéciaux (9 )   $ (74 )  $ 88 %
Marge RAII avant éléments spéciaux (3,5 )  % (14,4 ) % 1 090 pdb
RAIIA avant éléments spéciaux (6 )   $ (59 )   $ 90 %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux (2,3 ) % (11,5 ) % 920 pdb
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles   $ 16   $ (100 ) %
Aux 30 septembre     31 décembre      
  2018     2017      
Carnet de commandes (en unités)(9)(10) 122     85     37  
  • À compter du 1er juillet 2018, après la clôture du partenariat C Series formé d’Airbus (50,01 %), de Bombardier (33,55 %) et d’Investissement Québec (16,44 %), Avions commerciaux a retiré SCACS du périmètre de consolidation de ses résultats et l’a remplacée par sa quote-part de la perte nette de SCACS. Par conséquent, durant le trimestre, les revenus ont diminué de 259 millions $ principalement en raison du retrait de SCACS du périmètre de consolidation.
  • Le RAII pour le trimestre a été proche du seuil de rentabilité, une amélioration importante étant donné le retrait de SCACS du périmètre de consolidation et la comptabilisation de notre quote-part de la perte nette de SCACS résultant en une quote-part du résultat net de 13 millions $. De plus, Bombardier a investi 85 millions $ dans SCACS au cours du trimestre en échange de parts sans droit de vote du partenariat sur son engagement maximal de 225 millions $ d’ici la fin de l’exercice.
  • Au cours du trimestre, un total de cinq avions CRJ Series et avions Q400 ont été livrés, alors que le nombre de commandes nettes visait 11 avions.
  • Le 7 novembre 2018, la Société a conclu une entente définitive visant la vente du programme d’avions Q Series, y compris les activités de services après-vente et les actifs, à Longview Aircraft Company of Canada Limited, une filiale en propriété exclusive de Longview Aviation Capital Corp., pour un produit brut d’environ 300 millions $. L’entente couvre l’ensemble des actifs et de la propriété intellectuelle et les certifications de type associées aux Dash 8 Series 100, 200 et 300 ainsi que les activités du programme d’avion Q400 à l’installation de fabrication de Downsview, en Ontario, au Canada. La clôture de cette transaction devrait avoir lieu d’ici le second semestre de 2019, sous réserve du respect des conditions de clôture habituelles et de l’obtention des approbations des organismes de réglementation. Le produit net de cette transaction devrait s’élever à environ 250 millions $, déduction faite des frais, des passifs et des ajustements de clôture habituels.
  • Par suite de la clôture du partenariat avec Airbus visant le programme d’avions C Series plus tôt cette année et de l’entente visant la vente du programme d’avion Q400 annoncée le 7 novembre 2018, nous nous tournons résolument vers le programme CRJ. Alors que nous continuons d’être activement présents sur le marché des avions régionaux grâce à la renommée de nos avions qui respectent la clause de portée, nous nous concentrons sur la réduction des coûts et l’accroissement des volumes, tout en optimisant le service après-vente pour les quelques 1 500 CRJ actuellement en service dans le monde. Comme nous visons le retour à la rentabilité du programme CRJ, nous évaluons également les options stratégiques qui s’offrent pour ce programme.

Aérostructures et Services d’ingénierie

Résultats du trimestre      
Trimestres clos les 30 septembre 2018   2017   Écart  
    retraité    
Revenus 430 $ 349 $ 23 %
RAII 35 $ 33 $ 6 %
Marge RAII 8,1 % 9,5 % (140 ) pdb
RAII avant éléments spéciaux 36 $ 27 $ 33 %
Marge RAII avant éléments spéciaux 8,4 % 7,7 % 70 pdb
RAIIA avant éléments spéciaux 47 $ 38 $ 24 %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux 10,9 % 10,9 %  
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles 9 $ 4 $ 125 %
  • Les revenus ont augmenté de 23 % par rapport à ceux du trimestre correspondant de l’exercice précédent, en raison de la position d’Aérostructures et Services d’ingénierie à titre d’un des principaux fournisseurs des programmes d’avions en croissance A220 et Global 7500.
  • L’augmentation de 33 % du RAII avant éléments spéciaux par rapport à celui du trimestre correspondant de l’exercice précédent douze mois a été soutenue par la croissance des revenus. La marge RAII avant éléments spéciaux de 8,4 % pour le trimestre reflète l’accélération continue de la production des composants des avions A220 et Global 7500 ainsi que la nouvelle relation contractuelle avec Airbus en ce qui concerne les avions A220.
  • Les revenus intersectoriels pour le trimestre ont représenté 62 % des revenus totaux par rapport à 80 % pour le premier semestre. Cette baisse reflète le fait que les revenus tirés de SCACS sont inclus dans les revenus externes depuis le 1er juillet 2018.
  • Le 8 novembre 2018, Danny Di Perna a été nommé président d’Aérostructures et Services d’ingénierie. M. Di Perna cumule plus de 30 ans d’expérience aéronautique et industrielle et sa feuille de route prouve sa capacité d’améliorer l’efficacité opérationnelle. Michael Ryan occupera le poste de chef de l’exploitation.

Transport

Résultats du trimestre      
Trimestres clos les 30 septembre 2018   2017   Écart  
    retraité    
Revenus 2 140 $ 2 146 $ %
Nouvelles commandes (en milliards de dollars) 1,9 $ 1,8 $ 6 %
Ratio de nouvelles commandes sur revenus 0,9   0,9    
RAII(11) 184 $ 140 $ 31 %
Marge RAII(11) 8,6 % 6,5 % 210 pdb
RAII avant éléments spéciaux(11) 187 $ 192 $ (3 ) %
Marge RAII avant éléments spéciaux(11) 8,7 % 8,9 % (20 ) pdb
RAIIA avant éléments spéciaux(11) 212 $ 215 $ (1 ) %
Marge RAIIA avant éléments spéciaux(11) 9,9 % 10,0 % (10 ) pdb
Additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles 36 $ 18 $ 100 %
Aux 30 septembre   31 décembre    
  2018   2017    
    retraité    
Carnet de commandes (en milliards de dollars) 33,9 $ 35,1 $ (3 ) %
  • Les revenus ont totalisé 2,1 milliards $ au troisième trimestre, présentant une croissance interne de 2 % contrebalancée par une incidence défavorable des taux de change. En raison de l’accélération soutenue des principaux projets engagés en 2017, la croissance se poursuit dans tous les segments, ce qui nous met en bonne voie de réaliser la prévision de revenus d’environ 9,0 milliards $ pour l’exercice complet.
  • Le RAII avant éléments spéciaux du trimestre correspondait à celui de la période correspondante de l’exercice précédent et atteignait 187 millions $. La marge pour le trimestre s’établissait à 8,7 %, ou 8,6 % depuis le début de l’exercice, continuant à tendre vers la prévision d’une marge supérieure à 8,5 % pour l’exercice.
  • Alors que les livraisons de trains s’accélèrent par suite des investissements considérables dans le fonds de roulement depuis le milieu de 2017, le fonds de roulement à la fin du troisième trimestre était plus important que prévu.
  • Le carnet de commandes de 33,9 milliards $ à la fin du trimestre résulte du ratio de nouvelles commandes sur revenus de 1,0 depuis le début de l’exercice, déduction faite de l’incidence défavorable des taux de change.

À propos de Bombardier  

Avec plus de 69 500 employés répartis entre quatre secteurs d’activité, Bombardier est un leader mondial de l’industrie du transport, créant des avions et des trains novateurs qui changent la donne sur leur marché. Nos produits et nos services offrent des expériences de transport de calibre international qui établissent de nouvelles normes en matière de confort des passagers, d’efficacité énergétique, de fiabilité et de sécurité.

Avec son siège social situé à Montréal, au Canada, Bombardier a des installations de production et d’ingénierie dans 28 pays, couvrant les secteurs Transport, Avions d’affaires, Avions commerciaux et Aérostructures et Services d’ingénierie. Les actions de Bombardier se négocient à la Bourse de Toronto (BBD). Pour l’exercice clos le 31 décembre 2017, nos revenus ont été de 16,2 milliards $. Vous trouverez nouvelles et information à l’adresse bombardier.com ou en nous suivant sur Twitter : @Bombardier.

Bombardier, CRJ, CRJ Series, CS100, CS300, C Series, Global, Global 5500, Global 6500, Global 7500, Global 8000, Q400 et Q Series sont des marques de commerce de Bombardier Inc. ou de ses filiales.

Pour information

Simon Letendre
Gestionnaire, Relations avec les médias et affaires publiques
Bombardier Inc.
+514 861 9481
Patrick Ghoche
Vice-président,
Relations avec les investisseurs
Bombardier Inc.
+514 861 5727

Le rapport de gestion et les états financiers intérimaires consolidés sont disponibles à l’adresse ri.bombardier.com.

ins : information non significative
pdb : point de base
(1)      RAII et résultat désignent le RAII avant éléments spéciaux. Mesures financières non conformes aux PCGR. Voir la mise en garde relative aux mesures non conformes aux PCGR à la fin du présent communiqué de presse.
(2) Mesures financières non conformes aux PCGR. Voir la mise en garde relative aux mesures non conformes aux PCGR à la fin du présent communiqué de presse.
(3) Se reporter à la mise en garde liée aux énoncés prospectifs.
(4) En cours de développement. Se reporter à la mise en garde relative au programme d’avions Global 5500, Global 6500, Global 7500 et Global 8000 à la fin du présent communiqué de presse.
(5) Marge désigne la marge RAII avant éléments spéciaux. Mesure financière non conformes aux PCGR. Voir la mise en garde relative aux mesures non conformes aux PCGR à la fin du présent communiqué de presse.
(6) En raison de l’adoption de l’IFRS 15, Produits des activités ordinaires tirés de contrats conclus avec des clients. Se reporter à la rubrique Nouveautés en comptabilité et en présentation de l’information financière de la section Autres du rapport de gestion de la Société du troisième rapport trimestriel pour le trimestre clos le 30 septembre 2018 pour des détails sur le retraitement des chiffres de la période comparative.
(7) Définies comme Trésorerie et équivalents de trésorerie plus le montant disponible en vertu des facilités de crédit renouvelables.
(8) La trésorerie et les équivalents de trésorerie au 31 décembre 2017 comprennent la trésorerie reclassée à titre d’actif détenu en vue de la vente. Se reporter à la rubrique Partenariat stratégique de la section Avions commerciaux ainsi qu’à la Note 11 – Trésorerie et équivalents de trésorerie et à la Note 19 – Actifs détenus en vue de la vente des états financiers consolidés de la Société pour plus de détails sur la transaction et le traitement comptable.
(9) À l’exclusion de commandes fermes visant 115 avions CS100 et 233 avions CS300 pour la période correspondante de 2017. Après la clôture du partenariat C Series, Airbus a renommé les avions CS100 et CS300 respectivement A220-100 et A220-300.
(10) Après la fin du trimestre considéré, la Société a annulé deux commandes totalisant 8 avions Q400.
(11) Compte tenu de l’incidence de la quote-part des résultats tirés de participations dans des coentreprises et des entreprises associées totalisant 22 millions $ pour le trimestre clos le 30 septembre 2018 (52 millions $ pour le trimestre clos le 30 septembre 2017). 

MISE EN GARDE RELATIVE AUX MESURES NON CONFORMES AUX PCGR

Le présent communiqué de presse repose sur les résultats établis selon les normes internationales d’information financière (IFRS). Toute référence aux principes comptables généralement reconnus (PCGR) signifie IFRS, sauf indication contraire. Il repose également sur des mesures non conformes aux PCGR, dont le RAIIA, le RAII avant éléments spéciaux et le RAIIA avant éléments spéciaux, le résultat net ajusté, le résultat par action ajusté et les flux de trésorerie disponibles. Ces mesures non définies par les PCGR découlent directement des états financiers consolidés mais n’ont pas un sens normalisé prescrit par les IFRS; par conséquent, d’autres entreprises utilisant ces termes peuvent les définir différemment. La direction croit que fournir certaines mesures de performance non conformes aux PCGR, en plus des mesures IFRS, donnent aux utilisateurs de notre rapport financier une meilleure compréhension de nos résultats et tendances connexes, et accroît la transparence et la clarté des résultats de base de notre entreprise. Se reporter à la rubrique Mesures financières non conformes aux PCGR et à la rubrique Liquidités et sources de financement de la section Sommaire et à la rubrique Analyse des résultats des sections de chaque secteur d’activité du rapport de gestion de la Société pour la définition de ces indicateurs et pour le rapprochement avec les mesures les plus comparables des IFRS.

Rapprochement des résultats sectoriels et des résultats consolidés
  Trimestres clos les  30 septembre
    Neuf mois clos les 30 septembre
   
  2018     2017     2018     2017    
    retraité(1)       retraité(1)    
Revenus        
Avions d’affaires 1 083   $ 1 074   $ 3 500   $ 3 485   $
Avions commerciaux 256     515     1 335     1 666    
Aérostructures et Services d’ingénierie 430     349     1 331     1 190    
Transport 2 140     2 146     6 754     6 136    
Siège social et élimination (266 )   (245 )   (987 )   (889 )  
  3 643   $ 3 839   $ 11 933   $ 11 588   $
RAII avant éléments spéciaux(2)        
Avions d’affaires 89   $ 90   $ 298   $ 299   $
Avions commerciaux (9 )   (74 )   (148 )   (248 )  
Aérostructures et Services d’ingénierie 36     27     140     68    
Transport 187     192     583     598    
Siège social et élimination (32 )   (52 )   (130 )   (131 )  
  271   $ 183   $ 743   $ 586   $
Éléments spéciaux        
Avions d’affaires 9   $ 3   $ 13   $ 34   $
Avions commerciaux (13 )   1     589   &nb